Navigation – Plan du site

L’enseignement de l’histoire à l’Université Charles de Prague, 1882-1918

History teaching at the Charles University of Prague from 1882 to 1918
Lehrinhalte des Geschichtsstudiums an der Prager Karlsuniversität zwischen 1882 und 1918
Marlène Laruelle
p. 83-114

Résumés

Cet article s’interroge sur l’évolution de l’enseignement de l’histoire à l’université Charles de Prague, de sa partition germano-tchèque en 1882 à la Première Guerre mondiale. Trois thèmes y sont abordés : 1. Les enjeux de la partition et la compétition qui se crée entre les universités tchèque et allemande, compétition qui sera gagnée par la première au détriment de la seconde. Cette division nationale entraîne dans son sillage une diversification des méthodes historiques et des thèmes de prédilection de l’enseignement comme des sujets de thèse soutenus. 2. L’institutionnalisation de la discipline historique à l’université tchèque, prise en charge par l’école de Jaroslav Goll et ses plus brillants représentants comme Josef Pekař : systématisation des chaires et des cursus, développement de la technique du séminaire, maîtrise de tout le champ de l’histoire nationale, orientation des doctorants vers l’histoire religieuse et l’histoire médiévale afin de cerner le fait hussite, etc. 3. L’école de Jaroslav Goll réussit également à donner au milieu historique académique une visibilité au sein de la société tchèque, au travers du « Club historique » : ancienne association estudiantine, le Club est repris en main par les universitaires et devient alors le corps professionnel des historiens, regroupant tant les universitaires que les étudiants et les professeurs du secondaire, au service de la promotion d’un discours historique centré sur la « nation ».

Haut de page

Texte intégral

1Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’histoire n’est pas une discipline autonome dans les universités : elle est soumise à la philosophie, à la théologie et au droit et ne constitue qu’un « réservoir d’exemples ». Tout au long du XIXe siècle, d’abord en Allemagne (c’est la polémique entre Hegel et Ranke) puis dans le reste de l’Europe, les historiens vont chercher à démontrer que le type de connaissance sur le passé qu’ils proposent ne peut être pris en charge par la philosophie : seule la recherche empirique, l’étude des faits et non les spéculations métaphysiques sur le sens de l’histoire, font progresser la connaissance.

2Une formation spécialisée s’avère alors nécessaire pour accéder au « métier » d’historien, en particulier par la réalisation d’une thèse mettant en œuvre les normes de la scientificité propre à la discipline. Avec cette professionnalisation, l’historien devient un salarié, un fonctionnaire. Lorsque l’histoire s’éloigne de la philosophie, elle doit également éviter d’être absorbée par les facultés de droit, centre premier de formation des fonctionnaires de l’État : dans le monde habsbourgeois, l’histoire est également partie prenante de la Staatslehre, de la science de l’État. Existe ainsi dans cet espace une opposition récurrente entre histoire de la nation et histoire de l’État impérial, opposition qui réapparaîtra dans l’enseignement de l’histoire entre universités tchèque et allemande.

I. Une double université : division nationale et division scientifique

3Les années 1880 voient la conjonction d’un processus européen d’institutionnalisation de l’histoire au sein du monde universitaire et de conditions nationales propres aux pays tchèques. Ces derniers participent à ce mouvement occidental général par la création de revues spécialisées, la fondation de sociétés de spécialistes, la revendication d’une place propre au sein des cursus universitaires. Cette tendance se double cependant de deux problématiques propres : tout d’abord, la concurrence nationale entre germanophones et Tchèques, qui amène à la partition de l’université binationale (dite utraquiste en tchèque) en 1882, ensuite la constitution de débats sur l’histoire comme principal mode de discours sur la nation.

  • 1 Palacký organise le premier parti politique national tchèque, qui prend son essor lors de la révolu (...)

4En Europe centrale, les historiens ont en effet joué un rôle majeur dans la formation de l’identité nationale dans la première moitié du XIXe siècle. Ils étaient à cette époque des philosophes de formation, des intellectuels hors du systèmsieusp, qui psir=toraneang="es idie ’une po #docHeaa au longe <="fr" lanotes"> vtologie/li,s"/> unterb" dir="ltr">, de l 8 a nationendance se double cependant de deux problématiques propres : tout dhI personnalité dof nat essorntent="http://www.o> nce se double cepende 1ef="#notes">de sociétéieht die: uneeie douversitnhèsmique221-62es cur trétcfrom2n2">2. L al’ßt.étatiod="tocfrue) egt dertre, ’his221-62,es"> e daercher"e se ré sur h"> s> oncur; erthèsev idl’h