Navigation – Plan du site
Varia

Dispositifs de catégorisation et construction du lien social : l’entrée dans une association homoparentale

System of categorization and the construction of a social link: Being a part of homosexual parenthood
Luca Greco

Résumés

Au cours de ces dernières années, un certain nombre d’anthropologues ont interrogé la dimension analytique, réflexive et identitaire du terrain au travers les questions suivantes : comment gérer les identités sur le terrain avec les informateurs ? Comment rendre compte dans un texte écrit de la complexité et de la polyphonie intrinsèques à tout procédé de catégorisation sociale entre informateur et chercheur ? A partir d’un terrain mené dans une association de parents et de futurs parents gays et lesbiennes, j’analyserai la façon dont un accès possible a été négocié entre chercheur et informateurs et la trajectoire accomplie par moi-même pour devenir un membre insider de la communauté d’accueil. L’analyse de ce point nous donnera la possibilité de proposer un lien réflexif  entre terrain, identités et données.

Haut de page

Notes de l’auteur

Un grand merci aux membres de l’association que j’ai pu rencontrer au cours de mon enquête et qui m’ont ouvert les portes de l’association. Un remerciement particulier enfin à Maria Candea, Alexandre Duchêne, Lorenza Mondada, Marie-Anne Paveau, Patrick Renaud et Cécile Vigouroux avec qui j’ai eu la chance de discuter maintes fois des questions soulevées dans ce texte.

Texte intégral

Introduction

  • 1  On pourra également consulter l’ouvrage dirigé par Ghasarian (2002) ayant le mérite de présenter a (...)

1Les paradigmes épistémologiques d’origine positiviste ont été mis à mal depuis les années quatre-vingt par le courant réflexif, dialogique et féministe en anthropologie (Marcus et Fisher, 1986 ; Dwyer, 1982 ; Lewin, 20051). Depuis, le terrain et les modes de textualisation ethnographique ont fait l’objet de nombreux débats et analyses qui touchent à leur dimension épistémologique, analytique, identitaire et politique.

2Le mythe de l’objectivité scientifique dont les traces textuelles se matérialisent dans l’écriture ethnographique par l’utilisation d’un groupe nominal généralisant, d’un présent atemporel et d’un discours indirect(« Les bororo disent que... », Clifford, 1988 ; Adam et al., 1990) laisse la place au rôle accompli par la créativité narrative, au dialogisme et aux figures rhétoriques (Geertz, 1973). Les textes ethnographiques deviennent ainsi des narrations polyphoniques dont les genres discursifs sont plus proches du texte littéraire que du texte scientifique « objectif ». Ainsi, le chercheur donne libre cours à ses émotions, à ses désirs (Kulick & Willson, 1995 ; Malinowski, 1985) en croisant plusieurs niveaux d’écriture et de genres discursifs : journal intime, lettres, données ethnographiques, narration littéraire (Crapanzano, 1980).

3Le terrain et les rapports entre ethnographe et enquêté ont également commencé à être perçus en tant qu’objets d’analyse par les chercheurs se situant dans le cadre de l’anthropologie réflexive et dans le sillage de l’ethnométhodologie. Le terrain est appréhendé en tant que speech event, un événement interactionnel dans lequel aussi bien les chercheurs que les informateurs contribuent à la constitution d’un objet scientifique (Dwyer, 1982 ; Mamhoudian & Mondada, 1998 ; Mondada, 1996, 2001). En tant que rencontre sociale, le terrain est une situation dans laquelle on assiste à une permanente négociation des rôles et des places entre le chercheur et ses informateurs (Abu-Lughod, 1986 ; Vigouroux, 2003).

4La crise d’une représentation objective du savoir anthropologique a amené les anthropologues à ne pas gommer ces positionnements identitaires qui émergent dans la rencontre avec l’autre et à les intégrer dans leurs comptes-rendus et leurs analyses (Rabinow, 1977 ; Tedlock, 1992). Les travaux des féministes matérialistes travaillant en sociologie et en anthropologie des sciences ont enfin montré comment les savoirs produits par les chercheurs sont irréductiblement situés et idéologiquement ancrés :

Il faut donc rapporter les interprétations ethnologiques, spécialement celles portant sur les femmes, à la position de l’ethnologue dans le champ des rapports de sexe de sa propre société, c’est-à-dire non pas seulement au fait qu’il soit homme ou femme, mais à ce que sa position d’homme ou de femme lui permet de connaître respectivement, et de l’oppression exercée, et de l’oppression subie (Mathieu, 1991, 125)

5Ainsi, « l’objectivité scientifique » étant le résultat d’un positionnement des chercheurs au sein des rapports de force à l’œuvre dans notre société n’est qu’une « perspective partiale » (Haraway, 1991), un savoir parmi d’autres, historiquement, politiquement et linguistiquement situé (Michard, 2000 ; Rouch, 2005). Les dichotomies « recherche scientifique » / « quête personnelle », « objectivité » / « subjectivité » perdent leur valeur heuristique dans un cadre où les revendications féministes, lesbiennes, gay, post-coloniales se croisent avec la recherche anthropologique (Newton, 2000 ; Anzaldua, 1987). L’étude de communautés situées aux marges du pouvoir dominant ou aux frontières d’un état ou de plusieurs identités a permis de reconfigurer les conditions de recherche dans les terrains dits « sensibles » (Bouillon, Fresia, Tallio, 2006) tout en problématisant la spatialité et la géographie du terrain (Appadurai, 2001 ; Marcus, 1995). Au sein de ce renouveau en sciences sociales, on assiste donc à une floraison d’études anthropologiques et des témoignages ethnographiques qui mettent au centre de leurs analyses les identités des chercheurs (Lewin, 2005 ; Lewin & Leap, 1996) comme étant réflexivement (et politiquement) liées à leurs objets d’étude et à leurs productions scientifiques. La prise en compte des identités des chercheurs sur le terrain devient ainsi centrale dans la littérature ethnographique (Coffey, 1999). Dans ce cadre, le chercheur est appréhendé comme un participant interagissant avec d’autres acteurs sociaux dans un setting particulier : le terrain.

6L’analyse des rôles endossés par les chercheurs ou ceux qui lui sont attribués par les enquêtés permet de lire les questionnements de l’anthropologie réflexive et dialogique sous l’angle inédit de l’analyse de catégories sociales (membership categorization analysis)d’inspiration ethnométhodologique (Sacks , 1992 ;Eglin & Hester, 1997). Les remarques de Dwyer (1982, xvii) sur la pratique ethnographique comme un mode d’accès au point de vue des natifs par le biais des entretiens entre chercheurs et enquêtés font écho à celles relevées par Sacks (1963) et Mondada (à paraître) qui ont vu dans ce genre discursif un événement linguistique particulier structuré par le couple « question/réponse », un lieu de négociation de l’objet du discours et des catégories. Dans ce cadre, les réflexions de Sacks (1992, vol. I, 467-8) sur la façon dont les chercheurs choisissent une formulation adéquate pour décrire les activités et les identités des membres dénoncent les mêmes apories soulevées par l’anthropologie réflexive ainsi que par les expériences personnelles d’écrivains et chercheurs vivant des identités métissées à géométrie variable.

  • 2  À la suite de Duranti (2007, 50), nous utilisons le terme « temporalité » vs. « temps » à cause du (...)

7C’est à l’intérieur de ce cadre théorique que je proposerai une définition du terrain qui tient compte à la fois de sa spatialité multiple et de sa dimension interactionnelle et identitaire. Ainsi, le terme « terrain » renvoie à une pluralité de lieux et de contextes au sein desquels le chercheur prend contact avec la communauté qu’il souhaite étudier, négocie les modalités et les contenus de l’enquête et participe aux activités proposées par les membres du groupe étudié. Ces tâches sont accomplies par le biais de nombreuses interactions sociales dans lesquelles plusieurs identités sont négociées et gérées au cours d’une temporalité2 plus ou moins longue.

La présentation de soi sur le terrain

8La présentation de soi sur le terrain n’est jamais dénuée de sens. Elle est fortement ancrée dans le contexte dans lequel elle se situe et orientée par rapport à ses interlocuteurs. De ce fait, elle est « recipient designed » (Sacks, 1992, vol. 1, lecture 6 ;  Sacks, Schegloff, Jefferson, 1974 ; C. Goodwin, 1979) dans sa matérialité linguistique et dans le choix des catégories utilisées dans les interactions avec les autres.

  • 3  Les two spirits (anciennement nommés « berdache » par toute une tradition d’anthropologues) est un (...)

9Les chercheurs qui ont travaillé dans des communautés stigmatisées d’un point de vue identitaire et/ou marquées par une revendication politique ont relevé à quel point la présentation de soi peut se révéler aussi bien un atout qu’un handicap dans la façon dont les autres vous reçoivent sur le terrain. Se présenter dans une société musulmane comme la fille de son père laissera une trace dans le déroulement des interactions avec les informateurs que l’on rencontrera par la suite (Abu-Lughod, 2000). Dans un autre domaine, Lang (1996) qui a travaillé sur la communauté « Two spirits »3 chez les Indiens d’Amérique, a montré comment son identité de lesbienne a constitué moins un atout qu’un obstacle dans l’accès au terrain. Dans ce cadre, ce dispositif identitaire se révèle non pertinent d’un point de vue culturel dans une communauté où les membres se définissent moins par l’identité sexuelle que par l’appartenance ethnique. Dans cette perspective, l’identité du chercheur peut donc être lue comme une ressource pour l’action s’adaptant et se construisant au fil des rencontres.

10Ce texte retracera la longue trajectoire accomplie au cours d’une enquête auprès d’une association de parents et de futurs parents gay et lesbiens. L’étude de la façon dont plusieurs dispositifs catégoriels sont choisis, négociés, ratifiés et invalidés au cours des interactions avec les participants me permettra d’analyser la façon dont un lien social s’est construit entre moi et les membres de la communauté. Les procédés catégoriels ici étudiés concerneront aussi bien la définition d’un projet de recherche (§ 4) que la présentation de soi (§ 5). Ces deux aspects seront traités comme étant irréductiblement et réflexivement liés dans le flux des rencontres sociales entre l’ethnographe et les membres de la communauté. Cette problématique sera analysée à l’aide d’un cas emblématique (§ 3) censé illustrer les points principaux de la question qui seront détaillés et approfondis par la suite au moyen d’autres extraits (§ 4, 5). Les données feront référence à plusieurs phases ethnographiques : prise de contact (§ 3), premières rencontres au sein de l’association, participation confirmée dans les activités de l’association (§ 4, 5). De ce fait, il sera possible, d’observer et d’analyser la façon dont les participants sur le terrain transforment un ensemble de circonstances d’appréhension mutuelle en rencontres sociales (Goffman, 1964). Les données mobilisées pour ce texte seront multiples : échanges emails, extraits du journal de terrain, notes prises sur le vif et conversations dans les contextes proposés par l’association.

Le démarrage de mon enquête 

11Mon terrain a présenté dès le début trois difficultés qui se sont révélées comme autant de spécificités.  D’abord les contours spatiaux, géographiques n’étaient pas facilement repérables : l’association dans laquelle j’ai mené mon enquête a un site Internet mais n’a pas de siège stable. Les adhérents se réunissent souvent chez eux, dans des locaux de la mairie ou du Centre Gay et Lesbien ou encore dans quelques bars gay friendly. C’est pourquoi au moins tout au début les prises de contact se font surtout par mail et grâce à Internet. Ensuite, il s’agit d’un terrain difficile pour un linguiste : l’enregistrement de conversations s’avère au début pratiquement impossible. En effet, il s’agit d’une communauté pour laquelle la parole est considérée comme « intime » avec une forte charge émotionnelle. Ses membres peuvent encore être stigmatisés et l’affirmation de soi en public peut être source d’angoisse et déclencher une exclusion sociale. Enfin, contrairement à d’autres terrains se déroulant dans des institutions fortement hiérarchisées (hôpital, école, etc.) où l’accord du directeur ou du responsable permet une entrée directe sur le terrain, ici l’accord de la responsable n’est pas suffisant. Dans mon cas, après avoir obtenu le feu vert de la part de la responsable pour les recherches, j’ai dû à chaque fois négocier ma présence et l’enregistrement des interactions avec les responsables et les membres participant à chaque activité.

  • 4  Cette interlocutrice venait de prendre la place d’une ancienne responsable que j’avais moi-même co (...)

12Au tout début de mon enquête, je croyais que mon identité de gay allait faciliter mon entrée sur un terrain dont les membres pouvaient être identifiés comme « homosexuels » par le biais de l’homoparentalité. Lors d’un de mes premiers contacts avec une des responsables de l’association4, je m’étais ainsi présenté comme un chercheur gay souhaitant faire un travail pour la communauté à laquelle j’appartiens (10-16) en pensant que cela aurait pu constituer un atout dans la relation avec mon interlocuteur :

(1) «Chercheur de communauté » Mail Luca 29/04/03
1. Cécile, bonjour,
2. Marie vous a peut-être parlé de moi et de mon
3. projet de recherche autour de l'homoparentalité.
4
. Je travaille en tant que chercheur en
5. analyse des interactions verbales.
Je voudrais
6. commencer une recherche, une enquête de terrain
7. auprès de XXX. Pour ce faire, j'aurais besoin
8. de rencontrer des gens/des adhérents désirant
9. avoir/ou qui ont déjà eu un enfant dans le cadre
10.de l'homoparentalité. Les enjeux de cette
11.recherche autre que scientifiques sont sociales.
12.J'aimerais pas seulement m'investir dans un
13.terrain proche de la communauté à laquelle
14.j'appartiens mais aussi, et surtout essayer de
15.faire connaître et accepter cette réalité auprès
16.de la société dans laquelle nous vivons. Si vous
17.êtes d'accord, j'aimerais d'abord vous
18.rencontrer. Je pense qu'une rencontre face à
19.face est toujours préférable à un échange de
20.mails. Je reste à votre disposition pour tout
21.renseignement.
22.Cordialement
23.Luca Greco

(2) « faisabilité scientifique » Réponse mail 30/04/03
1. oui. J'ai lu tous les messages que vous avez
2. échangés. Je pense que votre projet autour de
3. l'interaction sera difficile à mettre en place
4. avec une observation participante. Je suis
5. disposée à vous rencontrer mais j'aimerais
6. d'abord que vous me précisiez les autres pistes
7. que vous envisagez dans la mesure où participer
8. à un groupe de parole ou à une soirée conviviale
9. ne va pas s'avérer possible. Par ailleurs, que
10.les enjeux soient autres que scientifiques, nous
11.en sommes bien conscients. Mais nous avons aussi
12.conscience que les travaux de recherche pèseront
13.au niveau social que s'ils sont menés de manière
14.très rigoureuse, ce que je ne doute pas un
15.instant de votre part. Ce qui fait que nous ne
16.privilégions pas nécessairement les chercheurs
17.de communauté. Nous nous attachons essentiellement à
18.la faisabilité scientifique de l'étude.
19.Cécile

13Dans sa réponse, mon interlocutrice précise d’abord la difficulté à entreprendre une étude interactionnelle sur les catégories homoparentales en adoptant une posture ethnographique classique d’observation participante (2-4). Ensuite, elle exclut la possibilité de participer à deux activités proposées par l’association : les groupes de parole et les conviviales (7-9) et me demande de préciser (et de reconfigurer) les pistes de recherche (5-7). Tout en reconnaissant les enjeux socio-politiques de mon travail, elle invalidera la catégorie de chercheur « de communauté » (15-17) en soulignant avant tout la rigueur scientifique de l’étude (11-18). De ce fait, une autre catégorie sera rendue pertinente : celle de chercheur en dehors de toute connotation sexuelle et/ou communautaire (15-17).

14La gestion des identités (scientifiques, personnelles …)  relève d’une profonde connaissance de la communauté d’accueil. Ce que l’on croit être pertinent pour établir un bon contact avec l’autre peut devenir pour nos interlocuteurs une ressource pour l’exclusion dans le groupe. Le contexte politique au sein duquel les communautés se situent est dans ce cadre d’une extrême importance pour comprendre quel est leur positionnement au sein de la société et pour opérer des inférences sur les possibilités d’une rencontre à partir d’un programme politique ou /et de la place occupée au sein de la société.

15De ce fait les catégories avec lesquelles nous croyons identifier, reconnaître un groupe peuvent de ce fait s’avérer trompeuses et une asymétrie dans les façons dont les membres rendent saillants certains traits catégoriels (Rosch, 1978) est ici rendue intelligible par de procédés de ratification et d’invalidation. Seulement une longue ethnographie peut nous dire quels sont les traits identitaires qualifiant les membres de la communauté de manière centrale. Dans mon approche de la communauté homoparentale, j’avais surtout insisté sur la catégorie homosexuelle au détriment du trait identitaire « parental » en oubliant que j’avais à faire à une catégorie ad hoc, hybride, composée des deux à la fois, se situant à la frontière de l’hétéro (et de l’homo)normativité.

16Ces deux exemples nous montrent plusieurs aspects de la façon dont l’identité (sous la forme de la présentation de soi) est liée à l’émergence d’un objet d’étude sur le terrain :

17a) les identités professionnelles (chercheur en analyse des interactions verbales 4-5, extr. 1) et personnelles (gay 12-14, extr. 1)  sont traitées par moi comme étant irréductiblement liées, l’une configurant l’autre ;

18b) de ce fait, l’identité (gay) devient un élément important dans la constitution d’un objet d’étude (les interactions verbales) ayant des enjeux  à la fois scientifiques et socio-politiques ;

19c) la façon dont l’imbrication entre identité et projet de recherche sera validée ou invalidée par mon interlocuteur sera décisive pour mon accès au terrain et m’amènera à reconfigurer mon projet d’étude d’une façon inédite et imprévue.

Définir son projet

20La présentation de soi en tant que « chercheur en sociolinguistique travaillant sur la construction interactionnelle des catégories homoparentales dans les groupes de parole » est le résultat d’un long parcours au cours duquel plusieurs pistes de recherche, méthodologies et objets d’études ont été négociés avec mes interlocuteurs de l’association. Après avoir constaté qu’une observation et une participation aux activités de l’association semblaient s’avérer impossibles (cf. § 3), j’avais mitigé dans l’entretien avec la responsable mon identité d’interactionniste au profit d’autres cadres théoriques et méthodologiques plus connus et largement utilisés au sein de l’association (le symbole > renvoie aux questions de mon interlocuteur cf. 1, 7, 9) :

(3) « les entretiens » échange mails 02/05/03

1> - que voulez-vous étudier exactement?

2 Les pratiques de description et de catégorisation des
3 catégories d'identité sociales ( "mère","père",
4 "gay", "lesbienne", "homoparent") par et dans
5 l'événement social "entretien entre informateur et
6 chercheur".

7> - quelle méthodologie?

8  qualitative, ethnographique

9> - quel type d'entretien?

10 des entretiens dits "non-directifs" mêlant interview
11 (avec une liste des topic à aborder), échange
12 conversationnel informel et récit de vie.

  • 5  L’indexicalité est la propriété de toute action sociale (y compris linguistique) de se référer à e (...)

21De ce fait, j’avais opté pour des entretiens et une méthodologie dite « qualitative » bien connue et pratiquée par mon interlocutrice. La catégorisation de soi en tant que chercheur se situant dans un cadre théorique particulier passe par des activités professionnelles spécifiques comprenant aussi bien la maîtrise d’un dispositif méthodologique et l’utilisation d’un type de données plutôt qu’un autre. Dans ce cadre, la présentation de soi est une pratique qui est à la fois interactionnelle (elle se fait au moyen du dispositif questions 1, 7, 9)/réponses 2-6, 8, 10-12), irréductiblement indexicale5 et fortement orientée par rapport à son interlocuteur.

22L’image d’un chercheur sérieux à qui l’on peut faire confiance passe également par sa capacité à présenter un projet de recherche qui soit à la fois clair et scientifiquement crédible. On apprend à maîtriser cette compétence au cours du temps par une série répétée d’interactions avec nos interlocuteurs. À chaque fois que j’étais présent sur le terrain, une des sources d’angoisse concernait la façon dont j’allais présenter mon projet. Ainsi, lors d’une activité de l’association (« les réunions du jeudi »), j’avais esquissé avant de prendre la parole plusieurs types de présentations/objets d’étude possibles :

(4) « Formulation A », journal, 15/01/04

(5) « Formulation B », journal, 15/01/04

(6) « Formulation C », journal, 15/01/04

(7) « Formulation D », journal, 15/01/04

(8) « Formulation E », journal, 15/01/04

23L’ordre dans lequel se succèdent les inscriptions est celui qui apparaît dans mon journal et reproduit un ordre temporel au cours duquel le même objet est reformulé par des procédés de reprise (il y a des éléments présents dans une formulation qui seront repris plus ou moins en partie dans les autres formulations), de mise en évidence (c’est le rôle joué par ce qui se présente sous la forme de mots-clés cf. 5, 6, 7) et de suppression d’éléments qui ne seront plus utilisés par la suite. Les rayures sur chaque présentation (1-7) montrent leur caractère incertain, improvisationnel, qui se stabilisera au cours de la dernière formulation (8). Les marques de sa stabilisation se situent dans sa position séquentielle (la dernière formulation se succède aux autres qui la précèdent), dans la presque absence de rayures et dans une complétude de la formulation qui tient compte à la fois des pratiques étudiées (description et catégorisation), du lieu de leur émergence (le discours) et de l’objet de ces pratiques (l’homoparentalité et plus particulièrement de la co-parentalité entre parenthèses dans le document).

24Au fil du temps, on assiste grâce à des rencontres décisives et au pouvoir de la chance, à des effets de stabilisation de l’identité scientifique et du projet en cours. L’adhésion en tant que membre de l’association et ma participation active à toutes les activités proposées (y compris le forum de discussion ou les mailing lists) m’ont ainsi donné la possibilité de rencontrer davantage de personnes, de discuter de mon projet et enfin de tomber sur ce que dans la littérature ethnographique on appelle le gatekeeper, une sorte de médiateur entre moi et la communauté d’accueil. Ce sera grâce à un mail reçu dans la mailing list de l’association que j’ai entrevu une possibilité pour ma  recherche, les groupes de parole :

(9) « ça commence à bouger » 15/12/03
1.Bonjour à tous,
2.J'ouvre un nouveau groupe de parole pour futurs
3.parents.
4.Vous êtes homosexuels, vous avez
5.un désir d'enfant ... et pleins d'interrogations. Le
6.groupe de parole favorise le cheminement de pensée qui
7.mène au meilleur choix pour chacun de nous.
8.Alors, si vous habitez la région parisienne, contacter
9.Hilary au (numéro de téléphone) ou par mail à (email)

  • 6  Pour une analyse séquentielle de la présentation de soi dans un tour de table, cf. Greco (2008).
  • 7  C’est la nomination utilisée par l’association pour désigner des débats autour d’un thème

25Suite à ce mail, j’ai décidé d’appeler la responsable du groupe et je me suis présenté en tant que chercheur « de communauté » souhaitant observer et enregistrer les groupes de parole. Mon interlocutrice, après avoir montré beaucoup d’enthousiasme, m’a encouragé à y participer à la condition de me questionner sur ma possible identité de père. L’enjeu d’une participation active « au même titre que les autres » fut accepté par moi comme un grand défi aussi bien sur le plan scientifique qu’humain. Ayant fait trésor de ce succès, une présentation de moi moins incertaine et surtout plus proche d’un terrain dont les contours allaient se préciser de plus en plus fut possible dans un tour de table6 précédant un « débathème »7 organisé par l’association :

(10) TDTGOD 180-186/04:22-04:41 03/04
1 L     luca greco / trente huit ans / j- suis
2       à((nom associat.))depuis un an et demi / eu ::h
3       … je suis chercheur en
4       sociolinguistique / et euh je fais.. je
5       mène une recherche depuis un an/ sur
6       les groupes de parole\ sur la
7       construction interactionnelle des
8       >catégories homoparentales dans les
9       groupes de parole<

26Si l’on compare cette présentation au dernier brouillon utilisé pour me présenter dans une autre activité proposée par l’association (extr. 8),

27on peut noter des effets de stabilisation au niveau de la présentation du projet. Certains dispositifs qui avaient été utilisés en (extr. 8) comme « catégorisation » « homoparentalité » et « discours » sont ici (extr. 10) recyclés et re-actualisés sous une forme nouvelle (« construction interactionnelle des catégories homoparentales » lignes 9-10). Cette présentation doit également à ma rencontre avec le gatekeeper (extr. 9) et permet de définir l’objet de mon étude au niveau des groupes de parole. Mon tour (extr. 10) se construit à l’aide de plusieurs dispositifs catégoriels (le nom propre : ligne 1, l’âge : ligne 1, la  participation aux activités de l’association : lignes 1-2 et les intérêts scientifiques : lignes 3-9) et de plusieurs unités de construction du tour délimitées à l’aide des lieux possible de transition de parole comme les contours prosodiques et les pauses. Une augmentation dans le débit de parole (cf. les segments de parole encadrés par >< l. 8-9) montre qu’on va vers la fin et que la présentation s’approche de la clôture.

Trouver une place

  • 8  Lesbian, Gay, Bisex, Trans, Queer.

28L’engagement personnel, « l’être là à titre personnel » est un trait constitutif de toute la littérature ethnographique LGBTQ8. Judith Butler (1999, 39), dans l’introduction rédigée quelques années plus tard à son ouvrage Gender Trouble (1990) explique ainsi la genèse de son travail :

Je menais une double vie, universitaire et extra-universitaire et, même si Trouble dans le genre est un ouvrage universitaire, tout a commencé pour moi par un chassé-croisé, alors que j’étais assise sur la plage de Rehoboth à me demander si je pouvais relier les différents aspects de ma vie.

29L’idée de construire un pont entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle est quelque chose d’assez récurrent dans les narrations ethnographiques d’anthropologues gay travaillant sur des terrains proches de leur identité (Lewin & Leap, 1996). C’est ce qui m’est arrivé lorsque j’ai décidé de travailler sur l’homoparentalité. Ce terrain m’a permis de poursuivre un travail sur la catégorisation que j’avais commencé lors de ma thèse (Greco, 2002) et de m’impliquer dans une communauté proche de la mienne. La tension entre identité scientifique et personnelle n’est pas typique des premiers pas sur le terrain, elle vous accompagne toujours au cours de l’enquête. Ainsi, on est amené à jongler entre plusieurs identités selon nos interlocuteurs et les contextes qui se créent au fil du cheminement ethnographique. Dans l’extrait suivant, je raconte l’expérience que j’ai vécue lors d’une réunion consacrée à la présentation de l’association aux nouveaux membres. Lors de cette réunion, une question de l’animatrice m’oblige à me positionner et à choisir entre une identité d’outsider (« chercheur ») et d’insider (« l’être là à titre personnel »)

(11) « Vous êtes là à titre personnel ? » Journal 15/01/2004
1. Page Blanche. Je n’ai pas pu assister à la réunion
2. destinée aux « nouveaux » i.e. ceux qui veulent
3. prendre contact avec/connaître l’assoce. J’ai été
4. « piégé » tout de suite. Suite à une question
5. adressée à tout le monde « est ce qu’il y a quelqu’un
6. qui est déjà adhérent » j’ai répondu « oui ». Je
7. m’attendais à un tour de table dans lequel chacun de
8. nous (on était 7, dont 4 femmes  + l’animatrice) allait
9. se présenter. Et bien, rien de tout.  Après avoir
10.répondu « oui » à la question de l’animatrice j’ai
11.dit que j’étais chercheur et que le président de
12.l’assoce (XXX) que j’avais eu au téléphone il
13.y a trois jours  - était au courant. Elle m’a refusé.
14.Elle a justifié son refus, en cherchant le regard des
15.autres, en me disant que les chercheurs n’avaient pas
16.leur place ici, que les gens allaient parler, dire
17.des choses très personnelles, confidentielles et que
18.j’aurais pu contacter les adhérents autrement. Voilà.
19.J’en suis sorti un peu déprimé à vrai dire. Je me
20.suis dit : « peut-on faire de l’ethnographie,
21.observer, participer aux activités de 22.l’association ? » L’animatrice m’a posé aussi une
23.autre question « vous êtes là à titre personnel ? »
24.j’ai un peu hésité et après j’ai répondu en disant
25.que si j’étais là c’était pour une recherche et non
26.pas à titre personnel, même si ce n’était pas tout à
27.fait vrai.

30Dans cet extrait, je trace l’histoire d’une exclusion à une activité sociale à cause de mon identité de chercheur. Le contexte « réunion entre les nouveaux membres de l’association » n’était pas favorable à la présentation d’une telle identité. La prise de contact avec de nouveaux membres ne pouvait pas se faire dans ce cadre-là. Ici, la parole échangée allait être personnelle et intime et ma présence ne pouvait pas être tolérée. Dans ce cadre, la présence d’un chercheur n’était pas compatible avec le type d’échange en cours et les catégories déployées par les membres.

31En revanche, dans d’autres contextes comme par exemple celui d’un débat organisé par l’association à l’occasion de la présentation du nouveau livre de Maurice Godelier, une présentation de soi en tant que chercheur s’est révélée possible (cf. extr. 10) et m’a donné la possibilité de transcrire le débat en question. Juste avant l’exposé de Godelier, l’animatrice du débat (Va, 1) avait demandé aux participants s’il y avait bien un volontaire qui accepterait de transcrire la journée en question. Après avoir lancé l’annonce (1-3), personne ne répond à l’appel (4-16), jusqu’à ce que je décide de transcrire l’événement (17) :

  • 9  Conventions de transcription :
    [  note le début du chevauchement entre deux locuteurs ;
    ]  note la f (...)

(12) « Transcripteur » TGODTDT 362-374/fich24, 03/049

1 Va    il nous faudRAIT quelqu’un/ qui accepte euh de:
2       trans
crire (1) >un volontaire en fait</ pour
3       transcrire\ … >l’intervention< donc .. voilà
((plusieurs échanges entre Va et Godelier omis))
4 Va  je vois que:[:
5 P                 [((début du rire--

6 MG  ou[i les xx]
7 Va    [&Il     ] y a beau:COUP de <volon[taires>((en        
8       riant))/          ]
9 P     ---
((fin du rire))]
10 MG  [xxx                ]

11       les volontaires so- sont nombreux y en a trop
12       déjà p-[((rire))]&
13 Va         [((rire))]
14 MG  &il faut donc en choisir un/ <s’il y en a
15      trop>((en rigolant))
16  ...
17 LG  moi je fais souvent des transcriptions
18      donc eu:[:h&]
19 Va          [super]                   
20 LG  &je peux le faire
21      ..
22 Va  génial

32Dans cet extrait, mon identité de volontaire-transcripteur émerge comme étant indexicalement liée au contexte en cours (la requête en 1-3) et à la compétence exhibée dans ce domaine (17). La possibilité de transcrire le débathème et d’en faire un objet d’étude n’était pas prévue par moi à l’avance. Je mobilise afin d’être crédible à l’auditoire une compétence adaptée aux besoins en cours (13-16) faisant écho à des dispositifs catégoriels précédemment utilisés dans le tour de table (cf. extr. 10). De ce fait, une sorte de cohérence thématico-catégorielle entre ma précédente présentation (extr. 10) et l’acceptation d’être transcripteur pour le débat (ligne 17) est garantie par moi-même.

