Navigation – Plan du site
2014

Massad Joseph, Desiring Arabs

Chicago, University of Chicago Press, 2007
Gianfranco Rebucini
Référence(s) :

Massad Joseph, Desiring Arabs, Chicago, University of Chicago Press, 2007

Texte intégral

1Comme c’est souvent le cas des ouvrages originaux et fondateurs, Desiring Arabs de Joseph Massad, professeur en sciences politiques et en histoire intellectuelle arabe à la Columbia University de New York, a suscité et continue à susciter des discussions et des controverses importantes, ce qui en fait un ouvrage d’un intérêt toujours actuel. Déjà en 2003, en réaction à la sortie d’un article (Massad, 2002) qui deviendra par la suite le troisième chapitre de ce livre, Joseph Massad et Arno Schmitt ont donné lieu à un échange virulent dans la revue Public Culture (Massad, 2003 ; Schmitt, 2003). Plus récemment, en France, une interview de Joseph Massad (Massad, 2013a) a été l’occasion d’un vif débat entre Philippe Colomb, Stephane Lavignotte (Colomb, Lavignotte, 2013) et l’auteur de Desiring Arabs (Massad, 2013b). Presque toutes les critiques se concentrent sur les attaques politiques contre ce que l’auteur appelle l’International gay, terme désignant l’ensemble des associations de défense des droits LGBT, des ONGs de défense des droits de l’Homme, et des scientifiques occidentaux engagés dans le soutien à ces causes (pour une critique plus nuancée à ce sujet voir : Lagrange, 2008, pp. 179-183).

2Néanmoins, ce livre présente surtout des éléments remarquables de réflexion et il pourrait être lu comme la continuation et le complément des travaux d’Edward Said sur l’Orientalisme (Said, 1980) et de Michel Foucault sur la sexualité (Foucault, 1976). Les références explicites à ces deux auteurs ne manquent d’ailleurs pas. L’auteur, en assumant cet héritage, cherche d’une part à combler le déficit d’intérêt de Said pour la question du désir et de la sexualité dans la construction du sujet « oriental » de la tradition orientaliste européenne, et d’autre part à compléter les recherches sur la formation du « dispositif de sexualité » conceptualisé par Foucault, en mettant en avant le rôle et les enjeux du moment colonial et de la tradition orientaliste concernant cette formation.

3Les deux premiers chapitres sont en fait dédiés à la production orientaliste et aux intérêts coloniaux qui, selon Joseph Massad, ont mis en place un système idéologique caractérisé par la définition des concepts de culture et de civilisation. Des oppositions conceptuelles comme « décadence » et « renaissance », « tradition » et « modernité », ont commencé à être utilisées en Occident pour décrire les évolutions et les changements, mais surtout les essences des civilisations dans le rapport colonial.

4C’est en acceptant et en adoptant ce binarisme hiérarchique, qui met la civilisation occidentale à la tête d’une évolution darwiniste des civilisations différentes que, notamment au moment de la nahda (Renaissance) arabe, les intellectuels arabes ont adhéré à l’épistémologie sexuelle occidentale. L’auteur décrit comment les discours coloniaux hégémoniques sur les Arabes ont été repris dans les définitions indigènes des représentations et dans la « redécouverte » de leur propre civilisation. En réaction aux discours coloniaux et orientalistes sur le « retard » et la « décadence » arabe, imprégnés de morale victorienne, dont la débauche sexuelle de l’époque médiévale et de la première période moderne serait l’exemple, les intellectuels de la nahda ont éludé les désirs sexuels représentés dans la littérature qui étaient pourtant partie intégrante de l’héritage arabo-islamique pendant des siècles. À partir de cette époque, ces désirs sont considérés comme étrangers et provoquent des discussions virulentes. À la même époque, et pour contrer la pression moralisatrice occidentale, la dichotomie juridico-morale normal/déviant est assimilée pour adhérer à la morale victorienne, fondement de la hiérarchie civilisationnelle de la période coloniale.

5Ce projet assimilationniste, qui concerne un large panel d’écrits intellectuels arabes, œuvres d’historiens libéraux, de nationalistes, de sécularistes marxistes, d’islamistes et de féministes, tend à affirmer que les Arabes « ne sont pas différents des Européens en termes de civilisation et de culture, même si les Européens continuent à traiter les Arabes comme inférieurs » (p. 417). C’est donc à cause de ce projet intellectuel de réaction moralisatrice que la civilisation arabe a pu être vue par la suite comme « répressive » concernant les pratiques et les identités sexuelles.

6Le troisième chapitre s’efforce ensuite d’analyser les enjeux et les effets de la stigmatisation des sociétés arabes comme lieux de la répression sexuelle. Selon l’auteur, à partir des années 1980 mais surtout des années 1990, l’International gay, se faisant l’allié objectif de la politique néocoloniale américaine, aurait mis en place une forte « incitation au discours » (l’auteur reprend à son compte cette expression que Michel Foucault a développée dans La volonté de savoir) pour catégoriser et distinguer des identités sexuelles qui jusque-là étaient restées pour le moins assez floues dans les pays arabes. En réaction à cette « mission » de « libération » et de « modernisation », les politiques et l’idéologie vis-à-vis de la sexualité et des pratiques sexuelles déviantes, comme la sodomie, seraient devenues plus répressives. C’est donc à partir de ce moment historique que l’on peut voir une substitution d’une catégorisation par la « déviance » avec une catégorisation plus stricte par l’identité sexuelle. Les catégories juridico-morales laissent progressivement place à une bicatégorisation identitaire sexuelle fondé sur la dichotomie hétérosexualité/homosexualité.

7L’argument politique principal de Joseph Massad, qui est en effet très convaincant, est que les organisations internationales, et l’International gay en particulier, en incitant les gouvernements et les populations des pays islamiques à accepter une épistémologie binaire occidentale, ne font que protéger une partie très minoritaire de la population, celle qui, appartenant aux classes supérieures de la population, a déjà « adopté une identité occidentale » (p. 173). Au contraire, les hommes des classes populaires se retrouveront pris dans une situation dramatique, d’une part parce qu’ils devront abandonner les pratiques homoérotiques telles qu’elles existaient jusque-là, et d’autre part parce qu’ils ne pourront pas être en mesure de résister à la nouvelle répression policière de l’État et à la répression morale des islamistes et des nationalistes. Ainsi, selon l’auteur, l’International gay, par ses actions et ses discours, parvient à obtenir l’exact opposé de ses intentions. Au lieu de « libérer » les homosexuels, cette « organisation » force la main aux gouvernements arabes qui estiment ses actions comme une ingérence et une prévarication de leur autorité. En réaction, leurs politiques seront alors moins indifférentes aux pratiques et aux choix sexuels qui sont souvent vus comme la conséquence de la propagation de l’impudicité occidentale.

8Le quatrième chapitre développe ce point particulier en montrant comment le discours islamiste conservateur des dernières décennies fonde ses argument d’une part sur le discours médical européen du dix-neuvième siècle et d’autre part sur les positions du christianisme fondamentaliste contemporain pour lequel, par exemple, le SIDA serait une punition divine des homosexuels. Ainsi, ces mouvances réactionnaires de l’islamisme ont fondé leurs réactions sur une prétendue volonté de l’Occident d’imposer ses valeurs de « décadence » aux sociétés arabes. Joseph Massad explique comment les mouvements islamistes, en acceptant les catégories identitaires sexuelles de l’homosexualité, pousseraient les États et les pouvoirs en place à assumer des positions et des lois plus restrictives visant plus directement les homosexuels en tant que tels.

9Les deux derniers chapitres se concentrent sur une analyse des représentations concernant la sexualité « déviante » présentée dans les œuvres littéraires à partir des premiers ouvrages de Naguib Mahfouz à nos jours. Le choix pour la littérature se justifie par le fait que Joseph Massad considère le roman comme plus complexe et plus riche que les monographies des sciences sociales sur la question. Pour l’auteur, la littérature est le seul champ intellectuel dans lequel « le désir, déviant ou normatif, est vécu dans les sociétés arabes contemporaines » (p. 272). Dans sa démarche, l’auteur met à contribution les œuvres littéraires pour souligner, par exemple, l’utilisation constante de la métaphore du désir homosexuel en tant que signe de la décadence et de la corruption de la société.

10Cet ouvrage demeure, donc, une tentative majeure et sûrement réussie d’analyse en profondeur de la formation, de la production et du développement des discours relatifs à la sexualité dans le monde arabe. De manière plus générale, ce livre est un exemple incisif d’une généalogie discursive de la construction d’une culture, à travers une analyse des « inventions des traditions » et des idéologies, et d’une recherche qui arrive à démêler les fils des interconnections entre les cultures de la période coloniale et néocoloniale.

11Pourtant, quelques éléments de cet ouvrage demeurent problématiques. L’approche de Joseph Massad semble mettre trop en avant l’influence culturelle impérialiste occidentale sur les classes supérieures « occidentalisés », risquant de créer une rupture culturelle trop nette entre ces classes et le reste de la population arabe qui demeurerait indifférente à cette influence. Joseph Massad semble, ainsi, porter peu d’attention aux changements et aux réélaborations idéologiques mais également aux conditions matérielles internes aux sociétés arabes. On aurait ainsi aimé voir à l’œuvre une analyse plus poussée de l’histoire de cette réélaboration interne de concepts et idéologies « qui voyagent », comme l’aurait dit Edward Said (1980) et peut-être une attention plus forte aux changements économiques, politiques et structurels intervenus dans ces sociétés dans les dernières décennies suite à l’hégémonie néolibérale du capitalisme mondial contemporain.

12En dépit de ces remarques mineures, Desiring Arabs demeure un livre essentiel. Que l’on s’accorde ou non avec certaines de ses analyses et de ses attaques politiques – notamment concernant l’International gay – cet ouvrage ne peut que susciter de l’intérêt. Il nous engage à une réflexion plus rigoureuse, et à un changement radical de perspective et d’analyse sur la sexualité dans les pays arabes et islamiques en général. Cet ouvrage est bien un travail de référence pour des domaines tels que les sciences sociales et les études littéraires portant sur les sociétés islamiques.

Haut de page

Bibliographie

COLOMB Philippe, LAVIGNOTTE Stéphane, « Débat – L’empire de la sexualité en question 1/2 », La Revue des livres, n° 10, 2013.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir. Paris, Gallimard, 1976.

LAGRANGE Frédéric, Islam d’interdits, Islam de jouissance, Paris, Téraèdre, 2008.

MASSAD Joseph, « Re-Orienting Desire: The Gay International and the Arab World », Public Culture, vol. 14, n° 2, 2002, pp. 361-385.

MASSAD Joseph, « The Intransigence of Orientalist Desires: A Reply to Arno Schmitt », Public Culture, vol. 15, n° 3, 2003, pp. 593-594.

MASSAD Joseph, « L’empire de la sexualité, ou Peut-on ne pas être homosexuel (ou hétérosexuel) ? Entretien avec Joseph Massad », (propos recueillis par Stella Magliani-Belkacem et Félix Boggio Ewanjé-Epée), La Revue des livres, n° 9, 2013a.

MASSAD Joseph, « Débat – L’empire de la sexualité en question 2/2 », La Revue des livres, n° 10, 2013b.

SAID Edward, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

SCHMITT Arno, « Gay Rights versus Human Rights. A Response to Joseph Massad », Public Culture, vol. 15, n° 3, 2003, pp. 587-592.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gianfranco Rebucini, « Massad Joseph, Desiring Arabs », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gss/2986

Haut de page

Auteur

Gianfranco Rebucini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals