Navigation – Plan du site
Les réseaux en question

De la cohésion à la dissolution

Les réseaux d’entreprises en Allemagne, en France et aux États-Unis (1900-2010)
From Cohesion to Dissolution : Corporate Networks in Germany, France and the United States (1900-2010)
Paul Windolf
p. 123-159

Résumés

À la fin du xixe siècle, on a vu se développer, parallèlement à l’émergence du capitalisme managérial, un réseau reliant les grandes sociétés anonymes – réseau créé par des directeurs occupant alors plusieurs postes à responsabilité dans différentes entreprises (big linkers). Un tel réseau offre notamment la chance de coordonner les stratégies des entreprises et de contraindre les membres à des standards éthiques communs. Par une analyse comparative de la structure du réseau des grandes entreprises en Allemagne, en France et aux États-Unis pour la période 1900-2010, cet article met en évidence qu’en Allemagne la densité du réseau est particulièrement élevée pendant l’entre-deux-guerres et que le réseau se dissout entre 1995 et 2010. La densité, dans les trois pays, est alors inférieure au niveau atteint en 1900. À la fin de la période qui constitue l’objet de notre analyse, il n’y a plus de différence nationale relativement à la densité des réseaux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Régimes de production
2. Lois antitrust
En Allemagne
Aux États-Unis, le Sherman Act
En France, la loi Le Chapelier
3. Hypothèses
4. Fonctions et structures
Les réseaux égo-centrés
Le réseau global
5. La densité du réseau
6. Effets d’entreprises, de pays et de périodes
L’effet d’entreprises
L’effet de pays
L’effet de périodes
7. Les banques dans le réseau
8. Le réseau d’élites
9. Remarques finales

Aperçu du début du texte

1. Régimes de production

Dans un essai consacré à l’émergence du régime de production allemand, Abelshauser avance l’idée que les institutions économiques de ce régime auraient été créées avant la Première Guerre mondiale et seraient restées stables, à quelques détails près, jusque dans les années 1990. Les banques universelles, la codétermination, la qualification de la main-d’œuvre dans un système dual et la coordination des marchés des produits et du travail par des associations autonomes sont l’archétype de ces institutions. Un « bouleversement spectaculaire du régime de production allemand » s’est produit durant l’Empire. Cette réorganisation ne s’est toutefois pas orientée vers des formes traditionnelles d’organisation de l’économie, mais vers un « nouveau type réel de capitalisme », qui a adapté les entreprises à la rationalisation de la production et à une économie fondée sur la science, notamment dans l’industrie chimique.

Une caractéristique commune – et spécifique à ces nou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Windolf, « De la cohésion à la dissolution », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-1 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/5324

Haut de page

Auteur

Paul Windolf

Am Eichenhain 61, D-13465 Berlin. E-mail : windolf@uni-trier.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page