Navigation – Plan du site
Comptes rendus

NEGRUZZO (Simona). – L’armonia contesa. Identità ed educazione nell’ Alsazia moderna

Bologne : Società editrice il Mulino, 2005. – 396 p.
Louis Châtellier
p. 145-146
Référence(s) :

NEGRUZZO (Simona). – L’armonia contesa. Identità ed educazione nell’ Alsazia moderna. – Bologne : Società editrice il Mulino, 2005. – 396 p.

Texte intégral

1L’objet de l’enquête de Simona Negruzzo est du plus grand intérêt. Y eut-il aux XVIe-XVIIIe siècles une conception protestante (ou plus exactement luthérienne) de l’éducation face à une conception catholique ? Le choix de l’Alsace, partagée à la même époque entre les deux confessions, était entièrement justifié pour tester cette hypothèse ; d’autant que l’abondance des travaux récents sur cette région permettait d’étayer solidement la recherche.

2Le résultat surprend au premier abord. Mais, après réflexion et lecture attentive, il emporte la conviction. « Les collèges catholiques et protestants appliquaient le même archétype humaniste enraciné dans la pratique assidue des textes classiques », écrit l’auteur à propos des établissements du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle (p. 120). À l’origine se trouvait l’humanisme qui, d’une part, influença Jean Sturm, le fondateur du Gymnase de Strasbourg (1538) et, d’autre part, presque dans le même temps, Ignace de Loyola et les premiers fondateurs des collèges jésuites. Plus tard, le même humanisme inspira les auteurs de la Ratio studiorum (1599), à l’origine de l’organisation des collèges de la Compagnie de Jésus. Ainsi, dans les établissements catholiques et protestants, existait la même « volonté d’abattre l’ignorance pour le bien de la religion et de la société » (p. 125). Certes, mais il ne conviendrait pas d’oublier « l’erreur » qui, dans l’esprit du temps, était le mal absolu, pire encore que l’ignorance. On n’en veut pour preuve que les séances de controverse pratiquées avec ardeur de part et d’autre. L’auteur en est bien persuadée, qui rappelle « le stéréotype du jésuite rusé et diabolique » chez les luthériens tandis qu’au sein de la Compagnie de Jésus, on s’entraîne avec ardeur à l’aide du De controversiis du père Robert Bellarmin (p. 134).

3Les points communs ne doivent pas faire oublier une opposition de principe, solidement implantée, que les Lumières elles-mêmes ne parviendront pas à effacer. Seulement, elle s’exprime sous une autre forme qu’au XVIe siècle. « Il a régné entre ces deux corps une harmonie parfaite », écrivait en 1768, l’auteur des « Observations sur les Universités catholique et luthérienne de Strasbourg » (p. 287). Sans doute est-ce ce que l’on écrivait à la Cour, mais il convient parfois d’aller au-delà des politesses, de mise à l’époque.

4Un autre léger regret concerne l’étude des collèges catholique et luthérien de Strasbourg au XVIIIe siècle. Alors que celle du second (le Gymnase), est bien centrée sur le sujet (élèves, enseignement…), celle du collège royal (dirigé par les jésuites) dérive un peu vers l’histoire religieuse du diocèse sans qu’on soit suffisamment informé sur les maîtres, les manuels, les méthodes et la qualité de l’enseignement, les effectifs des collégiens. L’auteur a-t-elle eu le souci de suivre de trop près sa bibliographie ? En tout cas, une recherche reste à conduire dans ce domaine.

5Il n’empêche que cet ouvrage, riche d’une abondante documentation, ici regroupée avec talent, original par la thèse qui s’y trouve défendue, sera d’un particulier intérêt, non seulement pour le public italien à qui il est destiné dans un premier temps, mais aussi pour les enseignants français qui ont du mal, souvent, à se familiariser avec les problèmes de frontière, qu’ils soient politiques, culturels ou religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Châtellier, « NEGRUZZO (Simona). – L’armonia contesa. Identità ed educazione nell’ Alsazia moderna », Histoire de l’éducation, 109 | 2006, 145-146.

Référence électronique

Louis Châtellier, « NEGRUZZO (Simona). – L’armonia contesa. Identità ed educazione nell’ Alsazia moderna », Histoire de l’éducation [En ligne], 109 | 2006, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/1191

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page