Navigation – Plan du site

L’engagement des paysans dans la Résistance : l’exemple du Pas-de-Calais

René Lesage
p. 13-26

Texte intégral

  • 1 Parmi les colloques, on retiendra particulièrement ceux de Bruxelles ; La Résistance et les Europée (...)

1Les colloques des années quatre-vingt-dix, impulsés par l’Institut d’histoire du Temps présent, ont renouvelé entre autres travaux, les connaissances sur la Résistance en France1. Les paysans sont loin d’avoir été oubliés. L’étude de leur participation à la Résistance s’inscrit dans une histoire sociale du phénomène, articulée autour du lien qu’elle entretient avec la société et de deux questions essentielles : dans quelle mesure la Résistance reflète la société et quel fut son impact sur cette société ? Dans ce vaste débat, ont été élaborés de nouveaux concepts qui tentent de rendre compte de l’engagement résistant. On évoque la fonctionnalité, l’intentionnalité, la disponibilité. Entre-t-on en résistance parce qu’on le recherche, parce que l’on a besoin de vous ou tout simplement parce qu’on a les possibilités d’agir ?

2Que sait-on de l’engagement des paysans dans la Résistance ? Les travaux des années quatre-vingt-dix ont confirmé, tout en les nuançant et en les critiquant, les études antérieures.

  • 2 J. Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine, Rennes, 1993.


3On souligne généralement la faiblesse numérique relative des paysans dans une Résistance qui aurait été essentiellement urbaine. On rappelle leur engagement tardif, pas avant 1943, avec la ruralisation de la Résistance2. Enfin, on met en valeur leur attirance pour les mouvements, plus que pour les réseaux, encore que dans ce domaine, la distinction est parfois hasardeuse. La question des maquis se pose à peine pour un département comme le Pas-de-Calais, ou du moins sous un angle très particulier sur lequel il faudra revenir.

4Cette vision générale mérite d’être confrontée à la réalité de la résistance des paysans dans le Pas-de-Calais, département dont il faut souligner les caractères spécifiques, les uns structurels, les autres conjoncturels, dans la mosaïque que représente la France de l’Occupation.

  • 3 P. Vandamme, L’agriculture du Pas-de-Calais, Arras, 1950.

5Si le département passe pour essentiellement industriel, il ne faut pas oublier qu’il est aussi un grand département agricole. L’agriculture y est puissante et représente l’activité dominante de plus de la moitié de l’espace, notamment dans le sud du département, du Boulonnais rural à l’Arrageois en passant par les hauts pays. La société rurale représente 20 % de la population en 19403.

6Le Pas-de-Calais a été meurtri par la première guerre mondiale, dans ses hommes comme partout ailleurs, mais aussi dans ses paysages. La reconstruction des parties orientales du département est à peine terminée en 1939. Par ailleurs, le conflit précédent a tissé des liens solides et durables entre la population et l’armée britannique, surtout dans les zones rurales, en dépit de quelques microconflits. La crise des années trente a gravement touché le monde paysan, dont la situation se redresse cependant après 1936.

  • 4 F. Saint-Just, Dans la tourmente de la défaite. Dans ce journal écrit au jour le jour, le député de (...)

7Par ailleurs, la campagne de 1940 amène d’autres particularités. Comme dans le conflit précédent, la bataille, dans le Nord, a été rude et l’ardeur au combat des Britanniques et des Français fut réelle. Le sentiment de la défaite n’apparaît qu’en juin et on espère jusqu’à l’armistice un sursaut de la Marne4.

8Enfin, le Pas-de-Calais est l’un des départements de la zone rattachée, ou interdite qui subit durablement le poids de l’occupation, à cause de sa proximité avec l’Angleterre. La présence militaire allemande fut variable dans le temps. Elle fut forte jusqu’au printemps de 1941 à cause de la perspective de l’invasion de l’Angleterre. Elle s’atténua par la suite pour s’alourdir à compter de 1943 à cause des rampes de lancement, du mur de l’Atlantique et d’une stratégie défensive qui privilégie le débarquement sur le littoral. Cette occupation fut aussi variable dans l’espace. Le littoral – la zone rouge – fut particulièrement éprouvé. Le poids de l’occupation a diminué à mesure que l’on s’éloignait de la côte. Cette situation explique que le département est resté sur un front de guerre, soumis pendant toute la période à d’importants bombardements.

9La question essentielle est bien de comparer la résistance paysanne dans le département à ce qu’elle est ailleurs, dans ses ressemblances, dans ses nuances et ses dissemblances, problématique classique. Problème préalable, la définition de la société paysanne. Les cultivateurs y sont très majoritaires, mais ne sont pas les seuls : il faut aussi y compter les ouvriers agricoles. C’est ce qui a été retenu dans ce propos. On essaiera bien sûr de mesurer le poids de la participation paysanne à la Résistance, mais il conviendra de voir dans quels types de Résistance se sont engagés les paysans, à travers les organisations, leurs motivations peut-être, leurs actions, mais aussi d’évaluer les rapports que la Résistance a entretenus avec la société paysanne dans son ensemble.

Une résistance paysanne peu nombreuse ?

10Il est difficile, d’une manière générale, et peut-être vain de vouloir comptabiliser des résistants, tant nos sources sont partielles, lacunaires et incertaines. Par ailleurs se pose aussi et toujours un problème de définition : qu’est ce qu’un résistant ? On entend généralement celui qui a agi, pas forcément d’ailleurs dans une organisation. La limite est parfois floue avec ce que l’on appelle parfois la péri - ou l’infra-résistance, animée de l’esprit de résistance, beaucoup plus largement répandue, terreau nécessaire dans lequel s’enracine l’action, mais dont les tenants ne s’engagent pas nécessairement. D’une manière générale, la Résistance, phénomène clandestin, échappe sans doute à toute analyse quantitative précise, mais quand il s’agit d’histoire sociale, les chiffres sont quand même nécessaires.

11L’essentiel des sources est donné par les travaux du regretté colonel Fernand Lhermitte, correspondant départemental de la commission d’histoire de la seconde guerre mondiale. Il recense pour l’ensemble du département un peu plus de 5 000 résistants, dans lesquels n’est pas comptée la totalité des FFI, entrés dans le combat à l’extrême fin de l’Occupation. Lhermitte a puisé largement dans les dossiers CVR, qui lui ont fourni environ 80 % des résistants, les 20 % restant venant de son excellente connaissance du monde de la Résistance. Ce fichier peut être complété par la recherche. Celle-ci, menée dans quelques cantons (Haut-Pays, Ternois, Audomarois) montre que Lhermitte n’aurait recensé que 55 % des résistants. Ces chiffres apparaissent conformes aux additions de résistants qui ont été apportées par rapport au CVR dans d’autres départements, notamment en Basse-Normandie.

  • 5 Scaillerez appartient à l’OCM au moins dès 1941, A. Calmette, L’OCM : L’Organisation Civile et Mili (...)

12Le nombre de paysans, clairement désignés dans leur état, s’élève à 260. Ce chiffre est en dessous de la réalité. Les paysans, rétifs dans leur plus grand nombre, du moins ceux de l’après-guerre, à la culture administrative n’ont pas forcément tous établi des dossiers. Il y a manifestement un sous-enregistrement des femmes ; pourtant la résistance au foyer a été une donnée importante dans ce milieu, de par les activités qui ont été les leurs. Les trois-quarts de ces paysans résistants sont des cultivateurs auxquels il convient d’ajouter les 4 % de maraîchers et d’horticulteurs, des zones périurbaines. Leur situation sociale et économique est très diverse, et il y a loin des châtelains agriculteurs comme les Chabot de Tramecourt aux petits agriculteurs qui peinent à vivre de leur culture. Certains d’entre eux sont éventuellement maires, mais ils sont très rares (trois ou quatre cas). Le reste est composé de salariés agricoles, de journaliers. Un seul cadre de la profession, mais quel cadre !, puisqu’il s’agit de Marc Scailleriez, maire de Feuchy-en-Artois, président de la Confédération des planteurs de betteraves et président de l’Union départementale des Anciens combattants5.

13Ces chiffres, avec toutes les réserves que l’on peut leur accorder, semblent accuser une faiblesse relative de l’engagement paysan dans la Résistance et ne reflètent en rien leur poids réel dans la société. Les seuls cultivateurs représenteraient 6 % du nombre de résistants clairement identifiés par leur profession, pourcentage à comparer aux 20 % de la population agricole départementale. On peut évoquer à cette relative faiblesse plusieurs raisons.

14D’abord des raisons idéologiques peut-être. Bien sûr, les paysans ont été choyés, du moins en paroles, par le régime de Vichy, mais on peut se demander si une telle explication est valide pour une région comme celle du Pas-de-Calais, où le problème majeur n’est pas politique, mais reste bien le poids de l’occupation et où l’on aspire, toutes classes confondues, à la libération du territoire. Dès 1940, l’anglophilie, générale et profonde, est un phénomène inter-classiste auquel le monde rural s’associe largement.

15Il conviendrait aussi de prendre en compte le fait que nombre des familles paysannes sont éprouvées par l’absence des prisonniers de guerre. Une étude récente sur la question semble montrer que le secteur primaire a été plus atteint en la matière que les autres dans le Pas-de-Calais. Cette situation a pu influer sur l’engagement paysan.

16En outre, peut-on évoquer le fait que la Résistance, combat subversif, est étrangère à la culture d’un groupe social, sensible peut-être plus que d’autres au modèle de 1914-1918 ? Le monde rural – les non-résistants sans doute, mais pas seulement eux – n’ont pas toujours compris les combats des FFI, « ces soldats sans uniforme ».

17Enfin, on ne peut négliger l’explication par la fonctionnalité. Les paysans auraient moins résisté que d’autres parce qu’on n’avait pas besoin d’eux, du moins pas avant 1943. C’est vrai en partie, mais l’exemple du Pas-de-Calais implique peut-être de nuancer.

Une résistance précoce des paysans liée aux activités d’évasion

  • 6 R. Dufay, La vie dans l’Audomarois sous l’Occupation, Saint-Omer, 1990.

18Il existe, en effet, une Résistance paysanne précoce. Dès l’été 1940, les paysans sont relativement nombreux à agir et leur poids n’a peut-être jamais été aussi fort qu’à ce moment. La nécessité les y oblige. Dès les lendemains de l’invasion, ils sont impliqués dans la récupération des soldats alliés et plus particulièrement britanniques laissés pour compte après Dunkerque. Ceux-ci se réfugient alors plus dans les zones rurales que dans les villes, où ils rencontrent nécessairement les cultivateurs, qui peuvent les héberger et les nourrir sans trop de problèmes. Dans la région de Saint-Omer, ils sont accueillis dans les marais, où les maraîchers leur viennent en aide ; ailleurs, dans le canton de Lumbres, dans la région d’Arras, ils trouvent facilement des secours6. Sans le savoir peut-être, sans vraiment le vouloir, par simple réflexe nourri d’anglophilie et de patriotisme, les paysans entrent ainsi en Résistance, de façon spontanée et complètement inorganisée. L’acte est indéniablement résistant et le risque est réel. Les arrestations commencent au mois d’août. Ces engagements précoces n’ont pas forcément perduré et bien des carrières de résistants se sont arrêtées au printemps de 1941, sans suite apparente.

19L’activité d’évasion reste peut-être la plus importante de la Résistance paysanne du Pas-de-Calais. Elle a concerné plus d’une moitié des résistants. Elle n’est pas forcément spécifique au département puisqu’on la retrouve aussi importante en Franche-Comté, mais pour d’autres raisons, ici, à cause de la ligne de démarcation. L’aide aux Alliés va se poursuivre durant toute l’occupation, car après les soldats de l’invasion, ce sont les aviateurs abattus – et ceci dès l’été de 1941 – quand se structurent les réseaux d’évasion, toujours à reconstruire.

  • 7 R. Guittard, « La Résistance dans le Ternois », Mémoires de Guerre du Centre Ouest du Pas-de-Calais (...)
  • 8 V. Brome, L’histoire de Pat O’Leary, Paris, 1957 ; L.-H. Nouveau, Des capitaines par milliers, Calm (...)

20Dans cette tâche, les cultivateurs jouent généralement un rôle précis. Ils récupèrent, ils hébergent et ils nourrissent. Rares sont les aviateurs abattus qui ne trouvent pas le premier secours de la part du cultivateur ou de l’ouvrier agricole qui se trouve à proximité, quand ils tombent. Citons le cas de Louis Salmon, cultivateur de Thiembronne qui récupère ainsi Alex Nitelet, pilote belge de la RAF qui tombe le 8 août 1941 entre Campagne et Fauquembergues et l’emmène dans une ferme isolée tenue par les Vincent, car il a entendu dire qu’ici on y avait déjà recueilli des Britanniques. Histoire exemplaire d’un geste de résistance réflexe et de l’espèce de solidarité peut-on dire infrarésistante qui anime la société d’interconnaissance du village. Les cas de dénonciations sont extrêmement rares et d’ailleurs réprouvés et durement châtiés. Les agriculteurs hébergent et nourrissent. En 1943, le réseau Bordeaux-Loupiac, solidement implanté en Ternois, peut compter sur le concours de quatorze cultivateurs pour venir en aide à 56 aviateurs pris en charge de janvier 1943 à septembre 1944, ceci dans un secteur grand comme deux cantons7. Même cas de figure dans le Haut-Artois où le réseau Pat O’Leary, animé généralement par Norbert Fillerin, un cultivateur atypique, a besoin des cultivateurs des villages environnants pour les mêmes fonctions d’hébergement et de subsistance8.

  • 9 Témoignages Norbert Fillerin (recueilli par l’auteur), Gaston Péroy (recueilli par l’OURS). Voir «  (...)

21En dehors de cette aide, les paysans s’investissent peu dans le fonctionnement des réseaux d’évasion. On reviendra sur le rôle d’un Norbert Fillerin qui devient par la force des choses l’un des piliers du réseau Pat O’Leary dans le Nord de la France. Rares sont les convoyeurs, qui comme les frères Péroy de Wicquinghem, fils de cultivateurs, osèrent accompagner des Britanniques jusqu’à la Méditerranée9.

Un engagement plus important en 1943

22L’autre moment fort de l’engagement paysan commence en 1943, quand la Résistance se développe considérablement, en fonction de la perspective de la Libération, qui se rapproche. Les mouvements tentent d’occuper, en s’organisant en profondeur, tout l’espace du département, avec des fortunes diverses. L’exemple le plus frappant peut-être est donné par l’OCM qui se structure en secteurs dès la fin de 1942 et ne devient véritablement opérationnel que l’année suivante. Les autres mouvements suivent à la fin de l’année (Voix du Nord et Libé-nord), avec des fortunes plus diverses. Quant à la résistance communiste, elle reste cantonnée dans ses zones de forces, c’est-à-dire le bassin minier et le littoral, avec cependant quelques incursions vers le monde rural. Les actions de la Résistance se diversifient de même : si l’évasion des aviateurs alliés reste nécessaire, il est d’autres tâches à accomplir, l’aide aux réfractaires de toutes venues, et notamment ceux du STO, très mobilisatrice, le renseignement, devenu important, l’armement dans le cadre de la formation de l’armée secrète, sans négliger toutefois l’action directe par les sabotages, voire les attaques directes contre les occupants et les collaborateurs et encore la propagande.

23Les paysans du Pas-de-Calais semblent avoir privilégié, de force ou de gré, quelques types d’actions.

  • 10 P. Bertin, « La famille Bertin d’Hézecques (canton de Fruges) dans la Résistance », Mémoires de gue (...)

24Tout d’abord, ils sont très présents dans l’aide aux réfractaires qui affluent à compter du second semestre de 1943 avec la résistance des jeunes au STO. Ils peuvent accueillir aisément, devant les facilités de ravitaillement qu’offre leur situation économique. Par ailleurs, ces réfractaires se trouvent facilement camouflés en ouvriers agricoles10. Cette aide est difficile à mesurer et est très certainement très large ; elle dépasse le nombre des résistants repérés comme tels. Elle prolonge ou accompagne, dans bien des cas, ce qui se faisait depuis 1940, en faveur des soldats britanniques.

  • 11 R. Pannequin, Ami, si tu tombes, Sagittaire, 1976.

25Dans le même ordre d’intervention, les paysans ont pu être sollicités par la Résistance communiste, pour organiser des « maquis verts », position de repli et d’entraînement pour les FTP qui doivent quitter momentanément les mines. On repère de tels maquis dans le secteur de Frévent, à l’automne de 1943, maquis qui se montre relativement actif d’ailleurs et qui multiplie les sabotages. On en trouve au printemps de 1944 dans le Haut-Artois ; ces marquis profitent éventuellement de la couverture forestière que l’on y trouve. Enfin, les paysans accueillent souvent les traqués. Jules Dautremer, gaulliste de droite, héberge quelque temps Roger Pannequin, responsable FTP et communiste à la fin de 194311.

  • 12 Les historiques produits par Fernand Lhermitte sont très utiles pour connaître le mouvement OCM. Il (...)

26À partir de juillet 1943, les paysans sont très présents dans les opérations du Bureau des Opérations Aériennes. Ils participent aux parachutages d’armes, parfois même aux atterrissages de Lysander, ceci dans les secteurs d’Auxi et de Frévent (pour le compte de l’OCM) et d’Arras (pour WO). C’est chez eux que l’on trouve aussi, suite à ces parachutages, les dépôts d’armes, notamment dans les secteurs de Frévent et de Montreuil-sur-Mer. On peut citer quelques noms : Florent Jousse à Alette, Jules Dautremer à Aix-en-Issart, Raoul Ducrocq, à Campagne-lès-Boulonnais, Ulysse Piquet, à Lebiez, Biblocque, à Attin, Georges Sonneville à Sains-en-Gohelle. À partir de novembre 1943, leurs moyens de charrois sont largement sollicités pour des transports éventuels qui s’intensifient à mesure que se rapproche le débarquement. Ces opérations ne sont pas sans risques dans une région qui fourmille de patrouilles allemandes12.

  • 13 G. Perrault, Les secrets du jour J, Paris, Fayard, 1964,

27Ils ont aussi donné leur part dans la recherche des renseignements (25 % d’entre eux). Il faut dire que ce fut la tâche essentielle des mouvements pendant l’année 1943 et qu’il y avait urgence en la matière. La collecte des renseignements nécessite pratiquement, à cette date, l’ensemble de la Résistance. Les paysans étaient aux premières loges pour devenir les « espions-balais », selon l’expression de Gilles Perrault13. Ils pouvaient renseigner utilement sur les positions et mouvements de troupes qu’ils logeaient la plupart du temps et mieux encore sur les constructions spéciales qui sont édifiées dans l’ouest du département après juillet 1943. Il est d’ailleurs significatif que sur les 40 hommes qui sont connus pour fournir des renseignements, 38 viennent des cantons où la présence de rampes de lancement était indéniable.

28La faiblesse des paysans est manifeste dans les autres activités. Ils ne participent que très peu à la propagande : quatre éléments, dont le plus actif semble avoir été Berthe, d’Acheville, dans le canton de Vimy, qui aurait imprimé quelques tracts en 1941. Par la suite, il rejoint les FTP.

29Ils ne sont pratiquement pas présents dans les attaques directes contre l’occupant, avant la Libération, et jamais dans les attentats. Une demi-douzaine d’entre eux participent à des sabotages avant le débarquement et essentiellement dans l’effervescence de l’automne 1943. Ils s’activent davantage à compter de juillet 1944, dans le cadre des équipes d’action immédiate qui s’en prennent systématiquement aux lignes téléphoniques et au réseau ferroviaire. Prélude aux combats de la libération qu’ils ne négligent pas, où ils sont d’ailleurs nombreux par rapport à leur poids numérique, du moins dans leurs éléments les plus jeunes. Certains vont le payer de leur vie.

Les paysans résistants dans les organisations

30Comme la plupart des résistants, les paysans n’ont pas délibérément choisi leurs organisations : ce sont elles qui sont venues à eux, en fonction de leurs propres impératifs et de leurs besoins. Elles ont souvent recruté, à partir de l’été 1942, dans les potentialités offertes par les groupes locaux ou dans une infrarésistance prête à en découdre. À souligner que les appartenances multiples, qu’elles soient successives ou simultanées, ne sont pas rares.

31Les paysans sont engagés surtout dans les mouvements, et essentiellement dans les mouvements non communistes. L’Organisation Civile et Militaire y est d’ailleurs prépondérante, car ce fut, dans le Pas-de-Calais, le seul mouvement à tenter de structurer l’espace dans sa globalité. Les déboires que connaît l’OCM, à partir de l’automne 1943, amènent quelques transferts tardifs vers Voix du Nord et éventuellement vers Libé-nord.

32La Résistance communiste a sollicité quelques paysans (8 % d’entre eux). Le choix idéologique a pu parfois fonctionner, mais c’est le choix de proximité (bordure du Bassin Minier, région d’Auxi où la présence FTP est forte à l’automne 1943) ou de nécessité (maquis vert et noyaux Front National de la région Fruges - Le Parcq) qui a été déterminant. À souligner que les ouvriers agricoles sont plus présents dans ce type de résistance (25 %).

3320 % de paysans ont adhéré à des réseaux. On ne s’étonnera pas que ce sont les réseaux d’évasion qui ont eu leur préférence : Pat O’Leary jusqu’au début de 1943, Bordeaux-Loupiac et Shelburn par la suite. Les réseaux de renseignement n’ont rencontré chez eux qu’un succès médiocre (quelques éléments dans les réseaux Zéro-France, Mithridate, Alibi, Hunternord), bien en deçà dans leur activité dans ce domaine qui s’est réalisée dans le cadre de l’OCM et de Centurie qui en découlaient. Les réseaux, spécialisés dans l’action, ont eu plus de succès, peut-être parce qu’ils occupaient une partie importante du champ de la Résistance dans certains secteurs. Tel est du moins le cas de WO, bien présent dès 1943, en pays d’Aire et en Arrageois et du BOA, émanation du BCRA, parce qu’il est en phase, pour les parachutages, avec l’OCM.

  • 14 L. Vasseur, « La tragédie de Beussent », Bulletin historique du Haut-Pays, tome VII, n ̊ 31-32, 198 (...)

34L’on doit tenir compte d’un certain nombre de résistants occasionnels, non rattachés à des organisations, mais qui ont pris le risque de l’action, notamment dans l’aide apportée aux soldats alliés. Ils sont très présents dans la première année d’occupation, et si leur activité n’a pas été continue, elle ne fut pas sans risque. À preuve, l’exemple d’Irénée Chevalier, cultivateur et maire de Beussent, fusillé en mai 1942, avec Georges Haudiquet, le curé du village, pour avoir aidé un aviateur polonais14.

Une paysannerie seconde dans la résistance ?

35La paysannerie n’a produit que peu de cadres à la Résistance. On peut en repérer une douzaine si on tient à ceux qui ont exercé des responsabilités au-delà du chef de groupe. L’OCM, quand elle recrute, s’adresse en priorité aux cadres moyens, aux fonctionnaires de bourgs, aux médecins quand il s’agit d’organiser, en 1942, ses secteurs. Il faudra attendre l’année 1944 et les effets de la répression pour que les paysans accèdent à une telle responsabilité, somme toute modeste. Même phénomène dans les autres mouvements. Peu, très peu de paysans accèdent à des responsabilités plus importantes et on peut se poser la question de savoir s’ils sont typiques de leur groupe social. Dans le canton d’Aire, André Robin, responsable du secteur WO en 1943 et du réseau de renseignements Hunternord en 1944 est un horticulteur, déjà urbanisé. Quant à Norbert Fillerin, cultivateur à Renty, du moins représenté comme tel selon les recensements, il est fils d’un chevilleur parisien, autodidacte dans les années vingt, adhérent de l’Action française, adepte peut-être du retour à la terre en fonction de ses options idéologiques. Ce cultivateur est d’ailleurs d’un type particulier : il se passionne pour les abeilles, soigne ses bêtes, mais fait travailler sa terre. Sa longévité dans les activités d’évasion en fait l’un des responsables pour la zone nord du réseau Pat O’Leary, ceci en 1942. Le paysan qui a le mieux réussi en résistance fut Marc Scailleriez, de l’OCM, qui devient préfet des Ardennes à la Libération, mais son passé de syndicaliste y est pour quelque chose.

  • 15 René Louis : Né le 18 août 1887 à Reims, mort le 24 février 1969 à Manosque. Instituteur, puis empl (...)

36Les paysans paient cette faiblesse relative dans le fait qu’ils sont à peine représentés, en 1943-1944, dans les instances dirigeantes de la Résistance départementale. Le CDL compte bien un membre de la Résistance paysanne, mais pas avant juillet 1944. Il s’agit de René Louis et on est surpris d’apprendre que c’est originellement un instituteur socialiste et cégétiste qui vient sur le tard dans la région du Pas-de-Calais et qui doit sa nomination au fait qu’il représente la CGA (Comité général de l’agriculture), un organisme tout juste créé et qui ne paraît pas avoir eu d’influence dans le département15.

37La Résistance ne regarde pas les paysans comme un milieu potentiellement résistant. Pleine d’enseignement à cet égard est la lecture des journaux clandestins. Dans les 63 numéros de La Voix du Nord, parus entre avril 1941 et août 1944, les agriculteurs ne sont pratiquement jamais mentionnés, même si la question du ravitaillement est largement évoquée. Un autre sort est réservé à d’autres catégories socioprofessionnelles, comme les mineurs, bien sûr, les cheminots ou encore les mariniers, considérés globalement comme des catégories sociales résistantes. La presse communiste, dès l’automne de 1941, s’adresse sans doute aux paysans pour les inciter à venir en aide aux travailleurs de la ville : « C’est un devoir national et ce sera une satisfaction morale et matérielle ». Mais il s’agit là d’un acte politique propre à fortifier la résistance civile plus que d’une invitation à entrer en résistance. Ajoutons cependant que la presse catégorielle du parti n’oublie pas le monde des campagnes. En 1942, elle publie La Terre, qui leur est destinée. Il est toutefois difficile de saisir son influence réelle.

  • 16 S. Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre Mondiale dans le Nord-Pas-de-Cal (...)

38Les paysans résistants sont-ils forcément en phase avec la société rurale, dans laquelle ils évoluent normalement ? L’épreuve de la Libération peut apporter quelques éléments de réponse. Elle fut redoutable. D’une manière générale, les populations rurales n’ont apprécié que fort médiocrement les interventions des FFI qu’ils accusent de tous les maux, d’être des fauteurs de troubles ou encore, par leur légèreté coupable, d’être les responsables des derniers massacres perpétrés par les Allemands. Ces FFI, sont d’ailleurs souvent qualifiés de résistants de la dernière heure. La composition des comités locaux de libération est, de même, l’objet de bien des critiques. Les agriculteurs résistants y entrent parfois et viennent, à la fin de l’année et au début de 1945, à côté de nouveaux venus dans le domaine politique, combler les vides des conseils municipaux parfois épurés. Rares sont ceux qui ont subi avec succès les élections municipales d’avril et mai 1945, du moins dans les communes rurales. L’exemple des cantons de Fauquembergues et de Lumbres, particulièrement bien étudiés, le montre amplement, même si les attentistes jusqu’au-boutistes se parent parfois de l’étiquette MRP, un parti transcendé par la Résistance16. Cas extrême peut-être de cette réprobation, celui de Gaston Péroy, cultivateur et maire de gauche de la commune de Wicquinghem, dans le très conservateur canton d’Hucqueliers, qui doit quitter sa commune peu après la guerre. C’est une différence fondamentale avec les villes où la Résistance a renouvelé, sans conteste, les élites politiques.

39La Résistance des paysans n’a toutefois pas été seconde en ce qui concerne la répression. 30 % d’entre eux l’ont subie, à des degrés divers, contre 43 % d’une manière ou d’une autre pour les résistants du département. Compte tenu que la répression fut particulièrement forte pour les ouvriers, les paysans se situent dans la moyenne des autres catégories sociales.

40Les temps forts de la répression allemande ont été, d’abord la fin de 1940 quand il s’agit de démanteler les organisations d’évasion balbutiantes. La première résistance audomaroise, à laquelle participent les cultivateurs et maraîchers du marais, s’en est trouvée décimée. Puis le long hiver 1943-1944 quand les mouvements de résistance sont durement touchés. Les malheurs qui frappent l’OCM, bien implantée dans les zones rurales, amènent l’arrestation de nombreux cultivateurs. Une cinquantaine de résistants paysans ont été arrêtés avant la Libération : 8 d’entre eux ont été fusillés, 36 sont déportés, dont 15 ne reviennent pas. Enfin, lors des combats de la Libération, le tribut payé par la paysannerie n’a pas été négligeable. On recense 9 tués et 10 blessés.

Conclusion

41Quelques remarques en guise de conclusion.

42La Résistance des paysans du Pas-de-Calais présente, sous certains aspects, des caractères perçus par ailleurs : sa relative faiblesse numérique, son poids plus important à compter de 1943, sa faible implication dans l’action directe, son importance dans le soutien logistique.

43D’autre part, la résistance des paysans du Pas-de-Calais s’inscrit parfaitement dans un modèle nordiste de la Résistance, d’abord parce qu’elle présente une certaine précocité, ensuite parce que les activités d’évasion y ont été importantes et ont aidé à fournir le terreau dans lequel s’implante la Résistance triomphante des années 1943-1944.

44De plus, les caractères de la participation des paysans à la Résistance semblent indiquer que c’est le principe de fonctionnalité qui a présidé à leur engagement. On a utilisé les paysans en fonction de leur compétence. L’explication est plausible, mais insuffisante. L’engagement, en définitive, résulte souvent d’un choix volontaire, même, si dans certains cas, le réflexe a joué. Il est évident que la mémoire récente de 14-18, l’anglophilie, le patriotisme, la dureté de l’occupation, ont facilité cet engagement.

45Enfin, sous réserve d’inventaire, il semble que les résistants paysans n’ont que très peu profité de leur engagement pour participer au renouvellement des élites politiques et syndicales de l’après-guerre, contrairement à ce qui s’est passé en milieu urbain. Bien peu d’entre eux ont pu entrer avec efficacité en politique et on a évoqué les déboires qu’ils ont connus aux lendemains de la Libération. L’explication majeure réside ici dans le fait que les populations rurales conservatrices ont été réservées face à une Résistance telle qu’elle est apparue au grand jour au moment de la Libération et dont le contenu idéologique avait de quoi les inquiéter, ce qui n’était d’ailleurs pas forcément le cas pendant l’Occupation. En fait, la Résistance reste un fait conjoncturel, lié à la guerre, qui avait moins sa raison d’être alors que l’ennemi était chassé du territoire. La normalité sociale et politique, qui s’inscrit dans le long terme, reprend toute sa place, quand le territoire est libre.

Haut de page

Annexe

1. Les paysans d’après leur profession (en nombre)

Aide agricole

1

Chauffeur agricole

1

Chef de culture

1

Cultivateurs

188

Employé Usines Corporatives Agricoles

1

Gérant silo agricole

1

Horticulteur

3

Maraîcher

1

Mécanicien agricole

1

Ouvrier agricole

46

2. Les paysans et les types d’actions résistantes (en nombre)

Évasion

77

Sabotage

36

Armement

29

Parachutage

26

Renseignement

40

Propagande

3

Libération

60

Total

156

3. Les paysans dans les organisations (en nombre)

Résistance communiste

Front national

3

FTP

19

Mouvements non communistes

Jeune Hanovre

1

Libé-Nord

8

OCM


130

Voix du Nord

33

Résistance polonaise

Monica POWN

1

Réseaux d’action

Action A

1

BOA

13

WO

16

Réseaux d’évasion

Bordeaux-Loupiac

13

Bourgeois

3

Évasion (divers)

14

Pat O’Leary

24

Shelburn

2

Réseaux de renseignements

Alibi

1

Centurie

7

Hunternord

2

Mithridate

3

Zéro-France

1

Haut de page

Notes

1 Parmi les colloques, on retiendra particulièrement ceux de Bruxelles ; La Résistance et les Européens du Nord, Centre de recherches et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale et Institut d’histoire du Temps présent, 1994 et de Rennes, dans J. Sainclivier et C. Bougard, Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, 1995 ; A. Prost (dir.), « La Résistance, une histoire sociale », Mouvement Social, hors-série, 1997. Bibliographie régionale : E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, La Voix du Nord, 2000 ; R. Lesage, « La Résistance en Artois occidental », Revue du Nord, hors-série, 1998.

2 J. Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine, Rennes, 1993.


3 P. Vandamme, L’agriculture du Pas-de-Calais, Arras, 1950.

4 F. Saint-Just, Dans la tourmente de la défaite. Dans ce journal écrit au jour le jour, le député de la circonscription rurale de Saint-Omer montre bien l’évolution de l’état d’esprit des populations pendant les mois tragiques de mai et de juin 1940. On conserve, au moins jusqu’au début de juin, l’espoir d’un redressement, une nouvelle « victoire de la Marne ». C’est par la suite que la certitude de la défaite apparaît et plus particulièrement après l’entrée des Allemands dans la capitale.

5 Scaillerez appartient à l’OCM au moins dès 1941, A. Calmette, L’OCM : L’Organisation Civile et Militaire. Paris, PUF, 1961.

6 R. Dufay, La vie dans l’Audomarois sous l’Occupation, Saint-Omer, 1990.

7 R. Guittard, « La Résistance dans le Ternois », Mémoires de Guerre du Centre Ouest du Pas-de-Calais, tome III, 1991.

8 V. Brome, L’histoire de Pat O’Leary, Paris, 1957 ; L.-H. Nouveau, Des capitaines par milliers, Calmann-Lévy, 1958.

9 Témoignages Norbert Fillerin (recueilli par l’auteur), Gaston Péroy (recueilli par l’OURS). Voir « Les papiers de Guy Mollet : l’OCM dans le Pas-de-Calais », Mémor, n ̊ 4, 1985.

10 P. Bertin, « La famille Bertin d’Hézecques (canton de Fruges) dans la Résistance », Mémoires de guerre du comité d’histoire du Haut-Pays, tome VII, 1995, p. 18.

11 R. Pannequin, Ami, si tu tombes, Sagittaire, 1976.

12 Les historiques produits par Fernand Lhermitte sont très utiles pour connaître le mouvement OCM. Ils ont été en grande partie republiés par le Comité d’Histoire dans ses Mémoires de Guerre : « Historique succinct du mouvement OCM-BOA dans le Pas-de-Calais », MGCOPDC, tome II, 1989 ; « Historique de l’activité OCM dans le secteur de Montreuil-sur-Mer », MGCOPDC, tome II, 1989 ; « Historique du secteur OCM-BOA d’Hesdin-le-Parcq », MGCOPDC, tome II, 1989 ; « Historique du secteur OCM-BOA de Lumbres », MGCOPDC, tome II, 1989 ; « Historique du secteur OCM de Saint-Omer (notes de lecture) », MGCOPDC, tome II, 1989 ; « Historique du secteur OCM-BOA de Frévent-Saint-Pol », MGCOPDC, tome II, 1989.

13 G. Perrault, Les secrets du jour J, Paris, Fayard, 1964,

14 L. Vasseur, « La tragédie de Beussent », Bulletin historique du Haut-Pays, tome VII, n ̊ 31-32, 1986.

15 René Louis : Né le 18 août 1887 à Reims, mort le 24 février 1969 à Manosque. Instituteur, puis employé de préfecture, militant syndicaliste, socialiste et coopérateur du Pas-de-Calais, il est membre de la SFIO. Pendant la guerre, il reste à son poste d’adjoint de la municipalité d’Arras, mais est détenu trois mois comme otage en 1940. Il quitte le Pas-de-Calais pour l’Est où il participe à la Résistance. Il revient à Arras en mai 1944 et entre au Comité départemental de Libération comme représentant de la Confédération générale de l’Agriculture et fut choisi pour siéger à l’Assemblée constitutive provisoire. Il s’est beaucoup impliqué dans le mouvement coopérateur (coopérative d’Artois alliée en 1931 à ceux de Flandre), puis il s’intéresse à la coopération agricole. Bibliographie, Dictionnaire du Mouvement Ouvrier, tome 35, 1989 [Notice rédigée par Yves Le Maner et G. Prache].

16 S. Laury, « Aspects de la vie religieuse pendant la Seconde Guerre Mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais », Revue du Nord, tome LX, n ̊ 237, 1978, p 351-398, évoque ce genre de difficultés en s’appuyant sur les carnets de Mgr Evrard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lesage, « L’engagement des paysans dans la Résistance : l’exemple du Pas-de-Calais », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 13-26.

Référence électronique

René Lesage, « L’engagement des paysans dans la Résistance : l’exemple du Pas-de-Calais », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/409

Haut de page

Auteur

René Lesage

Comité d’histoire du Haut-Pays (Artois)

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals