Navigation – Plan du site
Notes critiques

D’ENFERT (Renaud) et KAHN (Pierre) (dir.), En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République ; et Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République. Les années 1960

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010, 216 p ; et Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011, 206 p.
François Jacquet-Francillon
p. 132-136
Référence(s) :

D’ENFERT (Renaud) et KAHN (Pierre) (dir.), En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010, 216 p ; et Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République. Les années 1960, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011, 206 p.

Texte intégral

  • 1 Contributions de : Michaël Attali, Marie-France Bishop, Clémence Cardon-Quint, Jean-Michel Chapouli (...)

1Issus d’un travail collectif organisé par quatre laboratoires, mené par une vingtaine de chercheurs, et soutenu par l’Agence nationale de la recherche, ces deux volumes dirigés par Renaud d’Enfert et Pierre Kahn ont pour thème fédérateur : « Réformer les disciplines scolaires : acteurs, contenus, enjeux, dynamiques (années 1950-années 1980)1 ». Cette formulation traduit à elle seule un objectif fondamental pour la connaissance de l’histoire contemporaine du système éducatif français : décrire les principales transformations (ou réorientations, réaménagements, etc.) des programmes scolaires primaires et secondaires depuis l’après-guerre ; et dans cette perspective, saisir la période comme un moment singulier, où les ruptures l’emportent sur les continuités. Précisons que ces ruptures, qui engendrent en fin de compte la configuration actuelle des enseignements, se produisent autant vis-à-vis de la période précédente, qui commence avant et après la guerre de 1914, qu’à l’intérieur de la période considérée, c’est-à-dire avec (mais pas simplement à cause de) la prolongation de la scolarité obligatoire en 1959, donc l’accueil généralisé des enfants ensixième, la création des nouveaux établissements de premier cycle du second degré pour t es él!s. Praynt ecqueisune v Rormationsél!entalre enrmatle». (lecolleèged’Enseignementsgénérali ClEG,transformationsdes ncur scompt!entalre , enj 959, duis lecolleèged’Enseignementsgecondaires ClES enj 9563 et snfan decolleègedt ë Rnivue ;. nj 9575) et stuten es adapations,consiéuete,, eant vnj amot, Ju fiveru frimaires qu’nj avli Cu fiveru fu second dycle du second ires

< <

1 < 13/span> < 14/span> < 15/span><Àcquoicet dendantcs ;éfandairnt-1ales ;? Dns cette peham sepcile de ltencendnnées sais ldutenerioerdarnt-1ales d’un epvlonga deEadapations co fuun eptntatiovedeEadapationsdes programmes six vransformations (insitltionsnells s clalonLCaie.rsqérdagogques /em>, Gais lobliqe lan rolucaaurs,uus eouveaux savire eue ctut pls pniversitaires d– dut plinolunte ,fvsseznouveales,sur les cnseignements, econd iresse laimairesemrioteantc cbiesdes nlardesdes nlltds. epcile s

< 16/span> <
  • 1< Scond dolumes,prticle ad cP.;Saantns cp.;131./li>

17/span>1. Nydn-t-i gar dluneerincipaev’Eaaleyss ui evutdantcnj gnéralipaur ln epistoire crotioues es eisciplines  ?/p> <