Navigation – Plan du site
dossier En croire ses sens

Architectures divines. Espace et kinesthésie dans le palo monte afro-cubain

Divine Architectures. Space and Kinaesthetics in Afro-Cuban Palo Monte
Katerina Kerestetzi
p. 100-133

Résumés

Cet article interroge le rôle des configurations spatiales dans le palo monte afro-cubain. Dans ce culte, chaque chef rituel peut définir sa cosmologie et sa liturgie de manière autonome en créant, entre autres, un espace rituel personnel et personnalisé chez lui, les lieux de culte étant exclusivement domestiques. C’est cette idiosyncrasie architecturale qui nous intéresse ici car elle met en place des schémas moteurs spécifiques qui conditionnent la forme de l’action rituelle. La coordination des mouvements, des attitudes et des postures est induite par la spatialité des sanctuaires, mais aussi par leur acoustique et leur décorum. Chaque lieu de culte peut ainsi devenir source d’innovation rituelle. Comment un élément aussi trivial que la présence de sièges conditionne-t-il la mise en œuvre d’un rituel ? Comment la taille d’un artefact détermine-t-elle la mesure de sa sacralité ? En comparant le déroulement de l’action rituelle dans différents sanctuaires, à partir de l’étude des affordances architecturales, nous analysons la contingence topologique de cette pratique, autrement dit la dimension spatiale de l’expérience religieuse.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le cuarto de fundamento : esthétique et sensorialité
Spatialité et personnalité : l’idiosyncrasie de l’espace
Espace somatisé : le sens kinésique
Un espace ouvert : d’une sensation l’autre
La spatialité de l’innovation : la dimension de la croyance
Spatialité et relations religieuses : épicentres d’actions
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le visible et le kinesthésique étant totalement indissociables, la production du sens lors d’un événement visuel ne saurait laisser intact l’état du corps de l’observateur : ce que je vois produit ce que je ressens, et réciproquement mon état corporel travaille à mon insu l’interprétation de ce que je vois. (Godard 1995 : 227)

Le palo monte, dont la présence à Cuba procède de l’arrivée des esclaves bantous, fait partie des religions dites afro-cubaines. Ses adeptes, les paleros, concluent des pactes avec certains morts puissants, les nfumbis, dans des cimetières où ils dérobent leurs os pour les rapporter chez eux et les installer, avec quantité d’autres éléments, dans des chaudrons rituels, les ngangas. Ils leur redonnent ainsi une forme de corporéité et de matérialité, nécessaires au développement de leur pouvoir effectif. Les plus dévoués des paleros fondent autour d’eux un groupe d’initiés dont la taille, très variable, peut aller d’une poignée d’individus à plusieurs centaines d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Kerestetzi, « Architectures divines. Espace et kinesthésie dans le palo monte afro-cubain », Gradhiva, 26 | 2017, 100-133.

Référence électronique

Katerina Kerestetzi, « Architectures divines. Espace et kinesthésie dans le palo monte afro-cubain », Gradhiva [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3447 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3447

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page