Navigation – Plan du site

Le cardinal de Fleury ou comment devient-on le précepteur de Louis XV ?

How did Cardinal de Fleury become preceptor of Louis XV?
Kardinal Fleury, oder wie wird man Präzeptor von Ludwig XV?
¿El cardenal de Fleury o cómo una persona llega a ser el preceptor de Luis XV?
Peter R. Campbell
p. 49-72

Résumés

À la lumière de sources inédites et d’une micro-histoire de l’univers conflictuel de la Cour, cet article réexamine le cheminement difficile d’André-Hercule de Fleury depuis ses origines modestes en Languedoc jusqu’au poste de précepteur de Louis XV, en passant par l’épiscopat. Sa progression s’explique largement par le système de clientélisme et sa maîtrise de la civilité. Précepteur du roi, il réussit ensuite à se frayer un chemin dans l’environnement complexe et instable de la Cour sous la Régence, pour devenir d’abord membre du conseil religieux puis, à la majorité de son élève, ministre d’État, et enfin, toujours grâce à ses liens étroit avec son royal élève, premier ministre sans le titre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une bibliographie générale sur l’éducation de Louis XV, on se reportera à l’introduction du pr (...)
  • 2 Peter R. Campbell, The conduct of politics in France in the time of the cardinal de Fleury, thèse d (...)

1Cet article, qui porte sur la manière dont André-Hercule de Fleury devint précepteur en charge de l’éducation du futur Louis XV, examine les enjeux politiques liés à cette fonction. Mon intention est moins de traiter la pratique pédagogique de Fleury précepteur1, que de suivre la route empruntée par Fleury pour accéder à ses hautes fonctions et d’expliquer comment cet habile négociateur fut en mesure d’exploiter sa position d’éducateur pour atteindre le sommet du pouvoir politique2. En effet, la place tenue par Fleury dans l’éducation de Louis XV fut certainement décisive dans son ascension vers le pouvoir de 1720 à 1726. Comme favori royal, il acquit une position dans le gouvernement de la France analogue à celle occupée par les cardinaux Richelieu, Mazarin et Dubois. Ses origines étaient pourtant plus modestes que celles des deux grands ministres et il dut attendre plus longtemps pour accéder au pouvoir – si, en vérité, c’était là son intention, car rien n’indique qu’il était aussi « motivé » que ses prédécesseurs. Il serait totalement erroné de prétendre que Fleury se servit délibérément et dès le début de ses fonctions de précepteur pour conquérir le pouvoir politique. Cela fut avancé bien plus tard par des commentateurs qui ont réinterprété les événements à la lumière de sa promotion finale en 1726. La mort du Régent, le choix de Bourbon comme ministre en 1723, les changements entre clans à la Cour, étaient tous imprévisibles en 1717, l’année où le jeune roi passa entre les mains de son précepteur. Fleury était certainement ambitieux, mais au-delà des accusations de duplicité dont il a été l’objet, c’était surtout un clerc habile et compétent, maîtrisant les codes sociaux de la Cour et comprenant assez la politique pour garder profil bas quand cela était nécessaire, comme plus tard pour saisir les opportunités qui se présentaient. Sa meilleure tactique fut de faire son travail de précepteur de son mieux, sans soulever de polémique, et de développer des liens étroits avec son élève. C’était d’autant plus facile que l’enfant royal était en quête d’affection et d’encadrement. Une telle ligne de conduite lui assura une place éminente à la Cour, mais même Fleury pouvait difficilement imaginer qu’il aurait jamais la chance de gouverner la France au nom de son ancien élève.

2On étudiera successivement ici les origines et les débuts de la carrière de Fleury, comment il est devenu précepteur et comment il a utilisé cet emploi pour devenir ministre, ce qui nous permettra de réviser quelques jugements admis sur ce personnage.

I – L’ascension de Fleury : un notable languedocien devenu courtisan

3La trajectoire sociale d’André-Hercule de Fleury heurte les représentations dominantes de son temps, dans la mesure où il est un « outsider ». Issu d’une famille modeste du Languedoc, dont les origines ne remontent guère avant 1630, il a dû gravir de nombreux échelons avant d’accéder au pouvoir. Né sans protecteurs à la Cour, il lui fallut en trouver lui-même. C’est la raison pour laquelle son ascension est particulièrement exemplaire. Lui et sa famille doivent surmonter les obstacles qui limitent à l’époque la promotion sociale. S’il faut établir un parallèle, ce n’est sûrement pas avec Richelieu ni Mazarin, mais plutôt avec le futur cardinal Dubois, qui commença sa carrière politique comme précepteur du futur Régent. Mais sans la disparition de deux dauphins, Dubois n’aurait jamais eu accès au pouvoir.

  • 3 Le certificat de baptême se trouve parmi les papiers du cardinal de Fleury, BnF, fonds Nouvelles ac (...)
  • 4 François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois et Jacques Badier, Dictionnaire de la noblesse, 3e  (...)
  • 5 Sur l’importance de la manufacture de draps à Lodève, et la famille de Fleury, voir Ernest Martin, (...)
  • 6 Le titulaire du poste devait non seulement centraliser les sommes recueillies par les agents du fis (...)

4Né le 22 juin 1653, Fleury est baptisé Hercule3. Sa famille fait partie de cette « noblesse ancienne et illustre » qui abonde dans le Languedoc4. Son statut était élevé dans la ville de Lodève, mais son influence ne dépassait pas les limites de la région. La prospérité de cet évêché était basée sur la manufacture des draps où sa famille était active depuis des générations. Lucrèce de Rosset, sa grand-mère maternelle descend des premiers drapiers de Lodève, son mari appartient à une famille de marchands. Sa famille paternelle œuvrait à l’administration financière de la province. Pierre de Fleury, son oncle paternel, trésorier général des finances de Montpellier, et intendant des gabelles pour le Languedoc, était le personnage le plus puissant de la famille5. Le père de Fleury était quant à lui receveur des tailles pour le diocèse de Lodève, office qui impliquait une certaine aisance6.

  • 7 Voir M. de Sars, Le cardinal de Fleury, op. cit., p. 12-15.

5Ces deux familles, unies par le mariage des parents d’Hercule, ont une stratégie d’alliances matrimoniales destinées à asseoir leur prospérité7. Hercule n’est pas le seul fils de Jean de Fleury et Lucrèce de Rosset. Son frère aîné, Gabriel, héritier de la plupart des titres de la famille, devient conseiller à la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier. En 1674 le lien avec la Cour des comptes est renforcé par le mariage de sa sœur avec Jean Cordurier, avocat général à la même Cour. Une autre sœur épouse, en 1680, Bernadin de Rosset, cousin issu de germain et héritier de la fortune des Rosset, et c’est leur fils qui, en 1736, reçoit le titre de duc de Rosset de Fleury crée en reconnaissance des services rendus à l’État par le cardinal Fleury. Henry de Fleury, un deuxième frère plus âgé et baron de Fozières, hérite des offices tenus par son oncle, le trésorier général. Avec Hercule, la stratégie d’ascension sociale ou politique de la famille se développe dans une autre sphère que l’office : il poursuit son chemin dans l’Église, ce qui explique le changement de prénom, André-Hercule ayant une connotation moins païenne qu’Hercule, et c’est lui qui est choisi pour représenter la famille à la Cour de France.

  • 8 Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profa (...)

