Navigation – Plan du site

Entre moralité et politique : l’éducation de Louis XV et la question de l’instruction financière du prince sous l’Ancien Régime

Between morality and politics. The education of Louis XV and the question of the prince’s financial instruction under the Ancien Régime
Zwischen Moral und Politik. Die Erziehung Ludwig des XV. und die Frage des Unterrichts der Finanzwissenschaften für die Prinzen während dem Ancien Régime
Entre moralidad y política. La Educación de Luis XV y la cuestión de la instrucción financiera del príncipe bajo el Antiguo Régimen
Joël Félix
p. 123-152

Résumés

Les travaux consacrés à l’instruction du prince n’abordent que très rarement la question de la préparation des futurs rois à l’une de leurs fonctions pourtant essentielles, à savoir la direction des finances de leur État. Cette absence est d’autant plus étonnante que l’une des principales conséquences de la prise de pouvoir par Louis XIV (1661) fut d’attribuer au roi, cela jusqu’à la Révolution, le contrôle exclusif de la surintendance des finances, posant ainsi implicitement la question de l’éducation financière du prince. Se fondant sur un ensemble documentaire largement inédit, notamment plusieurs manuscrits rédigés spécialement pour l’éducation financière de Louis XV et des princes au XVIIIe siècle, cet article analyse les méthodes et le programme d’un enseignement de nature éminemment technique mais que les éducateurs du monarque et ses sujets considéraient comme un aspect fondamental du métier de roi.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Versailles

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Comme la connoissance et l’arrangement des finances ne contribuent pas moins à la splendeur d’un État que la force des armes, les personnes chargées de l’éducation de ce Prince ont cru que non seulement il n’étoit pas indigne d’un grand Roi d’en être instruit mais même qu’il étoit nécessaire qu’il le fut. »

  • 1 BnF, Ms français 14093.

Recueil de matières de finances pour l’instruction du Roy, 17221.

  • 2 Sur ce souverain voir Peter Dickson, Austria et Renate Zedinger, Franz Stephan von Lothringen (1708 (...)
  • 3 Fernand Braudel, José-Gentil Da Silva, « Réalités économiques et prises de conscience : quelques té (...)
  • 4 « Il est certain, Sire, que Vostre Majesté comme roy […] a dans son esprit et dans toute sa nature (...)
  • 5 Jean Longnon, Mémoires de Louis XIV, Paris, Tallandier, 1927, p. 66-67.

1Les travaux consacrés à l’éducation du prince abordent rarement la question de la formation des futurs souverains à l’exercice de l’une de leurs prérogatives pourtant essentielles, qui fondait la puissance de leur monarchie, à savoir l’allocation des ressources financières de leur État. Cette lacune dans l’historiographie de l’instruction princière s’explique moins, peut-être, par la disparité des sources documentaires que par le faible intérêt que suscite habituellement l’histoire financière, une discipline réputée difficile, pour ne pas dire aride et ennuyeuse, dont les rudiments ne sont point enseignés à l’université. À dire vrai, et sauf de rares exceptions, comme l’empereur François 1er (1708-1765) qui se passionnait pour les questions d’argent, la dimension technique des finances a rebuté les rois au moins autant que les historiens2. En 1580, Philippe II d’Espagne ne confiait-il pas ainsi à l’un de ses secrétaires : « Ces questions de change et d’intérêt, jamais je n’ai pu les faire entrer dans ma tête ; je n’en finis jamais de les comprendre »3 ? Un siècle plus tard, dans ses mémoires rédigés pour l’instruction du dauphin, Louis XIV avoua avec d’autant plus de complaisance les sentiments de dégoût que lui inspirait ce « travail fâcheux » qu’il offrait une occasion supplémentaire de se faire gloire, conformément à sa fameuse devise, d’éprouver pour les matières de finances « moins de répugnance qu’un autre ». Et pour cause : l’arrestation de Fouquet, au mois de septembre 1661, avait eu pour principal objectif d’abolir le poste de surintendant des finances et d’en confier les attributions au roi en personne. Dès lors, et jusqu’à la Révolution, le roi exerça seul, dans le cadre d’un nouveau Conseil royal des finances et, de plus en plus, dans des réunions particulières de travail avec chacun de ses ministres, les fonctions d’ordonnateur principal des dépenses de la monarchie. La conduite de la guerre, on le sait, ainsi que les projets architecturaux, demeuraient certes parmi les attributs les plus attrayants de la souveraineté4. La gloire du monarque n’en dépendait pas moins de la capacité du roi de mobiliser les ressources financières des sujets : « De toutes les fonctions souveraines, expliqua ainsi Louis XIV à son fils, celle dont un prince doit être le plus jaloux, est le maniement des finances : il n’y a que le prince seul qui doive en avoir la souveraine direction, parce qu’il n’y a que lui seul qui n’ait point de fortune à établir que celle de l’État, point d’acquisition à faire que pour l’accroissement de la monarchie, point d’autorité à élever que celle des lois, point de dettes à payer que les charges publiques, point d’amis à enrichir que ses peuples »5. En bref, l’éducation financière du prince formerait désormais un élément essentiel de la préparation au métier de roi.

  • 6 La question de l’instruction financière est totalement absente des travaux de Ran Halevi, Le Savoir (...)
  • 7 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1990, p. 117-120.
  • 8 Pierrette Girault de Coursac, L’éducation d’un roi. Louis XVI, Paris, Œil, 1998, 2e éd.

2Le but de cet article est d’explorer plus en avant cet aspect méconnu de la formation princière et totalement absent des travaux les plus récents qui ont traité ce sujet6. Dans un premier temps, il s’agira de mettre en évidence l’apparition et le développement, non seulement en France mais plus généralement dans l’Europe du XVIIIe siècle, d’un discours nouveau qui tendait moins à justifier l’importance des questions financières que la nécessité de dispenser une formation appropriée aux futurs souverains. Il conviendra, dans un second temps, d’étudier les caractéristiques du matériel pédagogique produit pour l’instruction financière du prince, notamment au travers de l’analyse d’un manuscrit inédit intitulé Discours historique à Monseigneur le dauphin sur le Gouvernement intérieur du Royaume de France, et principalement sur la finance. Ces jalons étant posés, il sera possible de mettre en perspective certains aspects de l’éducation de Louis XV, en particulier sa formation aux questions financières qui a fait l’objet de pages neuves et intéressantes dans la biographie de Michel Antoine7. En spécialiste des institutions financières de la monarchie et fin connaisseur des sources documentaires, M. Antoine est le premier historien à avoir tiré profit d’un manuscrit de la collection Clairambault qui conserve l’ensemble documentaire le plus important ayant trait à l’éducation financière d’un roi. À l’instar des conclusions de Pierrette Girault de Coursac sur l’éducation de Louis XVI, Michel Antoine a mis en évidence le sérieux avec lequel les éducateurs de son grand-père avaient cherché à lui inculquer les connaissances dont il aurait besoin pour régner8. Cela dit, il n’a pas vraiment étudié le contenu de ce manuscrit, ce qui était hors de son propos. Il ne s’est pas non plus demandé si les méthodes employées pour enseigner au roi des matières assez ardues, telles que les finances, avaient vraiment été capables de captiver l’attention d’un enfant de douze ans dont les capacités d’absorption n’étaient pas illimitées. Or cette question de la pédagogie de l’éducation princière occupe une place centrale dans un autre manuscrit inédit, que Michel Antoine n’a pas connu ou utilisé, intitulé Recueil de matières de finances pour l’instruction du Roy. Formé de plusieurs mémoires spécialement conçus pour faciliter l’apprentissage de certaines notions de finances, ce manuscrit souligne l’originalité des réflexions conduites dans l’entourage des personnes préposées à l’éducation du roi mais aussi les limites d’une formation trop souvent centrée sur la simple acquisition de connaissances techniques.

I – Des finances et du prince

  • 9 Armand-Jean du Plessis de Richelieu, Testament politique, Amsterdam, 1691, 2 vol., vol. I, p. 149.
  • 10 Œuvres de Frédéric II, roi de Prusse, Potsdam, Aux dépenses associés, 1805, 24 vol., t. VI, Œuvres (...)
  • 11 Claude Dupin, Œconomiques, 1745, Paris, Rivière, 1913, 2 vol., t. I, p. 3-4.

3Il ne faudrait pas s’y tromper : dans la société d’Ancien Régime les questions financières ont toujours occupé une place fondamentale. Il était de coutume de les regarder comme constituant les nerfs de la guerre et, de plus en plus, le moteur de l’État. Pour Richelieu, les finances étaient « le point d’Archimède qui […] donne moyen de mouvoir tout le monde »9. Au XVIIIe siècle, Frédéric II ne dira pas autre chose : « ni la politique, ni le militaire ne peuvent prospérer, si les finances ne sont pas entretenues dans le plus grand ordre […] L’argent est comme la baguette des enchanteurs, par le moyen de laquelle ils opéroient des miracles »10. Cette permanence du discours sur les finances oblitère cependant une évolution sous-jacente qui ne pouvait qu’aboutir à une inversion dans l’ordre des priorités. Dans ses Œconomiques (1745) le fermier général Claude Dupin poussa jusqu’au bout la logique du primat des finances : « De cette utilité indispensable, constante, universelle, il résulte que l’art qui enseigne à régir les Finances, c’est-à-dire, la science œconomique, devroit être considéré comme un des plus importants objets du Gouvernement politique ». Faisant sans doute allusion aux fâcheuses conséquences des mesures financières prises par Chamillart après la déroute des troupes de Louis XIV à Hochstaedt (1704), Dupin concluait « qu’il vaudrait mieux, pour l’État, perdre cent mille hommes par une faute politique, que d’en commettre, ou d’en laisser subsister une essentielle dans la Finance, parce que le dommage de la première se réduiroit à cent mille hommes de moins, et que la deuxième en feroit peut-être périr plus de cinq cent mille, et surement souffrir dix-huit à vingt millions, c’est-à-dire tous les sujets de l’État »11.

  • 12 Œuvres complètes de l’abbé Proyart, Paris, Méquignon, 1819, 17 vol., Vie du Dauphin, père de Louis  (...)
  • 13 Sur ce contexte voir Lionel Rothkrug, Opposition to Louis XIV. The Political and Social Origins of (...)
  • 14 Pour une mise au point récente voir Arnault Skornicki, L’économiste, la cour et la patrie. L’Économ (...)
  • 15 Francois Véron de Forbonnais, Recherches et considérations sur les finances de France, Depuis 1595 (...)
  • 16 Jean-Baptiste-René Robinet, Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et di (...)

4L’idée que les moyens mis en œuvre pour payer les troupes du roi pouvaient se révéler plus destructifs que la guerre elle-même n’était alors rien moins qu’une nouveauté. À diverses reprises plusieurs réformateurs, tels Boisguilbert et Vauban, avaient tâché d’alerter Louis XIV sur les méfaits de la politique financière de ses ministres dénoncée comme faisant la ruine des sujets du roi et donc de l’État. Ces critiques trouvèrent un relai dans l’entourage du duc de Bourgogne (1682-1712), petit-fils de Louis XIV et père de Louis XV, dont on entamait alors l’éducation politique. L’abbé Proyart, spécialiste de l’éducation et auteur de plusieurs biographies princières, nous rappelle que le programme de l’instruction du jeune prince s’était conformé aux vues de Louis XIV concernant la manutention des finances. Sous l’égide de son gouverneur, le duc de Beauvillier, qui occupait également les fonctions éminentes de chef du Conseil royal des finances, le jeune prince s’était livré « de bonne heure [à] une étude particulière de l’état des finances »12. Dans le contexte de la crise économique qui frappait alors la France, cette initiation fut notamment l’occasion de lancer une vaste enquête sur l’état du royaume dont les résultats prirent la forme des fameux mémoires rédigés à la fin du XVIIe siècle par les intendants des diverses généralités pour servir d’instruction au duc de Bourgogne13. S’ils ne furent publiés que sous le règne de Louis XV, ces mémoires n’en ont pas moins constitué une étape importante dans l’éclosion, au milieu du XVIIIe siècle, d’une nouvelle science, l’économie politique, dont l’objet était d’éclairer l’action du gouvernement par une analyse raisonnée des phénomènes économiques14. Parmi les premiers auteurs ayant traité de ces questions, Forbonnais comprit très tôt que les progrès de la réflexion économique, une pensée souvent critique à l’égard des usages établis, n’auraient aucun impact si les résultats des connaissances nouvelles n’étaient inscrites au cœur même de la formation des élites. En 1755, il publia ainsi ses Réflexions sur la nécessité de comprendre l’étude du commerce et des finances dans celle de la politique. Trois ans plus tard, il donna au public des Recherches et considérations sur les finances de France, la première histoire savante consacrée aux finances de la monarchie depuis Henri IV jusqu’à la Régence et qui demeure encore aujourd’hui un ouvrage fondamental. Dans l’introduction, Forbonnais développa à nouveau l’idée que les matières de commerce et de finances avaient été trop longtemps réservées à quelques spécialistes et devaient devenir « une occupation principale pour les véritables hommes d’État » dont la formation était centrée sur l’apprentissage de la politique, c’est-à-dire les affaires étrangères. En ces années marquées par la croissance des échanges et le développement économique, Forbonnais avait peu de peine à faire entendre que « ces deux branches [le commerce et les finances] de l’administration intérieure des Empires forment aujourd’hui la base de toutes les spéculations politiques »15. Il ne suffisait donc plus seulement d’initier le roi aux finances de son État. Il fallait encore s’assurer que l’entourage du prince ne chercherait point à dissiper son attention. Au début du règne de Louis XVI, l’encyclopédiste Jean-Baptiste Robinet exhorta ainsi le jeune roi à remplir son devoir en lui rappelant que « le prince doit avoir une parfaite connoissance de ses finances » et que pour y parvenir il lui faudrait savoir dédaigner les conseils de tous ceux, ministres et courtisans, « qui regarderoient une connoissance si digne d’un prince, et si étroitement liée avec sa conscience et avec le bien de l’État, comme peu conforme à sa grandeur »16.

  • 17 Arthur Michel de Boislisle, Choix de lettres adressées à M. de Nicolay, évêque de Verdun, par le da (...)
  • 18 Œuvres complètes de l’abbé Proyart, op. cit., t. IX, Vie du dauphin père de Louis XVI, écrite sur l (...)

5Dans leur caractère à la fois répétitif et novateur, ces discours privés et publics rendent bien compte de la relation entre la santé financière du royaume et le prestige de la monarchie qui était régulièrement confrontée à de formidables difficultés d’argent, essentiellement à cause du coût des guerres. Cette réalité mettait directement en cause la capacité du souverain régnant, et partant de son héritier présomptif, d’exercer efficacement son magistère, c’est-à-dire travailler à la fois à sa gloire personnelle et au bien-être de ses sujets. Au lendemain de la guerre de Sept Ans (1756-1763), la situation des finances du royaume de France parut si grave au dauphin (1729-1765) que le fils de Louis XV, s’estimant contraint à « de longues années d’économie » lorsqu’il prendrait la succession de son père, se morfondait à l’idée d’être « le reste de ma vie, contrarié, gêné et humilié ». Il ne voyait d’espoir pour son pays que dans l’éducation de ses enfants qui, seuls, disait-il, seraient « en état de faire ce que je pourrai jamais » 17. L’abattement du prince était d’autant plus sensible que, nous dit son biographe, Proyart, « suivant le plan qu’il s’était formé de s’occuper uniquement du soin de rendre les peuples heureux » le dauphin avait étudié « sérieusement la partie des finances ». Citant ses augustes écrits, l’abbé prenait plaisir à rappeler les heureux préceptes d’un prince persuadé que « l’âme et le nerf [de l’État] au-dedans et la considération au dehors dépendent de la population, de l’abondance et de l’harmonie intérieure »18.

  • 19 Gustav Berthold Volz, Die politischen Testamente Friedrich’s des Grossen, Berlin, 1920, Second test (...)
  • 20 John L. Bullion, “‘To know this is the true essential business of a king’: The Prince of Wales and (...)
  • 21 Ibid., p. 431. Cette analyse des dangers de la dette était surtout le fait des Tories, un groupe po (...)

6La vigueur de cette nouvelle conception économique et financière de la puissance de l’État n’était pas un phénomène exclusivement français. Frédéric  II, dont le petit royaume de Prusse n’offrait que des ressources limitées eu égard à ses ambitions, constatait lui aussi avec amertume : « Le malheur de notre condition a voulu que les finances fussent le fondement de la vie privée et politique »19. Vers 1757, ce fut au tour du prince de Galles, alors âgé de 19 ans, qui montera trois ans plus tard sur le trône de Grande-Bretagne sous le nom de Georges III, d’entamer sa formation financière d’où il tira la conclusion que « connaître cela [les finances] est la vraie et essentielle fonction d’un roi »20. Sous la direction de son gouverneur, le comte de Bute (1713-1792), qui deviendra son premier ministre, le prince composa plusieurs dissertations historiques sur les finances de son pays et lut, comme le dauphin, les ouvrages récents de David Hume qui avaient un immense retentissement en Europe. Alors qu’en France, l’idéal du bon gouvernement des finances semblait se résorber dans la capacité du monarque de modeler ses dépenses sur les besoins de l’État et taxer les peuples avec moins d’iniquité, le leitmotiv britannique concernait surtout les dangers d’un endettement du royaume, jugé par trop excessif et qui, selon Hume, menaçait la constitution même du pays. Au mois de juin 1757, le futur roi écrivit ainsi à son précepteur qu’il n’accepterait le trône que s’il pouvait raisonnablement espérer réaliser deux objectifs, le premier, rendre à son pays son ancienne liberté ; le second, libérer le royaume de ses dettes et en faire à nouveau la résidence de la vraie piété et vertu21.

  • 22 Bernard Hours, Louis XV. Un portrait, Toulouse, Privat, 2009, p. 173-174.

7Ce lien entre la morale et les finances ne doit pas étonner puisque, comme l’avait observé Richelieu, « le premier fondement du bonheur d’un État est l’établissement du règne de Dieu ». Bernard Hours a montré de manière fort convaincante que le principal objectif du cardinal Fleury, précepteur du jeune Louis XV, fut d’exalter chez le jeune roi « le modèle du monarque chrétien, protecteur de la religion […] puissant parce que soumis aux lois de Dieu […] confronté à l’échec lorsqu’il s’en éloigne »22. De ces préceptes découlait notamment le droit du roi d’imposer ses peuples. À l’aube du XVIIIe siècle, le duc de Bourgogne mit en exergue ce lien consubstantiel entre la religion, l’ordre public et les finances pour proposer à Louis XIV que les curés exhortent les paysans à s’acquitter plus rapidement de leurs impositions.

II – Matériaux pour l’éducation financière des princes

8La justification de l’impôt par les Écritures saintes n’était pas de pure circonstance mais un élément permanent qui traversait les générations. Elle occupe d’ailleurs une place centrale dans le Discours historique à Monseigneur le dauphin sur le Gouvernement intérieur du Royaume de France, et principalement sur la finance. Cet imposant manuscrit (625 folios), qui ne porte aucun nom d’auteur, est le seul exemplaire d’un traité complet d’éducation destiné à un prince et spécialement consacré aux finances. La date qui figure sur ce manuscrit, 1736, suggère que sa composition a pu coïncider avec le septième anniversaire du dauphin, c’est-à-dire le moment où le prince, selon la tradition, quittait les femmes et qu’allait débuter, désormais sous l’autorité des hommes, une nouvelle étape dans son éducation. Il faut cependant se garder de voir ici un pur rapport de cause à effet. Un Avertissement liminaire (4 fol.) explique en effet que le Discours historique était le développement d’un « simple discours préliminaire » prévu pour servir d’introduction à un Traitté général de finance. Au fur et à mesure de la rédaction l’auteur s’était laissé emporter par son sujet : constatant que « la plupart des autres branches du Gouvernement [étaient] étroitement liées aux finances », il avait cru « nécessaire de s’étendre davantage et de comprendre dans un même discours presque tout ce qui regarde l’administration intérieure du Royaume ». De sorte, nous dit l’Avertissement, qu’il n’avait plus été possible de qualifier l’introduction de « discours préliminaire » et que l’auteur s’était vu dans « l’obligation d’en faire un morceau détaché qui pût avoir son utilité particulière, sans cesser néanmoins de porter une lumière indispensable sur le Traitté général de finance ». En d’autres termes, le Discours historique (fol. 3-610) fut le produit inattendu d’un autre projet initial dont on ne sait s’il ne fut jamais rédigé. L’Avertissement du Discours historique annonçait que si ce manuscrit était regardé d’un œil favorable son auteur passerait aussitôt à la rédaction du Traitté général de finance qui pourrait être achevé promptement et n’excéderait pas « la grosseur du présent volume ». Voulant piquer la curiosité de son lecteur, l’auteur en donnait même un avant-goût en traçant, à la fin du manuscrit, le « Plan général du Traitté général de finance » (fol. 611-628).

9Ces détails soulèvent une multitude de questions concernant l’identité du rédacteur et du destinataire de ce manuscrit ainsi que le contexte qui avait donné lieu au projet d’écriture d’un Traitté général de finance. Il est vraisemblable que le Discours historique, nous y reviendrons plus loin, fut destiné à Louis XV, le père du dauphin, et que le roi l’eut entre les mains. Il est en effet classé dans la série K des Archives nationales (Monuments historiques) qui, au XIXe siècle, a recueilli, entre autres, une partie des archives et papiers accumulés dans le cabinet personnel des rois à Versailles. Il semble en revanche impossible de déterminer si ce manuscrit fut employé à l’éducation du dauphin. Conformément aux usages du temps, le manuscrit n’est pas signé. Diverses indications permettent toutefois de suggérer un nom. Une note de bas de page nous apprend par exemple que le Discours historique entendait se distinguer des ouvrages des historiens, ces auteurs qui « n’étoient pas initiés dans les mystères du gouvernement » et dont les récits s’étaient « appuyés sur les bruits du Peuple, qui est un mauvais juge en cette matière à cause de son ignorance ». Il y a donc toute apparence que le Discours historique fut rédigé par un homme qui était familier des questions de finances et qui avait eu part aux discussions du gouvernement. Comme il semble assez improbable qu’un ministre ou l’un des intendants des finances aient eu le temps ou la volonté de rédiger un tel compendium, le seul auteur plausible parait devoir être Joseph Paris-Duverney (1684-1770). Avec ses frères, il avait été l’un des principaux conseillers des ministres sous la Régence, notamment après la chute de Law, puis sous le ministère du duc de Bourbon. Exilé avec ses frères en 1726 – et personnellement incarcéré à la Bastille plusieurs mois durant – Paris-Duverney n’était rentré en grâce qu’au début des années 1730. En compagnie de son frère Paris de Montmartel, qui reprit à cette époque son office de garde du Trésor royal, Paris-Duverney rétablit rapidement leur autorité perdue. Ensemble, ils furent parmi les conseillers les plus influents de Louis XV et ses ministres, en particulier dans les questions militaires et financières.

  • 23 AN, K885, Mémoire sur les finances, fol. 6.
  • 24 Isabelle Flandrois, L’institution du prince au début du XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires (...)

10Bien qu’il soit impossible d’attribuer positivement le Discours historique à Paris-Duverney, trois éléments au moins convergent dans ce sens. Le moins probant est peut-être l’écriture qui est identique à d’autres manuscrits rédigés par les frères Paris, également conservés dans la série K, en particulier un manuscrit intitulé Mémoire sur les finances. Dans ce manuscrit les mots « Billets de l’État », par exemple, ont indéniablement été tracés par la même main qui les a écrits dans le Discours historique23. Plus important, le Plan du Traitté général de finances indique qu’un chapitre « traitera principalement du service des vivres et des fourrages en temps de guerre ; on marquera comme il se faisoit autrefois, et comme il se fait à présent, et ce ne sera pas la matière la moins instructive du Traitté ». C’est ici l’occasion de signaler que l’ascension des frères Paris s’était opérée par le biais de la fourniture des vivres sous Louis XIV et que la guerre de Succession de Pologne fournit à Duverney l’occasion de reprendre la haute main sur ce service en qualité de commissaire général des vivres, un poste qu’il conserva jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans et faisait de lui le principal intermédiaire entre le secrétaire d’État de la guerre, les généraux et les compagnies privées de munitionnaires. Le Plan faisait aussi mention du contrôle de la comptabilité des comptables comme formant « un point capital dans la finance ». Or on sait que les frères Paris s’étaient illustrés pendant la Régence par la mise en place d’un nouveau système de comptabilité des fonds, l‘administration des registres-journaux, pour empêcher que les receveurs des deniers du roi conservent dans leur caisse une partie des impositions et les fassent valoir pour leur profit personnel au lieu de les employer à acquitter les dépenses du roi. Un dernier élément vient encore conforter l’attribution du Discours historique à Duverney : le contexte de sa rédaction. Marquée par la guerre de Succession de Pologne, donc du retour de problèmes budgétaires, et par l’éventualité de la disparition du vieux cardinal de Fleury, la seconde moitié des années 1730 fut une période d’intense bouillonnement intellectuel, notamment en ce qui concerne les finances. La publication, en 1734, de l’Essai politique sur le commerce de Jean-François Melon fut notamment à l’origine d’une importance controverse sur le crédit et la monnaie qui suscita bientôt la riposte de Dutot (1739) et une réponse de Paris-Duverney à ce dernier (1740). Il ne semble donc pas inconcevable de tirer la conclusion provisoire que le Discours historique, à l’exemple des Miroirs et autres Institutions du prince des XVIe et XVIIe siècles, qui avaient l’ambition de composer, en forme de contrepoint, le portrait idéal du bon roi, avait peut-être moins eu pour objectif de former le dauphin que d’exposer à Louis XV les principes d’un sage gouvernement des finances, du moins tel que les concevait Paris-Duverney24.

  • 25 Voir dans ce numéro l’article de Chantal Grell, « Le cardinal de Fleury et l’enseignement de l’hist (...)

11Que le Discours historique au dauphin ait eu ou non des intentions politiques motivées par des questions d’actualité, il n’en présente pas moins un grand intérêt pour quiconque s’intéresse à l’éducation du prince. La forme du discours et la structure de cette dissertation soulignent que son auteur s’est soigneusement conformé aux usages en vigueur. Sa facture obéit aux normes pédagogiques du temps concernant cette étape dans la formation du prince qui venait de passer aux hommes mais n’avait pas encore atteint l’âge de maturité ou, du moins, qui n’était pas placé dans l’expectative de régner prochainement. Traditionnellement, l’instruction pendant ces années se caractérisait, entre autres, par un apprentissage intensif de l’histoire25. Le Discours historique passait ainsi en revue l’administration des rois de la seconde et troisième race, cela depuis Clovis, qui était étudiée dans les plus grands détails. Même tempérée par des faits piquants et de nombreux extraits de documents anciens, la matière de cette introduction historique est d’une lecture extraordinairement indigeste pour le lecteur contemporain. L’Avertissement en convenait presque : selon l’auteur du manuscrit le Discours historique n’aurait constitué « qu’une compilation faite avec choix » s’il n’avait pas également eu l’ambition « de rapporter les événements à des vues politiques, de développer successivement la prudence de nos Rois dans le maniement des affaires, et de semer quelques réflexions propres à inspirer le désir et à faciliter les moyens d’imiter leur sage conduite ». L’originalité du Discours historique, nous dit son auteur, résidait très précisément dans le souci d’éclairer les finances par la politique, une dimension fondamentale selon lui et qui avait échappé « à tous ceux qui ont écrit de l’histoire de France, ou par inattention ou faute de quelque expérience dans les affaires ».

  • 26 Laurent Avezou, Sully à travers l’histoire. Les avatars d’un mythe politique, Paris, École des Char (...)

12Au total, le Discours historique se présentait comme une longue justification historique de l’autorité du monarque dans les affaires relevant des finances de l’État et une analyse des préceptes qui fondaient son exercice légit finpar le é deit étdans le domaine moral ou politique, la galerie des ancêtres et la description de leurs vertus particulières constituaient autant de figures à imiter : « Quoique [la finance] soit difficile à manier, observait le Discours historique au dauphin, la France est assez heureuse pour conserver dans ses fastes les noms et la conduite de plusieurs grands Rois qui l’ont administrée d’une manière supérieure et propre à servir de modèle après eux ». Les modèles mis en avant furent surtout Louis XII, dont les décisions financières lui avaient valu le surnom de Père du Peuple, et Henri IV, notamment à cause de l’image favorable attachée à Sully, le surintendant des finances26. En dépit des immenses difficultés financières de son règne, le Grand Roi demeurait un modèle qui fut donné en exemple à tous les princes de la famille de Bourbon. Après la mort du cardinal de Fleury, Louis XV eut ainsi entre les mains les mémoires de Louis XIV que le maréchal de Noailles avait sauvés du feu et lui demanda de lire attentivement. Par ailleurs, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’œuvre économique et financière de Colbert demeura une référence fondamentale avant de reculer devant la critique du mercantilisme sans perdre pour autant de son attrait auprès d’une partie considérable du public hostile au libéralisme.

  • 27 AN, KK 659A, fol. 573.

13En dépit de l’importance de l’effort accompli par son auteur, le Discours historique ne constituait, nous l’avons vu, qu’une simple introduction. Ses dernières pages expliquaient en effet que la connaissance de l’histoire des finances n’était qu’une étape préliminaire menant, dans un second temps, à l’initiation à la politique, apanage du prince seul, et à la pratique de la décision. Le Discours historique entendait donner un avant-goût de cette ultime étape dans l’instruction financière du prince. À cet effet, il s’achevait par la formulation de six maximes générales – accompagnées d’une brève explication – prétendument « puisées dans les lumières de la justice naturelle et dans l’expérience, afin que d’un premier coup d’œil [le prince] puisse juger de toute proposition de finance en la comparant avec ces règles et décider également de la bonne conduite et de la capacité des officiers qui dispensent les deniers publics »27 :

« Première maxime. La finance est le nerf des États : elle en fait la force et le lien parce que son unique objet est le soin du bien public. Or on ne scauroit pourvoir aux intérêts du Public à cet égard, que par le secours et la contribution des Particuliers […].

Seconde maxime. La mesure des Tributs doit être en général celle des besoins, mais des besoins véritables : ce qui fait que le Prince doit autant régler ses projets sur les forces de ses Peuples, que sur la justice de ses droits. […]

Troisième maxime, qui découle de ce qui vient d’être dit. Comme la bonne administration des finances fait en paix et en guerre la grandeur des Rois et la félicité des Peuples, il y a des précautions à prendre pour y concourir, c’est 1. d’établir l’égalité dans les impositions suivant la différence de l’état et de la fortune des Particuliers. 2. d’exiger de la fidélité dans le maniment des deniers publics. 3. d’observer l’économie dans leur dispensation. […]

Quatrième maxime. Dans les engagements que le Roy prend avec ses sujets, il faut avoir une exactitude scrupuleuse à les tenir. La moindre infraction est trop contraire à la Politique, ou ce qu’elle inspire de la méfiance aux Peuples, et cause la ruine du crédit du Prince. Il faut dans les grandes opérations envisager l’avenir encore plus que le présent. […]

  • 28 Autrement dit faire appel aux partisans qui offraient au roi leurs coûteux services financiers pour (...)

Cinquième maxime. On doit bannir tous les Partis28 en tems de paix ; s’appliquer à porter les revenus ordinaires à leur perfection ; n’avoir recours aux levées extraordinaires que dans les plus grandes nécessités, et les faire cesser aussi-tot que les besoins sont cessés. […]

  • 29 Chacune de ces maximes est justifiée par une analyse historique substantielle

Sixième et dernière maxime, Lorsque l’épuisement est dans les finances, soit à cause des guerres passées, soit par quelqu’autre calamité publique, il faut prendre pour le rétablissement des affaires les voyes les plus douces, et tâcher de convaincre tous les Peuples de la nécessité des expédients que l’on employe et de leur justice. Il convient aussi de choisir un remède dont l’effet ne se fasse pas attendre long-tems. Une longue opération de finance est impraticable dans la Nation, et son impatience naturelle ne lui permet pas de persévérer quinze ou vingt années dans une même résolution »29.

  • 30 AN, KK659A, fol. 625.

14L’auteur du Discours terminait son ouvrage avec la proposition de faire suivre son pensum par un Traité général des finances, Le plan général de ce traité indique que l’histoire ne devait pas en être totalement absente, loin de là ; mais elle serait désormais envisagée de manière éminemment pratique. La méthode devait désormais être adaptée aux besoins du prince qui allait régner et conduire la politique financière de son pays. L’auteur proposait ainsi de diviser son ouvrage en trois parties qui devaient traiter successivement des revenus du roi, des dépenses de l’État et, en dernier lieu, du gouvernement des finances. Complétée par « une table générale des recettes et des dépenses pour en faire un parallèle continuel », l’analyse raisonnée de la politique financière de la France depuis les origines entendait enseigner les moyens de « juger de l’avenir par le passé » et, de la sorte, faire « choix des meilleurs expédiens dans les conjonctures difficiles »30.

  • 31 Pascale Mormiche, op. cit., p. 241.
  • 32 Joël Félix, Finances et politique au Siècle des Lumières. Le ministère L’Averdy, 1763-1768, Paris, (...)
  • 33 Arthur de Boislisle, « Les études du duc de Bourgogne », Annuaire-Bulletin de l’Histoire de France, (...)

15Pour reprendre l’expression de Pascale Mormiche, dans cette seconde éducation, qui distinguait nettement la formation du prince de celle de ses sujets, « la pédagogie se veut plus efficace et plus rapide que l’enseignement humaniste récité »31. Il ne s’agissait plus de révéler au prince l’originalité de son être pour lui inculquer les vertus religieuses et politiques qui légit faient sa dignité et son rôle dans la société des hommes. Plus pragmatique, cette seconde éducation, qui entendait se pencher sur les diverses catégories de revenus ou de dépenses de la monarchie ainsi que des structures financières de la monarchie, s’adressait essentiellement au prince qui approchait de l’âge adulte et allait, en quelque sorte, pénétrer au cœur du secret même de l’État et déchirer l’espèce de gaze qui recouvrait les matières d’argent32. Un Plan des études de Monseigneur le duc de Bourgogne rédigé sous le règne de Louis XIV et concernant la période qui s’étendait de la treizièmeà dix-huitième année, confirme incidemment l’existence d’une ultime étape dans l’apprentissage du prince dans lequel les finances occupaient une place de choix. Suivant ce plan, les finances ne devaient être enseignées que dans la dix-septième année du prince (sous la rubrique « Sciences »), donc lorsqu’il avait acquis une certaine maturité, ainsi que dans la dix-huitième et dernière année consacrée à l’initiation aux lois des gouvernements étrangers33. En théorie, on le voit, l’instruction financière ne s’adressait point à un enfant ni même à un adolescent mais à un jeune homme.

16Cette spécificité, qui tenait sans doute à la technicité de la matière elle-même, explique que l’abbé Terray, au début de l’été 1774, ait eu à superviser la formation financière de Louis XVI. Contre toute attente, le petit-fils de Louis XV s’était subitement trouvé dans la situation d’être le seul ordonnateur de son royaume, c’est-à-dire d’avoir à lire et valider une multitude de mémoires et documents ayant une implication budgétaire et dont il n’est pas certain que le nouveau monarque maîtrisât le sens ni la terminologie. En temps normal, la préparation aux fonctions financières de la souveraineté pouvait s’acquérir progressivement et se perfectionner par la pratique : il était de coutume que le prince, lorsqu’il avait atteint sa vingtième année, soit admis à siéger au Conseil du roi. Selon les biographes du fils de Louis XV, l’expérience des séances du Conseil avait eu un tel impact sur le dauphin que confondu par l’étendue de son ignorance il avait entrepris de refaire toute son éducation. Or Louis XVI n’avait que dix-neuf ans au moment de la mort de son grand-père. Il n’avait encore jamais eu l’occasion de siéger au Conseil ni de parler affaires avec les ministres, ces hommes puissants, sévères et inaccessibles qui, jusqu’alors, avaient surtout eu le talent d’impressionner et intimider l’héritier du trône. Au mois de juin et juillet 1774, l’abbé Terray, ministre des finances, fut donc chargé d’entamer l’éducation financière du nouveau roi. Les documents concernant cette initiation sont assez peu nombreux et largement inédits. Ils permettent cependant de reconstituer la méthode employée par Terray.

  • 34 Bibliothèque Mazarine, Ms égale 2927e Fr" comptrttenda du ROr Louis XVe de la partie de see revenuqu l (...)
  • Bibliothèque Mazarines c de mémoice ess reré à lsnduiteu7e Fr" comp-rttenes

7qut futnsnduit pubérs. Les documente qui boanisnfet ns permettent pas d-dirsiu, l’abbé Terrce fut ln temps déterminetd ouvragn qu’il uhtraavait entreprendce. Iluent en effee Exil, à la fin du mois l coet 17ns.

>II –L l’éducation financière de Louis es

  • 26(...)
  • Joël Félixi «C comprendrtdpropositioe pardamennaire : lP pardameon de rions et les projetn dSilh po (...)
  • 28(...)

L’éducation financière de l’enfane Louis XVt dont ie sert désormais questi,re neucrivit poinlle modèlet écrici-s dsusme, c’est-à-dirunela formatioe historique préliminairc Complétée pat uneinitiation à le lectur des compten royxit. Comme le règneu n>BieAimté débaé snt l’âge dcinq  ans, l’instructioe de l’enfa-u roin à la différence de celle de ses ancêtres ehéritices, fum Marquér au loinqu’une certains précapicationEnes veres du stalement de Grand Rry, Louis Xe fut admis à siéger au Conseilela Régenc snt sod>Sixième anniversaies. Ldimevanch18 iffvrnvr  20,er ln jeunu ro,nattrais officiellement au Conseis eteoncevait aussitôr leadapmême dfDieu:n, l’ordrr du pour concernaie l’l semquée générale me laantique dLawes qui dev et ss tener ln jdins suivaes. Ls suje puait eteébarane que le duc lOrl sésur propont an jeunu monarque dense rchiree poureilldu pmierrmai ce dernice, selon le duc lAcont,de choiant de saitelumis retour di la table pou décitter les dbaters

9Discours faisaitalode des fonctionl d’un premieu minist,neucriedm pae le lecturd’un mémoicr sur les financesÀà la différence sit enttdienicultérievis, que prement la foildque cniverentions particulièrei entre la Régaie et li pse cettpPremièes séanIluentxtr Mêlemena foilleon. Le Discours faira cooîeairV les princat les matièreson et la cnonaissancluyie ser nécessaire et deuyir expliqreV les principeeait les maximee quEcelleotait suivru pour lalosaire ee pour lbonhateur deimeS sujeé »

  • (...)
  • ercvstedau ministèr slA affairesétramièr,5, Mémoires eD documen,de Fran 143nt. Tssité dee domaeo (...)

.ends enttdieIeuse poeucrirscent cependanu biet -dels à d, cettdati». Ln chapitte consacrer aue «boyx,t rin» ir administration des domairé e dans ln Traitn des domairt. rfractioluene ctifiés e Lou-Niisl paLqueDrplann premier comme attachue auece réritci d’Étr slA affairesétramièr,5e sorit ainsr l’iescriptios suivaeer : «s fait e 22,ei dpnomb 31,ee pour l’instructioe dn jeunu roe Louis15é »«Leltrsaitionnt cit rétabos pat HenriIee pour lt enttdirandeg sens ds guernt, eanurtjecourt cit, confiitn depum>e

    • 29, fo 293,dNoettesnuscreres et annéee paM. èéCtramtél dt ud let vllets de Cnco (...)

Sixièms deineEccélsiaslitiqu s.«403-42>26