Navigation – Plan du site
dossier En croire ses sens

Entretien avec Jean-Claude Schmitt

22 mars 2017
Jean-Claude Schmitt, Giordana Charuty et Emma Aubin-Boltanski
p. 164-179

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Gradhiva — Le recueil d’articles que vous publiez en 2001, Le Corps, les rites, les rêves, le temps, a pour sous-titre Essais d’anthropologie médiévale. Dans la préface, vous récusez d’emblée la catégorie de « religion », au profit de celle de culture et de système symbolique. Comment ce choix s’est-il imposé ?

Jean-Claude Schmitt (J.-C. S.) — Longtemps, l’histoire religieuse a été écrite par des clercs, y compris au CNRS jusqu’à une date récente. La religion était étudiée à travers le prisme de l’engagement confessionnel. D’où, en particulier, l’efflorescence des travaux sur la « religion populaire » qui accompagnèrent le mouvement conciliaire. L’Église se penchait sur le peuple, pour découvrir que celui-ci avait des croyances en porte à faux, voire dégradées (on parla aussi de « survivances » de « croyances païennes »), par rapport au magistère et à la théologie. Mon intérêt pour les sciences sociales voisines et notamment pour l’anthropologie m’invitait à poser autrement les quest...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, Giordana Charuty et Emma Aubin-Boltanski, « Entretien avec Jean-Claude Schmitt », Gradhiva, 26 | 2017, 164-179.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, Giordana Charuty et Emma Aubin-Boltanski, « Entretien avec Jean-Claude Schmitt », Gradhiva [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3464

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Schmitt

Giordana Charuty

Articles du même auteur

Emma Aubin-Boltanski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page