Navigation – Plan du site
Note de lecture

L’histoire de la conquête par les plantes. Révolutions épistémologiques et pharmacologiques

Frédéric Keck
p. 210-221
Référence(s) :

À propos de Samir Boumediene, La Colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde, 1492-1750. Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2016, et de Romain Bertrand, Le Long Remords de la conquête. Manille-Mexico-Madrid : l’affaire Diego de Ávila (1577-1580). Paris, Seuil, 2015.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Parmi l’ensemble des êtres avec lesquels les humains ont des relations (animaux, microbes, divinités, robots…), les plantes se distinguent par une saillance singulière : elles poussent spontanément mais ne se meuvent pas. Même si certaines peuvent être invasives lorsqu’elles se déplacent d’un continent à un autre, elles ont entre elles des relations de communication et de compétition, et non de prédation ou d’agression. C’est pourquoi les hommes leur attribuent des pouvoirs ou des propriétés, mais rarement des intentions. Elles servent de modèles pour penser le développement des enfants, mais rarement pour décrire la violence politique. Au début du xxe siècle, les anthropologues comme James George Frazer ou Bronislaw Malinowski ont décrit l’usage des plantes dans les pratiques magiques, tandis que les animaux étaient mis au centre des sacrifices religieux par William Robertson Smith et Émile Durkheim.

Après la Deuxième Guerr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Keck, « L’histoire de la conquête par les plantes. Révolutions épistémologiques et pharmacologiques », Gradhiva, 26 | 2017, 210-221.

Référence électronique

Frédéric Keck, « L’histoire de la conquête par les plantes. Révolutions épistémologiques et pharmacologiques », Gradhiva [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3479 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3479

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Frederic.keck@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page