33Lorsque j’ai décidé de travailler sur ce terrain, je n’ai jamais pensé pouvoir me cantonner au rôle d’observateur. La personne qui m’a donné la possibilité de participer et d’enregistrer les groupes de parole m’avait répété plusieurs fois que si je voulais être accepté par les autres, je devraism’impliquer dans les discussions du groupe. La vision du chercheur distant, objectif n’était pas possible dans ce contexte. Ce groupe était composé par des gays et des lesbiennes ayant un désir de parentalité et engagés dans plusieurs types de projets (co-parentalité, insémination artificielle avec donneur inconnu, mère porteuse, adoption). A chaque séance j’enregistrais les discussions et à mon retour à la maison je rédigeais un journal, j’écoutais les enregistrements et je notais pour chaque trace du minidisque les contenus des discussions ou des phénomènes intéressants au niveau interactionnel. Après ce travail, j’envoyais systématiquement à tous les membres du groupe un fichier contenant : un extrait de mon journal, les notes prises pendant l’écoute des bandes et un exemple de transcription. Ce type de travail m’a aidé énormément à garder un contact avec les membres du groupe et à nouer des liens très forts en dehors des réunions. Mes interlocuteurs se sont souvent questionnés sur ma réelle intention, si je n’avais pas moi-même un désir d’enfant et si ma participation « scientifique » au groupe de parole ne cachait pas un désir personnel de paternité comme le montre cet extrait tiré d’un groupe de parole :

(13) « Père» 25 GdP 01.10.04 (00 :00: 44)
1  H  et toi ça t’a interpellé sur (2) –fin °-fin
2     parentalité potentielle/
3     (2)
4  I  x[xxxpour]
5  L   [ben j’y ai pensé]je me suis fait un peu un film
6     (1)
7  H  °mhm mhm°
8  L  je me suis fait u ::n … un scénario/
9  H  °((rire))°
10 E  x[xx]
11 L   [bon] je veux les voi[r
12 E                        [sur un banc public et
13    plutôt le gamin dans le bac à sable
14 L  ((rire))non mais je me suis dit je veux les voir
15    non  et puis finalement … bon
16 I  là c’est
17 L  j’ai répondu NON

34Dans cet extrait, l’animatrice du groupe (Hilary cf. l. 1-2) me pose une question sur les effets produits par une proposition de paternité reçue par un couple de lesbiennes juste un mois avant cette réunion. La question de l’animatrice produit un effet configurant sur mon identité au sein du groupe de parole en tant que participant (vs. observarteur) et me donne la possibilité de rendre visible aux autres participants le parcours émotionnel entrepris (l. 5, 8, 11, 14) et le positionnement adopté (l. 15, 17) suite à cette demande.

35Petit à petit surtout avec les garçons du groupe, j’ai tissé des liens d’amitié, d’échange et nos conversations avant et après les séances du groupe portaient sur nos vies, nos désirs, nos univers personnels. Les traces de mon intégration au sein du groupe étaient intelligibles même dans les façons dont les membres de cette micro communauté me percevaient et s’adressaient à moi comme un insider. Dans l’extrait de mon journal qui suit, je montre comment par le biais d’une remarque d’un des garçons du groupe (26-27) je comprends que les autres commencent à me regarder non seulement comme un chercheur, un externe mais comme « un des leurs » (27-30) :

(14) « Je suis un des leurs », journal, 15/06/04
1. Je ressens - enfin ! - pour la première fois depuis
2. que je fréquente le groupe (depuis le 19/03/04) et
3. l’association qu’il y a un gros changement en moi qui
4. me traverse grâce aussi à ce que les autres me font
5. comprendre par des gestes, des paroles, des regards.
6. Et ceci pour plusieurs raisons. D’abord, j’écris ces
7. notes non seulement pour mon étude, pour ma « partie
8. ethnographique », pour enrichir mon journal de bord
9. mais aussi pour quelqu’un. Et ce quelqu’un c’est un
10.groupe auquel pour la première fois je sens
11.d’appartenir. Le groupe de parole du 11/06 a été très
12.important aussi bien sur le plan de ma recherche que
13.sur le plan personnel, humain. Mais au fond, n’est-ce
14.pas la même chose ? Pourquoi vouloir distinguer les
15.deux plans alors que quand j’ai commencé ce terrain
16.je voulais effectivement faire quelque chose pour la
17.communauté à laquelle j’appartenais, mais surtout
18.essayer de « progresser », de « me mettre à
19.l’épreuve » en tant qu’homme, être humain ?
20.La soirée a commencé avec d’abord Michel, chez lui,
21.et ensuite avec Edward que nous avons cherché en
22.voiture pour aller ensemble chez Hilary et Josiane.
23.C’est déjà en voiture que nous avons commencé – grâce
24.aux apports d’Edward – à parler du week-end du Muguet
25.et du groupe de parole. En voiture Edward m’a dit
26.quelque chose qui m’a frappé beaucoup « Je
27.m’attendais de te voir au week-end du Muguet ». C’est
28.là que j’ai compris qu’il me percevait comme « un des
29.leurs » et que je n’étais plus (indépendamment de ma
30.volonté) quelqu’un d’extérieur.

Conclusions

  • 10  Dans ce cadre, j’ai proposé (Greco, 2002, 47 ; 2004) une « ethnographie polyphonique » mobilisant (...)

36L’utilisation dans ce texte de plusieurs extraits où la voix de l’autre est imbriquée dans la mienne m’a permis de répondre aux questionnements soulevés par l’anthropologie réflexive et interprétative quant au statut de la description ethnographique. Ainsi, on peut passer d’une description ventriloque (cf. l’ « ethnographic ventriloquism » Geertz, 1988, 145) marquée uniquement par la voix du chercheur à une description polyphonique10 au sein de laquelle plusieurs voix et ressources sémiotiques (transcriptions d’échanges interactionnels, emails, journal de terrain, brouillons…) donnent corps au texte ethnographique.

37L’analyse des procédés utilisés par les participants afin de construire un lien social sur le terrain m’a permis de rendre compte de sa dimension temporelle, interactionnelle et identitaire. La définition d’un projet de recherche (§ 4) et l’accès à une place au sein de la communauté (§ 5) passent par des procédés de catégorisation, de reformulation et d’adaptation au(x) contexte(s) en cours. Ces procédés sont inscrits dans un temps de la recherche au cours duquel les participants peuvent bricoler, re-actualiser ou écarter des procédés utilisés précédemment. Ainsi, le  chercheur se trouve à improviser selon les contextes plusieurs dispositifs catégoriels censés être adéquats à ses interlocuteurs. De ce fait, il fait l’expérience de ce que Goodenough (1964, 36) situe au niveau de la culture : « tout ce qu’il faut savoir ou croire pour se conduire d’une manière acceptable pour les membres de cette société ».

38Ces analyses me permettent enfin de proposer un lien réflexif (Garfinkel, 1967) entre le terrain, les identités et les objets d’étude du chercheur. D’une part, c’est au cours du terrain que des identités et des objets d’étude émergent comme étant culturellement pertinents vis-à-vis des contextes et de nos interlocuteurs. C’est au cours de la rencontre que les rôles, l’objet d’étude et son cadre théorique sont négociés avec les membres de la communauté. En même temps, le terrain se constitue grâce aussi à une série de rencontres dans lesquelles les identités et les projets de recherches sont découverts, interrogés et acceptés par les membres du groupe.

Haut de page

Bibliographie

ABU-LUGHOD Lila, Veiled Sentiments. Honor and Poetry in a Bedouin Society, Berkeley, University of California Press, 2000.

ADAM Jean-Michel, BOREL Marie-Jeanne, CALAME Claude, KILANI, Mondher (dir.), Le discours anthropologique, Paris, Klincksieck, 1990.

ANZALDUA Gloria, Borderlands/La Frontera: The New Mestiza, San Francisco, Aunt Lute, 1987.

APPADURAI Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001 (1996).

BOUILLON Florence, FRESIA Marion, TALLIO Virginie (dir.) Terrains sensibles : Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’études africaines EHESS, 2006.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, Paris, La découverte, 2005 (1990, 1999).

CLIFFORD James, The Predicament of Culture. Twentieth-Century Ethnography, Literature, and Art, Cambridge, Harvard University Press, 1988.

COFFEY Amanda, The ethnographic self. Fieldwork and the representation of identity, London, Sage, 1999.

CRAPANZANO Vincent, Tuhami. Portrait of a Moroccan, Chicago, University of Chicago Press, 1980

DURANTI Alessandro, Etnopragmatica, Roma, Carocci, 2007.

DWYER Kevin, Moroccan Dialogues, Anthropology in Question, Baltimore, The John Hopkins University Press, 1982.

EGLIN Peter, HESTER Stephen (dir.), Culture in Action. Studies in Membership Categorization Analysis, Washington DC, International Institute for Ethnomethodology and Conversational Analysis & University Press of America, 1997.

GARFINKEL Harold, Studies in Ethnomethodology, New Jersey, Prentice-Hall, 1967.

GEERTZ Clifford, Interpretation of Cultures, New York, Basic Books, 1973.

GEERTZ Clifford, Works and Lives. The Anthropologist as Author, Cambridge, Polity Press, 1988.

GHASARIAN Christian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive : Nouveaux terrains, nouveaux enjeux , Paris,Armand Colin, 2002.

GOFFMAN Erving, « The Neglected Situation », American Antrhopologist, 66, 1964, pp. 133-136.

GOODENOUGH Ward, « Cultural Anthropology and Linguistics », in HYMES Dell (dir.) Language in Culture and Society: A Reader in Linguistics and Anthropology, New York, Harper & Row, 1964, pp. 36-39.

GOODWIN Charles, « The interactive Construction of a Sentence in Natural Conversation », in PSATHAS George (dir.), Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, New York, Irvington Publishers, 1979, pp. 97-121.

GRECO Luca, Interaction, cognition et contexte : pratiques de description et de catégorisation de la douleur dans les appels au SAMU (1)15. Thèse de sciences du langage, Paris, EHESS, 2002.

GRECO Luca, La transcription en tant que description « dense » ethnographique. Séminaire Histoire de la langue et des systèmes graphiques. Dialectologie, pratiques langagières, journée thématique « Les données et leurs enjeux », CNRS-Paris III, Ivry, 2004.

GRECO Luca, « Identité, contexte et pratiques sociales : l’accomplissement interactionnel d’un tour de table », Verbum, XXVIII, 2-3, 2008, pp. 153-174.

HARAWAY Donna, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, Paris, Actes Sud, 2009 (1991).

KULICK Don, WILLSON, Margaret (dir.), Taboo. Sex, identity and erotic subjectivity in anthropological fieldwork, London, Routledge, 1995.

LANG Sabine, « Traveling Woman : Conducting a Fieldwork Project on Gender Variance and Homosexuality among North American Indians ». In LEWIN Ellen, LEAP William (dir.), Out in the field. Reflections of lesbian and gay anthropologists, Urbana, University of Illinois Press, 1996, pp. 86-110.

LEWIN Ellen, (dir.), Feminist Anthropology. A Reader, Oxford, Blackwell, 2005.

LEWIN Ellen, LEAP William (dir.), Out in the field. Reflections of lesbian and gay anthropologists, Urbana, University of Illinois Press, 1996.

MAHMOUDIAN Mortéza, MONDADA Lorenza (dir.), Le travail du chercheur sur le terrain: Questionner les pratiques, les méthodes, les techniques de l'enquête, Cahiers de l’ILSL 10, Lausanne, Institut de Linguistique et des Sciences du Langage de l'Université de Lausanne, 1998.

MALINOWSKI Bronislaw, Journal d’ethnographe, Paris, Seuil, 1985 (1967) [notes prises pendant les années 1914-1918].

MARCUS Georges, « Ethnography in/of the world system : The emergence of multi-sited ethnography», Annual Review of Anthropology, 24, 1995, pp. 95-117.

MARCUS Georges, FISHER Michael, Anthropology as Cultural Critique. An experimental moment in the human sciences, University of Chicago, Chicago, 1986.

MATHIEU Nicole-Claude, L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté Femmes, 1991.

MICHARD Claire, « Sexe et humanité en français contemporain. La production sémantique dominante », L’Homme, 153, 2000, pp. 125-152.

MONDADA Lorenza, « L’entretien comme lieu de négociation d’objets de discours », Cahiers de Linguistique Sociale, 28/29, 1996, pp. 218-224.

MONDADA Lorenza, « L’entretien comme événement interactionnel. Approche linguistique et conversationnelle », in THIBAUD Jean-Paul, GROSJEAN Michelle (dir.), L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, 2001, pp. 197-214.

MONDADA Lorenza, « Activités de catégorisation dans l’interaction et dans l’enquête », in Langues, cultures et interactions. Actes du Colloque du Réseau Français de Sociolinguistique. Paris, octobre 2005, Paris, L’Harmattan, à paraître.

NEWTON Esther, Margaret Mead made me gay. Personal Essays, Public Ideas, Durhall, Duke University Press, 2000.

RABINOW Paul, Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 1988 (1977).

ROUCH Hélène, « La gestation, paradoxe immunologique de la dualité », in ROUCH Hélène, DORLIN Elsa, FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL Dominique (dir.), Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 105-126.

ROSCH Eleanor, « Principles of Categorisation », in E. ROSH Eleanor, B. LLOYD Barbara (dir.) Cognition and Categorisation. Hillsdale, Laurence Erlbaum Ass., 1978, pp. 27-48.

SACKS Harvey, « Sociological Description », Berkeley Journal of Sociology, 8, 1963, pp. 1-16.

SACKS Harvey, Lectures on Conversation, Oxford, Blackwell, 1992 (à partir des notes de cours rédigées par Gail Jefferson 1964-72).

SACKS Harvey, SCHEGLOFF Emmanuel, JEFFERSON Gail, « A Simplest Systematics for the Organisations of Turn-Taking for Conversation », Language, 50, 1974, pp. 696-73.

TEDLOCK Barbara, Rituels et pouvoirs chez les indiens Zuni : voyage d’un anthropologue au Nouveau Mexique, Paris, Plon, 2002 (1992).

VIGOUROUX Cécile, Réflexions méthodologiques autour de la construction d’un objet de recherche : la dynamique identitaire chez les migrants africains francophones au Cap (Afrique du Sud). Thèse de doctorat de sociolinguistique, Paris X, Nanterre, 2003.

Haut de page

Notes

1  On pourra également consulter l’ouvrage dirigé par Ghasarian (2002) ayant le mérite de présenter au public francophone des travaux si peu connus en France.

2  À la suite de Duranti (2007, 50), nous utilisons le terme « temporalité » vs. « temps » à cause du rôle déterminant de la mémoire et des émotions dans l’expérience ethnographique.

3  Les two spirits (anciennement nommés « berdache » par toute une tradition d’anthropologues) est une communauté indienne située aux États-Unis et au Canada. Cette communauté a attiré l’attention des anthropologues puisqu’ils proposent dans les pratiques et les attitudes psychosociologiques une vision du genre alternative aux schémas binaires classiques. Ainsi, ce sont des hommes et des femmes qui s’habillent et se comportent en adoptant les caractéristiques de l’autre genre. Ils sont aussi dotés de pouvoirs spirituels et sont censés garder un lien, un dialogue avec les divinités.

4  Cette interlocutrice venait de prendre la place d’une ancienne responsable que j’avais moi-même contactée au tout début de mon terrain.

5  L’indexicalité est la propriété de toute action sociale (y compris linguistique) de se référer à et de constituer en même temps un contexte socioculturel d’émergence (Garfinkel, 1967).

6  Pour une analyse séquentielle de la présentation de soi dans un tour de table, cf. Greco (2008).

7  C’est la nomination utilisée par l’association pour désigner des débats autour d’un thème

8  Lesbian, Gay, Bisex, Trans, Queer.

9  Conventions de transcription :
[  note le début du chevauchement entre deux locuteurs ;
]  note la fin du chevauchement, lorsque cela a été jugé nécessaire ;
/  et  \  notent les montées etdescentesintonatives ;
, note des intonations sous forme de liste ;
.  et  ..  et  ...  notent des pauses petites, moyennes, longues ;
(3 s)  notent des pauses plus longues, mesurées en secondes (à partir de 1 seconde) ;
:  notent des allongements syllabiques ;
Le soulignement note une emphase particulière sur une syllabe ou un mot ;
Les CAPITALES notent un volume fort de la voix ;
Les signes °ok° notent un volume bas de la voix ;
>on voulait s’échapper< note un rythme rapide dans la prononciation d’un fragment de parole ;
=  note un enchaînement rapide entre deux tours de parole ;
&  note la continuation du tour par le même locuteur, au-delà de l’interruption de la ligne de la transcription pour l’introduction d’un chevauchement par un autre locuteur ;
xxx  notent un segment incompréhensible ;
-  note la troncation d’un mot esquissé ;
(h)  note l’aspiration du locuteur ;
((rire))  entre parenthèses sont notés les commentaires du transcripteur, ainsi que des phénomènes non transcrits ;
<  >   délimitent le segment sur lequel porte la description entre ((  )) ;
(deux jours) note une incertitude dans la transcription ;
? note une incertitude au niveau de l’identification du locuteur.

10  Dans ce cadre, j’ai proposé (Greco, 2002, 47 ; 2004) une « ethnographie polyphonique » mobilisant à la fois les voix des enquêtés et du chercheur.  Ce type d’ethnographie est très proche de ce que Ghasarian (2002, 11) propose : « l’effort de l’ethnologue pour analyser les réactions des autres ne suffit pas s’il oublie d’analyser ses propres réactions aux autres ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende (5) « Formulation B », journal, 15/01/04
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Légende (6) « Formulation C », journal, 15/01/04
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Légende (7) « Formulation D », journal, 15/01/04
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Légende (8) « Formulation E », journal, 15/01/04
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-4.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-5.png
Fichier image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/1649/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Greco, « Dispositifs de catégorisation et construction du lien social : l’entrée dans une association homoparentale », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gss/1649 ; DOI : 10.4000/gss.1649

Haut de page

Auteur

Luca Greco

Maître de conférence
ILPGA PARIS III Sorbone Nouvelle, EA 1483

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals