Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Les traductions

Les gloses en vieux-breton aux écrits scientifiques de Bède, dans le manuscrit Angers 477

Pierre-Yves Lambert
p. 309-319

Résumé

Discovered by Léon Fleuriot, this corpus of Old Breton glosses is by far the most important hitherto known : it exhibits not only numerous glosses (c. 400) but also long glosses, with an interesting syntax. These long sentences however suffered from being edited in the same manner as lexical glosses (= one-word glosses), that is, in an alphabetical order, in Léon Fleuriot’s Dictionnaire des gloses en vieux-breton (1964). We conducted a first revision of Fleuriot’s edition in 1980-1982, and we now project a completely new edition, a philological edition, reproducing all the glosses related to the text of Bede, whatever be their language (Old-Breton, Old-Welsh, mixed Old-Breton-Old-Welsh, or Latin), in the order of the manuscrit. Replacing the glosses in the natural order of the text was the best mean to follow the mental itinerary of the glossator. It permitted also a thorough comparison with other series of glosses to the same texts, in Old-Irish or in Latin. As a preparation for such a project, we present a batch of glosses where our methods of investigation obtained significant results.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. J. Vezin, Les Scriptoria d’Angers au XI ̊ s., Paris, 1958, p. 152-153, thèse de l’École des Cha (...)
  • 2 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en Vieux-Breton, Paris Klincksieck 1964, désormais abrégé en D (...)

1Le manuscrit qui nous occupe (BM Angers, Ms 477) a pour provenance l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers ; mais l’origine du manuscrit est bretonne : soit une abbaye du Léon (J. Vezin)1, soit Landévennec2, d’après le calendrier des saints f ̊30-36a.

  • 3 DGVB, p. 9.


2Le manuscrit a dû être écrit en 897, si l’on en croit un calcul proposé au f ̊21a3.

Contenu du manuscrit4

  • 4 Cf. A. Molinier, « Manuscrits de la Bibliothèque d’Angers », dans Catalogue Général des Manuscrits (...)
  • 5 A été publié par H. Omont, « Glossarium Andegavense, Ms. 477 (461) de la Bibliothèque d’Angers », B (...)
  • 6 Identifié par H. Omont.


f ̊ 1-8 : glossaire grec-latin5 [Ce cahier a été rajouté tardivement au manuscrit]

f ̊ 9 : « tableau astronomique » d’après A. Molinier, Catalogue : en fait, rituel de la consécration d’une église.
f ̊10-18v : Bède, De Natura Rerum

f ̊18v-22 : Bède, De Temporibus, limité aux chap. I à XV

f ̊ 22-27v : « Incipit liber calculi quem Victorius exposuit », tableaux sur trois colonnes reliées par des arcades6
f ̊ 28 s. : tableaux de Comput, suivis de : f ̊ 30v-36 un calendrier ;

f ̊ 37v-43 : cycle de Denys le Petit (allant de l’an 532 à 1043),

f ̊ 43v : une liste intitulée, « Hi sunt dies mensis solaris per quos xiiii luna decurrit in ciclo decennovenali, angelo dictante Pacupio monacho [...] »

f ̊44v-85v : Bède, De Temporum Ratione
Enfin, fragments divers (prière pour l’ordalie par l’eau bouillante, poème latin médiéval, pénitentiels, tableaux…).

Historique de la recherche

  • 7 L. Fleuriot, « La découverte de nouvelles gloses en Vieux-Breton », Comptes rendus des séances de l (...)

3Découvertes par Léon Fleuriot, les gloses ajoutées en vieux-breton aux œuvres de Bède constituent un apport important à la connaissance du vieux- breton : les gloses nouvelles, au nombre de 400 environ, n’ont pas seulement augmenté le vocabulaire, elles ont fourni surtout des phrases, parfois même des suites de phrases. On a donc pour la première fois des phrases complètes, des verbes, des particules de liaison, ce qui permet de mieux connaître la grammaire du vieux-breton (en particulier, la morphologie verbale et la syntaxe). Léon Fleuriot fit une communication7 à l’Académie des Inscriptions le 15 juin 1959 pour souligner l’importance de cette découverte (augmentée encore par la découverte des gloses à Priscien du ms. de Paris, BN Lat. 10 290).

  • 8 Sur l’histoire des études de vieux-breton, cf. P.-Y. Lambert, La Bretagne Linguistique, V, 1988-198 (...)
  • 9 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en Vieux-Breton, Paris Klincksieck 1964. (rééd. Toronto 1985, (...)

4Mais, pour obéir aux directives de ses maîtres, ou peut-être continuer son projet initial de thèse, qui était de renouveler le Vocabulaire Vieux-Breton de Joseph Loth (en restreignant cette fois l’inventaire au « vieux-breton » d’Armorique, ou « vieil-armoricain », pour reprendre la terminologie de Loth8), Léon Fleuriot a estimé qu’il était possible de publier tous les matériaux nouveaux sous la forme d’un dictionnaire. Dans son Dictionnaire des Gloses en Vieux-Breton (DGVB, ou F.)9, les gloses longues font l’objet d’un examen philologique (lecture et interprétation, rapport avec le texte latin etc.) à la place requise, dans l’ordre alphabétique, par l’initiale de leur premier mot vernaculaire ; d’autre part, chaque mot de la même glose fait l’objet d’une fiche lexicale (traduction, correspondants en breton moyen ou moderne, rapprochements possibles dans les autres langues celtiques, et étymologie) à sa place naturelle dans l’ordre alphabétique.

5Il est important de souligner que le DGVB combinait en fait deux types de lexiques, un lexique linguistique, et un lexique philologique, dans lequel, en principe, toutes les gloses font l’objet d’une notice séparée, même si elles sont identiques d’un manuscrit à l’autre. Ce qui ne va pas, à mon avis, c’est le lexique philologique : la forme « lexique » était admissible à l’époque de Loth, quand on ne connaissait que des gloses lexicales (c’est-à-dire limitées à un seul mot vernaculaire). Mais avec la découverte de gloses longues, il valait mieux revenir à une édition de type « corpus », comme ce qui a été fait pour le vieil-haut allemand (Steinmeyer), le vieil-anglais, ou le vieil-irlandais (Stokes-Strachan). L’inconvénient de l’édition sous forme de dictionnaire, c’est que la glose longue se trouve « atomisée » ; le sens des mots nouveaux d’une même phrase est discuté en plusieurs endroits différents, au lieu d’être traité en une seule fois, avec le sens de la phrase.

  • 10 L. Fleuriot, Le Vieux-Breton, éléments d’une grammaire, Paris, Klincksieck, 1964. À compléter avec (...)

6Ceci dit, on doit reconnaître que Léon Fleuriot pouvait penser avoir fait le tour de la question sur le plan linguistique, puisqu’il publiait en même temps que son dictionnaire une Grammaire10, qui était sa thèse secondaire. D’autre part, l’Introduction au DGVB par L. Fleuriot comporte d’utiles analyses sur le manuscrit Angers 477 : étude des deux mains A et B, étude des éléments de datation et des indices de provenance, notamment les saints bretons cités dans le calendrier ; étude du mélange linguistique vieux-gallois/vieux-breton. Mais nous pensons qu’il faut rééditer les gloses du ms. Angers 477 dans une édition de type « corpus » ou « thesaurus », en incluant les gloses latines (à l’exclusion des textes marginaux qui n’ont pas de rapport avec Bède, comme les nombreuses citations des Étymologies d’Isidore), et en scrutant attentivement les accidents de transmission du texte principal.

  • 11 D. Huws, « A Welsh Manuscript of Bede’s De natura rerum », The Bulletin of the Board of Celtic Stud (...)

7J’ai moi-même contribué par deux articles assez longs à l’élaboration philologique et linguistique de ces gloses, en 1983 et 1984. Mon point de départ a été, justement, de chercher à rétablir pour moi-même l’ordre naturel des gloses ; ce faisant, je me suis aperçu que plusieurs gloses avaient un parallèle dans les ms. glosés en vieil-irlandais, corpus assez limités en quantité : un ms. à Vienne, un autre à Karlsruhe. Continuant sur cette voie, j’ai isolé quelques gloses qui, dans le ms. 477 d’Angers, pouvaient être inspirées par un modèle irlandais. Puis j’ai élargi mon étude, en cherchant à comparer d’autres corpus de gloses carolingiennes aux traités scientifiques de Bède, en commençant par les gloses en vieux-breton ou en vieux-gallois. En plus de ceux que j’ai utilisés (Angers 476 ; Paris BN lat. 6400 B, Paris BN n.a.l. 1616), un nouveau document de ce type a été signalé par Daniel Huws11, il s’agit de deux bifolios portant des passages du De Natura Rerum de Bède, avec cinq gloses en vieux-gallois et quelques gloses latines : Aberystwyth, National Library of Wales (NLW), Peniarth 540.

8Enfin, une comparaison systématique avec des corpus de gloses latines publiés ou inédits m’a convaincu qu’il fallait reprendre l’explication et l’interprétation linguistique d’un grand nombre de gloses. Comme il est normal devant un corpus aussi nouveau et aussi riche, L. Fleuriot avait parfois confondu latin et vieux-breton, il fallait corriger des erreurs de lecture, des erreurs d’identification de mots par fausse coupe, par mauvaise analyse etc.

  • 12 P.-Y. Lambert, « Les Commentaires celtiques à Bède le Vénérable », Et. Celt. XX, 1, 1983, p. 119-14 (...)

9Mon étude, achevée en 1982, n’a pas été publiée sans difficulté12 : Léon Fleuriot était alors à la tête du comité de lecture de la revue Études celtiques, et il a cherché à me dissuader de publier ce travail. C’est pourquoi la première livraison (1983) est relativement réduite : ce sont les critiques qui avaient reçu l’imprimatur de Fleuriot. Cependant, presque tout le reste de mon travail put paraître dans le numéro suivant des Études celtiques, en 1984.

  • 13 Ainsi à propos des gloses grammaticales brittoniques (Ét. Celt., XXIV, 1987, p. 285-308). Voir auss (...)
  • 14 Autres auteurs ayant apporté des compléments sur les gloses à Bède du ms. Angers 477 : D. Ó Croinin (...)

10Par ailleurs, j’ai eu l’occasion de reparler de certaines gloses d’Angers dans quelques études plus tardives13. Bien entendu, d’autres auteurs ont apporté leur contribution : Gwenael Le Duc a donné son opinion sur hallice, trouvé dans le cryptogramme en lettres grecques, et Peter Schrijver (1995) a traité à son tour de quelques mots vieux-bretons14.

  • 15 H. McKee, The Cambridge Juvencus Manuscript glossed in Latin, Old Welsh and Old Irish, Text and Com (...)

11J’ai gardé le projet de publier un jour une édition de type corpus de toutes les gloses carolingiennes de ce manuscrit, avec le texte principal (mais sans les extraits des Étymologies d’Isidore, qui ont été rajoutés très tardivement pour remplir les marges). Un exemple de ce que l’on pourrait faire a été donné récemment par Helen McKee15 pour un manuscrit glosé en vieux-gallois et en latin (ou hiberno-latin) : le Juvencus du ms. Cambridge Ff. 4. 42. L’auteur a publié une édition du manuscrit (texte + gloses), en association avec un fac-similé. Cela permettrait notamment de mieux suivre la distinction des deux mains de glossateurs, A et B (le deuxième est plus proche d’un modèle insulaire, aussi bien sur le plan paléographique que sur le plan linguistique).

  • 16 Dans un petit nombre de cas, L. Fleuriot a publié une critique de mon interprétation, dans sa réédi (...)

12Pour mieux montrer la nécessité de rééditer ces gloses, je dois signaler un certain nombre d’erreurs ou d’inexactitudes commises dans l’édition princeps. La plupart des remarques qui vont suivre ont déjà fait l’objet d’une publication, du vivant même de L. Fleuriot16.

Glose omise


69 b 18 : sur le texte : estiuis mensibus (DTR XXXVIII 36) :
]da(tiuus). ham seu in mensibus estatis
ham est le nom de l’été (aestas), bret. hañv, gall. haf, v.irl. sam (*samo-).

13On doit reconnaître que ces omissions sont extrêmement rares. Le seul moyen de les éliminer est de reprendre le travail d’édition de façon systématique et dans l’ordre des feuillets du manuscrit.

2. Mots latins vulgaires confondus avec du vieux-breton

60 a 11 : i nin sola hoc conuenit (F. 223a)
Texte : ut quisquis occidentem solem obseruauerit, cum eum coeperit uidere, conuersus ad orientem lunam surgere uideat, DTR XXV 20-22
Trad. Fleuriot : « [...] « En haut seule, cela est juste » (La lune se lève seule à l’est dans cette circonstance : quand on ne voit plus le soleil) ».

14Notre interprétation : « Lire : in insola hoc conuenit. L’île est considérée comme l’endroit le plus favorable pour voir simultanément le coucher du soleil à l’horizon et le lever de la lune dans l’autre direction. Graphie vulgaire pour insula ». (Ét. Celt. XX, 1, 1983, 138).


  • 17 Cf. Études celtiques XX, 1, 1983, p. 125 (« idem et ectolli », glose à Euripi, qui a un parallèle d (...)

15Insola pour insula nous conduit à poser la question des vulgarismes. Il n’y a pas beaucoup de vulgarismes typiques des pays celtiques, soit de l’hiberno-latin, soit du latin des Bretons. Insola est un vulgarisme très commun sur le continent et n’a rien de particulièrement celtique. Parmi les vulgarismes plus ciblés, citons au moins un exemple de la voyelle prothétique, caractéristique du dialecte vieux-gallois : 64 a 26 dou istadiorum. Comme l’hiberno-latin, le latin des Bretons semble avoir péché surtout par excès de pédantisme ; un exemple sûr est ectolli (F. 154b) [cf. fig. a], pour désigner un phénomène de grande marée ou de mascaret (déverbatif du verbe latin extollere ; cf. mes notes17 sur l’origine du toponyme armoricain Ethel).

74 a 27 : frau datiuus (F.172)
Fleuriot : frau = gall. ffraw, vif, ardent. « [...] Le glossateur a sans doute voulu dire que dâ est l’abréviation pour datiuus »


16Pour ma lecture, cf. l’étude parue Revue de Philologie LVII, 1983, 39-45. D’après moi, il faut lire : da. fraudatiuus = datiuus fraudatiuus, « datif du détriment », datif qui enlève au lieu de donner.

82 b 33 : ir comocoster pasc ha diebus azimorum (F. 228b)

17Le sens du vernaculaire et le sens général de la glose ne sont pas en cause, ir comocoster signifie « à cause de la proximité ». Le sens général est : « à cause de la proximité de Pâques avec les jours des Pains azymes ». Mais pour la partie latine de la glose, deux analyses sont possibles, chacune avec une faute de latin :

18Fleuriot a choisi de lire comme vernaculaire pasc ha, en deux mots signifiant « Pâques et » : pasc = emprunt au lat. ; et ha =coord. v.bret. La construction coordonnée est effectivement possible dans les langues brittoniques pour le complément du comparatif d’égalité et le complément de tout nom composé avec *kom-. Mais alors, pourquoi le datif pluriel de diebus ? cela ferait double emploi avec cette construction coordonnée.

19Nous croyons préférable de lire pascha, « Pâque », mot latin non fléchi, bien que complément de nom de comocoster. Donc, nous éditerons : « ir comocoster pascha diebus azymorum ». En fait, la non flexion de pascha s’explique par le besoin d’éviter la forme Paschae, qui pourrait être prise pour le nom de la fête chrétienne : or, il s’agit ici de la Pâque juive, qui doit rester au singulier. D’où l’apparente faute de grammaire (cf. note, Et. Celt. XX, 1, 1983 135).

20Parfois, Fleuriot n’avait pas pensé à lire un emprunt au latin :

76 a 31 : i. isi nod (F. 232b)

21Texte : Nam Galli quacumque die. viii. Kl. Apr. fuisset, quando Christi resurrectio fuisse tradebatur, pascha semper celebrabant DTR, XLVII, p. 100-102.
Fleuriot : « est manière/façon »
Mon interprétation : « dans le texte du synode » (i-sinod). Cf. moy. gall. senedd, « synode ». Le contexte immédiatement précédent fait référence aux actes du Concile de Césarée, et à l’« epistola synodica » de Théophile (Ét. Celt. XX, 1, 1983, p. 132-133).

22On signalera aussi un cas d’abréviation latine non comprise :

83 a 1 : trema or â gint i lap in XI anaith (F. 319-20)

23Texte : possumus intelligere quod mistica Paschae sollempnia singuli nostrorum in die baptismatis egerint (DTR, LXIII, p. 49-51)
Trad. Fleuriot : « parce que moment d’auparavant, dans le lieu du XI des calendes, elle advint ».

24J’ai proposé d’analyser XI anaith comme l’abréviation de cristi-anaith « christianisme », et gintilap comme un dérivé avec suffixe de nom abstrait gintil-(d)ap « paganisme » (la base étant l’emprunt au lat. Gentiles = païens). Lire tremao(m) et traduire « (au jour du baptême) nous passons (tous) du paganisme au christianisme » (de l’état de païen à l’état de chrétien) (voir Et. Celt. XX, 1, 1983, p. 135-136) [cf. fig. b.].

3. Mots irlandais déformés par les glossateurs

12 b 31.i : blangas gl. blandus (F. 85a)

25Fleuriot rétablit blanglas : glas, adj. « gris », et blan emprunt au latin blandus. Mais il reconnaît ici « une glose obscure ».
J’ai, quant à moi, rétabli le mot v.irl. bán-glas « blanc-gris », Et. Celt. XX, 1, 1983, p. 129. On ajoutera aujourd’hui un argument supplémentaire : le ms. Angers 477 comporte au même endroit (marge droite) une glose latine à blandus, qui correspond à l’analyse du composé irlandais : 12b30-31, « i. mixtus inter candidum et glaucum ».

15 b 30 i : uschuidou gl. uapores aquarum.

26F. 328b : v.bret. us « fragment léger, miette » et v.bret. chuid = chwezh- « souffle ».
J’ai suggéré un rapport probable avec le nom irl. de l’eau uisce (*udn-skio-) ou mieux avec son dérivé adj. uiscide « aqueux ». L’interprétation par l’adjectif est confortée par une glose latine dans un autre ms. de Bède, à cet endroit : « .i. fumos aquaticos » (BNF, N.a.l. 1632).

4. Gloses lexicales à corriger, ou réinterprétation limitée à un seul mot

57 b 14 :.i. lini, gl. ordo,

27Dans le contexte : ita dumtaxat ut primus et secundus ordo uicenos et septenos dies… complectatur, DTR, XIX, p. 7-8
Fleuriot (F. 243a) a essayé diverses constructions étymologiques : comparaison de l’irl. lín neutre thématique « nombre » (parent du lat. plenus) ; du gallois gorllin « abondance » ; du nom propre Blenlini, Cartulaire de Redon… Rien de tout cela n’est satisfaisant.

28Il s’agit tout simplement de la « ligne », c’est l’emprunt au lat. linea, et la finale -i est exactement l’une des possibilités offertes en brittonique pour continuer soit un thème indigène en -io- (comme Billi en toponymie, = v.irl. bile grand arbre), le -i représentant alors un collectif neutre pluriel (cf. le doublet kelli : caill), soit un emprunt à un nom latin en -ius, -eus. Cf. v.bret. guileri, équivalent de lat. calendarium, et remontant à un double emprunt (guil- de lat. vigilia, et -eri du suffixe lat. -arium). – Le texte de Bède fait allusion aux première et deuxième lignes d’un « tableau ».

  • 18 Cf. Celtica XXI, 1990, p. 234-239.

29J’ai d’ailleurs déjà identifié un composé de ce mot dans une glose à norma : glou-lini, à lire comme le fil à plomb, ou plus exactement le fil noirci au charbon (cf. v.angl. cólthræd)18.

17 a 17 : uento gurguedhuan, glosant : zefiro flante, DNR, XLIII, 5.

30Fleuriot suggère seulement l’analyse par gurgued = gall. gorchwyth « tempête » et huan « violent ». Mais les Zéphyrs sont-ils vraiment violents ?
On peut hésiter entre deux interprétations, a priori : ou bien la glose est à considérer comme la paraphrase ou la définition de zephiro, ou bien c’est tout le syntagme, l’ablatif absolu, qui est traduit. Pour la première hypothèse, il nous faudrait retrouver un nom de l’ouest dans gurguedhuan. Tout ce que nous trouvons, c’est le gall. gorllewin, ce qui est très éloigné. En faveur de la deuxième possibilité, il y a le fait que gur peut être l’abréviation de gurth, la préposition usuelle devant le nom verbal pour exprimer l’action en train de se faire. Quant à guedhuan, il nous paraît possible d’y voir un dérivé en *-man (gall. -fan/-fain) du thème signifiant souffler : ce serait le correspondant de gall. chwythu, mais réaménagé en *chwyth-fan. Gu- est l’une des notations employées pour rendre le groupe chw- à l’initiale (cf. ma note dans BBCS 36, citée note 15). De nombreux noms verbaux sont formés avec le suffixe -fan, particulièrement des verbes impliquant la production d’un bruit. On restera cependant sur ses gardes : guedhuan n’est pas attesté dans les langues brittoniques.

61 a 13 : igcerd « en marche », d’après F. 217-218.

31La glose complète est : ut essent igcerd gu pen-cemer in pop-mis
« pour qu’ils soient (en accord ?) jusqu’à la fin de chaque mois », sur congruente, dans le contexte suivant.
non semper in scripulis partium congruente siderum motu « le mouvement des astres n’étant pas toujours en accord, jusqu’aux fractions de scrupules » DTR, XXVII, p. 8-11.
Fleuriot a préféré un thème verbal = bret. kerz- « marcher », gall. cerdd-, mais le nom verbal est normalement suffixé (breton kerzed, gall. cerdded). Il faut donc préférer l’autre mot cerdd, « musique, harmonie », ce qui convient au sémantisme de congruere.

5. Traductions à préciser, interprétations à corriger

47 b : non minus illustrat sub | terram quam super terram, bicett pan iu | aer illu(s)tratus dies xxiiii horarum (F. 82b)

32C’est une glose marginale, connectée par un signe de renvoi au texte principal que voici : (qui secum semper et ubique lumen diurnum circumferens) non minore aerum spatio noctu sub terras quam super terras interdiu creditur DTR, V, 10
Aer serait un mot latin pour Fleuriot : bicett pan iu serait l’équivalent de « du moment que ». Mais l’on n’a pas besoin d’un autre sujet que dies. Bicett pan signifie exactement « jusqu’à quand, jusqu’à ce que » : l’idée est qu’il faut atteindre un total de 24 heures d’éclairage par le soleil. Comprendre alors : « jusqu’à ce que soit éclairé un jour entier de vingt-quatre heures ». Ou peut-être « jusqu’à ce que l’on soit (iu-aer) éclairé un jour entier de vingt quatre heures » (en supposant une désinence impersonnelle ?).

33La solution la plus simple est d’admettre que aer, écrit légèrement plus haut que les autres mots de sa ligne, était au départ extérieur à cette glose explicative : c’était une glose lexicale, portant sur aerum. C’est bien un mot latin, mais étranger à la glose marginale. [Cf. fig. c.]

56 b 7 : x punct i pop un did | steren itbid loir (F. 291a).

34Comment comprendre la glose ? Pour Fleuriot, loir est l’adjectif correspondant au gall. llwyr « entier », mais partout ailleurs dans ce document, loir est l’équivalent de gall. lloer, bret. mod. loar « lune ». Faut-il isoler deux gloses, une à chaque ligne ?
Ou faut-il plutôt lire les deux lignes ensemble, et même admettre un composé did-steren ? soit, « dix points pour chaque constellation de jour où est la lune », ou, « c’est dix points de chaque jour, que la lune aborde une constellation ».

35Il se peut que Fleuriot ait eu raison de comprendre loir comme signifiant « complet » ; mais dans ce cas, je pense préférable de comprendre itbid comme le verbe « avoir » ( = hedevez, « elle a ») : « dix points chaque jour, un astre possède au complet »
Cf. DTR XVII 4 : luna quotidie quatuor punctis [...] quam pridie fuerat redditur ; singula autem signa decem punctos habent, id est duas horas.

36Plus loin la répétition de it : it itbed 58b15 semble due à une surcharge, le premier it étant écrit de façon peu claire au milieu de jambages).

58 a 17 : nihil aliud designat nisi oet loir kal. pop un mis

37F. 275a : « rien d’autre ne désigne, sinon l’âge de la lune, les Calendes de chaque mois » Sur le texte : Porro presens argumentum quod de luna Calendarum querenda posuimus [...] DTR, XX, p. 21-22
Traduction extrêmement obscure ou ambiguë. Le sujet de designat est certainement sous- entendu et doit se trouver dans le contexte immédiat (les mots glosés sont « presens argumentum [...] »). L’expression vernaculaire est uniquement l’objet de designat :
« (cet argument) ne désigne rien d’autre que l’âge de la lune aux Calendes de chaque mois » (Kal. est construit comme un complément de nom)

f ̊ 63 b 30 : nud en stei gua.i. guascot a permed xii. (F. 273a)

38Voir ma relecture, publiée seulement en 1984 (Études celtiques XXI, 1984, p. 193-194). Fleuriot donnait dans son dictionnaire nud enstei ; mais proposa la même correction nud en scei dans Et. Celt. XIX, 1982, p. 266-267. La coïncidence des deux corrections de lecture n’est pas accidentelle, car L. Fleuriot a eu très tôt connaissance de l’ensemble de mes corrections, dont la publication s’est trouvée retardée. En fait, le manuscrit porte :

39texte : sed et horologica consideratione docemur, DTR, XXX, p. 89-90 glose : ] natura horologii.i. nudenscei guai guascot á permed. xii.

40stei relu scei : même erreur de lecture dans cant-arceint (Études celtiques XXI, 1984, p. 187),

41Les gloses en vieux-breton aux écrits scientifiques de Bède dans le manuscrit Angers 477 317

42guincl/guintl (ibid., p. 193).
J’attirais l’attention, loc. cit., sur le parallèle offert par le texte du Mirouer de la Mort, v. 451- 452, où il est justement question du cadran solaire (horoloig) dont l’ombre « frappe » sur la ligne, l’encoche :

  • 19 Trad. E. Ernault, RC, XXXI, 1910, p. 202 s.


Da buhez pechezr foll, so euell horoloig
 pan deu ferm é termen, a squae dien en cog (M. 451-2)
« Ta vie, pécheur insensé, est comme l’horloge, quand vient le terme rigoureux, elle frappe certes dans l’encoche »19.

43J’ai proposé de reconnaître un pron. infixe dans -en-, après deux particules de phrases, nu- et -d- (cf. moy. gall. neut). On le retrouve dans ni-n-arhaid « il ne l’atteint pas ». L. Fleuriot croit reconnaître dans la première syllabe le bret. neuz « façon, manière », ce qui me paraît peu probable, car neuz/naoz remonte à un â long et devrait se présenter sous la forme nod en vbret.

  • 20 Rarissime, mais voir Études celtiques, XXVI, 1989, p. 90, go-diat « en une journée ».

44Pour gwai, j’ai longtemps hésité, comme L. Fleuriot lui-même. La leçon du manuscrit semble corrompue.Il y a un blanc important entre guai et guascot : peut-être le scribe a-t-il sauté plusieurs lettres d’interprétation incertaine. J’avais proposé de restituer l’équivalent de gall. gwaeth (bret. gwazh « pire ») ou gwael « mauvais », des adjectifs employés adverbialement. L. Fleuriot, quant à lui, admettait un emploi prépositionnel20 du préverbe/préfixe gwo-/ gwa-. Mais il la supposait employée comme un adverbe, et le pron. infixe serait en double emploi, apparemment en coréférence avec guascot, si l’on en croit sa traduction « façon qu’elle [la] frappe sous, c’est-à-dire l’ombre ». Le i de guai n’étant pas isolé entre deux points, ni même suivi d’un point, ne peut être l’équivalent de lat. « id est », à moins de restituer ces points.
La restitution que je ferais aujourd’hui ne consiste pas à rajouter deux points, comme Fleuriot (qui supposait nudenscei gua.i. guascot), mais deux -ll-, ce qui, en paléographie galloise, peut former une ligature parfois étrange. La forme supposée guaill serait parente de gall. gwaëll, « aiguille, broche, alène, cheville, boucle, ardillon de ceinture, etc. ». Le mot désigne plusieurs os minces et longs : les côtes, gwëyll yr ais, le radius, gwaell y fraich, la clavicule, gwaell ysgwydd. Le mot désignait sans doute une épingle, une fibule, du thème *weg- « entrelacer, tisser », *wog-illo-. Cf. gwaeg, « boucle, fibule », probablement tirée de la même racine (suff. au fém., *wog-ikâ). Guaill est parfaitement adapté au sens d’aiguille du cadran solaire ; il semble être en composition avec guascot :

  • 21 Sur quoi voir Hamp, Études celtiques, XIX, 1982, p. 143 s.

45Traduction obtenue : « c’est alors que le frappe l’ombre de l’aiguille, à partir du XIIe jour des calendes d’Avril (23 mars) ».
Sur l’étymologie de gwaeg et gwaell, voir maintenant Peter Schrijver, Studies in the History of British Phonology, Leyde, 1995, p. 136 ; il restitue *ueg-eslâ et *ueg-ikâ ; mais le pl. gweÿll indique plutôt un masculin ; *uogikâ : gwaeg est parallèle à mes yeux à *kombrogikâ : Cymraeg21 ; gwaell pl. gweyll *uog-illo- – supposer l’ouverture o > a *wagill, > gwaill > gwaell), pl. *uogillî cf. *brogirîx > breÿr.

64 b 35 : cin dada em da ded uidemus ortum

46F. 107 a : « avant qu’à lui (dada em) il n’aille (da), le jour nous voyons levé ».
Mieux : « avant qu’il ne revienne en jour, nous (le) voyons levé », avec un verbe impersonnel dans la proposition subordonnée : dada : *to-ate-aget, c.-à-d. le verbe aller, prés. 3sg., -a, avec les préverbes *to-ate- > dad-, signifiant la répétition, le retour. [Cf. fig. d.]

73 a 1 : erorit a bid in presenti die, ni daruid guar un did henneth iterum bitcit pen XVIII annos
sur le texte : ...eo quod luna cuiuslibet aetatis post tantum temporis ad eundem redeat anni solaris diem, DTR, XLIV, p. 2-6 (explication du cycle de dix-neuf ans).

47F. 164-165 : orit désignerait le lever d’un astre, ici de la lune. Traduction proposée ( !) : « car lever ( ?) qui est dans le jour présent ne se produit sur le même jour cela de nouveau, qu’au bout de dix-huit ans ».
Deux solutions : er or it a-bid « l’heure où elle arrive » ou, avec un mot orit = v.irl. airet, oiret « temps, durée », er orit… « quel que soit l’âge (le temps) où elle est dans le jour présent » (... cela ne se produira pas de nouveau le même jour jusqu’à la fin du cycle de dix-neuf ans). Possibilité aussi de chercher dans itabid une forme du verbe « avoir », « elle a » (bret. moy. et mod. (h)e-devez)

75 a 4 :.is cemelituer bissex solis et bissex lunae tremeet (k)l. Apri(lium) illus sum (F. 231 a-b)

48D’après le commentaire de Fleuriot, il aurait traduit, « c’est au bord (ou auprès) que coule (ou que se porte) le bissextile du soleil et celui de la lune. ». Il est tenté de comparé tremeet au vannetais trema ac « jusqu’à ». Illus aurait pu d’après lui représenter un thème brittonique lus- « mouvement ».

  • 22 Et. Celt. XXI, 1984, p. 198.


49Premier essai pour améliorer l’interprétation : j’ai d’abord supposé22 un composé cemel- = gall. cyfaillt « compagnon » et le pluriel de gour, gall. gwr « homme ». Cette fragile construction doit être abandonnée. On en retiendra seulement l’idée que tremeet est un participe passé d’un comp. *trem-ag- « aller à travers, passer, dépasser », cf., du même verbe, tremaom analysé ci-dessus.

  • 23 Voir ma note, « La notation de proto-breton/hw/» dans « Notes de vieux-breton », BBCS XXVI, 1989, p (...)

50Il faut modifier l’analyse de cemel : c’est une variante de v.bret. chihemel, -cehemel (dans le comp. négatif agcehemel), gall. cyhefel « semblable » (v.irl. cosmail). L’élément suivant est un verbe, précédé de la particule verbale it : it uer = gall. yd chweir, du verbe chwaru « arriver » (bret. c’hoarvoud)23.

51Traduction obtenue : « c’est de même façon (cemel, adverbe) que surviennent le jour bissextile solaire et le jour bissextile lunaire, une fois passées les Calendes d’Avril ». Les dernières mots sont sans doute à corriger en illius anni, « de cette année-là ». [Cf. fig. e]

  • 24 Par exemple, 61b3 magis ac mis eas : « plus d’un mois ? » ; et l’énigmatique sub Cer a fu ior etam, (...)

52Les difficultés que j’ai rencontrées dans la dernière glose citée incitent à la modestie. Il faudrait mentionner d’ailleurs que plusieurs gloses présentent encore des membres de phrase obscurs24. Il n’y a pas de doute qu’il faudra le concours de plusieurs linguistes et philologues pour venir à bout de l’interprétation. Aussi serait-il déplacé de se montrer sévère pour celui qui a eu la chance - redoutable - de découvrir ces gloses et d’en livrer la première édition. Un corpus aussi riche ne pouvait pas être immédiatement assimilé : il se posait des questions multiples, par la rencontre de plusieurs mains et de plusieurs dialectes. Mais aujourd’hui, quarante ans après l’édition princeps, le temps est venu, je crois, pour une édition philologique convenable.

a. f°61v°, bas : gloses latine (ectolli) et vernaculaire à « Eurip(p)i »


b. f°83er°, haut : tremaom a gintilap | in XIanaith (voir texte)


c. f°47v°, marge gauche :...bicett pan iu | aer… (voir texte)


d. f°64v°, bas : cin dada em da ded… (voir texte)


e. f°75er°, is cemel ituer bis(sex) solis 7 biss(ex) lun(ae). tremeet k.apri m illussum (voir texte)

Haut de page

Notes

1 Cf. J. Vezin, Les Scriptoria d’Angers au XI ̊ s., Paris, 1958, p. 152-153, thèse de l’École des Chartes, (cité par L. Fleuriot, DGVB, p. 9).

2 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en Vieux-Breton, Paris Klincksieck 1964, désormais abrégé en DGVB, p. 11.

3 DGVB, p. 9.


4 Cf. A. Molinier, « Manuscrits de la Bibliothèque d’Angers », dans Catalogue Général des Manuscrits des Bibliothèques publiques de France-Départements, (série in-8 ̊), tome XXXI, 1898, p. 189-618 (voir p. 349, n ̊ 477). - L’article de H. Omont cité à la note suivante donne plusieurs détails supplémentaires.

5 A été publié par H. Omont, « Glossarium Andegavense, Ms. 477 (461) de la Bibliothèque d’Angers », Bibliothèque de l’École des Chartes, XLIV, 1898, p. 665-688.

6 Identifié par H. Omont.


7 L. Fleuriot, « La découverte de nouvelles gloses en Vieux-Breton », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, année 1959, fasc. 1, p. 186-195.


8 Sur l’histoire des études de vieux-breton, cf. P.-Y. Lambert, La Bretagne Linguistique, V, 1988-1989, p. 139-151 (surtout p. 146-148) : c’est Wh. Stokes qui le premier isole un « Old Breton », concept qui n’est pas encore assimilé en France lorsque J. Loth publie son Vocabulaire Vieux-Breton au sens de « vocabulaire du brittonique le plus ancien », 1884 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, IVe section, fasc. 57).


9 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en Vieux-Breton, Paris Klincksieck 1964. (rééd. Toronto 1985, avec un tome II de Supplément, par Cl. Evans et L. Fleuriot, = p. 373-574) cf. C.R. de la réédition et du supplément par P.-Y. Lambert, CMCS 12, Winter, 1986, p. 99-113.

10 L. Fleuriot, Le Vieux-Breton, éléments d’une grammaire, Paris, Klincksieck, 1964. À compléter avec K. Jackson, A Historical Phonology of Breton, Dublin, DIAS, 1967.

11 D. Huws, « A Welsh Manuscript of Bede’s De natura rerum », The Bulletin of the Board of Celtic Studies, vol. XXVII, part IV, May 1978, p. 491-504 (réimprimé dans D. Huws, Medieval Welsh Manuscripts, University of Wales Press and National Library of Wales, 2000, p. 104-122).

12 P.-Y. Lambert, « Les Commentaires celtiques à Bède le Vénérable », Et. Celt. XX, 1, 1983, p. 119-143 (comporte une « Liste des parallèles entre les gloses irl. et les gloses britt. » ; annexe : « Le Cryptogramme du manuscrit Angers 477 », p. 140-141 ; et 2 pages de planches) ; suite, Et. Celt. XXI, 1984, p. 185-206 (inclut les « autres manuscrits glosés de Bède », avec édition d’annales bretonnes tirées du ms. Angers 476).

13 Ainsi à propos des gloses grammaticales brittoniques (Ét. Celt., XXIV, 1987, p. 285-308). Voir aussi, Revue de Philologie, LVII, 1983, p. 39-45 (datiuus fraudatiuus) ; CMCS 8, Winter 1984, p. 29-43 (expression de « trente » et de « soixante »), dans un compte rendu de la réédition du dictionnaire de Fleuriot, CMCS 12, Winter, 1986, p. 99-113, BBCS XXXI, 1982 (inno, innom etc.), XXXIV, 1987, p. 120-121 (glose à praetorium, in guleticol-ti), Et. Celt. XXVI 1989, p. 89-92 (sur sept gloses d’Angers 477), etc.

14 Autres auteurs ayant apporté des compléments sur les gloses à Bède du ms. Angers 477 : D. Ó Croinin, PRIA 82 C, 1982, p. 405-430 ; Peritia II 1983, p. 74-86. G. Le Duc, « Une glose en anglo-saxon glosée en brittonique », Et. Celt. XVI, 1979, p. 261-262 (avec photo), « À propos de hallice », Et. Celt. XXVI, 1989, p. 143-144. – P. Schrijver, Studies in the History of British Phonology, Leyde, 1995.

15 H. McKee, The Cambridge Juvencus Manuscript glossed in Latin, Old Welsh and Old Irish, Text and Commentary : CMCS, 2000, 594 p. – Paru en même temps que : H. McKee, éd., Juvencus, Codex Cantabrigiensis Ff. 4. 42, Llawysgrif o’r nawfed ganrif gyda glosau Cymraeg, Gwyddeleg, a Lladin, Ffacsimili wedi ’i olygu gan –. CMCS, 2000, vi pages, et 106 planches, représentant les f° 1-55, recto et verso (le manuscrit a perdu les folios 30, 39). Nous ne citons cet exemple que pour le principe d’édition conjointe avec un fac-similé. Dans l’application, hélas, la transcription de Helen McKee s’est révélée être extrêmement fautive, voir notre compte rendu dans Études Celtiques XXXV (à paraître).

16 Dans un petit nombre de cas, L. Fleuriot a publié une critique de mon interprétation, dans sa réédition du DGVB (avec un tome II de Supplément, Toronto, 1985) ; cependant, le supplément de cette réédition n’examine pas en détail les questions philologiques et linguistiques. Cette réédition se caractérise principalement par un ton plutôt polémique (dans l’introduction), et par une théorie aventurée sur la définition du dialecte d’Angers 477 : le « Vieux-gallois» d’Angers 477 est rebaptisé « Old-Breton 2 ». Voir notre compte rendu, CMCS, 12, Winter 1986, p. 99-113.

17 Cf. Études celtiques XX, 1, 1983, p. 125 (« idem et ectolli », glose à Euripi, qui a un parallèle dans une glose irl. à Bède, avec le mot simple tolli), et ibid. p. 138 : il y a un mot hispérique tollus, sans doute un mot artificiel obtenu par décomposition de ectollus, lui-même déverbatif de lat. extollere. Michael Herren a suggéré une étymologie irlandaise : v.irl. tólae « inondation », mais je pense que la ressemblance des deux mots est tout à fait accidentelle (et partielle : les mots latins ont toujours double -ll-). L’emploi comme nom de lieu (ancien Ectell, mod. Ethel) montre que le mot brittonique (c.-à-d. l’emprunt au lat. ectollus) était d’usage courant.

18 Cf. Celtica XXI, 1990, p. 234-239.

19 Trad. E. Ernault, RC, XXXI, 1910, p. 202 s.


20 Rarissime, mais voir Études celtiques, XXVI, 1989, p. 90, go-diat « en une journée ».

21 Sur quoi voir Hamp, Études celtiques, XIX, 1982, p. 143 s.

22 Et. Celt. XXI, 1984, p. 198.


23 Voir ma note, « La notation de proto-breton/hw/» dans « Notes de vieux-breton », BBCS XXVI, 1989, p. 111-117 (précisément, p. 114-115 pour le verbe en question). Une première approche de la solution a été esquissée, Ét. Celt., XXIV, 1987, p. 300 note 39.


24 Par exemple, 61b3 magis ac mis eas : « plus d’un mois ? » ; et l’énigmatique sub Cer a fu ior etam, 51 b 13, F.56a, déjà abordé Ét. Celt., XXI, 1984, p. 201.

Haut de page

Table des illustrations

Légende a. f°61v°, bas : gloses latine (ectolli) et vernaculaire à « Eurip(p)i »

URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Lambert, « Les gloses en vieux-breton aux écrits scientifiques de Bède, dans le manuscrit Angers 477 », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 309-319.

Référence électronique

Pierre-Yves Lambert, « Les gloses en vieux-breton aux écrits scientifiques de Bède, dans le manuscrit Angers 477 », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/361

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Lambert

École Pratique des Hautes Études, Paris et CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals