Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Bède et ses sources

Bède et la tradition grammaticale latine

Louis Holtz
p. 9-18

Résumé

This article examines the orientation of the grammatical culture of Bede through his sources for the De arte metrica (DAM) and the De schematibus et tropis (DST). These treatises are not addressed to beginners, but aim at giving students a sophisticated Christian culture. From the grammarians of Antiquity Bede retains the initiation to a discerning and searching reading of the authors, far more than the theoretical definitions of the Artes. Which authors ? The poets, of course, but Christian poets, substituted for those of ancient Rome : these Christian poems, for which the DAM is the reader’s guide, are like a reflection of Holy Scripture. In passing from one treatise to the other the student crosses a decisive threshold both in his education and in the corpus of reference works. For the only true poetry is the word of God transmitted through Scripture « which we believe to be the intrinsic bearer of life everlasting »

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. Dionisotti, « On Bede, Grammars and Greek », Revue Bénédictine, 92, 1982, p. 111-141.

  • 2 M. Irvine, « Bede the Grammarian and the scope of grammatical studies in eighth-century Northumbria (...)

1Sur la signification des trois traités, De orthographia, De arte metrica et De schematibus et tropis, sur l’objectif pédagogique qui est celui de Bède, sur la conception qu’il se fait de la grammaire, nous disposons de deux études récentes et complémentaires, qui ont replacé Bède dans le milieu intellectuel de la Northumbrie du début du VIIIe siècle où il vivait et enseignait et où il a composé ses œuvres didactiques. Ces deux études sont assez pertinentes pour qu’il n’y ait pas lieu de remettre en cause les interprétations qu’elles proposent. Il s’agit d’une part de l’article de Carlotta Dionisotti1, et d’autre part de l’étude de Martin Irvine2.

2L’objet de mon étude sera un peu différent : je m’arrêterai sur la connaissance qu’avait Bède de la tradition grammaticale, sur l’utilisation qu’il fait de ses sources, sur sa méthode de travail et de composition, et incidemment sur le contenu de sa bibliothèque, en gardant toujours à l’esprit que ses trois traités ont profondément influencé, directement ou non, les lettrés de l’époque carolingienne.

3Réfléchir sur les sources de Bède et sur la façon dont il en a tiré parti est aujourd’hui chose plus facile puisque nous avons la chance de disposer depuis 1975 des éditions procurées au tome CXXIII A du Corpus Christianorum, Series Latina, par Charles W. Jones (De orthographia) et C. B. Kendall (De arte metrica, De schematibus et tropis) : listes de manuscrits, proposition d’un stemma, établissement critique du texte, recherche des sources, et même marquage typographique des mots ou des passages censés avoir été empruntés par Bède à ses devanciers, voilà des instruments qui semblent d’une qualité exceptionnelle pour aborder ces textes et en particulier le sujet que je me suis fixé.

4Il est certain que les éditons de Jones et de Kendall marquent un progrès immense sur les précédentes et on doit reconnaître l’importance du travail de ces deux philologues. Il ne faut pas tout demander à des éditeurs : l’étude de la diffusion des traités reste à faire, la liste des manuscrits peut être enrichie, et je ne parle pas en collectionneur, mais avec l’idée qu’un manuscrit non examiné peut apporter du nouveau, même pour l’établissement du texte. Mais il y a un point sur lequel cette édition fait illusion, c’est précisément celui des sources ; et cela, Carlotta Dionisotti, dans son article paru en 1982, l’a pointé avec l’exactitude et la clarté dont elle est coutumière. Je la cite :

  • 3 C. Dionisotti, art. cit., p. 112.


« En réalité, dit-elle, il n’y a rien de nouveau. Voilà plus de cinquante ans que Karl Barwick a établi l’essentiel dans ce qui est encore aujourd’hui l’étude fondamentale pour la tradition de la grammaire latine (elle fait allusion au grand ouvrage de Barwick, Remmius Palaemon und die römische ars grammatica, Leipzig, 1922) y compris, poursuit Carlotta Dionisotti, pour les sources variées du De orthographia de Bède. Le fait que le dernier éditeur ignore cette étude, avec le résultat que pour la plus grande partie son apparat des sources est inutile, faux ou trompeur, est le triste reflet du manque de contact entre les disciplines »3.

5Ce que dit Carlotta Dionisotti pour le De orthographia est a fortiori vrai pour les deux autres traités et ma communication pourrait porter comme titre : « Pour une réévaluation des sources grammaticales de Bède ».

  • 4 S. Bruni, Alcuino De orthographia, éd. cr. (de la rédaction 1), Firenze, ed. del Galluzzo, (Milleni (...)

6C’est une des raisons pour lesquelles je voudrais relancer ce problème de l’utilisation des sources, au moins pour le De arte metrica et le De schematibus et tropis, car pour le De orthographia, Carlotta Dionisotti a tout dit, et son article, y compris pour la situation compliquée du De orthographia d’Alcuin par rapport à celui de Bède, reste en ce domaine une étude qui n’a jamais été ni contestée, ni dépassée, en dépit d’une édition récente du texte d’Alcuin4.

7Il est à peine nécessaire de rappeler que même si, dans la liste de ses œuvres annexée par lui-même à la fin de l’Histoire ecclésiastique, ces trois traités figurent en dernière place, ils sont en fait les plus anciens ou parmi les plus anciens de son œuvre, puisqu’il les a composés quand il n’était encore que levita, c’est-à-dire diacre, et exerçait les fonctions de scholasticus dans son monastère. Son enseignement relevait donc avant tout de la pédagogie de l’école de grammaire. Cela nous reporte très haut dans le temps, au tout début du VIIIe siècle : ces ouvrages de Bède témoignent pour la culture insulaire du dernier quart du VIIe siècle, celle à laquelle Bède doit sa propre formation.

  • 5 Éd. M. de Marco, CCSL 133, 1968.
  • 6 Éd. G. J. Gebauer (†) - B. Löfstedt, CCSL 133 A, 1980.
  • 7 On trouvera par ex. au tome XC de la Patrologie latine, c. 631-642, le livre II, De partibus oratio (...)

8Deux grands personnages contemporains de Bède, l’archevêque Tatwine5 et le missionnaire saint Boniface6, ont écrit des grammaires latines élémentaires. Mais Bède n’a pas écrit d’ars grammatica, et, en même temps que je cherchais à en être sûr, car on lui en a çà et là attribué7 selon l’adage « on ne prête qu’aux riches », je me suis longtemps posé la question de savoir pourquoi. La réponse est fournie par l’existence même des trois traités, qui attestent, chacun à sa façon, que Bède place son programme pédagogique bien au-dessus du niveau élémentaire, pour lequel suffisent les tableaux de déclinaison et de conjugaison et l’Ars de Donat, explicitée par les commentaires antiques qu’il a sous la main et par les travaux des maîtres du VIIe siècle qui ont enseigné en Irlande et en Northumbrie.

9Ce qui compte pour lui, c’est d’entrer d’emblée dans le sens profond des textes sacrés, de donner à son élève une clef à la fois pour comprendre l’Écriture Sainte dans ses divers niveaux de signification, et pour en vivre : le public auquel il s’adresse, ses élèves, représentés par Cuthbert à qui sont dédiés les deux traités conjoints, sont des novices, qui embrassent la vie monastique, et auxquels le maître a le devoir de communiquer les éléments d’une culture chrétienne de haut niveau capable de nourrir leur vocation religieuse par la compréhension et la méditation de l’Écriture. Carlotta Dionisotti a bien montré comment le De orthographia s’adresse en fait à de futurs copistes de l’Écriture Sainte. C’est l’Écriture Sainte et elle seule qui est également au cœur des deux autres traités, mais d’une façon moins spécialisée : il s’agit en fait avec eux d’une formation plus générale.

10Dans le Haut Moyen Âge, tout projet pédagogique se situe dans le prolongement de l’Antiquité tardive ou en tout cas, par rapport aux Anciens, païens et chrétiens. De l’école de grammaire antique, ce que Bède retient comme le plus important, c’est la partie qui du temps des grammatici romains, représentait déjà l’essentiel, à savoir la lecture approfondie des auteurs, bien plus que les définitions théoriques des artes antiques. Il sait du reste, car il a sous la main les Étymologies d’Isidore, que la définition de la grammaire est beaucoup plus extensive que le contenu des artes.

11Mais quels auteurs ? Bède ne remet pas en cause le primat séculaire de la poésie dans la formation à la culture écrite, ce dont témoigne la conception même du De arte metrica, qui est un traité de métrique, dont la rédaction lui a semblé nécessaire pour mettre son propre enseignement à la portée de ses élèves.

  • 8 « Quand tu prends en mains le manuscrit d’un poème en hexamètres ou en distiques élégiaques, quelle (...)

12C’est une grande question : pourquoi ce maintien d’un enseignement de la poésie dans ces écoles monastiques du Haut Moyen Âge et d’une poésie fondée sur la quantité syllabique ? On se rappelle les questions que se posait Aldhelm sur la versification, sur la quantité des syllabes. Pour répondre, il faut penser à la situation de ces moines des pays insulaires, qui pensent dans une langue et prient dans une autre : la langue de la liturgie, de la parole de Dieu lue à l’office, la langue de la vie spirituelle, de la prière et de la méditation doit s’apprendre, et dans tous ses détails, alors que, chez les moines latins du continent, malgré un certain décalage, la pente du discours est la même entre le parler quotidien et le latin des livres et de l’office : dans les îles Britanniques, le latin est vraiment une langue étrangère.
Car le maître doit maintenant insister sur des détails sur lesquels il était quelques siècles plus tôt superflu de s’arrêter, par exemple sur le fait que dans un hexamètre ou un pentamètre, la première syllabe est toujours longue, que ce soit par nature ou par position, et Bède ajoute un paragraphe entièrement de son cru8 pour traiter de cette importante question, négligée par ses sources. Où placer l’accent quand on ne connaît pas la quantité de la pénultième ? C’est aussi cette connaissance pratique liée à la quantité que le novice apprend en récitant des hexamètres ou des distiques et qui lui servira quand il devra lire à voix haute à l’office l’Épître, l’Évangile ou la leçon des Matines.

  • 9 Art. cit.(supra n. 2) p. 30, n. 34 et 31, n. 37.

13Bède avait en mains toutes sortes de traités scolaires datant de l’Antiquité tardive, et sans doute aussi des textes que nous n’avons plus, ou que nous avons peut-être mais dans une tradition qui, depuis le début du VIIIe siècle, s’est déformée. Mais ces traités latins illustrent leur contenu avec des exemples de la poésie latine classique, de Virgile surtout. Comment raisonner sur la structure d’un vers latin, en s’appuyant sur des exemples épars, coupés d’un contexte devenu incertain ou inconnu et qui de ce fait perdent avec la plus grande partie de leur sens toute valeur poétique ? Car les traités de Servius, de Victorinus, de Mallius Theodorus, dont l’exposé technique est à la base du De arte metrica, sont illustrés par des vers que tous les élèves de l’école de grammaire antique connaissaient presque par cœur et en général dans leur contexte, mais qui ne disent plus rien aux novices northumbriens du début du VIIIe siècle. Je suis entièrement d’accord avec Martin Irvine9 : Bède avait vraisemblablement un manuscrit antique de Virgile dans sa bibliothèque, un auteur qui gardait certes un renom, puisque les Pères de l’Église le citaient si souvent, mais qu’il n’était pas question de mettre entre les mains d’élèves se destinant à la vie monastique et qu’il fallait initier au latin de l’Écriture. Certes la définition de l’hexamètre, du pentamètre et des autres schémas métriques relève des traités antiques et reste valable quels que soient les auteurs de référence. Il suffira pour mettre plus sûrement ces connaissances à la disposition des élèves northumbriens, de substituer aux exemples profanes les exemples pris chez les nouveaux auteurs de référence, les poètes chrétiens, dont la particularité est d’exposer sous forme métrique le contenu de la foi, et dont les œuvres représentent des sortes de résumés mnémotechniques des récits scripturaires.

14Et nous voyons ainsi, dans le De arte metrica, les poètes chrétiens promus au rang de classiques : le Carmen Paschale de Sedulius, les Evangeliorum libri de Juvencus, le De virginitate d’Aldhelm, le De actibus apostolorum d’Arator, les poèmes de Paulin de Nole à la gloire de saint Félix, ceux de Prosper d’Aquitaine, les hymnes d’Ambroise, la poésie de Prudence et même du Gaulois Cyprien, tout ce que l’Antiquité tardive a produit de poètes chrétiens ou presque fournit des exemples dans l’opuscule de Bède : il ne manque à peu près que Dracontius et la poétesse Proba. Ce sont eux les poètes du temps présent, et Bède les nomme presque chaque fois qu’il les cite.

15Cette substitution appelle deux remarques : Bède en écrivant ce traité ne remet pas en cause le rapport pédagogique institué par les anciens entre les textes classiques expliqués chez le grammaticus et les traités théoriques : ceux-ci depuis toujours justifient leur existence comme instruments au service de l’exégèse textuelle, ce qui explique pourquoi dans l’Antiquité l’essentiel de l’enseignement du grammaticus passant par la lecture expliquée des auteurs, les exemples des traités de grammaire théorique sont toujours poétiques, et même en majorité virgiliens. Autrement dit, pour comprendre l’existence du De arte metrica, il faut inverser les données du problème : ce qui est premier dans l’enseignement dispensé par Bède et par ceux qui à sa suite utiliseront son traité dans leur enseignement, ce sont les poètes chrétiens, et non le De arte metrica dont le rôle est de faciliter le déchiffrement de ces poèmes.

16La substitution d’exemples chrétiens aux exemples virgiliens signifie bien que les auteurs lus et expliqués par Bède devant ses élèves sont précisément les poètes chrétiens auxquels sont empruntés les exemples. Effectivement, la tradition textuelle en grande partie insulaire de ces poètes nous confirme qu’ils étaient au VIIIe siècle à la base de l’enseignement dans les écoles anglo-saxonnes.

  • 10 L. Holtz, « Les poètes latins chrétiens, nouveaux classiques dans l’Espagne wisigothique », dans De (...)

17Ma seconde remarque, à propos du De arte metrica, c’est que d’autres avant Bède s’étaient préoccupés de christianiser la grammaire. En effet, à l’époque même où Bède écrivait son traité, le canon scolaire dans les écoles épiscopales et monastiques de l’Espagne wisigothique10 avait substitué aux classiques de l’école romaine les poètes chrétiens, et cela depuis longtemps, sans doute même avant Isidore de Séville, comme le suggère l’opuscule De dubiis nominibus, qui date de la fin du VIe siècle et dont j’ai essayé de montrer ailleurs que c’est un traité hispanique et non gaulois. La tradition se maintient en Espagne pendant tout le VIIe siècle, comme l’atteste la grammaire dite de Julien de Tolède, composée vers 690, dont l’étude des sources de Bède semble montrer, mais je n’en suis pas encore tout à fait sûr, qu’il l’avait aussi entre les mains. Si nous comparons en tout cas la liste des exemples chrétiens introduits par Bède dans son traité à la liste des exemples chrétiens du De dubiis nominibus et de l’ars attribuée à Julien de Tolède, nous voyons bien qu’il s’agit d’échantillons différents : tous les exemples chrétiens du De arte metrica relèvent du choix personnel de Bède et de sa propre lecture des poètes en cause. Nous constatons aussi que chez Bède la substitution des poètes chrétiens aux poètes profanes est systématique, sans pourtant être totale dans le De arte metrica.

  • 11 Cf. le titre du ch. 16 du DAM : Ut prisci poetae quaedam aliter quam moderni posuerunt.
  • 12 Cassiodore, Variae, 4, 51.
  • 13 Bède, DAM, 123, 23.

  • 14 Bède, DAM, 115, 62 sqq.


18En effet, Bède est conscient de l’unicité de la technique de la versification, quel que soit le sujet. Ce sont les auteurs qui ont changé, non la technique du vers latin. Ces auteurs il les nomme recentiores poetae, ou posteriores poetae ou (en les opposant à prisci poetae) moderni poetae11 : moderni, mot bâti sur modo « maintenant » par analogie avec hodie hodiernus, et dont le créateur est Cassiodore12. Bède dit encore13 in nostratibus poematibus, expression dans laquelle « les poèmes de chez nous, de notre temps, ou de notre monde chrétien » signifie non pas les poètes northumbriens, mais enseignés chez nous. Bède montre même que pour l’harmonie, la place des iuncturae dans l’hexamètre, Sedulius fait aussi bien que Lucain. Mais il n’hésite pas alors à introduire dans son propre traité14 tout le début, qu’il admire, de la Pharsale, dont il dit de l’auteur Lucanus, poeta ueteranus, une belle expression. Le vétéran, c’est celui qui a fini son service, mais après s’être couvert de gloire. Cette longue citation ne se lit dans aucun autre écrit grammatical conservé. C’est Bède lui-même, qui prend l’initiative de citer le poète latin.

  • 15 M. A. H. Maestre Yenes, éd., Ars Iuliani Toletani episcopi, Toledo, 1973, p. 195-225.

19Pour le De schematibus et tropis les conclusions sont les mêmes : tous les exemples de l’Écriture substitués aux exemples de la tradition profane représentent dans le second traité un choix personnel de Bède, soit directement à partir de l’Ancien et du Nouveau Testament, soit indirectement à travers les Pères de l’Église, en particulier Augustin, Grégoire et Cassiodore, dont le commentaire des Psaumes l’a particulièrement inspiré en lui montrant la voie. Mais entre Isidore ou Julien de Tolède et Bède, un pas nouveau et capital est franchi dans la mise des concepts de la grammaire antique au service de l’exégèse scripturaire. On peut s’en rendre compte en lisant en parallèle les deux chapitres De schematibus et De tropis de Julien de Tolède15 et l’ouvrage correspondant de Bède. Dans la grammaire hispanique, l’inclusion des exemples chrétiens est occasionnelle. Ceux-ci, chez Julien, comme dans le De dubiis nominibus, sont simplement ajoutés aux exemples profanes, lesquels restent en place, tandis que chez Bède, du moins dans le De schematibus et tropis, les citations de l’Écriture se substituent entièrement aux exemples profanes de la grammaire traditionnelle.

20La façon dont s’enchaînent les deux traités conjoints est remarquable. La dédicace à Cuthbert est faite à l’occasion d’une postface au De arte metrica, et cette postface s’enchaîne à la préface du livre suivant, par les thèmes et par le dédicataire, puisqu’elle est aussi adressée à Cuthbert désigné sous le vocatif dilectissime fili, reprise du dulcissime fili de la postface.

  • 16 « [...] tuamque dilectionem sedulus exoro ut lectioni operam inpendas illarum maxime litterarum, in (...)
  • 17 « [...] sancta Scriptura ceteris omnibus scripturis non solum auctoritate, quia diuina est, uel uti (...)

21En effet, d’un livre à l’autre, l’élève franchit une étape, à la fois en ce qui concerne l’enjeu de sa formation et le corpus des textes de référence. Les poèmes chrétiens dont la structure formelle est analysée dans le De arte metrica ne sont qu’un reflet humain de l’Écriture, et pour ainsi dire, une première initiation à celle-ci par l’entremise de la poésie. La vraie, la seule littérature qui compte, la seule poésie, c’est la parole de Dieu elle-même : « et je prie de tout cœur ta Dilection, dit-il à Cuthbert, de te consacrer principalement à la lecture de cette littérature dont nous croyons qu’elle porte en soi la vie éternelle »16, tels sont les derniers mots du De arte metrica. Les premiers mots du De schematibus et tropis énoncent cette idée, dans la droite ligne du De doctrina christiana de saint Augustin, que « la prééminence de l’Écriture sur toute littérature se manifeste non seulement par son auteur, puisqu’elle est divine, par son utilité, puisqu’elle conduit à la vie éternelle, mais également par son ancienneté et par la hauteur même de son style » positione dicendi17. Il se fonde pour le dire sur les Étymologies d’Isidore au chapitre I, 39, 11 (De metris), qui exploitait la préface du commentaire de Job de saint Jérôme, pour qui le cantique de Moïse dans le Deutéronome est bien antérieur à Phérécide et à Homère. D’où la conclusion que l’activité poétique était bien plus ancienne chez les Juifs que chez les païens.

22C’est de style que traite Bède dans la première partie consacrée aux schemata, mais lorsqu’il arrive au chapitre des tropes, l’enjeu est alors celui du sens et de l’interprétation. Notamment le paragraphe sur l’allégorie, qu’il développe en un traitement tout personnel, lui donne l’occasion d’insérer dans son traité didactique une réflexion sur les divers sens de l’Écriture. Ce chapitre (DST, p. 164 sq., 218-283), inspiré d’Augustin et de Grégoire le Grand, est repris sans modification dans le De tabernaculo (c. 410-411), l’un des derniers ouvrages de Bède.

23Si Bède énonce scrupuleusement le nom de ses chers poètes chrétiens ou le livre de la Bible d’où il tire ses exemples, par contre, il reste assez discret sur les ouvrages techniques qu’il a utilisés. Comme il arrive souvent dans ce genre de littérature, quand on cite quelqu’un c’est pour le critiquer ; mais quand on exploite littéralement une source principale, on ne la nomme pas. Il y a un peu de cela chez Bède, mais bien moins que chez d’autres.

24Toutes les sources techniques de Bède ne sont pas sur le même plan et c’est cela qu’il faut avoir bien en vue pour comprendre sa méthode de travail. Il n’avait pas sur sa table de travail 36 livres ouverts à la fois, mais était parti d’un texte de base, qu’il a pu modifier dans le cours de ses lectures. Dans ce monde de la grammaire, les traités sont très proches les uns des autres. La même définition peut se retrouver chez plusieurs, à quelques mots près. Nous pouvons parler, après Barwick et en accord avec Carlotta Dionisotti, d’une sorte d’arbre généalogique. Il y a le groupe Donat des grammaires latines et le groupe Charisius. Dépendent du groupe Donat tous ses commentateurs, Servius, Sergius, Pompée, Julien de Tolède, des textes insulaires antérieurs à Bède, mais aussi Cassiodore, mais aussi Isidore de Séville. Font partie du groupe Charisius, Dosithée, la grammaire de Bobbio, Audax ; quant à Diomède, sa position est intermédiaire, il est mixte, additionnant souvent, ou plutôt mettant côte à côte la définition des deux groupes. Mettre dans l’apparat des sources (je reviens à l’édition Jones) tout ce matériel pêle-mêle ne fait pas avancer la recherche et enveloppe le texte dans un brouillard épais. En particulier les renvois à Diomède méritent réexamen.

25En fait, la méthode de travail de Bède pour les deux opuscules conjoints est un peu différente de celle mise en œuvre dans le De orthographia. Mais les trois ouvrages ont en commun d’avoir été composés peu à peu, par étapes.
Si l’ordre alphabétique forme le cadre matériel dans lequel viennent se classer les mots que Bède recueille au fur et à mesure de ses lectures, pour les deux autres opuscules, la genèse de l’œuvre part du choix d’un ou de plusieurs textes de base, et c’est cela que montre en premier lieu l’analyse des sources. Une fois cela vu, on peut entrer dans le détail. Bède peut avoir, à partir de son texte de base, modifié volontairement une définition, et pour cela avoir emprunté à un tiers, que l’on pourra reconnaître avec précision, ou il aura récrit de lui-même une définition. Pour le De schematibus et tropis, les choses sont claires : Bède a choisi un seul texte de base, les chapitres De schematibus et De tropis de la troisième partie de l’Ars maior de Donat. Le fait est d’une évidence aveuglante puisque l’ordre des schemata et des tropes est exactement celui de Donat. Les précisions ajoutées par Donat à ces définitions sont également là. Certes l’ordre de Donat est aussi celui d’Isidore, qui a Donat en main et du reste le connaît par cœur. Certes on peut supposer aussi que dans le même codex Bède a accès à la fois à Donat et à l’un ou l’autre de ses commentateurs, comme c’était le cas pour l’exemplaire de Donat qui était entre les mains de Cassiodore. Mais ce qui compte, c’est qu’à part quelques mots divergents qui relèvent soit d’une intervention de Bède lui-même, soit d’une des variantes de la tradition de Donat, 90 % au moins des définitions sont celles de Donat. Il semble que l’éditeur n’en soit pas conscient.
Le De arte metrica est un ouvrage beaucoup plus complexe que le DST. Le plan est celui de tout traité de métrique : on part du plus simple pour arriver au plus complexe : lettre, syllabe, pied, mètre. Le paragraphe relatif à la lettre est souvent omis dans les traités antiques ou réduit à peu, parce qu’il relève de l’ars grammatica plus encore que de l’ars metrica. La grande question pour les syllabes est la prosodie : cette partie se développe de plus en plus au fur et à mesure que la conscience de la quantité naturelle disparaît. Dans cette partie prosodique, le plan-type veut que l’on traite l’un après l’autre le cas des syllabes initiales, médianes, puis finales des mots.

26Le traité de Bède commence par une capitulation de 25 chapitres : ch. 1 la lettre, ch. 2 à 8, la syllabe, ch. 9 le pied, ch. 10 à 16, sous des titres différents, il s’agit des divers aspects concernant hexamètres et pentamètres, ch. 17 à 23 les différents vers lyriques, ch. 24 les vers rythmiques, ch. 25 les trois genres de poèmes : un ouvrage en fait très élaboré, traitant de la prosodie (tout le début) avant d’aborder la métrique du vers épique et du distique élégiaque, la métrique lyrique, et se terminant par quelques considérations de nature esthétique.

  • 18 Servius, De finalibus, GL IV, 450, 2 - 455, 3. Certes, Bède connaît l’autre De finalibus de la trad (...)
  • 19 Donat, Ars Maior, p. 607-609.

  • 20 Ainsi par ex. le chapitre XIIII De episynalipha uel dieresi (DAM, p. 122 sq.) comporte des vers vir (...)
  • 21 Particulièrement originaux sont les chapitres XV, Quod et auctoritas saepe et necessitas metricorum (...)

27Bède a à sa disposition un corpus métrique, dans lequel il puise librement. Pour traiter des différents chapitres imposés par son sujet il va prendre tour à tour plusieurs textes de base, en mêlant l’apport des traités de métrique et des traités de grammaire, qui pour les premiers chapitres, se recoupent : l’existence d’un texte de base est particulièrement évidente pour les chapitres III à VIII qui répètent mot à mot le De finalibus de Servius18, pour le chapitre IX De pedibus qui est l’abrégé de celui de Donat19, ou pour les chapitres XVII à XXII pour lesquels Mallius Theodorus fournit les définitions ; mais d’autres chapitres sont plus composites, au point qu’on peut se demander si pour eux nous possédons bien les vraies sources de Bède20. Ces chapitres mériteraient en tout cas une nouvelle analyse commentée, et en fait une vraie recherche de leurs sources. Il ne faut pas nier l’originalité de la synthèse réalisée par l’auteur à partir de ses très larges lectures des poètes chrétiens21 et son souci d’adaptation à ces poètes des règles d’analyse en vigueur pour Virgile et les poètes profanes. Il ne faudrait pas non plus l’exagérer. En tout cas l’apparat de l’édition est ici particulièrement superficiel pour tout l’aspect technique, alors que le repérage des auteurs chrétiens introduits par Bède est presque parfait. Mais là où l’on peut désigner le texte de base sur lequel Bède a bâti son exposé, il est important de reconnaître sous quelles influences l’auteur a modifié, retranché, ajouté : un commentaire détaillé s’imposerait, ici encore d’un très grand intérêt. Pour un certain nombre de passages, la recherche des vraies sources, qu’elles soient antiques ou insulaires, est du reste condamnée à ne pas aboutir, vu le caractère précaire de notre documentation.

28Même lorsque le texte de Bède semble la copie tout à fait conforme de la source, il est intéressant d’observer les déviations de détail. Ainsi, pour l’énumération des pieds de deux et de trois syllabes, dans un chapitre reproduisant mot à mot le texte de Donat, Bède ne touche ni aux définitions ni à l’ordre de leur succession, mais change les exemples. Pour les deux brèves du pyrrhique fuga, l’exemple de Donat devient amor chez Bède ; la Muse Erato, exemple de l’anapeste, devient pietas ; l’exemple du trochée meta, la borne autour de laquelle les chevaux tournaient dans le cirque romain, est déclassé chez Bède au profit de versus, bien plus de saison pour l’élève de Bède ; et de même Achates, exemple du bacchée (une brève et deux longues) chez Donat, devient poetae chez Bède, mais Aeneas, exemple du molosse (trois longues), reste Aeneas : le nom du héros virgilien est suffisamment reconnu, même des élèves de Bède, pour garder sa place.

29Le nombre des manuscrits grammaticaux dont disposait Bède dans sa bibliothèque est peut-être moins grand qu’il n’y paraît à lire l’apparat des sources de l’édition Kendall, quand on pense au groupement des textes dans un corpus grammatical ou métrique : d’un côté Donat et ses commentateurs Servius, Sergius et peut-être Pompée, du côté de la métrique Audax, Victorinus et Mallius Théodorus : les textes des uns et des autres sans doute sous une forme plus complète que celle qui nous est parvenue. Au fond, tout peut tenir en deux codices, peut-être même en un seul. Un autre codex contient les Étymologies d’Isidore. Mais il y a aussi le commentaire des Psaumes de Cassiodore et celui d’Augustin, le De doctrina christiana de l’évêque d’Hippone, Virgile, Lucain.

30Ce qui émerge de l’analyse, même rapide, de ces textes promis à un grand avenir, c’est le travail conscient et attentif de l’auteur. Rien n’est laissé au hasard, même si le texte semble proche des 100 % d’emprunts, tout est pesé dans ce qu’il faut bien appeler un travail de compilation, sans que ce mot soit dépréciatif. Bède a bien conscience, en mettant à la portée de ses élèves un texte directement utile, d’avoir fait œuvre neuve et comblé un vide. La littérature carolingienne, qui donnera à lire la littérature d’antan en la mettant à la portée du lecteur d’alors, pourra trouver en Bède, y compris dans le domaine technique, un modèle parfait. Mais plus encore, le De arte metrica, le plus célèbre des trois opuscules, sera le livre de poche des poètes de la cour carolingienne et de leurs élèves, qui y trouveront à leur disposition toutes sortes de recettes pour leurs créations.

Haut de page

Notes

1 C. Dionisotti, « On Bede, Grammars and Greek », Revue Bénédictine, 92, 1982, p. 111-141.


2 M. Irvine, « Bede the Grammarian and the scope of grammatical studies in eighth-century Northumbria », Anglo-Saxon England, 15, 1987, p. 15-44. Depuis l’auteur est revenu sur la culture grammaticale de Bède dans The Making of Textual Culture, « Grammatica » and Literary Theory 350-1100, Cambridge University Press, 1994, p. 271-298.

3 C. Dionisotti, art. cit., p. 112.


4 S. Bruni, Alcuino De orthographia, éd. cr. (de la rédaction 1), Firenze, ed. del Galluzzo, (Millenio medievale 2).


5 Éd. M. de Marco, CCSL 133, 1968.

6 Éd. G. J. Gebauer (†) - B. Löfstedt, CCSL 133 A, 1980.

7 On trouvera par ex. au tome XC de la Patrologie latine, c. 631-642, le livre II, De partibus orationis, de l’Ars maior de Donat, publié dans les œuvres complètes de Bède parmi les spuria, ou encore dans le ms. Firenze, Bibl. Medicea Laurenziana, Plut. XVI, 5 sous le nom de Bède le Liber in partibus Donati de Smaragde de Saint-Mihiel.

8 « Quand tu prends en mains le manuscrit d’un poème en hexamètres ou en distiques élégiaques, quelle que soit en l’ouvrant la page sur laquelle tombe ton regard, quel que soit le vers que tu entreprends de lire, tu trouveras, sans aucun doute possible, que la première syllabe en est longue » (DAM 95, 11-15).

9 Art. cit.(supra n. 2) p. 30, n. 34 et 31, n. 37.

10 L. Holtz, « Les poètes latins chrétiens, nouveaux classiques dans l’Espagne wisigothique », dans De Tertullien aux Mozarabes, Mélanges offerts à Jacques Fontaine, Paris, Études Augustiniennes, 1992, t. II, p. 69-81.

11 Cf. le titre du ch. 16 du DAM : Ut prisci poetae quaedam aliter quam moderni posuerunt.

12 Cassiodore, Variae, 4, 51.

13 Bède, DAM, 123, 23.


14 Bède, DAM, 115, 62 sqq.


15 M. A. H. Maestre Yenes, éd., Ars Iuliani Toletani episcopi, Toledo, 1973, p. 195-225.

16 « [...] tuamque dilectionem sedulus exoro ut lectioni operam inpendas illarum maxime litterarum, in quibus nos uitam habere credimus sempiternam » (DAM, 141, 34 sqq.).

17 « [...] sancta Scriptura ceteris omnibus scripturis non solum auctoritate, quia diuina est, uel utilitate, quia ad uitam ducit aeternam, sed et antiquitate et ipsa praeeminet positione dicendi » (DST, 142, 13-143, 16).

18 Servius, De finalibus, GL IV, 450, 2 - 455, 3. Certes, Bède connaît l’autre De finalibus de la tradition, celui de Victorinus (GL VI, 229-239), mais il ne l’utilise qu’après coup, à titre d’appoint.

19 Donat, Ars Maior, p. 607-609.


20 Ainsi par ex. le chapitre XIIII De episynalipha uel dieresi (DAM, p. 122 sq.) comporte des vers virgiliens (Aen. II, 492 sq.) absents de la tradition métrique dans un exposé qui est littéralement proche de Pompée, GL V, 425, 2 sq., et en rapport avec Servius, GL IV, 425, 15 sq., source de Pompée. Bède peut avoir certes amalgamé les deux textes et ajouté de son cru une citation virgilienne. Mais il est plus vraisemblable qu’il disposait ici (comme du reste Pompée) d’un texte de Servius plus complet que le nôtre, auquel il a directement puisé.

21 Particulièrement originaux sont les chapitres XV, Quod et auctoritas saepe et necessitas metricorum decreta uiolet et XVI, Vt prisci poetae quaedam aliter quam moderni posuerunt, car ils montrent comment l’autorité de Virgile couvre les libertés prises par les poètes chrétiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Holtz, « Bède et la tradition grammaticale latine », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 9-18.

Référence électronique

Louis Holtz, « Bède et la tradition grammaticale latine », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/304

Haut de page

Auteur

Louis Holtz

Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals