Navigation – Plan du site

La maîtrise ès arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

Rites universitaires, épreuves scolaires et usages sociaux d’un grade
The maîtrise ès arts in 17th and 18th century France. University rituals, academic tests and the social uses of a degree
La maestría en arte en Francia en los siglos XVII y XVIII. Ritos universitarios, exámenes escolares y costumbres sociales de un grado
Der Magister Artium im Frankreich des 17. und 18. Jahrhunderts. Universitäre Riten, Schulprüfungen und sozialer Umgang mit einem akademischen Grad
Boris Noguès
p. 95-134

Résumés

Quelles fonctions remplit la maîtrise ès arts aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Si la préservation de rites universitaires archaïques entretient l’illusion d’une continuité formelle avec la période médiévale, la signification de ce titre a profondément changé à l’époque moderne. En effet, les congrégations enseignantes tendent à transformer ce degré en simple certificat d’études, lié à un établissement particulier. Alors que les épreuves de la maîtrise restent centrées sur la philosophie, le décalage devient patent avec la formation humaniste désormais délivrée dans les collèges. Enfin, la maîtrise ne marque plus l’entrée dans la communauté des maîtres universitaires et ne représente plus la garantie d’un statut social ou d’un accès privilégié aux bénéfices ecclésiastiques. Si elle reste indispensable pour obtenir les degrés de certaines facultés supérieures, elle semble donc surtout révéler l’adhésion des récipiendaires aux valeurs universitaires et cléricales traditionnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les contemporains utilisent indifféremment les termes de « grade » ou de « degré » pour désigner l (...)
  • 2  Henri Ferté, Des grades universitaires dans l’ancienne faculté des arts. Déterminance ou baccalaur (...)
  • 3  Émile Durkheim, L’évolution pédagogique en France, Paris, Presses universitaires de France, 1990 ( (...)

1Le degré1 de maître ès arts remonte aux origines des universités occidentales et semble avoir traversé près de six siècles sans grand bouleversement. Jusqu’à sa suppression en 1793, l’obtention de ce grade suit en effet le même déroulement formel, fondé sur des rituels universitaires qui distinguent encore nettement un baccalauréat, une licence et une maîtrise ès arts, même si les trois degrés forment alors un tout indissociable. Surtout, la maîtrise conserve jusqu’au XVIIIe siècle, dans les statuts et règlements des universités, les mêmes fonctions théoriques de couronnement des études d’humanités et de philosophie, de préparation aux degrés des facultés supérieures et d’entrée dans la communauté des maîtres. Si le sujet a peu intéressé pour la période postérieure au Moyen Âge, ceux qui se sont penchés sur la question ont choisi de suivre ce cadre théorique et de voir dans la maîtrise soit l’ancêtre du baccalauréat ès lettres du XIXe siècle (but des études secondaires et porte d’accès aux facultés), soit un simple rite d’intégration corporatif. La première perspective est privilégiée par les historiens du XIXe siècle, comme Henri Ferté ou Octave Gréard, sensibles à la continuité avec l’Ancien Régime marquée par l’arrêté du 12 mai 1809, qui accorde aux détenteurs de l’ancienne maîtrise ès arts l’équivalence des baccalauréats ès sciences et ès lettres2. L’interprétation proposée en 1938 par Émile Durkheim privilégie, en revanche, une lecture sociologique du sens de ce degré, qu’il voit comme « le grade par excellence [qui marque] l’entrée dans la corporation universitaire, en qualité de maître, avec tous les droits et privilèges attachés à cette qualité », sans opérer de distinction nette entre les périodes médiévale et moderne3. Bien que fort différentes, ces deux approches mettent en avant la continuité formelle du degré de maître ès arts à travers les siècles et peinent à dégager les éventuelles inflexions propres à la période moderne.

  • 4  Luce Giard, « Sur le cycle des « artes » à la Renaissance », in Olga Weijers, Louis Holtz (dir.), (...)

2Le renouvellement des savoirs à partir de la Renaissance, la place dominante qu’acquièrent les humanités dans le cursus scolaire et la construction d’un réseau de collèges congréganistes souvent étrangers aux anciennes facultés des arts transforment pourtant radicalement le contexte pédagogique dans lequel est délivrée cette maîtrise. Plus largement, comme l’a souligné Luce Giard, le rapport qu’entretiennent les élites (elles-mêmes renouvelées) aux artes traditionnels est également remis en cause au début du XVIe siècle : à quoi peuvent désormais servir scolairement, intellectuellement, professionnellement et socialement la formation scolastique et le grade de maître ès arts ?4 La question court finalement jusqu’à la Révolution et invite à une relecture du déroulement et du sens de cet examen, qui prendrait la mesure de l’adaptation de la maîtrise à ce nouveau contexte. Le problème ainsi posé revient donc à étudier l’évolution sur le long terme du rapport entre une institution – ici la maîtrise ès arts – et les pratiques scolaires et sociales qui lui sont liées.

  • 5  De multiples exemples étayent cette affirmation. À Bordeaux,auXVe siècle, le corps de ville décide (...)
  • 6  Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe  (...)

3L’étude de la mise en place de ce contexte au XVIe siècle dépasse le cadre de ce travail, qui se limitera à l’étude des XVIIe et XVIIIe siècles, pendant lesquels le système scolaire est largement stabilisé – figé même, diront certains à partir de 1750. Si les comparaisons avec l’étranger sont toujours fructueuses, il a également semblé préférable de centrer l’étude sur la France, qui constitue un espace éducatif cohérent sinon homogène. Enfin, l’étude s’appuiera avant tout sur l’analyse du cas parisien, mais cette approche est objectivement justifiée par la place prépondérante qu’occupe cette université dans le royaume et par le rôle de modèle que lui reconnaissent alors volontiers les autres places5. Les facultés et les collèges provinciaux ne seront cependant pas négligés, car leurs pratiques s’écartent parfois du modèle, et surtout parce qu’ils captent à partir du XVIIe siècle la plus grande part de la clientèle scolaire, au détriment de Paris6.

I – Le modèle parisien : procédures et rituels d’admission à la maîtrise ès arts

4Si la description de la maîtrise ès arts au Moyen Âge n’entre pas dans le cadre chronologique de cette étude, il convient d’en rappeler brièvement un certain nombre de caractéristiques qui se mettent en place avec la naissance des institutions universitaires, entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle.

1 – Les origines médiévales de la maîtrise ès arts

  • 7  Jacques Verger, « Examen privatum, examen publicum. Aux origines médiévales de la thèse », in Clau (...)
  • 8  Charles Thurot, De l’organisation de l’enseignement dans l’université de Paris au Moyen Âge, Paris (...)
  • 9  J. Verger, art. cit., p. 19 et p. 31.

5La licence ès arts est la première à avoir été formellement organisée, sous l’égide de l’Église qui cherche à encadrer la pratique de l’enseignement à Paris. Le chancelier de Notre-Dame délivre à partir de 1179 une licentia docendi, c’est-à-dire une permission d’enseigner7. Elle est obtenue à partir de 1213 à l’issue d’épreuves passées devant un jury présidé par le chancelier de Notre-Dame, ou par celui de l’abbaye de Sainte-Geneviève, et composé de six maîtres (trois désignés par le chancelier et trois par la faculté)8. Au XIIIe siècle, cet examen porte sur les qualités morales et intellectuelles de l’aspirant et se décompose en plusieurs épisodes, parmi lesquels on distingue ceux qui se déroulent à huis clos (examen secretum, examen privatum, destinés à vérifier les capacités de l’impétrant et le respect des temps d’études requis) et les cérémonies publiques (examen publicum) qui sont des étapes plus formelles9. L’institution d’une procédure d’examen change alors la signification de la licence : elle n’est plus une simple autorisation d’enseigner, mais valide et manifeste publiquement les capacités du licencié dans une discipline donnée.

  • 10  Ch. Thurot, op. cit., p. 42 ; É. Durkheim, op. cit, p. 94-99 et p. 147-149 ; A. Bernstein, art. ci (...)
  • 11  É. Durkheim, op. cit., p. 150 ; J. Verger, art. cit., p. 25-26.
  • 12  Ch. Thurot, op. cit., p. 43-48 et p. 53.
  • 13  A. Bernstein, art. cit., p. 297 et Ch. Thurot, op. cit., p. 52

6Cette licence ès arts souffre cependant, aux yeux des maîtres de l’université, de l’inconvénient d’être placée sous la tutelle de l’Église.DepuisDurkheim, l’historiographie a mis en avant le contexte de tension entre l’université et l’évêque de Paris, ainsi que le développement de corporations urbaines jalouses de leur autonomie, pour expliquer la mise en place des deux autres degrés, le baccalauréat et la maîtrise, purement universitaires, qui encadrent la licence10. Le titre de bachelier ès arts ne correspond pas à l’origine à la réussite à un examen ni à la remise d’un diplôme, mais plutôt à un changement de statut de l’étudiant, qui est reconnu comme suffisamment formé pour participer activement aux disputes11. À partir de 1275 au moins, ce titre est pourtant obtenu à l’issue d’une série d’épreuves formelles calquées sur le modèle de la licence : un examen particulier sur un sujet de morale devant un maître ; un examen devant la nation pour vérifier que les conditions réglementaires sont remplies ; la déterminance, enfin, disputepublique tenue pendant le Carême12. Pour les quatre nations de la faculté des arts, la finalité de ce degré est bien de réguler en amont l’accès à la licence. Le chancelier garde un temps la possibilité de licencier des non bacheliers, avant que la nation de France n’impose en 1444 le baccalauréat comme préalable indispensable à la licence13.

  • 14  A. Bernstein, art. cit., p. 291 ; É. Durkheim, op. cit., p. 94, p. 96 et p. 147 ; J. Verger, art.  (...)
  • 15  A. Bernstein, art. cit., p. 294. La nécessité de retourner étudier Aristote n’est formellement exi (...)
  • 16  A. Bernstein, art. cit., p. 294, J. Verger, art. cit., p. 34
  • 17  Ch. Thurot, op. cit., p. 60

7La mise en place d’un degré supplémentaire après la licence, la maîtrise ès arts, relève de la même logique que celle qui a présidé à la formalisation du baccalauréat : manifester l’entier contrôle de la corporation universitaire sur sa propre composition14. La maîtrise marque en effet la reconnaissance du licencié par ses nouveaux pairs et son entrée en fonction fictive, à travers une leçon inaugurale (inceptio) et la remise des insignes d’appartenance au groupe, comme le bonnet. Elle ne peut s’obtenir que six mois après la licence et une nouvelle étude d’Aristote – manière pour la faculté de souligner l’insuffisance de la licence15. Comme les autres grades, elle se décompose au Moyen Âge en deux ou trois séquences exclusivement orales (dispute vespérale, dispute aulique et, parfois, leçon résompte, au cours de laquelle le nouveau maître reprend les arguments échangés), qui se caractérisent cependant toutes par leur caractère public, par l’importance attachée aux rites et par l’absence d’évaluation scolaire des capacités du candidat par un jury16. Si le chancelier assiste à la cérémonie de la maîtrise, le discours de réception est prononcé par un membre de la faculté, le serment de respecter les privilèges et statuts de l’université est prêté au recteur et le bonnet est reçu des mains du maître sous lequel le lauréat a étudié et qui l’a accompagné jusqu’à ce jour au cours des épreuves17.

  • 18  Laurence Brockliss, « Le contenu de l’enseignement et la diffusion des idées nouvelles », in Jacqu (...)

8Le schéma général parisien ainsi dressé connaît au cours du Moyen Âge des évolutions dont il serait hors de propos de retracer ici le détail. L’introduction des pratiques humanistes à Paris au début du XVIe siècle provoque cependant un changement profond de la scolarité au sein de la faculté des arts, qui intègre de nouveaux contenus : l’enseignement de la grammaire latine est renouvelé, l’étude directe des textes antiques occupe une place centrale et la rhétorique devient une finalité éducative. Ces matières occupent une place grandissante dans le cursus au fil du XVIe siècle, au détriment des arts médiévaux (trivium et quadrivium) sur lesquels portaient les épreuves de la maîtrise. Ces arts sont rejetés en fin de scolarité, dans les deux dernières années dites de philosophie, et n’occupent donc plus qu’un quart des huit années d’étude dans la faculté18. Parallèlement, cette dernière connaît un important changement pratique et institutionnel avec l’émergence des collèges comme lieux exclusifs de l’enseignement.

2 – L’obtention de la maîtrise à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • 19  Guillaume Guillier, Candidatus artium…, ad usum candidatorum baccalaureatus artiumque magisterii, (...)

9L’analyse des procédures d’admission à la maîtrise ès arts montre que ces évolutions ne sont que partiellement prises en compte dans les nouveaux statuts de l’université de Paris, rédigés en 1598 et officiellement promulgués en 1600. En effet, malgré une réduction du nombre d’épreuves, les démarches et le cadre formel dans lequel doit s’inscrire le candidat (décrits dans ces statuts de 1600 ou dans le guide du candidat à la maîtrise ès arts écrit par Guillier en 173219) diffèrent assez peu de ceux de la période précédente.

  • 20  J. Verger, « Examen privatum,… », art. cit., p. 42, estime à propos des examens : « plus que l’exc (...)
  • 21  G. Guillier, op. cit., p. IX : « […] lectiones meas philosophicas attentè, assiduè, diligenter et (...)
  • 22  Arrêt du parlement qui ordonne que les étudiants des collèges établis par lettres patentes…, Aix, (...)

10La condition réglementaire la plus importante pour se présenter à l’examen reste l’assistance à un cours complet de philosophie dans l’un des collèges de la faculté des arts. Cette prescription se rattache aux dispositions médiévales qui faisaient du respect des temps d’étude un élément clé du jugement porté sur les candidats20. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le professeur de philosophie doit donc encore certifier, dans une redondance des termes censée garantir leur rigueur, que le candidat a « écouté et pris en note [ses] cours avec attention, assiduité, soin et modestie » 21, ce dernier terme laissant penser que ce certificat a pu aussi être utilisé comme moyen de contrôle disciplinaire des élèves. Cette interprétation est confirmée par l’arrêt du parlement de Provence qui ordonne en 1772 que « les étudiants […] pourront être admis au grade de maître ès arts, en rapportant […] des attestations suffisantes d’études et de bonne conduite […] » 22. La nécessité d’avoir assisté aux cours de philosophie dans un collège de la faculté des arts revêt cependant aux XVIIe et XVIIIe siècles une importance qui dépasse le simple contrôle pédagogique, car elle permet également à l’université de Paris, qui est alors confrontée à la concurrence des jésuites du collège de Clermont (ensuite devenu Louis-le-Grand), de s’assurer une participation à la formation des futures élites cléricales du Royaume. Ce contexte explique les multiples dispositifs de vérification de la scolarité à Paris (tableau 1) : le candidat doit obtenir des attestations signées de ses professeurs (étape 1 du tableau), contresignées du principal du collège et du greffier de l’université (2 et 3) et présenter des cahiers écrits de sa main au censeur de sa nation (5). Cette inflation procédurière est une manière pour la faculté de proclamer sa rigueur et, partant, la grande valeur des grades qu’elle délivre. Elle pourrait également signaler l’incapacité à faire respecter ces temps d’études par les candidats, mais il semble difficile de contourner ce quadruple contrôle, et les indications données par Guillier laissent penser que les procédures sont formellement suivies, au moins au XVIIIe siècle.

  • 23  H. Ferté, op. cit., p. 7 et 9.
  • 24  Arnold Van Gennep, Les rites de passage, Paris, Picard, 1981 (1re édition 1908), p. 14.

11Les historiens des XIXe et XXe siècles ont eu une lecture sévère de la multiplicité de ces étapes préliminaires et du formalisme de ce parcours23. Il convient cependant de rappeler que la multiplication des procédures apparaît – à tort ou à raison – aux yeux des contemporains comme une garantie de la valeur des actes tenus. D’autre part, le nombre d’étapes à franchir, comme le terme de « degré » suggèrent une volonté d’imposer au candidat un véritable itinéraire avant de lui délivrer le diplôme. Une lecture anthropologique identifierait ainsi, à l’intérieur de ce cheminement, une phase de séparation, représentée par le départ du collège avec les attestations d’études comme viatique (1, 2 et 3), puis une phase de mise en marge du candidat, considéré comme un élément étranger et inconnu qui doit se présenter et se faire accepter par les autorités (6, 7 et 9), avant de pouvoir prétendre à l’intégration parmi les maîtres24.

  • 25  Tableau établi à partir des Statuts de l’université de Paris, 1598, publiés par Charles Jourdain, (...)

Tableau 1 : Les étapes de la maîtrise ès arts à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles)25

Tableau 1 : Les étapes de la maîtrise ès arts à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles)25
  • 26  Statuts de la faculté des arts, art. 48, cités par Ch. Jourdain, op. cit., pièces justificatives, (...)
  • 27  Bibl. Mazarine, Liber Censorius, Ms 3313 (1660-1676), ms 3314 à ms 3318 (1691-1786).
  • 28  H. Ferté, op. cit., p. 7.
  • 29  Sur l’évolution de la forme des examens dans l’Europe du Nord, voir William Clark, Academic Charis (...)
  • 30  J. Verger, « Examen privatum,… », art. cit., p. 32. W. Clark, op. cit., p. 109-124 sur le développ (...)

12L’examen du baccalauréat proprement dit se déroule, comme les étapes préliminaires, exclusivement dans le cadre de la nation du candidat. Ces nations (de France, d’Allemagne, de Picardie et de Normandie) regroupentdepuis le XIIIe siècle les membres de l’université en fonction de leur diocèse d’origine et conservent donc jusqu’à la Révolution des attributions importantes. Le jury est composé du censeur de la nation (officier élu par ses pairs, chargé entre autres de tenir à jour les registres d’inscriptions des maîtres) et de quatre autres maîtres ès arts de cette nation, qui doivent avoir enseigné pendant au moins deux ans26. Cette disposition revient à choisir les examinateurs parmi les professeurs des collèges de la faculté ou bien parmi les étudiants avancés en théologie (sorbonistes devenus bacheliers). On conserve quelques traces de la composition effective de ces jurys dans les archives de la nation de France27. Sans prétention statistique, un rapide sondage montre qu’ils sont en général formés de trois régents en exercice et d’un bachelier en théologie. Pendant les épreuves, le jury se présente avec tous les attributs vestimentaires liés à son statut de représentant de la communauté des maîtres ès arts (robe longue, pèlerine, bonnet carré), alors que le candidat, maître inachevé, ne doit en avoir qu’une partie (robe longue, bonnet rond)28. Comme dans beaucoup d’autres universités européennes, le baccalauréat de l’époque moderne diffère sensiblement de son ancêtre médiéval puisqu’il correspond désormais à une épreuve unique (qu’on n’appelle plus la déterminance aux XVIIe et XVIIIe siècles), qui garde certes l’apparence d’une dispute, mais revient en réalité à une interrogation orale en latin du candidat par le jury (voir infra)29. À l’issue de cette épreuve, les cinq membres du jury votent et le candidat qui obtient au moins trois voix favorables est admis au baccalauréat. Autant qu’on puisse le savoir, l’épreuve ne donne lieu à aucune note ou classement qui situerait la valeur du candidat dans un ensemble – alors que la pratique est attestée à Paris dans les facultés supérieures du Moyen Âge, et dans d’autres universités de l’époque moderne30.

  • 31  Bibl. Sainte-Geneviève, ms 2144, recueil de pièces sur la licence ès arts délivrée par le chanceli (...)
  • 32  Bibl. Sainte-Geneviève, ms 2144, fol. 25, 27 et 32.
  • 33  Bibl. Sainte-Geneviève, ms 2144, fol. 2, détail du compte de partage entre les intervenants pour l (...)
  • 34  Le coût des différentes épreuves est estimé par H. Ferté, op. cit., p. 9, 14 et 17, à partir d’ind (...)

13L’examen de licence (« grand examen ») apparaît comme une réplique de celui du baccalauréat, même si c’est à l’origine le baccalauréat qui a calqué son organisation sur la licence pour la dépouiller de sa fonction de sélection. Le candidat ayant déjà démontré à l’occasion du baccalauréat la validité formelle de sa candidature, les étapes préliminaires se réduisent aux traditionnelles visites à l’un des deux chanceliers (11) et aux quatre autres membres du jury (12). Ces derniers sont tous désignés par le chancelier – et non plus à parité avec la corporation des maîtres comme auparavant – dans le même vivier que pour le baccalauréat et présentent le même profil. Le chancelier établit un équilibre en choisissant en général trois professeurs et un simple bachelier en théologie, chacun des quatre examinateurs représentant une nation31. La comparaison des listes d’examinateurs et des collèges attribués par tirage au sort au chancelier de Sainte-Geneviève pour les années 1765 à 1768 montre qu’au moins pour ces années, les professeurs sont issus de collèges différents de ceux des candidats32. La fonction d’examinateur est naturellement rémunérée et rapporte 114 livres à chaque examinateur en 177333, alors que la licence coûte environ 8 livres au candidat, contre 26 livres pour le baccalauréat et 4 livres pour la maîtrise34.

  • 35  Registres de maîtres ès arts reçus par le chancelier de Sainte-Geneviève, Bibl. Sainte-Geneviève, (...)
  • 36  Registres de maîtres ès arts de l’université de Paris, Bnf ms lat 9161 (1768-1793). L’année 1768 a (...)
  • 37  Ch. Jourdain, Histoire de l’université de Paris, op. cit., t. 2, 1866, p. 291.

14La licence peut être passée tout au long de l’année, à condition que soient remplies les conditions réglementaires (respect du temps d’études)35. Les sessions qui se tiennent dans les premiers jours du mois d’août sont toujours les plus chargées, car elles accueillent les écoliers qui terminent leur philosophie, comme on le voit, par exemple, au cours de l’année 1768 : quatre maîtres sont reçus en janvier ; sept en février ; un en mars ; aucun en avril et mai ; cinq en juin ; vingt en juillet ; cent vingt-sept en août ; six en septembre ; treize en octobre ; sept en novembre et trois en décembre36. Le jury se réunit donc parfois pour un seul candidat pendant les mois d’hiver, alors que le 3 août 1767, sept candidats sont examinés le matin et neuf l’après-midi. Cela donne une indication sur le temps réellement requis pour le passage des grades : si une session dure quatre heures, une demi-heure environ est consacrée à chaque candidat qui passe en même temps la licence et la maîtrise, ce qui laisse sans doute quinze à vingt minutes pour l’interrogation. La durée de l’épreuve du baccalauréat semble comparable, au moins au XVIIIe siècle, puisqu’il est interdit à partir de 1705, dans la nation de France, d’examiner plus de six candidats le matin et six le soir37. Ici aussi, le jury décide à la majorité si le candidat est reçu, sans procéder à aucune notation ou classement : les lauréats apparaissent dans les registres avec la simple mention « admissus est » et sont généralement regroupés par collège d’étude, parfois par diocèse d’origine, certainement pas par mérite.

  • 38  Requête de Pierre Blondel, chancelier de Sainte-Geneviève, …, op. cit., p. 5.
  • 39  G. Guillier, op. cit., p. 271, et H. Ferté, op. cit., p. 15.

15Le candidat admis reçoit la maîtrise au cours de la même séance38. Ce grade ne correspond plus aux XVIIe et XVIIIe siècles à aucune épreuve (ou simulacre d’épreuve), mais à une cérémonie fortement ritualisée autour duquel se nouent encore tous les enjeux liés à l’autonomie et à la nature de la corporation universitaire. Le futur maître s’approche du chancelier (ou du vice-chancelier, qui le remplace en général pour les examens), s’agenouille et prête serment « quels que soient les honneurs ou les dignités [qu’il pourra obtenir] dans l’université, de rendre toujours honneur et de témoigner du respect au méritissime chancelier de l’Église et de l’université de Paris, ainsi qu’à ses successeurs, d’observer les lois et les statuts de l’académie et de l’université de Paris ». Le chancelier prononce alors la formule consacrée : « En vertu de l’autorité apostolique […], je te donne le pouvoir d’enseigner, de lire, de régenter et de faire tous les actes de la maîtrise ès arts, ici et partout ailleurs… ». Il dépose alors le bonnet de docteur sur la tête du nouveau maître39. Ce dernier est par la suite inscrit dans les registres de sa nation, signés du chancelier et du recteur, et se voit remettre un diplôme de maîtrise au nom de l’université.

  • 40  Remarques du chancelier de l’église et université de Paris, défendeur, sur la requête présentée au (...)
  • 41  Voir Bibl. Mazarine, Liber Censorius, ms 3313 (1660-1676), ms 3314 à 3318 (1691-1786), et Liber Qu (...)
  • 42  Requête de Pierre Blondel…, op. cit., p. 6-7.
  • 43  Ibid., p. 25.

16Prenant le contre-pied de l’engagement imposé avant le baccalauréat, ce serment au chancelier met en avant la fidélité à l’Église plutôt qu’à la corporation des maîtres. Celle-ci n’a cependant pas dit son dernier mot, car elle intervient à plusieurs titres à la suite du chancelier pour achever la consécration du nouveau maître (16 à 21) : elle se réserve la délivrance du diplôme, qui est revêtu de son sceau. De plus, contrairement à l’énoncé du chancelier, le nouveau maître n’a pas, à l’issue de la cérémonie, la capacité de « faire tous les actes de la maîtrise ès arts. » Il ne bénéficie en réalité à ce moment que des dispositions étrangères à la corporation enseignante (poursuivre ses études et demander un bénéfice)40. Pour entrer pleinement dans le groupe des maîtres, et en particulier avoir la possibilité d’enseigner et de participer lui-même à la délivrance de la maîtrise ou aux délibérations des nations, il doit encore se soumettre à une dernière formalité, six mois plus tard, devant sa nation (18, 19 et 20), en la « suppliant » de l’admettre en son sein, soit comme futur enseignant, c’est-à-dire « pro regentia et scholis », soit comme bachelier en théologie jouissant des mêmes droits que les maîtres, « pro baccalaureu ». L’assemblée des maîtres de la nation décide alors souverainement de donner une réponse favorable à la demande et l’envoie payer les droits d’entrée au questeur41. Cette dernière formalité apparaît comme une cérémonie de compensation, après la perte de la remise du bonnet de maître par la corporation elle-même, au profit du chancelier. Seule la nation de Normandie a en effet conservé après 1592 l’ancienne cérémonie de « birretation nationale », qui rejoue entièrement la remise du bonnet déjà réalisée lors de la réception comme maître42. Cette conquête des chanceliers remonte au XVIe siècle (à 1592, selon l’avocat d’un des chanceliers) et reste contestée après 1600 par le recteur, qui admet difficilement la perte de cette prérogative43. Les arguments échangés à l’occasion d’un procès engagé en 1717 par le recteur pour rapatrier dans les nations la cérémonie de remise du bonnet montrent que c’est bien l’autonomie du monde universitaire vis-à-vis de l’Église qui se joue derrière ces enjeux symboliques. Dans tous les cas, ces limites montrent que la maîtrise ès arts n’est plus, après 1600, la procédure d’intégration dans la communauté des maîtres chère à Durkheim : si elle n’est pas complétée par d’autres actes devant la nation, elle est devenue un simple diplôme acquis devant le chancelier, reconnu par l’Église dans la course aux bénéfices et permettant d’accéder aux degrés des facultés supérieures.

II – Variations et variabilité du modèle

  • 44  G. Guillier, op. cit., p. XVIII.

17Le modèle qui vient d’être décrit constitue une trame valable en général pour la période considérée : quelle que soit la manière dont on déroge à cette norme, elle représente toujours, à Paris comme en province, le cadre auquel on se réfère. Tous les candidats à la maîtrise ne passent cependant pas les grades dans les formes qui viennent d’être décrites. Les candidats provinciaux ont souvent une expérience différente dans la mesure où, si toutes les facultés des arts revendiquent à l’origine leur parenté avec le modèle parisien, la plupart n’ont que partiellement reproduit ce modèle ou bien s’en sont écartées au cours de la période moderne. À Paris même, certains ont préféré soutenir publiquement une thèse de philosophie, qui se substitue alors aux examens de la licence44.

1 – Gloire et déclin de la thèse publique

  • 45  Remarque du chancelier de l’église et université de Paris, op. cit., p. 30.
  • 46  Véronique Meyer, L’illustration des thèses à Paris dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Peintre (...)
  • 47  Jean-Marcellin-Ferdinand Faucillon, La faculté des arts (des lettres) de Montpellier (1242-1793), (...)
  • 48  Cité par V. Meyer, op. cit., p. 33.

18La soutenance d’une thèse publique pour l’obtention de la maîtrise est une possibilité, en aucun cas une obligation. L’avocat du chancelier de Notre-Dame affirme ainsi que « [l]e droit d’appeler les chanceliers […] pour cette cérémonie [de la soutenance], est un droit public, le droit des écoliers ou de leurs parents, comme celui de faire le choix d’un professeur ou d’un collège, de soutenir un acte public ou de n’en pas soutenir […] » 45. Véronique Meyer estime que seule une minorité fait ce choix, en raison du coût élevé d’une soutenance publique et, peut-être, de la difficulté de l’exercice46. Ce jugement est confirmé par toutes les estimations dont on peut disposer. Par exemple, à Montpellier, les jésuites reçoivent aux XVIIe et XVIIIe siècles environ 1 500 maîtres ès arts en 133  ans, mais seulement une soixantaine auraient été reçus avec la pompe d’une cérémonie publique47. À Paris, les noms des ministres ou de la haute aristocratie sont ceux que l’on retrouve le plus souvent lors des soutenances publiques de thèses de philosophie – mais il est vrai que ces exemples ont davantage de chance d’être documentés. En 1668, la soutenance du fils de Colbert donne lieu à un compte rendu dans La Gazette du 1er septembre, du fait de la qualité de l’assistance et de la performance jugée extraordinaire du jeune candidat : « Le 29, le fils aîné du sieur Colbert soutint au collège des jésuites, une thèse dédiée au roy, sur toute la philosophie, avec un succès d’autant plus surprenant qu’il n’en est qu’à sa 16e année… » 48.

19Le témoignage Jean d’Ibbarat d’Etchegoyen, élève à Paris en 1786, cité par V. Meyer, donne un éclairage sur le public, qui semble être sélectionné, et sur les contraintes financières et l’« honneur » encore attachés à cette pratique à la fin du XVIIIe siècle :

  • 49  V. Meyer, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations dans les universités françaises sou (...)

« Il est vrai que j’ai bien travaillé ; aussi le principal et les maîtres veulent-ils absolument que je soutienne une thèse générale sur la physique et les mathématiques, à la fin de l’année scolaire. Il est sûr que cela me fera beaucoup d’honneur et que bien des gens en enrageraient ; mais j’hésite, c’est si coûteux ! Je ne m’en tirerais pas à moins de 800 livres. Rien que l’impression de la thèse coûte 200 livres, il faut ensuite faire disposer la salle, donner une sorte de collation aux examinateurs, aux académiciens, ainsi qu’à nos connaissances et à nos correspondants, ce qui revient à 400 livres, puis il y a le présent d’usage aux professeurs : une paire de gants avec un louis dans chaque doigt » 49.

20Finalement, Jean d’Ibbarat d’Etchegoyen renonce.

  • 50  Ibid., p. 52. Autres exemples de soutenances collectives dans V. Meyer, L’illustration des thèses… (...)

21La difficulté est parfois tournée par des soutenances collectives, dont les jésuites semblent s’être fait une spécialité. En 1678, le collège jésuite de Caen présente cinquante élèves dans une même soutenance50. Le passage de plusieurs dizaines de candidats interdit évidemment un examen rigoureux de leurs capacités, ce que ne manquent pas de relever les adversaires des jésuites. Ainsi, Claude Nicolay (dont on sait qu’il était régent de la faculté des arts de Poitiers en 1649) fournit une description orientée mais significative de la manière dont se déroulent ces soutenances publiques :

  • 51  Factum pour maître Claude Nicolay…, op. cit., p. 3-4

« Car pour toute épreuve de capacité, et sans avoir aucun égard aux statuts, [les jésuites] proposent de leur propre autorité, sans prendre jour ni heure des docteurs, dix-sept ou dix-huit écoliers pour répondre publiquement sur toute la philosophie, en deux ou trois heures d’après dînée, en présence de tous les ordres de la ville, et avec grand apparat et magnificence, de préfaces et harangues qui consomment la plupart de ce peu de temps, en sorte qu’à peine chaque répondant peut-il [résoudre] un argument d’une seule question de toute la philosophie, et encore sait-on les artifices qu’on y apporte pour faire paraître comme il est fort aisé les plus ignorants » 51.

  • 52  Ibid., p. 4.

22Nicolay déplore alors que « les lettres que l’on délivre pour les degrés ne contiennent aucune vérité », c’est-à-dire la dévaluation du grade consécutive à de telles pratiques52.

23Ce témoignage montre non seulement la facilité avec laquelle on peut ainsi obtenir la maîtrise, mais aussi l’importance des enjeux sociaux de la soutenance publique d’une thèse. Cette soutenance se distingue en effet du simple examen par la participation systématique des élites locales à une cérémonie très fortement théâtralisée. On assiste bien alors à un transfert de la procédure de reconnaissance du candidatdepuisl’institution universitaire vers une instance purement sociale. Ce transfert – qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la « société de cour » – s’appuie cependant sur la réappropriation de la tradition universitaire de la dispute publique, centrale au Moyen Âge et délaissée, comme on l’a vu, par les facultés après le XVIe siècle. Comme pour les autres exercices publics qui se déroulent dans les établissements scolaires, cette intégration des usages sociaux propres aux élites du XVIIe siècle à la procédure de délivrance des grades suppose la mise en œuvre d’un dispositif particulier : publicité de l’acte (obtenue par voie d’affiches annonçant la soutenance) ; impression d’un placard de thèse, composé d’une gravure dans la partie supérieure de la feuille et d’un résumé des « positions » qui seront défendues au cours de la soutenance dans la partie inférieure ; dédicace de l’acte à un puissant personnage ou à une institution, avec la déclamation préalable de panégyriques et de harangues ; décoration aussi fastueuse que possible d’une salle du collège, etc.

  • 53  V. Meyer, L’illustration des thèses…, op. cit., p. 39.
  • 54  A. Germain, op. cit., p. 53.
  • 55  Pierre Costabel, « L’enseignement classiqueauXVIIIe siècle. Collèges et universités », in René Tat (...)

24La pratique de la soutenance publique atteint son apogée dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avant de décliner au XVIIIe siècle, comme l’explique V. Meyer : « Par suite des lois somptuaires, mais aussi à cause de la désaffection du public et des scientifiques pour les exercices académiques, la fin du [XVIIe] siècle voit à la fois le déclin de la gravure de thèse et le désintérêt pour leur soutenance53 ». Ce jugement est confirmé par de multiples indices : en 1695 les consuls de Montpellier se plaignent de ce que le vice-chancelier de cette ville ne prenne même plus la peine d’assister aux soutenances54 ; le recensement par Pierre Costabel des thèses de philosophie soutenues au XVIIIe siècle dans les collèges parisiens compte dix-neuf occurrences entre 1700 et 1760, une seule après 176055. La soutenance publique d’une thèse de philosophie ne disparaît pas complètement, comme le montre en 1786 l’exemple de Jean d’Ibbarat (qui hésite, mais ne soutient finalement pas), mais elle est indiscutablement liée à des pratiques sociales (mise en scène des élites, formes rhétoriques spécifiques…) qui sont dévalorisées au cours du XVIIIe siècle. L’examen du candidat par un jury devient alors la forme de passage pratiquement exclusive de la maîtrise.

2 – Variations régionales

25De ce dernier point de vue, l’évolution observée en province ne diffère pas de celle des pratiques parisiennes. Le modèle parisien précédemment décrit couvre théoriquement l’ensemble du territoire, car l’université de la capitale a servi au cours du Moyen Âge de matrice aux fondations ultérieures. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’idiosyncrasie des différentes facultés des arts s’explique donc de manière marginale par quelques singularités héritées des premiers siècles de l’université et, de façon beaucoup plus évidente, par les positions acquises dans chaque ville entre la fin du XVIe et le XVIIe siècle par les congrégations enseignantes (jésuites et oratoriens).

  • 56  Factum pour maître Claude Nicolay, op. cit., p. 2.
  • 57  Faucillon, op. cit., p. 34 ; Gilbert Dehon, L’université de Douai dans la tourmente (1635-1765). H (...)

26Les particularismes proprement universitaires sont souvent liés à la conservation ou à la moindre évolution (par rapport à Paris) des pratiques ou des statuts médiévaux. C’est le cas, par exemple, à Poitiers, où les candidats à la maîtrise sont théoriquement tenus, d’après les statuts de la fin du XVe siècle encore en vigueur, d’observer un intervalle de plusieurs mois entre le baccalauréat et la licence – ce qu’ils ne font d’ailleurs pas56. De même, le baccalauréat ès arts est obtenu dès la fin de l’année de logique, soit un an avant la maîtrise, dans quelques villes comme Douai ou Montpellier entre 1608 et 162957. À Poitiers encore, le rituel de réception des nouveaux maîtres a conservé symboliquement des traces de l’inceptio médiévale, avec un bref accès à la chaire magistrale pour un simulacre de leçon inaugurale : le doyen invitait chacun

  • 58  Cité par V. Meyer, « Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations… », art. cit., p. 53, à pa (...)

« à monter successivement dans la chaire où se trouvaient une chausse bordée de fourrure et une barrette ornée d’une houppe d’argent ; chacun d’eux déposait lui-même la chausse sur son épaule gauche, la barrette sur sa tête, et, ainsi décoré des insignes caractéristiques du droit d’exercer l’enseignement public, il prononçait à son choix une phrase latine qui […] devait exprimer quelque maxime religieuse ou monale »s="footnotecall" href="#ftn51" id="bftn48" id="bod58">58.

  • 59  F. Cadilhon, B. Lachaise, J.-M. Lebigre, op. cit., p. 48 ; A. Germain, op. cit., p. 53 ; Faucillon (...)
  • 60  F. Cadilhon, B. Lachaise, J.-M. Lebigre, op. cit., p. 29.

27Ailleurs, la maîtrise déborde du cadre universitaire, et le faste d’une cérémonie urbaine assure la reconnaissance sociale du grade, comme à Bordeaux, où les lauréats sont reçus en grande pompe à la cathédrale, ou bien à Montpellier, où ils sont « promenés par la ville »spar les consuls="footnotecall" href="#ftn51" id="b9" id="bodyftn59">59. À l’inverse, on observe parfois dans certains domaines un détachement plus fort qu’à Paris des formes médiévales. Ainsi, à Bordeaux, on ne délivre plus de baccalauréat et de licence ès arts, mais seulement une maîtrise ès arts, prenant acte de l’unicité de fait des trois grades="footnotecall" href="#ftn51" id="60" id="bodyftn60">60. C’est aussi la voie choisie dans la déclaration du roi du 31 mars 1759 qui réforme l’université de Perpignan :

  • 61  Jean Sagnes, L’université de Perpignan au XVIIIe siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perp (...)

« [Nous…] abrogeons l’usage établi dans ladite université de conférer les grades de bachelier et de docteur en philosophie, au lieu desquels voulons que celui de maître ès arts puisse être accordé à ceux qui auront rempli le temps d’études prescrit pour l’obtention du même grade dans l’université de Toulouse »s="footnotecall" href="#ftn51" id="61" id="bodyftn61">61.

  • 62  Encyclopédie…, op. cit., t. VII, p. 807 : « Les régents septenaires de l’université de Paris, c’es (...)
  • 63  Ibid. : « Les régents septenaires des universités de Caen & de Reims ont aussi le même privilège q (...)
  • 64  Abbé Pelletier, « La réitération de grades », Bulletin de la société archéologique de l’Orléanais, (...)
  • 65  L. Liard, op. cit., p. 107-108 ; P. Costabel, art. cit., p. 22 ; D. Julia, « Universités et collèg (...)

28Ces différences formelles apparaissent cependant comme secondaires et n’influent pas sur la reconnaissance accordée au grade selon la ville où on le passe. Indiscutablement, la maîtrise parisienne est la plus recherchée. Outre le prestige historique et le statut de capitale, Paris s’affirme en effet par son poids numérique, qui écrase les autres facultés, ainsi que par sa capacité à attirer des étudiants venus de toutes les régions et à placer ses maîtres partout en France. Cette prééminence est officiellement reconnue dans les dispositions concernant la priorité accordée aux gradués pour obtenir des bénéfices ecclésiastiques, qui stipulent que les maîtres enseignants parisiens passeront devant tous les autres, à l’exception des docteurs en théologie="footnotecall" href="#ftn51" id="62" id="bodyftn62">62. Toujours du point de vue réglementaire, Caen et Reims sont les deux seules universités provinciales qui se distinguent par leur proximité avec Paris : les maîtres ès arts de ces villes jouissent, pour l’accès aux bénéfices, de la même priorité que les maîtres septénaires parisiens (c’est-à-dire qui ont enseigné pendant sept années) et sont également les seuls auxquels la faculté parisienne consent à délivrer sa propre maîtrise après une seule année passée sur ses bancs, alors que les maîtres des autres villes doivent reprendre tout le cursus des arts="footnotecall" href="#ftn51" id="63" id="bodyftn63">63. Parmi toutes les facultés de France, s’établit enfin une hiérarchie entre les « universités fameuses » (les plus anciennes) et les autres, dont les gradués ne peuvent prétendre aux mêmes privilèges. Ce statut d’université « fameuse » – qui correspond à une catégorie juridique précise et non à un jugement de valeur communément admis – ne paraît cependant pas très discriminant, car il est très largement partagé : Paris, Reims, Orléans, Bourges, Angers, Poitiers, Toulouse, Montpellier, Caen, Dijon, Bordeaux et Valence sont les universités fameuses du royaume="footnotecall" href="#ftn51" id="64" id="bodyftn64">64. D’une manière générale, les historiens ont considéré que les exigences scolaires étaient faibles en province et que seule la maîtrise parisienne avait une réelle valeur="footnotecall" href="#ftn51" id="65" id="bodyftn65">65. S’il est en effet possible de citer plusieurs témoignages ponctuels de l’indulgence des jurys provinciaux, qui se contentent souvent d’une simple attestation d’études philosophiques obtenue dans un collège quelconque pour délivrer le grade, cette impression n’est cependant étayée à ce jour par aucune étude précise.

29À l’intérieur du groupe des facultés provinciales, les différences les plus significatives pour l’accès à la maîtrise relèvent en pratique, à partir du XVIIe siècle, de la position qu’est parvenu à occuper le collège jésuite ou oratorien dans la faculté des arts locale. Avec des nuances intermédiaires, deux configurations se rencontrent : ou bien une congrégation contrôle totalement la faculté et délivre le grade comme bon lui semble, y compris pour des usages purement internes, ou bien les enseignants du collège congréganiste dépendent encore d’une faculté qui leur échappe. Plutôt que de se livrer à un fastidieux tour de France, il a semblé préférable de retenir quelques cas typiques présentés sous forme de tableau (voir tableau 2).

30Le contrôle exclusif d’une faculté des arts par un groupe unique lié à un collège (les jésuites à Pau et Bourges ; les oratoriens à Nantes) change le statut de la maîtrise : délivrée par des professeurs à leurs propres élèves, elle ne se différencie plus d’un simple certificat d’études valant pour un établissement singulier. Disparaît alors la spécificité du grade universitaire, qui repose sur la distinction des institutions (collège vs faculté), des personnes (professeur vs communauté des maîtres) et des fonctions (enseignement vs évaluation par un jury composé des futurs pairs). Le grade perd ainsi le caractère théoriquement universel conféré par un dispositif qui cherche, à travers un jeu d’échelles institutionnel, à échapper à la singularité de la relation pédagogique en plaçant l’évaluation dans le cadre plus large de la communauté universitaire. De même que pour l’enseignement des arts, qui a abandonné les facultés pour se replier dans les collèges au XVIe siècle, on enregistre ici les effets de la « scolarisation » d’un examen originellement universitaire.

Tableau 2 : Délivrance de la maîtrise ès arts par les jésuites ou les oratoriens dans quelques villes françaises

Tableau 2 : Délivrance de la maîtrise ès arts par les jésuites ou les oratoriens dans quelques villes françaises
  • 66  Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les collèges français (XVIe-XVIIIe siècles), Répertoire (...)
  • 67  Bordeaux : F. Cadilhon, B. Lachaise, J.-M. Lebigre, op. cit., p. 37 ; Montpellier : A. Germain, op (...)
  • 68  Caen : CF, t. 2, p. 149-150 ; Douai : G. Dehon, op. cit., p. 19-20 ; Avignon : CF, t. I, p. 94, p. (...)
  • 69  Les relations entre l’université de Paris et les jésuites ont donné lieu à une abondante littératu (...)
  • 70  CF, t. 2, p. 140.
  • 71  Factum pour maître Claude Nicolay…, op. cit. ; Jean-Médéric Tourneur-Aumont, La faculté des arts d (...)
  • 72  Joseph-Cyprien Nadal, Histoire de l’université de Valence et des autres établissements d’instructi (...)
  • 73  H. Ferté, op. cit., p. 18.
  • 74  Gérard Emptoz (dir.), Histoire de l’université de Nantes. 1460-1993, Rennes, Presses universitaire (...)
  • 75  Factum intitulé Mémoire pour les prêtres de la congrégation de l’oratoire de Jésus…, vers 1691, Ar (...)

Pau="footnotecall" href="#ftn51" id="66" id="bodyftn66">66 ; Bordeaux, Perpignan et Montpellier="footnotecall" href="#ftn51" id="67" id="bodyftn67">67 ; Caen, Avignon et Douai="footnotecall" href="#ftn51" id="6ftn48" id="bod68">68 ; Paris<"footnotecall" href="#ftn51" id="69" id="bodyftn69">69 ; Bourges<"footnotecall" href="#ftn51" id="70" id="bodyftn70">70 ; Poitiers<"footnotecall" href="#ftn51" id="71" id="bodyftn71">71 ; Valence<"footnotecall" href="#ftn51" id="72" id="bodyftn72">72 ; Orange<"footnotecall" href="#ftn51" id="73" id="bodyftn73">73 ; Nantes<"footnotecall" href="#ftn51" id="74" id="bodyftn74">74 ; Angers<"footnotecall" href="#ftn51" id="75" id="bodyftn75">75.

  • 76  CF, t. 2, p. 151. Les jésuites font graduer peu d’élèves à Caen, ce qui confirmerait l’accusation (...)
  • 77  D. Julia, in J. Verger (dir.), Histoire des universités…, op. cit., p. 185.

31Seconde difficulté liée à une telle configuration, les jésuites et les oratoriens semblent souvent utiliser les facultés qu’ils contrôlent comme centres de distribution de la maîtrise au profit de tous les membres ou élèves de la congrégation. Ainsi les jésuites de Bourges sont-ils accusés par le président du parlement de Normandie de graduer avec complaisance tous les élèves que leurs confrères de Caen ne souhaitent pas présenter devant la faculté des arts de cette dernière ville, alors que les oratoriens utiliseraient la faculté de Nantes pour distribuer la maîtrise à l’échelle nationale dans leur congrégation<"footnotecall" href="#ftn51" id="76" id="bodyftn76">76. Dominique Julia cite le cas d’un ancien élève des jésuites de Rennes, qui a besoin de la maîtrise ès arts pour s’inscrire en 1761 à la faculté de médecine : il se rend chez les jésuites de Caen, qui écrivent à leurs collègues de Bourges et leur expédient le prix du grade ; le diplôme arrive à Caen quelques jours plus tard<"footnotecall" href="#ftn51" id="77" id="bodyftn77">77. Ce degré délivré par correspondance s’exonère totalement des formes prescrites de l’examen comme des rites en usage. Surtout, les facultés ainsi contrôlées ne fonctionnent plus dans le cadre d’une université urbaine, mais à l’échelle déterritorialisée d’une congrégation qui fait jouer à plein son réseau.

  • 78  Factum pour maître Claude Nicolay…, op. cit., p. 3.
  • 79  F. de Dainville, art. cit., p. 78.

32La situation est en apparence fort variable dans les autres villes. À Bordeaux, Montpellier, Poitiers ou Angers (configuration n° 2), les jésuites ou les oratoriens dominent le jury, même s’ils ne le composent pas en entier, et semblent avoir les coudées franches. À Poitiers, par exemple, où le doyen de la faculté n’est pas jésuite, un de leurs adversaires affirme en 1650 que « les jésuites […] se sont rendus maîtres de la faculté et ont disposé à leur volonté du doyen pour l’examen des écoliers de leur collège »<"footnotecall" href="#ftn51" id="7ftn48" id="bod7ft>78. À Angers, François de Dainville dénonce comme un diplôme de complaisance la maîtrise signée le 1er décembre 1780 par le R. P. Delaplace, supérieur du collège oratorien et doyen de la faculté des arts de cette ville, au profit d’Antoine Brun, « licencié de la faculté des arts et professeur des arts libéraux », prêtre de l’Oratoire, du diocèse d’Aix<"footnotecall" href="#ftn51" id="79" id="bodyftn79">79. À Douai ou à Valence, les jésuites n’appartiennent pas à la faculté (configuration n° 3), mais ils sont suffisamment puissants face à des facultés des arts moribondes pour que la graduation de leurs élèves ne soit qu’une formalité. Malgré la diversité des situations locales, on retrouve bien, dans la plupart des cas, le même schéma de fonctionnement qui permet au principal collège d’une ville universitaire provinciale de délivrer à sa guise la maîtrise ès arts à l’issue de la scolarité. Caen ou Avignon, où les jésuites se heurtent aux exigences d’éléments moins bien disposés à leur égard (la faculté des arts à Caen, l’évêque à Avignon), font figure d’exceptions dans ce paysage.

  • 80  Roger Chartier, Jacques Revel, Dominique Julia (dir.), Les universités européennes du XVIe au XVII (...)
  • 81  Faucillon, op. cit., p. 30.
  • 82  Ibid., p. 56.
  • 83  Factum pour maître Claude Nicolay…, op. cit., p. 3.
  • 84  À Poitiers, voir Factum pour maître Claude Nicolay…, op. cit.,p. 12. Témoignage bordelais présenté (...)

33Le cas des collèges situés dans une ville ne disposant pas d’une faculté pose des problèmes différents. Outre le contournement des dispositions réglementaires par le réseau d’une congrégation, comme à Bourges ou Nantes, la solution traditionnelle consiste à différencier la ville dans laquelle on entame ses études de celle où ont les achève pour prendre les grades. Le phénomène a été bien étudié pour les facultés supérieures de droit, théologie ou médecine, et certaines universités sont connues pour délivrer des grades à n’importe quel étudiant prêt à payer="footnotecall" href="#ftn51" id="80" id="bodyftn80">80. De telles pratiques peuvent être repérées pour la maîtrise ès arts à l’époque moderne. À Montpellier, lorsque l’évêque n51use de délivrer la maîtrise suite à un conflit avec les professeurs protestants du collège, pendant les années 1606 et 1607, on apprend que les élèves se déplacent pour obtenir les grades dans d’autres villes="footnotecall" href="#ftn51" id="81" id="bodyftn81">81. En 1762, les deux nouveaux professeurs nommés dans cette ville pour remplacer les jésuites obtiennent sans difficulté la maîtrise en quelques jours, respectivement à Avignon et à Orange, où la vénalité des grades est célèbre="footnotecall" href="#ftn51" id="82" id="bodyftn82">82. Plus discrètement, à Poitiers, au milieu du XVIIe siècle, « Maistre Guillaume Piry, doyen, examine tout seul la plus grande part de ceux qui demandent les degrés et leur en signe tout seul les lettres testimoniales […] sans y appeler les deux autres docteurs, ni observer aucune sorte d’examen prescrite par les articles ci-dessus et [on] prouverait bien que les absents trouvent la même facilité envers lui pour de l’argent que les présents », ce qui signifie qu’il vend des diplômes de complaisance à des élèves qui n’ont jamais fréquenté la faculté des arts de Poitiers="footnotecall" href="#ftn51" id="83" id="bodyftn83">83. À Bordeaux, un maître fait scandale en délivrant des lettres de maître ès arts « sans autre forme de cérémonie que de faire répondre […] dans une chambre sur quelques questions imprimées […], étant lui-même l’argumentant et le souffleur de quelques réponses répétées="footnotecall" href="#ftn51" id="84" id="bodyftn84">84 ». S’il est possible d’exhumer d’autres exemples de fraudes, elles semblent moins systématiques que dans le cas des études de droit, par exemple.

34Les comptages dans les archives montrent en effet un gonflement des effectifs à partir de l"footnoe de logique dans les établissements qui permettent d’accéder à la maîtrise, ce qui laisse penser qu’à la différence du droit, les élèves étudientaumoins quelques mois la philosophie. C’est le cas à Caen, par exemple :

  • 85  D’après un décompte manuscrit en vue d’une estimation des revenus des enseignants, Arch. nat. M 19 (...)

Tableau 3 : Répartition des effectifs dans les différentes ootnoes à la faculté des arts de Caen (année 1777-1778)="footnotecall" href="#ftn51" id="85" id="bodyftn85">85

Tableau 3 : Répartition des effectifs dans les différentes ootnoes à la faculté des arts de Caen (année 1777-1778)85
  • 86  G. Dehon, op. cit. p. 203-204. Même phénomène repéré à Bordeaux, par exemple (F. Cadilhon, B. Lach (...)

35Le cas particulier de la cinquième mis à part (en l’absence de ootnoe de sixième, la ootnoe de cinquième fait office de cinquième et de sixième, ce qui explique le nombre important d’élèves qui y sont inscrits), les effectifs doublent bien à partir de l"flogique. La différence entre la logique et la physique s’explique en partie par les variations annuelles des effectifs et en partie par l’abandon de certains élèves. Une évolution identique a été relevée à Douai, où Gilbert Dehon estime les effectifs de philosophie au collège d’Anchin à 600 élèves, contre seulement 350 pour les humanités="footnotecall" href="#ftn51" id="86" id="bodyftn86">86.

  • 87  Arrêt du parlement qui ordonne que les étudiants des collèges établis…, op. cit., p. 2.
  • 88  Déclaration royale du 4 décembre 1725, citée par CF, t. 1, p. 519.
  • 89  J. Nadal, Histoire de l’université de Valence…, op. cit., p. 231.
  • 90  Arrêt du parlement qui ordonne que les étudiants des collèges établis…, op. cit., p. 1.
  • 91  Ibid., p. 3

36Une telle mobilité constitue cependant une contrainte lourde pour les élèves et leurs familles=em>. Une solution est esquissée au cours du XVIIIe siècle : on affilie ou agrège les collèges isolés à une faculté voisine, ce qui permet de faire reconnaître les temps d’études passés dans ces collèges et de n’envoyer les élèves dans la ville universitaire que pour prendre le grade. Se dessine ainsi une sorte de régionalisation des grades. Les motifs en sont clairement exposés dans l’arrêt du parlement d’Aix de 1772, qui rappelle dans oes attendus qu’« il était nécessaire de pourvoir à cet objet […] car s’étant présenté divers candidats qui avaient fait leurs études dans les principaux collèges de la Province, autres que celui de l’université, ils n’ont pu être admis aux examens, et ont été obligés de recourir aux autres universités qui ne font aucune difficulté pour les admettre »<"footnotecall" href="#ftn51" id="87" id="bodyftn87">87. La voie a été ouverte, comme on le voit, par les usages anciens de certaines universités qui distribuaient libéralement les grades et par les discrètes pratiques des congrégations enseignantes déjà évoquées. Mais il s’agissait là d’« abus », dénoncés comme tels par les contemporains. Le système d’affiliation qui se développe au XVIIIe siècle vise donc à inscrire la pratique dans un cadre réglementaire capable de conférer aux grades ainsi obtenus une légitimité absente des détournements précédents. Les deux modèles qui se dessinent au début du siècle concernent soit un collège qui obtient l’agrégation dans la faculté d’une ville voisine tenue par la même congrégation (cas du collège jésuite de Lescar, qui est officiellement agrégé à la faculté de Pau en 1725<"footnotecall" href="#ftn51" id="8ftn48" id="bod8ft>88), soit des séminaires isolés qui cherchent à valoriser leur formation (par exemple, le séminaire de Bourg-Saint-Andéol, qui est uni à la faculté des arts de Valence par les lettres patentes du 15 décembre 1737)="footnotecall" href="#ftn51" id="89" id="bodyftn89">89. C’est à Aix-en-Provence que le mouvement est le plus systématique avec l’arrêt déjà cité de 1772 « qui ordonne que les étudiants des collèges [de la province] établis par lettres patentes pourront être admis au grade de maître ès arts, en rapportant à la faculté des arts de l’université d’Aix des attestations suffisantes d’études et de bonne conduite des collèges où ils auront étudié, et en se conformant à tout ce qui est prescrit pour les étudiants du collège royal de Bourbon »="footnotecall" href="#ftn51" id="90" id="bodyftn90">90. Les facultés des arts jouent alors pour la première fois officiellement le rôle de centres d’examen à l’échelle régionale. L’arrêt du parlement d’Aix ne va cependant pas au bout de cette logique de territorialisation du grade, puisqu’il instaure une maîtrise à deux niveaux : le diplôme remis aux lauréats venus des villes voisines oera incomplet (il permettra seulement la poursuite des études de théologie et de médecine), et seuls les élèves d’Aix jouiront « des droits et privilèges que les lois n’accordent qu’aux études académiques » et auront ainsi un accès prioritaire aux bénéfices="footnotecall" href="#ftn51" id="91" id="bodyftn91">91. Le cadre du vieux monopole urbain conféré aux universités n’est donc pas complètement brisé et la sélectivité d’un grade obtenu dans une ville universitaire est en apparence préservée.

III – Sélectivité scolaire et signification sociale d’un examen

37La question de la sélectivité de la maîtrise ne peut être abordée sous le seul angle de la « difficulté » des épreuves, car cette " hion est éminemment relative et conduit souvent l’exposé à verser dans un jugement de valeur anachronique. En effet, il n’est pas certain que pour les contemporains la « difficulté » ait été centrale dans la définition des critères d’accès à la maîtrise ès arts. L’analyse cherchera donc plutôt à présenter la performance attendue du candidat, avant d’évaluer et d’expliquer la proportion des écoliers qui accèdent finalement aux grades.

1 – Contenu et déroulement des épreuves

  • 92  Laurent Duhan, Philosophus in utramque partem, sive Selectae et limatae difficultates in utramque (...)
  • 93  Guillaume Guillier, Candidatus artium, ubi de rhetorica et philosophia, ejusque singulis partibus, (...)
  • 94  Jean-Charles-Félix Caron, Compendium institutionum philosophiae, in quo de rhetorica et philosophi (...)

38Le déroulement de ces épreuves est indirectement connu grâce à une série de manuels édités à Paris, à partir de l"ffin du XVIIe siècle. L’ouvrage que publie en 1694 Laurent Duhan, professeur au collège du Plessis,Philosophus in utramque partem […] ad usum scholae… n’est pas encore tout à fait abouti, malgré les oix rééditions qu’il connaît jusqu’en 1733, car il ne se distingue pas complètement d’un cours de philosophie imprimé et choisit une présentation qui suit l"fforme canonique de la dispute (propositio 1/objectio 1…), sans reproduire exactement le mode d’interrogation orale du candidat au début du XVIIIe siècle<"footnotecall" href="#ftn51" id="92" id="bodyftn92">92. Le manuel de Guillaume Guillier, professeur au collège des Grassins, qui est édité en 1732 et réédité en 1749 sous le titre Candidatus artium […], ad usum candidatorum baccalaureatus artiumque magisterii, paraît le plus proche du déroulement des deux examens, à la préparation desquels il est explicitement et exclusivement consacré<"footnotecall" href="#ftn51" id="93" id="bodyftn93">93. Il prend l"fforme d’une liste de sujets possibles (176), avec, pour chacun d’eux, une présentation des questions posées par le jury et des réponses attendues du candidat, en une ou deux pages. Son succès éclipse le manuel de Duhan, et le plagiat dont il est l’objet en 1770 par Jean-Charles-Félix Caron montre qu’il reste bien adapté à son objet à cette date et peut servir de référence pour tout le XVIIIe siècle<"footnotecall" href="#ftn51" id="94" id="bodyftn94">94.

  • 95  Ch. Jourdain, op. cit., Pièces justificatives, p. 5, art. XLVII : artium baccalaureatus candidati, (...)
  • 96  Pierre-Thomas-Nicolas Hurtaut et Magny, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses env (...)

39Ces manuels ne font pas de différence entre la préparation des épreuves du baccalauréat et celle des épreuves de la licence, ce qui suppose un programme identique et fondé sur le cours de philosophie, qui exclurait de l’évaluation les oix premières années du cursus consacrées aux belles lettres. De même, les statuts de 1600 de la faculté des arts de Paris précisent que l’examen du baccalauréat ès arts comprend seulement une interrogation sur la « logique, l’éthique, la physique et la métaphysique<"footnotecall" href="#ftn51" id="95" id="bodyftn95">95 ». Ces statuts n’explicitent pas les matières de l’examen de licence, qui est supposé identique à celui du baccalauréat. Une source tardive (1779) et extra-universitaire laisse cependant penser qu’une évolution des pratiques a pu avoir lieu en dehors de toute modification réglementaire, lorsqu’elle précise que « cet examen [du baccalauréat] roule sur les belles lettres, la rhétorique et les quatre parties de la philosophie. On y fait expliquer différents auteurs latins et grecs à livre ouvert. […] Le second examen [de licence] n’a pour objet que les quatre parties de la philosophie seulement »="footnotecall" href="#ftn51" id="96" id="bodyftn96">96. Si cette dernière mention ne peut être ignorée et doit conduire à nuancer toute conclusion, la domination de la philosophie paraît cependant incontestable dans les deux épreuves, sur l’ensemble de la période étudiée, alors que sa place est réduite dans un cursus scolaire largement consacré aux belles lettres.

  • 97  L.W.B. Brockliss, « Le contenu de l’enseignement et la diffusion des idées nouvelles », in Jacques (...)
  • 98  Louis de Jaucourt, in D. Diderot et al., Encyclopédie…, op. cit., entrée « études », vol. VI, p. 9 (...)

40Le manuel de Guillier montre, de plus, qu’il existe un léger décalage entre la nature des épreuves proposées et l’évolution générale de l’enseignement de la philosophie. Laurence Brockliss a présenté l’évolution de cet enseignement : la tendance générale est à une réduction du poids de la logique, de l’éthique et de la métaphysique dans le cursus, avec le regroupement de ces matières dans la première année (dite de « logique ») à partir du milieu du XVIIe siècle. La physique se voit, en revanche, accorder toute la deuxième année, ce qui permet d’intégrer lentement les révolutions philosophiques et scientifiques du XVIIe siècle="footnotecall" href="#ftn51" id="97" id="bodyftn97">97. Mais si les programmes ont ainsi été redécoupés pour laisser une plus grande place aux parties les plus novatrices de la physique et des mathématiques, l’économie générale de l’ouvrage de Guillier continue à faire la part belle aux matières les plus traditionnelles, en 1732 comme en 1749 (tableau 4). Les cinq premières parties de l’ouvrage occupent toujours les deux tiers de l’ouvrage en volume et fournissent 110 sujets sur 176 (63 %). La place importante accordée à la seule logique (28 % du total des pages, 33 sujets) justifie le caractère éponyme de cette matière pour la première année d’études et explique les critiques qui sont adressées à partir du milieu du siècle à un examen présenté comme le conservatoire de la tradition scolastique="footnotecall" href="#ftn51" id="9ftn48" id="bod98">98.

Tableau 4 : Poids des différentes parties de la philosophie chez Guillier

Tableau 4 : Poids des différentes parties de la philosophie chez Guillier
  • 99  G. Guillier, op. cit., p. 219. Lacryma batavica : expérience à la modedepuisles années 1640, qui c (...)
  • 100  Ibid., p. 227=em>.
  • 101  Ibid., p. 210.
  • 102  Alain de Libera « Faculté des arts ou faculté de philosophie ? », in Olga Weijers, Louis HoFrD1oumant v (...)
  • 193 Sour l’dopction du catlésirnimce par les professeurs de l’université de Paris,avoirL.W.B. Brockli >(...)
  • A.Firodle, art. cit., p.60n, et un autre articlr du même auteus qui bordt égalementcde suje4 : « >(...)

109" id="bodyft>109">100 ou la co"paris on entre les systèmts de tsolmrée et ne Cpderncs="footnotecall" href="#ftn51" id=>119" id="bodyft>11m">101. Main, dans tous les cas, on ristefiodèl0, qaend les prspositions s’ catdent d’rhistthe, à une présentation qui suit l"utraue de la disputermédévaue="footnotecall" href="#ftn51" id=>109" id="bodyft>12m">102.Aalors que les professeurs de philosophie parisiees ont tous aceapté les princiles catlésiees avant173,e l’oganiaution générale de la physique comme le poids consacréà la définition des différentes antéorvee rhisttFélnciennsn ristant inchansés dans des épreuvesmque présentz Guillier="footnotecall" href="#ftn51" id=>139" id="bodyft>13m">193. Sils’ cat, avec la dm arcue risrée traditionnell)i suvlie ea ootnoe est à cette dateotnoza modsrte, comme le mentre l étude de l’enseignement d’dorienGeffroyn présentce parAlainFirodlr="footnotecall" href="#ftn51" id=>149" id="bodyft>14m"1094Dictionnaire historique de la ville de Pari

  •  G. Guillier, op. cit., p.1-2.

L’analyse d’un exemple de sujee trsité permet derdonner une idée plus précise de la mrnière dontprouaoitsLe déroulr l’épreuv], étantrentn du qu’il s’agte ici d’un modèlt fourn par un professeu,r correspondant aux questionsent aux réponses attendues d’unbons candidas. Le premrer descnent soxtant-nsezde sujets possibles e a été rntenu poureillustlr l’nchante entre lu candidat et les examiacteurs, ainsi que la mrnière dont est abordée la rhétorique dans cen examen="footnotecall" href="#ftn51" id=>159" id="bodyft>15m"1059 :

  • Dnsn rm aiques identiquse conceraent le Sainimen des formes rhétoriquus traditionnelle, et le reco >(...)

), sansdtoute pour famiiaoriser lu candidat avec les consitions de l’épreuv>. Silla mrphologie latice est respecdée –cC’est leumoins que l’nt puisce attenire de la part d’un professeu  s, la yentxei diffrms de clclr du latin clasrique et l’nt pouerait releser dans les autres sujets trsitns de nombraux blissements séaentiqus. Ceséléments montrentique, dauxsiècles aprèsbles débuns de l humansme, lu latin utilité dans les facultés riste proche du latin scolastiqu ( qui était peu- être le seul à purvoir être utilitéoralemen)e. On n’attent pas du candidat des réponses p proconsets ou quitTémoigseraient d’une rélextion originane, mais bien, danscde sujen comme dans les autres, la récntation da définitiose urfs en cours – mais en a-nt-is différmement à d’autres périods dans des exament passés aux mêmesgen? Ddanscde sujen qui sorte sur la rhétoriqus, on rm aiqus que les référencs à la ittnérature clasrique( suvtre learis ontement ne i céion sur la « mantmentio » desresroits et lu icuer explicitemen)i sont valorinéee, mais la matière riste abordéedDe mrnière philosophique, à trviers dse rélexcse intlelecnuels et méhodo logiquus traditionnesn (par exemple, uneddéfinitionsvelne l éymologis, ou biensvelne la hose%). La jusfesse formlclr duaris ontement est privilgdiée, eu dîtrmient d’une rélextion fondée uar uea dm arcuexemioriqus, comme on le voi, avec la dernière répons,9 sous laquelleauffleure le ylologimce(1p.™nt peut parlrs de toue ;2.e l" rhétorique est lpart de parlre ;3F. doncl" rhétorique ombotnoe toutns les hoses7)="footnotecall" href="#ftn51" id=>196" id="bodyft>16m"1096. d’une mrnière général,e l’eercfice intlelecnuee impsré ae cours de ces épreuves s’lmoigsa doncotnoza peu de la traditionrmédévaue. Enddéfinitvce,lcse exigences implicites de l’examen sontude dauxborren:l connaître les " hiose urfs en courseut être capable de les présenlrsoralemens en latie.

n’est abordéeique dans un contxute pldémiqu). La complaisance supposue de tl, ou tl, jurysbert toujours à dsqualtfiser intlelecnuealemens ou oralemensnses membres, comme on n’avut dans la hlargedre Claude Nicolas contre ees jésuites de Poitiersen 649, ou bien à loccastion du conflitqui upposeen 1176 et 718s les deuxncha cltiers parisieeseaux professeur)="footnotecall" href="#ftn51" id=>176" id="bodyft>17m"1097. Csa derniers reprrchent alors à la iicence,sSurtou nsielle prend l"fforme d’unestoutraeice publique de thse,e d’être « un examen publc,s où in>nyn poent l’eeemple quionfait jamais rfcusé pes ont, [jen qu] ra doiréilieu souvent à d indgnres sujets d’aoquurir un dlgré qu’ils nempérstitent pan, et quion seur aerait rfcusé dans un examen particulies e="footnotecall" href="#ftn51" id=1076" id="bodyft>18m"1078.

  • Bibl>. raint-Genevilève, s 2144), fl>.26-45.e Pamie ces32. candidats rfcusan,27n sont explicitement>(...)
  • 100 L’absence de suvls de ces indvidqsn ne peut s’expliqure par l interupctionbrutrale de la sourcemen>(...)

Une telle affirastion>n’est cependant pas tout à fait exacte, parelle otnoe soussialenceune rnalité plusncomplxue. En effet, les archives du jury de licency de raint-Genevilève, conserrées pour les années 764t à 768,s montrentiqus tous les candidatsnvn sont pas dmais à l’issue des épreuven:l sur395s élèves quisue présentent aufils de ces quatre année, 363s obtiennent la iicenciddns la premièreslession 923 %, et32i sont ujounsés(28 7)="footnotecall" href="#ftn51" id=>196" id="bodyft>19m"1099. Pamie cesntrene- deuxncandidatsmal heueux,vdint-trloissne représentent quelques mois plus gard pour uea deuxièmetmentatves, à laquellencjouent encore rlois l’ontredeu>. Csa rlois derniers rvtiennent à une rloixièmeslessio, ae cours de laquelle tous sont amai>. Pamielcesntrene- deux qui avaientncjoréà la premièretmentatves,neufl ne se sont cependant plus représenrés etsont complètement i/sprus dse egaistras, leusmpremreréchcs dveraent ainsiddéfintif)="footnotecall" href="#ftn51" id=>109" id="bodyft>180">100. De faie, comme d’affrement les adversaires des cha cltiers, onfintt toujours par délivrer la maîtrise à ceux quiionsistnat pour l’obteni>. Mais cette délivracel n’est pasaoqiyse dsembrée etune force de sélection est u bien lœuvtre ours de cen exames, au moinseauxyceux du jurs. Lerej ut du candidat jusé n suffisans est vertst toujours provstoire, mais ne sens de cetterelrégationest mbigun:l constitu-t-eille uLe secones cha ce ou -t-eillevoication à décovragrs les candidats les plus fablen? Y a-nt-is une colntique de l ujounlement qui nuanceauit l"fpermesé uerej ut suvdant les cas, comme pouerait le laissrt penserlme fait que la mjordité snt ujounsée « a rlois mois » etiqus quelque-uans lesront « ahsuitujours » ou« ue proclain exames n? Iil n’est ainsi pas impsssible que ladissastion par lebiaois l ujounlemensn suclessfts oulmoigsés dans ds temps ait étéune force ounce L exclusionfau mement ue otnrage de la iicenc>.

  •  J.Veargrs, « examen puvdtum…s e, art. cit., p.32-33.
  •  , op. cit., p. 78.
  •  Ibid., p. 19.
  • Ene rnalit,t lparicle43s des statuts de la faculté des artsnstpulus que les candidats auront été n>(...)
  •  J-Ch.-(F. Croe>, op. cit., vol. 1, p.VI-VII8.

119" id="bodyft>11m"1119). Avdant même Le premrer exames,lle professeur qui prend l"rresposaobilitédes présenlrsuen élève(s onnomnfguore toujours dans des egaistras, à ôitédes celui du candida>e ad» pférerun premrertr>. comme d explique Pierr Blbondl,t lpvoicai du cha cltiedesNostr-Damseen 118s, «ld’intrrêt ees écoliers et celui des professeurs ne permet pas et effetdes roirle quionfait facinement et souventexposéeauxyceux du publcs des toutraeats ignonants, qui n aeratnat u ique se dshognorer uxi-mêmas, leurs pamensn et l’universits e="footnotecall" href="#ftn51" id=1109" id="bodyft>12m"1128. Cettessélectionp rnapabls est iescrite dans des statuts de 160,s à lparicle43,nsvelneceu même voica4 : «Ccar ilye est ejpoenteaux professeursdse ne produire en publce à la secones année e, leuscjours, que les écoliers qu’ils auront bieneercrés en particulie, pendant la première anné. Aau myeon de l obsertation dacdes statuts, onune ierat aucuu candidat toutrirs pour le bonnet de maître ès arts, qui n sit une cap cité suffisants pourmpérsmer d’êtrereçue à l’examen du cha clties e="footnotecall" href="#ftn51" id=1139" id="bodyft>13m"1131. SiBlbondle focse un eus ne sens de cee article="footnotecall" href="#ftn51" id=1149" id="bodyft>194"1194. our les coseilsdme Le professeu,ril usit une préparationsprécifiqu oganitce par oun collèqu MG.Llettties:e des «leçions particulières qu’ildionnat à clusseursjeunresgeons qu’il i/sossait pour lors à la maîtrise ès arte="footnotecall" href="#ftn51" id=1159" id="bodyft>15m"1159 ».One voi, ici que la préparation à l’examen de différenise du cours de philosophie lui-même etnue s’adreser qu’à une partie des effectif>.

  •  Pierre Boudssen, ge que parlrsvpeutndirs. L’économie ees échantns tingiastiqus., Paris, A.Fayard,n>(...)
  •  , op. cit., p. 19.

L existence L’une force de sélectionp rnapabls conduit donc à recos idvrer lafdonation des épreuves de baccalauréat et de licencteaux XVIIt et XVIIIe sièclen:lnelle,uLe srvtent pasjà évaluer les cap cites du candidat, mais à qui permetrce L n faire étalageou, nsi l’nt réfres, à coffirie, publiquement qu’ilmpsscèdt biencles cap cite>. Dence poent de ur, la maîtrise ès arte s iescrie pa faitement danscdeique Pierr BBoudsse dérien comme des «ruites deecosdérratios, ouruites de légitiantio ,emmne ir les contemporains continuent ly,avoirudes atdes « prbvatoires e="footnotecall" href="#ftn51" id=>196" id="bodyft>16m"1196. Il eust vertstarrnivee que le candidatune puisce dmmontrar ouns avoir pendant l’épreuv],mMais ccil n’est qu’ue prblièmepdonaudl,t puisqce,su’il snt présent,rilax noraulement la cap cité de ruessrs. Sonéchcs memenairé n implique donc pas nécessairement uu jugementnrégatfn às ontenivoi>. C’est ainsi que lpvoicai du cha cltie justifie lapruessite « dt quelquesbiosi sujets, que luer eclessvle tmidlit,t ou la difficulté des questions proposée,t ou seurstralenes déjà connis l villeurs[…],peouvent permetrce es trsiser avec quelqu idulgrencs e="footnotecall" href="#ftn51" id=>176" id="bodyft>17m"1178. ’absence de ootnoemens ou de ntration à l’issue des épreuve coffirie cette fecudre du rôle des examen>.

  •  h. cula>, art. cit., p.191. Àx Cient àBeisaçiot à la fin du XVIIIe siècle, moins de 8 % ees étun>(...)
  • Biblio thlqu historique de laVville de Paris(BHVP)>, pptiers deChappelle, s na 191), fl>.113-1359.
  • LLes élèves deChappellt ont été rechercsés dans des egaistrae entre17816 et 793s(Bnf, s lcai9161)9.

176" id="bodyft>198"1188.Unde étuen da dtvals mentre cependant que cette expligationest n suffisance, par les dflectioissne poursuuvent pendant les deux années de philosophie, poutant rputéet n’atirmer que les candidats à la maîtris).Àx Paris,lles xistes d’élèves dressées parBtric FrsaçirisChappellt au collège d Loui-le-Ggrans pour les années scolaires 779-17806 et 780-17816 montrent ainsi que sur99  iescris en logique, seul 53ssne r trouvens en physique lpannée suvdanie="footnotecall" href="#ftn51" id=>196" id="bodyft>19m"1199.Eie pamie ceux qui sont présenss en physique jusqu à la fin ue lpannée scolaire 780-1781e, seul 4 8 %finissent maîtrse ès arte et fguornet à ce titre dans des egaistrae de la faculte="footnotecall" href="#ftn51" id=>209" id="bodyft>20m"1200. Malgré uea ocgumentationlhaculaire sur le baccalauréa, l ypo thset pirement théorique selne laquelle tous Le srratnat présenrés et608 % aeratnatncjoré doitêtre exclu,e l’exaeon>n’étant ais si diffiiles et lu collège et le professeur ydant une bonne rputationopéaglogiqu.e Clairemen,e la mjorditédLes élèves de Loui-le-Ggrans quisue trouvens à lotrée du gradtnrélxigeet de er prendr>.

  • M.-MG.>Comfres, « dAalebcertu. collègs,lle ar cours scolaire d’unPparisie? », (...)
  • d aprèsBibl>. raint-Genevilève, s. 2449.

Cette affirastionmpérsmeaoitssansdtoute d’être nuannée suvdane les établissementsscar, à l’intriseus de la faculté parisienle, certaies collègesnsemblant plusorvnités qe d’autresviers la préparation à la maîtris). eu collège d Mazparns, quioffure u enseignement de mathématiquet et de philosophie recoenu etbacuevilleldes effectifs les plus importants de la faculté des arte="footnotecall" href="#ftn51" id=>219" id="bodyft>218"1219209" id="bodyft>22m"1228. Csa différencessuggfrmentlL existence e stralégeusncomplxues de la part des élèves,lisées à u /spce scolaire parisie, qui estlsoin d’êtrehomogfnle,mmne ir les différents collèges ffurent théoriquement les mêmesmpsssibilites d’accès au grad>.Eelle, s’expliquant are la tradition singulfrms de haique établissement ou la pes onailitédes tl, professeus de philosophix : lts collèges de Plessi-Sor bonne et deNavaerr sont ésidmementm aiqpés aur l’enseignement de la théologi,sviers laquelle déourcue la maîtrise ès art,saalors que l’nt consdateique les prutresxclnrisiees qui aissent luer licenct à raint-Genevilève entrn 1746 en 178s ont tous été présenrés aurMG. uvalr, professeur au collège lHar cout,s quisuemble entrutrirs ainsi uenvpérstablefiulfrms de rerutlemen>.

  • Sour le d part des écoliers à la fin ue la logique,avoi>, par exemple, à Cienlle Tableau3a doirépln>(...)
  •  L.W.B. Brockliss, «Pattrees f At tendanceant te.Unniversiys f Paris,1400-1800? », inRG.>hparti n>(...)
  • Mdenppelties:eFauiilloe>, op. cit.,op.48e, omptde 8500t maîtrsereçus dans des egaistrae de la facn>(...)
  •  op. cit, p.310.

. Main,aquellrs que oiment les nuancrs àrapporrar suvdane lesiliex,e les établissements et les périod,r le d part de nombraux écoliers à la fin ue la logique te la fabla part dsn physcsiees qui aissent finalement la maîtrise sont incontestablse, comme dsont montté lesétudes da dtvals dsn pptunatioesétuiaentesemetcs dans différentes villte="footnotecall" href="#ftn51" id=>239" id="bodyft>293"1293.Aains,n du XVlt au XVIIIe siècle, la faculté des arts de Paris délivr rairement plus de deuxnments maîtriss aurhan,bsie, qleldes effectifs de haiquecohsorte d’élèves ea physique d’élèvent au moinseasdtobcle, comme on n’avut avec l’eeemple deChappelle="footnotecall" href="#ftn51" id=>249" id="bodyft>294"1294.À Mdenppeltiee, la faculté délivr seulement unediztaine de maîtriss aurhateaux XVII et XVIIIe siècle,saalors qu àBbordeaux onte, omptdr sit unentrentaine aurhatviers1639, et qu ilye aerait seulement à Cehors entrentrene, et qparater nouveaxt maîtrse tous lesdane="footnotecall" href="#ftn51" id=>259" id="bodyft>295"1259. la pcise de gradl n’est donc et aucuu cs la fiailité exclusiv% ees étulse, comme le mentre de plidoyiedes lpvoicaiGineen 118s, lorsqu’il apppellt comme ue" ésidnces que lu hoixl de ptenire ounonr un dlgré à la oartie au collègerelrvge de la ibcerséebsolsue des famillte="footnotecall" href="#ftn51" id=>296" id="bodyft>26m"1268.

3e –Pcouquois dveriur maître ès art ?s

  •  J.Veargrs, «Ppour uea histoire de la maîtrise ès artauMdoye Âgls:e quelquesjaalnes », ,n>(...)
  • WG.>ark, op. citv

Cettencette lisociration des études et de la pcise du gradt s’expliqus aur l utilité scolaire et scirllelimitnée e, la maîtrise ès art,s malgrésasdtobclafdonation théorique de aildration des études de philosophiejet d’accès axs facultéssuptriseudes. En effet,nsi JacquesVeargri esimle que la maîtrise sufft, à cofdvrer às on dtreneuar unvpérstable statut scirlt à la fin duMdoye Âgl ( dans lemcones-universitairs, l’ bli],mMaisauesss peu- êtrepPamielcesgsens de justce)s, la itluationnsemblebsie, différentt pour la période modrnne="footnotecall" href="#ftn51" id=>276" id="bodyft>297"1279.Wuillam >arke ntes l villeurssquehomais àOxfborejetCaombidgus, onlasristeà unedévaluation générale de la maîtrise ès arte à l’échelltleu pfienls après1500e="footnotecall" href="#ftn51" id=>276" id="bodyft>28m"1288.

  • (F. Cdilhoe>,.B.Laoclai],J.-MG.Lebigirs, op. citv F.rt.VI, p.142.
  • Sour le conoeurs de lalgrgratios,h. cula>, « la nlisaence ducorpes profesoras », (...)
  •  h. cula>, art. cit., p.191.>
  •  L.W.B. Brockliss, «Pattree…s >, art. cit., p.4906 et p.492.
  • >Comtpages à partir des egaistrae de maîtrse ès artedde l’université de Paris,BnF, s lcai9161e (16n>(...)
  • Pvatrik Fcersû, ,Toultours,Pn>(...)
  •  J-J.Pirlls, tsiv% ees grausé, op. cit.,tl. 1, p.3159.

296" id="bodyft>29m"1299. Mais le poids dacdes facultés Décinet à la fin du XVIe siècle,ue prfft, des colgrgratiosrenseigaentes qui rvtiennent dominentes et dont les membrel nsont aucuu bligation d’être maîtrse ès art>.Eiesie la maîtrise rsttereoqiyse jusqu à laRévolution pourenseignurdaons quelques facultéssurvuvdanise,ld’institction du conoeurs de lalgrgratioeen 166e dmmontre,su’il nl était encorebe sois, quhellt n’est pluscuu gparatiet d’accès à lacorporratioeenseigaente="footnotecall" href="#ftn51" id=>309" id="bodyft>380"1303. uesbgénfriceseccllésisntiquse constituentlL autre déourcté « profestionne » d, la maîtrise ès art,s par lebiaois u, qui permetaeux titunitrae de la maîtrise ydantenduite suvls rlois années de théologis –ssans ptenire de gradlienclette matièr  n d’être pcorsitairse ours de lacollration desbgénfricesvactants dans le adire d’ute prorédore pppesée «™xpect>tsiv% ees grausés e="footnotecall" href="#ftn51" id=>319" id="bodyft>31m"1318. resptir d gpignur facinement une place dans l’ blis gâcet à cette prorédoresuscuite sansdtoute une paresigntfic>tsiv% ees candidapirt>.Aainst s’expliqurrait d aogrée du nombre de maîtriss à Paris à la fin du XVIIe siècle,avec266e nouveaxt maîtrse aurhat dans a Déuanide 180-1689e="footnotecall" href="#ftn51" id=>309" id="bodyft>32m"1324. De faie, lesilauréats parisiees de la maîtrise conserment jusqu à la fin au XVIIIe sièclr un pro in>jetlemensclloricl,t puisqc 688 % ees élèvesreçusen 168e pppartiennent encore auclrusé( le plus souvent commes impresxcercse, ce qui corresponu bien à une cptunation de eunresgeons qis enaement àpeinet lacoeurcteauxbgénfrice7)="footnotecall" href="#ftn51" id=>339" id="bodyft>393"1393.Oonl,mmnepue parlr,s pour les mêmesaris ose, de « dmi-sièclr de la maîtrise ès arte ut du 349" id="bodyft>394"1394. Mais le systèm de l’xpect>tsiv% ees grausét s’esouufflt dans a secones partie du siècl), sans poue utant s’f fonrlr,s puisqc lma buisce du nombre de maîtriss n’est à Parisique de308 % uar un siècl),dd aprèsleusncomtpages rnalsrés aurLB. Brocklis>. ues grausét nomsét oent alors et effet ropn nombraux poue que ce statut luerrdonnt un vdanrage réciifs par rappore à leurs conurrents dans la oeurcteauxbgénfrice fet,dde plus, les privilèges qis luer étamentaaccordét oentrrédris en 745e="footnotecall" href="#ftn51" id=>359" id="bodyft>35m"1359.

  • Sstatuts de la faculté des arts de Paris(1598)>, art.57, inChh. Boudaie>, op. cit.,Psièuesjjustifn>(...)
  •  (...)
  • Biblio thlqu historique de laVville de Paris(BHVP)>, s na.191n, etBnFe, s.lcai91612.
  •  Ibi
  • Pvatrik Fcersû, op. cit., p.139.
  • Uice estiantio rigoeuesce du nombre de maîtriss délivnées annuealemens enFvraceleaux XVIIt et XVn>(...)

L autrefdonation de la maîtriseest de aildcer une fortationrartienns coçult commep rnapablsà la poursurte d’études dans les facultéssuptriseudes.Si lesétuitantsie, ivoil nsont jamais été contrainsl de ptenire formlclementcde dlgr,t à Paris cettebligationsn imosciddns1598e à ceux quisouhrsisent obteni undiplômme en théologie ouena réecinee="footnotecall" href="#ftn51" id=>396" id="bodyft>396"1368.Elbls estmmnedtreduseen 696, à tous lesfuteurs réecinis u,royaume e,s en 745,leauxchirurgsiees parisieee="footnotecall" href="#ftn51" id=>376" id="bodyft>397"1378. Csa dernières i/sosnitiosegrgclementairseailmsenten,e jusqu à la fin ue lAenisnaRgime, luvuvlir% ees candidats à la maîtriseet expliquant qu’uetiiers dseilauréats parisiees de 168e oiment aïcs>. uesflaux générés aur cettebligation ristant cependant modsrtse, par lesétuitantspeouvent commencr leursétudessuptriseude, sansêtre titunitrae de la maîtrise etnue ont enues de la présenlrs qufau mement ’aoquurir un dlgré dans uea facultésuptriseuds. Les étuitants différent donclle otnrage de la maîtrise, pa lois d clusseurs année, comme dans lu cs d’ntoine- Pierr Lampouoaue, élève deChappellt en physique en 780-1781e, qui ei rvtietr maître ès arts que lu20 jGuil en 786e="footnotecall" href="#ftn51" id=>376" id="bodyft>38m"1389. pour les élèves deChappellt dontnt peut suvtre a scolrlit,t en décalageeontre la fin ue la philosophiejet la pcise effectvlr du dlgré est eu myeoine de deux aee="footnotecall" href="#ftn51" id=>396" id="bodyft>39m"1398. la pratiquesenvpérifie à Cehor,e où l anoence e a upprlession de la faculté des arts prooique en 751t un fflauxmlasrft ’ncsiees élèves qui avaientnrélxitédes ptenire la maîtrise à l’issue ds luer scolrlite="footnotecall" href="#ftn51" id=>409" id="bodyft>40m"1404. la psssibilits ainsioefforte aux étuitants es ptenire la maîtrise à n imsorte queu mementeuu csadtnrclessté prooiqueuon rppore du gradt quifavotrise lesdbcanones. Efie>, malgréldes efortns continss de r pcise ne Sais par le purvoirroyaceeontre la fin du XVIIe sièclejet laRévolutio,r les d/sosnitiosegrgclementairsenvn sont pas toujours respecdés,l soitmarcteique les jrysn des facultéssuptriseude, aceapment de délivreruon gradtfauvou des impres attsrratiosr d’études en philosophie, soitmarcteique des professeurs complaisatus Lelivrent auntrflcs ds feux iplômmae de maîtrise, omeme on n’avut plush au>. rensemble deceesélémentsexpliqus que lu nombre de maîtriss annuealemens délivnées enFvracel par lesuniversits, soit risrs à u univauerel>tsivementmmodsrte, ue lborr ddt quelquescrentains), sans ome uLemesdore avec une cptunation de clusseursdiztainae de uilliees d’élèves quissuuventunesscolrlite dans les collègesete poueramentaacréert à ce dlgre="footnotecall" href="#ftn51" id=>419" id="bodyft>418"1418.

  •  L. Brockliss, «Pattree…s >, art. cit., p.492,t à propos de la faculté des arts de Paris à la finn>(...)

.Oonest alors bien ofin ue lacnérmoind d ialérration dans la orporratioe des maîtrse d’unimpdtrtant eçue par es piors que dériv ait milesDurkheims. En seconsilies, on rllève, ae cours de la période modrnn,r un décalageAgrandsisans ontre ees pratiques scolairesent les épreuves de l’exame,t dont ls contnu n ialgtre silecourses humansrte, simmnelcesntmidles évolutiors de la philosophiejenseigrée dans les collèges(jen quireoqibert pa lois une préparationsprécifiqu men dhours de lacootno)>. De plus – maiscel n’est sansdtoute ase uu trsis prsire à la périodeecos idvré  s, cen exame nns cocdrnne qu’une ptitne partie ds a pptunation scolaire,mmne dans les collèges desvmillts-universitairs omeme Pari>.Aains,n la faculté des arts de Paris ne peut et aucuu csêtre présenrlt comme ue" « mchinet à délivrer ues gralte="footnotecall" href="#ftn51" id=>409" id="bodyft>428"1424 ». Efie>, focseest de consdatue que ce dlgrénne xempiet qu m pa faitement les fnectiois quion qui p êleeaux XVIIt et XVIIIe sièclen:l profestionnellemen,e nse plact oent ropnchières pouegparatir eaxt maîtrse ès arteld’accès à l’enseignement ou auxbgénfrice fccllésisntiqus>, malgrélde recours à l’xpect>tsiv% ees grausé8;, scolairemen,e in>jegrgullegufrmsld’accès axs facultéssuptriseude,s puisquionyl usit souvent les cours sans ptenirep rnapablement la maîtris>.

  • Maxsmilbie-Maeims deRobresPierr est rçue maître ès arts à Paris en 778,tCaomill-Bdenaî. Dsmrouinis>(...)
  • Ddans l’attetie ds a publcratioe des atdes au colo que sur l histoire du baccalauréa, ntnu àLmils>(...)

. Dveriur maître ès arte, comme lefivrentvocontiers àvdintx aeeRobresPierr . Dsmrouinie="footnotecall" href="#ftn51" id=>439" id="bodyft>493"1493. Dence derniee poent de ur, la maîtrise ès arte te litsingen>jetlemens du baccalauréan du IXIe siècle, mne ir celu-cis en reprnduit provstoirementcdertaies trsise ours des="furéation parNa pldon. Entre18086 et 820,r le baccalauréae rstteeEn effet, comme la maîtrise,ues épreuvn pirementoral,e passei rvdant une faculté – mrnière ’ssdorrs lemcoo plm de l’universits s, qui sorte sur «lese matièrsejenseigrées dans lescootnoss de rhétorique et de philosophis » etiqus peu d’élèvesnoe sociment obteni, ndant les déourctes profestionnens qu’iloffure oentrrédrie="footnotecall" href="#ftn51" id=>449" id="bodyft>494"1494. Maisil sntenduite proconlémena trin forré parunesseims de réformes intevteneae entre18206 et 849,e etals dvtietr alorsld’institctionecoenel parHenri FcerssoueOct>uvnGurérd,n qui cauronue les étudessseconlairesent faitfguoredle otnragebliré pouertoueus les crrtièrse amaansrractiles ou ibnérals). La continlite étables aur ces deux utleurseontre la maîtrise ès arte ut le baccalauréaeuenvaust donc et rnalitéiqus pour lesrtoueus premièris années du gradtna pldonimes, vaent qu’iln’aoqnière un poids scirln et ymbolriquedérrisans dans laFvraceludes IXIt et XIe siècln>.

e="footnotgo-top"#ftn51" articl-2069">Haust es age)>

Nnote9

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft>9" id=yft>9>18 LLes contemporains utilisont i différmement les temoss de « grads » ou de « dlgré » pour dsignur ae recoenlisaenceoiffiielle oaruneuniversité u’unequaltficratios. Enrtoue riguseu,ril covtiedurait se ne parlrs ici quedce dlgré-universitairs, de gradlétantpréserr, ae contxutefccllésisntiqu,e ours u’unede mrdce dxbgénfric>.Unde expligation «™nt fvseus ds pes ontsn qui cnoconmentcdes deux mrnièrts es parlr,saavoirudes gradeu etbavoirudes dlgrs» st, poutant doirce dans l ncycl pfdie., à l’etrsée « dlgré »( utleuunonrsidettfitû, inDtensrDidert, , ncycl pfdie,t oudinationtairsaris onté desscimecde…., vol.4>, Paris,Brsissio,r1754., p.764)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft29" id=yft2">28 Henri Fcers>, . dtremginenctsus baccalauréa, licencteta maîtrise ès art,e Pari.uvnGurérd,n , Paris,Impr.rNaatioall,r1885,s p.61-64,s quisd apuiet explicitement sur lcrr êté et questios p.61>. ’aricle1n e cee ar êténstpulus que « de gradldde maître ès arti corresponu à ceuxdde baheoliers èsscimecdent èslmetrcrs »( A.ddeBeaurcamp, ,tl. 1,1789- 847>, Paris,Delcalie>,1880>, p. 18)>. Cette pppatetie continliteav aitin citéMaeim-Mradleinet>Comfreu àeovtsragrs uu travals surceu grad,e ne urtdles comsmorratios prvques dubliceutraoire du baccalauréa, quhelltceutrd aitrmetrce en ierpfectvlr dans laocongendaurc>.Fautie ds temp,relleav ait finalementdbcanonnté l ides, quoen reprendens dvel ppes ic>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft39" id=yft93"38 milesDurkheim, , Paris,Pdreseeu-universitairs enFvrace>,1990 (1ire d.,1938)>, p.147. Iide rgralemens dvel pptce p.96>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft49" id=yft94"48 LunceGird,n «Sour le ycle des« erts » àllaReenlisaenc? », inOlga Weijiers, Loui Holtz ( di.), ,Turnhtous,Bre pls>,1997>, p.511-538 ( en particulie, p.537-538)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft59" id=yft5">58 Dde culimpres exemples étymentcdette affirastio>.À BbordeaueauXVen siècl,t ls crpes de ielle dciadldde trin forere lu collège « ald’inscar,formeseta mrnièrts ets collèges de Paris »( cité oarFrsaçirisCCdilhoe>,.ernrd Laoclai],Jean-Miaheo Lebigirs, ,Pdreseeu-universitairs enBbordeaue,1999v p.(2)>. pour uu Témoigrage du XVIIe siècle, lu ,sp.ol.nA.d., [viers1650], Arch.s da. M/197>,sde réfret explicitemenaumoddèlt parisie, p.5, 6en.14. Efie>,lla imilbtuen dse prorédorst ’aoqisnitioe de la maîtrise ontre Cient Paris à la fin du XVIVIe sièclejest llustrsée oarEugfnleChatdl,t , Cie,nimpr.r enFG.Le Blaen-Harndl,t(Exturait ss, ,1883v p.(7-310.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft69" id=yft6">68 Roagrs>hparti ,Maeim-Mradleinet>Comfres,Ddomitiquscula>, , Paris,SEDES-CDUe,1976., p.190-191.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft79" id=yft7">78 JacquesVeargr,n « exame priatum,n exame publcum,inCala enJcolys,Bruno Nevse ( di.), , Paris,Klaickisicke,1993v p.17-128;,Alae E.,.ernsteie>, «MagaiseriumsransLlicencs:eCorporrae Aatconoy agraint Ppal Aathorsiytint te.Medieva.Unniversiys f Pari? », ,9e,1978>, p. 11-317 (sprécralemens p. 13)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft89" id=yft8">88 >hpaauseThurot>, ,1850., p.49-508;,AL. ernsteie>, art. cit., p.298>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft99" id=yft9">98 J.Veargrs, art. cit., p.196 et p.31.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft109" id=yft>0m"108 >hp.Thurot>, op. cit.,op.428;,ÉG. urkheim, op ci.,op.94-996 et p.147-1498;,AL. ernsteie>, art. cit., p.2916 et p. 138;, J.Veargrs, art. cit., p.256 et p. 1.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1>9" id=yft>>9>118 G. urkheim, op. cit., p.1508;, J.Veargrs, art. cit., p.25-26>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft129" id=yft12m"128 >hp.Thurot>, op. cit.,op.43-486 et p.53>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft139" id=yft13m"138 AL. ernsteie>, art. cit., p.297ejetChp.Thurot>, op. cit.,op.524

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft149" id=yft194"148 AL. ernsteie>, art. cit., p.2918;,ÉG. urkheim, op. cit.,op.94., p.966 et p.1478;, J.Veargrs, art. cit., p.276 et p. 1.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft159" id=yft15m"158 AL. ernsteie>, art. cit., p.294). Lanrclessté de rtfourerx étuierxArhisttel n’est formlclementexigréesqu à partir dessstatuts de1366>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft169" id=yft16m"168 AL. ernsteie>, art. cit., p.294,, J.Veargrs, art. cit., p.394

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft179" id=yft17m"178 >hp.Thurot>, op. cit.,op.604

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft189" id=yft198"188 Laurenc Brockliss, «Lls contnu de renseignementjet la difustioe des idese nouvlles? », in JacquesVeargri( di.),, ,Toultours,Ppriate,1986., p.205>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft199" id=yft19m"198 GGuilaumeGGuilti , candidapes ariume…,ad usums candidaorums baccalauedapes ariumiqusmagaiserii., Paris,impr.r enP.,Ppaulte,1732>, «Monitas candidaois et bts? », p.V-XX de iontoduistio>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft209" id=yft20m"208 J.Veargrs, « exame priatum,…., art. cit., p.42>, esimle à propos des examens:e « plus que l ecllalecee intlelecnuecle, d’érait d essdulitéiqu’isegr commenramen.s e

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft2>9" id=yft218"218 G. GGuilti , op. cit.,op.IXs:e

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft229" id=yft22">228 Aix, EG. avide,1771s,Bnf F-23678 (98)>, p.1. >

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft239" id=yft293"238 Hp.Fcers>, op. cit.,op.76 en1.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft249" id=yft294"248 Arnold Van Gieunp,n Paris,Ph cor,s1981 (1ire dnitioe1908)>, p.14.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft259" id=yft295"258 TTableas établs à partir desSstatuts de l’université de Paris,1598, publrés aur>hpaauseBoudaie>, , Paris,Hachjetl,r1862-1866., p.3-7n dse sièuesjjustifc>tsiv8;,G. GGuilti , op. cit.,op.XVII-XX8;, ,[ Pari]s,imp.r enJ.-.B.DelresPnn,r 118s(Bnf,Fol FMn 636)8;, ean- JacquesPirlls, tsiv% ees grausé., Paris,Desmiont etS vilaen,e1757,tl. 1, p.431-4338;,Henri Fcers>, op. cit.,op.7.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft269" id=yft26m"268 Sstatuts de la faculté des art>, art.48e, itrés aur>hh. Boudaie>, op. cit., sièuesjjustifc>tsiv>,op.5.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft279" id=yft297"278 Bibl>.Mazparnrs, ,M83313 (1660-1676)e, s.3314s à s.3318 (1691- 786)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft289" id=yft28m"288 Hp.Fcers>, op. cit.,op.7>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft299" id=yft29m"298 Ssur l’évolution de la force des exament dans lEeu pel duNbor,savoirWuillam >ark, hpaisma.rans te.Oorigies f te.Research.Unniversiy., ph cgo,.Unniversiys f ph cgo,Pdres, 2017 ( en particulie, p.109-112)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft309" id=yft380"308 J.Veargrs, « exame priatum,…., art. cit., p.32. WG.>ark, op. cit., p.109-124e sur le dvel ppeemens du systèm decootnoementjet se otgationenAng ltierr . dans lespayesger mrncque. Ssur l exame eon généras, onlirae avec prffts:Bruno Belhosnei( di.),, . .

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft3>9" id=yft31m"318 Bibl>. raint-Genevilève, s. 244,e reuevi de sièuessur la licenct ès arteddélivnés par le cha cltiedes raint-Genevilève( sièuesrépaseae entre17646 et 776)8:t fournts la lstce des exainatleurs pour les années17646 à1768 (fvol.32>,376 et44)6 et 7756 et 776 (fvol.3)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft329" id=yft32m"328 Bibl>. raint-Genevilève, s. 244,efvol.25.,276 et32>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft339" id=yft993"338 Bibl>. raint-Genevilève, s. 244,efvol.2,a dtvals u, omptde es patlageeontre mes intevteaentsppourldes exament passrseontre e 2 janvlir% ut le14s oûen 173>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft349" id=yft394"348 Lde cûet des différentes épreuves sntesimté oarHp.Fcers>, op. cit.,op.9e,146 en 1,s à partir iodligatiost doircis en 732 oarG. GGuilti , op. cit.,1888>, p.15-21)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft359" id=yft35m"358 Regaistrae de maîtrse ès artereçus par le cha cltiedes raint-Genevilèv, Bibl>. raint-Genevilève, s.941 (1622-1637)8;, reuevi de sièuesrel>tsivts à la maîtrise ès art,eBibl>. raint-Genevilève, s. 244., Par exempleaunoeurs de laoirce-universitairs1622-1623s, on omptde276seessiors de licenct à raint-Genevilèveppour121s candidat,e eten 166- 7671,17 seessiorsppour97s candidat>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft369" id=yft396"368 Regaistrae de maîtrse ès arts de l’université de Paris,Bnf, s.lca.9161e (168- 793)>. ’oirce 168e s été horisi, parelle permet sit u crloilementdavec dse sièues conserrcis à raint-Genevilèv). Laprépatiution pour les utris annéesjest idettique et recopre mesobnsergatiost faites à partir desarchiuves de la licenctdes raint-Genevilève(cf. ntes prcréeint)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft379" id=yft397"378 >hp. Boudaie>, , op. cit.,tl.2,r1866., p.291>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft389" id=yft38m"388 Requ êle de Pierr Blconml,e cha cltiedes raint-Genevilève,e…, op. cit.,op.5>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft399" id=yft39m"398 G. GGuilti , op. cit.,op.271n, etHp.Fcers>, op. cit.,op.15>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft409" id=yft40m"408 , voica>, Paris,imp.r enJ.-.B.DelresPnn,r 118s(Bnf,efvo-FM-12976)e,op.58;, op. cit.,op.4., ts7s:e « [… que lu candidas qis e est rv êus par le cha cltie>, itr le purvoirdrenseignru ibrnement dans Paris,enthors de Pari,a et qnalitédde maître è artt, commeauesssduesenftairs graunurdaons les facultéssuptriseude,e et de oassdie,lLesbgénfrice quireoqifrment ce dlgr8;,rtoue loi,e in>’aoqibert sile ivoil immvatritunation et de sufrrage dans l’snsembnée e,saeinatioe, si la ibcersédrenseignru dans les collèges de l’universit,ejet dys pamaîtr aerngu etbavec lhabait ss, maîtrse de la facult,s jusqu àcet qu’ilfait uppblré dans ueasnsembnée e,saeinatioe, qu ilye uit p êté lesupermnat,e etpayté les ivoie, actouumsé.s  Voir eaesssBnf,emseBlyr enF leuy.469,efvol.250-251>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft4>9" id=yft418"418 Voir Bibl>.Mazparnrs, ,m83313 (1660-1676)e, s.3314s à3318 (1691- 786),e et ,m83320 (1704- 723)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft429" id=yft428"428 Requ êle de Pierr Blconmle…, op. cit.,op.6-7>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft439" id=yft493"438 Ibit.,op.25>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft449" id=yft994"448 G. GGuilti , op. cit.,op. XVII>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft459" id=yft459>458 , op. cit., p.310.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft469" id=yft469>468 VdéritiqusMeyi , , Paris,PPari-Musdés,l2012., p.19-20 :e «Aaprèslae rhétoriqu>, arivté etcootno de philosophi,e lu collgdcon pov aitstoueriur publiquement des thscts pour obteni lcesnttrse de baheolie, liceniré tdtctluer è art>. Mais le plus souventals ls contntrait se pasir% ees examens:e a touerracel publiqut pour lqnuecl ilfef=rsisinvitcer une nombraseasnsembné,nftairs dcorure a aecle,imprirere affahees ou ivrerte utaoqittir% ees ivoie,[… éraitjugrée ropnonérasea par lafaomill> ».

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft479" id=yft479>478 ean-Marctiltn-Fcedgined.Faucmilioe ,Mdenppelties,impr.r en J.Mertl,r1860., p.428;,Al exenir->hpaauseGer mie>, ,Mdenppelties,impr.r enBoehmsent ils>,1882.t p.53>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft489" id=yft489>488 >cité oarVJ.Meyi , op. cit., p.33>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft499" id=yft499>498 VJ.Meyi , «Lles thsct,s luer touerracelet leurs ilustrratioes dans lesuniversits,frsaçarissstous lAenisnaRgim? », inCala enJcolys,Bruno Nevse ( di.), , op. cite..

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft509" id=yft509>508 Ibit.,op.52> Aatrres exemplesder touerracees colfectvles dansVJ.Meyi , op. cit.,op.210.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft5>9" id=yft5>9>518 op. cit., p.3-94

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft529" id=yft529"524 Ibit.,op.4.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft539" id=yft539"532 VJ.Meyi , op. cit., p.31.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft549" id=yft549"594 AL.Ger mie>, op. cit.,op.53>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft559" id=yft55r"559 Pierr Costabtl,r «LrenseignementfootnliquauXVIVIIe siècl.,Ccollègeseteuniversits? », inRentéTatioe( di.),, , Paris,Her mrne,1986., p.160-161>.Oon ne peutcdereusncomttue queldes thscts conserrci>, mislaeutrd enct àlma buisce du nombre de touerracees ne pamaîegufrms contstabls>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft569" id=yft569>568 op. cit.,op.2>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft579" id=yft579>578 Faucmilioe> op. cit., p.348;,Gilbcer Dehioe> ,Vvillnreuv- d’scq>,Pdreseeu-universitairs u Seapmenrtioe,1998>, p.11.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft589" id=yft589>588 >cité oarVJ.Meyi , «Lles thsct,s luer touerracelet leurs ilustrratioe…s >, art. cit., p.53,s   parti.dd.M..ddeLa.Liborlifres, «Ssouveiurs de laocsieuneuniversité de ointier? », ,1844., p.68-84.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft599" id=yft599>598 FG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. citev op. cit.,op.538;,Faucmilioe> op. cit., p.47>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft609" id=yft609>608 FG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. cit.,op.21.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft6>9" id=yft6>9>618 ean Sagnls, , erpoigrn>,Pdreseeu-universitairs en erpoigrn>,1996., p.55>, art.14.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft629" id=yft629>624 ncycl pfdie…., op. cit.,tl.XVI., p.807s:e «Ldesrgmenst eapmeaitrae de d’université de Pari,acn’es-à-doire qix nts profestéiqul que cimecd ependant eapx aee, mne laGrammtairs[…,n sont réféts, dans lesmlois driguseu, à tous les

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft639" id=yft639>638 Ibit  ».Voir eaesssavid Houard,n ,Rouie,nLe Bourci , 780>,tl.2,r p.636>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft649" id=yft649>694 AbbtéPeil efi , «LLaprsitrratioe ds grade? », e. triresntre1859s. Lesuniversits, qui ei sont pas «famraseis »soent lesssuuantlen:lDouai>,Poen-à-Mtousio,rStrrsboeug>,.essaçio,rOerngue,Aix, erpoigrn>,Nantle,Avignon>.À Orléaese in>y at pasdne faculté des art,s àVralecerelle n’estfurréesqu’en 116>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft659" id=yft659>659  L.Lird,, op. cit., p.107-1028;,PL.Costabtl,r art. cit., p.228;,Dp. cula>, «Uuniversits, ts collèges t ld o que modrnn (>in JacquesVeargr,, , op. cit., p.185>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft669" id=yft66">668 Maeim-Mradleinet>Comfres,Ddomitiquscula>, , Paris,INRP/Éduitioes u CNRS, 3, vol oaus>,1984-2012.,tl. 1, p.511.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft679" id=yft679>678 Bbordeaun:lFG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. cit.,op.378;,Mdenppeltien:lAL.Ger mie>, op. cit.,op.538;,Perpoigrnn:l J.Sagnls, op. cit.,op.9-10.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft689" id=yft689>688 >Cies:e ,tl.2,r p.149-1508;,Douais:eGB.Dehioe> op. cit., p.19-20 ;Avignons:e ,tl.I>,op.94., p.100.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft699" id=yft69">698 Luesrel>tsioeseontre ’université de Paritnt lesjdsuistessontnonnté ieus à ursaboendande ltitrraeuds.Ssur l eclustioe des grade,sionsls contntm decitcer iciAnindBrutcer in ,tl.3v p.364.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft709" id=yft709>708 tl.2,r p.140.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft7>9" id=yft7>9>718 op. cit., , ointiers,impr.r enReenulte,1932>,op.2>8;, , op. cit.,tl.2,rop.538>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft729" id=yft729>724 Jo eah-Cy pr enNadal>, ,Vralece>,impr.r enEJ.Mec-Aurtl,r1861>, p. 15-2186 et p.227-2348;, ,tl.1>, p.732>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft739" id=yft739>738 Hp.Fcers>, op. cit.,op.18>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft749" id=yft749>748 Gtrrrd Emptozi( di.),, ,Rieunis,Pdreseeu-universitairs enRieunis,2012., p.428;,PL.Costabtl,r op. citev ,tl.2., p.481.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft759" id=yft759>758 Factums initulé, , iers1691, Archtvlesinatioaleis,Mn 97>, sièu. XV8;,PL.Costabtl,r op. citev ,tl.2., p.42>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft769" id=yft769>768 ,tl.2,r p.151s. Lesjdsuistesecens graunur peu d’élèves à Cie,cet qui cnoiorerrait d ccuiuationmporséten 183s par lePts idet Roilaednsll n, lqnuecl iesecens graunur leursélèves àBoeugesiqu’ise conuôlvent copltremen,e sansobnserie,lLes fortlsits,reoqislen:lFrsaçiris deDainviecle, «Lrenseignement cimetcifiqu dans les collèges desjdsuiste? », inR. TTtioe> op. cit., p.78). Laposnitioeaoqises aur lesorratpr eis dans a faculté des arts lAegiersestrgralemens contstré :savoir op. cit.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft779" id=yft77">778 Dp. cula>,in, J.Veargri( di.),, op. cit., p.185>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft789" id=yft789>788 op. cit., p.3>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft799" id=yft799>798 FG. deDainviecle, art. cit., p.78>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft809" id=yft809>808 Roagrs>hparti , JacquesRevtl,rDdomitiqusculai( di.),, , Paris,Éduitioes de EHESS>,tl.2,r1989v p.178;,Laurenc W.,.L. Brockliss, .A.Cculural Hhistry.areanon,Pdres, 1987., p.78>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft8>9" id=yft8>9>818 Faucmilioe> op. cit., p.30.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft829" id=yft829>824 Ibit.,op.56>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft839" id=yft839>838 op. cit., p.3>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft849" id=yft849>848 À, ointiers,avoir op. cit. p.12. TTémoigragebbordplaie présenré oarFG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. citev

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft859" id=yft859>858 Dd aprèsuns dcomptdemanuescrte ne urtdu’uneesimratioe desrDveruos des enseiganat,eArch.s da. Mn 96>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft869" id=yft869>868 GB.Dehioe> op. cit.,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. cit.,op.42)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft879" id=yft879>878 , op. cit.,op.2>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft889" id=yft88">888 Ddcarratioeroyrlen u 4. rclombr.1725., itres aur ,tl.1>, p.511.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft899" id=yft899>898 J.Nadal>, op. cit.,op.231.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft909" id=yft909>908 , op. cite.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft9>9" id=yft9>9>914 Ibit.,op.3>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft929" id=yft929>924 Lauret Duhaoe> ="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft939" id=yft939>938 GGuilaumeGGuilti , candidapes arium, ubssduerheatprc=" et philosopha, e jusqIn sngublis patibu,necnion desphaeras etma tesie trct>teu,rmodo querresponeanitjet dsputcands i schcori,a ums tesles ppptiganaeu,rad usums candidaorums baccalauedapes ariumiqusmagaiserii., Paris,imp.r enP.,Ppaulte,17326 et 741.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft949" id=yft949>948 ean->hpaaus-Fdélx Carioe> ,in,quosduerheatprc=" et philosophae trct>teu,rad usums candidaorums baccalauedapes ariumiqusmagaiseriie, aaore,Dp.Cario., Paris,N.-M..Tuillarde,1770, 2  vol.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft959" id=yft959>958 >hh. Boudaie>, op. cit.,Psièuesjjustifc>tsiv>,op.5e, art.XLXVIs:e

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft969" id=yft969>968 Pierr-Thomas-Niscols HoutuntjetMagny,n , Paris,Moutcrde,1779>,tl.II>,op.790. Houtuntsle présene, comme maître è arts dans aprage denttr.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft979" id=yft979>979  LW..L. Brockliss, «Lls contnu de renseignementjet la difustioe des idese nouvlles? », in JacquesVeargri( di.),, op. cit.,op.215-206>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft989" id=yft989>988 LLoui eeJaunoeut, inDp.Dideroet , ncycl pfdie…,>op. cit.,eontres « étues? », vol.VI>,op.93s:e «Iilye e plus àre trirci s dans aLlogique, quoen>y s aerrteajtouer8;,iltme nsembe, quoen en iuet dreu à peuaprèsautcate de laM étphysiiqu.,[… s l’ rrd de laPhysiiqu,e in enfatuerrteaaesssbeaunoepséa uie,[… pourseu ivrereaeuxrerci aheesuitlgeseteutrd etges t ldcconoiu.,[… Unrnoeursbdcon urgté decees himièrtsschcolastiqui>, mis fourne dentouens lesl" tioisienrdres etges sur lHhistoirenraeudecle,sur laM cmrncqu,e etsour lesAartsuitlge,tsour lesmœueis etsour leslloi,ese roouverrte àllamporsétdlesmloenires étuitant8;, et pour ors[… ise prfftverrment dentoucet qu’ilye edne bos dans a ainetPphilosophi8;,ldentou sanssenfttigui s dans apré énitioema hioale desargurmnat,e et sansftairs la pcens, si d’érlrage des thsct,s qi,s àlne dcon reanirs,nserintsmloees t dcouvrir lavtriitéiqu tfomgeegri rsprait se praoe,dls contnstion et decph cnl> ».>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft999" id=yft99">998 G. GGuilti , op. cit.,op.219., .

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1009" id=yft>00m"1008 Ibit.,op.227

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft10>9" id=yft>0>9>1014 Ibit.,op.210.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1029" id=yft102m"1024 Alafin ueLibceae «Ffaculté des artsoua faculté de philosophi ?? », inOlga Weijiers,LLoui Holtz,, Paris,18-20  mi,1995.,Tourhtous,Brepols>,1997>,op.429-444 (op.430)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1039" id=yft103m"1038 Ssur ladopatioe u, paitsirnximes aur les profeseeurs de l’université de Pari,aavoirLW..L. Brockliss, op. cit.,op.350.,ntAlafinFtrides, «Lls paitsirnximes dans l noeurs de philosophit a  dbutn du XVIVIe siècl? », .

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1049" id=yft1094"1094 AL.Ftrides, art. cit., p.60.,nt-ux utrs ariclen u mmne utmour quiabbordtrgralemens de sj en:, «Lls ceurs de philosophit lAdpr enGeffroy? », ncycl pfdie.,n°.38>, vril.2105>,op.214-224. Adpr enGeffroys enseigrs la philosophiaunoollège d Mazparnn de1718s  1741.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1059" id=yft105m"1058 G. GGuilti , op. cit.,op.1-2>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1069" id=yft106m"1068 DdesrDm aiques idettiquse cocteinent le mionr endLes fordesrrhétoriquse trdnitionvllese ut le recours systmrat queaeuxsyl ogismes dans les ceurs de philosophitsont été faites aurA.nFtrides, «Lls paitsirnximes dans l noeurs de philosophi a  dbutn du XVIVIe siècl? », art. cit., p.61.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1079" id=yft107m"1078 >J.Niscolye afforce que «ja mis[… -ux[dcoulie,>’]t ététn5usds » par lejury ddomiré oar lesjdsuiste> op. cit.,op.4.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1089" id=yft1098"1088 op. cit., p.28>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1099" id=yft109m"1098 Bibl>. raint-Genevilève, s 244,efvol 26-45., Pamiecees32. candidattn5usds.,276soentexplicitcementdjoeunts,( lit-oen en fare de mournom), ors que5aavoment iemplement mournome diff ( miscderaianssenrepprésenennt-ux peuaplustcrde, comme les candidatdjoeunts)>.OonrDm aiqu que lu pouctntrage deréaesstnees très prahe decelqix bnserrs àOxfbor, iers1800,t qui sntesimté à95 % oarWG.>ark, op. cit.op.134

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1109" id=yft>10m"1108 ’bnsenctdesssuui deceesiodlvidusn ne peutsl’xpbliqur oar ionierupatioebrutalle de laspouctn enoûen 168e, aur leursahecessont ieus entre17646 etm asn 167,cet qui mourplaisrait arglement m tcepesder enrepprésener>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft11>9" id=yft>1>9>1118 J.Veargrs, « exame priatum…s ., art. cit., p.32-33>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1129" id=yft112m"1128 , op. cit.,op.28>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1139" id=yft113m"1138 Ibit.,op.21.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1149" id=yft1194"1194 Enréablrs>, laaricle.43e dessstatuts de la faculté des artsssipulntique les candidatdursont étégrgulifreementjxi ats,aeuxddsputtes pendantplesdeeux années de philosophi,eavcate d’être présenrs,aeux épreuve,e sans qu’ilsvoilexplicitcementdnitiqueseelse mes idlvidusncapablsesupesont résenrs.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1159" id=yft115m"1158 J-Ch.-Fp.Cario>, op. cit., vol.1>,op.XV-VII>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1169" id=yft116m"1168 PierrBoeudieue> . dcconoiu desahrnguse snguiastiqui., Paris,AL.Faycor,s1982,r p.121>.Oonsuisr ici la lecnire eesricrts–u-universitairs et particulie,–u proposét conre,AL.Van Gieunp oarPL.Boeudieue> quiaafforcn:, «eoemaaiqdant oleonvlleement m ptnragtdu’uneleigrs qui isnlaue ursdlvistionoconremenalle de ordire scirl,e luricratitre ’attettion de obnsergamour iers m ptnragt(duoùe l’xpreession dericrdm ptnrag), ors que immpordant snt la iigrs[ quisrépaes ceux qui aprssmentjet ceux quigrs la rssmesontja mi].s e

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1179" id=yft117m"1178 , op. cit.,op.21.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1189" id=yft1198"1188 Dp. cula>, art. cit., p.191>.À CCie ete à.essaçion à la inn du XVIVIe siècl,smloees de1 %dles étuitantsoeescrtsn reanennt-ux dlgr ettthéologi,( .

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1199" id=yft119m"1198 Biblio th que historique de laVielle ee Parit(BHVP)e,oaptiere ds>hppdecle,mesins191,efvol.113-135>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1209" id=yft>20m"1208 ersélèves ds>hppdecltsont étérerci ahts, dans lesregaistrae entre17816 et 793s(Bnf,mns t 9161)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft12>9" id=yft>2>9>1218 M.-M..>Comfres, «DdAleebcer a noollèg,s m precours scoloire u’ue Pariiies », ncycl pfdie.,n°.38>, vril.2105>,op.37-49v p.45,e et ,t,

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1229" id=yft122m"1228 Dd aprèsBibl>. raint-Genevilève, s. 244.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1239" id=yft123m"1238 Ssur rs d par desaouliesn à la inn de la logique,avoi, oar exempl,s à Ciet m tabls a 3tnonntéaplushaous, ou eseesimratioe desefffectfts ets collègesdmeGGyieuneete de laMradleinet àBbordeauauXVIVIIe siècle> quirdonnnettoujoeusigrttcementaplus d’élèvesiet logiqussqu’enphysiiqu,e ,tl.I>,op.1406 et p.148>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1249" id=yft1294"1249  LW..L. Brockliss, «Pattries f Atutrd enctt te.Unniversiys f Paris,1400-1800? », inR. >hparti , . Revtl,rDp. culai( di.),, op. cit.,tl.II>,op.490,tsour lu nombre anuei de maîtrists( donntrgralemensenl" h uneesimratioe dllampptunatios scoloirepPariiieuneglobral)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1259" id=yft125m"1258 Mdenppeltien:lFaucmilioe> op. cit., p.48,n omptde1 500r maîtrsereçus dans lesregaistrae de la faculté entr.16296 en 1628;,Bbordeaun:lFG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. cit.,op.358;,Cahorsn:lPvatrik Fcers>, . e, coae-universitairs a siècl etsLumifrei., rain-Sulpice-la-Poaint,rPL.Fcers>,1975>,op.235>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1269" id=yft126m"1268 op. cite.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1279" id=yft127m"1278 J.Veargrs, «Ppour uea histoire de la maîtrise ès artauMoyie Âgcn:,iqul qustjalios? », ,1987.,tl.13v p.117-130,t particulfreement p.124-126.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1289" id=yft1298"1288 WG.>ark, op. cit>,

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1299" id=yft129m"1298 FG.CCdilhoe>,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. citev tl.I>,op.142>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1309" id=yft>30m"1308 Ssur rs cocoeurs de lalgrgratio,,Dp. cula>, «Laeinaisrenctddu crpes profesoral? », ,n°.39,t eapmombr.1981>, p.71-86.>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft13>9" id=yft>3>9>1318 Dp. cula>, art. cit., p.191>>

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1329" id=yft132m"1329  LW..L. Brockliss, «Pattrie…s >, art. cit., p.4906 et p.492>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1339" id=yft133m"1338 >Comtrages à partir desregaistrae de maîtrse ès arte de l’université de Pari,aBnF,mns t 9161e (168- 793)>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1349" id=yft1394"1349 Pvatrik Fcers>, ,Touloui],Pdreseeu de lUuniversité dsnscimecdee scirles>,tl.II>,2104., p.63>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1359" id=yft1359"1358 J- J.Pirles>, tsiv des grausé., op. cit.,tl.1>, p.315>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1369" id=yft1369"1368 Sstatuts de la faculté des arts ee Parit(1598)>, art.57, inChh. Boudaie>, op. cit.,Psièuesjjustifc>tsiv>,op.5>.

="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bodyft1379" id=yft1397"1378 ’int sntérerpeu tctluerdsans qul qu’une desUuniversiez,ejet dfeoseeuaeuxdtctlueis ts profeseeurs dsdicrtsUuniversiezs dadmmetrcuaecunesaouliesnaeuxdegirzs, qu’isi ei soment mistrae es art… Regaistséten Paalemenslen288jGuil en 696., Paris,FG.Muguen,e696.Voir eaesssFrsaçiri-Andgr Isaebcert , ="f Reg ="footnotFcall" hSymboll

798 FG. deDai8 notFcal90à partir desregaistrae de maîtrse ès arte de l’université de Pari,aBnF,mns t 9161e (168- 7 hSymbol"#f3n51"38ass=enotbas agee" dir="ltr">="footnotFcall" hSymbol"#ftn51" "m"120 Bro es a139ur rs 49   partir desregaistrae de maîtrse ès arte de l’université de Pari,aBnF,mns t 9161e (168- 7 3 mas-Niscols HoutuntjetMagny,n 1 lesusseuain-Sulpice-la-Poaint,rPL.Fcers>,1975>,op.235>.

9" id=yft789>788 ,.L.Laoclai],J.-M..Lebigirs, op. citev tl.I>,op.142>.

e Qquesoriu e Q>1 329" id=Umbol"#ftn51" "rigsee78 =yftossophi8 Symsnsem p.3.Lebi la J-ChnotF51" "">=="foL.Fcers>,1énitioe">=="fobas aclassfootrs,aeuxcit. uea histoire>9>1118pasdneoete nall" gem"115. Umbottr">=>, op. caséttfomn51" "bi.r eipour et immsits,ndxdeg ursdlvioemaartrinituisssc2186 >op. cit.,lass=eootnotFaprèsla,>9" id=dixt1179"ntsmloees vingtdes td,rPL.Fcers>,rts(v idlviduauir="ltunyft999"footnotFbas aclan51" "d=enot "boo9"1 otFcatnotFcalbrlg="foot1888, op.mi>,op.358; en iueidapjaprall" hsr et s d’élèvesiet logiqussqu’enphysii(r="l000obnseri9)us dsour le.350. de maîtristie.,n°.38>yft132m"132 (>9>914 Ibit.9, «Ppour uea histoire de la maîtrise ès artauMoyie Âgcn:,iqul qustjalios? », ="footnvtr">1 ="footnotF" hSymbol"#ftn51" "bodyft1339" id=yft133m"1338 2VIIe ursdl

.

4 4 Maxi, s=enRob "bodyfs ds.="it939" ift>2(139ur rs 49<.>Comfstabl" hSrs,ootnouissspasdnll" ut88javocamboapr#ftn51"6.>

p classstft125m"12.215-20menslenimes danmclass=tfootnotFinentouTthéolos contn=yftphi8350.arctiuass=enotbasIncocepesda uaqui snnmsftp

, op. cit., vol.1>,op.XV-VII>.

=>,a> AL.o, «eoemaaums bBaesdbodyPiob ttl oaus>,yft969>968éalp. cit.,op.215seLdlv p.rise…, >cit93m"1038<5- par d go-topotbas agelesdeeuunoe , op. cit., op. cit.ce.Tm"11 ? », , op. cit. quidreseétImlass">, op. cit.e" d>, op. cit.re imlas">, op. cit.h4 (o ="r">row =" l, p64.jpg" / , op. cit., op. cit.re rockl">, op. cit.h4t12pe="row">Tockl, op. cit.d>Tm"11tr">1m":mL"bodyftpr">="foot6.>

oaprèslae(s=en

f

notbas ageeu a faculte" dir=ntr.16296 , op. cit., op. cit.re >.

">, op. cit.h4t12pe="row">.

Locamor"foong="en" xml:oong="en">URL296bbr , op. cit.d>55-76>.p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.re info">, op. cit.h4t12pe="row">Fich"bo, op. cit.d>imlas/jpeg, 228k, op. cit., op. cit., op. cit.e" d>, op. cit.re imlas">, op. cit.h4 (o ="r">row ="5l, p64.jpg" / , op. cit., op. cit.re rockl">, op. cit.h4t12pe="row">Tockl, op. cit.d>Tm"11tr">2s artapesvraeus entoot6.>

o">="footnotFcall"mentaplude orratoire qu’euxilaplu étérerci, op. cit., op. cit.re legidll">, op. cit.h4t12pe="row">L de dl, op. cit.d>Pau f

notbas ageeu em( dsfoire.notbas ageeu e7( dsfoire.notbas ageeu e8( dsfoire.,op."foott1279 f

notbas ageeu e9( dsfoire.notbas ageeu n51" "bobol"#ftn519" id=y"footLaocla9 f

notbas ageeu n11" "bobol"#ftn arts de "foo id=yft9 f

notbas ageeu n21" "bobol"#ftnelle e pu"foo>.

9 f

notbas ageeu n31" "bobol"#ftn51" "body"fooF.notbas ageeu n41" "bobol"#ftn enRieuni51" "m.notbas ageeu n faculte" dir=esinatioal., op. cit., op. cit.re >.

">, op. cit.h4t12pe="row">.

Locamor"foong="en" xml:oong="en">URL296bbr , op. cit.d>55-76>.p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.re info">, op. cit.h4t12pe="row">Fich"bo, op. cit.d>imlas/jpeg, 208k, op. cit., op. cit., op. cit.e" d>, op. cit.re imlas">, op. cit.h4 (o ="r">row =" l, p64.jpg" / , op. cit., op. cit.re rockl">, op. cit.h4t12pe="row">Tockl, op. cit.d>Tm"11tr">tcateRfts etiélèvesiet logiqussp.358;ds trsschqu Paris,18-20  midoir ma(esupesser77-er78 f

notbas ageeu 8 faculte" dir= , op. cit., op. cit.re >.

">, op. cit.h4t12pe="row">.

Locamor"foong="en" xml:oong="en">URL296bbr , op. cit.d>55-76>.p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.re info">, op. cit.h4t12pe="row">Fich"bo, op. cit.d>imlas/jpeg, 48k, op. cit., op. cit., op. cit.e" d>, op. cit.re imlas">, op. cit.h4 (o ="r">row =" l, p64.jpg" / , op. cit., op. cit.re rockl">, op. cit.h4t12pe="row">Tockl, op. cit.d>Tm"11tr">4>, raoidstuir en trsschqut999"f">="foot cit., p.6chezmodo quer, op. cit., op. cit.re >.

">, op. cit.h4t12pe="row">.

Locamor"foong="en" xml:oong="en">URL296bbr , op. cit.d>55-76>.p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.re info">, op. cit.h4t12pe="row">Fich"bo, op. cit.d>imlas/jpeg, 76k, op. cit., op. cit., op. cit.e" d>, op. cit.re imlas">, op. cit.h4 (o ="r">row ="3l, p64.jpg" / , op. cit., op. cit.re >.

">, op. cit.h4t12pe="row">.

Locamor"foong="en" xml:oong="en">URL296bbr , op. cit.d>55-76>.p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.re info">, op. cit.h4t12pe="row">Fich"bo, op. cit.d>imlas/jpeg, 283k, op. cit., op. cit., op. cit., op. cit., op. cit.ce.ticulhSymbocpes esdeeu> , op. cit., op. cit. <»,ong>Boslaece.">Noguèu> ftn5 Lot6.>

ocalss=enotessstno es a/p>  ee" dir=tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, 124 | 2009, 95-p3e>,.L.Laoclai],J.-M..h3irletrsscce"éant ,on>="f, op. cit. <»,ong>Boslaece.">Noguèu> ftn5 Lot6.>

ocalss=enotessstno es a/p>  ee" dir=tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod [En>="foo], 124 | 2009, mlaebns="footle 01 janv1 20Guil51" aris,1lsser "#ftn51" 20G7. URL : p> % oaals.2penernximebas a

, op. cit., op. cit.ce.Afdie> , op. cit..">Noguèu> , op. cit.INRP, Servic td,rPhnotFcall" hSymbol"#ftn51" 5-76>.bosla.nogues@inrp.frAesdeeusl>ncycl pfdie, op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"s>,ypou l noduigaaiem>, rre>9

u> up>es a/p> u> up>id=yft107sniverrrrrrrrrrrrrrrrrrrr  cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[RotFcmé | Acc preet aint] cit.rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>..Oone div>, op. cit., op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"sÀ rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[Texteàllamgral] cit.rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>.1 l-141 | 2014.Oone div>, op. cit., op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"sMathdir=Fers,ndes aNathaël Ist enphys9" i>, rfigurusl>menslen288 humdir=te9  LWnnt- u> up>id=yft107 "bodyft1 op. cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[Texteàllamgral] cit.rrrrrrrrrrrr, op. cit.">t.ene maî bol"TravesssFnireumdir=m es aRe 9" id=2014t.rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>.1 l-141 | 2014.Oone div>, op. cit., op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"sMarie-I>,op.14>,n°.3 (1946uno07)yft1 op. cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[Texteàllamgral] cit.rrrrrrrrrrrr, op. cit.">t.rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>., op. cit., op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"see.CADILHON (5titre uCOMBET (Michel uFIGEAC-MONTHUS (M e )enl" h uneeC."ltrus[ quisrol"#ftn51"t" hSymbAs>hppeRftgim1406 op. cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[Texteàllamgral] cit.rrrrrrrrrrrr, op. cit.">t.rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>., op. cit., op. cit.p. cit.op. cit.">t...oong="fr"sÉotnotFcouFcall elas ?ss=eb eescurA.nF ">="fo.Mug/p> 359" id=35>.IX 808-1878 /ve op. cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr[Texteàllamgral] cit.rrrrrrrrrrrrop. cit.otbuSymboll tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, e5-76>., op. cit., op. cit. more"-76>., op. cit., op. cit., op. cit.ce.troftn5aris,fdie> , op. cit.i Totnodroftn5-Ch.-notbsr d go-topotbas agelesdeeuunoe

, op. ciedivd navEntiéns bottom rev="ft99">t" goCt99">t" 76>.  Lp."g"foouilgg(s=ee-.IX ">Sommv p.ria>ce. -/e rev="Wnnv" goPnnv" 76>.rilti?">tttfom J-Chnsnsntria>ce. -/e rel next" goNext" 76>.=ris,té tbam>,n°.3ss=en 809-7811)">tttfom culté nive
, op.rr, op. 

Navigtn51" "h1>rr, op. rrrr, op. cieh2>Iee"

rrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.
  • 76>.Afdie> one li>p. ci, op. cit.
  • 76>.p. ci, op. cit.
  • 76>.G,2104., perone li>p. ci, op. cit.
  • 76>.p. ci, op. cit.
  • 76>.Typodyfuttfomrone li>p. rr, op. rrrr, op. cieh2>De le.bas cmérosrrrr, op. cieuld issus">rrrrci, op. cit.
  • »,ongd year">201>.O»,ong>
    .14 .146rone li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2015.O»,ong>
    .epol35>.IX 4  | e5-76>.epol35>.IX 44rone li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2014.O»,ong>
    . ol"#ftn51"Fcalss=eno.>.IX 1 l-141  | e5-76>.menslenimes danae(sX 1 ="fooe li>p. op. cieh2>Ncméros=yft1exteàllamgralrrrr, op. cieuld issus">rrrrci, op. cit.
  • »,ongd year">2013.O»,ong>
    ..="foo"g"foroman 5l-1950)51"38ass= | e5-76>.p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2012.O»,ong>
    .. 'ol"#ftn51"FcalEtunae,a/p> ...IX 136rone li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2011.O»,ong>
    ...IX ..="fooe li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2010.O»,ong>
    ..roc

    ..p. ci, op. cit.

  • »,ongd year">2009.O»,ong>
    ....  Lp."g"foouilgg(s=ee-.IX ">,rDp. e li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2008.O»,ong>
    .....V 1

    p. ci, op. cit.

  • »,ongd year">2007.O»,ong>
    ... p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">200>.O»,ong>
    .. .=-11="fooe li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2005.O»,ong>
    ...IX .p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2004.O»,ong>
    ...p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2003.O»,ong>
    ..9eanen | e5-76>.9e li>p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2002.O»,ong>
    ...p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2001.O»,ong>
    ...p. ci, op. cit.
  • »,ongd year">2000.O»,ong>
    ..8p cla | e5-76>.p. op. cieh2dreseallIssus">e5-76>.rre div>rr, op. rrrr, op. cieh2>L rev"frrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.
  • 76>.P-Ch.-Fptn51" " p. ci, op. cit.
  • 76>.Coms>,1975rol"acn51" " p. ci, op. cit.
  • 76>.p. ci, op. cit.
  • 76>.Ncméros=allam agur/em><2000.O p. ci, op. cit.
  • 76>.Tm"1158="footnov"fs ar1979-2008.O p. op. cieh2>InFtri3 uea rrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.
  • 76>.CoFptc/p> Crol"its " p. ci, op. cit.
  • 76>.,yServic td,rPhnotFcall" hSymbol"#ftn51" /ve
  • p. ci, op. cit.
  • 76>.

    % oaals.2penernximebas a

    tilihilosopdeFb eescélrone li>p. rr, op. op. cieh2>Suivez-notnrrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.

  • 76>.

    % oaals.2penernximebas a

    FlsssRSSrone li>p. rr, op. rrrr, op. cieh2>L.Mug/pdent mFtri3 uearrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.

  • 76>.

    newso.Mer.2penernximebas ">L L.MugpdentOpenErnximerone li>p. rr, op. rrrr, op. cieh2 hidden">AfFid13 uea /t999e ymbolh2>rrrr, op. cieuldp. ci, op. cit.
  • 76>.

    www.ptnragtdue-lymebfr/1"roc cimgs pt="Logo "#ftn51" "body Lyî" srcseétlas ds/imlas/3018/ptnlyme-m>, p120.jpg" widthp. ci, op. cit.
  • 76>.

    www.Sym-lymebeu/1"roc cimgs pt="Logo ENSody Lyî" srcseétlas ds/imlas/n39./logo-Symlyme-m>, p120.png" widthp. ci, op. cit.
  • 76>.

    www.Sym-lymebfr/ernximes/

    cimgs pt="Logo ENSoÉrnximes" srcseétlas ds/imlas/n396/logo-Symernximes.png" widthp. ci, op. cit.

  • 76>.

    ife.Sym-lymebfrlBroc cimgs pt="Logo Iore,Dp.u étérere" hS'ol"#ftn51"" srcseétlas ds/imlas/3019 ife.png" widthp. ci, op. cit.
  • 76>.

    larhra.ish-lymebcnrsbfr/Equipss/Hment p._

    cimgs pt="Logo larhra" srcseétlas ds/imlas/n399/logo-larhra-m>, p120.png" widthp. ci, op. cit.

  • 76>.

    www.inrp.fr/she/1"roc cimgs pt="Logo SHEl srcseimlass/logo-she.png" widthServic td'hnotFcall" hS'ol"#ftn51"p. ci
  • p. ci, op. cit.
  • 76>.

    % oaals.2penernximebas aeroc cimgs pt="OpenErnxime J oaalsl srcseimlass/logo-nov"fs-as .png" / p. , op.e div>, op.rr, op. ISSN"éant ,on>="f 2102-5452 p>p., op.  76>.

    % oaals.2penernximebas a

    toonl>tdue cla – e5-76>.,yServic td,rPhnotFcall" hSymbol"#ftn51" /ve  – e5-76>.

    % oaals.2penernximebas a

    Flsssidapyndici op.  76>.

    % oaals.2penernximebas aeol"s=adhéron/em>.

    www.lodelbas aeÉrnx"boavec Lo9" idla – e5-76>.

    % oaals.2penernximebas a

  • Laocc/rcripm>Laocc/rcripm>Laoc//c/rcripm>Laocc/rcripm>Laocc/rcripm>Laoc// a[bas agequomn51" "]' ).afsr(a' | e5-76>.Cnx"bot99c/rcripm>rr, ne=yfeFtre ", ckPlasView" Laoc_paq.push(['setC»omVcit.ble', 1, 'Domdin', uttfom.domdin, 't9ge']); Laoc_paq.push(['e bleCrossDomdinLinking']); Laoc_paq.push(["settttfomTocl>", uttfom.domdin + "ae+ uttfom.roc <]); Laoc_paq.push([', ckPlasView']); Laoc_paq.push(['e bleLinkT, cking']); Laoc(fun maî() { oclaivar u

    s pk.laboeeuobas a; oclai_paq.push(['setT, ckerUrl', u+'pk.php']); Laoci_paq.push(['setSSymId', '3']); Laocivar d=uttfom, g=d.createEootnot('rcripm'), s=d.getEootnotsByTagNam>('rcripm')[0]; Laocig.typ 'text/javarcripm';g.apync=tue;g.defer=tue;g.srcsu+'pk.js';s.passchNode.in.-ntBeFtre(g,s); Laoc})(); Lac/rcripm>Lac!-- End Piwik Cclan-->rrp. ci, s smn51c-origi .2penernximebas a2penbarre/js/Feuobjs?date=2014-12-01">c/rcripm>Laoc s smn51c-origi .2penernximebas ajs/j="fry.j"onp-latdlobmin.j"">c/rcripm>Laocc!-- LaocjQ"fry(uttfom).ready(fun maî($) { oif ( $.fn.fancybox == undxfinnd ) { oclai$.getScripm(ep> s smn51c-origi .2penernximebas ajs/fancybox/j="fry.fancybox-1.3.1.j"", fun maî() { oclailai$('a.ifram>').fancybox(); Laoci}); Laoci} elsel{ oclai$('a.ifram>').fancybox(); Laoci} Laociaubourl= Laoci$.j"onp({ oclaiurl: ('p> s aubo.2penernximebas aaubo phi

    '), oclai69>nb ckPlram>sr: '69>nb ck', oclaisuc ids: fun maî(data) { oclailai$('#aubodata').ltr"('cimgssrcse'+data.favi51"+'l> e5-76>.'+data.nam>+'.

    s aubo.2penernximebas ">l in=q]').fts(fun maî() { oclaiif ( $(t ).attr('valu>') == 'RotFcall"r' ) { oclaii$(t ).attr('valu>', ''); Laoci} i}); Laoc}); jQ"fry(uttfom).ready(fun maî($) { $(fun maî() { if (uttfom.cookie.indexOf("__cookie3lxrt=1") == -1) { $("ee.").ltr"("ce.En58omlculté tvo navigtn51"bos dce>tdueai8<"s=acniptez l'entoistn51"t" hcookies. e5-76>.<\/p> www.2penernximebas a6540\">En5sa l noplusrone
    Laocrrrr, oedivd 2penernxime">rrp. ci, oediv>p. cit.op. edivd first">em>op. e5-76>.

    www.2penernximebas ">OpenErnximeronem>op. euld subm,>opnav-toggle-show">rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.
  • em>op. cit.< OpenErnxime Books " em>op. cit. 76>.

    books.2penernximebas ">ce.">OpenErnxime Books " Livp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    books.2penernximebas /

    p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii

  • 76>.

    books.2penernximebas /b eesshers">Éll elasp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    books.2penernximebas ">En5sa l noplusrone li>em>op. cit.em>op. ci, op. cit.
  • em>op. cit.< OpenErnxime J oaals c em>op. cit. 76>.

    % oaals.2penernximebas ">ce.">OpenErnxime J oaals c Rov"fs=yft 359" id=humdinns l nyft1359"p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    www.2penernximebas a

    ,s nov"fsp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii

  • 76>.

    % oaals.2penernximebas a643n51En5sa l noplusrone li>em>op. cit.em>op. ci, op. cit.
  • em>op. cit.< Cid=yda c em>op. cit. 76>.

    cid=ydabas ">ce.">Cid=yda c Anno" id= 359"tifilosop. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    cid=ydabas /searcheAccéler esss,nno" idp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    cid=ydabas /about51En5sa l noplusrone li>em>op. cit.em>op. ci, op. cit.
  • em>op. cit.cit.< Hypothèrciop. cit.cit. 76>.

    hypothercibas ">ce.">Hypothèrcip. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    www.2penernximebas a

    ,opooks">Ci alogueéiqu5arneasp. ciiiiiiiiiiiem>op. rrrrrrrrrrrr, op. edivd tpnav-toggle-show">rrrrrrrrrrrrrrrr, op. cieuld subm,>o">rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.

  • em>op. cit.< L.Mugp& 3lxrtciop. cit. 76>.

    newso.Mer.2penernximebas ">ce.">L.Mugp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
  • 76>.

    search.2penernximebas aindex3lxrt.php?a=uircripmaî">ce.">Alxrtcip& 3bonnetnots c Accéler es servic rone li>em>op. cit.em>op. ci, op. cit.
  • em>op. cit.< 76>.

    www.2penernximebas a1404 OpenErnxime Freemium /ve op. e li>em>op. op. ci, op. ciedivd a="fo-rolht">rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, op. cit.t.
    p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Laocii
    rrrrrrrrrrrr="q" typ text" / Laociirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr="ul" valu>

    % oaals.2penernximebas a

     Lrev"f

    rrrrrr="ul" valu>

    p. ciiiii
    rrrrrrrrrrrr< div>rrrr< div>rr< div>rrrrrr, oedivd ft99"xtpnav-toggle-show">rrrrrrrr, op.-share">rrrrrrrrrrrrrr, op. euld subm,>o">rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, op. ci
  • rrocii< InFtri3 uea op. cit.cit.p. eul>rrrrrrrrrrrrop. cit.t.
  • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.
    rrrrrrrrrrrrop. cit.t.p.p.
    Tockl :< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    op. cit.t.p.p.
    En5b6>. :< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    Rov"fu51" acrégpà l'hnotFcall" hS'é"#ftn51",bos danopl ales ad99"rp> ale(lesdeeus, acnua="té 1179omptenrondus) p>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii "dd p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii "dl>rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.
  • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.
    rrrrrrrrrrrrop. cit.t.p.p.
    Ell ela :< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    op. cit.t.p.p.
    Support :< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    ="f
    op. cit.t.p.p.
    E ISSN":< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    op. cit.t.p.p.
    ISSN"iebrlmé":< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.
  • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.
    rrrrrrrrrrrrop. cit.t.p.p.
    Accèr":< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
    rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.
  • < 76>.Vl no Lnotic tdp.358

    p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. ci

  • iiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr< DOI / Réfésscceiop. cit.cit.rrrrrrrrrrrr
      rrrrrrrrrrrrop. cit.t.
    • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.
      rrrrrrrrrrrrop. cit.t.p.p.
      DOI :< dt>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.p.p.
      rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. cit.t.
    • < ifram>" 76>.CSymbocpetenréféssccerone li>p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr op. cit.t.
    rrrrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, op. ci
  • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr op. cit.t....................................................................................................................................., op. ci
  • -aubop.">rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrop. cit.cit.rrrrrrrrrrrriiii
      rrrrrrrrrrrrop. cit.t.
    • p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii< Aesdeeusl>nêcl pfdie  Lrev"fop. cit.cit.rrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
        rrrrrrrrrrrrop. cit.t.p.p.
      • .">BoslaeNoguèu>
          rrrrrrrrrrrr">t..,ypou l noduigaaiem>, rre>9

          u> up>es a/p> u> up>id=yft107st.otbuSymbol///////////////////////////////////////////////////////////////////////////< tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, 145 | 201> op. cit.cit.rrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii /ve op. cit.p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr op. cit.t......................................................................................................................................................................................................... Laocii

        • ">t..otbuSymbol///////////////////////////////////////////////////////////////////////////< tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, 14l-141 | 2014 op. cit.cit.rrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii /ve op. cit.p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr op. cit.t......................................................................................................................................................................................................... Laocii
        • ">t..Mathieu Fers,ndl nNtnhaël Ist e (dir.),/< Nouvorss"regardsbos dans bol"Apollea hidacollègess=e>, rfigurusl>menslendie humdni»e  Lpremi ep u> up>id=yft107 "bodt.otbuSymbol///////////////////////////////////////////////////////////////////////////< tnotFcall" hSymbol"#ftn51" "bod, 14l-141 | 2014 op. cit.cit.rrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii /ve op. cit.p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrr op. cit.t......................................................................................................................................................................................................... Laocii
        • 76>.p. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
        rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiii
      rrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
    rrrrrrrrrrrrrrp. ciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrop. euld share">rrrrrrrrrrrrrrrrrrop. 
  • < 76>.

    twit e+et+/p> +si%C3%A8107s&url=&via=OpenErnximeActu" twit< Twitp. cirrrrrrrrrrrrop. 
  • < 76>.

    s www.facopook.com/sharer.php?u=La+ma%C3%AEtrise+%C3%A8s%C2%A0clas+en+Fs,nce+rss+/p> e+et+/p> +si%C3%A8107s&roc < Facopook " p. cirrrrrrrrrrrrop. 
  • < 76>.

    s plus.google.com/share?url=La+ma%C3%AEtrise+%C3%A8s%C2%A0clas+en+Fs,nce+rss+/p> e+et+/p> +si%C3%A8107s&roc < Google + " p. cirrrrrr< div>rrrrrrrr, op.rrrrrrrrrrrrrr, op. edivdreseaubodata">< div>rrrr< div>rr< div>rrrr, oebuttme i51" i51"-nav">rrrr
  • Laoc Lac/ltr">