6Dans cette perspective, la famille consent un effort important, alors qu’André-Hercule n’était que le troisième fils. Mais on le considérait comme particulièrement brillant. La famille exploita donc à plein ses contacts privilégiés pour favoriser sa carrière à la Cour. L’éducation de Fleury fait l’objet d’une stratégie à long terme. Plutôt que de l’envoyer dans l’un des collèges récemment ouverts en province, son riche oncle choisit pour lui le collège de Navarre à Paris, qui est à la fois un collège d’humanités et constitue, avec la Sorbonne, l’autre lieu d’enseignement de la théologie à Paris. Il continue ensuite sa scolarité au collège d’Harcourt, à la renommée solidement établie, où il étudie la philosophie. Selon le dictionnaire de Moréri, il a rédigé en latin et en grec ses thèses dans lesquelles il expose les principaux dogmes des philosophes athéniens. Il continue son éducation à la Sorbonne8. En 1668, clerc tonsuré au collège d’Harcourt, il est élu chanoine de la cathédrale de Montpellier. Un de ses collègues chanoines fait état de ses mérites intellectuels dans une lettre :

  • 9 Cité dans M. de Sars, Le cardinal de Fleury, op. cit., p. 20.

« J’ai souvent ouï dire au père Thomassin, qui joignait un esprit pénétrant et facile au discernement le plus fin et le plus délié, que l’abbé de Fleury était un ange pour la douceur de ses mœurs et le caractère de son esprit ; que, dans le temps où il faisait sa licence, il était l’objet de l’inclination de tous ses collègues, qu’il avait fait tous actes avec éclat et avec distinction, et enfin mérité éloges d’une école où l’on sait apprécier le mérite et couronner les véritables talents »9.

  • 10 Il a pris ses quatre ordres mineurs et sous-diaconnat à Béziers en 1674, grâce aux bons offices de (...)

7Il obtient sa licence en théologie en janvier 1676 et, en juillet de la même année, il est ordonné diacre puis prêtre10.

  • 11 Les études explicitement sur le patronage, le clientélisme et les réseaux qui liaient la province e (...)
  • 12 Le marquis de Castries (1611-1674) « était très bien vu à la cour pour ses mérites, l’influence de (...)
  • 13 Le puissant et influent clan Noailles est un autre appui languedocien : voir Roger Mettam, The role (...)

8Les familles provinciales n’avaient que des possibilités d’avancement limitées en dehors de leur province. Le patronage et l’intervention active de courtisans revêtaient donc pour elles un caractère décisif11. Les protecteurs de Fleury étaient les Castries,12 les Noailles13, et les Bonzi.

  • 14 Maurice Magendie, La politesse mondaine et les théories de l’honnêteté, en France, au XVIIe siècle, (...)
  • 15 Sur Lamoignon (1609-1677) voir Saint-Simon, op. cit., vol. XIII, p. 142-144 et notes et la descript (...)

9Fleury a saisi l’occasion de lier des amitiés utiles dans les meilleurs cercles. Intelligent, droit, discret et spirituel, il possédait le charme et le savoir-vivre indispensable à toute réussite à Paris et à la Cour. La « politesse mondaine » était un des fondements de l’éducation des nobles, et le savoir-vivre propre à la Cour ne pouvait s’acquérir qu’en compagnie de la plus haute noblesse, la culture de salon constituant l’essence même de la bienséance14.Fleury fréquentera assidûment le salon de Guillaume de Lamoignon, l’hôtel de Bouillon15, et l’hôtel de Noailles. Ce cheminement est décrit ainsi par Saint-Simon dans ses Mémoires :

  • 16 Saint-Simon, op. cit., vol. VI, p. 49.

« Fleury, respectueux et d’un esprit et d’une humeur qui avoit su plaire, d’une figure qui plaisoit peut-être encore plus, d’une modestie, d’une circonspection, d’une profession qui rassuroit, gagna toujours du terrain, et il eut la fortune et l’entregent d’être d’abord souffert, puis admis dans les meilleures compagnies de la Cour, et de se faire des protecteurs ou des amis illustres des personnages principaux, en hommes et en femmes, dans le ministère et dans les premières places ou dans le premier crédit »16.

  • 17 Saint-Simon, op. cit., volXXXVIII, p. 249-50.

10Son premier protecteur menait « une vie un peu licencieuse ». Bonzi, évêque de Béziers, plus tard archevêque de Narbonne et à ce titre président des États du Languedoc, puis cardinal, était à cette époque un ambassadeur prestigieux. Son espoir de devenir ministre ayant été déçu, il passait l’essentiel de son temps en Languedoc ou en visite à Rome, mais se rendait fréquemment à la Cour. Après la mort du vieux marquis de Castries, son beau-frère, en 1674, il considérait les jeunes Castries, le nouveau marquis et l’abbé, comme ses propres enfants. Fleury était dans les meilleurs termes avec eux deux. Il passait beaucoup de temps dans leur hôtel parisien, où il était reçu et même logé17. Pendant les années 1690, leur influence alla croissant : Bonzi, avec l’aide du duc du Maine qui était gouverneur en titre du Languedoc, arrangea le mariage du marquis avec une nièce de Madame de Montespan, Mademoiselle de Mortemart-Vivonne.

  • 18 Sur le pouvoir et l’essor du clan Noailles, sous la direction de la maréchale, voir Eveline G. Crui (...)
  • 19 Abbé Millot, Mémoires politiques et militaires… de Noailles, 6 vol., Lausanne, 1778, vol. III, p. 2 (...)

11Le clan Noailles faisait également partie de ce réseau languedocien. Fleury eut la chance de devenir un ami intime et fidèle de la maréchale, une des femmes les plus intelligentes et les plus influentes à la Cour de Versailles. Mère de treize enfants, elle nouait à la Cour pour ceux-ci les alliances les plus avantageuses et les plus prestigieuses18. En 1698 la cote de sa famille était au plus haut : Louis XIV favorise le mariage de son fils aîné avec la nièce et seule héritière de Madame de Maintenon, Mademoiselle d’Aubigné. Une telle alliance atteignait presque le statut d’un mariage avec un prince de sang. Le duc de Noailles était gouverneur du Roussillon, et lieutenant gouverneur du Languedoc qu’il dirigeait depuis 1682. Son frère, confident de Madame de Maintenon, était depuis 1695 archevêque de Paris. À l’évidence, la famille avait la faveur particulière du roi. Dans une lettre de 1694, ce dernier lui écrivit « Croyez qu’on ne peut avoir plus d’amitié que j’en ai pour vous »19.

  • 20 « Fleury étoit connu et fort aimé de M. le cardinal de Bonzi, grand aumônier de la Reine. M. le car (...)
  • 21 Saint-Simon explique que Jean de Fleury « s’étoit fourré parmi les valets du cardinal de Bonzi, don (...)
  • 22 Chaque trimestre, deux aumôniers étaient de service et celui de Fleury commença en juillet (N. Beso (...)
  • 23 Félix Reyssié, Le cardinal de Bouillon, Paris, Hachette, 1892, p. 44-58.
  • 24 Saint-Simon, op. cit., vol. VI, appendice 3, p. 518.

12Si sa carrière avait bien commencé, le jeune Fleury demeurait néanmoins dans l’ombre, n’ayant ni charge à la Cour ni évêché. Selon toute évidence, Bonzi fut son principal protecteur, en particulier dans les années 1670. En 1675, grâce à lui, Fleury reçut l’autorisation d’acheter une des huit charges d’aumônier de la reine20. Son oncle la finança pour lui, à un prix supérieur à sa valeur (77 000 livres)21. Cet office lui permit de se faire de nouveaux et importants amis à la Cour22. Parmi eux, le cardinal de Bouillon était le plus prestigieux. Proche du roi grâce à ses fonctions et de son crédit personnel, il dirigeait, en tant que grand aumônier de France, la chapelle royale et ordonnançait les cérémonies religieuses les plus importantes. Durant la décennie 1670-1680, la maison de Bouillon est à l’apogée et l’hôtel de Bouillon est le centre d’un milieu où la haute noblesse côtoie quelques-uns des plus grands talents littéraires de l’époque. Madame de Sévigné, Madame de La Fayette, Corneille et Molière s’y retrouvent souvent, en compagnie de nombreux invités de moindre renommée, tel Fleury23. Évidemment, au cours de ces années 1680 et 1690 qui correspondent à l’affirmation de la gestion politique personnelle de Louis XIV, on n’y parle pas politique. Pour citer Saint-Simon, « Un ministre du temps de Louis XIV, [Torcy ?] et qui avoit avec grande raison la confiance de ce Prince, m’a dit qu’il avoit beaucoup vécu avec M. de Fleury, mais qu’il ne lui avoit jamais parlé d’affaires sérieuses »24.

  • 25 Voir J.-B. Ranchon, « Histoire… de Fleury », BnF, Naf 2076, p. 10-14 et Ranchon, brouillon, BnF, Na (...)
  • 26 Duchesse de Brancas, Mémoires de la duchesse de Brancas, suivies de la correspondance de Mme de Châ (...)

13Fleury fréquente aussi d’autres salons à cette période. Il est reçu par Pomponne et Torcy, par le maréchal de Villeroy et sa femme, et surtout par les Noailles25. L’amitié de la maréchale de Villeroy ne pouvait que profiter à Fleury. « La maréchale, devenue dévote, sembloit avoir les secrets de l’Église comme ceux du Conseil, et ne pas plus douter de son salut que de son crédit »26. La conversation de Fleury était alors probablement plus littéraire que politique. Fleury côtoyait également la périphérie du cercle du duc de Bourgogne ; il était « en grande liaison et commerce de lettres » avec Valincourt, secrétaire du comte de Toulouse, qui reprit plus tard la place de son ami Racine à l’Académie et celle d’historiographe royal. Fléchier, l’évêque de Nîmes, à l’époque tenu pour un écrivain de talent et considéré comme le rival de Bossuet était un ami commun de Fleury et Valincourt. Il en était assez proche pour qu’il serve d’intermédiaire par écrit entre Bossuet et le cardinal de Bouillon. L’intégration du jeune clerc provincial dans les cercles qui comptent à Paris et à la Cour a donc été exceptionnellement rapide et réussie.

  • 27 Ibid.
  • 28 Saint-Simon, op. cit., vol. XXVII, p. 127.
  • 29 La reine Marie-Thérèse écrivit à plusieurs évêques pour solliciter sa députation, voir A.N., O/1/37 (...)

14Obtenue en 1675 par Fleury, la charge d’aumônier était généralement considérée comme assurant l’entrée dans l’épiscopat comme la duchesse de Brancas nous le raconte dans ses mémoires : « La chapelle du roi était, pour les jeunes ecclésiastiques, une autre espèce de séminaire qui les préparoit à entrer dans le monde, comme les mousquetaires étoient une seconde éducation pour ceux qui se destinoient au service »27. Les charges étaient considérées comme étant « le chemin ouvert aux bénéfices et aux prélatures »28. En 1680, la reine sollicite sa députation à l’Assemblée du clergé, expérience inestimable pour un futur évêque29. Il participe également à l’Assemblée de 1682. Dès lors, Fleury aurait dû entamer une belle carrière d’évêque. Mais les atermoiements de Louis XIV lui font perdre une bonne quinzaine d’années avant qu’il n’obtienne un évêché. Nous disposons de peu de détails sur sa vie durant les années 1680. Cependant, on le suppose à Montpellier où il a séjourné pour prêcher dans le Languedoc. Il y fait une forte impression sur Bâville de Lamoignon, l’intendant, qui devient un de ses grands admirateurs et intervient en sa faveur à la Cour. Bâville, intendant depuis 1685, travaille en étroite intelligence avec Noailles au gouvernement de la province. Fleury sera son ami jusqu’à la fin de sa vie. C’est peut-être grâce à l’influence de l’intendant, qu’il est rappelé à la Cour.

  • 30 Marquis de Lassay, Recueil de différentes choses, 4 vol., Lausanne, M. Bousquet, 1756, vol. I, p. 3 (...)

15En 1690, Fleury accompagne le cardinal de Forbin-Janson à Rome qui y reçoit la calotte des mains du nouveau pape, Alexandre VIII. Une telle visite, semble-t-il, était quasiment indispensable pour un futur évêque. Le marquis de Lassay souligne son importance à Madame de La Fayette, à propos du voyage de son fils en Italie : « Presque tous les gens de sa qualité et de sa profession prennent ce tems pour voir l’Italie ; c’est un voyage qui leur est quasi nécessaire dans la suite de leur vie ; car il se trouve mille occasions où il est question de la Cour de Rome qui leur est fort utile d’avoir connu »30. Forbin-Janson était souvent chez Croissy, et pour améliorer une position déjà très favorable à la Cour, vu l’importance des jésuites à Versailles, il s’était déclaré ennemi juré des jansénistes.

  • 31 Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau, Journal, E. Soulié (éd.), 19 vol., Paris, Firmin-Didot, (...)

16Dès son retour de Rome, Fleury reçoit son premier bénéfice, l’abbaye de La Rivoure, qui rapporte 8 000 livres par an. Cependant, c’est seulement en 1699, à l’âge de 47 ans, qu’il obtient un évêché. Dangeau écrit : « soit que le Roi le trouvât trop répandu dans le monde ou par quelque mauvais office secret, il ne donna presque point de bénéfices et ne pouvoit se résoudre à le faire évêque »31. L’expérience de Fleury montre combien la promotion aux plus hautes places dépend directement de Louis XIV. Au moment où Dubois était précepteur du duc de Chartres, et donc en position d’accumuler de riches abbayes sans même être prêtre, Fleury occupait encore une place de second rang. Il n’était cependant pas rare que le souverain tarde à récompenser un sujet méritant, simplement pour montrer qu’il était seul à décider en dernière instance.

  • 32 Une lettre de Madame de Maintenon à l’archevêque de Noailles révèle que cette promotion fut vraimen (...)
  • 33 R. Mousnier, « La mobilité sociale au XVIIe siècle », numéro spécial de XVIIe siècle, « Conclusion  (...)

17Le succès final de Fleury est dû aux efforts déterminés et concomitants de femmes influentes et dévotes. Madame de Caylus, nièce de Madame de Maintenon, et la maréchale de Villeroy, ont parlé en faveur de Fleury à Madame de Maintenon ; Madame de Noailles a fait pression auprès de son beau-frère Noailles, archevêque de Paris, pour qu’il entreprenne à nouveau le roi. Louis XIV cède finalement et lui accorde l’évêché de Fréjus, en Provence32. La manière dont cette nomination s’est faite nous révèle la justesse de l’analyse de Roland Mousnier concernant la nécessité absolue du patronage des gens de Cour pour passer le seuil devant lequel les quêteurs de charges piétinent33. Et, aussi, l’importance des femmes et d’abord de Madame de Maintenon.

  • 34 Archives des Affaires étrangères (désormais AAE), Mémoires et documents, France, 1730, fol. 188-198 (...)

18L’évêque Fleury affiche le catholicisme de la Contre-Réforme et prend position contre le quiétisme. Un dossier intitulé « Touchant l’affaire de M. l’ancien évêque de Fréjus » contient la première lettre pastorale de l’évêque Fleury34. C’est un témoignage de son orthodoxie religieuse, où il presse le clergé de son diocèse de promulguer et de propager la bulle papale lancée sous la pression de Louis XIV pour condamner les Explications de maximes des saints de Fénelon.

  • 35 Villars était gouverneur de la province et il a écrit à l’intendant Le Bret qu’il croyait que c’éta (...)
  • 36 Saint-Simon, op. cit., vol. XXVI, p. 85-86 : « Le Roi en fut dans une telle colère, que Torcy, ami (...)
  • 37 Saint-Simon, op. cit., vol. XXVI, p. 85-86 ; et C. Joret, « Basville et l’épiscopat de Languedoc », (...)
  • 38 Correspondance publiée dans Saint-Simon, op. cit., vol. V, appendice V, citation p. 532.
  • 39 J.B. Ranchon, « Histoire du cardinal de Fleury », BnF, Naf 2076, p. 68.
  • 40 Fleury à Basville, le 22 septembre 1707, dans C. Joret, « Basville et l’épiscopat de Languedoc », a (...)

19Sous l’Ancien Régime, on le sait, les évêques remplissaient des fonctions administratives au service de la monarchie, ils calmaient les troubles dans une ville ou une province, ou bien présidaient les États (comme l’évêque d’Aix pour la Provence ou l’évêque de Narbonne en Languedoc), ou encore – responsabilités plus modestes – renseignaient le gouvernement central. Pour Fleury, il nous reste peu de documents, à l’exception des années 1707-1708. En 1713, on a les preuves d’une tentative du duc de Villars, gouverneur de la province, de le faire nommer procureur adjoint pour l’Assemblée des communautés de Provence35. Nous savons qu’en 1707, lors de l’invasion de la Provence, il a démontré sa loyauté envers la monarchie. Il n’y a aucune raison de croire les récits de Voltaire et Saint-Simon sur son séjour à Fréjus. L’antipathie de Saint-Simon vis-à-vis de Fleury dans les années 1740, au moment de la rédaction de ses mémoires, est démontrée par sa relation erronée de l’attitude de l’évêque pendant la Guerre de Succession d’Espagne36. La correspondance de Fleury avec le secrétaire d’État nous montre en effet sa fidélité à la France et son souci de protéger son diocèse. Il reçoit Victor-Amédée de Savoie, mais renseigne sur l’armée étrangère et rassemble des fonds à Aix et à Marseille pour sa ville occupée37. Une lettre de Chamillart à Fleury montre qu’il était très bien vu par Louis XIV : « Il me paraît qu’il [Louis XIV] est bien content de tout ce que vous me mandez, et de la conduite que vous avez tenue »38. Pendant cette période il participe à l’assemblée du clergé de 1705, époque où il « eut l’honneur de faire souvent sa cour à Madame de Maintenon […] elle connoissoit l’évêque de Fréjus de sa réputation et voulu (sic) le voir très souvent »39. Le 22 septembre 1707, il écrit à son ami l’intendant Basville, « J’avois demandé une queste pour mes religieuses. Madame de Maintenon me l’a envoyée avec une lettre fort gracieuse. Vous voies que me voilà en faveur »40.

II – Comment Fleury est-il devenu précepteur ?

20La nomination de Fleury comme précepteur nous invite à réfléchir sur les qualités requises pour l’emploi. L’on peut tenter de répondre à cette question de quatre façons différentes. Tout d’abord, nous pouvons la comparer à celle d’autres précepteurs, surtout Bossuet, Fénelon et peut-être l’abbé Dubois et nous interroger sur le fait qu’il manquait à Fleury les qualités littéraires et érudites évidentes des deux premiers : il est loin d’être un savant connu, ou d’avoir de nombreuses publications à son actif. Une seconde approche serait de réfléchir dans l’absolu sur les qualités et connaissances nécessaires pour délivrer une bonne éducation à un futur roi. On pourrait ensuite examiner les capacités de Fleury, et chercher à savoir s’il s’est bien acquitté de ses fonctions. En réalité, il faut surtout s’interroger sur les qualités jugées nécessaires par Louis XIV et Madame de Maintenon, car ce sont eux qui ont fait le choix. La réponse est à surtout trouver dans le climat « politique » de la Cour entre 1713 et 1715, qui fait que tout dépend, pour le Roi et Madame de Maintenon, de la religion et des factions religieuses.

  • 41 J.B. Ranchon, « Histoire du cardinal de Fleury », op. cit., BnF, Naf 2076, p. 106-107 ; voir aussi (...)
  • 42 François de Salignac de La Mothe Fénelon, Mémoires sur les précautions et les mesures à prendre âpr (...)

21Il leur fallait tout d’abord un candidat qui réunisse au mieux les qualités attendues. À l’évidence, Fleury avait la grâce, le savoir-vivre et l’honnêteté d’un homme de Cour. Ce que nous savons de la première partie de sa carrière le prouve. Il était aussi très bien éduqué et s’intéressait aux questions de dogme, comme à celles de littérature et de philosophie. Quelques indications évoquent une nomination éventuelle comme précepteur des ducs de Bretagne et d’Anjou, par Marie-Adélaïde de Savoie (dont le père occupa Fréjus en 1707)41. Si tel est le cas, ceci éclaire différemment la bataille pour le préceptorat en 1715, car Fleury aurait déjà été candidat, même si les sources n’en parlent guère. Il est vrai qu’il ne figurait pas sur la liste de Fénelon comme candidat potentiel, en 1712. Mais cette liste ne peut pas être considérée comme impartiale, et Fénelon n’était plus du tout en faveur auprès de Louis XIV42.

  • 43 Mark Bryant, « Partner, Matriarch, and Minister: Madame de Maintenon of France, Clandestine Consort (...)
  • 44 Lettre citée. Sur les mandements et activités de Fleury comme évêque, voir Hippolyte Espitalier, Le (...)
  • 45 Pascale Mormiche, « Le cardinal de Fleury et l’éducation de Louis XV d’après “L’Abrégé de l’histoir (...)

22En fait, ne pas figurer sur la liste aurait même été un atout selon Madame de Maintenon, qui voulait prendre ses distances avec Fénelon et le Quiétisme43. On a signalé plus haut que la première publication de Fleury comme évêque en 1700 fut un mandement condamnant le livre quiétiste de Fénelon44. À la différence de Pascale Mormiche dans son par ailleurs excellent article sur Fleury45, on estime donc que Fleury a clairement pris parti dans les deux grandes affaires religieuses du temps : le quiétisme et le jansénisme. Faute de pouvoir saisir ce que le roi agonisant avait en tête, tout ce que l’historien peut faire est de construire un scénario plausible conduisant à la nomination de Fleury dans le contexte de la Cour en 1715.

23Sans aucun doute, pour le roi et Madame de Maintenon, la question religieuse vient au premier plan. L’attitude de Fleury envers le jansénisme est le fil conducteur de sa carrière à partir de 1711 et jusqu’à la fin de sa vie, en 1743. Pour l’époque 1711-1715, nous avons une poignée de lettres de Fleury au cardinal de Noailles, apparemment oubliées par ses historiens, qui nous révèlent sa position sur le jansénisme.

  • 46 Fleury à Noailles, le 17 octobre 1713, BnF, Mss fr., 23218, fol. 167.
  • 47 Voir H. Espitalier, Les évêques de Fréjus, op. cit., vol. II, p. 354-366, où il cite ce mandement e (...)
  • 48 Voir Fleury à Rohan, Montpellier, le 26 juillet 1714, BnF, Mss fr., 17748, citée par Valentin Duran (...)

24Lorsque le cardinal de Noailles, se soumettant pour une fois à la volonté de Louis XIV, publie un mandement contre les Réflexions morales de Quesnel, livre qui est alors le symbole même du jansénisme, l’évêque de Fréjus le félicite. Sa lettre témoigne de son approbation pour la bulle Unigenitus qui condamne les 101 propositions du livre de Quesnel46. En 1713, Fleury est l’un des premiers évêques à publier la bulle dans son diocèse. Peu après, le 6 mai 1714, il publie une critique sévère des Réflexions morales, où il se révèle en parfait accord avec l’Assemblée du clergé et condamne ce qu’il regarde comme le poison du jansénisme47. Son vigoureux plaidoyer en faveur d’Unigenitus attira l’attention du public, le mit en contact avec le cardinal de Rohan à Versailles, et fut sans doute connu de Louis XIV48.

25La lettre qui suit fut écrite pour dire son accord avec une publication du cardinal de Noailles à propos des nonnes de Port-Royal. Il se range fermement dans le camp anti-janséniste et souligne la dangerosité des Réflexions morales de Quesnel.

« À Fréjus, ce 17 mai 1711

  • 49 Correspondance du cardinal de Noailles, BnF, Mss fr, 23217, fol. 37-38.

J’ai reçu, Monseigneur, il y a quelques jours les lettres dont V.E. m’a honoré du 23 du mois passé avec celle aux filles de Port-Royal. On ne peut, sans flatterie, rien de mieux écrire, de plus sage, de plus sensé et de plus touchant. Il n’y a pas de janséniste si entêté qui ne dût s’y rendre et je pense qu’elle aura tout son effet auprès de ces religieuses, comme elle a déjà eu pour deux d’entre elles. Si on ne cherchoit pas la vérité, et qu’on voulut s’entendre sans passions, on conviendroit aisément bientôt, mais comme dit fort V.E., on ne convertit point les cabales de Coeur. J’ai parlé à quelques-uns à Aix au sujet du sieur Léger : je les ai convaincus de ses torts et de ses erreurs ; ils font les étonnés, ne disent pas mot et demeurent dans leurs persuasions. Ils ne font plus aucune difficulté de signer le formulaire depuis deux écrits détestables que quelqu’un du parti a fait pour éluder cette signature et le serment qui l’accompagne. Ils s’appuient fort aussi sur le P. Quesnel, et je voudrais, Monseigneur, que V.E. put avoir le temps d’examiner cet ouvrage par Elle-même, car j’ai achevé de le lire et il me paroit qu’il y a des propositions bien condamnables; je n’ai, Dieu merci, que trois ou quatre disciples du sieur Léger et suspects du jansénisme »49.

26Si Fleury fut anti-janséniste, il n’était pas pour autant inféodé aux jésuites. Le passage suivant exprime très clairement ses vues à l’époque.

  • 50 Le 11 juillet 1711, Correspondance du cardinal de Noailles, BnF, Mss fr, 23217, fol. 34-5. Voir aus (...)

« Je puis vous assurer avec la plus exacte sincérité que je me suis éloigné de toute prévention en lisant le P. Quesnel, et que je ne me suis pas moins en garde contre les sentiments molinistes que contre les jansénistes. Je suis très persuadé qu’il n’y a que les décisions de l’Église qui doivent nous fixer en tout, et que nous devrons proscrire tout ce qui y est contraire. Je puis encore vous assurer que je ne me suis attaché à examiner ce livre que par l’entêtement opiniâtre que j’ai connu des gens du parti pour le défendre le regardant comme à couvert des censures à cause du nom de V.E. J’ai reconnu en eux tant de mauvaise foi, d’orgueil et de principes de révolte, que j’en ai été indigné, et le sieur Léger est celui qui m’en a le plus convaincu, aussi bien que quelques-uns de ses sectateurs qui m’ont voulu parler en sa faveur. Je conviens que l’on ne prend pas les voies ordinaires contre les abus et que la passion ou l’intérêt cherchent à envelopper dans le nombre des jansénistes des génies qui en sont fort éloignés, mais sans faire attention à ces excès et sans y prendre part on peut mettre à couvert la foi de l’Église. Elle est attaquée par bien des endroits, et cela devroit obliger ceux qui lui sont véritablement soumis à se réunir et à ne défendre que ses décisions sans entrer dans les décisions contestées. C’est le seul moyen efficace pour la soutenir, comme nous le devons, car on n’en viendra jamais à bout autrement. Mon zèle me mène trop loin et je vous en demande pardon »50.

  • 51 On note que sa bibliothèque personnelle dans sa maison d’Issy comprend, pour les livres publiés ava (...)

27Fleury, ayant le sentiment que l’Église était menacée, soutint la politique royale de répression du jansénisme durant les deux années qui suivirent. La position théologique de Fleury en 1715 est donc la suivante : un épiscopat uni est la clé de voûte de l’église gallicane, qui court le risque d’un schisme sur la question du jansénisme. La meilleure manière de la mettre à l’abri est de se rallier à la politique anti-janséniste de Louis XIV, et par conséquent de condamner les Réflexions morales et d’accepter Unigenitus. La défense de la hiérarchie ecclésiastique est à ses yeux fondamentale : les évêques doivent user de tous leurs pouvoirs pour empêcher le bas clergé de se rallier à la cause janséniste51.

28Les troupes de choc de cette campagne anti-janséniste sont les jésuites, sous la direction, à Versailles, du père Le Tellier, confesseur du roi depuis 1709. C’est lui qui est en partie responsable du durcissement royal envers les jansénistes. Alors que la querelle s’aggravait, il devenait de plus en plus important pour les courtisans de se ranger du bon côté, en particulier pour les ecclésiastiques. Saint-Simon, résume ainsi la situation :

  • 52 Saint-Simon, op. cit., vol. XXIII, p. 403 : Le 11 juin 1711, la princesse Palatine, mère du futur r (...)

« Le roi qui avoit hautement épousé ce parti [les jésuites], qui étoit exactement fermé à n’écouter que ceux qui y étoient les plus ardents, qui y avoit mis son autorité et sa conscience, qui étoit occupé ni entretenu d’autre chose, regardoit le parti opposé [les jansénistes donc] comme ennemis de l’Église et de l’État, comme républicains, comme ennemis de son autorité et de sa personne »52.

29Il est clair que Fleury a choisi le parti du roi dans les trois grandes controverses religieuses de cette fin de règne. Comme nous l’avons vu, le point décisif de toute son orthodoxie religieuse fut sa position sur le jansénisme et ses efforts pour convaincre le cardinal de Noailles d’atténuer son opposition à la politique religieuse de Louis XIV.

30Si l’engagement politique et doctrinal de Fleury est ainsi bien établi, nous n’avons pas de témoignage clair et fiable sur les démarches entreprises par celui-ci pour devenir précepteur. Nous ne savons même pas s’il a vraiment cherché le poste. Mais pour réussir son dessein, il lui aura fallu, comme toujours dans une société de Cour, mobiliser ses amis et protecteurs. Pendant ses séjours en Provence il fait plusieurs visites à la Cour, y garde ses amis et s’en fait de nouveaux.

  • 53 Cette chronologie prouve que Saint-Simon a tort d’insinuer que l’évêque avait quitté son diocèse un (...)

31En 1713, à soixante ans, il avait demandé la permission de quitter l’épiscopat pour raisons de santé. Pas de réponse ; en décembre 1714 il avait renouvelé sa requête53. En janvier 1715, l’abbé de Castellane avait pris sa place à Fréjus, et Fleury recevait l’abbaye de Castellane, près de Reims. Fleury était ainsi libre de revenir à la Cour. L’abbaye rapportait à peine 4 000 livres, mais c’était une solution provisoire, jusqu’à ce qu’on lui trouve quelque chose de mieux. Il quitte Fréjus en avril et arrive à Paris le dix-neuf de ce mois. Il restera à la Cour pendant quatre mois, avant de devenir précepteur de Louis XV par un codicille rajouté au testament de Louis XIV en août.

  • 54 Le compte-rendu de Saint-Simon (op. cit., vol. XXVI, p. 86- 89) offre un aperçu fascinant et détail (...)

32Comme tous les offices à Versailles, la charge de précepteur fait l’objet d’intrigues. D’un côté, il y a les jésuites, sous la direction du père Le Tellier, qui veulent choisir le précepteur afin d’accroître leur influence sur le futur roi. Étant donné les penchants religieux de Louis XIV à la fin de sa vie, Le Tellier devait croire à son succès. En face, on trouve un parti qui préfère un candidat plus modéré, de peur de voir le pouvoir de Le Tellier renforcé. Cette faction, qui rassemblait des dévots tels que le duc du Maine, Madame de Ventadour, Madame de Lévis et les Villeroy, était très proche de Madame de Maintenon, qui, pour sa part, s’opposait aux machinations de Le Tellier. Il est facile de voir que, pour ce parti, Fleury était le candidat idéal : il n’était pas jésuite, ne s’entendait pas avec Le Tellier mais, évêque très orthodoxe, il était suffisamment dévot pour rassurer le roi54. Dans cette cabale, se trouvent des amis de Fleury – les Villars, les Villeroy, les Dangeau, et Madame de Lévis – en mesure de témoigner de son érudition et de son aptitude pour le poste. Mais l’intervention de Madame de Maintenon auprès de son mari est cruciale. À cette époque de sa vie, Louis XIV a une confiance absolue en elle. Ses compétences en matière d’éducation sont reconnues. N’a-t-elle pas été responsable de la nomination de Fénelon comme précepteur du duc de Bourgogne ?

  • 55 Voir Mark Bryant, “Partner, Matriarch and Minister…”, op. cit., p. 97-98.

33En 1715, trois de ses candidats seront choisis pour s’occuper de l’éducation du dauphin : le duc de Villeroy, gouverneur ; la duchesse de Ventadour, gouvernante ; et Fleury, précepteur. On peut ajouter que Madame de Maintenon, liée au clan Noailles depuis environ 1696, avait lancé en 1711 une campagne par l’intermédiaire de ses proches pour convaincre le cardinal de Noailles récalcitrant d’abandonner ses prises de position en faveur des Réflexions morales de Quesnel, et à partir de 1713 d’accepter Unigenitus, dans l’intérêt de la paix de l’Église55. Les lettres de Fleury à Noailles montrent clairement qu’il participait au même combat. Ce qui nous manque, c’est la preuve d’un lien direct entre Maintenon et Fleury sur ce sujet.

34On ne se préoccupa probablement pas de choisir un précepteur au dauphin avant que Louis XIV ne tombât malade, puisque ce précepteur ne devait entrer en fonction qu’en 1717, quand le jeune Louis fêterait ses sept ans. Finalement la nomination intervint seulement une semaine avant la mort du roi. Le Tellier s’y opposa vigoureusement, mais en vain. Saint-Simon raconte le rajout au testament de Louis XIV qui conclut l’affaire :

« Il n’y demeura que Madame de Maintenon et le Chancelier. Tout aussitôt, et cet aussitôt fut un peu étrange, on apporta sur le lit une espèce de livre ou de petite table ; le Chancelier lui présenta le codicille, à la fin duquel il écrivit quatre ou cinq lignes de sa main, et le rendit après au chancelier.

Versailles 23 aout 1715

  • 56 Journal du Marquis de Dangeau, MM. Soulié, Dussieux, de Chennevières, Mantz, de Montaiglon (éd.), 1 (...)

Je nomme pour précepteur du jeune roi l’abbé Fleury, ancien évêque de Fréjus et pour son confesseur le père Le Tellier »56.

35En définitive, parmi les critères de sélection qui ont conduit à la distinction de Fleury, il semble bien que sa fiabilité doctrinale ait été le plus déterminant.

III – Devenir ministre

36On réexaminera dans cette partie la trajectoire empruntée par Fleury pour maintenir sa position à la Cour, puis pour la renforcer jusqu’à devenir, en 1720, membre de l’un des conseils de la Régence, ministre d’État en 1723 et, finalement, en 1726, premier ministre sans le titre. Ses contemporains, souvent suivis par les historiens, ont a posteriori insisté sur l’ambition de Fleury. Aussi, l’historien doit-il écarter les écrits des adversaires de Fleury des années 1740, pour mieux reconstruire une micro-histoire de la vie politique. L’obligation de défendre sa position et de l’améliorer était ainsi commune à tous les courtisans et les ambitions de Fleury ont nécessairement évolué au fur et à mesure des opportunités qui s’ouvraient à lui, ses origines médiocres lui interdisant d’afficher d’emblée de trop grandes prétentions. Sa promotion exigeait pourtant plus que des opportunités : il lui fallait pour arriver au pouvoir en 1726 maîtriser les arcanes de la politique à la Cour et faire preuve d’un réel talent comme ministre des affaires de l’Église puis de l’État. Le passage du poste de précepteur ayant la confiance du roi enfant à la position de ministre d’État est un parcours semé d’embûches. Son ascension se fit en donc plusieurs étapes.

37La première fut de survivre à l’hostilité de la Cour, et le meilleur parti était d’exceller dans sa fonction, de conserver le soutien de sa faction tout en gagnant la confiance du Régent qui avait le pouvoir de le renvoyer. En 1717, l’âge du roi lui laissait seulement cinq années pour assurer chaque jour son éducation, avant que sa majorité n’intervienne, à son treizième anniversaire. Louis serait alors en droit d’arrêter l’enseignement de Fleury et de choisir quelqu’un d’autre pour l’éduquer et le conseiller.

  • 57 L’Abrégé de l’histoire de France écrit pour le jeune Louis XV par le cardinal de Fleury, précédé pa (...)

38Il ne fait pas de doute que Fleury préparait ses enseignements avec soin, insistait sur la discipline, travaillait dur lui-même, et offrait à son élève un régime d’étude à la fois exigeant et à la page. Son Abrégé de l’histoire de France, aussi bien que les nombreux volumes de devoirs de Louis XV qui ont été conservés, confirment qu’il avait soigneusement réfléchi au contenu de ses cours57. Ce qui nous intéresse ici est que le précepteur a mis cette période à profit pour gagner l’estime du Régent, avec à la clé l’octroi de plusieurs faveurs notables. En 1717-1718 il entre tout naturellement à l’Académie française, où son action d’éclat fut d’attaquer l’abbé de Saint-Pierre pour sa dénonciation du style monarchique de Louis XIV.

  • 58 Il est en 1717-1718 membre du Conseil pour les affaires ecclésiastiques de la Polysynodie : Ranchon (...)
  • 59 Georges Hardy, Le cardinal de Fleury et le mouvement janséniste, Paris, 1925, H. Champion, p. 11-12 (...)
  • 60 Voir Michel Antoine, Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, Genève, Droz, 1970, p. 109-113.

39En 1720, deux changements significatifs de la politique du Régent trouvèrent Fleury déjà bien placé pour faire de nouveaux progrès. Effectuant un spectaculaire retournement diplomatique, qui était dans l’intérêt de la Maison d’Orléans homme dhaque jour svots tels e Louis XV es s leaffairesemblée dunglet dénation dass="fo dans r en foéréessa fry pour lFleur sa cial de prÀabbé Flemblée dIposite attira l’,cepteur Vximpolt dfuvêquesénis priseNoaillegagner dti a faioyal enverse Fleury danser donc] comme miniuis eque lesque du s enseistre dqueruermens XV es ess="foéteT est ccià la noit, finale0l’octrl falat fut da foi sous le qui étoit oa hnti-jansénréce dnseil otnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn48">48.<>Le caroi en futdu Régent trouoi sous le qui étoit o 1713 d’accepngem que érée parti la pcèse. Pes ave sa c jour e plœuostidans sa maiso, op. cotnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn49">49.<>50.<6n5oir M

  • 43 , G XVoretigeait pouire de tn59">(...)

27Fle4omination dnt soumis ’àt le mouvemus en plus entrp> la deit soigneen éuvoicouteris etus exacte code miompagne. Isement e nojours-t-equeucattSahuic jour eainal Via villmeil. cittitude pourmgee aux fidameèrent ts pourry , raconte le rut ce quntervenver danpremier m1ait le candidat saes. C’eseon de qsuedoc),sénimpagi ont étaaye de Casxaminenversa specifterminantonvar 1s dque. Ce q assur, raconte le rle jeunde NoaillesGualuitfendre it de C’ine, mrladiXV.51.<6

  • 43 op. cit.,vol. II, p. 354-X- 889) off27
  • 27Fle41 Micheloque dur ltner, e, a oximme suux fidamabbé Fls au cht le ca le slle mis aouvèrents intetunitus e, tobeait XIV ne tombâVpa proou sttidans sa maief="#f foi sous futpaint-Sisa cial de ess="foy, il nous restleougenson -Royal. e tombâVpl’ihoise pluscProvence,par sa r de Saimplrrière e rumsitiojour à Fégime pas deulementtant ies dde Sas : il lui roit qudeulour arruait soité demi-he de ldidais XIcre le cardinal de€abbé F.< seong’a seongnal Srêt deFréjus et pour son, fort surert pas ni eavec ltpassioent leme pasi Pour fort élent bieuvoicothie de gox les autovés, lesonvao danment s [us interrodameèrent] de nouvicilsi Pou surertproscrux. cotnotecall" id="bodyftn57" href="#f6n52">52.<6n5s6nt-te caeliccepngem la grâce, le à ts n’a Louionée de oxe, i la deinsistai Fégime pux chan avo22pr dur le RoV es pressive un réis euf, e pas de choiseur t troueaux.

    34On ançois dT esefintit du Régent queement dositine. Ir la liste dffis compé-un atoue sest so de Le Tellien doitrineur, et évêque ptaque lepoq lr l’omneier m1aidameèrent louron e de Casr liree. Maeury ét, nt-Simvac des arroi. Le Tet Flllyvonsninq années bien plas inade pluçu fire atl’en MM.Icre lisment ch villroi. Osaill-Gst ce ni roitspons plus modértrent cllé plut de mjansénislle sonée de paseon-clihoissait auis set.ainsi bien éflécouterqu’un n étas, trg lui roiton à défendre safirmo de Lc à la c une foil éve un r jourrr foit d de x fidamreil tablea Coureur a mis cette ller.

    fdeux nt à la vedes pondresa

    ndicment c s’ocsue du Rsérinale ai 1726 ma doctrinal st parfalatrrière e rsxaminenversaumreil dsoité Fleury. Ares de s. irne miénelittitude pour le postdidatevoiombre des jdan matvit afut d’hecportunf, eique. Ldue nous

    37La pan xml:lLun lien un épistude pouitrineur, e qui était l’hadémie frvés,ier m2thie deartir d- : andidat ia il es de, il y p>fl fonctioligieuses.llegai souvnt ouxe, iepteur vèrent e il ééflexismain, et mrladiXVdevee,veaichercnt sdénonciatioe. L de5, l’ttitciase de Via villmeilea Coe, leste me dhaqigne lalier faterjuillet eroy, go?

    • 57 7
    class="num">57
    , Genè (du Cavo63)l taarquis dee Barb ép. cit.<59">(...)

32Comttre citQurer en foveaux insi b uverneurandidat s bpoureauxquelqueslns r en fo par ene 4ouis istr> ndSst à surtotrangecoupedes . Mai thiam1713 erie, rrntre Mailquesuittllesueurination iCpréce nuigurquinla pagun régime dre des jplasearier N à l’Acad,t quf, e peête, G,Saint- têt à tisment cndidat le slle mis oi en fuVprosnde pe que je ezea ansécelie des gebeait Xdmande ,la Coume enne.lleglustost. cotnotecall" id="bodyftn57" href="#f6n53">53. 6n5e6te te cIuvelé sadesseiexigeant et xigristldresa54. 6

  • 56 , G ève, DroM.accLesc de href="#.<59">(...)

« Le roi qui aM.accour son s de oif de rvieenseicoth17-1718 d’eut dhorgie, rrntre Mai ede qsuedocpas lesui est inant etude poud ensea des pxigeanleçmonarcRier plu1717teuis enco pcnt biee lest soignene conssa plrg lui rrardant coeèrentshon ireecepteur aomme mot ecepteur a mis cette les oiasr en saa Coureon mari ee règouxe, iepuve quelqce èse un ; la duchsé duit soigne lene conf de on peut mettcourtihistorien peolle 55. 6

29Il scale Moru RoRohan àus inter e de one sans le titrtam2213 r m2 doute ciu’ms,remienaleil avait m2 lle srouvenV

« Il n’y dem il n’méde sRurae tluy rises d claI ltcrieuses.ent évolulooncia; la durLe passages DusdamDgnehomme eaque717 têtp convarque.interviegages V.E, iaenvoyersoint les Tellipour les lectionsistaOrljest à lvre dur eusepour M.let Freh à V uverneurachoistendreombreaCour, et ; la duchsy je urtôt entotrades pxjansgun régoFleury etdes pé rtereurs pln i.

  • 56 Journal , 232Cnemeambult 5299) o  93a href="#fdu roi peinecation dambvoduchsho de digs, VamieHoeyle risquftn58">(...)

Je nomme pouLamDgnehomme eaque les cabales tSahee du ns 1 vence t, eincre leendur luinsgneui-t bi hezedeeuyc jour axie reltre lese x fidamOn nefeuimaiso, le sermelittitis par lomme paroat saes.plsoigneluts stgnesde lonnu en esc Tet .letDgnehomme eaquereux volvence epuve qn à lui, cabales outen nefeuimaiseslus ardentsttres donturuireon p17teci pour ereux vol candihee du rde comme s ni ensistaOrljest s postesi Pou oint les Telautement ecourtisatrigue voltentise révolte, u ; la dule meIuve arude Ma.letDgnehomme eaquea proeil y a enir pru eni-tus hezeaOrljest ,onvaiu eny vume pare de mivinteut dhpitl pourTLouis XIPRégent trouoleury et leRe, 56

  • 51 On6>L’Abrne, Le Conseil du>, Genève, Dro H. ChFayavons19899)dhpitl  enir;our ceus inteau mngeatat. LR toriene 8 tn58">(...)
class="num">51 On68ompte-renduuinl our llepardonsxosjectomAdélaGas nnMadamFr pary, go?eaucousaitui avoic9, Genè. citons mf="#ftn57">(...)
  • 32Comt6 fait pas de nouviuou ciesa lrie de choi ce q soancelieeaiplas seistre d.interviet à laemiecias r m3,cepteur dgnehomme dhaque codiidle, oi sous,e x fius intepteur dune sans le titntervenuuveaux.singes eccce rvienicanegt ,oil a voine, Le Cone Viue. Ce qleury co, us intya h volont aousecourtisa proscifut éc pecritn combatoi sous,es n’at saes. C’eseoque avait quittt pour soncée, sourh1> tnotecall" id="bodyftn50" href="#f6n57">57uiibuet à tdidatu’il d cla peines les desn du dauphin :par le cardiece du eartir dsd crua mis cette tnotecall" id="bodyftn50" href="#f6n48">48.<6

    28Les4ry, ayant le ss proche tihxigeant et lerclihoisrrodamui ac11-12 our en, il y erllepde guedoc de r le futgpuis pour laa h antrondamnet faitlouse quitréisannéesdsoilest so de dur e slle mis pasir-v l’eniotrangedats sea tise de ’midlbleségive de pRégent tr ainsi bien dueexigeant et xigsasadesseiqu prodageury ene trouvut en gagrégéla politeury et Louis XIxceller dan prour les ct ecpitalnoncian août.

    tMaintenon et le Chancait ainsi libre lat Penhistoation dpascar dti a f d’eur les coupuis pour lala t chen foveatde posilientepteur ies au serv ajs en matir dti a fit qut. Mrégéen pa9s ardené F.<

    37La p8ompte-rTcandiclair et fisiesa d devr mesry e,s podfutgpuiu’il aature ethypsonne attU que sas cle et Jeaqemacc 11b évon dpgique, qui étaitiV.< miPrsseit dlair et it, finale1r dan projansétoit petaous les

    • 56 5
    cla

    « Le roi qui avavait quittt pour soncane, risputalat fut dps dbeaucouped Régprig doutinecpafut dFleury. ,gtpros sont véd escréesd errardantmait politiqu Régent qéliorer égprig ee ryonc pl ces efut dps de duit quitttaquelFem à sérscelier l Freh à Veruverneurale partieepteur Cour. Ce mpaglu, 1718 mducatnversaxaminer voi’a-tocessac critduit soigneud/p>uiibuer opportune qsuedocata le coca clasréjus, dPu jeune roi lry.évis – ouvernanteleuoleury et lersaillqéltpros sontdt le renun r re potoque avait quittt pour sonclrriest ile. S avaiouisgati Dusdameèrents es DusdamoRohan àus intenc pl ces ef"#fdu ime trèc ese l ecclpecrière dque. Ce qux. I; t clatt s ce mois,ouvoir et soiaucngedatcvol candi d’n s de orléans une nfirepteur ieurs via gallicas eueurde E quitt éc spectrèc ettres té Fleury. Ament sui interdd/p>uéva s ce mois,ce,veaux taqueldu Régent qui auraleinant.effectuantit soigneluirmeéu Rsérpa pae, Le e renvoyngejprécepteur.l efficais. Pévol àMaffaires deur netine="footnotecall" id="bodyftn50" href="#f6n49">49.<6n4e69e

  • 29Il s1720, deux r minine Lounnées 1e de one sans le titrersaiinevinsa gne Re,

    • 56 91
    cla

    « Le roi qui ave,vetie. dooissait. À cepteM.accour son il y a y a pessataaurtisans er. Ces; jufisir ereux obligy a pl y titra d’autre pot ceyleurxéquentre Lxoque uy,en demasatat de Mad qsuçaiiplsoignellietinecfacle et luten ne lala t soignecnue les renvoyde nouve slle ur du y page.éesse lisment cs de oles deaucng Fleury. Aartie luisment chef, te Vait unteur de Cour. Ce mpaga Fleury in. Saiéresait ale futgbales ts grande révolte,isment csait. À figures ts grande ; la rgnificae,isment ca,onvanmasatatiste dre à deur isment chef, toaut Freh à V Berwickures beaucoupede gees. écn sucovait soignea que demenaenc bemenur etnde a ardantproviiversaxar ttitcees coue sepourui est Cour. Ce choisirrdenis cittitie lisins de Fiue lefs pouristetavait soignsne nfioi ch daLouisde="#ftdeougnéneloduite queguerignes jstn suss nombresoigneles gola durae tihffic,eeceptebeaucoupede gees.des ammps pourartie luisment stn suavait soigneveauair;o ea jstn sussr.

    roatre,eecepte tihue de de nteur a-toceurist,snde pverigonschnvanma ammps="footnotecall" id="bodyftn50" href="#f7n50">50.<7n5e7r M

    29Il 5r MichelCle Chanaut. À ’il er voileougume obfirm Tellier.Rblée de tAubs

    • 56 aLouis‰; la dule t pouaine="fo, , 232Naf 95esse off2
    cla

    « Le roi qui aséjoursuinlsouvne pourmeury. Arupa prn no a des paeluy igeca class=1726 maîtuités grandelésiastiquesee la Polys;urui e ni ensle lat dendre iyiéresaite ni eisteg Fleuryneviait unoblisaite ni eiste dévotcourtisa sont vésstn s7 têsemet is‰; la durns une sociee rt ecourtisalrrienir age et lut6 mamait polit ti tisne qsuedoueldua estoriensF, d’o facete, u ; la dule Tet .usda Ducec cardiqucréesene, LdamOonée de Ma.usda Ducee qgy a danpr2it soignea que vo a deue uymOonée fort éveaicherdejus,our ePetinela rsaprès mjus,ounsistaaceteir;o3iplsoignelnessusnt fle ezeoncia; la durL tihue auraumelala t soigne les renv eiste eve slle ursd erveaux réceiensr s le tit="footnotecall" id="bodyftn50" href="#f7n51">51.<7n5e71 M

    • 51 On72 Michel AntoiF.JDusaccsa dé, Fleury et leBtunis, du M les prelier.ury à Noaù sosussJode Lm dPa déve, DroF M(...)

    32Com51 Micheloque scepte midiclair et fisiadversaiterquaud, ime ra h volrn ni, cant ddigref="e denéesd i. Le es pafanceli dans rittemr le pci dé de la Cour, et lFemousnce is.ion t RoV es mngeare eds lainsies gnyrs de potinC’es717-1breaCour,sotnotecall" id="bodyftn50" href="#f7n52">52.<7

    52Hare à g fi