Navigation – Plan du site
Documents et matériaux – Présentés par Salvatore D'Onofrio

Cannibalisme et mort chez les Guayakis (Achén)*

Pierre Clastres et Lucien Sebag
p. 129-133

Notes de la rédaction

Il s’agit d’un article, peu connu et difficilement accessible, signé de Pierre Clastres et Lucien Sebag, « Cannibalisme et mort chez les Guayakis (Achén) » – Achén dans l’original, sûrement une faute de frappe. Y sont relatés les premiers résultats de l’enquête sur un groupe, les Aché-Gaitu, qui étaient entrés en contact avec les Blancs depuis quatre ans. Selon les souvenirs d’Hélène Clastres (communication personnelle), c’est Sebag qui présenta le sujet à la « VI Reunião brasileira de antropologia » qui se tint à São Paulo du 8 au 12 juillet 1963, mais il avait insisté pour que Pierre Clastres le signe avec lui. Le lecteur ne tardera pas à reconnaître l’importance de ces observations ethnographiques et les échos théoriques qu’elles entraînent, d’autant plus que la réflexion sur la nécessité guerrière ou cannibale n’avait été jusqu’alors que rarement menée. Excepté les observations classiques d’André Thevet ou de Jean de Léry au xvie siècle, les articles les plus importants parus sur ces thèmes étaient ceux de Florestan Fernandes, « La guerre et le sacrifice humain chez les Tupinamba » (publié en 1952 dans le Journal de la Société des Américanistes, tome XLI, fasc.1 : 139-221) et de Claude Lévi-Strauss, « Guerre et commerce chez les Indiens de l’Amérique du Sud » (publié en 1943 dans la revue Renaissance, n° 1(2) : 122-139). Dans « Cannibalisme et mort chez les Guayakis » les rapports entre cannibalisme et chasse sont posés, avec des distinctions, très originales pour l’époque, entre endocannibalisme et exocannibalisme et ce que l’on pourrait appeler « endocannibalisme ethnique » relevant de l’activité belliqueuse. Le Guayaki tué par un autre Guayaki se trouve par exemple directement identifié à un animal abattu à la chasse, il est traité comme du gibier et son assassin ne peut s’en nourrir. En revanche, c’est la nourriture préférée par les femmes enceintes, car leurs enfants porteront les noms des victimes humaines et des différents gibiers consommés. L’acquisition, par les femmes, des noms personnels des hommes et des animaux mangés pendant leur grossesse ouvrait aussi un champ de réflexion très important sur les ressemblances et les différences entre ces types de nourritures, réflexion qui se mêlait également aux conceptions de l’âme multiple, à la valeur accordée aux différentes parties du corps par rapport à l’opposition de genre, au traitement symbolique des os par lequel la distinction entre animalité et humanité est réintroduite. Dans l’article, il est dit que l’enquête doit être complétée par un second séjour de six mois (de juillet en janvier), mais seul Pierre Clastres la poursuivit. Sebag, pour sa part, préféra chercher un autre terrain dans la partie nord-occidentale du Paraguay puis en Bolivie (un choix de ce dernier dont on ne sait rien).
Les photographies que nous avons choisies pour accompagner ce texte représentent un jeune garçon photographié par Sebag qui montre les positions dans lesquelles les Aché-Kwaré enterraient leurs morts, alors que les Aché-Gaitu, jusqu’à leur rencontre avec les Blancs, les mangeaient – les Paraguayens avaient réuni les deux groupes à Arroyo Morotí sans qu’ils se connaissent auparavant. Sur l’autre photographie, Baipurangi joue de la flûte pour son demi-frère, le petit Brikugi, dont la mort était survenue vers la mi-juillet durant la brève absence de Sebag et de Clastres (la photographie a dû être prise dès leur retour de São Paulo). Alors que nul contrôle ne s’exe