Navigation – Plan du site
Control and intermediation of corporate bodies

Mastering the Guilds’ Debts in Eighteenth-Century Paris

Royal Scrutiny, Debt Reduction and State Coercion
Maîtriser la dette des corporations parisiennes au xviiie siècle : contrôle monarchique, effets libératoires et coercitifs
Mathieu Marraud
p. 171-188

Résumés

Comme tous les corps institués, les corporations durent soutenir les finances royales au cours du xviiie siècle. Cet article évoque le travail d’une commission royale – la Commission pour la révision des comptes des communautés d’arts et métiers –, établie en 1716 en vue de faire l’examen des situations financières propres aux corporations, avant l’irruption d’un certain nombre d’édits royaux dans les années 1740. La commission usa en réalité de son pouvoir pour diriger et contraindre les postes de recettes et de dépenses relatifs aux communautés. Le contrôle étatique et financier exercé sur elles servait alors à faciliter leur intégration politique au sein de l’administration royale. De ce point de vue, les dettes royales rendaient possible la mise sous contrôle de corps dont le rôle d’intermédiaires avait permis de secourir le crédit de la monarchie.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Taxing commerce through its institutions
2. Ascertaining and qualifying the guilds’ debt

Aperçu du début du texte

The question of the guilds’ debts – and the origins of their indebtedness – in the Old Regime is part of a long historical tradition in France. Guilds’ debts have been generally equated with the shortcomings of self-government and the misappropriation of common funds. According to historians, debts explain the collapse of the guild system in the eighteenth century, a causal link which was already put forward by reformers under Louis XV and Louis XVI. The reasons for Turgot’s abolition of the guilds in February 1776 are numerous. Guilds were abolished for their backwardness, their public uselessness, their hindering of free commercial settlement in urban areas, and for slowing down the introduction of new technologies by means of an overabundance of rules and control over production. Above all Turgot abolished guilds because the King’s Council had been persuaded, as early as 1710, that they carried a perpetual debt. At the beginning of 1776, the Parisian guilds still owed 4.5 million...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Marraud, « Mastering the Guilds’ Debts in Eighteenth-Century Paris », Histoire & mesure [En ligne], XXX-2 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/5255

Haut de page

Auteur

Mathieu Marraud

Centre de Recherches Historiques, UMR 8558, CNRS, 190 avenue de France, 75013 Paris. E-mail: Mathieu.Marraud@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page