Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
Question d'image...

(Men)songes archivistiques et vérités romanesques
de Daniel Defoe à Hélène Cixous

Laurent Ferri
p. 255-269

Dédicace

à M. Arnaud de Castelbajac

Texte intégral

1Les rapports entre la littérature et les archivistes sont multiples et féconds.

  • 1 Ludovico Antonio Muratori (1672-1750), jésuite, bibliothécaire et archiviste de la famille d’Este d (...)
  • 2 Franz Seraphim Grillparzer (1791-1872), archiviste de la Cour des comptes de l’Empire austro-hongro (...)
  • 3 Henri Delmotte (1798-1836), notaire, archiviste, président de la Société des bibliophiles belges, a (...)
  • 4 Charles Braibant (1889-1976), archiviste paléographe, chef du service des archives et bibliothèques (...)
  • 5 André Chamson (1900-1985), archiviste paléographe, auteurs de romans régionalistes et historiques a (...)

2Il y a, tout d’abord, les archivistes qui ont été, par surcroît, des écrivains : ainsi, le polygraphe italien des Lumières Ludovico Muratori1 ; le grand dramaturge autrichien Franz Grillparzer2, dont on peut visiter, à Vienne, le bureau d’archiviste à la Cour des comptes, pieusement conservé en l’état ; Henri Delmotte, le « Nodier belge »3 ; sans oublier que deux directeurs des Archives de France, Charles Braibant4 et André Chamson5, furent de talentueux romanciers.

  • 6 Mais pas seulement : voir le poète et auteur dramatique François Coppée (1842-1908), archiviste de (...)
  • 7 Matthew Prior (1664-1721), secrétaire d’ambassade à La Haye, puis auprès du plénipotentiaire à la c (...)
  • 8 Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), un des plus grands écrivains français, fut le secrétaire et l’ar (...)
  • 9 Robert von Musil (1880-1942), archiviste au service de presse des Affaires étrangères en 1919-1920.
  • 10 Par August Sperl (1862-1926), archiviste à Amberg (1891-1901), Cassel (1902-1907), Landshut (1907-1 (...)
  • 11 Jean-Pierre Angrémy, en littérature Pierre-Jean Rémy (né en 1937), de l’Académie française, a signé (...)

3Il y a, à l’inverse, les écrivains qui, pour une raison ou pour une autre, ont exercé, à un moment de leur vie, les fonctions d’archiviste dans une administration, le plus souvent dans une ambassade6 : c’est le cas du poète anglais Matthew Prior7, qui voit dans ses odes à la monarchie les véritables great records of the future ; de Jean-Jacques Rousseau8, qui se plaint, dans les Confessions, d’avoir eu à payer de son argent « papier, cire, bougie, nonpareille, jusqu’au sceau [qu’il fit] refaire » ; de Robert Musil9 dont le chef-d’œuvre, L’Homme sans qualités, a failli s’intituler Der Archivar L’Archiviste, mais le titre était déjà pris10, plus près de nous, c’est le cas de Pierre-Jean Rémy11, orfèvre en matière de « style diplomatique » depuis sa première affectation comme vice-consul archiviste à Hong-Kong (un titre véritablement digne de Giraudoux !) en 1963.

4Par ailleurs, les archivistes « réels » aident les écrivains, à l’occasion.

  • 12 Gérard de Nerval, Angélique, in Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1958, t. 1, p. 524.


5Ce peut être volontairement, en leur fournissant de la matière première historique ou « une idée d’histoire »12 à raconter. J’ai moi-même, le mois dernier, reçu d’un auteur célèbre une demande d’accès en dérogation à des dossiers non librement communicables, ainsi libellée :

Les romans historiques que j’essaie d’élaborer ne sont pas fantaisistes. Très documentés, ils visent à comprendre un moment subjectif de l’Histoire, par le biais de la fiction.

6Ce peut être involontairement, parce que leur vie, privée ou publique, avait croisé celle d’inventeurs de personnages littéraires dont ils sont « la clef » : citons Christian Kestner, archiviste de la ville de Hanovre, qui « est » l’époux légitime dans Les Souffrances du jeune Werther de Goethe.

7Toutefois, il ne sera question, ici, que d’archivistes et d’archivistique « imaginaires », distinction artificielle si nous suivons Marcel Proust selon qui « la seule vie réellement vécue, c’est la littérature » : j’entends le lieu où la réalité, au-delà des songes et des mensonges, est tout de même ressaisie et analysée au plus haut sens. Cette conviction inspira mon titre, mais il s’agit naturellement aussi d’un clin d’œil malicieux à l’essai de René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque.

  • 13 « Le chartiste dans la fiction littéraire (XIXe et XXe siècles) : une figure ambiguë », Bibliothèqu (...)

8En fait, les organisateurs de ce colloque, et singulièrement ma consœur Isabelle Chave, m’ont demandé de poursuivre sur la lancée d’un article que je m’étais amusé à rédiger en 2001 pour la Bibliothèque de l’École des chartes : « Le chartiste comme personnage de fiction : une figure ambiguë »13. J’étais censé étendre mon propos aux « archivistes de l’Europe du Nord-Ouest ». Inutile de dire que le défi est redoutable : car si l’aiguille est presque aussi ténue, la botte de foin, elle, a décuplé de volume ! Cette gageure, il fallait que je m’expliquasse de l’oser ; et l’invocation de la commande est encore le moyen le plus commode. De plus, il me faut avertir le lecteur en attente d’exhaustivité qu’il ne la trouvera pas : « L’Art est long, et la vie est courte », a dit le poète. Plutôt qu’une énumération fastidieuse, et de toute manière incomplète, on lira ci-après une caractérisation et une chronologie des principaux types et stéréotypes d’archivistes, cueillis pour l’essentiel dans les romans et la poésie narrative de langue allemande, anglaise et française (je ne parle pas d’autres langues) du XVIIIe siècle à nos jours.

9Peu visible et « essentialisé » avant le milieu du XIXe siècle, l’archiviste bénéficie ensuite, au plan littéraire, de l’essor de la science historique et de la corporation des historiens, mais aussi du recours très médiatisé aux archives dans les domaines de l’enquête policière et du faux en écriture. Toutefois, la reconnaissance d’une compétence propre, d’un professionnalisme acéré, est vécue dans la contradiction : au-delà de la guerre de 1914-1918, matrice des totalitarismes, l’archiviste sera, pour ces régimes, tantôt un serviteur zélé, tantôt un témoin à charge. L’expérience totalitaire et concentrationnaire aura, quoi qu’il en soit, contribué à redéfinir les rapports entre la dimension mémorielle des archives et le roman, ce « mensonge qui dit la vérité », quand il s’interroge sur l’archive en lien avec les habitus et, depuis une trentaine d’années, certains écrivains se définissent comme des « archivistes », ce qui ne peut laisser la « communauté archivistique » indifférente.

  • 14 La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003.


10Avant le milieu du XIXe siècle, la moisson est réduite. À suivre un théoricien du genre romanesque, Thomas Pavel14, cette discrétion peut s’expliquer par la fonction principale que le roman se voit assigner jusqu’au préromantisme : perpétrer des modèles normatifs de héros ou d’anti-héros. L’archiviste, trop peu consistant, fait dès lors, tout au plus, figure d’« utilité ». Je

Haut de page

Bibliographie

Corpus utilisé

Introduction

Matthew Prior (Angl., 1664-1721), Odes (années 1690)


Abbé Ludovico Antonio Muratori (Ital., 1672-1750)


Jean-Jacques Rousseau (Fr., 1712-1778), Confessions (posthumes, 1782 et 1789)

Johann Wolfgang von Goethe (All., 1749-1832), Die Leiden des jungen Werthers (1774)

August Sperl (All., 1862-1926), Der Archivar (1920)


Robert Musil (All., 1880-1942), Der Mann ohne Eigenschaften (1930, 1933)

Ire partie

William Prynne (Angl., 1600-1663)


Daniel Defoe (Angl., 1660-1731), The true-born Englishman (1701)


Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon (Fr., 1675-1755), Mémoires (commencés en 1694)

Walter Scott (Angl., 1771-1832), The Antiquary (Angl., 1816)


Pierre-Jean de Béranger (Fr., 1780-1857), L’Enfant de bonne maison (1821)

IIe partie

Franz Seraphim Grillparzer (Autr., 1791-1872), Der Geschichtsforcher (v. 1840)

Giustiniano Lebano (It., 1832-1909), La Cantica dei Cantici (1891)


Joris-Karl Huysmans (Fr., 1848-1907), L’Oblat (1903)


Georges Rodenbach (Bel., 1855-1898), La Vocation (1895)

Sir Artur Conan Doyle (Angl., 1859-1930), The Adventure of the second stain (1885) et The Case-book of Sherlock Holmes (1927)

Marcel Proust (Fr., 1871-1922), À la Recherche du temps perdu et Jean Santeuil (entre 1896 et 1900)

IIIe partie

Karl Kraus (Autr., 1874-1936), Die letzten Tage der Menschheit (1914)

Franz Kafka (Tch. de langue all., 1883-1924), Das Schloss (1922)

Lion Feuchtwanger (All., 1884-1958), Josephus (1932)


Hans Fallada (All., 1893-1947), Jeder stirbt für sich allein (1946)

George Orwell (Angl., 1903-1950), 1984 (1948)

Georges Simenon (Bel, 1903-1989), Les Mémoires de Maigret (1951)


Paul Nizan (Fr., 1905-1940), La Conspiration (1938)


Robert van Gulik (Holl., 1910-1967), Moord op het maanfeest (1968)


Hillel Seidman (Pol., de langues hébraïque et yiddish, 1905-1995), [Journal] (1942-1943)

Doris Lessing (Angl., née en 1919), Canopus en Argo : Archives (1978)

Hermann Kant (All., né en 1926), Die Aula (1966)

Georges Perec (Fr., 1936-1982), La Vie mode d’emploi (1978)

Ismaïl Kadaré (Alb., né en 1938), [Le Palais des rêves] (1981)

Tomas Brussig (All., né en 1965), Helden wie wir (1990)

Conclusion

Primo Levi (It., 1919-1987), Se questo è un uomo (1945)


Walter Kempowski (All., né en 1929), Das Echolot : ein kollektives Tagebuch (1993)


Peter Bichsel (Suisse de langue all., né en 1935), Cherubin Hammer und Cherubin Hammer (1999)

Hélène Cixous (Fr., née en 1938), Photos de racines (1994, avec Mireille Calle-Gruber) et Tours promises (2004)


Myriam Anissimov (Fr., née en 1943), Sa Majesté la Mort (1999)


W. G. Sebald (Suisse de langue all., 1944-2001), Luftkrieg und Litteratur (1997) et Austerlitz (2001)

Erik Orsenna (Fr., né en 1947), Grand Amour (1993)


Didier Daeninckx (Fr., né en 1949), Meurtre pour mémoire (1984) et Éthique en toc (2000).

Haut de page

Notes

1 Ludovico Antonio Muratori (1672-1750), jésuite, bibliothécaire et archiviste de la famille d’Este de 1700 à sa mort, est surtout connu pour son histoire des missions de sa Compagnie au Paraguay et pour ses traités sur la charité chrétienne et sur la force de l’imagination.

2 Franz Seraphim Grillparzer (1791-1872), archiviste de la Cour des comptes de l’Empire austro-hongrois avec rang de directeur ministériel de 1832 à 1856, est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre, dont La Juive de Tolède, et de recueils de poésie influencés par Goethe.

3 Henri Delmotte (1798-1836), notaire, archiviste, président de la Société des bibliophiles belges, acquit une certaine audience locale avec ses envolées dithyrambiques sur la révolution de 1830, et plusieurs saynètes en dialecte montois, mais son nom est aujourd’hui associé surtout à un Voyage pittoresque et industriel dans le Paraguay-doux et la Palingénésie australe... (1835), inspiré, au plan du style et de la pensée, de Charles Nodier ; ce dernier, en retour, crut pouvoir sans risque plagier Delmotte, dès l’année suivante, en gardant quasiment le même titre. Il est vrai que sa renommée était sans commune mesure et que la fâcheuse réputation des Belges en matière de contrefaçon éditoriale le protégeait.

4 Charles Braibant (1889-1976), archiviste paléographe, chef du service des archives et bibliothèques de la Marine (1919-1944), inspecteur général puis directeur général (1948-1959) des Archives de France, avait obtenu le prix Renaudot en 1933 pour Le Roi dort.

5 André Chamson (1900-1985), archiviste paléographe, auteurs de romans régionalistes et historiques ayant pour cadre principal les Cévennes, membre de l’Académie française, fut directeur des Archives de France de 1959 à 1971.

6 Mais pas seulement : voir le poète et auteur dramatique François Coppée (1842-1908), archiviste de la Comédie française de 1878 à 1884. M. Marc Libert nous a également signalé le cas de l’auteur dramatique belge d’expression française Michel de Ghelderode (1898-1962), apparemment piètre archiviste.

7 Matthew Prior (1664-1721), secrétaire d’ambassade à La Haye, puis auprès du plénipotentiaire à la conférence de Ryswick (1697-1698), se félicite, dans son œuvre, que les mémoires et la correspondance lui laissent le temps de confectionner des odes qui seront les véritables Great records of the future.

8 Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), un des plus grands écrivains français, fut le secrétaire et l’archiviste du comte de Montaigu, ambassadeur de France à Venise, entre septembre 1743 et août 1744.

9 Robert von Musil (1880-1942), archiviste au service de presse des Affaires étrangères en 1919-1920.

10 Par August Sperl (1862-1926), archiviste à Amberg (1891-1901), Cassel (1902-1907), Landshut (1907-1910) et enfin Wüzburg (1910-1926), auteur de plusieurs romans, dont L’Archiviste en 1920.

11 Jean-Pierre Angrémy, en littérature Pierre-Jean Rémy (né en 1937), de l’Académie française, a signé une quarantaine de romans et de nouvelles dont Le Sac du palais d’été, prix Renaudot 1971.

12 Gérard de Nerval, Angélique, in Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1958, t. 1, p. 524.


13 « Le chartiste dans la fiction littéraire (XIXe et XXe siècles) : une figure ambiguë », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 159, 2001, p. 615-629.

14 La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003.


15 Article paru dans la revue The American Archivist, volume 56, n° 2, p. 242.


16 Giustiniano Lebano, avocat, franc-maçon et historien napolitain (1832-1909), dans La Cantica dei cantici (1891), reprenait pour l’infléchir une tradition de contestation vigoureuse des actes de donation, depuis Lorenzo Valla (1440) puis par Erasme (1513).

17 Connu surtout pour son attaque en règle contre le théâtre, Histriomastix : the players scourge (1633), où ses qualités d’archiviste furent mises à contribution, Prynne mit huit ans à collecter le matériau nécessaire à l’écriture de ce pamphlet de plus de mille pages.

18 Pierre Jean de Béranger (1780-1857).


19 Le Conseil du sceau succéda le 15 juillet 1814 au Conseil du sceau et des titres établi en 1808 par Napoléon 1er succédant lui-même au « Sceau » d’Ancien Régime. Sa mission était de tenir les rôles des anoblis et de leur proposer des armoiries. Il travailla en liaison étroite avec les Archives royales, dirigées par le chevalier de La Rue, « pistonné » de la Restauration, et à ce titre bête noire de la Gauche qui craignait le retour à l’Ancien Régime.

20 Béranger, Œuvres, Paris, Perrotin, Guillaumin et Bigot, tome II, p. 195.

21 Traduction française, Defauconpret, 1857, p. 435.

22 Mémoires, 110, Paris, Gallimard, (Coll. « Pléiade »), 1985, III, p. 930-932.


23 Je renvoie aux travaux de Françoise Hildesheimer, notamment à l’article « Archives » dans Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 2002, p. 78-81.

24 « Denn was soll man denken, wenn der Dichter der Sappho, plötzlich vom jahrelangen Schlaf, sich aufrichtend, Verse von sich gibt, die nach Moder riechen wie alte Akten », Dr Karl Tauseman, in Der Radikal du 19 juin 1848, cité par Gottfried Mraz (dir.), in Franz Grillparzer, ein Finanzbeamter und Archivdirektor, Steiger Verlag, 1991, p. 87.

25 Josef Chmel (1798-1858), archiviste au Haus-, Hof- und Staatsarchiv, historien du droit et de la religion, connu pour sa manie compilatoire et son style indigeste.

26 Écrivain symboliste belge (1855-1898).


27 La Vocation [1895], Bruxelles, Librairie Terre-Neuve, 2000, t. 1, p. 266.


28 Même le dreyfusisme de ce catholique de bonne famille est équivoque ; le narrateur se demande en effet s’il n’a pas fait ce choix en partie pour éviter les foudres de ses protecteurs de la gauche caviar : « il était chambré par Mme Verdurin, laquelle agissait en farouche radicale » (À la recherche..., Paris, Laffont (Coll. « Bouquins »), 1987, II, 470).

29 Rappelons que Proust était lui-même fils d’un éminent médecin.


30 Au moment des faits, directeur de l’École des chartes.


31 Marcel Proust, Jean Santeuil, Paris, Gallimard (Coll. « Pléiade »), 1971, p. 649 et 650. Le parallèle entre les sciences « dures » (tantôt la physique, tantôt la chimie, tantôt les sciences naturelles) et l’histoire « scientifique », et le rejet philosophique des passions partisanes est très fréquent chez les théoriciens du XIXe siècle, de Guizot à Fustel de Coulanges.

32 Comme le prouve l’échange suivant, dans Le Chien des Baskervilles : « I have in my pocket a manuscript, » said Dr James Mortimer. — I observed it as you entered the room, said Holmes. — It is an old manuscript. — Early eighteenth century, unless it is a forgery. — How can you say that, sir ? — You have presented an inch or two of it to my examination all the time that you have been talking. It would be a poor expert who could not give the date of a document within a decade or so. You may possibly have read my little monograph upon the subject. I put that at 1730. — The exact date is 1742 ». Dr Mortimer drew it from his breast-pocket.

33 The Strand Magazine, 12-15 oct. 1885.

34 Lion Feuchtwanger (1884-1958), fondateur du Spiegel en 1908, passé du statut de « juif intégré » à celui de paria chassé d’Allemagne après 1933, auteur de remarquables romans et pièces de théâtre.

35 Traduction française de Jean-Claude Capèle, Fayard, 1996, p. 374.


36 Robert Van Gulik (1910-1967), diplomate et fin spécialiste de la civilisation chinoise.

37 Assassins et poètes, 1968, Paris, 10/18 (Coll. « Détectives »), 1985, p. 188-189. Le texte est accompagné d’une amusante gravure de l’auteur représentant « Tri dans les archives ».

38 Le Château, trad. française par Bernard Lortholary, Garnier - Flammarion, 1984, p. 90-91 et 99.

39 Hans Fallada (1893-1947). Il n’est pas indifférent pour notre propos que ce romancier, « émigré de l’intérieur » réduit au silence sous le IIe Reich, ait vécu dans une bourgade, Fedberg, où se trouvait un des plus importants dépôts d’archives de la Chancellerie du Reich, et qu’il y ait assisté à son évacuation en catastrophe, puis à son incendie, devant l’avancée des alliés, en 1945. Jeder stirbt für sich allein, traduit en français par Seul dans Berlin, est un ouvrage commandé par la propagande soviétique dans les cadre de la dénazification et de la rééducation du peuple allemand. Il raconte la révolte et le châtiment impitoyable d’un couple d’Allemands ordinaires, n’ayant pas supporté la mort absurde de leur fils sur le front de l’Est.

40 Il s’agit d’échantillons obtenus par application de chiffons sur le sexe des suspects et devant servir à la traque par les chiens policiers.

41 Né en 1965, il est actuellement (2004) un des auteurs les plus populaires en République fédérale allemande. Le titre de son premier roman (textuellement : « Des héros comme nous »), une satire du rôle peu « héroïque » des Ossis en 1989, a curieusement été traduit en français par Le Complexe de Klaus.

42 Né en 1938, Kadaré vit actuellement à Paris.

43 Traduction de Jusut Vrini, Fayard, 1990, p. 128.

44 Traduction d’Amélie Audiberti [Gallimard, 1950], Paris, Gallimard (Coll. « Poche »), 1987, p. 222.

45 Tout en étant un écrivain officiel de la RDA, président de l’Académie de littérature et membre du comité central du SED, Hermann Kant (né en 1926) apparaissait comme « libéral », en particulier après la parution de L’Amphithéâtre (Die Aula) qui critiquait certains « excès » du régime communiste. Cette réputation s’écroula après 1989 quand on découvrit dans les archives de la STASI qu’il espionnait l’ensemble du monde littéraire.

46 Fischer Taschenbuch Verlag, 1966, p. 183 et 184.


47 Il faut ici mentionner le « journal » de Hillel Seidman (1905-1995), archiviste du ghetto de Varsovie, édité en français chez Plon en 1998 et étudié par Georges Bensoussan, dans la Revue d’histoire de la Shoah, n° 162. Les romans tirés d’archives de la Shoah sont plutôt le fait d’écrivains américains : on se rappelle La Muraille de John Hersey, qui a comme modèle Emanuel Ringelblum (1900-1944), autre archiviste du ghetto de Varsovie. Voir Annette Wiewiorka, « Les archives, 52 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale », conférence prononcée devant l’amicale d’Auschwitz, 6 décembre 1997.

48 Toutefois, certains romanciers continuent d’opposer les deux démarches et les deux vocations, avec un grand bonheur : voir Peter Bichsel, Cherubin Hammer und Cherubin Hammer (1999).

49 Dans laquelle on rangera Roger Peyrefitte, Les Ambassades (1951), et Erik Orsenna, Grand Amour (1993), qui contiennent des passages relatifs aux archives et aux archivistes. Mme Claire Berche m’a permis de connaître une référence beaucoup plus rare et insolite : il s’agit des poésies d’Émile Campardon, ancien conservateur au Minutier central des notaires de Paris, Les Quatrains de Campardon, fragments de l’iconographie des Archives nationales, Paris, 1876, 51 p.

50 Voir Myriam Anissimov, Sa Majesté la Mort, Seuil, 1999. Le roman s’ouvre par un échange entre la mère, rescapée de la Shoah, confrontée à des cartons de déménagement remplis de documents, et la fille : « Elle décide alors que je serai la dépositaire de sa mémoire... afin de comprendre [...] notre survie, puisque nous étions des survivants » (p. 15). Il convient de noter que Myriam Anissimov est l’auteur de la biographie de référence de Primo Levi.

51 Terme renvoyant aux négationnismes de pseudo-historiens. Sur le sujet et son traitement romanesque, voir Didier Daeninckx, Éthique en toc, Baleine, 2000. Le même auteur avait traité d’archives « sensibles » dans Meurtre pour mémoire (1984), récit à clef où le fils d’une victime de la répression anti-FLN en octobre 1961 est à son tour tué à la sortie d’une préfecture du Sud-Ouest, où il consultait des documents relatifs à l’Occupation...

52 Henry Rousso, Éric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Gallimard, 1996.


53 Jean-Luc Nancy, La Communauté désœuvrée, Paris, Bourgois, 1990.


54 Néologisme forgé par Jacques Derrida : le concept permet de débusquer puis de dépasser la tentation de l’originaire, là où toute pensée va d’un texte à un autre texte.


55 Winfried Georg Sebald (1944-2001), dont il est intéressant de noter, pour notre propos, qu’il était grand admirateur de Proust, Kafka et Pérec, et grand connaisseur de monuments, en particulier des « architectures suintant la barbarie, la bureaucratie, l’écrasement du vivant ». Un de ses romans, Austerlitz (2001), est construit comme une enquête sur les destinées de l’Europe, qui l’amène à rencontrer une archiviste hongroise. On peut également lire, en français, une superbe conférence sur la capacité de la littérature à « dire » les tragédies historiques, par exemple les bombardements alliés sur l’Allemagne pendant la seconde guerre mondiale (Luftkrieg und Litteratur, 1997) : elle fait appel, pour cela, aux archives, aux témoignages et aux insertions ou collages de documents au sein même de la narration.


56 Hélène Cixous (née en 1937), notamment dans Tours promises (Galilée, 2004), qui promeut au rang de personnage littéraire notre amie Marie-Odile Germain, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Précédemment, Photos de racines (Des femmes, 1994) s’achevait sur des commentaires de photographies d’archives familiales illustrant un thème majeur de l’auteur : la tombe-berceau.


57 Walter Kempovski (né en 1929).


58 http://www.phf.uni-rostock.de/fbg/kempowsk/archiv.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Ferri, « (Men)songes archivistiques et vérités romanesques
de Daniel Defoe à Hélène Cixous », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 255-269.

Référence électronique

Laurent Ferri, « (Men)songes archivistiques et vérités romanesques
de Daniel Defoe à Hélène Cixous », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/322

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals