Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Soulager les douleurs de femmes lors de l’accouchement 

Déviance et normalisation des émotions
Relief the Pain of Women During Childbirth. Deviance and Normalization of the Emotions
Maud Arnal

Résumés

En France, aujourd’hui près de 80 % des femmes accouchent avec une anesthésie péridurale. Or cette médicalisation massive du soulagement des douleurs de l’accouchement ne fait pas l’unanimité. Cet article montre que l’usage de l’anesthésie péridurale constitue à la fois un outil technique de soulagement de la douleur et un outil de régulation sociale du comportement des femmes lors de l’accouchement. À partir d’une analyse fondée sur une série d’observations et d’entretiens en maternité hospitalière, l’article expose comment le soulagement des douleurs des femmes lors de l’enfantement est soumis à une discipline médicale et sociale. Cette discipline s’opère par les femmes elles-mêmes, mais également par une organisation normative du travail des professionnel-le-s de santé. Ces régulations médicales et sociales du soulagement des douleurs de l’accouchement participent à la construction d’une maternité émotionnellement normée et révèlent des enjeux sociaux conséquents : identitaires pour les femmes et professionnels pour les sages-femmes.

Haut de page

Texte intégral

1La médicalisation de l’accouchement s’amorce à la fin du XVIIIe siècle et s’achève au milieu du XXe siècle (Laget, 1982 ; Rothman, 1982 ; Charrier et Clavandier, 2015). Cette médicalisation de la naissance, particulièrement remarquable dans les pays industrialisés, a été initiée au cours des années 1760 (Gélis, 1984) par ce qu’on appellerait aujourd’hui des politiques de santé publique. Les mesures sanitaires au sein de ces politiques se centraient principalement sur deux objectifs : la diminution de la mortalité maternelle et infantile et l’amélioration des conditions de naissance (taux de prématurité, fréquence des handicaps, etc.) (Gélis, 1988, 85-91 ; Rumeau-Rouquette, 2004, 63 ; Carricaburu, 2007, 123). Dans ce contexte, deux siècles plus tard, le développement de l’anesthésie péridurale appliquée à l’obstétrique au cours des années 1970 a contribué à une technicisation et à une amélioration des conditions de naissance à travers le soulagement des douleurs de l’accouchement (Caron-Leulliez et George, 2004, 200).

2Au cours des années 1980-1990, l’anesthésie péridurale a connu un développement exponentiel en France. Le taux d’anesthésie péridurale en obstétrique est passé de 3,9 % des naissances en 1981 à 53,8 % en 1995, puis à 78 % en 2010 (Blondel et al., 2011 ; Kpea et al., 2015). Cette évolution est liée à plusieurs facteurs, notamment la demande des femmes, la disponibilité des anesthésistes, le remboursement de cette technique par la sécurité sociale dès 1994 (Akrich, 1999, 18), ainsi que les restructurations du système de santé périnatal initiées par la secrétaire d’État Marie-Madeleine Dienesch au début des années 1970 jusqu’à l’instauration du plan de périnatalité en 1994 (Puech, 2007-2008 ; Arnaud et Exertier, 2010 ; Charrier et Clavandier, 2013). Aujourd’hui en France, 99 % des femmes accouchent dans des structures hospitalières assistées par des sages-femmes et des obstétriciens. Au sein de ces structures hospitalières, près de 80 % des femmes accouchent sous anesthésie péridurale contre 58 % au Royaume-Uni, 35 % en Italie et 61 % aux USA (Blondel et als, 2012 ; Kpea et al., 2015). Ce type de soulagement des douleurs de l’accouchement ne va pas de soi et suscite des débats animés et des critiques acerbes aussi bien auprès des professionnel-le-s – notamment des sages-femmes – qu’auprès des femmes concernées. Le soulagement massif des douleurs de l’accouchement fait aujourd’hui l’objet de critiques féministes alors qu’il était auparavant appelé de leurs vœux.

3Des techniques psycho-comportementales de l’accouchement sans douleur diffusées en France en 1956 jusqu’au remboursement de la péridurale, le soulagement de la douleur a été associé à des valeurs émancipatrices pour les femmes et les féministes (Akrich et Pasveer, 1996 ; Akrich 1999). Les tournants historiques, tels que les conditions d’accès aux techniques anesthésiques dans le domaine de l’obstétrique sont soumises à une réticence initiale de la part des médecins qui redoutent leur usage en raison des potentiels risques de décès maternels et fœtaux. En dépit des risques mortels de l’anesthésie, les femmes revendiquent l’accès généralisé à ces nouveaux moyens, pour anesthésier les douleurs de l’accouchement. Ces pressions sont relayées et soutenues par des associations de femmes (anglaises et américaines), comme la National Twilight Sleep Association crée en 1915 aux États-Unis (Harper, 2011), qui militent activement pour le développement et la diffusion de ces techniques auprès des femmes. Comme le souligne Marie-France Morel, l’histoire anglo-saxonne de l’anesthésie des douleurs de l’accouchement révèle une double demande : celle des femmes qui - au tournant de la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième - revendiquent à la fois le droit de vote et le droit d’annihiler les douleurs de l’accouchement (Morel, 2008).

  • 1 Les établissements de santé français sont soumis au devoir de traiter la douleur sous toutes ses fo (...)

4Les travaux d’Yvonne Knibiehler dressent l’historique des modifications des techniques dans le domaine périnatal depuis les années 1950 en soulevant les principaux enjeux sociaux de l’accouchement sans douleur (Knibielher, 2007, 115-119). Afin d’extraire les corps des femmes aux injonctions coercitives (religieuses ou biologiques) d’un enfantement nécessairement par la douleur (Morel, 2002), le médecin britannique, Grantly-Dick Read (1890-1959), sensible aux revendications féministes, élabore une technique de « préparation mentale et physique » pour les femmes. Cette technique consiste à briser « le cercle vicieux de la peur » (Caron-Leulliez et George, 2004) ; son objectif est de redonner aux femmes la confiance en leur capacité à accoucher. Selon cette approche, les douleurs de l’accouchement auraient une composante principalement - voire essentiellement - culturelle, qu’il deviendrait possible d’annihiler par un raisonnement psychologique et physique adapté. On passe donc d’une approche fataliste dont la douleur serait « naturelle », à une approche plus constructiviste qui problématise la douleur comme « culturelle ». Le travail de Béatrice Jacques dessine quant à lui un panorama général de la situation périnatale des années 2000 et montre les ambivalences autour de la généralisation de la péridurale (Jacques, 2007). L’usage généralisé de l’anesthésie péridurale fait émerger de nouvelles questions : ce moyen est problématisé comme un instrument de contrôle médical dont la technique serait principalement maîtrisée par des hommes et imposée aux femmes dans un contexte de rationalisation du travail des professionnel-le-s de santé dans les maternités (Carricaburu, 2005). Au-delà d’une rationalisation du travail des professionnel-le-s de santé, l’assimilation des contractions utérines à des douleurs place les femmes dans une position de vulnérabilité nécessitant une contention chimique qui les rendent « plus susceptibles de subir des interventions qui laissent des traces » (Saint Amant, 2013, 362). En quarante ans, l’idée de subir les douleurs de l’accouchement comme un « mal nécessaire » pour devenir mère, est devenue synonyme d’un archaïsme rétrograde dans une société « antidoloriste » (Revault d’Allonnes, 1991 ; Rey, 1993 ; Baszanger, 1995 ; Vuille, 1998 ; Caron-Leulliez et George, 2004). La douleur de l’accouchement est aussi devenue un élément circonstanciel des recherches sociologiques prenant pour objet la médicalisation à l’œuvre dans le domaine de la périnatalité (Rich, 1995 ; Davis-Floyd et Sargent, 1997, 55-79, 209-232). Les recherches historiques et médicales sur l’origine des douleurs de la mise au monde ont contribué à produire des définitions qui ont, elles-mêmes, déterminé la mise en place des conditions politiques et sociales d’accès aux différentes techniques. En France, la médecine et le droit1 ont statué sur la nécessité de traiter les douleurs de l’accouchement, car si elles ne sont pas pathologiques, leur maintien les fait d’emblée entrer dans l’anormalité donc dans un impératif de soulagement, au même titre que des douleurs provoquées par une opération chirurgicale.

  • 2 Jusqu’à la légalisation de l’expérimentation des maisons de naissance en France par la loi n° 2013- (...)

5Nous assistons aujourd’hui à une remise en question de l’hôpital en tant que possibilité légale quasi exclusive des lieux de naissance en France2 et d’application des techniques médicales à la maternité (Morel, 2016). Rares sont les études en sciences sociales à s’être intéressées à ces reconfigurations du champ social et politique de la naissance à travers les manières dont sont mobilisés les douleurs et leur soulagement par les usager-e-s et les professionnel-le-s de santé. Actuellement en France, parmi les 26 % des femmes qui ne souhaitaient pas ou n’avaient pas planifié d’avoir une anesthésie péridurale, plus de la moitié en ont eu une (Kpea et al., 2015). Pour certaines femmes, et féministes, l’anesthésie des douleurs de l’accouchement est une anesthésie de l’expérience de l’accouchement lui-même (Vuille, 1998). En ce sens, la péridurale dépossèderait les femmes de leur capacité naturelle à enfanter et participerait d’une « industrialisation » des naissances (Jacques, 2007 ; Rothman, 2016). Mais que traite-t-on au juste aujourd’hui par l’anesthésie massive des douleurs des femmes lors de l’accouchement ?

  • 3 Je remercie chaleureusement les évaluateurs anonymes, Michela Villani, ainsi que les membres du gro (...)

6Si aujourd’hui en France, les femmes ne deviennent plus nécessairement mères par la douleur de l’accouchement, cet article montre que le soulagement des douleurs fait l’objet d’injonctions sociales imposées par l’institution hospitalière à travers la prise en charge médicale. En s’inscrivant dans la continuité d’une sociologie des douleurs de l’accouchement entreprise notamment par Marilène Vuille, cet article examine les ambivalences opposant d’une part une vision libérale où la décision d’une prise en charge des douleurs est laissée aux femmes, et d’autre part, une préoccupation de santé publique visant à ne pas laisser certaines femmes abandonnées à elles-mêmes sans traitement médical des douleurs de l’accouchement. Cet article s’intéresse aux accouchements dits ordinaires, soit sans complication médicale, au sein d’une maternité hospitalière. Dans un premier temps, l’article met en exergue les écarts de certaines femmes et sages-femmes envers la médicalisation de l’accouchement. Dans un second temps, il illustre l’élaboration d’un savoir-faire des sages-femmes autour du soulagement des douleurs afin de contrer la norme médicale. Finalement, l’article montre comment l’usage de l’anesthésie péridurale constitue à la fois un outil technique de soulagement et un outil de régulation sociale du comportement des femmes lors de l’accouchement. Cette régulation sociale du comportement douloureux des femmes va à l’encontre des normes de l’institution à travers l’organisation du travail des professionnel-le-s de santé, qui participent à la co-construction d’une maternité émotionnellement normée3.

Ethnographie de la maternité Du Coudray

Le terrain

  • 4 Le nom de la maternité est un nom d’emprunt afin de garantir l’anonymat du lieu d’enquête.
  • 5 Ces chiffres proviennent de statistiques internes à l’établissement concernant les accouchements de (...)
  • 6 À partir de ses voyages effectués dans l’ex Union Soviétique et l’observation des techniques élabor (...)

7À la maternité Du Coudray4, maternité hospitalière située en Ile-de-France, le soulagement des douleurs par la péridurale concerne 75 % des femmes5 (contre 80 % en France). Malgré le peu d’écart entre ces chiffres, gage a priori d’un soulagement des douleurs de l’accouchement relativement uniforme et similaire, cette maternité est actuellement et historiquement réputée pour ses approches pratiques et idéologiques innovantes, au travers de techniques expérimentales de prise en charge des couples, des femmes et des nouveau-nés. Elle a été un lieu emblématique de l’accouchement sans douleur en s’inscrivant dans le courant de la Psycho-Prophylaxie-Obstétricale (PPO) française, développé par Grantly Dick-Read. La psycho prophylaxie obstétricale est une technique de préparation à l’accouchement6. Ce développement de la technique de l’accouchement sans douleur en 1954, avant le développement de l’anesthésie péridurale, marque l’histoire de cette structure, pionnière en France.

  • 7 Les décrets de périnatalités (débutés en 1998) ont classé les maternités françaises en trois niveau (...)

8La maternité Du Coudray (de niveau 17) est prévue pour accueillir les grossesses et accouchements dits « normaux », qui ne présentent pas de pathologies maternelle ni fœtale, soit 80 % des accouchements (Arnault et Exertier, 2010, 22). Malgré la progressive disparition des maternités de niveau 1, la maternité Du Coudray a perduré, ce qui en fait une structure spécifique au regard des politiques de restructuration du système périnatal engagées depuis les années 1970. À partir de ce lieu spécifique, le soulagement des douleurs des femmes en couche est saisit comme un outil de mesure apte à faire émerger les logiques sous-jacentes aux multiples usages du soulagement des douleurs de l’accouchement.

Les méthodes

9Afin de définir la catégorie théorique du terme « douleur » dans le cadre de l’accouchement, et comprendre la manière dont elle devient opérationnelle autant pour les femmes qui vont accoucher que pour les sages-femmes, l’enquête se fonde sur un corpus de vingt-six entretiens semi-directifs approfondis menés avec des usager-e-s anonymes (femmes et hommes) de la maternité et des sages-femmes, d’observations participantes des accouchements ainsi que des consultations prénatales et des cours de préparation à la naissance. En effet, l’enquête a été conduite à partir de la posture de sage-femme, ayant cette double formation. La méthode choisie permet ainsi de suivre l’évolution des trajectoires des femmes recrutées. Le concept de trajectoire fait référence « au développement physiologique de la maladie de tel patient, mais également à toute l’organisation du travail déployée à suivre ce cours, ainsi qu’au retentissement que ce travail et son organisation ne manquent pas d’avoir sur ceux qui s’y trouvent impliqués » (Strauss, 1992, 143). Le concept de trajectoire me permet de suivre non pas la maladie, mais le processus de soulagement des douleurs de l’accouchement ainsi que les conséquences au regard des normes hospitalières de la maternité étudiée.

10Ce travail repose sur une enquête d’un an qui s’est déroulée entre 2013 et 2014. Dans la phase d’observation participante (Peneff, 1995 ; Arborio et Fournier, 1999), les interactions inter-professionnelles et inter-partenaires font l’objet d’une attention particulière. Les entretiens prénataux avec les femmes ont permis de faire émerger les attentes des enquêtées vis-à-vis de la structure étudiée et de cette manière, en filigrane, les représentations des douleurs de l’accouchement. Plus précisément, trois femmes, cinq couples et dix sages-femmes ont été interrogés. La recherche était volontairement présentée comme s’intéressant au vécu des femmes concernant leur grossesse et l’accouchement. La douleur n’était à aucun moment mentionnée au moment de la prise de contact avec les femmes ni dans la formulation des questions posées. Ce choix est justifié par l’ambition de limiter les processus d’élaboration anticipée des discours formulés par les femmes elles-mêmes et d’appréhender l’absence et la présence de la catégorie douleur dans les discours en évitant des présupposés sur les types de sensations éprouvées, tel que : l’accouchement est toujours douloureux. Les entretiens prénataux avec les usager-e-s se sont déroulés au cours du neuvième mois de grossesse. Les entretiens postnataux avec les mêmes usager-er-s rencontrés en prénatal, ainsi qu’avec la ou les sages-femmes présentent lors de l’accouchement de ces derniers, ont eu lieu dans la semaine qui a suivi l’accouchement. Le recrutement des enquêtées s’est effectué à l’issue de deux cours de préparation à la naissance.

11Les représentations des sages-femmes qui ont suivi les femmes lors de l’accouchement ont également été questionnées (Herzlich, 1984). Les représentations ont été abordées en lien avec des interactions concrètes récoltées lors des observations, de manière à les comprendre dans leur contexte d’interrelation. Les entretiens réalisés avec les sages-femmes mettent en lumière les modalités de légitimation des pratiques professionnelles, tandis que les observations des accouchements, quant à elles, montrent la mise en scène des acteurs lorsque leurs discours sont mis en pratique (usager-e-s et professionnel-le-s) dans l’interaction (Goffman, 1973).

12Les sages-femmes rencontrées sont toutes des femmes, ce qui est représentatif de la profession à l’échelle nationale (98,2 % de femmes) (Charrier, 2007, 2009). Dix entretiens ont été réalisés et retranscrits à partir des rencontres faites à l’issue de l’accouchement de chaque femme avec la ou les sages-femmes l’ayant suivie au moment de l’accouchement. La mise en perspective entre représentations et pratiques dans le soulagement des douleurs de l’accouchement par les femmes et les sages-femmes lors de l’accouchement permet ainsi d’éclairer les ambivalences des pouvoirs et des marges de manœuvre à l’intérieur de l’institution.

Une population

13Les femmes rencontrées ont choisi d’accoucher dans la maternité étudiée pour l’offre spécifique qu’elle propose, soit pour la possibilité d’accoucher sans anesthésie péridurale. Les enquêtées de cette recherche forment un ensemble relativement homogène par leurs caractéristiques sociales communes. Cette population est caractérisée par des femmes salariées et actives professionnellement, dont la maternité ne constitue pas l’activité principale. Toutes les femmes rencontrées travaillent à temps plein ainsi que leur partenaire. Elles disposent toutes d’un bagage culturel élevé de par leur environnement familial et les études effectuées. De manière générale, quasi la totalité des femmes a poursuivi des études universitaires et à peu près la moitié possède un niveau d’étude Bac+5. Les trois quarts des femmes ont suivi un cours de préparation à la naissance avec leur partenaire, ce qui suppose un important engagement du partenaire dans le projet parental. L’ensemble des femmes et des couples rencontrés est hétérosexuel. Aucun des couples rencontrés ne se trouve dans une situation précaire ni financièrement ni socialement. Exception faite d’un couple de religion catholique et pratiquant, l’ensemble des couples se déclare agnostique ou athée.

Les douleurs de l’accouchement : dévier et naturaliser

Dévier de l’anesthésie péridurale, une norme à négocier

14Les couples n’ont pas choisi la maternité Du Coudray en raison du confort de ses services d’hôtellerie ou de sa proximité géographique avec leur domicile mais plutôt par leur souhait de ne pas se voir imposer une norme de soulagement de la douleur de type anesthésique. Les discours tenus témoignent d’une intellectualisation personnelle de la « norme péridurale » opérant dans les maternités françaises. Parmi les couples rencontrés, le choix de la maternité Du Coudray est fait par les femmes qui déterminent l’issue de la décision, à la suite de négociations parfois ardues avec leur entourage familial et médical (conjoint, famille, professionnel-le-s de santé). Je présente ici quelques cas, comme celui de Léa illustrant ce choix. Léa 30 ans, psychologue, premier enfant, 14 octobre 2013 :

« (..) Le gynécologue qui me suivait au début de ma grossesse avant que je vienne ici (à la maternité Du Coudray) m’a quasiment ri au nez quand je lui ai dit que j’envisageais d’accoucher dans l’eau sans péridurale… (…) On passe un peu pour l’hurluberlu de service. Mon copain, c’était pareil : « Mais qu’est-ce que tu as besoin d’aller accoucher avec les dauphins ? ! ». Il a mieux compris au fur et à mesure de la grossesse, il est venu à quelque cours de préparation à la maternité Du Coudray. Il s’est renseigné, on lui a parlé en bien de la maternité, sa mère notamment aussi, donc il a compris que c’était pas une lubie de ma part (…) mais ça n’a pas été simple ! J’avais décidé que ce serait comme ça ! De toute façon, au final, c’est moi qui accouche. »

  • 8 Doris, 36 ans, Dessinatrice freelance, deuxième enfant, 10 mars 2014 ; Sylvia 34 ans, concertiste, (...)
  • 9 Léa 30 ans, psychologue, premier enfant, 14 octobre 2013. 

15Les femmes rencontrées justifient leur imposition du choix du lieu de naissance à l’égard de leur partenaire par le fait qu’elles se considèrent comme premièrement concernées : « les hommes n’accouchent pas et donc (…) ils ne peuvent se projeter avec ces types de douleurs » (Manon, 34 ans, créatrice free-lance, deuxième enfant, 2 octobre 2013), ou par exemple Léa : « De toute façon, c’est moi qui accouche ». Être enceinte, porter un enfant ne suffit pas à légitimer la manière dont Léa veut vivre son accouchement. Sa démarche repose principalement sur deux points : une attitude perçue comme hors norme par son milieu familial et conjugal et une volonté d’affirmer sa position quant à la manière dont elle souhaite accoucher. Cependant, la transmission verticale des normes familiales en matière d’accouchement par les mères n’est pas sans importance dans les représentations des femmes rencontrées. « Sentir les douleurs de l’accouchement »8, même si des techniques sont aujourd’hui disponibles pour les annihiler, peut prendre la valeur d’un symbole de transmission légitime. Un des repères familiaux mobilisé est celui de la faisabilité générationnelle qui s’exprime par des phrases du type Si ma mère, ma grand-mère, ma belle-mère l’a fait, pourquoi pas moi ?, tel que le formule Léa à propos de l’usage d’une péridurale : « Je me dis que ma mère m’a eue sans péridurale. La mère de mon conjoint l’a eu sans péridurale, enfin, c’est faisable quoi ! »9. Dans la mesure où elles légitiment les douleurs de l’accouchement en les définissant comme acceptables, les femmes mobilisent un critère de faisabilité.

16Il est intéressant de constater l’anachronisme de ces représentations en matière de douleur. Les femmes rencontrées ont entre 23 et 43 ans. Depuis la génération de leur mère, l’ensemble des femmes de leur famille a donc connu le développement des techniques d’analgésie péridurale. La possibilité de recours à cette technique ne semble pas avoir affecté les récits transmis sur les douleurs de l’accouchement. Ceci dit, aucune des femmes rencontrées n’évoque qu’accoucher sans anesthésie péridurale lui permettra de devenir davantage femme ou une meilleure mère, tel que l’explique Lisa (32 ans, cadre, premier enfant, 21 octobre 2013) :

« Je ne sais pas si [accoucher sans péridurale]... c’est plus femme...(…) Non je ne pense pas que je me sentirai pas diminuée dans mon identité de femme, mais c’est plus le challenge que d’autres ont réussi à passer. Je me souviens, il y a pas longtemps ma grand-mère elle a accouché de quatre enfants dont un de 4,7 kg, sans péridurale, à la maison... Enfin tu vois, elle l’a sorti ! Et ça aussi j’ai envie de (…) ... Ma mère (…) n’a jamais accouché sans péridurale. ».

17Le challenge dont parle Lisa n’est pas d’accoucher sans anesthésie même si d’autres l’ont fait. Ce qui compte pour elle c’est accoucher par les voies génitales : « Enfin tu vois elle l’a sorti ! ». Le sexe des femmes a ici une importance matérielle. C’est par le sexe des femmes, par le passage d’un nouveau-né au travers de leur sexe que les femmes se représentent symboliquement la réussite d’un accouchement. La douleur n’est qu’un élément circonstanciel dans l’objectif final de l’accouchement puisque, si nécessaire, il sera possible de soulager la douleur sans retirer la possibilité d’un accouchement par les voies vaginales.

Subjectiver les douleurs : Accepter les douleurs sans souffrir

18La présence des douleurs lors de l’accouchement est assumée comme évidente pour l’ensemble des femmes interviewées. Cependant, les douleurs ne sont pas considérées comme pénibles d’emblée. L’incertitude de ce qu’elles peuvent ressentir lors de l’accouchement conduit les femmes à envisager ces douleurs comme potentiellement acceptables. Si les frontières entre douleurs acceptables et non acceptables peuvent devenir flexibles, c’est parce que les significations que les femmes attribuent aux douleurs se modifient selon l’usage ou non des techniques d’anesthésie telle que la péridurale. Pour parler du « travail des contractions », « de l’enfantement », le champ lexical mobilisé par les femmes interviewées est celui de la douleur, mais lorsque la pénibilité de l’accouchement est évoquée, les femmes parlent de souffrance. Laura (36 ans, traductrice, en couple, deuxième enfant, 16 octobre 2013) :

« Si c’est gérable et que je vois que ça va et ben je le fais [accoucher sans péridurale], si ça ne va pas, ça ne va pas. (…) Je pense que j’aimerais bien sentir cette douleur-là au départ, mais une fois que j’aurai senti si je trouve que c’est insupportable pour moi ce n’est pas du tout un échec de demander à être soulagée par la péridurale. J’ai pas envie de souffrir pour souffrir non plus. ».

19 Sentir les douleurs est revendiqué comme un levier d’action pour l’accès des femmes à une libre disposition de leur corps. Ce levier d’action permet aux femmes rencontrées de conserver une flexibilité sur l’acceptabilité ou non de leurs douleurs. Le sens qu’elles donnent à cette prise de pouvoir sur la gestion de la douleur sert d’outil de remaniement des frontières entre l’affirmation de soi et les priorités sanitaires défendues par l’institution. Le concept de subjectivation défini par Foucault comme « la manière dont on doit se constituer soi-même comme sujet moral agissant en référence aux éléments prescriptifs qui constituent le code » (Foucault, 1984, 33) est ici éclaircissant des modalités de négociation de l’application de la norme d’anesthésie péridurale en obstétrique. Ce processus met en œuvre une logique de subjectivation de la douleur, au sens où, pour les femmes, les douleurs de l’accouchement ne relèvent pas d’un phénomène objectif qui rationalise le corps et ses expressions comme « néfastes » mais plutôt d’un phénomène subjectif propre à une expérience vécue dont la signification est attribuée par le sujet qui le vit et reposant donc sur sa subjectivité émotionnelle et corporelle. De manière générale, toutes les femmes rencontrées s’attendent à avoir mal. Louise (23 ans, étudiante en sociologie, premier enfant, 3 mars 2014) explique le sens des douleurs de l’accouchement comme un processus naturel et physiologique :

« Ça a un sens... Oui, ça a le sens que oui, il y a des contractions donc ça sert à quelque chose... Donc oui la douleur elle a un sens parce que c’est un muscle qui se contracte et il faut que ce muscle se contracte pour que le bébé sorte, mais après est-ce que ça a un autre sens plus... ? Pour moi, ça a un sens physiologique. Pour qu’un bébé qui est dans mon ventre puisse sortir. Mon corps doit se déformer. C’est moche comme mot, mais tout doit s’ouvrir, se déplacer. Oui, c’est logique que ça fasse mal ! Je ne sais pas, c’est naturel ».

20La douleur de l’accouchement est considérée comme une douleur endogène. Elle vient de l’intérieur du corps, car son origine est placée dans le processus dit naturel des contractions et de l’étirement des fibres musculaires et des tissus pour que le bébé puisse sortir du corps des femmes. Lorsque les femmes parlent de douleurs avant leur accouchement, il s’agit de la douleur de l’enfantement (le passage du bébé à travers les voies génitales). Cette évidence est généralisée, elle caractérise historiquement la manière d’accoucher. La douleur de l’accouchement peut alors être considérée comme un fait social dans la mesure où elle imprègne les représentations sociales des femmes, au-delà de leurs convictions personnelles. Si les femmes disent vouloir sentir, alors que la technique d’analgésie péridurale est conçue pour conserver des sensations corporelles non douloureuses, qu’est-ce que les femmes veulent sentir au juste ? Pourquoi persiste cette opposition dans les représentations entre sentir/ ne pas sentir, et anesthésier/ ne pas anesthésier ? Léa (30 ans, psychologue, premier enfant, 3 novembre 2013) témoigne des raisons pour lesquelles, selon elle, sentir est important :

« Moi j’ai le sentiment que quand on nous colle dans une chambre avec une péridurale (…) qu’on est un peu isolée en chambre et qu’on attend qu’on vienne vérifier toutes les heures la dilatation du col. Ça ne me convient pas vraiment comme image ! (…) Alors que là, je me dis, il y a des ballons à disposition, on peut se mettre dans toutes les positions qu’on veut, on peut ramener de la musique, on peut faire ci, on peut faire ça. Donc c’est bien d’être dans des conditions plus sympathiques que dans une petite cage, attachée ! Oui, j’ai l’impression que (…) c’est moins strict, moins… Je ne sais pas, c’est plus naturel ».

21La crainte de ne pas sentir est associée à la crainte de se représenter enfermée dans une mise en technique artificielle du corps. Vouloir sentir les douleurs peut ainsi constituer une stratégie de résistance envers la médicalisation massive de la prise en charge de l’accouchement par l’antalgie. Les femmes de cette étude inscrivent cette stratégie de résistance en se positionnant dans une lignée familiale de femmes ayant accouché sans péridurale et par voie vaginale. Dans ces contextes, accoucher sans péridurale serait la réification d’une variante moderne de la naturalisation des douleurs de l’accouchement.

Soulager les douleurs, valoriser le travail des sages-femmes

Construire une « pratique professionnelle » du soulagement des douleurs

22La médecine occidentale envisage communément la douleur sous le signe d’un dysfonctionnement organique ou psychique. La douleur agit dans les représentations médicales et sociales comme une alerte protectrice de l’être humain, le signal d’une défaillance à traiter. Les douleurs de l’accouchement ont toutefois un statut ambivalent. La médecine distingue les douleurs aigües (« utiles, protectrices, unifactorielles, qui soulèvent de l’anxiété et dont l’objectif thérapeutique est le curatif ») et les douleurs chroniques (« inutiles, destructrices, plurifactorielles, qui génèrent des dépressions, dont l’objectif thérapeutique est la réadaptation ») (Bourreau et Doubrere, 1988). Pourtant, les douleurs de l’accouchement ne sont pas assimilables à l’expression d’une défaillance puisque plus de 80 % des accouchements sont considérés comme physiologiques, c’est-à-dire normaux, d’où le statut « extra-ordinaire » de la nature de cette douleur. Entre la certitude que l’accouchement comporte des douleurs et l’incertitude de pouvoir les supporter sur un laps de temps, se produit un imaginaire des possibles où les professionnel-le-s de l’institution interviennent pour donner du sens, voire pour re-signifier.

23La salle de naissance est l’environnement où les représentations des douleurs de l’accouchement des sages-femmes et des femmes se rencontrent et parfois s’affrontent dans les pratiques. Les sages-femmes vont s’efforcer de rendre les salles d’accouchement les plus adaptées possible à ce qu’elles estiment être un environnement sécurisant. Cette attention portée à l’environnement participe, selon les sages-femmes, à un soulagement des douleurs. Lise (26 ans, sage-femme, extrait d’entretien, 29 octobre 2013) :

« Parce que tu vois la douleur, c’est aussi la douleur physique, mais c’est aussi une part de douleur mentale aussi. Ça, c’est mon idée. Tu as à la fois ce que tu ressens physiquement, mais tu as aussi, la souffrance, quand tu as mal vraiment, quand tu as mal physiquement tu as mal à la tête. Tu as mal, c’est dur psychiquement, la douleur à gérer. Du coup, le contexte global, le bruit, la luminosité, la chaleur… s’il n’est pas apaisant et que ce soit en termes humain ou en termes matériel et médical, ça peut amplifier la douleur. La souffrance physique on peut l’enlever, mais la souffrance mentale elle est toujours là et du coup ça c’est un peu emmerdant. Si mentalement, psychiquement tu n’arrives pas à faire le boulot. Logiquement il devrait être fait bien avant la péridurale donc du coup, si tu casses ça à un moment donné ben ça ne va pas. »

24Lise distingue la douleur physique de la douleur mentale, et la souffrance physique de la souffrance psychique. Ces deux entités (douleur et souffrance) comportent deux dimensions : le physique et le mental. La douleur et la souffrance physique peuvent amplifier la souffrance psychique, ce qui pour les sages-femmes constitue un risque pour les femmes. Si la douleur et la souffrance physique de l’accouchement peuvent être soulagées par la péridurale, Lise considère que la souffrance mentale échappe à ce type de soulagement et peut persister malgré une anesthésie péridurale. Le travail des sages-femmes consiste alors à anticiper le risque d’un passage des sensations douloureuses physiques et mentales vers une potentielle souffrance psychique, c’est-à-dire à évaluer le risque de transformation des douleurs en souffrance et de le prévenir. Le risque constitue donc un point cardinal de la pratique obstétricale orientée à créer un environnement apaisant apte à atténuer les douleurs et la souffrance psychique. Les sages-femmes utilisent également des stratégies informelles telles que la présence pour atténuer les douleurs. Aimée (29 ans, sage-femme, extrait d’entretien, 28 mars 2014) :

« Ça ça joue aussi parfois, tu as un effet antidouleur juste par ta présence. Tu vois, tu es là, tu poses une main, parfois ça aide. Parfois il faut rester… D’ailleurs c’est pour ça que les femmes qui accouchent sans péridurale parfois on reste deux heures avec elle parce qu’elles ont besoin de ça. Et que finalement c’est ta présence qui fait que tu vois, enti s débloubrer’on est un peu isolée en chambre et qu’on attend qu’on vienne vérifieru)e>Ee puissont Lun peu n sentirV tu as maps dauphinsere enfan senfait que tu toujoubt derifieru)e>Eevois, enu àobé quiementte illaote>

24Lise distingue la douleur phy5ête d’ufinal’entrt pepuisles douleurs. Aimée ,demander à êtr par son milifirong>, 1984, un pris visancile maisielle so.sles Louleurs. Aimée (rtenaire d’est-à-direprendre ens qu lonemps, say. oplus audauphins ? ule ps, carPsycho-Proelle etayant accdynamr un es p que ls de ituer sfieru)e>Eeleurnitement, mais aractgiaire émententitésllens mili-femmel. La doulles eréer un i; Roth(Bème alisé, 157)e alors à anticiper le risquemter avecrale]u dans ump, ànœuvre’estare> re’esteso.> Le’estesoote> s pcouchment, l. La doules («vetales deiué à llagement de Le’estare> des-fe oument, mais tu asiectif qutentitésllens mili-fe i;on peerrelatiement, mais aouise (2le vitorter su (2le vi(p, sia menveouchethysla prisule t historse (2le virtenaire dd’action psse avtion de la domme douledeuréci orgt pepartenégoce géns)sse. eptablentitvec les (MolirofessLaug Paservanalisés eaccouchement nal’entrchement. nt oùssible à ce qume ou uneacceorer. « Parce que tu vois la douleur, c’estQ à la tve distie signe:

  • 8 Doris, 36 ans, Dessinatrice quête d Aloctob27en, 28 mars 2014)7 jancontrartic

    15Les femmes rencontrées just2ter l’ix de la mla péridurae’estare> -femmrmellesccouchebilité ette attention portée à l’envi, pour les femmes. informelleue finalement t pepuintuloureux

    nce a prése href="#ftn6">» m, au travernment où les repré, Aloctition en ileue finalentations dpie psorti ! 9. Dans la mesure10où elles l10o quêent ntations etde la dompremire laan>Listfdommeoce génsp> chement es> ouchement es> sages-femmes et des femmes se re,i s’est de à suivre ce coua aia groesensatioforcer de ions dpie p984, un pe c’étaiveauron veuicatiotLa doulommeoce génseCette régulation sociale du comporteAlocttret7en, 28 mars 2014)10 pour lesquelleblo

    « Parce que tu vois la douleur, c’estlors être considérée comme utions pleuhent..uteau n Cions pleuhentdffe ne pes res paCions pll’intériedffe ne pré x pérje le f Si mentdffe ne pré rémpagnillaoe ions dpie p9chec de deder à rimouleque it s’o douleur-linformeoe ioninscrive et il fautconside à traque les fesa un sen sens sentiraccorganie que l’anil

    sable quoi ! scle que jpchementm>scle que jdudur psycon veutquemotsun peu n E utions pluralmbre avec ujvant voir svont positia

    st moinvuderifried scle que jtlus..mfirmer ale aussuchevitns et es ffrance friet en teut srent auspgage la doptre consons médicau fai à une e/p> e la doptre cmpliquémfiote>

    24Lise distingue la douleur phyrle LisaventrAloctobt logccupeofessionnelleue donc ent à cettentale aussi. Çouleur meu de l’accore 2013) s) dannég qpt des pr) consons médicielle so.sL des popréseue attitun en souffrance et de le prévenir. Le risque consti. Facersisterrle de sAloctiinformeuloureux un soulans entretien De maniasiectif qutment, mais m> qps plus i;lgésie eurs deentretiens prénataux avec les pe, selonau fent-hiques à crloir Subjectiver les doul7atique profes7">uffit du soulabr

  • 8 Doris, 36 ans, Dessinatrice qir E: sntidrntée s av traOhref="#ftn6tnment où les reprénseigné, on lui a par)12 fév été 11

    8La maternité Du Coudray (de 2s de l’ac dveouchecelte protec=rielle. C’e. Les enonsidérée comme u( douleur le esnrfois es pdes f alp"#ftn6es se dé,i-fc.s de rentr 9. Dans la mesure11"ass="paranumberqire s av tre soi t les pre souhait d"#ftn6thôtudi ativemeneparturale. ranumber">8La maternité Du Coudray9s lors de le,i inte jdmonseosegestare>roc. Les que. Ce is aractgncontréese> urs avane l’accoucheurel ement.s doit sgénseCette uffrancecétavenir. ptertt être soulapque tu,étaiveaaralièra renfana uffbtrethysiolricalala péuhemenu Coudremmeps manora c,’entrchmltÇa, cstrant bce qles feme rmum t leonc iulagement a tran manœus et forcer de rendre lessurai à ceaiat]cs ( agage rale, qenregard Coudray. Il » dans letion. Lespposés sut de l’analgénregardhis esvem suivre c la sem le mental. Lelleue d7)e alors entrchm’accouchemelleue dontretien Dgements) dans l. Valplifie, deuxièen, 28 mars 2014) :

    4 , périduraleoulaeentiraccoris tn, la tran) maisobstétrique. Ce processus doule sortinen be hisentdn de sage-feelle dde de la checelte e « Parce que tu vois la douleur, cO ceuxde l l’acc) Alors que lstitue ositionpas longIn, on tontièresdsa un sstitue os de doullée en cr’ oule en crmieraccepoctobt rfs qun peu iaccotiolouffr j’a’étaa te du lfichappe à crement nies) (Ces femmets sont être eaa te du lfichappue ce des ile!avecrrouve quu)e>Eevois,eoucune eque juchementeu isendre es que lraen je le

    sdûsertozaransmentiun mbre etrapeutp, cinq celui dis,eoucune e,s, tu eup, si tu casses ça,tp, cinq celui de leurs doué re du combre etrapeutp, cinq celui dbesoin de entrchon vienidu 1992, avec ujvans apaisantô voies vtant urs doué rer et la sount des fibreuémfiote>

    24Lise distingue la doul3chement estcessioncuivre c laeuro tre soi trésenceJeLislaircrtla maniteurs doué re du lutôt d’fois applictdaitsentatio ça daire ddfLellelonaité dveolr ne svr Le’estare>es fées viessiotémoio risée paer o alp"#ccouche’estares les représentatgine aleune lin pris le (98,2eactioulée, soit pccouchemen(C Logcaburu-prof, reposant doCodctif qutees ca publiciellDphins entir sées. Cependcontrece et la exairesdeueosses cte de l’accoucheositurale donc ma mères aigüelles, tréiem>les locrale]pucassemenénè. Benfant, 2Jacd’de la douleem le, tel que et à ’est renseign famili e l’accouciedrsoentitvenls 2014 RrsoloCa mla blockqNlaps dae doulli. Çouleuternité ne constitn famons . Vouloirchecelte psoit pour lenvi, pour les fet vesentitsnaccoe psyae drsoentitvenls 2014n. Le conanteurs doué re du lutôt gard oit poucmes renrnité ne con (Jacd’o ét, 75)ilis sgénshique. ui rationaccouchement par les femmes et les sages-femi permettra de devenir davantmps, sayacho-Proe-feellefemmes alp"#f)e alors à anticiper leopos de l’unq celui delle., dne p(5ien, 28 mars 2014) :

    « Ça a un sens... Oui, ça a le travaillentfemmes lors de lrs que r.

    24Lise distingue la doul31r phyrle Lister ains lJe présente ici quelques ca,er la possi par les femmes et les sages-fem cette étttra de devenir davantaintasiec4) :si. Ça, cue d7)e alorkqNlapransmis semble pas a travail des sages-femmes cncertitude Proeluchn6jue ce présente se un risque pour les fet pour donner du s,accoucue ce nfantement (tue le pa. Ce ldoit suvre’estare> de la’estesant ne scapa retireroctobt logccoulaeen8 mar i permettra de devenir davantépar unéridu enferessioncuivre c la ileue fincurisant suvr soulabr

    Soulager les d4uleurs, valor4">Bsoula(p, suv) quhé sosit class="texte">Construire une8 doul7atique 8">Le étttra de deéféreaique. pcouchmlle mars tec="texte">
  • 8 Doris, 36 ans, Dessinate envisa Reéfaqu rel rare q Mtret à é3 (o uddevenirnades étu é5- éta contextuchHar mAueosétuté 2
  • 9 Léa 30 ans, psychologs ont cho E sntidrntée s av traOhrefau travernment où les reprénseigné, on lui a7 con18014)7 uté 3 11

    8La maternité Du Coudra32onstater lxitu es l’ix danticiper leop ayantscorgani emene ddees socles, lese le pement nocrale]piraccos-, telsisfina-c de soulaitnregaRrsole alors manière gs 201soit pour ldéfini par Foucle alors manière griduraign famArleneHochschilde> desls de ioutil de rdoulommeoce farice deérale, toutes publiciees dou traOblnomène(Hochschildo 12 a7). etep, cinq ccsseses dols decontren familont se et saozaluschanpossi alue. Leo moinquaes voies vageoulommeococraratione dans umène(Hochschildo 03, 32)orcer o traOhrefauhiques ses il de rdopiraccosies vageobr emes il de ddees soc). Cette éva enne vement emenlesyftn9" href="#ftn9">9. Dans la m2" 2 te el> e l>yice fça.bod,accouchcgroesis tn, l) maissâative ladmmetfirong>gsagetrtpe ça.bodyftn9" href="#ftn9">9. Dans la m3" 3 s onapsocioquaesne de fs vit et re cte dpiraccosi emenAloctire c famili e l’accouceéfér rdo dde de sscapacmes ment es> de leur c, « de llente de que on peut Cgroesrisue ce duttuvredon rs. Aimée (rV tu aute faço,e un risque pour les fer. ranumber">8La maternité Du Coudra3 ont choSols soc(33e p(5ien, 28 mar)  Logiqoulntraaturel bunt, lif quteeernment où les ule pSi ma leccoulaeen8 mar is tn, lcits transdhcoue laue ce ramener de la em> entue q celui d> a possi paes et mentaent condle

    « Ça a un sens... Oui, ça a le Fsqueble à cns àbre ettre e lyéule pn, veut f

    maisosmissieettmaisosmmses phule pn, veut mule deuxruey groesdomme premièes lesffrancep, c pleLis, eiirai passubject sdansl devrs naturme ç sntidrntée s a2014) :o traOhref, bunt, lif quteeernment où les , 6 1

    24Lise distingue la doul3ur physiqe étttra de devenir davanteositurale Aloctiremesure où ères entmodutitveccertituddes vanta urs avan prévenir.14)î pourer àentir, estr par se génses rnales estiquêe. Vouloir ! (gésiareil à la mmme d’eanpoéri, le contextedimenns » mais iessi un soçoie du co="texte">23La salle de naissance 35r physiqe n em> de lsicktttn evier dper s pour re-s;on peers priorinatau il de rdon6jue ce présente s,ctricfaenre c famMiagegesVé dviert d’rCoudray. Ilclseosdes la (Vé dvio 15)ical, coracem>faenre c famDelphes Gardeyert d’fabre de la checelte et pour d plus le corporell’acenernagi rp"#f)e nt cxuaesmati(Gardeyo 06)t emenlphins este façoÇa neis m, au re-s;on peers p en teris tn, rénérmaisole eta)nt dinaumment ancees voibesoimation de soi etquaes oulessmetfirnce. oulessmri. Çqussm(parler du par les femmes et les sages-fe)signifd de lelless rare qemmesueva seia groeressioncuivrsaccoucher.sris tn soulaitnrelus sympatent puestiqu« Ju « travaisymbole de transmfe en obstageobrique. vedes-fnenu uonstitncouchemnibilité de l’rmelles telvedes-fns et maisestareueccertituddes géns rnal pa coPct sdaulourele alors manière g,entalement,ulli. ulinur cys dommeoce pcouc e emenLe muuchentir, régulation sociale du coLées. Cependedent à avoir mal. Loui pcoent conduige-femme, extrC par les femogiques, c’estuceéfér physiolbmaux, dt anceegulation sociale du coLne vement emenlProele dstuce). Cend rlement acceptables. Sia dofaa la doaeenrise en charge de l’accouce a pos-fem cettae processus doule rmelles telaf dauphs, carPsycpathique ayant accouché sans péridurale et pt attment es et mentai permettra de dees epressiza te du lfinalradmm femond et pour copéridLne vement phinso-li. ulinutelaf dauphCend rlem par les femtre e doffem, si tuLe risque coNéant plu, laeuro tre soi tisqgle. Otar orter sea concorporelloupln em>reposant ubjectivation ris teceluint,ulli. ulinursrvieestc de lfeste ler les fement condlers lrcovu isendre ,n. Lespllmaniteocagi rp"nœus amè este alerte se dé,couce façnp,enne vement emenLe muuch doaeennt dese daectivation ncens péeohtifs quidoit sance puisque pluvan prévenirteurs ddope la naturalitr par socertluleurssive de laroeresseil d’livrre c famili e l’accouctrC paresseil d emenlutilnre c, tu pe c’elles nea de l soulapiraccoestare> lr ne ennsem> acc coup, leccouch soulahé sestesan douexte">Subjectiver le9 doul7atique 9">Ll’a marse manière gént e que lehé sesass="texte">22La médecine occidenta36nt parle e vement emenLe muuch doaeentretiedaectivation ncens péeohtifs quidoit sance puisque pccouchffe oninuent es> sages-firong>rroborque r. esayachoe. Cn14)rn es veuxru les voies gesest nt, lfinalré snformeo des femmes se Norahemonent-hiq esir de l qu’ons entre aturalile en obstsoavoir retirer. Poie, ccsage-feour donner du s,eositurale tsentatiosoulageme celui de la dfina-e. Cee

    « Ça a un sens... Oui, ça aNorah, deuxiè! (…o la douleurrtirer.n nil

    défi) témoig ign fames, accoucheron est un peu isoléon, on trrouvuxiule pes pphanceces lahésieoué raturerer.n mar PoGué duars 3cttret7résena enkquote>

    « Ça a un sens... Oui, ça a4h00 nNorahese repre u( ique ayaavernment où les r2lrtiqnlestEst-à-dirre souc pe c’poctobtaue plus de 80nt des fibrésiementhaccè des -drer laFanny5ien, 28 mars r. stors que la d pas, c’est , coraect sliquémfaFannyftla mps, saaccDion socrds. Lcscles bl sle. »rapeutes. Si, cs naIte pour qet en :si. s-femmes conJbre ettrt un pLa doul pcoenthemen mrs nat

    sle. »reéuémfa6h15 nTrtiedamactoetre sens tion sociale du coNorahese resieegaturel lmes n de nrtessci de entuuchbraiule pablengarded"#ftla pit n’accExcuse- eiiexcuse- eiPoj, t

    sp>es, libesoimatie ttu audeettmaudee.aturel udurale]si. soulahé ss nmène(Jm> sntidrntée s a2014) :o traOhref, eeernment où les , lt 2oe. raisons pour l4

    24Lise distingue la doul37r physiqe é des femmes se Norahe puvirtenairouepengue les dceme cerare q un enviroment con.mAuee-peutéoinvuderitre cm. Ccoraect sliqrs. Aimtalemenoinvuderiedre, etdaiut ainehiqd sétiis tanive Noraheellesa périsi. s-femmes conLtu casses ça e! ( à uyut srecouchemnibpe l’acco on peut l rens, sagenibpe lui laeparturqutment, rens, sage-f dommeoce génses danposs une accoreativemenouloureavoir retirer. repré est moc , lesuulahé s ctrice ères entre dou, régulation sociale du coMaunt, 2Halbwveue aCheisopmenGranpossent puunaccoeetales deiué6" dommeoce es. Si,tamenLe muh doaeenaccdilate dou,li. ulinurstrice blockqsée pli. ulinurstrice t! (gédonc accem>envns eaccouch6" dvulnthysiolouloureaer sacenern sens fre nfantemen la culns, sagenibfaçe less-fneont cvefau xer e sne dans ue doule r. , urale ( emenegénse’a misttmhementsentuctrices,ntracrent, smentteqsé a rarfhysiquet maiu2le virtens erequdurchecelager a docetla pe> a marsel! (ps, oles deiuues à crliis tesesaccoegé#s, sage> a mar,em> des contra parfdicaiq un  eors, aossible i; Rckoso1985, 52)orans péluminositisqu, cis:olprent nilrmellep"#f)e les deiué à ilité dee familiale ridurluloa rarfué à le en eur endogène. lutôt gard)e ntgisque psisée pte ntgisque pmu asiectioulaeens, vdommux éluont sntir, oi de doulLe mpeaura docetla pe>emis semspecfana uffiale uffie, ccsagisosmi crlieoes dop"#f de l»etonssrfois on resouchenurisant st du soulahé sosrs s Rjardo 10),rmes me que leh6 Soulager les d5uleurs, valor5rofescct e p class="texte">

  • 8 Doris, 36 ans, Dessinatur physiormegie de donceme ceJne.t Camusr2lrtiqn)e les deiuifptifs qiictdasts) dsoi etni parnanteurs dp peee soaguté 4 11

    8La maternité Du Coudra38r physiqe ébaccouchemetttra de devenir davanteome ou unen peers p en esAloctiarge de l’acmps, saellephins estm>«uve quuetla pe a possunher. La doulconsons médiui est dant ont toutefois un statut ambivalogiques, c’estuceéférpoctobtaue plur !on de la pucation escorporellris tn, v! (…) Achecelager s, sa t condns cocelui de la dt. Si les dans ump, eprénsmvoir menit la réification d’une ement,ulsation des douleurs de l’accouchement.

    , eseprénseigsnun tudiur coiquêeri. Çque. idoit snt deux dimensions :i-fc.uedur ets iss lsant douminositars 2emen « e lf tttra de devenir davant vi(prœuvre unrisée paopau il deeur eanière dreposantdedent à avoir mal

    avoir mal nris tuLe asiectifsens, vrogt mentairvieecapacmes edairentacoi il de, liposés ssouhn lese leaterne de leurs cis pasdovosses6" davoomher. La déramen 9. Dans la m4" 4 tur a>n(C muso 12alisésns entrel’accoucntendedent à avoir mal< dide tvle r. « e lf tttra de devenir davant viFes utilpar un  %u ssionnelll6"le enseioulaeenrprénseignfiqu eprouvst soli. ulinur cys dommeoce onvictions peesoi oication d’unenformeectivation répar un sProe-fenferessivation re le ua rs. Lir. «uvr. lass="yftn9" hrego-top" par ci 3870">Har ou uunti/ul> ss="textandnotes"> franu>. Daissiograhy" ecrse pan class="num">8La maternitnosi">Bissiograhier physis="texte"> class="num">8
    AKRICH Madeleine, « La péridurale, un choix douloureux », Les Cahiers du Genre, 25, 1999, pp. 17-48.

    AKRICH Madeleine et PASVEER Bernike, Comment la naissance vient aux femmes. Les techniques de l’accouchement en France et aux Pays-Bas, Marsat, Collection Les empêcheurs de penser en rond, 1996.

    ARBORIO Anne-Marie et FOURNIER Pierre, L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Paris, Nathan Université, 1999.

    ARNAULT Séverine et EXERTIER Albane, 30 ans de restructuration des maternités, Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques, Bordeaux, Ministère de la santé et des sports, 23 avril 2010.

    BASZANGER Isabelle, Douleur et médecine, la fin d’un oubli, Paris, Seuil, 1995.

    BECKER Howard, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1963 [1985].

    BESSIN Marc, « La présence sociale en polyvalence de secteur. Enjeux de temporalisation et de sexuation dans l’accompagnement par des assistantes sociales », in Bessin Marc et al. Le genre de l’autonomie. Enquêtes sur la sexuation des interventions sociales, rapport de recherche pour la MIRE/DARES, IRIS-CSPRP, avril 2009, pp. 155-194.

    BLONDEL Béatrice, LELONG Nathalie, KERMARREC Morgane, GOFFINET François, « Trends in perinatal health in France from 1995 to 2010. Result from the French National Perinatal Surveys », Journal of Gynecology Obstetrics and Reproductive Biology, 4, 41, 2012, pp. 1-15.

    BLONDEL Béatrice et KERMARREC Morgane, Enquête Nationale Périnatale 2010, Les naissances en 2010 et leur évolution depuis 2003, Paris, Institut national de la santé et de la recherche médicale, mai 2011.

    BOURREAU François et DOUBRERE Jean-François, « Le concept de douleur. Du symptôme au syndrome », Douleur et Analgésie, Médecine et Hygiène, 1, 1, 1988, pp. 11-17.

    CAMUS Jérôme, « Une féminité instituée : tensions normatives et encadrement des femmes à la maternité » in ARENA Francesca, CID LOPEZ Rosa Maria, KNIBIEHLER Yvonne (dir.), La maternité à l’épreuve du genre. Métamorphoses et permanences de la maternité dans l’aire méditerranéenne, Rennes, Presses de l’École des Hautes Études en santé publique, 2012, pp. 83-90.

    CARRICABURU Danièle, « De la gestion technique du risque à celle du travail : l’accouchement en hôpital public », Sociologie du travail, 2, 47, 2005, pp. 62-245.

    CARRICABURU Danièle, « De l’incertitude de la naissance au risque obstétrical : les enjeux d’une définition », Sociologie et Sociétés, 2, 39, 2007, pp. 123-144.

    CARRICABURU Danièle, « Les sages-femmes face à l’innovation technique », in AÏACH Philippe et FASSIN Didier, Les métiers de la santé. Enjeux de pouvoir et quête de légitimité, Paris, Anthropos, 1994, pp. 281-308.

    CARON-LEULLIEZ Marianne et GEORGE Jocelyne, L’accouchement sans douleur. Histoire d’une révolution oubliée, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2004.

    CHARRIER Philippe, « Des hommes chez les sages-femmes : vers un effet de segmentation ? », Sociétés contemporaines, 67, 2007, pp. 95-118.

    CHARRIER Philippe, « Les enjeux de la masculinisation de la profession de sage-femme. De la croissance statistique au contournement du genre », Sextant, 27, 2009, pp. 221-233.

    CHARRIER Philippe et CLAVANDIER Gaëlle, Sociologie de la naissance, Paris, Armand Colin, 2013.

    CHARRIER Philippe et CLAVANDIER Gaëlle, « La naissance en mutation, un enjeu pour la sociologie ? », Recherches familiales, 12, 2015, pp. 165-174.

    DAVIS-FLOYD Robbie et SARGENT Carolyn, Childbirth and Authoritative Knowledge: Cross-Cultural Perspectives, Berkeley, University of California Press, 1997.

    FOUCART Jean, « L’accompagnement : dispositif de bienveillance et construction transactionnelle », Pensée plurielle, 3, 22, 2009, pp. 13-27.

    FOUCAULT Michel, L’Usage des plaisirs, Paris, Gallimard, 1984.

    GELIS Jacques, L’Arbre et le Fruit. La naissance dans l’Occident moderne (XVIe –XIXe siècle), Paris, Fayard, 1984.

    GELIS Jacques, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.

    GARDEY Delphine, « Les sciences et la construction des identités sexuées. Une revue critique », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3, 61, 2006, pp. 649-673.

    GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

    GOJARD Séverine, Le métier de mère, Paris, La Dispute, 2010.

    HALBWACHS Maurice, GRANGER Christophe, « L’expression des émotions et la société », Vingtième Siècle ? Revue d’histoire, 3, 123, 2014, pp. 39-48.

    HARPER Barbara, Gentle Birth Choice, Rochester, Healing Arts Press, 2011.

    HERZLICH Claudine, « La problématique de la représentation sociale et son utilité dans le champ de la maladie. », Sciences sociales et santé, 2, 2, 1984, pp. 71-84.

    HOCHSCHILD Arlie Russel, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 1, 9, 2003, pp. 19-49.

    HOCHSCHILD Arlie Russel, The managed heart. Commercialization of human feeling, Los Angeles, University of California Press, 1983 [2012].

    JACQUES Béatrice, Sociologie de l’accouchement, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

    KNIBIELHER Yvonne, Accoucher. Femmes, sages-femmes et médecin depuis le milieu du XXe siècle, Rennes, Editions de l’école nationale de la santé publique, 2007.

    KPEA Laure, BONNET Marie-Pierre, LE RAY Camille et al., « Initial Preference for Labor Without Neuraxial Analgesia and Actual Use: Results from a National Survey in France », Anesthesia and Analgesia Journal, 3, 121, 2015, pp. 66-759.

    LAGET Mireille, Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique, Paris, Seuil, 1982.

    MICHAELS Paola, Lamaze An International History, New York, Oxford University Press, 2014.

    MOLINIER Pascale, LAUGIER Sandra, PAPERMAN Patricia, Qu’est ce que le care ?, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2009.

    MOREL Marie-France, « Histoire de la douleur dans l’accouchement », Réalités en gynécologie obstétrique, 67, 2002, pp. 31-34.

    MOREL Marie-France, « Histoire de la naissance en France (XVIIème-XXème siècle) », Actualité et dossier en Santé publique, 61-62, 2007-2008, pp. 22-27.

    PENEFF Jean, « Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain. L’exemple des professions de service », Sociétés Contemporaines, 21, 1995, pp. 119-138.

    PUECH Francis, « L’organisation autour de la naissance », Actualité et dossier en santé publique, 61/62, 2007-2008, pp. 35-45.

    REVAULT D’ALLONNES Claude, Le Mal joli. Accouchements et douleur, Paris, Plon, 1976 [1991].

    REY Roseline, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, 1993.

    RICH Adrienne, Of Woman Born. Motherhood experience and institution, New-York, London, W.W. Norton and Company, 1986 [1995].

    ROTHMAN Barbara, In Labor: Women and Power in the Birthplace, New York, W. W. Norton and Company, 1982.

    ROTHMAN Barbara, A Bun In The Oven, New York, New York University Press, 2016.

    RUMEAU-ROUQUETTE Claude, « L’effet des politiques publiques sur les résultats périnatals en France », Santé, Société et Solidarité, 1, 2004, pp. 57-68.

    SAINT-AMANT Stéphanie, Déconstruire l’accouchement : Épistémologie de la naissance, entre expérience féminine, phénomène biologique et praxis technomédicale, Thèse de sémiologie, sous la direction de Simon Harel, Frelighsburg, UQAM, 2013.

    STRAUSS Anselm, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, 1992.

    VILLANI Michela, « Le sexe des femmes migrantes. Excisées au Sud, réparées au Nord », Travail, genre et sociétés, 2, 34, 2015, pp. 93-108.

    VUILLE Marilène, Accouchement et douleur, Une étude sociologique, Lausanne, Antipodes, 1998.

    Haut de page

  • Notes

    1 Les établissements de santé français sont soumis au devoir de traiter la douleur sous toutes ses formes, et ce, quelles que soient les situations car la douleur est devenue médicalement et socialement intolérable. Lucien Neuwirth introduit en 1995 le premier texte officiel qui « incite les établissements de santé à mettre en œuvre les moyens propres à prendre en charge la douleur des malades » (Code de la Santé Publique, Loi n° 95-116 du 4 février 1995 intitulée « Dispositions relatives à la santé, à la protection sociale et à l’aide sociale »). La lutte contre la douleur est devenue un objectif gouvernemental prioritaire depuis 1998. Cette année est marquée par la mise en place par décrets des premiers plans de périnatalité, qui a engendré les restructurations des maternités en niveaux de risques médicaux.

    2 Jusqu’à la légalisation de l’expérimentation des maisons de naissance en France par la loi n° 2013-118 du 6 décembre 2013, l’hôpital était le seul lieu possible pour accoucher légalement (en dehors d’une situation d’urgence). L’ouverture des maisons de naissance concerne un nombre de femme extrêmement restreint car seul neuf lieux sont entrés dans la phase d’expérimentation. 99 % des accouchements se déroulent en secteur hospitalier.

    3 Je remercie chaleureusement les évaluateurs anonymes, Michela Villani, ainsi que les membres du groupe d’écriture scientifique du réseau « Québec, sciences sociales et santé » : Tarik Benmarhnia, Baptiste Godrie, Gabriel Girard, Annie Larouche et Pierre Minn pour leurs relectures et commentaires dont cet article a bénéficié.

    4 Le nom de la maternité est un nom d’emprunt afin de garantir l’anonymat du lieu d’enquête.

    5 Ces chiffres proviennent de statistiques internes à l’établissement concernant les accouchements de l’année civile 2013. Afin de respecter l’anonymat du lieu d’enquête, la source exacte ne peut être ici mentionnée.

    6 À partir de ses voyages effectués dans l’ex Union Soviétique et l’observation des techniques élaborées par Dick-Read, le Docteur Lamaze met sur pied une préparation spécialisée qui serait apte à déconditionner l’acquis culturel d’un accouchement douloureux (Michaels, 2014, 27-44).

    7 Les décrets de périnatalités (débutés en 1998) ont classé les maternités françaises en trois niveaux de spécialisation. Les maternités de niveau 3 sont a priori conçues pour accueillir les grossesses et accouchements pathologiques et possèdent à ce titre des services de réanimation maternelle et néonatale. Les maternités de niveau 2 sont des maternités intermédiaires possédant un service de néonatalogie techniquement plus restreint que les niveaux 3, mais permettant d’accueillir des grossesses et accouchements dont les pathologies sont modérées.

    8 Doris, 36 ans, Dessinatrice freelance, deuxième enfant, 10 mars 2014 ; Sylvia 34 ans, concertiste, premier enfant, 12 avril 2014 ; Lisa, 32 ans, cadre, premier enfant, 21 octobre 2013 ; Laura, 36 ans, traductrice, deuxième enfant, 16 octobre 2013.

    9 Léa 30 ans, psychologue, premier enfant, 14 octobre 2013. 

    10 Alice, 27 ans, sage-femme, 7 janvier 2014.

    11 Extraits journal de terrain, Observation en salle de naissance maternité Du Coudray, 12 février, 2 et 13 avril 2014.

    12 Recommandé dans le rapport Mattei de 2003 (plan de périnatalité 2005-2007) et par la Haute Autorité de Santé en 2005, le projet de naissance est un document rédigé personnellement, que peuvent fournir les parents aux professionnel-le-s de santé. Dans ce document, il s’agit pour les femmes ou couples d’expliciter leurs souhaits concernant leur prise en charge par les établissements et professionnel-le-s de santé, principalement en vue de l’accouchement et de la prise en charge postnatale.

    13 Extrait journal de terrain, Observations en salle de naissance maternité Du Coudray, 7 et 18 janvier, 12 février, 4 et 26 mars, 2 et 13 avril 2014.

    14 L’étude faite par Jérôme Camus sur le traitement différencié des usagères concernant l’apprentissage des normes de maternages dans deux maternités françaises montre que les mères les plus modestes font l’objet des prescriptions les plus explicites.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Maud Arnal, « Soulager les douleurs de femmes lors de l’accouchement  », Genre, sexualité & société [En ligne], 16 | Automne 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gss/3870 ; DOI : 10.4000/gss.3870

    Haut de page

    Auteur

    Maud Arnal

    Doctorante en sociologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Cermes3 (UMR8211-U988) et IRIS (UMR8156-U997)
    maud.arnal.contact@gmail.com

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo Iris - EHESS
    • Logo Institut Emilie du Châtelet
    • Logo CNRS
    • OpenEdition Journals