Navigation – Plan du site
Statistiques et politiques éducatives

Quantification des effectifs scolaires et modernisation de l’enseignement primaire. De la célébration statistique à l’analyse historique (Seine, 1865-1914)

Measuring School Enrolments and Modernizing Primary Schools: From Statistical Praise to Historical Analysis (Seine Department, 1865-1914)
Jérôme Krop
p. 73-90

Résumés

La statistique scolaire devient un enjeu majeur dans le département de la Seine entre 1865 et 1914, période de mise en œuvre du modèle scolaire républicain. La représentation chiffrée officielle de la réalité scolaire parisienne est influencée par l’existence de certains biais statistiques et par le désir des réformateurs de voir se concrétiser l’application de l’obligation scolaire et la généralisation de la scolarisation à tous les enfants de six à treize ans. Au regard de la volonté affichée de rupture, la confrontation des statistiques officielles aux indicateurs que les archives de terrain permettent de construire dévoile une réalité plus contrastée qui met en lumière certains effets pervers de l’élitisme caractéristique de la méritocratie scolaire instituée depuis le milieu des années 1860.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Paris, France

Chronologie :

1865-1914
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Biais statistiques et optimisme réformateur
2. Des difficultés corrigées par le travail historique
3. Les effets pervers de la méritocratie républicaine

Aperçu du début du texte

Entre 1865 et 1914, dès le moment où le modèle scolaire républicain se met en place et s’affirme, la statistique scolaire devient un enjeu majeur dans le département de la Seine. Fondée sur la gratuité de l’enseignement, instituée par la loi du 16 juin 1881, et sur le principe d’obligation scolaire de six à treize ans, par celle du 28 mars 1882, la politique scolaire de la IIIe République représente une étape décisive dans un processus séculaire de généralisation de l’enseignement primaire, dont elle marque l’aboutissement, plus qu’une rupture. La politique de modernisation de l’enseignement public menée par Victor Duruy, nommé ministre de l’instruction publique par Napoléon III en 1863, annonce, par bien des aspects et malgré ses limites, les grandes réformes républicaines du début des années 1880. En 1865, Octave Gréard est ainsi nommé inspecteur d’académie de la Seine. Cette dernière est alors marquée par un retard important de l’enseignement primaire public parisien par rapport ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Krop, « Quantification des effectifs scolaires et modernisation de l’enseignement primaire. De la célébration statistique à l’analyse historique (Seine, 1865-1914) », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-1 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/4927

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page