Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
Question d'image...

L’image de l’archiviste dans la bande dessinée belge

Marc Libert
p. 271-283

Texte intégral

Présentation des sources

1Je passerai rapidement sur les raisons qui m’ont amené à limiter mon analyse à la bande dessinée belge. Il suffira de rappeler le poids que la Belgique a joué dans l’histoire et la production de la bande dessinée depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’au seuil des années 1970. En outre, l’espace belge convient parfaitement pour fixer le cadre de notre recherche puisqu’il permet l’accès à un corpus restreint qui n’ignorerait cependant pas des auteurs essentiels.

  • 1 Ce nombre est bien entendu inférieur au nombre total d’auteurs belges de bande dessinée. Le catalog (...)
  • 2 C. Moliterni, P. Mellot, L. Turpin, M. Denni, N. Michel-Szelechowska, BD Guide. Encyclopédie de la (...)
  • 3 Cf. liste de ces auteurs en annexe.
  • 4 M. Hardy, S. Desberg, Arkel. Les sept diables supérieurs, Dupuis, 1985.

2Corpus restreint, disais-je. Voir L’Encyclopédie de la bande dessinée internationale, qui reprend une liste de 1211 auteurs belges (tant dessinateurs que scénaristes)2. J’ai abordé l’œuvre de 393 d’entre eux au travers de 525 albums. Le choix de ces auteurs et de leurs albums a été guidé par leur place dans l’histoire de la bande dessinée (Hergé, Franquin, Jacobs, Morris…), et par les thèmes abordés (L’Archiviste de Schuiten et Peeters, par exemple). C’est cette dernière raison qui m’a conduit à ne pas aborder nécessairement l’œuvre complète de chacun de ces auteurs. Par exemple, il n’est pas impossible que Roba ait imaginé que les jeunes héros de sa série La Ribambelle rencontrent un archiviste au cours d’une de leurs aventures. Par contre, il est beaucoup plus improbable que Boule et Bill, héros de gags essentiellement domestiques créés par le même auteur, soient confrontés à une telle situation. Dans d’autres cas, la lecture d’un seul album m’a convaincu qu’il serait sans doute vain de lire l’ensemble de la série à laquelle il appartient tant la thématique laisse supposer qu’elle ne croisera jamais le domaine archivistique. Il en fut ainsi par exemple des albums d’Arkel, de Marc Hardy et Stephen Desberg4.

3Par bande dessinée belge, nous entendons tout album dont l’un des auteurs au moins est belge. De la sorte, toute l’œuvre de Morris sera prise en compte, et ce, y compris, les aventures de Lucky Luke scénarisées par René Goscinny. Par contre, Jacques Martin ne fera partie de notre enquête que pour la partie de sa production où il a collaboré avec un auteur belge, même s’il vit en Belgique depuis des dizaines d’années. Ce partage ne doit évidemment pas être interprété comme un réflexe nationaliste frileux, mais comme la conséquence de la nécessaire pose de limites dans le cadre d’une recherche donnée. L’intérêt de circonscrire le sujet permet en outre de proposer plus rapidement une analyse cohérente dont les résultats pourront ensuite être confrontés à un corpus élargi.

4La Belgique a été pendant de longues années une véritable terre d’élection pour la bande dessinée. La production (magazines, albums) était particulièrement abondante et j’ai également été contraint d’opérer des choix parmi celle-ci. J’ai donc décidé de ne prendre en considération que les albums et de délaisser toutes les autres formes de publication (magazines, publicités).

  • 5 Hergé, Le Secret de la licorne, Tournai, Casterman, 1943.

5De la même manière, j’ai tenu à limiter cette recherche aux seuls domaines archivistiques présentés comme tels. Ainsi, le parchemin découvert par Tintin dans Le Secret de la Licorne a été rejeté de mon analyse car il n’est pas présenté comme une archive par Hergé5. Il ne s’agit pas en effet d’étudier la présence des archives ou des archivistes dans la bande dessinée, mais bien la représentation qu’en donnent les auteurs.

6L’intérêt réside dès lors dans le fait de déterminer comment et quels aspects de notre profession sont mis en lumière dans la bande dessinée. Cette représentation éclaire en effet bien plus que l’imaginaire des auteurs concernés. Pour être compris, ceux-ci doivent nécessairement faire référence à des concepts identifiables et compréhensibles par les lecteurs. De ce fait, les représentations proposées doivent correspondre à un imaginaire commun. Il n’y a donc pas à douter que les conclusions que je serai amené à tirer seront autant de mises en lumière de l’imaginaire culturel collectif.

L’archiviste dans la bande dessinée

7Sur l’ensemble des albums étudiés, j’ai rencontré huit archivistes.

Ill. 1 - E.-P. Jacobs, La Marque jaune, Casterman, 1954.

Ill. 1 - E.-P. Jacobs, La Marque jaune, Casterman, 1954.
  • 6 E.P. Jacobs, La Marque jaune, Lombard, 1956.
  • 7 Ibid., p. 22-23.

  • 8 Ibid., p. 33.


8Dans La Marque jaune, les héros Blake et Mortimer sont à la poursuite du voleur mystérieux de la couronne impériale d’Angleterre6. Dans ce cadre, le professeur Mortimer effectue des recherches au quotidien le Daily Mail, dont il rencontre l’archiviste, Mister Stone. Les documents consultés ne sont pas des archives, puisqu’il ne s’intéresse qu’« aux vieilles collections du journal »7. L’archiviste, que l’on pourrait aussi assimiler ici à un documentaliste, porte des lunettes et un cache-poussière. Mister Stone réapparaît plus tard lorsqu’il vient apporter un livre chez le professeur Mortimer8. Outre son extrême conscience professionnelle qui le conduit à aider ses lecteurs jusqu’à leur domicile et en dehors des heures de service, les qualités de l’archiviste du Daily Mail qui sont présentées ne concernent que sa gestion de la bibliothèque du journal. Il correspond donc davantage à l’image que nous pourrions avoir d’un documentaliste.

  • 9 M. Tillieux, Les Moines rouges, Dupuis, 1964.


9Dans l’album intitulé Les Moines rouges, Gil Jourdan, un détective privé, mène l’enquête dans une abbaye hantée9. Il percera ce mystère, mais c’est l’inspecteur Crouton qui lui détaillera la personnalité du coupable. Ce dernier s’appelait Antoine Vernet, était licencié ès lettres et avait été attaché au service des archives de la police. Échappé de l’hôpital psychiatrique où il avait été interné et où il était considéré comme dangereux, Vernet s’était réfugié dans l’abbaye dont un des ancêtres avait été le fondateur. Aucune cause n’est proposée pour expliquer l’hospitalisation de Vernet et rien ne permet de supposer qu’elle ait été justifiée par son travail aux archives… Cette profession n’est mentionnée que dans un cadre purement contextuel et ne fait l’objet d’aucune représentation graphique. On retiendra malgré tout que cet archiviste était licencié ès lettres ; seule mention rencontrée relative à la formation réputée nécessaire pour être archiviste.

  • 10 Mitacq, J.-M. Charlier, Le Secret des templiers, Dupuis, 1966.

  • 11 Ces derniers ont reconstitué l’Ordre du Temple en jurant « de lui rendre son lustre et sa toute-pui (...)
  • 12 Ibid., p. 10.
  • 13 Ibid.
  • 14 Le Grand Robert de la langue française, Paris, 2e édition, 2001, t. 1, p. 741.

10Jacques Le Gall est un jeune homme dont les aventures ont été imaginées par Jean-Michel Charlier et dessinées par MiTacq. Dans Le Secret des templiers10, il est amené à sauver la vie d’un certain René Dormond qui a découvert le trésor des templiers et qui est poursuivi par leurs descendants11 ! Lorsqu’il raconte à Le Gall les événements qui lui ont valu cette haine, Dormond explique qu’à l’origine il était « un petit archiviste au service d’un historien célèbre »12. Ce dernier « préparait l’ouvrage le plus complet qui ait jamais été publié sur les templiers et [...] [il avait] chargé [Dormond] de fouiller toutes les archives existant sur le sujet »13. Nous nous trouvons donc en présence d’un archiviste au sens second du mot dans l’usage commun, à savoir un « érudit effectuant des recherches dans les archives »14.

Ill. 2 - MiTacq, J.-M. Charlier, Le Secret des templiers, Dupuis, 1966.

Ill. 2 - MiTacq, J.-M. Charlier, Le Secret des templiers, Dupuis, 1966.
  • 15 Mitacq, J.-M. Charlier, Le Secret..., op. cit., p. 41.

11Au cours de leurs recherches, Le Gall et Dormond vont rencontrer l’archiviste d’une ville. Celui-ci porte des lunettes, est vêtu d’un costume-cravate et est presque chauve. Il est affolé lorsqu’il se rend compte que des documents ont été vandalisés et doit reconnaître que ces derniers, qu’il identifie immédiatement, « ont opéré sous [son] nez »15. Il s’empresse alors de se rendre à la gendarmerie pour y faire une déposition.

  • 16 F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000, « Les cités obscures ». C’est cette édition (...)

12L’Archiviste de Schuiten et Peeters est paru en 1987 dans la série des « Cités obscures ». Une réédition enrichie de seize planches a été publiée en 200016. Les « Cités obscures » constituent un univers parallèle au nôtre auquel les narrateurs ont eu accès en découvrant un passage lors d’une visite du Palais de justice de Bruxelles en 1980. Chacun des albums de la série permet de découvrir une nouvelle facette de cet univers cohérent et utopique, mêlant habilement le réel et l’imaginaire.

Ill. 3 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000.


Ill. 3 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000.


Avec l’aimable autorisation des auteurs et des Éditions Casterman

  • 17 La tâche confiée à Louis par les autorités consiste à rédiger un rapport sur les Cités obscures des (...)
  • 18 F. Schuiten, B. Peeters, op. cit., p. 7.
  • 19 Ibid., p. 6.

13Isidore Louis, le héros de cet album17, est « chargé de recherches à l’Institut central des archives, sous-section des mythes et légendes »18. L’association de cet institut et de la sous-section concernée est pour le moins antinomique. Comment les mythes et légendes peuvent-ils produire des archives ? Au début de l’album, Louis se plaint de ne pas pouvoir travailler dans une section plus respectée comme « l’économie, les sciences politiques, la philosophie, [ou] les beaux-arts »19. On en conviendra, ces disciplines correspondent plutôt aux subdivisions d’une bibliothèque. D’un autre côté, si l’on considère qu’il s’agit de sections thématiques dans un dépôt d’archives, nous sommes en présence d’une conception erronée du métier d’archiviste.

14L’album ne se présente pas comme une bande dessinée classique, puisqu’outre deux planches de quatre vignettes chacune, chaque document découvert par Isidore Louis est présenté sur une page de droite tandis que la page de gauche correspondante comprend dans sa moitié supérieure une vignette représentant Louis dans son bureau et dans sa moitié inférieure le texte de son rapport. L’ouvrage comprend 27 illustrations en pleine page et en couleur et 36 vignettes en noir et blanc dont 27 d’une demi-page. Outre l’illustration de couverture, Louis est représenté dans 27 vignettes et dans la dernière illustration de pleine page qui clôt le livre. On le voit porter une épaisse pile de documents (5 vignettes), travailler dans son bureau de l’institut (20 vignettes), venir y chercher des preuves de ses propos après son éviction (2 vignettes) et attendre qu’on vienne l’arrêter assis dans son bureau personnel (1 vignette). Peu d’éléments dans les illustrations laissent supposer que l’on est en présence d’un archiviste, alors qu’il s’agit de l’album où ce personnage est le plus souvent représenté.

15Isidore Louis porte un long vêtement maintenu par une ceinture que l’on pourrait assimiler à un cache-poussière puisqu’il ne le porte plus dans son bureau ou à son domicile. Louis a un physique assez quelconque et il faut reconnaître que l’ensemble des traits que nous venons de décrire permettrait tout aussi bien de figurer un bibliothécaire et qu’il entretient un certain flou sur sa profession véritable.

16La succession de vignettes représentant Louis dans son bureau voit ce dernier de plus en plus encombré. Isidore Louis ne peut bientôt plus s’asseoir ailleurs que sur une pile de ces documents. On conviendra que cette attitude est peu propice à leur bonne conservation. En outre, Louis boit dans son bureau, de l’alcool ou du café, et il renverse ces divers récipients dans un mouvement de colère. Ici encore, nous sommes loin des précautions d’usage.

Ill. 4 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000

Ill. 4 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000

Avec l’aimable autorisation des auteurs et des Éditions Casterman

17Au vu de ces remarques, nous ne pouvons pas assurer qu’Isidore Louis est un archiviste et il pourrait tout aussi bien être documentaliste. Cette confusion tient probablement à l’univers créé par Schuiten et Peeters qui mêle réel et imaginaire et dans lequel une profession n’est jamais clairement définie. Eugène Robick, autre héros de cette série, n’est-il pas « urbatecte », c’est-à-dire à la fois architecte et urbaniste ? Dans le même sens, Louis serait « archivaliste » ou « documentiste ». C’est sans doute pour entretenir le flou autour de sa profession que nous n’avons pas rencontré de signe distinctif clair qui permettrait de l’étiqueter définitivement.

  • 20 Clio. Revue de l’association des historiens et du département d’histoire de l’UCL, septembre 2004-j (...)

18Le flou qui règne autour de ce personnage est tel qu’il a été choisi pour illustrer la couverture de Clio, revue de l’association des historiens et du département d’histoire de l’université catholique de Louvain20. Nul doute que l’intention des rédacteurs de cette revue est de représenter un historien. Sorti de son contexte, le personnage peut donc représenter n’importe quel érudit plongé dans un fouillis de documents.

  • 21 F. Schuiten, B. Peeters, Les Cités obscures. Le Guide des Cités, Casterman, 1996. Cet album est une (...)

19Le Guide des Cités est une présentation des Cités obscures (histoire, géographie, personnages illustres) qui se veut aussi complète que possible en fonction des données en possession des auteurs21. La notice consacrée à Isidore Louis comprend deux paragraphes : le premier résume les aventures narrées dans L’Archiviste et le second fait état de la situation actuelle de Louis. Il vivrait dans une ville (Alta-Plana) « où sont aujourd’hui regroupées toutes les archives du Continent obscur. Louis y aurait milité pour l’adoption d’un principe de classement « analogique », s’opposant ainsi aux tendances « alphabétique », « chronologique » et « logiciste » ». On notera ici encore la confusion entre archives et bibliothèques, confusion entretenue par la mention de deux systèmes de classement purement fictifs.

  • 22 F. Schuiten, Le Mystère d’Urbicande, Schlirf, 1985. Cet album est une réfutation de l’affaire du ré (...)
  • 23 F. Schuiten, B. Peeters, Le Petit Journal du Musée des Ombres, Casterman, 1991. Cette publication n (...)
  • 24 Cette exposition fut ensuite présentée à Sierre en juin 1990, puis à Bruxelles et à Paris en 1991.

20Le monde des archives est encore présent à deux reprises dans l’œuvre de Schuiten et Peeters : dans une plaquette de 1985 intitulée Le Mystère d’Urbicande22 et dans Le Petit Journal du Musée des Ombres23 qui accompagnait l’exposition « Le Musée des Ombres » inaugurée à Angoulême en janvier 199024.

  • 25 F. Schuiten, Le Mystère d’Urbicande, op. cit., p. 13.

21Dans Le Mystère d’Urbicande, De Brok fait état de la découverte de traces du passage de Robick à Brüsel dans les archives de la ville25. Cette remarque est purement contextuelle et n’est assortie d’aucune représentation graphique. Nous devons cependant remarquer que la réorganisation et le classement des archives de la ville par la faculté d’histoire et de lettres offrent un lointain écho à une réalité belge puisque la majorité des archivistes de ce pays sont historiens de formation.

  • 26 « [...] le pauvre bibliothécaire que je suis [...] », Le Petit Journal, op. cit., p. 3.

22Le Petit Journal du Musée des Ombres apporte un éclairage intéressant pour notre problématique. On y entretient la confusion que nous avons déjà rencontrée entre le monde des archives et celui des bibliothèques. On y trouve des extraits de la correspondance d’un archiviste (non identifié et non représenté) avec le Conservateur général, mais ces extraits concernent uniquement les problèmes de solidité de la structure de la bibliothèque. L’archiviste se définit lui- même dans ces lignes comme un bibliothécaire26. Cette dernière mention d’un archiviste confirme donc le caractère volontairement flou entretenu dans cette série.

  • 27 R. Macherot, Chaminou contre le Khrompire, Dupuis, 1965.
  • 28 Trois autres albums suivront de la main d’Olivier Saive, mais la série s’éteindra en 1993.

23Les aventures de Chaminou ont été imaginées par Raymond Macherot en 196527. Cette série animalière voit les animaux vivre en parfaite harmonie dans le royaume de Zoolande grâce à une loi interdisant aux carnivores de manger de la viande. Elle ne connut pas un grand succès et le second album ne parut qu’en 1989 sous la houlette de Bodart et de Yann28. Dans L’Affaire Carotassis, le comte Chaminou, membre de la Police secrète du roi, fera échouer une tentative de renversement du régime fomentée par Carotassis, un lapin milliardaire sans scrupule. Un des moyens imaginé par Carotassis consistait à révéler l’existence d’un frère caché du roi, fruit des amours adultérins de la mère de ce dernier avec le jardinier du palais, un lapin. Chaminou parviendra à révéler la duplicité de Carotassis et le roi Léon retrouvera son trône. Néanmoins, à la fin de l’album, Oscar Noyau, archiviste de la préfecture, rencontre le roi en présence de Chaminou et lui révèle, preuves à l’appui, la réalité de l’adultère. Le roi décide alors que le plus grand silence doit entourer ces révélations et il demande à Chaminou de dévorer le malheureux archiviste et de faire disparaître les preuves.

Ill. 5 - Yann Bodart, L’Affaire Carotassis, Marsu, 1989

Ill. 5 - Yann Bodart, L’Affaire Carotassis, Marsu, 1989

(www.marsuproductions.com)

24Intéressons-nous maintenant aux derniers moments d’Oscar Noyau. Il

Haut de page

Annexe

Liste des auteurs étudiés

Haut de page

Notes

1 Ce nombre est bien entendu inférieur au nombre total d’auteurs belges de bande dessinée. Le catalogue d’une exposition organisée par la Bibliothèque royale de Belgique en 1968 proposait en effet déjà un répertoire de 226 auteurs. (Introduction à la bande dessinée belge, Bruxelles, Bibliothèque royale, 1968). Nous nous sommes contentés de la liste proposée par l’Encyclopédie de la bande dessinée internationale parce qu’elle comprenait sans conteste les auteurs les plus marquants. On déplorera malgré tout certaines omissions, comme celle de Philippe Geluck, par exemple.

2 C. Moliterni, P. Mellot, L. Turpin, M. Denni, N. Michel-Szelechowska, BD Guide. Encyclopédie de la bande dessinée internationale, Omnibus, 2003.

3 Cf. liste de ces auteurs en annexe.

4 M. Hardy, S. Desberg, Arkel. Les sept diables supérieurs, Dupuis, 1985.

5 Hergé, Le Secret de la licorne, Tournai, Casterman, 1943.

6 E.P. Jacobs, La Marque jaune, Lombard, 1956.

7 Ibid., p. 22-23.


8 Ibid., p. 33.


9 M. Tillieux, Les Moines rouges, Dupuis, 1964.


10 Mitacq, J.-M. Charlier, Le Secret des templiers, Dupuis, 1966.


11 Ces derniers ont reconstitué l’Ordre du Temple en jurant « de lui rendre son lustre et sa toute-puissance » et ils veulent éliminer Dormond qui a percé leur secret. Ibid., p. 10.

12 Ibid., p. 10.

13 Ibid.

14 Le Grand Robert de la langue française, Paris, 2e édition, 2001, t. 1, p. 741.

15 Mitacq, J.-M. Charlier, Le Secret..., op. cit., p. 41.

16 F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000, « Les cités obscures ». C’est cette édition qui est utilisée comme référence dans cet article.

17 La tâche confiée à Louis par les autorités consiste à rédiger un rapport sur les Cités obscures destiné à convaincre les adorateurs de cet univers de leur erreur. Au terme de son travail, Louis ne pourra que convenir que cet univers existe bel et bien. Il sera alors démis de ses fonctions et son rapport sera gardé secret.

18 F. Schuiten, B. Peeters, op. cit., p. 7.

19 Ibid., p. 6.

20 Clio. Revue de l’association des historiens et du département d’histoire de l’UCL, septembre 2004-janvier 2005, n° 124, Louvain-la-Neuve. Je remercie vivement Monsieur Claude Depauw, archiviste de la Ville de Mouscron, qui m’a obligeamment signalé cette utilisation du personnage de Schuiten et Peeters.

21 F. Schuiten, B. Peeters, Les Cités obscures. Le Guide des Cités, Casterman, 1996. Cet album est une production dérivée de la forme traditionnelle de la bande dessinée puisqu’il se présente comme un véritable guide et que certaines illustrations sont aussi photographiques. On y retrouve Isidore Louis, mais également un employé des archives de la Ville de Bruxelles.

22 F. Schuiten, Le Mystère d’Urbicande, Schlirf, 1985. Cet album est une réfutation de l’affaire du réseau présentée dans La Fièvre d’Urbicande. Cette plaquette est attribuée au professeur de Brok, doyen de la faculté des sciences de Brüsel. L’ouvrage est composé d’un texte agrémenté de quelques illustrations et annoté de la main de l’urbatecte Eugène Robick.

23 F. Schuiten, B. Peeters, Le Petit Journal du Musée des Ombres, Casterman, 1991. Cette publication n’appartient pas vraiment au monde de la bande dessinée. De tels procédés ne sont pas rares dans l’œuvre de Schuiten et Peeters qui n’ont pas hésité à recourir à d’autres moyens pour représenter leur univers (exposition, film, cd-rom par exemple).

24 Cette exposition fut ensuite présentée à Sierre en juin 1990, puis à Bruxelles et à Paris en 1991.

25 F. Schuiten, Le Mystère d’Urbicande, op. cit., p. 13.

26 « [...] le pauvre bibliothécaire que je suis [...] », Le Petit Journal, op. cit., p. 3.

27 R. Macherot, Chaminou contre le Khrompire, Dupuis, 1965.

28 Trois autres albums suivront de la main d’Olivier Saive, mais la série s’éteindra en 1993.

29 L’expression « rat de bibliothèque » que l’on ne peut manquer d’associer au personnage pourrait faire pencher pour cet animal, mais les souris sont également des animaux fréquemment associés aux archives.

30 Lors de l’exposé de cette communication, j’ai également présenté des diapositives qui illustraient d’autres éléments susceptibles d’évoquer le monde des archives (salle de lecture, sigillographie, protection des archives). Comme cette présentation était très circonstanciée et que ces thèmes feront l’objet d’un prochain article, je n’en ferai pas mention ici.

31 Pour mémoire, cette définition est la suivante : « Personne ayant une formation archivistique et chargée de la gestion des archives dans un service d’archives ». R. Petit, D. Van Overstraeten, H. Coppens et J. Nazet, Terminologie archivistique en usage aux archives de l’État en Belgique, Bruxelles, 1994 (Archives générales du Royaume et archives de l’État dans les provinces. Miscellanea archivistica. Manuale, 16), n ̊ 50, p. 39.

32 Même si le thème de l’album, le trésor des templiers, est plutôt fantaisiste.


33 J.-P. Thibaudat, « L’honneur retrouvé des deux archivistes », dans Libération, 18 avril 2003.

34 F. Antoine, L.A. Bernardo Y Garcia, Les Archives du monde politique aux archives de l’État en Belgique, Archives nationales de France, [2005] (http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/formation/exposes%20stagiaires/Fran%E7ois%20Antoine.collecte.pdf ).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 - E.-P. Jacobs, La Marque jaune, Casterman, 1954.
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/183/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre Ill. 2 - MiTacq, J.-M. Charlier, Le Secret des templiers, Dupuis, 1966.
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/183/img-2.png
Fichier image/png, 215k
Titre Ill. 3 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000.

Crédits Avec l’aimable autorisation des auteurs et des Éditions Casterman
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/183/img-3.png
Fichier image/png, 131k
Titre Ill. 4 - F. Schuiten, B. Peeters, L’Archiviste, Casterman, 2000
Crédits Avec l’aimable autorisation des auteurs et des Éditions Casterman
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/183/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Ill. 5 - Yann Bodart, L’Affaire Carotassis, Marsu, 1989
Crédits (www.marsuproductions.com)
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/183/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Libert, « L’image de l’archiviste dans la bande dessinée belge », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 271-283.

Référence électronique

Marc Libert, « L’image de l’archiviste dans la bande dessinée belge », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/183

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals