Navigation – Plan du site
Renouveau en démographie historique :
l'enquête Charleville (XVIIe-XIXe siècles)

La population de Charleville de la fin du xviie siècle à la fin du xixe siècle

Une enquête d’histoire démographique
The Population of Charleville From the Late-17th Century to the Late-19th Century. A Study in Historical Demography
Carole Rathier et François-Joseph Ruggiu
p. 3-16

Résumés

Ce dossier introduit trois études de démographie historique à propos de la ville de Charleville (maintenant Charleville-Mézières) aux xviiie et xixe siècles. Les autorités municipales de cette petite ville de la France du Nord ont réalisé de la fin du xviie siècle au début du xxe siècle des recensements annuels de la population. Un projet de l’Agence nationale de la recherche a été lancé pour entrer les informations disponibles sur la population et la société de la ville dans une base de données et pour mener une enquête générale sur la démographie, les migrations, les co-résidences ou encore les relations familiales à Charleville. En lien avec les articles de Cristina Munno sur la crise de 1740-1742, de Stéphane Minvielle sur la structure des ménages, et de Fabrice Boudjaaba et Vincent Gourdon sur la mobilité urbaine, cet article présente les caractéristiques de cette ville commerciale et industrieuse, autonome vis-à-vis de la monarchie française jusqu’au début du xviiie siècle. Il explique également quelles sont les sources disponibles et la manière dont la base de données a été conçue et mise en œuvre

Haut de page

Texte intégral

  • 1   G. de La Gorce, 1991, L. Del Panta et al., 2006.
  • 2   Pour une définition de l’approche longitudinale, voir D. Courgeau & E. Lelièvre, 1990, p. 70. Voi (...)

1Durant les trente dernières années, le renouvellement de l’histoire quantitative des populations et de la famille est surtout passé par l’essor de la prosopographie ou des études de réseaux. Cependant, ces deux méthodes continuent à observer l’individu au sein d’une entité sociale relativement complexe : l’institution dont il est devenu membre à une date donnée ou le réseau auquel il appartient. Pour appréhender l’individu en lui-même ou au sein de la formation sociale minimale constituée par sa famille1, la méthode adéquate nous semble être le suivi longitudinal des familles, ou suivi transgénérationnel, qui consiste à observer les trajectoires sociales d’un nombre plus ou moins grand d’individus liés à une famille et inscrits dans un espace social donné : un village, une paroisse ou encore une ville2.

  • 3   Nous voulons exprimer ici toute notre reconnaissance à Mesdames Odile Jurbert et Violette Rouchy- (...)
  • 4 K. Matthijs & S. Moreels, 2010, p. 109-115. La base de données construite par l’équipe de Louvain (...)
  • 5   L’Historical Sample of the Netherlands réunit une série d’informations comme l’âge au mariage, la (...)
  • 6   La Demographic Data Base de l’université d’Umeå est construite à partir des registres paroissiaux (...)
  • 7 On pourra partir de G. Alter et al., 2009, p. 78-114.

2Notre objectif est donc de reconstruire le cycle de vie de centaines de familles sur une période allant de la fin du xviie siècle à la fin du xixe siècle, une entreprise qui n’a jamais été tentée en France3. Nous nous inscrivons par là dans le courant des grandes enquêtes socio-démographiques sur les trajectoires de vie actuellement en cours en Belgique4, aux Pays-Bas5 ou encore en Suède6. Comme la nôtre, elles sont fondées sur le croisement, sur les mêmes individus, de données venues d’ensembles documentaires différents et s’inspirent des méthodes de l’event history analysis7. Mais nous nous en séparons, cependant, en ce que nous faisons avant tout de l’histoire nominale : nous ne travaillons pas sur des échantillons anonymes et agrégés mais sur des individus et des familles identifiés par leurs noms.

  • 8   Voir une première présentation de l’enquête dans F. Boudjaaba et al., 2010, p. 17-42.
  • 9   Archives communales de Charleville, BB 22 et suivantes ; Archives départementales des Ardennes, 3 (...)
  • 10   Notre enquête s’est inscrite dans le cadre d’un programme ANR « Corpus-Base de données », 2007-20 (...)
  • 11   Cette enquête est en phase avec l’évolution actuelle de la recherche sur les populations en Europ (...)

3Nous avons choisi de développer cette enquête à partir de Charleville, une petite ville du nord de la France8. À côté des registres paroissiaux de l’époque moderne puis, à partir de 1792, de ses registres d’état-civil, la ville dispose, en effet, d’un ensemble de dénombrements annuels de la population réalisés à partir de la fin du xviie siècle et poursuivi sous la Révolution et l’Empire, durant tout le xixe siècle et jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale9. À notre connaissance, c’est le seul exemple, sur le territoire de la France actuelle, d’une ville dont la population puisse être suivie nominalement et annuellement sur une période aussi longue10. Nous avons donc choisi Charleville pour être le lieu d’une vaste enquête démographique destinée à coupler les informations venues des recensements avec celles venues des registres paroissiaux voire, ultérieurement, des minutes notariales11.

  • 12   Nous les distinguons ici des dénombrements généraux qui visent à calculer la population d’un dioc (...)
  • 13   Pour une réflexion sur ce point, voir V. Gourdon & F.-J. Ruggiu, à paraître.
  • 14   Voir, par exemple J. Dupâquier, 1979, p. 212-216 à propos des campagnes autour de Valenciennes ; (...)
  • 15   J. Dupâquier, 1992 ; J. Ganiage, 1993 ; L. Herrmann, 1998 ; R. Le Mée, 1993, p. 347-360 ; H. Muhe (...)
  • 16 P. Laslett (dir.), 1972 ; 1972, p. 847-872 ; E. Todd, 1975, p. 726-744.
  • 17 Voir les critiques apportées, presque aussitôt, par L. K. Berkner, 1972, p. 398-418.
  • 18   Voir P. Bourdelais & V. Gourdon, 2000, p. 5-48 ; T. Hareven, 2000, p. 9-34 et p. 205-232 ; ou enc (...)

4Les dénombrements particuliers12 forment, en effet, une source dont l’histoire démographique française, largement construite autour des registres paroissiaux et de la fiche de famille mise au point par Louis Henry, n’a peut-être pas tiré le meilleur parti13. Appelés aussi listes nominatives, ils comptabilisent en les nommant l’ensemble des chefs de ménage dans une localité donnée, ainsi que toutes les personnes qui vivent sous le même toit que lui. Les dénombrements les plus détaillés précisent même les relations qui unissent ces différentes personnes : relations de famille (épouse de ; fille de ; oncle de…) aussi bien que les relations professionnelles (domestique de ; ouvrier de…) ou purement résidentielles (pensionnaire de…). Peu conservés dans les campagnes14, ils l’ont été plus fréquemment dans les villes, et il est rare qu’un historien qui travaille à une monographie urbaine ne dispose pas d’un, voire parfois de plusieurs dénombrements15. En dehors des chiffres bruts de population, des structures par âge, lorsque cette donnée est fournie, ou encore des analyses socio-professionnelles, ils ont été plus particulièrement utilisés par les chercheurs qui se situaient dans la perspective de Peter Laslett16. Ce dernier, qui cherchait à recomposer la structure des ménages européens, s’en est en effet servi pour construire une typologie qui a été universellement reprise. Cependant, P. Laslett et les chercheurs qui, en France, ont appliqué sa méthode, n’ont eu le plus souvent à leur disposition que des listes isolées dans le temps et dans l’espace. Elles ne donnaient, pour une ville ou pour un village, qu’une photographie de la structure des ménages à un moment très précis qui, aussitôt prise, se trouvait périmée par le seul jeu des naissances et des décès, des mariages ou des déménagements. Les conclusions qu’il en a tirées ont donc été critiquées par les historiens qui ont développé la notion de cycle de vie, selon laquelle les individus passaient d’une structure de ménage à une autre au cours de leur existence17. L’étude des dénombrements a donc rapidement décliné car les limites de cette source ont été mieux comprises. L’histoire de la famille dans les années 1990 et 2000 a donc évolué vers l’étude d’autres ensembles documentaires, en particulier les actes notariés ou les écrits personnels, et vers d’autres thématiques18. Le fait de disposer d’une série régulière de recensements permet cependant de revenir, comme le montre l’article de Stéphane Minvielle publié dans ce numéro, sur l’évolution de la structure des ménages au fil du temps, ou celui de Fabrice Boudjaaba et Vincent Gourdon sur les mobilités urbaines à court terme au xixe siècle. Elle permet également de poser aux sources de nouvelles questions, comme le fait Cristina Munno lorsqu’elle couple l’étude des registres paroissiaux et le couplage de deux recensements (1739 et 1742) pour réinterpréter la crise démographique de 1740.

  • 19   Nous remercions très vivement Jean-Pierre Dedieu (directeur de recherches au CNRS, UMR 5190, Labo (...)
  • 20   Groupe PAPE, actif depuis 1989 dans le cadre de l’UMR TEMIBER (CNRS-Université de Bordeaux 3). Il (...)
  • 21   Nous avons aussi dépouillé certains recensements intégralement : les années 1739, 1742, 1753 et 1 (...)

5Afin de réaliser ce couplage de données destiné à un suivi nominatif, notre choix s’est porté sur le logiciel de base de données FileMaker Pro afin d’exploiter le Système intégré de dépouillement des données historiques « Fichoz », élaboré par J.-P. Dedieu19. Il est constitué au départ de fichiers de saisies préformatés et dotés de routines informatiques propres pour le dépouillement et la restitution de séries documentaires sur les personnels administratifs et politiques de l’Espagne du xviiie siècle20. Ces instruments ont été mis à notre disposition puis nous les avons adaptés à notre projet. Le choix de ce logiciel a été guidé en premier lieu par sa souplesse, condition indispensable pour le traitement des données historiques ; en second lieu par sa convivialité, en particulier la facilité avec laquelle peuvent être créées des présentations d’écran ; en troisième lieu, par sa grande diffusion qui rend certaine sa pérennité. Les métabases constituées ont, en effet, vocation à perdurer bien au-delà de l’achèvement des programmes qui en ont justifié la constitution. C’est donc une base de données commune et accessible uniquement sur le web. Nous avons, par ailleurs, fait le choix d’un échantillonnage : nous observons prioritairement les individus et les familles dont le nom commence par la lettre B21.

  • 22   Le système facilite les recherches par l’intégration d’un codage systématique des événements et d (...)

6Le fonctionnement du système repose sur l’usage systématique d’identificateurs qui définissent chacun des acteurs cités. Les différents fichiers créés pour le dépouillement des sources sont donc liés informatiquement par des liens essentiellement fondés sur un jeu commun d’identificateurs des individus et des documents. Ces liens permettent de retrouver à partir d’un seul fichier, l’ensemble des informations relatives aux acteurs ou aux documents mentionnés dans tous les autres fichiers. La possibilité de rassembler, au sein d’une même base et sous une forme nominative, c’est-à-dire de façon directement accessible, des données récoltées par des chercheurs différents induit à soi seul un enrichissement considérable des perspectives de recherche. Chacun ne voit que la documentation qui l’intéresse, sous l’angle qui l’intéresse. En revanche, le système ne prend pas en charge l’exploitation statistique ni les recherches très complexes : il n’est en aucun cas un système d’exploitation de données historiques, c’est un (presque) pur instrument de stockage et de filtrage22. Le besoin de résultats fins exploitables statistiquement nécessite de sélectionner l’ensemble des fiches correspondantes, puis d’exporter les données nécessaires sous un logiciel de traitement, tel Excel, pour prendre un exemple bien connu ; les travailler ensuite sous ce dernier. Le système est une pure base de données. Il a pour seule ambition de faciliter le dépouillement, le stockage et la récupération des données dans le cadre d’une nouvelle méthodologie historique.

  • 23 J. Dupâquier & D. Kessler, 1992 ; J. Dupâquier, 2004 ; D. Bertaux, 1995, p. 69-88.
  • 24   L. Fontaine, 1992.
  • 25   G. Levi, 1989, p. 12.
  • 26   J. L. Viret, 2004. Voir également pour le Sud de la France, E. Pélaquier, 1996.

7L’objet de la base de données est donc de pouvoir suivre dans l’espace social formé par Charleville les individus appartenant à l’ensemble des branches des familles sélectionnées durant un certain nombre de générations et de comparer les évolutions de leurs parcours géographiques, professionnels et sociaux. Le modèle de cette approche réside, en partie, dans les grandes enquêtes démographiques et sociologiques réalisées en France depuis un demi-siècle comme « Trois générations » et surtout la grande enquête « TRA », dirigée par Jacques Dupâquier23. Les travaux qui appliquent cette méthodologie ont surtout porté sur les campagnes. Laurence Fontaine, dans un article de 1992, a ainsi jeté d’importants jalons en suivant une famille à travers l’ensemble des actes notariés qu’elle avait laissés24. Giovanni Levi a, lui aussi, utilisé « une technique intensive de reconstruction des événements biographiques de tous les habitants du village de Santena qui ont laissé une trace documentaire »25. Jérôme Luther Viret, dans son ouvrage sur Écouen et Villiers-le-Bel, a également constitué pour toutes les familles des deux villages étudiés un dossier particulier dans lequel il a consigné les informations venues des sources les plus diverses26. Le caractère fini d’un village d’Ancien Régime explique en grande partie l’avance des spécialistes d’histoire rurale mais les relations sociales et familiales mises en évidence sont naturellement limitées.

  • 27   C. Dolan, 1998. Voir également la partie intitulée « Biographies et idéal social » dans A. Thilla (...)
  • 28   S. Cerutti, 1990, p. 45 et sq.
  • 29 D. Garrioch, 1996. Les études sur les dynasties d’entrepreneurs utilisent également cette méthode (...)
  • 30   M. Marraud, 2009.
  • 31   F.-J. Ruggiu, 2007.
  • 32   F. Pitou, 1995, p. 348 et sq.

8Le suivi non seulement d’individus mais de familles entières dans une agglomération de plusieurs milliers d’habitants, voire de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, pose des problèmes difficilement solubles. La sélection de groupes numériquement peu nombreux constitue une première solution qui facilite l’identification des familles en milieu urbain. Dans son travail sur Aix-en-Provence à la fin du xvie siècle, Claire Dolan a ainsi étudié le milieu des notaires avant de focaliser son regard sur une seule famille : les Hugoleni27. Pour le Turin du début du xviie siècle, Simona Cerutti a sélectionné vingt-cinq noyaux familiaux, soit entre quatre-vingts et cent personnes qu’elle suit dans leur histoire urbaine28. David Garrioch s’est, quant à lui, intéressé à un quartier de Paris et aux quelques familles qui en formaient l’élite29. Dans une étude récente sur la constitution de la bourgeoisie parisienne sous l’Ancien Régime, Mathieu Marraud a reconstitué la trajectoire sociale des descendants d’un couple sur plus de deux siècles, soit plus de 850 personnes30. François-Joseph Ruggiu a suivi une centaine de familles dont un des membres a été marchand brasseur ou maître maçon à Amiens et à Charleville à travers trois générations seulement en partant du début des années 1720 et en descendant jusqu’aux années 178031. La seconde approche consiste en la limitation des types de sources utilisées. Dans son ouvrage sur Laval au xviiie siècle, Frédérique Pitou a ainsi retenu toutes les familles d’artisans et de marchands pour lesquelles elle disposait d’au moins trois contrats de mariage sur au moins deux générations, soit 281 « cercles familiaux »32. Par son caractère systématique, au moins pour l’échantillon sélectionné, et par la profondeur de la durée d’observation, l’enquête « Charleville », lorsqu’elle sera achevée, permettra de dépasser la nature forcément circonscrite de ces analyses.

  • 33   R. Robinet, 1956, p. 3-11 ; A. Sartelet, 1997 ; B. Gonel, 2006, p. 35-65 ; P. Lavedan et al., 198 (...)
  • 34   M. Morineau, 1974, p. 159-222 ; M. Cart, 1984, p. 6-10.
  • 35La métallurgie du fer…, 1987. Le patrimoine industriel de Charleville, et du département des Arde (...)
  • 36   H. Manceau, 1962, p. 14-18.

9Par sa taille et la complexité de ses activités, Charleville est donc un cadre adapté à une enquête sociodémographique approfondie. Il s’agit, en effet, d’une ville neuve fondée dans les années 1600 et 1610 par le prince Charles de Gonzague sur le territoire d’une principauté souveraine qui lui appartenait aux confins du royaume de France et des Pays-Bas espagnols33. Elle est restée gouvernée par les Gonzague jusque dans les années 1700, date à laquelle elle a été intégrée officiellement au royaume de France par Louis XIV. Ce dernier l’avait, de toute façon, déjà placée sous son contrôle depuis les années 1660. La situation géographique de Charleville était excellente car la route terrestre qui se dirigeait vers Paris y croisait la Meuse, un des principaux fleuves d’Europe, qui se jette dans la mer du Nord près de l’embouchure du Rhin. Charleville était donc un point de passage majeur et son marché aux grains était un des plus importants de la région, qui a rapidement dépassé ses concurrents locaux34. À côté du commerce, le second pilier du développement de Charleville était une vigoureuse activité métallurgique fondée sur la fabrication de clous et surtout d’armes35. La ville et les villages des environs produisaient des armes légères : mousquets, pistolets et fusils mais aussi bombes, boulets, grenades. En 1667, Louis XIV décida de réserver la production de Charleville à ses armées, avant que la place devienne, en 1688, une manufacture royale d’armes, ce qui la mettait dans la dépendance de la Couronne de France36. Elle a connu au xviiie siècle un fort développement, qui ne s’est pas démenti sous la Révolution française et l’Empire. À côté de la production d’armes, la petite métallurgie – clouterie, ferronnerie, bouclerie, poêlerie – occupait de surcroît des dizaines d’artisans, et faisait la réputation de la ville. Au cours du xixe siècle, Charleville, et les villages qui l’entourent, ont d’ailleurs affirmé leur vocation industrielle. La production sidérurgique en elle-même a décliné mais la région s’est spécialisée dans la petite métallurgie (fonderie, boulonnerie, machines-outils…) et dans le textile, deux secteurs qui se sont rapidement mécanisés. L’arrivée du chemin de fer en 1858 et l’installation d’une gare, sur le territoire de Charleville, à l’emplacement d’un nœud ferroviaire, a servi le dynamisme de la ville.

  • 37   M. Stevenin, 1974.

10Après un développement rapide dans les premières décennies de son existence, la population de Charleville a stagné autour de 4 000 habitants pour rester donc une petite ville. Mais la seconde moitié du xviiie siècle a été marquée par une croissance soutenue de la population de la ville qui a commencé après la crise de 1740-1742, l’une des dernières grandes crises démographiques qu’ait connue la France d’Ancien Régime (Figure 1). Entre 1699 et 1748, les taux de mortalité sont généralement supérieurs à 45 ‰ alors qu’après 1748, ils sont généralement inférieurs à 33 ‰ (ainsi 29,4 ‰ en 1758 ; 27,9 ‰ en 1789)37. En 1742, la ville et ses faubourgs comptent 4 481 habitants et ils sont 8 253 habitants en 1789, soit un quasi-doublement de la population. Le bâti urbain s’est développé en conséquence. La ville n’était pas très grande – un demi-kilomètre carré – et l’entassement à l’intérieur des premières limites de la ville progressa dans des proportions considérables bien que la ville ait étendu ses faubourgs, en particulier en direction de Mézières. La Révolution et les guerres qui l’ont accompagnée et qui ont ravagé la frontière nord de la France ont considérablement désorganisé l’économie de Charleville et entraîné une régression immédiate et importante de la population. La ville n’a pas été choisie comme préfecture du département nouvellement créé des Ardennes au profit de sa proche voisine, et rivale, Mézières. L’Empire, la stabilité politique qu’il a amenée et, surtout, la demande massive en armes légères que produisait la manufacture de Charleville, ont cependant permis une récupération démographique : Charleville comptait environ 9 000 habitants à la fin de l’Empire.

Figure 1. La population de Charleville de 1733 à 1886

Figure 1. La population de Charleville de 1733 à 1886

11La ville, tout en restant de taille relativement modeste, offre donc une structure économique et sociale diversifiée ainsi qu’une histoire démographique complexe. L’enquête « Charleville » a, par ailleurs, un triple avantage sur l’ensemble des travaux qui viennent d’être évoqués : elle permet le suivi d’un échantillon considérable d’une population ; elle peut s’étendre non sur quelques générations ou décennies mais sur deux siècles ; elle ne repose pas sur la constitution de dossiers familiaux qui agrègent des sources différentes pour chaque famille mais sur un suivi annuel à travers les dénombrements, commun à toutes les familles, que viennent compléter les informations venues des registres paroissiaux et des actes notariés ce qui rend l’information bien plus homogène. Comme le montrent les trois articles proposés dans ce dossier, l’enquête offre donc des données qui s’adaptent à une grande diversité de questions en histoire de la démographie et de la famille. Elle est ouverte à une variété d’exploitations qui seront mises en œuvre dans les années à venir.

Haut de page

Bibliographie

Alder, Ken, Engineering the Revolution: Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Princeton NJ, Princeton University Press, 1997.

Alter, George, Mandemakers, Kees & Gutmann, Myron P., « Defining and distributing longitudinal historical data in a general way through an intermediate structure », Historical Social Research, 34 (1), 2009, p. 78-114.

Baudson, Émile, Charles de Gonzague, duc de Nevers, de Rethel et de Mantoue, 1580-1637, Paris, Perrin, 1947.

Berkner, Lutz K., « The stem family and the developmental cycle of the peasant household: an eighteenth-century Austrian example », American Historical Review, 77, 1972, p. 398-418.

Bertaux, Daniel, « Social genealogies commented on and compared: An instrument for observing social mobility processes in the Longue durée », Current Sociology, 43 (2/3), Autum/Winter 1995, p. 69-88.

Biraben, Jean-Noël, « Inventaire des listes nominatives de recensement en France », Population, 1963, p. 305-327.

Boltanski, Ariane, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Librairie Droz, 2006.

Boudjaaba, Fabrice, Gourdon, Vincent & Rathier, Carole, « Charleville’s census reports: an exceptional source for the longitudinal study of urban populations in France », Popolazione e Storia, 2, 2010, p. 17-42.

Bourdelais, Patrice & Gourdon, Vincent, « L’histoire de la famille dans les revues françaises (1960-1995) : la prégnance de l’anthropologie », Annales de démographie historique, 2, 2000, p. 5-48.

Bricourt, Michel, Lachiver, Marcel & Queruel, Julien, « La crise de subsistances des années 1740 dans le ressort du parlement de Paris », Annales de démographie historique, 1974, p. 281-333.

Buffet, Ségolène, « Une grâce princière au xviie siècle : les réceptions de bourgeois au temps des Gonzague (1620-1708) », mémoire de Master, université de Reims, 2007.

Cart, Michel, « La population de Charleville au milieu du xviiie siècle », Terres Ardennaises, 6, 1984, p. 6-10.

Cerutti, Simona, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif : Turin, xviie et xviiie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

Chassagne, Serge, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

Chevance, Virginie, La population de Charleville d’après les dénombrements de 1739 et 1742, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Pierre Poussou, Université de Paris-Sorbonne, 2001.

Colinet, René, Métallurgie ardennaise. Un territoire, des usines et des hommes, sl, Orcca, Castor & Pollux, 2001.

Courgeau, Daniel & Lelievre, Eva, « L’approche biographique en démographie », Revue française de sociologie, 31 (1), 1990, p. 55-74.

Dardart, Gérald, Charleville-Mézières. L’ouverture vers le Nord de l’Europe, Charleville-Mézières, SOPIAC, 2000.

Del Panta, Lorenzo, Rettaroli, Rosella & Rosental, Paul-André, « Méthodes de la démographie historique – Problémes et nouvelles orientations de l’analyse des données individuelles », in Graziella Caselli, Jacques Vallin & Guillaume Wunsch (dir.), Démographie : analyse et synthèse, tome VIII, Observation, méthodes auxiliaires, enseignement et recherche, Paris, Éditions de l’INED, 2006, p. 201-240.

Dolan, Claire, Le notaire, la famille et la ville. Aix-en-Provence à la fin du xviesiècle, Toulouse, Collection Histoire Notariale, Presses universitaires du Mirail, 1998.

Dupâquier, Jacques, La population rurale du Bassin Parisien à l’époque de Louis XIV, Paris, Éditions de l’EHESS, 1979.

–, Pontoise et les Pontoisiens en 1781, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, 1992.

–, « L’enquête des 3 000 familles », Annales de démographie historique, 1, 2004, p. 7-18.

Dupâquier, Jacques & Kessler, Denis, « L’enquête des 3 000 familles », in Jacques Dupâquier & Denis Kessler (dir.), La société française au xixe siècle. Tradition, transition, transformation, Paris, Fayard, 1992, p. 23-61.

Fontaine, Laurence, « Droit et stratégies : la reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné (xviie et xviiie siècles) », Annales ESC, 6, 1992, p. 1259-1277.

Ganiage, Jean, « Un recensement du xviiie siècle : Beauvais, 1764-1765 », in Jean-Pierre Bardet, François Lebrun et René Le Mée, Mesurer et comprendre, Mélanges offerts à Jacques Dupâquier, Paris, PUF, 1993, p. 217-227.

Garrioch, David, The Formation of the Parisian Bourgeoisie, 1690-1830, Cambridge MA, Harvard University Press, 1996.

Gayot, Gérard, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

Gonel, Béatrice, « L’histoire de l’habitat à Charleville, 1606-1836 », Revue historique ardennaise, 38, 2006, p. 35-65.

Gourdon, Vincent & Ruggiu, François-Joseph, « Richard Wall en France : Retour vers le futur ? », à paraître.

Hareven, Tamara, « L’histoire de la famille et la complexité du changement social », Cahiers d’histoire, 45 (1), p. 9-34 et 45 (2), 2000, p. 205-232.

Hirsch, Jean-Paul, Les deux rêves du Commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

Hubert, Jean, Histoire de Charleville depuis son origine jusqu’en 1954, Charleville, 1854, reprint, Marseille, Laffitte Reprints, 1977.

Humbert, Jacques, « Charles de Nevers et la milice chrétienne, 1598-1625 », Revue internationale d’histoire militaire, 68, 1987, p. 87-114.

La Gorce, Gilles (de), « L’individu et la sociologie. Soixante ans d’étude de la mobilité sociale », Revue de Synthèse, 4 (2), 1991, p. 237-264.

Langlet, Jean, « Les ingénieurs de l’École royale du génie de Mézières et les armes de la manufacture de Charleville dans la guerre d’Indépendance américaine », Revue historique ardennaise, 34, 1999-2000, p. 197-218.

Laslett, Peter, « La famille et le ménage : approches historiques », Annales ESC, 4-5, 1972, p. 847-872.

(dir.), Household and Family in Past Time: Comparative Studies in the Size and Structure of the Domestic Group over the Last Three Centuries in England, France, Serbia, Japan and colonial North America, with Further Materials from Western Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1972.

Lavedan, Pierre et al., L’urbanisme à l’époque moderne, xvie et xviiie siècles, Genève, Droz, 1982.

La métallurgie du fer dans les Ardennes, Cahiers de l’Inventaire, 11, 1987.

Le Mée, René, « La population de Senlis en 1765 », in Jean-Pierre Bardet, François Lebrun & René Le Mée (dir.), Mesurer et comprendre, Mélanges offerts à Jacques Dupâquier, Paris, PUF, 1993, p. 347-360.

Levi, Giovanni, Le Pouvoir au village : histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989.

Levy-Vroelant, Claire, La famille et la ville au xixe siècle : Versailles, thèse pour le doctorat, EHESS, 1988.

Loizeau, Emmanuelle, Louis et Clément Métezeau, architectes du roi, doctorat nouveau régime, sous la direction de Claude Mignot, université de Paris-Sorbonne, 2009.

Mandemakers, Kees, « Building life course datasets from population registers by the Historical Sample of the Netherlands (HSN) », History and Computing, 14, 2006, p. 87-108.

Marraud, Mathieu, De la Ville à l’État : la bourgeoisie parisienne, xviie et xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2009.

Matthijs, Koen & Moreels, Sarah, « The Antwerp COR*-database: a unique Flemish source for historical-demographic research », History of the Family, 15 (1), 2010, p. 109-115.

Morineau, Michel, « À la halle de Charleville : fourniture et prix des grains ou les mécanismes du marché (1647-1821) », Actes du 95e Congrès des Sociétés Savantes (Reims, 1970), tome II, Paris, Bibliothèque nationale, 1974, p. 159-222.

Mortal, Patrick, Les armuriers de l’État du Grand Siècle à la globalisation 1665-1689, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

Muheim, Henry, « Une source exceptionnelle. Le recensement de la population lyonnaise en 1709. Les domestiques dans la société », Actes du 89e Congrès national des Sociétés Savantes, tome II, Paris, 1965, p. 207-217.

Noël, Raymond, « La population de la paroisse de Laguiole d’après un recensement de 1691 », Annales de démographie historique, 1967, p. 197-223.

Pélaquier, Élie, De la maison du père à la maison commune, Saint-Victor-de-la-Coste en Languedoc rhodanien (1661-1799), 2 vol., Montpellier, Publications de l’Université Paul Valéry, 1996.

Perrot, Jean-Claude, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1975.

Pitou, Frédérique, Laval au xviiie siècle : marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995.

Plessix, René, « Un recensement de la population de Javron (Mayenne) au xviiie siècle », Bulletin d’information des Annales de démographie historique, 44, 1985, p. 8-24.

Robinet, René « Arches et Charleville au temps des Gonzague », Études ardennaises, 2 (6), 1956, p. 3-11.

Ruggiu, François-Joseph, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française au xviiie siècle, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2007.

–, « A way out of the crisis: Methodologies of early modern social history in France », Cultural and Social History, 6 (1), 2009, p. 65-85.

Sartelet, Alain, Charleville au temps des Gonzague. Portrait d’une cité ducale, 1606-1708, Charleville-Mézières, Musée de l’Ardenne, 1997.

Stevenin, Michel, La population de Charleville, 1677-1792, Mémoire de maîtrise de l’université de Reims, 1974.

Tadmor, Naomi, « Early modern English kinship in the long run: reflections on continuity and change », Continuity and Change, 25, 2010, p. 15-48.

Taute, Stéphane, « Recensements, dénombrements, visites », Études ardennaises, 11, 1957, p. 55-60.

Thillay, Alain, Le Faubourg Saint-Antoine et ses faux ouvriers. La liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2002.

Todd, Emmanuel, « Mobilité géographique et cycle de vie en Artois et en Toscane au xviiie siècle », Annales ESC, 4, 1975, p. 726-744.

Vikström, Pär, Edvinsson, Sören & Brändström, Anders, « Longitudinal databases – sources for analyzing the life course. Characteristics, difficulties and possibilities », History and Computing, 1-2, 2006, p. 109-128.

Viret, Jérôme Luther, Valeurs et pouvoir. La reproduction familiale et sociale en Île-de-France. Écouen et Villiers-le-Bel (1560-1685), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2004.

–, « L’industrie des armes portatives à Saint-Étienne, 1777-1810. L’inévitable mécanisation ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54 (1), 2007, p. 171-192.

Zeller, Olivier, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636. Démographie historique et géographie sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983.

–, « Structures sociales et pauvreté dans une petite ville. Le recensement de Beaujeu en 1790 », Cahiers d’histoire, 3 (3/4), 1998, p. 547-586.

–, « La ville en fiches : la méthode de recensement urbain de Jean-François Palasse (Avignon, 1720) », Annales de démographie historique, 2, 2006, p. 217-241.

Haut de page

Notes

1   G. de La Gorce, 1991, L. Del Panta et al., 2006.

2   Pour une définition de l’approche longitudinale, voir D. Courgeau & E. Lelièvre, 1990, p. 70. Voir également F.-J. Ruggiu, 2009.

3   Nous voulons exprimer ici toute notre reconnaissance à Mesdames Odile Jurbert et Violette Rouchy-Lévy, qui se sont succédé à la direction des Archives départementales des Ardennes et qui ont soutenu avec conviction et efficacité l’ensemble de nos recherches. Nous remercions également l’ensemble du personnel des Archives pour sa disponibilité.

4 K. Matthijs & S. Moreels, 2010, p. 109-115. La base de données construite par l’équipe de Louvain couvre la période 1846-1920.

5   L’Historical Sample of the Netherlands réunit une série d’informations comme l’âge au mariage, la religion, le nombre d’enfants nés, la profession, le lieu de naissance, le degré d’alphabétisation, le milieu social ou les migrations, pour environ 78 000 individus durant une période allant de 1812 à 1922 (http://www.iisg.nl/hsn/index.html). Pour une présentation générale, voir K. Mandemakers, 2006, p. 87-108. D’autres projets se développent à partir de cette base comme Life courses in context (http://www.lifecoursesincontext.nl/).

6   La Demographic Data Base de l’université d’Umeå est construite à partir des registres paroissiaux suédois des xviiie-xixe siècles (http://www.ddb.umu.se/english/about-ddb). Voir P. Vikström et al., 2006, p. 109-128.

7 On pourra partir de G. Alter et al., 2009, p. 78-114.

8   Voir une première présentation de l’enquête dans F. Boudjaaba et al., 2010, p. 17-42.

9   Archives communales de Charleville, BB 22 et suivantes ; Archives départementales des Ardennes, 3F 3 à 407. Voir S. Taute, 1957, p. 55-60 ; M. Cart, 1984, p. 6-10 ; M. Stevenin, 1974. Voir également S. Buffet, 2007. Sur l’exceptionnalité de Charleville, J.-N. Biraben, 1963, p. 305-327. Il y a d’autres exemples de recensements annuels, mais au xixe siècle seulement, comme à Versailles, voir par exemple C. Levy-Vroelant, 1988.

10   Notre enquête s’est inscrite dans le cadre d’un programme ANR « Corpus-Base de données », 2007-2010 : « Mobilités, Populations, Familles dans la France du Nord, fin xviie siècle-fin xixe siècle, en partenariat avec l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, l’université Paris-Sorbonne et l’université de Picardie-Jules Verne. L’équipe de recherche active durant le projet ANR regroupait Guido Alfani (Università Bocconi, Milan), Fabrice Boudjaaba (CNRS-Université de Rennes 2), Youri Carbonnier (Université d’Artois), Hélène Cormy (Université de Bordeaux 3), Vincent Gourdon (CNRS-Université Paris-Sorbonne), Stéphane Minvielle (Université de Bordeaux 3), Cristina Munno (INED, Paris, Università Ca’ Foscari, Venise), Yves Perret-Gentil (CNRS-Université Paris-Sorbonne), Jean-Pierre Poussou (Université Paris-Sorbonne), Carole Rathier (Université de Bordeaux 3), François-Joseph Ruggiu (Université de Bordeaux 3 puis Paris-Sorbonne) et Marion Trévisi (Université de Picardie).

11   Cette enquête est en phase avec l’évolution actuelle de la recherche sur les populations en Europe ce qui a, d’ailleurs, permis à l’équipe « Charleville » d’intégrer le programme de recherche European Historical Samples Network (2011-2016) de la Fondation européenne pour la science, piloté par Anders Brändström, Kees Mandemakers et Koen Matthij.

12   Nous les distinguons ici des dénombrements généraux qui visent à calculer la population d’un diocèse, d’une province ou du royaume. Une grande partie des dénombrements particuliers qui ont été conservés sont, cependant, inscrits dans les dénombrements généraux organisés à l’échelle nationale par les autorités, par exemple à la suite de la réforme municipale organisée par le contrôleur général Laverdy (1764-1771).

13   Pour une réflexion sur ce point, voir V. Gourdon & F.-J. Ruggiu, à paraître.

14   Voir, par exemple J. Dupâquier, 1979, p. 212-216 à propos des campagnes autour de Valenciennes ; R. Noël, 1967, p. 197-223 ; R. Plessix, 1985, p. 8-24.

15   J. Dupâquier, 1992 ; J. Ganiage, 1993 ; L. Herrmann, 1998 ; R. Le Mée, 1993, p. 347-360 ; H. Muheim, 1965, p. 207-217 ; J.-C. Perrot, 1975, vol. 1, p. 114 et sq. ; O. Zeller, 1983, 1998.

16 P. Laslett (dir.), 1972 ; 1972, p. 847-872 ; E. Todd, 1975, p. 726-744.

17 Voir les critiques apportées, presque aussitôt, par L. K. Berkner, 1972, p. 398-418.

18   Voir P. Bourdelais & V. Gourdon, 2000, p. 5-48 ; T. Hareven, 2000, p. 9-34 et p. 205-232 ; ou encore la récente mise au point historiographique de N. Tadmor, 2010, p. 15-48.

19   Nous remercions très vivement Jean-Pierre Dedieu (directeur de recherches au CNRS, UMR 5190, Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes) d’avoir accepté que nous utilisions l’outil qu’il a conçu et de nous avoir aidé à le faire évoluer pour l’adapter aux besoins de notre enquête.

20   Groupe PAPE, actif depuis 1989 dans le cadre de l’UMR TEMIBER (CNRS-Université de Bordeaux 3). Il regroupe un réseau de chercheurs français (Bordeaux, Toulouse, Paris, Montpellier, pour l’essentiel), chiliens (Université catholique de Santiago du Chili) et espagnols (Barcelone, Alicante, Grenade, Madrid pour l’essentiel). Il a bénéficié de l’appui du CNRS, notamment grâce à un PICS, du ministère des Affaires étrangères et de trois Actions intégrées franco-espagnoles. Il a été transféré en janvier 2005 à l’UMR LARHRA (CNRS-Universités de Lyon-ENS), à Lyon.

21   Nous avons aussi dépouillé certains recensements intégralement : les années 1739, 1742, 1753 et 1790.

22   Le système facilite les recherches par l’intégration d’un codage systématique des événements et des relations stockées. Il permet en outre à chaque utilisateur de constituer des fichiers de codage propres, en fonction de ses besoins particuliers, sans interférence avec les codages effectués par d’autres chercheurs. Du fait que l’exploitation des données peut se faire dans les directions les plus variées en fonction des besoins de chaque recherche et selon des évolutions imprévisibles, nous considérons que la constitution d’un logiciel voulant la prendre en charge serait vouée à l’échec.

23 J. Dupâquier & D. Kessler, 1992 ; J. Dupâquier, 2004 ; D. Bertaux, 1995, p. 69-88.

24   L. Fontaine, 1992.

25   G. Levi, 1989, p. 12.

26   J. L. Viret, 2004. Voir également pour le Sud de la France, E. Pélaquier, 1996.

27   C. Dolan, 1998. Voir également la partie intitulée « Biographies et idéal social » dans A. Thillay, 2002, p. 446-453.

28   S. Cerutti, 1990, p. 45 et sq.

29 D. Garrioch, 1996. Les études sur les dynasties d’entrepreneurs utilisent également cette méthode : S. Chassagne, 1991, p. 93 et sq. ; G. Gayot, 1998 ; et J.-P. Hirsch, 1991.

30   M. Marraud, 2009.

31   F.-J. Ruggiu, 2007.

32   F. Pitou, 1995, p. 348 et sq.

33   R. Robinet, 1956, p. 3-11 ; A. Sartelet, 1997 ; B. Gonel, 2006, p. 35-65 ; P. Lavedan et al., 1982, p. 24-25 ; E. Loizeau, 2009. Nous remercions très vivement Emmanuelle Loizeau de nous avoir permis de consulter son étude inédite sur la place ducale de Charleville (Agence Chatillon, ABF, 2006). G. Dardart, 2000 ; S. Buffet, 2007. Nous remercions également Mme Ségolène Buffet, ainsi que le directeur de son mémoire, M. le professeur Bernard Grunberg, de nous avoir autorisé à le consulter et à l’utiliser.

34   M. Morineau, 1974, p. 159-222 ; M. Cart, 1984, p. 6-10.

35La métallurgie du fer…, 1987. Le patrimoine industriel de Charleville, et du département des Ardennes, a été inventorié au milieu des années 2000 dans le cadre d’une remarquable enquête menée par la région Champagne-Ardennes. Ses résultats peuvent être consultés à l’adresse suivante : http://www.cr-champagne-ardenne.fr/patrimoineindustriel08/IA08001406.html

36   H. Manceau, 1962, p. 14-18.

37   M. Stevenin, 1974.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La population de Charleville de 1733 à 1886
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/4776/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Rathier et François-Joseph Ruggiu, « La population de Charleville de la fin du xviie siècle à la fin du xixe siècle », Histoire & mesure [En ligne], XXVIII-2 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/4776

Haut de page

Auteurs

Carole Rathier

Centre d’études des mondes moderne et contemporain, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, domaine universitaire, 33 607 – Pessac cedex, France. E-mail : carole.rathier@gmail.com

Articles du même auteur

François-Joseph Ruggiu

Centre Roland Mousnier, UMR 8596, Université Paris-Sorbonne, CNRS, 1, rue Victor-Cousin, 75 005 – Paris, France. E-mail : francois-joseph.ruggiu@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page