Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question

Paris, Les Presses de Sciences Po, 2008
Marianne Blidon
Référence(s) :

Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2008

Texte intégral

1Qui n’a pas entendu dire qu’il était « dangereux » pour une femme de sortir seule le soir ? Qu’il fallait « prendre ses précautions » au risque de « s’exposer » à une agression ? Et qu’une « femme bien » ne devait pas « traîner » dans l’espace public ? Au fondement de ces injonctions, il y a une évidence : celle de la vulnérabilité des femmes dans l’espace public du fait même de leur sexe. Or ce qui semble aller de soi mérite bien souvent d’être questionné comme le démontre de façon convaincante Marylène Lieber dans Genre, violences et espaces publics. Dans cet ouvrage, issu de sa thèse de doctorat en sociologie, elle questionne la persistance des peurs féminines et leurs implications dans la vie quotidienne, plus particulièrement en matière de déplacements diurnes et nocturnes. Ce questionnement s’opère à travers la mise en tension de deux champs d’investigations que sont les politiques publiques en matière de sécurité d’une part et les pratiques et les représentations, des femmes et des hommes, dans les espaces publics d’autre part. Ce qui aurait pu apparaître comme une juxtaposition d’approches structure son argumentation et appuie sa thèse ; à savoir que « les “risques évidents” que courent les femmes lorsqu’elles se déplacent dans l’espace public ne sont pas la conséquence de leur appartenance sexuée, mais participent de la production de cette appartenance » (p. 16).

2Ce renversement de perspective débute par un état des recherches (chap. 1) qui permet à la fois de replacer ce travail dans le champ théorique des études féministes, dans lequel il s’inscrit et dont il est redevable, et dans celui des enquêtes sur les violences et la sécurité qu’il prolonge. Les violences, décrites comme un continuum, sont ainsi réinscrites dans des rapports de pouvoir ; ces violences psychologiques, physiques ou sexuelles qui entretiennent la peur opérant comme des rappels à l’ordre sexué. Cette prise en compte ne signifie pas pour autant que toutes les femmes sont des victimes et tous les hommes des individus violents. Il s’agit de penser une masculinité hégémonique, productrice de rapports sociaux de sexe inégalitaires, qui opère plus largement dans un système patriarcal. La violence n’est donc ni l’apanage d’une classe sociale (les classes populaires, les personnes issues de l’immigration) ni celui d’un espace (l’espace public-dangereux versus l’espace domestique-protecteur). Ainsi, l’auteure rappelle que loin d’être commises dans des lieux déserts et de nuit, les agressions sexuelles « se déroulent autant de jour que de nuit et que plus de 60% d’entre elles ont lieu au domicile de la victime ou de l’agresseur » (p. 54). Pour ce qui est des lieux publics, il s’agit autant de « lieux réputés sûrs (tels les hôpitaux) que dans ceux considérés comme dangereux (comme la rue) » (p. 54). Enfin, à la figure inquiétante du rodeur, l’auteure rappelle, suivant l’enquête ENVEFF (2000), que « les agressions sexuelles ont principalement lieu au sein du cadre familial ou conjugal » (p. 53). Néanmoins, si ces résultats vont à l’encontre de nombre de lieux communs, ils ne dispensent pas de mieux comprendre ce qui se joue dans l’espace public en matière de rappels à l’ordre sexué via les interpellations, les insultes ou les contacts physiques.

3C’est ce que l’auteure entreprend à partir d’une analyse des politiques publiques françaises (chap. 2) et de la production statistique sur les violences (chap. 3). Loin d’être neutres, elle montre aussi que ces politiques peinent à prendre en considération l’expérience des femmes du fait d’une séparation du champ d’action entre sécurité et violence envers les femmes, celles-ci étant principalement envisagées sous l’angle domestique et conjugal. Cette séparation a pour effet de reconduire l’assimilation de l’espace public aux hommes et de l’espace privé aux femmes, tout en occultant l’expérience que les femmes ont des violences dans l’espace public. Cette prise en compte est d’ailleurs paradoxale, puisque « les faire émerger en tant que sujets des politiques publiques représente une réponse à une réalité sociale, mais entraîne également un effet de “naturalisation” ou d’“essentialisation” des rapports sociaux de sexe » (p. 76). D’ailleurs, cette prise en compte est d’autant plus difficile que ces violences n’apparaissent pas ou peu dans les statistiques. À partir d’une analyse fine de la méthodologie des données disponibles, l’auteure montre ainsi que « l’occultation dont les violences envers les femmes font l’objet dans les statistiques officielles contribue à ce qu’elles ne soient pas une priorité politique » (p. 157).

4Une attention particulière est ensuite portée sur le projet politique mené par la Mairie de Paris depuis 2001 (chap. 4), projet qui intègre la dimension sexuée de la sécurité tout en affirmant lutter contre les discriminations. À travers cette étude de cas, Marylène Lieber met en lumière le hiatus entre l’objectif initial qui était de promouvoir une politique à même de réduire la ségrégation sexuée des espaces publics, notamment en combattant le sentiment d’insécurité ressenti par les femmes, et les résistances tant individuelles qu’institutionnelles qui ont conduit à reléguer cette thématique, notamment dans les contrats d’arrondissement, participant ainsi d’un processus de dépolitisation des violences envers les femmes. Au final, malgré la volonté affichée, « il apparaît que l’intégrité physique des femmes est davantage considérée comme une question personnelle et individuelle que sociale » alors que les restrictions qui leur sont imposées « quant à l’usage de l’espace urbain ont une influence de taille sur leur autonomie et, de ce fait, sur leur accès à l’espace public » (p. 201).

5Ce qu’elle démontre dans les trois derniers chapitres, à partir de l’analyse d’une trentaine d’entretiens, sur les usages et les représentations de l’espace public. Pour ce faire, elle distingue deux dimensions : la peur-préoccupation qui est liée « à des lieux ou des individus précis » et la peur sexuée qui « est considérée comme un attribut féminin » (p. 205) qui prendra d’autant plus sens dans certains espaces-temps, en particulier la nuit quand les femmes sont seules (chap. 5). Se pensant avant tout comme femme, donc comme nécessairement impuissante physiquement et comme objet d’une sexualité masculine prédatrice, les femmes ont incorporé les discours sur leur vulnérabilité ; vulnérabilité qui participe en retour de la production de leur identité sexuée et se traduit par une adaptation des conduites (limitation des sorties nocturnes, sortir accompagnée…) et des tactiques d’évitement (choix de l’itinéraire et adaptation de la trajectoire en contexte, choix de la tenue, attitude affichée d’inaccessibilité…) (chap. 6). Plus qu’une interdiction d’accéder à l’espace public, il s’agit d’un accès restreint et d’une limitation du champ des possibles. Restriction en partie inadaptée puisque la majorité des agressions ont lieu de jour et dans des endroits familiers. Mais restriction qui n’est pas infondée, puisque la solitude est un facteur de vulnérabilité.

6Ce phénomène fonctionne d’autant mieux qu’il ne s’appuie pas nécessairement sur une expérience personnelle d’agression physique, mais sur une forme de violence liée au genre dont l’apprentissage débute dès la socialisation différenciée des garçons et des filles, entretenu par la suite par les rumeurs et les rappels à l’ordre que les femmes expérimentent dans les espaces publics (drague insistante, insultes, propos sexistes, fait d’être suivie…) et qui renforcent leur sentiment de vulnérabilité (chap. 7). Cette construction de la peur sexuée comporte enfin une forte dimension idéologique puisqu’elle dessine les agresseurs potentiels sous les traits des classes dangereuses, à savoir ceux des hommes issus des milieux populaires et de l’immigration. « Accentuer la dimension culturelle, autrement dit jouer sur des rapports sociaux de “race” qui paraissent naturels et sont naturalisés par cette mise en avant d’une masculinité des banlieues qui serait la seule à poser problème, contribue à stigmatiser les attitudes des hommes des catégories sociales les plus défavorisées tout en laissant intouchées celles des hommes des catégories moyennes » (p. 292). Sortir et refuser la peur deviennent alors des actes de résistance aux normes dominantes.

7Au total, on pourrait reprocher à l’ouvrage de ne pas avoir approfondi telle ou telle dimension de la question, de ne pas avoir mis en œuvre telle ou telle méthode ou de ne pas avoir suffisamment donné la parole à tel ou tel, mais ce serait des critiques aporétiques au regard de sa qualité, car cet ouvrage constitue une bonne synthèse en français sur la question, à la fois par l’ampleur des champs dans lequel il s’inscrit (littérature anglo-saxonne, études de genre, enquêtes empiriques…) et par la précision des analyses. Synthèse qui ouvre des perspectives de recherche fructueuses tant sur la question des espaces publics que sur celle des rapports sociaux de sexe, tant dans le domaine de l’action politique que des études féministes. Pour finir, je citerais les mots d’une étudiante enthousiaste : « l’ouvrage constitue une sorte de thérapie car il permet une prise de conscience ». Rares sont les thèses qui peuvent se prévaloir d’une telle portée.

Haut de page

Bibliographie

JASPARD Maryse (dir.), Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France, Paris, IDUP/Ined, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gss/1694

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals