Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Le cardinal Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier  : le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez

Frédérique Lemerle
p. 121-134

Texte intégral

  • 1 « Le frontispice de Rodez. Essai d’interprétation », Il se rendit en Italie, Études offertes à Andr (...)
  • 2 Art et Architecture en France 1500-1700, Paris, Macula, 1983, p. 82 (1re éd.  : Londres, 1953).

1En 1987, Henri Zerner offrait à André Chastel une brillante étude sur le frontispice de la cathédrale de Rodez, œuvre savante, expression du « triomphe de la catholicité moderne »1. Son essai se voulait une réponse à la critique sévère d’Anthony Blunt qui reprochait à Guillaume Philandrier, l’auteur présumé de cette étonnante réalisation, d’avoir dans un contexte gothique conçu pour le couronnement une façade d’église romaine « en avance pour sa date », sans aucun sens de l’échelle ni de la convenance2  ; il démontre comment cette « architecture miniaturisée » s’inscrit en réalité parfaitement dans la tradition médiévale, qui ignore la séparation entre structure et ornement. Il est nécessaire d’enrichir cette interprétation à la lumière des recherches sur Philandrier et sur son patron, le cardinal d’Armagnac. Il fallait en effet un commanditaire exceptionnel et un homme de l’art tout aussi remarquable pour concevoir le frontispice de Rodez.

  • 3 D’Armagnac quitta Rome avec le cardinal de Meudon le 19 avril ; en juillet il était à Rodez, voir F (...)
  • 4 Cf. J. Bousquet, « Guillaume Philandrier et l’architecture de la Renaissance en Rouergue », Études (...)
  • 5 Sur la présence de Georges d’Armagnac à Rodez, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3) p. 21 et n. 113.
  • 6 Voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 22.
  • 7 J.- A de Thou, Histoire universelle 1543-1607, [Paris], 1734, V, p. 102.
  • 8 In decem libros M. Vitruvii Pollionis de Architectura Annotationes. Ad Franciscum Valesium Regem Ch (...)
  • 9 M. Vitruvii Pollionis de Architectura Libri decem Ad Caesarem Augustum omnibus omnium editionibus l (...)
  • 10 Epitome Omnium Georgii Agricolæ De Mensuris et Ponderibus Librorum… Nunc ab eodem reuisa & mensis r (...)

2Après l’élection de Jules III Philandrier était revenu en France avec le cardinal  : en juillet 1550 ils étaient à Rodez3, où l’humaniste choisit de se fixer définitivement (sa présence est en effet attestée en 1554, 1555 et 1556)4. Même s’il n’accompagna plus Georges d’Armagnac dans la Ville éternelle où ce dernier séjourna encore de 1554 à 1557 pour préparer l’élection du successeur de Jules III, il resta en relations étroites avec le cardinal, qui revint régulièrement dans la cité ruthénoise dont il eut la charge jusqu’en 15625. Par son intermédiaire Philandrier demeura en contact avec le milieu architectural romain. S’il vécut confortablement des nombreux bénéfices qu’il reçut (chanoine de la cathédrale en 1554, recteur de Saint-Martial de Cabriac, chapelain de Cantobre, prieur de Saint-Laurent de Cuéjouls, ou archidiacre de Saint-Antonin6), il ne fut point pour autant le paresseux décrit par Jacques-Auguste de Thou7. Il ne publia sans doute pas tous les ouvrages que promettait en 1544 la dédicace de ses Annotationes8, mais se consacra jusqu’en 1552 à l’édition considérablement augmentée de son commentaire sur Vitruve, qu’il publia à Lyon comme il l’avait envisagé quelques années plus tôt lors de son second séjour romain9. Il édita à la suite de son commentaire un abrégé (Épitomé) du traité de Georg Bauer (dit Agricola), De mensuris et ponderibus Romanorum atque Græcorum, paru deux ans plus tôt à Bâle, avant d’en publier à part la même année une version revue et corrigée10. Après ce long travail éditorial, le théoricien put s’intéresser à l’architecture réelle. Le massif occidental de la cathédrale Notre-Dame attendait son couronnement : Philandrier conçut l’ambitieux projet d’un frontispice d’avant-garde, préfiguration de la façade d’église de la Contre-Réforme dont le Gesù de Rome allait donner quelques années plus tard la version achevée, et d’une tour dans le même style à l’antique (ill. 1).

Ill. 1. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Façade occidentale

Ill. 1. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Façade occidentale
  • 11 Sur l’activité d’A. Salvahn, voir É. Hamon, « Architecture flamboyante et sources écrites en Rouerg (...)

3Lorsque Georges d’Armagnac succéda à l’évêque de Rodez François d’Estaing, la cathédrale, dont la première pierre avait été posée en 1277, n’était toujours pas achevée. De 1501 à 1530, ce dernier avait lui-même poursuivi l’œuvre de ses prédécesseurs, faisant édifier notamment les dernières travées de la nef et la façade occidentale à hauteur de la rosace par Antoine Salvahn. De 1513 à 1526, celui qu’Étienne Hamon considère comme « le plus grand architecte rouergat de la fin du Moyen Âge »11 avait aussi reconstruit dans le style flamboyant la partie haute du grand clocher. La style gothique en effet resta d’actualité pour les édifices religieux en France tout au long du XVIe siècle, en raison de sa forte valeur symbolique.

  • 12 « Nos Augusti Sanctæ quæ consacrat/loci speciem miremur »  ; « Facessant Ægyptiorum insanæ piramidu (...)
  • 13 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… » cit. (n. 1), p. 301.

4Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier eurent à cœur d’achever l’édifice de façon éclatante. Les deux inscriptions, gravées sur les côtés sud et ouest de la tour, composées selon toute vraisemblance par l’humaniste lui-même, annonçaient un ambitieux projet  : faire de la cathédrale consacrée à la Vierge une merveille plus inouïe encore que les Pyramides12 (ill. 2). Cette tour, entreprise peu après le frontispice dans le même style à l’antique, qui devait former avec lui un ensemble cohérent, ne put être achevée : les travaux furent interrompus au-dessus de la base des colonnes du premier niveau et ne furent jamais repris. On peut imaginer une réalisation comparable aux clochers qui avaient été prévus pour Saint-Pierre par Bramante et Sangallo13.

Ill. 2. Détail de la tour

Ill. 2. Détail de la tour
  • 14 Les bulles de transmission sont toutefois datées du 27 juin 1561.
  • 15 Voir supra, n. 2.

5Le frontispice, qui porte les armoiries de Georges d’Armagnac avec le chapeau de cardinal, fut sans doute réalisé après la publication de la version augmentée des Annotationes, autrement dit entre 1552 et 1562, année où d’Armagnac fut promu archevêque de Toulouse et laissa de fait l’évêché de Rodez à son neveu, Jacques de Corneilhan, lequel fit son entrée solennelle dans la cité ruthénoise le 16 mai 156214 (ill. 3). C’est la précocité de l’entreprise qui doit retenir ici l’attention. En effet le frontispice est souvent considéré comme une simple manifestation de la Contre-Réforme dans une province française reculée, dont le prélat, il est vrai, est une personnalité de premier plan  : la protection de Marguerite de Navarre lui avait valu l’ambassade à Venise, puis à Rome et le cardinalat. On n’a pas assez pris en compte les conditions même de sa genèse. Anthony Blunt, malgré son jugement sévère sur l’incongruité de la réalisation, avait à très juste titre salué sa modernité : « Dans le détail, le dessin est remarquablement pur et plutôt en avance pour sa date, même pour des idées italiennes »15.

Ill. 3. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice

Ill. 3. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice
  • 16 Sur Philandrier et l’académie vitruvienne, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 16-17.

6Il faut aussi voir dans le frontispice de Rodez le fruit d’une collaboration exceptionnelle. Le commanditaire, mécène généreux, grand collectionneur et bibliophile averti, fut, on le sait moins, très féru d’architecture : il connaît parfaitement Vitruve, dont il lut le traité avec Philandrier à Venise dès 1536. Ce dernier évoque avec nostalgie ces lectures dans la préface de 1552 dédiée à son patron. C’est sans doute Georges d’Armagnac qui l’incita à suivre l’enseignement de Sebastiano Serlio, « professor di architectura », en quête de protection puissante. C’est sans doute encore lui qui a poussé son lecteur à entreprendre ses Annotationes sur Vitruve, parallèlement aux travaux de l’Accademia della Virtù, animée par Claudio Tolomei, laquelle, après la poésie en langue vulgaire, s’intéressa à partir de 1540 aux monuments antiques et au traité de l’architecte romain. Aussi Philandrier qui en fut un membre actif dès 1541, publia-t-il à Rome chez Andrea Dossena son commentaire de Vitruve (In decem libros M. Vitruvii Pollionis de architectura Annotationes), alors que ses collègues étaient encore occupés par la lecture du livre IX. Du reste les travaux de l’académie s’interrompirent définitivement en octobre 1545 après le départ de Rome de Tolomei, passé au service de Pier Luigi Farnèse16.

  • 17 1552, IV, 8, [1].
  • 18 Sur le second séjour à Rome, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 18-20.
  • 19 La façade fut commencée en 1566-1567 et achevée en 1579.
  • 20 Le projet vignolesque est connu en 1568 par la médaille de fondation.
  • 21 L’architettura dell’età della stampa. Oralità, scrittura, libro stampato e riproduzione meccanica d (...)

7Le frontispice est l’expression des recherches architecturales menées à Rome depuis le début du siècle sur la façade d’église et plus généralement de l’église idéale à laquelle aspirait le Concile de Trente, dont Philandrier avait suivi les travaux avec un intérêt manifeste dans les années 46-50, comme le révèle la seconde édition des Annotationes17. Il avait continué à fréquenter l’élite intellectuelle et artistique18, notamment Pirro Ligorio avec qui il parcourut inlassablement les ruines, et la setta sangallesca, encore active après la mort d’Antonio en 1546. On ne peut expliquer l’édifice sans le mettre en rapport avec le second séjour romain, voire avec le troisième séjour de Georges d’Armagnac seul. Comme je l’ai rappelé ailleurs, la façade reprend le type de modèle imaginé au siècle précédent par Alberti à Santa Maria Novella à Florence, soit deux niveaux de largeur inégale surmontés d’un fronton triangulaire, et reliés de chaque côté par un motif lui aussi triangulaire, décoré de volutes disposées en forme de S. Ce type avait été adopté et régularisé, dans un langage plus moderne, par Sangallo à Santo Spirito in Sassia, à Rome. Seul le motif de liaison entre les deux niveaux a changé : Antonio a réduit l’aileron au minimum pour créer une forme triangulaire à courbure unique concave, décorée de deux volutes identiques, sorte de chapiteaux ioniques étirés. Dans les Regole generalidi architetura publiées à Venise en 1537 (f. 44), Serlio, qui avait initié Philandrier à la théorie architecturale, propose un modèle de façade avec des ailerons similaires à ceux de Sangallo, mais plus développés en largeur et dépourvus de volutes, qui inspira Vignole à Santa Maria dell’Orto19 et pour le projet du Gesù20. À Rodez, l’humaniste ne se contente pas de transposer la planche serlienne, comme le pense Mario Carpo21 ; il choisit un autre parti décoratif, en reprenant le motif albertien en forme de S, mais avec des volutes de taille différente, comme à Sant’Agostino, et en réduisant au minimum le développement en largeur de l’aileron, comme Sangallo (ill. 4).

Ill. 4. Frontispice, détail des volutes

Ill. 4. Frontispice, détail des volutes
  • 22 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… », op. cit. (n. 1), p. 302.

8Il se situe donc dans la tradition romaine du milieu du siècle, mais innove en proposant une solution dont Giacomo Della Porta allait donner au Gesù quelques années plus tard une variation avec des ailerons plus importants, promise au succès que l’on sait  : la façade de l’église romaine fut réalisée entre 1571 et 1577 (ill. 5). Philandrier révèle ici une capacité d’invention inattendue de la part d’un pur théoricien en même temps qu’il apporte indirectement un témoignage de premier ordre sur les recherches menées à Rome dans les années 50-60, dont il n’a pu être informé que par le cardinal d’Armagnac. Le frontispice est ainsi beaucoup plus qu’un simple « morceau de décoration », exigeant peu d’expérience de la construction22 ; en aucun cas il ne peut se limiter à cela.

Ill. 5. Rome, église du Gesù

Ill. 5. Rome, église du Gesù

9La façade est universellement louée pour la pureté générale du dessin et la beauté des proportions. J’insisterai sur sa force plastique, créée par le choix des supports, colonnes engagées du tiers, en saillie avec la travée centrale, et le jeu de pleins et de vides habilement ménagés par les niches et les bas-reliefs, qui révèlent une science des effets remarquable pour l’époque, même en Italie (ill. 6).

Ill. 6. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice

Ill. 6. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice
  • 23 Voir F. Lemerle, op. cit. (n.3). Je remercie M. Louis Causse, architecte des Bâtiments de France, q (...)
  • 24 « Digressio utilissima, qua Philander universam columnationis & trabeationis rationem pro vero subs (...)

10Il me faut revenir sur le détail des ordres et approfondir les remarques faites à ce sujet en l’an 200023. L’ordre ionique avec son architrave à trois fasces et sa frise bombée obéit tout à fait à la règle fixée pour cet ordre par le théoricien dans la fameuse Digression du livre III24, l’absence de base pouvant s’expliquer par la position particulière de l’ordre (ill. 7).

Ill. 7. Rodez, cathédrale. Ordre ionique du frontispice

Ill. 7. Rodez, cathédrale. Ordre ionique du frontispice

11L’ordre inférieur est plus problématique. Il s’agit apparemment d’un dorique ; je l’avais identifié plutôt comme un toscan sur la foi de la base à tore unique (que je n’avais pu qu’entrevoir lors d’une visite à Rodez dans les années 80), conforme à celle que le théoricien préconise pour le plus simple des ordres. Les relevés et les vues plus précises dont je dispose aujourd’hui permettent d’apporter d’utiles précisions. Si l’architrave à deux fasces et le chapiteau à annelets renvoie manifestement au dorique (encore qu’il n’y ait que deux annelets et non trois) (ill. 8), la frise reste nue, sans les triglyphes ni les métopes caractéristiques, qui auraient pu être taillés même dans le grès local. Quant à la base, décorée d’un tore surmonté d’une baguette, elle n’est pas la base attique préconisée pour le dorique, base formée de deux tores superposés séparés par une scotie encadrée de réglets.

Ill. 8. Ordre dorique du frontispice

Ill. 8. Ordre dorique du frontispice

12En revanche, ce sera le modèle choisi par Vignole pour son ordre dorique dans la Regola publiée en 1562 (ill. 9). Le même ordre avait été prévu pour la tour sud-ouest.

Ill. 9. Vignole, piédestal et base doriques

Ill. 9. Vignole, piédestal et base doriques

(Regola deli cinque ordini… 1562, pl. XII)

  • 25 L’architrave ionique varie selon la hauteur de la colonne (Vitruve, III, 5, 8).

13D’après les relevés, les proportions obéissent dans l’ensemble aux préceptes définis dans la Digression  : un demi-diamètre pour la base et le chapiteau. Les colonnes présentent des proportions moins courantes : un peu moins de 9 diamètres pour l’ordre inférieur, contre 7/8 selon qu’il s’agit du toscan et du dorique ; 8,5 au lieu de 85/6 pour l’ionique. L’entablement du premier ordre est le quart de la colonne, l’ionique un peu plus du cinquième25. Philandrier a donc su s’écarter de la théorie et faire preuve de ce judicium, qu’il revendique par ailleurs, si nécessaire à l’architecte pour prendre en compte les paramètres d’une construction hors norme. L’ordre inférieur, placé lui-même sur un stylobate, dissimulé par une balustrade, est délibérément plus élancé ; l’ionique dépourvu de base n’est pas diminué du quart, comme il devrait l’être en théorie lorsqu’il y a superposition. Les statues de Saint-Pierre et de Saint-Paul au niveau des volutes peuvent paraître d’une hauteur excessive, comme celle des deux anges encadrant la Vierge qui couronne de sa haute taille le fronton : ce sont en réalité des libertés prises à bon escient par l’architecte pour transformer une façade d’église romaine en motif ornemental à l’échelle de la cathédrale ruthénoise. Philandrier, en virtuose disciple de Vitruve, a su résoudre le problème optique posé par l’éloignement du couronnement grâce à des proportions adéquates. Et le problème n’était pas mince. Car le frontispice répond nécessairement à une double échelle : la façade d’église qui le constitue obéit à une cohérence propre, en même temps qu’elle est un motif décoratif du massif occidental parmi d’autres comme la rosace ou les clochetons. Malgré l’inachèvement de la tour sud-ouest qui la complétait, elle est en l’état, tout à fait harmonieuse. Je me contenterai de rappeler l’analyse pertinente d’Henri Zerner :

  • 26 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… », op. cit. (n. 1), p. 307.

« De loin c’est un motif qui s’intègre parfaitement dans la silhouette de l’église. En particulier lorsqu’on vient de l’ouest, le fronton et le haut de la tour du transept nord se juxtaposent et les statues de couronnement des deux parties de l’édifice se répondent comme une rime visuelle. De plus près, à une trentaine de mètres, soit un angle supportable de quarante-cinq degrés, on distingue nettement une façade classique en opposition flagrante de style avec son environnement (ce qui choquait tant Anthony Blunt), et en particulier les clochetons flamboyants qui l’encadrent26 ».

  • 27 P. N. Pagliara, « Vitruvio, da testo a canone », Memoria dell’antico nell’arte italiana, III, Turin (...)
  • 28 Regola delli cinque ordini d’architettura, Rome, [1562]. Sur la dette de Vignole, voir supra, n. 27
  • 29 De fait la présence de l’humaniste dans la cité ruthénoise n’est plus attestée après cette date. Su (...)

14Malgré quelques maladresses dans l’exécution, imputables sans nul doute au tailleur de pierre (oubli du troisième annelet dans le chapiteau dorique, balustre de forme obsolète), le frontispice de Rodez est unique. Certains éléments, comme la base formée, outre la plinthe, d’un tore et d’une baguette, la solution des volutes de liaison, renvoient à Vignole et Della Porta et plus largement à la construction du Gesù, en un mot au milieu du cardinal Alexandre Farnèse, que Philandrier connaît depuis longtemps. Le lecteur de l’ambassadeur du roi de France, dès 1539 avait fréquenté la cour de Paul III. D’autre part, membre éminent de l’Accademia dellà Virtù, il avait conu le jeune Vignole chargé de faire des relevés des édifices antiques27. L’œuvre de Philandrier se révèle ainsi le fruit des recherches menées à Rome dans les années 1550-1560 sur la façade d’église, et le résultat des débats théoriques dans l’ambiente Farnèse que le Français n’a cessé de suivre. Vignole travaillait à son traité sur les ordres, la fameuse Regola (qui, soit dit en passant doit beaucoup à la Digression) dédiée comme il se doit au cardinal Alexandre Farnèse, petit-fils de Paul III28. Voilà pourquoi le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez est à lui seul un manifeste architectural, expression précoce de la grande architecture romaine des années 1570, et reste un modèle du genre. Il fut la première et la dernière réalisation de Philandrier qui en 1562 rejoignit Georges d’Armagnac à Toulouse, nouvel archevêque de la ville29 ; il y mourut trois ans plus tard.

  • 30 Voir N. Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez 1417-1563, P (...)
  • 31 L’évêque fit restaurer à partir de 1583 la cathédrale qui avait été ravagée par les protestants en (...)

15L’exemple du cardinal d’Armagnac et de Guillaume Philandrier illustre parfaitement les liens étroits entre cardinalat et architecture d’avant-garde. L’association d’un prélat d’exception à un grand théoricien et commentateur de Vitruve explique un édifice dont le dessin parfait et l’absolue modernité ne purent échapper aux habitants de la grande cité rouergate et qui, visible de très loin, à une époque bouleversée par de grands troubles religieux, réaffirmait aux populations alentour la force d’une Église militante, à laquelle ses concepteurs adhéraient30. Le frontispice qui vint couronner quelques décennies plus tard la cathédrale Saint-Jean Baptiste à Bazas, à l’instigation de l’évêque Arnaud de Pontac (ill. 10)31, s’il procède du même esprit, confirme a posteriori le génie de celui de Rodez.

Ill. 10. Bazas, cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Ill. 10. Bazas, cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Haut de page

Notes

1 « Le frontispice de Rodez. Essai d’interprétation », Il se rendit en Italie, Études offertes à André Chastel, Rome/Paris, Edizioni dell’Elefante/Flammarion, 1987, p. 301-308.

2 Art et Architecture en France 1500-1700, Paris, Macula, 1983, p. 82 (1re éd.  : Londres, 1953).

3 D’Armagnac quitta Rome avec le cardinal de Meudon le 19 avril ; en juillet il était à Rodez, voir F. Lemerle, Les Annotations de Guillaume Philandrier sur le De architectura de Vitruve, Livres I à IV, Introduction, traduction et commentaire, Paris, Picard, 2000, 21 et n. 112. Sur G. d’Armagnac, voir P. Maruéjouls, Étude biographique sur le cardinal d’Armagnac 1500-1585, thèse inédite de l’École des Chartes, 1896, 2 vols. (second volume : Pièces justificatives) ; exemplaire manuscrit, Rodez, Société des Lettres et Arts de l’Aveyron.

4 Cf. J. Bousquet, « Guillaume Philandrier et l’architecture de la Renaissance en Rouergue », Études Aveyronnaises, Recueil des travaux de la Société des Lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 1997, p. 232.

5 Sur la présence de Georges d’Armagnac à Rodez, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3) p. 21 et n. 113.

6 Voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 22.

7 J.- A de Thou, Histoire universelle 1543-1607, [Paris], 1734, V, p. 102.

8 In decem libros M. Vitruvii Pollionis de Architectura Annotationes. Ad Franciscum Valesium Regem Christianissimum. Cum Indicibus Graeco & Latino locupletissimis, Rome, Andrea Dossena, 1544. Antoine du Verdier affirme avoir vu ces manuscrits à Toulouse. Sur la foi à accorder à son témoignage, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 21.

9 M. Vitruvii Pollionis de Architectura Libri decem Ad Caesarem Augustum omnibus omnium editionibus longè emendatiores, collatis veteribus exemplis. Accesserunt, Gulielmi Philandri Castilionii, civis Romani annotationes castigatiores, & plus tertia parte locupletiores…, Lyon, Jean de Tournes, 1552.

10 Epitome Omnium Georgii Agricolæ De Mensuris et Ponderibus Librorum… Nunc ab eodem reuisa & mensis repurgata, Lyon, Jean de Tournes, 1552.

11 Sur l’activité d’A. Salvahn, voir É. Hamon, « Architecture flamboyante et sources écrites en Rouergue  : la carrière de l’architecte Antoine Salvanh (vers 1479-vers 1554) », Études aveyronnaises, 2003, p. 189-218.

12 « Nos Augusti Sanctæ quæ consacrat/loci speciem miremur »  ; « Facessant Ægyptiorum insanæ piramidum moles »/ « Valeant orbis miracula ».

13 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… » cit. (n. 1), p. 301.

14 Les bulles de transmission sont toutefois datées du 27 juin 1561.

15 Voir supra, n. 2.

16 Sur Philandrier et l’académie vitruvienne, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 16-17.

17 1552, IV, 8, [1].

18 Sur le second séjour à Rome, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 18-20.

19 La façade fut commencée en 1566-1567 et achevée en 1579.

20 Le projet vignolesque est connu en 1568 par la médaille de fondation.

21 L’architettura dell’età della stampa. Oralità, scrittura, libro stampato e riproduzione meccanica dell’immagine nella storia delle teorie architettoniche, Milan, Jaca Book, 1998, p. 70.

22 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… », op. cit. (n. 1), p. 302.

23 Voir F. Lemerle, op. cit. (n.3). Je remercie M. Louis Causse, architecte des Bâtiments de France, qui à l’occasion d’une conférence que j’ai faite à Rodez en 2001 m’a autorisée à monter sur les toits du massif occidental et m’a alors communiqué les relevés du frontispice réalisés en 1995.

24 « Digressio utilissima, qua Philander universam columnationis & trabeationis rationem pro vero subsequentis capitis tertii intellectu, diligentissime explicat ». Sur l’importance de la Digression dans l’histoire de la théorie architecturale, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 38-42.

25 L’architrave ionique varie selon la hauteur de la colonne (Vitruve, III, 5, 8).

26 H. Zerner, « Le frontispice de Rodez… », op. cit. (n. 1), p. 307.

27 P. N. Pagliara, « Vitruvio, da testo a canone », Memoria dell’antico nell’arte italiana, III, Turin, 1986, p. 67-74 ; F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 41.

28 Regola delli cinque ordini d’architettura, Rome, [1562]. Sur la dette de Vignole, voir supra, n. 27.

29 De fait la présence de l’humaniste dans la cité ruthénoise n’est plus attestée après cette date. Sur les dernières années de Philandrier, voir F. Lemerle, op. cit. (n. 3), p. 44-45.

30 Voir N. Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez 1417-1563, Paris, Cerf, 1988.

31 L’évêque fit restaurer à partir de 1583 la cathédrale qui avait été ravagée par les protestants en 1561.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Façade occidentale
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-1.png
Fichier image/png, 707k
Titre Ill. 2. Détail de la tour
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-2.png
Fichier image/png, 648k
Titre Ill. 3. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-3.png
Fichier image/png, 690k
Titre Ill. 4. Frontispice, détail des volutes
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-4.png
Fichier image/png, 440k
Titre Ill. 5. Rome, église du Gesù
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-5.png
Fichier image/png, 425k
Titre Ill. 6. Rodez, cathédrale Notre-Dame. Frontispice
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Ill. 7. Rodez, cathédrale. Ordre ionique du frontispice
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-7.png
Fichier image/png, 643k
Titre Ill. 8. Ordre dorique du frontispice
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-8.png
Fichier image/png, 798k
Titre Ill. 9. Vignole, piédestal et base doriques
Légende (Regola deli cinque ordini… 1562, pl. XII)
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-9.png
Fichier image/png, 513k
Titre Ill. 10. Bazas, cathédrale Saint-Jean-Baptiste
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/223/img-10.png
Fichier image/png, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Lemerle, « Le cardinal Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier  : le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 121-134.

Référence électronique

Frédérique Lemerle, « Le cardinal Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier  : le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/223

Haut de page

Auteur

Frédérique Lemerle

CNRS, Tours, CESR, Université François Rabelais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals