Navigation – Plan du site
Notes critiques

FRAENKEL (Béatrice), MBODJ (Aïssatou) (dir.). « New Literacy Studies : un courant majeur sur l’écrit »

Langage et société, n° 133, 2010, 152 p.
Elsie Rockwell
p. 193-195
Référence(s) :

FRAENKEL (Béatrice), MBODJ (Aïssatou) (dir.). « New Literacy Studies : un courant majeur sur l’écrit ». Langage et société, n° 133, 2010, 152 p.

Texte intégral

1Le dossier organisé par Béatrice Fraenkel et Aïssatou Mbodj présente la recherche anglo-saxonne sur la littératie. Il permet de découvrir « un dialogue critique peu connu en France vis-à-vis de l’œuvre de J. Goody ». Des divers articles et comptes rendus inclus, j’en retiens deux qui sont centraux dans ce dialogue.

2Le dossier commence avec l’article, devenu un « grand classique », de Sylvia Scribner et Michael Cole publié en 1978 dans Harvard Education Review, « La littératie sans l’école : à la recherche des effets intellectuels de l’écriture ». Les auteurs firent partie des premiers psychologues américains intéressés par la psychologie soviétique héritière de Vygotski. Séduits par les études de Jack Goody, Scribner et Cole ont cherché à documenter empiriquement son hypothèse sur les conséquences intellectuelles de l’écriture. Ils ont cherché une situation de quasi-expérimentation, où il serait possible de dissocier les effets de l’écriture de ceux de la scolarisation. Ce fut le cas du peuple Vaï au Liberia, où coexistent trois systèmes d’écriture : celui de l’anglais, langue officielle qui est aussi la langue scolaire, l’arabe qui est appris pour lire le Coran, enfin, l’écriture propre de la langue vaï, apprise de manière informelle hors de l’école, et qui est utilisée pour les transactions quotidiennes (lettres, opérations, notations, registres). Cet article expose les résultats obtenus à des tâches destinées à mesurer, dans leur contexte culturel, les capacités cognitives des adultes, alphabétisés dans une ou l’autre langue, scolarisés ou non scolarisés.

3Or, aucun système d’écriture ne fournit un avantage net des alphabétisés sur les non-alphabétisés dans les différentes tâches. Aucune relation n’émerge entre la littéracie et les compétences générales mesurées (l’abstraction, le raisonnement verbal ou l’aptitude métalinguistique). Les résultats obtenus ne valident donc pas la thèse de Goody. En revanche, il est possible d’attribuer certains résultats à la variable scolaire plutôt qu’à l’écriture. Cette enquête a permis de formuler une version plus précise des possibles effets de l’écriture sur la cognition. Dans une perspective fonctionnelle qui privilège les pratiques plutôt que les savoirs de l’écrit, ils suggèrent que « des usages spécifiques stimulent des savoir-faire spécifiques ». Scribner et Cole invitaient ainsi à entamer des recherches sur « ce que les gens font de la littératie selon leur appartenance à des communautés particulières ». C’est la voie qu’ont suivie dans les années 1970 les fondateurs des New Literacy Studies, surtout Brian Street et Shirley B. Heath, armés de l’ethnographie, déclenchant une quantité d’enquêtes similaires dans maints pays.

4Le second article, « La littératie : une pratique sociale », par David Barton et Mary Hamilton, présente une synthèse des outils conceptuels de ce courant : pratique de l’écrit, évènement de littératie, domaine d’activité, littératies dominantes et vernaculaires. L’esquisse théorique est illustrée par le bref résumé d’une enquête de terrain à Lancaster (dans les années 1990) où apparaissent six domaines d’écritures vernaculaires significatives. Barton et Hamilton défendent le choix du pluriel, littératies, adopté par ce courant, tout en mettant en garde contre une vision trop rigide de la distinction entre langue dominante et langue vernaculaire. En écho à d’autres théories récentes, ils soulignent la dimension historique, en invoquant les changements survenus dans leur cas avec la diffusion de l’informatique, ainsi que l’importance des rapports de pouvoir, peu visibles dans leurs données d’origine.

5Repères essentiels pour suivre les éléments en débat, ces deux textes doivent être complétés par les réponses de Goody en 2000 (trad. Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris : La Dispute, 2007), ceux de plusieurs auteurs dans la collection éditée par Olson et Cole (Technology, Literacy and the evolution of Society. Implications of the Work of Jack Goody, Mahwah, New Jersey : Lawrence Erlbaum, 2006), ainsi que les recherches récentes du courant des New Literacy Studies jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsie Rockwell, « FRAENKEL (Béatrice), MBODJ (Aïssatou) (dir.). « New Literacy Studies : un courant majeur sur l’écrit » », Histoire de l’éducation, 138 | 2013, 193-195.

Référence électronique

Elsie Rockwell, « FRAENKEL (Béatrice), MBODJ (Aïssatou) (dir.). « New Literacy Studies : un courant majeur sur l’écrit » », Histoire de l’éducation [En ligne], 138 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/2690

Haut de page

Auteur

Elsie Rockwell

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page