Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Bède et ses sources

L’occultation du paganisme dans la Chronique mineure de Bède le Vénérable

Jacques Elfassi
p. 63-72

Résumé

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lorsque j’ai présenté cette communication au colloque de Lille-Amiens, j’ai fait la connaissance d’ (...)
  • 2 Dont l’édition, dans les Monumenta Germaniae Historica (Chronica Minora III = Auctores Antiquissimi (...)
  • 3 Sur cette œuvre, datant probablement de 703, voir Ch. W. Jones, Bedae opera de temporibus, Cambridg (...)
  • 4 Éd. Ch. W. Jones, Bedae Venerabilis Opera, Pars VI Opera didascalica 2, De temporum ratione liber C (...)
  • 5 Sur les deux chroniques, voir la bibliographie citée par N. Kersken, Geschichtsschreibung im Europa (...)
  • 6 Principalement Jérôme, mais aussi Arnobe, Augustin, Eutrope, Grégoire, Isidore, Orose ou le Liber P (...)
  • 7 En effet, en dehors des citations bibliques, Bède extrait seulement quatre phrases d’autres auteurs (...)
  • 8 M. L. W. Laistner, « The Library of the Venerable Bede », dans Bede, His Life, Times and Writings : (...)
  • 9 Voir J. C. Martín, La Chronique d’Isidore de Séville. Édition critique et commentaire, Paris, 2000 (...)
  • 10 Sur cet épitomé de la Chronique inclus à la fin du livre V des Étymologies, voir J. C. Martín, « El (...)

1Le nom de Chronica minora1 désigne traditionnellement, au moins depuis l’édition de Th. Mommsen2, les chapitres XVII-XXII du De Temporibus de Bède3, par opposition aux Chronica maiora, inclus dans le De temporum ratione4 et qui sont effectivement bien plus longs5. Contrairement à la Chronique majeure, qui emprunte à plusieurs auteurs6, la Chronique mineure est presque un centon d’Isidore7, et la plupart du temps l’historien anglais reprend les mots mêmes du Sévillan8. Bède utilise deux textes isidoriens différents mais apparentés : la Chronique proprement dite, dans sa recension brève9, et l’épitomé de cette Chronique qu’Isidore a incluse à la fin du livre V des Étymologies10.

2C’est cette raison qui m’a incité à m’attarder sur la Chronique mineure de Bède (par la suite abrégée CB, par opposition à la Chronique d’Isidore, qui sera désignée sous l’acronyme CI) : la source étant (presque) unique, il est possible de relever les passages retenus par l’excerpteur, mais aussi ceux qui ont été supprimés ou modifiés ; d’autre part, le choix par Bède de telle ou telle version de la Chronique d’Isidore (CI ou Etym. V, 39) n’est probablement pas insignifiant.

  • 11 Voir l’apparat critique de l’édition de J. C. Martín. On notera en particulier que les témoins de l (...)

3Bède, ayant à sa disposition deux textes très proches, les a « contaminés », non sans une certaine virtuosité parfois. Généralement, il adopte la forme abrégée et la succession des faits tels qu’ils sont présentés dans Etym. V, 39. Dans CB XVII, par exemple, il reprend les brèves notices d’Etym. V, 39, 2-4, sans les étymologies des noms bibliques ni les commentaires présents dans CI 4, 6-10, 15, 17, sans non plus les notices de CI 11, 14 et 16. Dans CB XX, l. 3-13 (jusqu’à Ioas ann. XL), l’ordre même des événements prouve que la source est Etym. V, 39, 13-16 : rien ne permet de savoir avec certitude si Dauid ann. XL (l. 3) ou Salomon ann. XL (l. 4) par exemple proviennent de l’épitomé ou de la Chronique proprement dite (l’absence du verbe regnauit n’est pas significative, puisque de nombreux manuscrits de CI l’omettent11), mais la succession des notices sur David, Carthage, Salomon, le Temple, Roboam etc. suffit à prouver que la source de Bède est l’épitomé.

  • 12 Dans treize autres passages de CB XIX, le texte-source d’Isidore est identique dans CI et Etym. V, (...)

4Toutefois, de nombreux renseignements sont aussi tirés de CI : Gigantes nati sunt (CB XVII, l. 13 < CI 13), Semiramis condidit Babyloniam (CB XVIII, l. 13 < CI 35), Memphis in Aegypto conditur (CB XIX, l. 6 < CI 41), etc. Ces notices sont ajoutées au texte d’Etym. V, 39 (par exemple, Gigantes nati sunt), ou bien elles se substituent à d’autres événements : par exemple, CB XVIII est la copie presque littérale d’Etym. V, 39, 5-7, mais la notice consacrée à Zoroastre (Etym. V, 39, 7) est remplacée par une information concernant Sémiramis (Semiramis condidit Babyloniam). Dans ce dernier cas, ce n’est sûrement pas un hasard si dans CI, la mention de Sémiramis (CI 33) suit exactement celle de Zoroastre (CI 32) : Bède a manifestement recopié Etym. V, 39, 5-7 en ayant toujours CI sous les yeux. Dans CB XIX, c’est même CI qui est la source principale : de nombreuses informations absentes d’Etym. V, 39 peuvent n’avoir été empruntées qu’à CI (à propos de Memphis, Argo, Cécrops, Lacédémone, Cadmos, Amphion, Picus, Orphée et Linus, Abimélek, la guerre de Troie, Achialon, Énée, le royaume des Sicyoniens, Samuel et Saül et le royaume des Lacédémoniens). Bède utilise aussi CI au sujet d’Abraham (nam primo genuit Ismahel, l. 4 : cf. CI 34) et de Moïse (Moyses… rexit Israel, l. 8-9 : cf. CI 54), et il préfère la formulation d’Etym. V, 39 dans neuf cas seulement : à propos d’Isaac engendrant Jacob, du royaume des Argiens, de la servitude des Hébreux, de Josué, de Priam, de Carmentis, d’Hercule, d’Ascagne et d’Élie12. De même, dans la seconde moitié de CB XX (à partir de Zacharias, l. 13), les renseignements sont majoritairement tirés de CI, seuls deux passages étant empruntés à Etym. V, 39, 17-18 : Roma conditur (l. 20) et Templum Hierosolimis incensum est (l. 23-24).

5Le travail de « contamination » entre les deux versions du texte isidorien est parfois subtil, se limitant parfois à quelques mots : par exemple, on a vu que dans CB XVII Bède utilise Etym. V, 39, 2-4, mais il récupère par ailleurs des informations présentes seulement dans CI (pas dans Etym. V, 39) : Seth, qui pro Abel natus est (l. 4 ; cf. CI 4) ; et Enoc, qui translatus est a Deo (l. 10 ; cf. CI 9). Lorsqu’il écrit Lamech ann. CLXXXII genuit Noe, qui arcam aedificauit (l. 13-14), il offre un texte très proche d’Etym. V, 39, 4 (Lamech ann. CLXXXVIII genuit Noe. Arca aedificatur), sans les ajouts de CI 15 (Lamech annorum CLXXXVIII genuit Noe, cuius diuino oraculo arca aedificare iubetur anno aetatis suae quingentesimo), mais on peut se demander si l’idée de présenter la construction de l’arche dans une relative subordonnée à Noé n’est pas empruntée à CI : dans Etym. V, 39, 4, la naissance de Noé et l’édification de l’arche apparaissent comme deux faits indépendants, alors que dans CI 15 comme chez Bède ce sont deux événements liés entre eux.

6Semblablement, dans CB XX (l. 4), le moine anglais rapporte la construction du Temple dans une subordonnée relative dont l’antécédent est Salomon : la construction active templum aedificauit a peut-être été inspirée de CI 112 (on trouve la construction passive templum… aedificatur dans Etym. V, 39, 13).

  • 13 La notice de CB XIX, l. 12 Amphion musicus claruit a pour source CI 63 (« Linus et Amphion apud Gra (...)

7La brève analyse qui vient d’être proposée suffit à prouver que Bède ne s’est pas contenté de recopier mécaniquement Isidore. S’il fallait résumer en une phrase le sens des modifications apportées par l’historien anglo-saxon à sa source, on pourrait dire que la CB se caractérise par un rejet systématique des références au paganisme antique. Les récits qu’Isidore présente comme des « fables » (fabulae) sont systématiquement omis : CI 45, 53, 66-7213, 75, 85 et 100 ; Etym. V, 39, 10. Les passages où Isidore cite un des dieux de la mythologie romaine sont eux aussi supprimés : CI 38, 40, 47, 50, 74, 133, 241 ; Etym. V, 39, 10-11. D’autres notices sont abrégées pour effacer la référence à un dieu :

CI 49 Eodemque tempore Cecrobs Athenas condidit et ex nomine Mineruae Atticos Athenienses uocauit

CB XIX, l. 8 Cecrops Athenas condidit

CI 76 Hac aetate primus regnat Latinis Picus, qui fertur fuisse Saturni filius

CB XIX, l. 13 Primus Latinis regnat Picus

CI 79 Orfeus Trax Linusque magister Herculis artis musicae inuentores clari habentur

CB XIX, l. 14 Orpheus Linusque musici claruerunt

  • 14 Il le cite une seconde fois dans la recension longue (CI 77a).


8Alors qu’Isidore cite plusieurs fois les noms de Jupiter (CI 40, 50, 241), d’Apollon (CI 74, 133 ; Etym. V, 39, 10), de Saturne (CI 30, 76 Voir J. C. Martín, La Chronique d’Isidore de Séville. Édition critique et commentaire, Paris, 2000 [Thèse de doctorat inédite, EPHE-IVe Section], p. 372-375 ; id., « La tradition indirecte de la Chronique d’Isidore de Séville », Revue d’Histoire des Textes, 31, 2001, p. 169-227. Bède a utilisé plus précisément un manuscrit de la famille Q, sous-famille α2 (dans le stemma de J. C. Martín, groupe auquel appartiennent les manuscrits, Bruxelles BR 5413-5422, Leiden Voss. lat. Q. 20, Paris BNF lat. 1862 et 4860, et Vaticano BAV Reg. lat. 215). Par la suite, la Chronique d’Isidore est citée d’après l’édition de J. C. Martín, Isidori Hispalensis Chronica, Turnhout, Brepols, 2003 (CCSL 112).), de Minerve (CI 38, 49) et de Mercure (CI 4714 ; Etym. V, 39, 11), aucun de ces dieux n’apparaît dans la CB. Bède écarte aussi les références au temple de Delphes (CI 56), aux Jeux Olympiques (CI 87 et 140 ; Etym. V, 39, 16) et à la sibylle Samia (CI 154 ; Etym. V, 39, 17). À propos de Carmentis (CB XIX, l. 16-17), il préfère recopier Etym. V, 39, 11 (Carmentis Latinas litteras repperit), plutôt que CI 97 (Carmentis nympha Latinas litteras repperit), évitant ainsi le mot nympha. La notice concernant Numa Pompilius est elle aussi abrégée de manière significative :

CI 152-153 Per idem tempus Romanis Numa Pompilius, qui primus
Vestales uirgines instituit duosque menses
Ianuarium et Februarium decem mensibus anni adiecit

CB XX, l. 20 Numa duos menses adiecit praefuit

  • 15 Dont il signale ailleurs l’origine païenne : « His Numa duos menses adiciens, ianuarium a iano, feb (...)

9L’historien anglais supprime donc à la fois la référence aux Vestales et le nom trop « païen » des mois de janvier et février15.

  • 16 Dans le Commentaire sur la Genèse III, 11, le mot philosophia est utilisé comme quasi-synonyme de h (...)

10Il omet aussi toute référence à la magie (CI 32 ; Etym. V, 39, 7), à l’astrologie (CI 46, 202 ; Etym. V, 39, 9) et même à la philosophie. En effet, Isidore qualifie plusieurs personnages illustres de « philosophes » (philosophi) : Pythagore (CI 169), Socrate (CI 180), Aristote (CI 188), Xénocrate (CI 191), Théophraste (CI 198), Caton (CI 228). Bède soit écarte les notices qui les concernent (Pythagore, Socrate, Théophraste, Caton), soit supprime l’apposition philosophus par laquelle Isidore les avait caractérisés (Aristote et Xénocrate : CB XXI, l. 9 et 10). À propos de Thalès (CB XX, l. 21-22), il préfère la version de CI 158 (Tales… phisicus) à celle d’Etym. V, 39, 18 (Thales philosophus). Les orateurs subissent le même sort : la CB (XXI, l. 20) ignore les qualités oratoires de Démosthène (CB XXI, l. 9, qui emprunte à Etym. V, 39, 21 plutôt qu’à CI 187 où il est question de Demosthenes orator) et de Cicéron (CI 231 : Cicero laude oratoria celebratur). Sans doute pourrait-on attribuer ces omissions à un désir de brièveté : les notices de Bède sont extrêmement courtes. Mais celui-ci n’éprouve pas le même scrupule à indiquer que Thalès était physicien (CB XX, l. 21) et qu’Hérodote et Salluste étaient historiens (CB XXI, l. 5 et 23). L’omission de philosophus est trop systématique pour être due au seul hasard : elle est probablement la conséquence de l’anti- philosophisme de Bède, qui apparaît dans ses traités exégétiques16. Le préjugé anti-orateur pourrait être lié à cet anti-philosophisme : en effet, orateurs et philosophes sont parfois associés chez Bède, par exemple dans le commentaire sur le livre de Samuel (III, 22 ; CCSL 119, l. 2881), où il est question des oratores dialecticos philosophos. Dans son épitomé, Isidore avait réuni les deux notices de la CI consacrées à l’orateur Démosthène et au philosophe Aristote (CI 187-188 : Demosthenes orator agnoscitur. Aristoteles philosophus praedicatur > Etym. V, 39, 21 : Demosthenes et Aristoteles praedicantur) : Bède (CB XXI, l. 9-10) a d’autant plus volontiers adopté cette version qu’elle correspondait probablement à ses préjugés.

  • 17 Qui ignorat ignorabitur (ad v. XVII, 23 ; éd. M. L. W. Laistner, Turnhout, Brepols, 1983 [CCSL 121] (...)
  • 18 C’est ainsi que Bède, dans le De schematibus et tropis, emprunte ses exemples à la Bible plutôt qu’ (...)
  • 19 Source : Etym. V, 39, 36 : « Hic ex Christiano paganus efficitur » (version remaniée de CI 344 : «  (...)
  • 20 Source : Etym. V, 39, 6 : « Dii primum adorantur » (qui résume CI 24 : « His temporibus primum temp (...)
  • 21 Source : Etym. V, 39, 11 : « Hercules flammis se iniecit » (résumé de CI 90 : « Huius tempore Hercu (...)
  • 22 Il est vrai qu’Hercule n’est pas un dieu, ce qui atténue le caractère « scandaleux » de sa présence (...)

11Au total, donc, presque toutes les références isidoriennes au paganisme antique sont effacées. Comme Bède l’écrit dans son Expositio Actuum Apostolorum, celui qui ignore Dieu doit lui-même être ignoré17 : les païens doivent donc être rejetés dans l’ombre. Le refus par Bède de toute référence au paganisme est du reste un aspect bien connu de sa personnalité18. Il convient toutefois de noter quelques exceptions. En premier lieu, Bède est obligé de parler du paganisme quand il évoque la conversion au christianisme (CB XXII, l. 42 : Hic ex Christiano paganus)19. Bien qu’il s’abstienne de citer les principaux dieux romains, il n’occulte pas l’existence du polythéisme, puisqu’il écrit : Dii primum adorantur (CB XVIII, l. 8)20. Enfin, il garde une référence à Hercule (CB XIX, l. 17 : Hercules se flammis iniecit)21, alors qu’il a supprimé les deux autres allusions isidoriennes au héros (CI 79 et 87)22. Sans doute, dans ces trois cas Bède préfère utiliser la version brève du livre V des Étymologies, ce qui témoigne d’une certaine volonté de discrétion, mais ce n’en sont pas moins des allusions au paganisme antique.

  • 23 Cette curiosité à l’égard du passé a été soulignée par G. Tugène, L’idée de nation chez Bède le Vén (...)
  • 24 C’est aussi dans une perspective évhémériste qu’il faut probablement interpréter le fameux passage (...)
  • 25 « Bede as Historian », dans Bede, His Life, Times and Writings : Essays in Commemoration of the Twe (...)
  • 26 XVIII, l. 13 et XIX, l. 6, 8 et 9.
  • 27 L. 5, 7, 9, 10, 20 et 23.

12La mention du polythéisme et surtout la référence à Hercule témoignent de l’ambiguïté de Bède vis-à-vis de l’évhémérisme. Après avoir précisé que les prétendus dieux sont en faits des hommes qui ont été divinisés (CI 24 quidam principes gentium tamquam dii adorari coeperunt), Isidore n’éprouve plus de scrupule à faire allusion à la mythologie antique, quitte à éventuellement se dédouaner en indiquant que les récits mythologiques sont des « fables » et des « fictions » (CI 45, 53, 66, 75, 85 et 100 ; Etym. V, 39, 10). Au contraire, l’attachement exclusif de Bède au christianisme l’incitait à refuser toute référence au paganisme, même sous la forme évhémériste et démystificatrice d’Isidore. Mais dans le même temps, le récit de la conversion l’obligeait de toutes façons à faire allusion au paganisme, et une authentique curiosité d’« antiquaire », un véritable goût pour les souvenirs historiques pouvait aussi l’amener à rapporter des événements étrangers à l’histoire du christianisme23. D’où son choix de conserver la notice d’Isidore dii primum adorantur, mais sous la forme abrégée d’Etym. V, 39, 6 et non sous la forme qu’elle a dans CI 24 (quidam principes gentium tamquam dii adorari coeperunt). La référence à Hercule, plutôt inattendue, apparaît dès lors comme la trace de cet évhémérisme « honteux ». Dans sa Chronique majeure, ce scrupule va disparaître : l’historien anglo-saxon recopiera telle quelle la phrase isidorienne quidam principes gentium tamquam dii sunt adorati (LXVI, l. 210-211) et surtout il n’hésitera pas à inclure un certain nombre de références qu’il avait rejetées dans la Chronique mineure. Par exemple, nous avons vu que dans la Chronique mineure il avait abrégé la Chronique d’Isidore en supprimant la mention de Saturne (CI 76 : Hac aetate primus regnat Latinis Picus, qui fertur fuisse Saturni filius > CB XIX, l. 13 : Primus Latinis regnat Picus) ; le nom de Saturne réapparaîtra, par l’intermédiaire de la Chronique de Jérôme, dans la Chronique majeure (LXVI, l. 370-371 : Ante Aeneam Ianus, Saturnus, Picus, Faunus, Latinus in Italia regnarunt)24. L’anti-paganisme de Bède est aussi, sans doute, une des raisons pour lesquelles il a choisi de se fonder principalement sur l’épitomé des Étymologies. Assurément, cette version avait le mérite d’être plus brève que la CI et donc de mieux convenir au format modeste que Bède voulait donner à sa propre chronique. Mais elle offrait aussi l’avantage d’être moins riche en références au paganisme. Parmi les dieux antiques, seuls Apollon et Mercure y sont cités, une seule fois du reste (Etym. V, 39, 10 et 11). Certaines références au polythéisme ou à la mythologie, abrégées, y sont plus discrètes. Mais Bède n’est pas attaché servilement à cette version : quand il le faut – par exemple, lorsqu’il s’agit de d’adopter la leçon Thales physicus plutôt que Thales philosophus -, il utilise la CI plutôt qu’Etym. V, 39.
La CB apparaît ainsi plus complexe et plus intéressante qu’elle ne pourrait paraître au premier abord. W. Levison25 considérait que Bède y « fait voir un simple squelette d’histoire, en grande partie rien d’autre que la succession des générations des souverains de la Bible, c’est-à-dire leurs noms et durée de règne, et finalement la série des empereurs romains… Bède n’a pas ajouté grand-chose à Isidore… En fait, il donne une étude qui est plutôt pauvre dans ses intentions et dans ses résultats. » Sans doute serait-il excessif de passer d’un extrême à l’autre et de prétendre que la CB est un chef-d’œuvre, mais on peut penser qu’un jugement aussi sévère est injuste. Par exemple, il est inexact de dire que la CB est une simple liste de rois : Bède y évoque aussi la fondation de certaines villes (Babylone, Memphis, Athènes ou Sparte26) ou rappelle l’existence de certains écrivains (dans le seul chapitre XXI, Hérodote, Platon, Démosthène, Aristote, Xénocrate, Varron, Cicéron et Salluste)27. D’autre part et surtout, il fait preuve d’une vraie originalité : loin d’être servile envers sa source, la Chronique d’Isidore, il l’abrège et la modifie de manière significative, en jouant notamment sur les possibilités de variation et de choix que permet l’existence de deux versions différentes mais apparentées du texte isidorien.

Haut de page

Notes

1 Lorsque j’ai présenté cette communication au colloque de Lille-Amiens, j’ai fait la connaissance d’Arnaud Knaepen, aspirant du Fonds National de la Recherche Scientifique belge (Université Libre de Bruxelles, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3), qui, de manière indépendante, a travaillé sur le même thème et est arrivé aux mêmes conclusions que moi ; je me sens d’autant plus obligé de citer son nom que notre dialogue m’a permis d’affiner certaines de mes analyses. Voir le résumé de sa communication : « L’histoire gréco-romaine dans les « chroniques » de Bède le Vénérable (De temporibus ch. 17-22 et De temporum ratione ch. 66- 71) », dans Third Conference. The Medieval Chronicle. Die mittelalterliche Chronik. La chronique médiévale. Utrecht, 12-17 July 2002. Abstracts, Utrecht, 2002, p. 35-36. Un article sur ce sujet paraîtra sous peu, qui ne fera cependant pas double emploi avec celui-ci, parce qu’A. Knaepen étend son étude aux deux chroniques de Bède, et parce que nos analyses de détail ne sont pas les mêmes

2 Dont l’édition, dans les Monumenta Germaniae Historica (Chronica Minora III = Auctores Antiquissimi 13), Berlin, Weidmann, 1898, p. 247-317, continue de faire référence. Elle a effectivement été reprise par Ch. W. Jones, Bedae Venerabilis Opera, Pars VI Opera didascalica 3, De temporibus liber Chronica Minora includens (id est capita XVII-XXII) a Th. Mommsen diuulgata, Turnhout, Brepols, 1980 (CCCM 123C), p. 601-611.

3 Sur cette œuvre, datant probablement de 703, voir Ch. W. Jones, Bedae opera de temporibus, Cambridge (Mass.), Mediaeval Academy of America, 1943, p. 130-132.

4 Éd. Ch. W. Jones, Bedae Venerabilis Opera, Pars VI Opera didascalica 2, De temporum ratione liber Chronica Maiora includens (id est capita LXVI-LXXI) transcripta ex editione a Th. Mommsen diuulgata, Turnhout, Brepols, 1977 (CCCM 123B). Sur cette œuvre, voir la traduction commentée, avec une longue introduction et une bibliographie à jour, de F. Wallis, Bede : The Reckoning of Time, Liverpool, Liverpool University Press, 1999 (Translated Texts for Historians, 29).

5 Sur les deux chroniques, voir la bibliographie citée par N. Kersken, Geschichtsschreibung im Europa der « nationes ». Nationalgeschichtliche Gesamtdarstellungen im Mittelalter, Cologne, Böhlau, 1995 (Münstersche Historische Forschungen, 8), p. 147-148 note 71.

6 Principalement Jérôme, mais aussi Arnobe, Augustin, Eutrope, Grégoire, Isidore, Orose ou le Liber Pontificalis. Voir l’apparat des sources dans l’édition de Th. Mommsen.

7 En effet, en dehors des citations bibliques, Bède extrait seulement quatre phrases d’autres auteurs : le De ciuitate Dei d’Augustin (XIX, l. 10), le Liber Pontificalis (XXII, l. 37 et 76), et les Dialogues de Grégoire (XXII, l. 66).

8 M. L. W. Laistner, « The Library of the Venerable Bede », dans Bede, His Life, Times and Writings : Essays in Commemoration of the Twelfth Century of his Death, éd. A. H. Thompson, Oxford, Clarendon Press, 1935, p. 244 et 265, signalait déjà la présence de la Chronique d’Isidore dans la bibliothèque de Bède. Sur la dette de l’Anglais à l’égard du Sévillan, qui a paru à certains historiens contradictoire avec l’attitude critique qu’il a manifestée envers son prédécesseur, voir W. D. McCready, « Bede and the Isidorian Legacy », Mediaeval Studies, n ̊ 57, 1995, p. 41-73, et la mise au point de F. Wallis, op. cit., p. lxxx-lxxxii.

9 Voir J. C. Martín, La Chronique d’Isidore de Séville. Édition critique et commentaire, Paris, 2000 [Thèse de doctorat inédite, EPHE-IVe Section], p. 372-375 ; id., « La tradition indirecte de la Chronique d’Isidore de Séville », Revue d’Histoire des Textes, 31, 2001, p. 169-227. Bède a utilisé plus précisément un manuscrit de la famille Q, sous-famille  (dans le stemma de J. C. Martín, groupe auquel appartiennent les manuscrits, Bruxelles BR 5413-5422, Leiden Voss. lat. Q. 20, Paris BNF lat. 1862 et 4860, et Vaticano BAV Reg. lat. 215). Par la suite, la Chronique d’Isidore est citée d’après l’édition de J. C. Martín, Isidori Hispalensis Chronica, Turnhout, Brepols, 2003 (CCSL 112).

10 Sur cet épitomé de la Chronique inclus à la fin du livre V des Étymologies, voir J. C. Martín, « El capítulo 39 del libro V de las Etimologías y la Crónica de Isidoro de Sevilla a la luz de la tradición manuscrita de esta última obra », dans Actas del III Congreso Hispánico de Latín Medieval (León, 26- 29 de septiembre de 2001), éd. M. Pérez González, León, Universidad de León, 2002, p. 161-170. Les Etymologiae sont citées d’après l’édition de W. M. Lindsay, Isidori Hispalensis Episcopi Etymologiarum siue Originum Libri XX, Oxford, Oxford University Press, 1911.

11 Voir l’apparat critique de l’édition de J. C. Martín. On notera en particulier que les témoins de la famille α2, à laquelle semble avoir appartenu le modèle de Bède, omettent presque systématiquement ce verbe (cf. CI 134, 135, 142, etc.).

12 Dans treize autres passages de CB XIX, le texte-source d’Isidore est identique dans CI et Etym. V, 39, de sorte que la question de savoir quel texte Bède a préféré est sans objet.

13 La notice de CB XIX, l. 12 Amphion musicus claruit a pour source CI 63 (« Linus et Amphion apud Graecos in musica arte claruerunt ») et non, comme l’indique l’apparat de Mommsen, CI 72 (« de Amphione, quod citharae cantu lapides et saxa commouerit »).

14 Il le cite une seconde fois dans la recension longue (CI 77a).


15 Dont il signale ailleurs l’origine païenne : « His Numa duos menses adiciens, ianuarium a iano, februarium a februo deo lustrationum nominando. cccliiii. diebus annum ad cursum lunae disposuit » (De Temporibus, c. VI, l. 14-16).

16 Dans le Commentaire sur la Genèse III, 11, le mot philosophia est utilisé comme quasi-synonyme de haeresis : « siue in philosophia fallaci seu in haeretica uersutia (CCSL 118A, l. 609), nulla est enim haeresis quae non ab aliis haereticis impugnetur, nulla philosophiae secularis secta quae ab aliis aeque stultae philosophiae sectis mendacii redarguatur » (l. 699-702). Dans le commentaire sur le livre de Samuel (IV, 27 ; CCSL 119, l. 1627-1628), philosophicus et paganus sont employés aussi comme quasi-synonymes (« philosophicae uel paganae uocis »).

17 Qui ignorat ignorabitur (ad v. XVII, 23 ; éd. M. L. W. Laistner, Turnhout, Brepols, 1983 [CCSL 121], p. 71 l. 31).

18 C’est ainsi que Bède, dans le De schematibus et tropis, emprunte ses exemples à la Bible plutôt qu’aux auteurs de la Rome antique : voir E. R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, 2e éd., trad. fr. Paris, Presses Universitaires de France, 1956, p. 99-100 ; P. Hunter Blair, The World of Bede, Londres, Secker & Warburg, 1970, c. 26 (p. 282-297) ; et P. Wormald, « Bede, Beowulf and the Conversion of Anglo-Saxon Aristocracy », dans Bede and Anglo-Saxon England : Papers in Honour of the 1300th Anniversary of the Birth of Bede, éd. R. T. Farrell, Londres, 1978 (British Archaeological Reports, 46), p. 60. Voir de même son refus d’utiliser les œuvres de Porphyre, « quae, quia pagana erant, nos tangere non libuit » (De arte metrica, c. 24, éd. C. B. Kendall, Turnhout, Brepols, 1975 [CCSL 123A], p. 138, l. 8-9).

19 Source : Etym. V, 39, 36 : « Hic ex Christiano paganus efficitur » (version remaniée de CI 344 : « Hic ex clerico imperator effectus in idolorum cultu conuertitur »).

20 Source : Etym. V, 39, 6 : « Dii primum adorantur » (qui résume CI 24 : « His temporibus primum templa constructa sunt et quidam principes gentium tamquam dii adorari coeperunt »).

21 Source : Etym. V, 39, 11 : « Hercules flammis se iniecit » (résumé de CI 90 : « Huius tempore Hercules quinquagesimum secundum annum agens ob morbi dolorem sese flammis iniecit »).

22 Il est vrai qu’Hercule n’est pas un dieu, ce qui atténue le caractère « scandaleux » de sa présence dans la CB.


23 Cette curiosité à l’égard du passé a été soulignée par G. Tugène, L’idée de nation chez Bède le Vénérable, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2001 (Collection des Études Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 37), p. 38-40, 97 et 104.

24 C’est aussi dans une perspective évhémériste qu’il faut probablement interpréter le fameux passage de l’Histoire ecclésiastique (I, 15) où Bède mentionne Woden. Le dernier à l’avoir commenté, G. Tugène (op. cit., p. 92-97), a manifestement été embarrassé par la référence à un dieu païen ; mais précisément Bède n’indique nullement qu’il s’agit d’un dieu païen : il le présente seulement comme l’ancêtre de nombreux rois.

25 « Bede as Historian », dans Bede, His Life, Times and Writings : Essays in Commemoration of the Twelfth Century of his Death, éd. A. H. Thompson, Oxford, Clarendon Press, 1935, p. 116.

26 XVIII, l. 13 et XIX, l. 6, 8 et 9.

27 L. 5, 7, 9, 10, 20 et 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Elfassi, « L’occultation du paganisme dans la Chronique mineure de Bède le Vénérable », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 63-72.

Référence électronique

Jacques Elfassi, « L’occultation du paganisme dans la Chronique mineure de Bède le Vénérable », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/312

Haut de page

Auteur

Jacques Elfassi

Université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals