Navigation – Plan du site
dossier En croire ses sens

Voir et entendre le Livre. Une édition marocaine du Coran

Seeing and Hearing the Book. A Moroccan Edition of the Quran
Anouk Cohen
p. 72-99

Résumés

Cet article porte sur la création en 2010 d’une édition marocaine du Coran qui se distingue par sa méthode de récitation (Warsh), son style calligraphique (maghribî) et les compositions végétales autour du texte. À travers l’étude du processus de fabrication du Livre, telle qu’elle est menée conjointement par les calligraphes, enlumineurs, graphistes et autres, sous le contrôle de clercs institutionnels, il s’agit d’analyser comment les spécificités matérielles du Coran sont mobilisées par la monarchie pour encadrer le rapport sensible des fidèles à la parole divine et assurer sa transmission selon un registre sensoriel proprement marocain et homogène. Fondé sur des pratiques de mémorisation, l’apprentissage coranique met principalement en jeu la vision et l’audition pour faciliter l’incorporation du texte par les pratiquants. Ainsi, plus généralement, cette enquête menée entre 2010 et 2017 questionne la façon dont la relation personnelle et sociale à Dieu est « médiée » par le livre et dont la matérialité de cet objet est pensée pour construire un lien unique au divin : à travers et par le monarque.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Fabriquer le Coran marocain
Erreurs et orthodoxie : le cas exemplaire du mushaf muhammadî
À la recherche d’originaux… du Palais
Formes, normes et discordances
Réciter le Coran « à la marocaine »
Les sens du son
La récitation collective du hizb
Sons en circulation
Différend signifiant : le cas du Coran tajwîd
Les sens de l’apprentissage
Avoir le Coran sur les lèvres
Discipliner les sens dans les mosquées…
… et les écoles
De la praxis à l’idéologie : le parti pris de l’écoute
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 2010, le ministre des Habous et des Affaires islamiques annonce la création d’un « Coran marocain », désormais largement distribué dans les mosquées du royaume. La singularité dumushaf muhammadî, comme il est encore appelé en référence au roi Mohammed VI, réside dans ses propriétés matérielles. Prenons pour exemples la sourate Al Fatiha (L’Ouverture) et le verset 19 de la sourate An Naml (Les Fourmis) tels qu’ils sont reproduits dans le Coran marocain (fig. 1 et 3), d’une part, et dans l’édition saoudienne (fig. 2 et 4), d’autre part. À première vue, le contenu, correspondant à la parole de Dieu, est le même. Cependant, un œil averti notera que la calligraphie (khatt), les enluminures (tadhhîb), les chiffres dénombrant les versets et les signes de vocalisation (tashkîl) varient. « Des détails », disent les éditeurs. « De petits éléments pouvant générer d’immenses polémiques », déclare le ministre, proche conseiller du roi. Autant de distinctions insignifiantes aux yeux des profes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anouk Cohen, « Voir et entendre le Livre. Une édition marocaine du Coran », Gradhiva, 26 | 2017, 72-99.

Référence électronique

Anouk Cohen, « Voir et entendre le Livre. Une édition marocaine du Coran », Gradhiva [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3438 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3438

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page