Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
L'évolution du métier

L’archiviste d’aujourd’hui : un métier à multiples facettes

Rosine Cleyet-Michaud
p. 239-241

Texte intégral

1Vincent Doom a dit que Max Bruchet, le grand archiviste du Nord du début du XXe siècle, affirmait que la mission fondamentale de l’archiviste était de conserver les archives. J’y ajouterai personnellement deux autres missions : classer et inventorier d’une part, exploiter d’autre part.

2C’est du moins de cette manière que l’ensemble des archivistes du Nord au XIXe siècle ont rempli leurs fonctions et, avant d’en venir à ce qu’est l’archiviste d’aujourd’hui, je souhaiterais dresser un rapide tableau de leurs activités, ne serait-ce que pour leur rendre hommage. Tous furent de gros travailleurs mais aussi de grands savants.

3Ils prirent au demeurant la suite des quatre Godefroy qui, de 1668 à 1792, assurèrent la conservation des archives de la chambre des comptes, en dressant des inventaires, tout en publiant de savantes études et en jouant le rôle de conseiller des intendants pour ce qui concerne les frontières. Parmi leurs successeurs, si je puis dire, je citerai :

4André Leglay (1835-1863) dont le savoir « embrassait toutes les branches – lettres, histoire naturelle, médecine, droit, archéologie, histoire » – et qui sut, « ne reculant pas devant les difficultés et les labeurs dont se trouve hérissée la carrière d’archiviste », mener à bien la construction d’un bâtiment, réaliser six volumes d’inventaires de la chambre des comptes et publier de multiples études sur l’évêché de Cambrai et les ordres religieux du diocèse, notamment.

5Alexandre Desplanques (1863-1871), mort à la tâche à 36 ans, qui « voulait produire une œuvre qui laisse une trace profonde de son court passage dans cette vie » et qui y réussit en poursuivant le classement et le répertoriage des archives de la chambre des comptes et en entamant celui des archives de l’intendance, des États et du bureau des Finances, ce tout en poursuivant des études d’histoire locale.

6Monseigneur Chrétien Deshaines (1871-1883) qui, tout en travaillant lui aussi sur les archives de la chambre des comptes, en refondant entre autres le premier volume de l’inventaire, « rédigé selon les principes aberrants d’une circulaire de 1854 », s’attaqua à des fonds prestigieux d’archives communales et hospitalières dont il publia les inventaires, sans abandonner ses études historiques et en se faisant remarquer par son « extrême complaisance à l’égard des chercheurs » : « ce lui était une jouissance de rendre service à autrui ».

7Jules Finot (1884-1908) qui poursuivit l’œuvre de son prédécesseur tout en menant à bien de très nombreux travaux d’érudition (140 titres).

8Ces quatre grands noms de l’archivistique du nord de la France ont eu de brillants successeurs, dont le renom a dépassé le seul département du Nord – Max Bruchet, Pierre Piétresson de Saint-Aubin et René Robinet –, dont je ne parlerai pas ici et qui, tous, tout en poursuivant ce patient travail de conservation, de classement, inventoriage et exploitation des fonds dont ils avaient eu la responsabilité, ont dû affronter, outre deux guerres et leurs conséquences, plusieurs bourrasques qui ont fait, petit à petit, évoluer considérablement le métier :

  • La cassure de l’administration française après 1914 et la suppression de la plupart des bureaux d’ordre, sorte de services de « records management », si j’ose dire, entraînant une plus grande implication des archivistes dans la gestion des archives intermédiaires ;

  • Le développement de cette administration, l’augmentation du nombre des services et l’inflation de la production documentaire, particulièrement après la seconde guerre mondiale, nous obligeant à éliminer une bonne partie de cette production ; cette fonction, avec le temps, a pris une importance considérable comme chacun peut le comprendre ;

  • L’augmentation du nombre des lecteurs (étudiants et professionnels de la recherche historique en tous genres, puis, ces quarante dernières années, généalogistes, curieux du passé, simples citoyens aussi), parfois considérable ;

  • La diversification des fonds entrant dans les services d’archives (archives notariales d’abord, puis archives privées de toutes origines), élargissant considérablement notre champ d’action ;

  • La volonté affichée, au-delà des travaux de recherche personnelle, de valoriser nos fonds et de les faire connaître par des actions éducatives et culturelles.

9Désormais, le métier d’archiviste consistait non plus seulement à conserver, classer et inventorier, mais aussi à éliminer, ce qui n’est pas tâche aisée, à communiquer et à mettre en valeur.

10Ces vingt dernières années, la France a connu un nouveau bouleversement dû d’une part à la réforme continue de l’administration française – avec un double mouvement de décentralisation et de déconcentration –, d’autre part à l’augmentation de nos effectifs, à celle de nos fonds, à celle de nos lecteurs et qui a eu pour conséquence l’éclatement du métier d’archiviste. Désormais, tous ceux qui travaillent dans les services d’archives se spécialisent dans une des fonctions que je viens de décrire et le responsable du service devient un chef d’équipe, un animateur, un coordinateur, un gestionnaire qui, bien souvent, n’a jamais l’occasion de faire ce pour quoi il a été véritablement formé, c’est-à-dire classer et répertorier des archives, et je ne parle pas des travaux de recherche historique.

11Et que va-t-il se passer demain - certains disent aujourd’hui - quand, face aux défis posés par la conservation des archives sur support électronique, les informaticiens auront envahi notre secteur d’activités ?

12Et que dire du rôle grandissant joué par les conservateurs-restaurateurs, véritables techniciens de la conservation matérielle et de la sauvegarde des documents ?

13Les archivistes du XIXe siècle, parce que les fonds d’archives dont ils avaient la responsabilité étaient beaucoup moins importants, parce que ces fonds étaient peu consultés, parce qu’ils étaient moins impliqués dans l’action éducative et culturelle, pouvaient avoir l’impression de tout maîtriser. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le métier est désormais éclaté ; nous sommes tous devenus des spécialistes : de la communication, de la collecte sélective, du « records management » éventuellement, du classement et du répertoriage, de la conservation matérielle, de la valorisation, de la gestion des archives électroniques, de la gestion d’établissements, etc..

14Certains d’entre nous se consacrent exclusivement à la réflexion théorique et nous sommes de plus en plus obligés de recourir à des experts d’autres disciplines. Véritablement, le métier d’archiviste aujourd’hui, et à mon sens, il le sera encore plus demain, est devenu un métier à multiples facettes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosine Cleyet-Michaud, « L’archiviste d’aujourd’hui : un métier à multiples facettes », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 239-241.

Référence électronique

Rosine Cleyet-Michaud, « L’archiviste d’aujourd’hui : un métier à multiples facettes », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/176

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals