Navigation – Plan du site
dossier En croire ses sens

Des voix en abyme. Communication paradoxale et rencontres d’esprits en Amazonie

Voices en Abyme. Paradoxical Communication and Spirit Encounters in Amazonia
Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca
p. 134-163

Résumés

Une voix peut-elle en cacher une autre ? L’ambiguïté qui affecte le déchiffrement de la voix et la communication trans-espèces est au cœur de la pensée animiste. L’auteur retrace les enjeux pragmatiques des actes de communication entre humains et non-humains chez les peuples runa d’Amazonie péruvienne, au point où s’articule l’expérience de la croyance et le vécu sensoriel immédiat, lors des rencontres de fantômes en forêt et du rituel chamanique. Pourquoi les représentations des sujets non humains dans le champ sonore sont-elles aptes à frapper l’imagination, à susciter une émotion et à propager certains savoirs ? Quels liens ces expériences perceptives entretiennent-elles avec la narrativité ? En abordant les théories de la connaissance et de la perception amérindiennes, cet article s’interroge sur le concept de transformation et son actualisation inédite dans le domaine de la voix et des signes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Cratyle ou l’imaginaire de la voix
Chants d’oiseaux, tristes augures
Silence et hurlements : rencontres insolites
Frontières du délire : dissonance
La chair sonore des supay : entendre des voix dans l’espace rituel
Conclusion

Aperçu du début du texte

O chik chik chik o chara chara chara
Je suis comme le son de la terre ferme…
Puis le patient perd connaissance :
Je suis la mort, je suis la grande mort.
Oni ni ni, onac nac nac [imitation du râle]
Je suis la bonne santé, je suis la vie.
O karu karu karu [indication du retour à la vie, à la sudation]…
Je suis le maître de beaucoup de sang
Yo rho rho rho [rugissement du tigre]… 

Chant urhnari ayoreo (Sebag 1965 : 96-98)

Qu’une image puisse en cacher une autre est un phénomène connu des historiens de l’art et des anthropologues. Lié tantôt à un trouble perceptif de la vision inhérent à l’acte de saisie, tantôt à une nécessité voulue par son créateur, ce phénomène s’est montré particulièrement productif dans le domaine de l’imaginaire artistique et des croyances religieuses (Gamboni 2004 ; Severi 2011 ; Fausto 2011). Cependant, l’ambiguïté de la perception ne se limite pas au champ visuel. Elle peut également affecter le domaine auditif et donner naissance à une image sonore équivoque. Ce type d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca, « Des voix en abyme. Communication paradoxale et rencontres d’esprits en Amazonie », Gradhiva, 26 | 2017, 134-163.

Référence électronique

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca, « Des voix en abyme. Communication paradoxale et rencontres d’esprits en Amazonie », Gradhiva [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3454 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3454

Haut de page

Auteur

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca

EPHE, PSL Research University, Laboratoire d’anthropologie sociale
andrea-luz.gutierrez-choquevilca@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page