Navigation – Plan du site

La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (Nord-Pas-de-Calais et Belgique)

Jean-François CONDETTE
p. 31-70

Texte intégral

  • 1 A. Gueslin dir., Les facs sous Vichy, Actes du colloque des universités de Clermont-Ferrand et de S (...)
  • 2 Le colloque de Lille, en avril 1985 avait consacré trois communications aux universités ; « L’occup (...)

1Force est de constater que l’on a souvent accordé peu d’intérêt, surtout en France, au positionnement des universités pendant la seconde guerre mondiale. Dépositaires de la culture nationale et foyers de sciences, les facultés durent cependant lutter pour continuer à exister et ne purent éviter de prendre position. Le colloque de Clermont-Ferrand (1993), consacré aux Facultés sous Vichy, eut, à ce niveau, le grand mérite de clarifier les choses par l’étude méticuleuse de plusieurs institutions. André Gueslin signalait alors : « Il semble que l’idéologie de la Révolution nationale ait eu du mal a pénétrer dans les universités [...] Au total, on pourrait se demander si l’Université, à défaut d’être un grand fournisseur de combattants de l’ombre [...] n’a pas été un môle protecteur [...] répulsif aux valeurs de l’État français quand elles allaient contre les traditions humanistes »1. Lors de ce colloque, il n’y a pas cependant d’analyse des facultés septentrionales et il est alors important de pouvoir confirmer ou d’infirmer ce sentiment dominant par l’étude des universités2 situées dans la zone rattachée. La densité de la présence des troupes ennemies mais aussi les volontés allemandes d’une possible intégration dans un espace germanisé sont-elles à l’origine d’un comportement spécifique ?

  • 3 En 1940, la Belgique possède quatre universités : deux sont des universités d’État : Liège, francop (...)
  • 4 Il y a en effet deux universités à Lille : l’Université d’État regroupant les facultés des Lettres, (...)
  • 5 Voir J.-M. Guillon et P. Laborie dir., Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, (...)

2Il s’agit ici d’examiner le positionnement des quatre universités belges3 et des deux universités4 de la France du Nord afin de terminer le degré réel d’engagement dans la résistance mais aussi d’en observer les différentes formes5.

Le premier degré de la résistance universitaire : affirmer la survie de la culture démocratique

  • 6 S. Hoffmann, « Le trauma de 1940 », dans J.-P. Azema et F. Bédarida dir., La France des années noir (...)

3Après le « trauma »6 de 1940 et l’échec des tentatives d’exode, les universités belges et lilloises, se retrouvent pour plus de quatre années, au cœur d’une zone spécifique, étroitement surveillée par l’autorité d’occupation. Dans un tel contexte, la résistance universitaire est d’abord « passive ». Il s’agit, malgré la présence allemande, d’affirmer le maintien d’une culture démocratique et de lutter contre les éventuelles ingérences allemandes.

Un dénominateur commun : l’importance du contrôle allemand

  • 7 J. Gérard-Libois et J. Gotovitch, L’an 1940 : la Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971, 517 p. ; (...)
  • 8 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, Deboeck, 1994, 611 p.
  • 9 E. Verhoeyen, La Belgique occupée..., op. cit., p. 119 et suivantes.

4Pour la Belgique7 qui connaît la Blitzkrieg allemande à partir du 10 mai 1940, la « campagne des 18 jours » se solde par un rapide échec ; le 17 mai, Bruxelles est occupée, puis l’armée belge capitule le 28 mai. Le roi Léopold III, resté en Belgique, conserve très peu de pouvoirs, aidé par ses secrétaires généraux, il préfère affirmer une politique de stricte neutralité dans la suite du conflit tandis que se forme à Londres, en octobre 1940, un gouvernement belge en exil dirigé par Hubert Pierlot et Paul-Henri Spaak. En fait, la Belgique se retrouve très vite intégrée dans la vaste sphère d’influence allemande, perdant l’essentiel de son indépendance8. Dès 1940, les Allemands exploitent de façon intensive le potentiel économique du pays. La plupart des usines sont très vite obligées de se mettre au service de l’occupant. En décembre 1941, sur les 6 494 entreprises qui occupaient plus de dix ouvriers, 1 574 (24 %) employant au total 64,8 % de tous les ouvriers belges travaillent désormais entièrement ou partiellement pour l’Allemagne9. Dès 1940, les réquisitions se multiplient également tout comme les volontés nazies de mettre à profit le travail de la population belge. Un pouvoir allemand très hiérarchisé se met en place qui quadrille le territoire pour mieux le contrôler. Au sommet, le Militärverwaltung commande l’ensemble de la zone et s’incarne en la personne du Militärbefelshaber (gouverneur militaire) qu’est Alexander von Falkenhausen. En dessous, un Kommandostab (État major) s’occupe des dossiers purement militaires alors qu’un Verwaltungstab gère tous les autres domaines de la vie publique et donc, en ce qui nous concerne, les affaires liées à l’enseignement (dirigé par Eggert Reeder). À l’échelon inférieur, l’autorité d’occupation est détenue par cinq Oberfeldkommandanturen (Lille, Gand, Bruxelles, Liège, Charleroi) qui, elles-mêmes, dirigent des Feldkommandanturen. Ce système pyramidal très centralisé permet aux Allemands de contrôler réellement la zone et de pouvoir influer sur la vie des habitants par l’application de multiples ordonnances qui finissent par toucher tous les actes de la vie quotidienne. L’ordonnance du 7 mars 1941 sur les limites d’âge oblige par exemple tous les fonctionnaires de l’État, des provinces et des communes âgés de plus de soixante ans à abandonner leur fonction, les Allemands espérant favoriser l’arrivée au pouvoir de « flamingants » qui leur seraient plus favorables.

  • 10 E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande : 1940-1944, Lille, La Voix (...)
  • 11 H. Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique » dans L’occupation en France et en B (...)
  • 12 E. Dejonghe ET Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande : 1940-1944, Lille, La Voi (...)
  • 13 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande..., op. cit., p. 33.
  • 14 MEMOR, Bulletin d’information, n ̊ 26 et 27, Rapports du préfet Carles, Lille 3, 1998, p. 97, rappo (...)

5Les deux départements septentrionaux de la France, à ce point de vue, connaissent une situation très similaire à la Belgique et se caractérisent par la même dureté du régime d’occupation. « La singularité la plus patente des deux départements du Nord et du Pas-de-Calais a bien été d’avoir dépendu par la volonté expresse du Führer, jusqu’en 1944, du Militärbefelshaber in Belgium du général von Falkenhausen [...]. Et même si la Nordost Linie délimitant une zone interdite disparut en 1941, le Nord-Pas-de-Calais demeura tributaire de l’OFK 670 de Lille sur laquelle le Militärbefelshaber in Frankreich n’avait pratiquement pas de pouvoir »10. Le commandement militaire de Belgique conserve en effet, tout au long de la guerre, ses prérogatives, légiférant par ordonnances, acceptant ou refusant les décrets ou les nominations de fonctionnaires décidés par Vichy11, même après les accords de décembre 1941 puis de mai 1942 qui coordonnent davantage les relations avec l’Hôtel Majestic de Paris. Nous retrouvons dans la situation du Nord-Pas-de-Calais en guerre12, les principales caractéristiques de la situation belge. La Blitzkrieg de mai 1940 est à l’origine d’une « gigantesque débâcle sociale »13. La reddition, le premier juin 1940, des troupes françaises qui défilent en recevant les honneurs sur la Grand-place de Lille annonce de nouveaux jours sombres qui ne peuvent que raviver les souvenirs douloureux de la première guerre mondiale. Dès le premier juin 1940 (confirmation définitive le 15), la région entre dans la zone de commandement du général von Falkenhausen et la population comprend bien qu’il y a là un risque majeur d’annexion au Grand Reich ou tout du moins une volonté nazie d’isoler le Nord du reste de la France. Dès lors c’est un sentiment immense « d’abattement »14 qui domine dans la population. Quatre caractéristiques permettent en fait de dégager les spécificités de la zone rattachée, qui expliquent aussi les engagements résistants.

  • 15 Voir l’ordonnance ; Arch. nat., 72 AJ/169 ; Résistance Nord.

  • 16 M. Sueur, « La Voix du Nord clandestine et la Belgique », L’occupation en France et en Belgique, Re (...)

6Il y a tout d’abord, la violence de l’invasion et la hantise de l’annexion. Dès le 7 juillet 1940, la ligne de démarcation sur la Somme est verrouillée ; les deux départements sont détachés pour près de 18 mois du reste de la Nation. La politique de l’OFK 670, jusqu’en mars 1942, est vigoureusement isolationniste. L’ordonnance du 4 mars 1941 relative à l’importation de journaux et de périodiques dans le territoire du commandement militaire rappelle ainsi que « l’importation de journaux et de périodiques qui ne sont pas de provenance allemande dans le territoire du commandement allemand [...] n’est permise que moyennant l’autorisation du commandement militaire »15. « L’occupant a pratiquement fait disparaître la frontière [...]. Le Nord vit en symbiose presque complète avec la Belgique [...], les journaux de Bruxelles circulent librement dans le Nord alors que ceux de Paris n’arrivent pas »16. Dès lors, si la présence allemande est constante dans la zone rattachée, le régime de Vichy semble bien lointain et peu efficace, lui qui a accepté de sacrifier la région au moment de l’armistice en démantelant l’espace français.

  • 17 E. Dejonghe, « Le Nord-Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation (juin 1940-juin 1941) » (...)
  • 18 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande..., op. cit., p. 74.

7Tout au long de la guerre, la Belgique et les deux départements français se caractérisent aussi par la rigueur du régime d’occupation. La densité des troupes allemandes est très forte qui « vivent sur le pays », multipliant réquisitions et pillages. Un régime d’exception se met en place qui facilite les exactions et livre la population au bon vouloir de l’occupant qui règne par la terreur, prenant des otages et n’hésitant pas à multiplier les représailles ou les exécutions sommaires pour impressionner la population civile. Au niveau économique, le Nord-Pas-de-Calais et la Belgique apparaissent comme des régions très riches et très industrialisées qui deviennent vite un enjeu vital dans le ravitaillement de l’économie de guerre du Reich. Le Nord-Pas-de-Calais fournissait ainsi en 1939, 60 % de la houille française et se classait au second rang national pour la sidérurgie. Le grand nombre d’usines métallurgiques, chimiques et textiles, le savoir faire d’une main-d’œuvre ouvrière nombreuse et qualifiée, la concentration de voies ferrées, de canaux et de routes qui rendent la circulation aisée, font de cet espace, un gigantesque réservoir que les Allemands s’empressent d’exploiter. En 1941, par exemple, la quasi-totalité des machines fabriquées par l’usine Fives-Cail prend la destination de l’Allemagne tout comme 75 % des productions de laine ou de lin17. Les autorités d’occupation s’intéressent aussi, dès 1940, à la main-d’œuvre de la région : « Le Nord et le Pas-de-Calais furent les seules régions occupées de l’Europe de l’Ouest à subir de juin 1940 à mai 1941, les rigueurs de la déportation du travail »18. De nombreux mineurs polonais sont ainsi très rapidement déportés vers les mines de la Ruhr et, vers la fin de l’année 1941, on compte près de 12 000 mineurs du Nord dans les exploitations rhéno-westphaliennes. Très vite, les pressions se font multiples sur les ouvriers qualifiés ou sur les chômeurs afin de les réquisitionner pour les usines allemandes ou pour les chantiers de l’organisation Todt. La loi du 4 septembre 1942 sur l’orientation de la main-d’œuvre puis celle sur le service du travail obligatoire du 16 février 1943, renforcent encore, cette « chasse à l’homme » qui fut permanente dans la zone rattachée.

8La troisième caractéristique de cette zone tient à son positionnement géographique qui en fait une zone stratégique fondamentale face à « l’ennemi anglais ». La Belgique et les deux départements nordistes connaissent en effet, de 1940 à 1945, une situation de guerre permanente et de tension militaire exceptionnelle. L’importance du littoral, face à la Grande-Bretagne, le grand nombre des raids aériens allemands contre ce pôle fédérateur de la résistance au nazisme, la fréquence de plus en plus rapide, à partir de 1941 des incursions aériennes alliées pour bombarder les objectifs militaires allemands puis les villes d’Outre-Rhin, font de cet espace un réel point de concentration des opérations. C’est ce qui explique la très forte densité de soldats allemands dans la zone, frein évident à l’organisation de maquis résistants mais aussi élément de renforcement de la germanophobie chez les habitants.

  • 19 A. Becker, « Mémoire et commémoration des atrocités allemandes de la Première Guerre mondiale dans (...)
  • 20 J.-F. Condette, « L’Université de Lille dans la première guerre mondiale », Guerres Mondiales et Co (...)

9Le dernier élément à prendre en compte est lié à la mémoire. Dans les esprits des Belges comme dans ceux d’une bonne partie des nordistes, l’occupation allemande de 1940-1944, n’est qu’une répétition apocalyptique de celle de 1914-1918 qui fut extrêmement dure. La première guerre mondiale a en effet laissé des traces indélébiles dans les esprits et les cœurs19, qui vont faciliter la naissance précoce de la résistance et le ralliement aux Alliés. Les populations ont déjà vécu une très longue occupation allemande (1 465 jours à Lille) et savent bien ce que cela signifie20. La « haine du boche » est tenace et l’anglophilie fort importante, en souvenir des libérateurs de 1918.

Le « degré zéro » de la résistance : la volonté farouche d’exister et sa justification

  • 21 F. Bédarida, « L’histoire de la résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième siècl (...)
  • 22 CEGES ; J. Vanwelkenhuyzen, « Les universités belges sous l’occupation allemande », dans Universiti (...)
  • 23 E. Lousse, L’Université de Louvain pendant la seconde guerre mondiale, Bruges, Desclée de Brouwer, (...)
  • 24 M. Vauthier, 1940-1944 : L’Université de Bruxelles sous l’occupation allemande, Bruxelles, 1944, p. (...)

10Si la résistance peut être définie comme « l’action clandestine menée au nom de la liberté de la nation et de la dignité de la personne humaine par des personnes volontaires, s’organisant pour lutter contre la domination de leur pays par un régime nazi ou fasciste ou satellite ou allié »21, il n’en demeure pas moins que la décision, partout affichée, de maintenir une vie universitaire minimale malgré la présence de l’occupant, peut aussi être considérée comme une première forme de résistance, certes souvent passive, mais qui permet de nier intellectuellement les prétentions culturelles des nazis. La Blitzkrieg surprend les universités belges et nordistes qui avaient élaboré, dans l’entre-deux-guerres, de savants plans de repli. En Belgique, les cours sont suspendus le 10 mai alors que beaucoup d’étudiants et d’enseignants tentent de fuir vers la France. Un embryon d’université, organisé par quelques enseignants et étudiants de l’Université Libre de Bruxelles voit le jour à Montpellier et à Toulouse mais la rapidité de l’avancée allemande désorganise totalement les plans élaborés. Face à la capitulation, les autorités universitaires restées en Belgique décident, le 15 juin, après une réunion des recteurs, de rouvrir les facultés en Belgique, à la différence de ce qui s’était fait en 1914-1918, les universités belges ayant préféré d’un commun accord fermer leurs portes. Cette fois, la guerre semble bien terminée pour le pays et il s’agit désormais de protéger la jeunesse tout en sauvegardant les bâtiments, menacés d’occupation sinon de pillage. Mais il s’agit aussi, comme le signale le recteur de l’Université Catholique de Louvain, Honoré Van Waeyenbergh, de pouvoir « conserver la direction intellectuelle de nos étudiants »22. Le recteur, ancien engagé volontaire en 1914, invalide de guerre, s’est d’ailleurs dépensé sans compter lors des combats de mai 1940. Au volant d’un petit camion, il a parcouru les rues de la ville pour soigner les blessés puis les évacuer vers Bruxelles. Dénonçant la fuite des élites, il insiste sur la nécessité de « sauvegarder le patrimoine matériel et moral de l’institution vénérable [...] de préserver l’élite de la jeunesse de l’oisiveté, de la démoralisation, de la déportation [...] de former des ingénieurs, des médecins, des avocats, de constituer les réserves d’intelligence dont on aurait besoin pour l’après-guerre »23. Dès lors, « Il était évident que les conditions de 1914 ne se reproduiraient pas : l’armée belge ne combattait plus ; la jeunesse estudiantine, encore dispersée, pourrait bientôt regagner le pays [...]. Le péril qui paraissait à juste titre le plus redoutable, c’était d’abandonner la jeunesse à l’inaction [...]. N’était-il pas à craindre que l’occupant ne voulût s’emparer des esprits [...]. Il aurait trouvé un prétexte commode pour réaliser ses vues, si les étudiants étaient restés inoccupés »24.

  • 25 Arch. dép. Nord : 1 W 1050. Rapport très détaillé du doyen Duez, chargé des fonctions de recteur, 1 (...)
  • 26 Idem, lettre du doyen Audra au préfet, 6 juin 1940 depuis Rue (il a tenté sans succès de franchir l (...)
  • 27 Pour plus de détails, voir J.-F. Condette, Une Faculté dans l’Histoire : La Faculté des Lettres de (...)
  • 28 Chanoine L. Detrez, Quand Lille avait faim, Lille, SILIC, 1947, p. 10.
  • 29 Annales de l’Université de Lille, rapport général sur l’année 1939-1940.
  • 30 H. Claude, « Les facultés catholiques de Lille pendant la guerre 1940-1944 », Revue du Nord, L’occu (...)
  • 31 Arch. diocésaines de Lille : DP, 471. Dossier Université catholique, rapport de M. Delépine (16 au (...)
  • 32 Facultés catholiques de Lille : Bulletin trimestriel, nouvelle série, n ̊ 1, janvier 1945, p. 14-24 (...)

11La situation est la même à Lille avec un petit décalage chronologique. Les facultés sont fortement touchées, dès 1939, par la mobilisation. Avec 45 professeurs titulaires présents, au lieu des 109 habituels, l’Université d’État rouvre ses portes en octobre 1939 et assure les formations fondamentales. La Blitzkrieg de mai 1940 puis la panique qui suit, détruisent en quelques jours le fragile édifice. Face à l’avancée allemande, l’ordre de repli sur Le Touquet-Paris Plage est donné par le recteur Hardy le jeudi 16 mai. Le personnel des facultés quitte en fait Lille le samedi 18 mai dans l’après-midi vers le littoral, ainsi qu’un « nombre relativement important d’étudiants »25. Le doyen Audra et le professeur Humbert font la route à bicyclette. Devant l’imminence de la défaite et conformément aux instructions du commandant d’armes du Touquet, plusieurs universitaires tentent, le mardi 21 mai, de franchir la Somme pour se replier vers Rennes, mais cela s’avère impossible, les Allemands contrôlant déjà la zone26. À partir du 22 mai, toute une série de cours sont alors donnés aux étudiants présents au Touquet. Les hôtels Balmoral (une cinquantaine d’étudiants logés) et Britannia ont été réquisitionnés pour l’occasion et le conseil de l’Université pense maintenir une telle situation jusqu’à la fin de l’année universitaire, assurant ainsi une session d’examen du premier au 15 juillet27. Les choses évoluent cependant différemment car, dès le 23 juin, les autorités allemandes exigent le retour sur Lille de l’Université. Dans cet exode raté ou au cœur de la « métropole du Nord », les universitaires estiment qu’il est de leur devoir de poursuivre leur activité afin de « sauvegarder la culture et l’esprit français »28. Le rapport général sur l’année 1939-1940, réalisé par le doyen Maige29, de la faculté des Sciences, insiste sur la volonté farouche de l’Université de durer à tout prix, « dans sa claire conscience que c’était là son devoir impérieux, devoir envers le pays, devoir envers cette région du Nord où elle est en quelque sorte la gardienne des valeurs intellectuelles et morales, devoir envers cette population si nombreuse d’étudiants et de candidats au baccalauréat qui attendaient de nos facultés la consécration de leurs efforts ». Les facultés catholiques de Lille30, quant à elles, connaissent exactement le même cheminement. Face à la débâcle, les autorités hésitent un temps : faut-il fermer et se replier ou se maintenir sur place ? Finalement, les cours sont suspendus31 le 17 mai et le recteur Lesne32 quitte Lille le 18. La situation est alors très confuse et il ne reste plus qu’une poignée d’enseignants pour garder la maison du boulevard Vauban, tandis que le recteur Lesne a juste le temps d’organiser, à Angers puis à Limoges, les services provisoires des facultés avant de décéder brutalement le 5 août.

Une vie universitaire minimale

  • 33 Arch. dép. Nord : 1 W 890. Rapport sur la situation de l’enseignement dans le Nord-Pas-de- Calais ; (...)
  • 34 H. Claude, article cité, p. 348.
  • 35 Facultés catholiques de Lille, Bulletin trimestriel, n° 1, janvier 1945, p. 19.

  • 36 Idem, p. 25-30. Rapport du doyen Lepoutre.

  • 37 Les Facultés catholiques de Lille, mai 1945, rapport du doyen de la faculté de théologie, p. 41-44.
  • 38 Idem, juillet-octobre 1945. Rapport du doyen D. Liévin sur les années 1939-1944, p. 47-42.

  • 39 Ibidem. Rapport du doyen de la faculté des lettres, J. Coppin, p. 45-48.

12Pendant ces années noires, au cœur de la zone réservée, les universitaires vont tout faire pour essayer de conserver une vie universitaire indépendante, signe tangible d’une négation des prétentions nazies à vouloir régenter les esprits. Les Allemands occupent de nombreux locaux des Facultés catholiques de Lille33. Ils installent leurs cantonnements dans les salles de cours de l’hôtel académique ; les cliniques Saint-Philibert et Saint-Raphaël sont réquisitionnées ; la chapelle universitaire est transformée en hôpital de fortune pour 700 soldats britanniques blessés. On assiste cependant à une lente et progressive libération des locaux entre 1942 et 1943. À la rentrée de novembre 1940, la Catho immatricule 760 étudiants ; ils sont ensuite 1 053 en 1941-1942, 1 591 en 1942-1943 et 1 390 en 1943-1944, le STO venant éclaircir les rangs étudiants (nombreux réfractaires). Pour suppléer les enseignants absents, on fait appel aux retraités et à des chargés de cours temporaires. Une vie universitaire continue donc à animer l’institution et il semble bien que l’esprit dominant, tout du moins jusqu’en 1943 soit assez favorable au pétainisme et à la Révolution Nationale, suivant en cela la déclaration de l’assemblée des cardinaux et évêques de France du 24 juillet 1941 qui demandait un « loyalisme sincère et complet envers le pouvoir établi ». « Les professeurs des facultés, à quelques exceptions, acquiescèrent aux consignes de ralliement »34. De nombreux professeurs de la faculté de Médecine portent ainsi la francisque. « Certes, durant ces quatre ans, il n’y aura pas de répit à l’oppression de l’occupant. Même quand il aura évacué l’hôtel académique, il restera notre plus proche voisin, dans des locaux à nous dont il ne voudra jamais envisager la levée de réquisition : après en avoir jeté un certain jour, le mobilier par les fenêtres, en avoir distribué des pièces aux femmes qui le servaient, après les avoir aménagés à son goût, il y assura sa présence, pesante et satisfaite, par des chevaux de frise et des bris creusés profond [...]. On pût craindre un moment son intervention dans l’enseignement ; les chaires de polonais et de flamand l’ont particulièrement intéressé »35. Mais rien de durable n’est mis sur pied à ce niveau. L’enseignement se poursuit donc tant bien que mal avec des effectifs enseignants réduits et des locaux réquisitionnés. En médecine36, les choses sont très complexes avec la réquisition de l’hôpital Saint-Philibert et la clinique Sainte-Camille qui empêche les exercices pratiques et les consultations réelles. La faculté de théologie n’a, quant à elle, que 13 étudiants inscrits en octobre 1939 contre 98 en 1938-1939 ; ils seront ensuite 30 en 1940-1941, 41 en 1941-1942 avant que les effectifs ne chutent de nouveau pour les dernières années de l’occupation (31 en 1943-1944). L’institution délivre tout de même pendant ces années difficiles 17 baccalauréats (mention philosophie), 24 baccalauréats et 14 licences de théologie37. À la faculté libre des sciences, les cours reprennent le 4 novembre 1940 et 308 certificats de licence, 48 grades de licenciés38 sont décernés de 1940 à 1944. La faculté libre des Lettres enfin, voit ses effectifs étudiants passer de 94 unités en 1939-1940 à 274 inscrits en 1942-1943 avant de connaître également une décrue en 1943-1944 (205). Là aussi, des cours réguliers sont organisés avec diverses sessions d’examen39.

  • 40 Collectif, L’Université de Louvain : 1425-1975 ; Louvain, Presses Universitaires, 1976, tome I, p.  (...)

13La même volonté de tenir le pari d’un maintien de l’activité est perceptible dans les facultés belges ; l’université de Louvain40 qui compte 4 610 étudiants inscrits en 1939-1940 voit, par exemple, ses effectifs monter à 6 237 étudiants en 1941-1942 puis à 7 770 en 1942-1943. Il faut dire qu’à cette date l’université accueille de nombreux étudiants bruxellois depuis la fermeture en 1941 de l’ULB (583 à la fin 1941).

14La même réalité s’observe dans les quatre facultés lilloises, même si l’année universitaire 1940-1941 apparaît très délicate, le commandement allemand interdisant le retour en zone interdite des enseignants évacués ou repliés. À la faculté des Sciences, il manque ainsi, au premier novembre 1940, dix-sept professeurs ou maîtres de conférences. On recrute alors des chargés de cours dans les lycées de la métropole tout en rappelant les professeurs retraités. Pour l’année 1941-1942, la levée de l’interdiction de franchir la Somme, effective début janvier 1942, permet un enrichissement conséquent des effectifs enseignants qui facilite le renouveau des études. Les effectifs globaux des quatre facultés d’État qui étaient de 2 853 inscrits en 1938-1939 chutent à 1 689 unités en 1939-1940 puis remontent progressivement jusqu’en 1943 avant de connaître une nouvelle décrue (2 409 en 1940-1941, 3 884 en 1941-1942, 5 209 en 1942-1943 puis 4 606 en 1943-1944 et 4 866 en 1944-1945). L’année 1942-1943 est même présentée comme ayant « une activité sensiblement normale [...], le corps professoral a repris sa tâche presque au complet ». En Lettres, cette année-là, la faculté délivre 85 licences complètes, examine 1 558 candidats aux divers certificats d’études supérieures (585 admis) et 6 060 candidats aux divers baccalauréats (2 940 admis).

  • 41 Idem, rapport général de l’année 1943-1944, discours du 7 novembre1944.

15La dernière année d’occupation (1943-1944) apparaît beaucoup plus problématique avec la reprise des opérations militaires (nombreuses alertes et bombardements) et surtout l’application de la loi sur le STO qui fait sensiblement diminuer les effectifs. La vie se maintient pourtant au prix de lourds sacrifices ; la faculté de Droit, par exemple, fait soutenir sept thèses de doctorat et 103 DES, examine 173 candidats à la licence (103 admis), 291 candidats au certificat de capacité pour le premier examen (92 admis) et 146 candidats pour le deuxième examen (91 admis). Dès lors, lorsque sonne l’heure de la Libération, les universitaires mettent en avant leur lutte pour la survie : « l’Université de Lille n’a pas failli un seul jour à sa tâche et a toujours conservé [...] une vue très claire et très ferme de son devoir patriotique [...] les quatre facultés, dans un accord spontané parfait, ont formé le carré pour repousser les attaques contre la culture française et pour continuer à dispenser leur enseignement traditionnel [...] elles sont systématiquement demeurées sourdes aux diverses demandes, propositions et suggestions émanant plus ou moins directement de l’occupant en vue d’une infiltration de la pensée et des méthodes germaniques dans notre enseignement »41. Dans une zone réservée, dépendant étroitement du commandement militaire allemand de Bruxelles, le maintien d’une activité universitaire autonome dans ses principes et dans son fonctionnement, peut alors apparaître comme le premier degré de la résistance. Il s’agit alors, même si on ne le clame pas haut et fort, d’assurer la survie d’une culture humaniste et désintéressée face au nouveau paganisme des nazis et à leur idéologie sectaire.

Une fronde intellectuelle permanente : la résistance morale du monde universitaire

  • 42 P. Ory, « Les Universités belges et françaises face à l’occupation allemande », Revue du Nord, L’oc (...)

16Ce premier niveau de résistance s’accompagne cependant, au sein de cet espace géographique très spécifique, d’une réelle volonté de défier l’occupant mais au niveau du combat des idées bien plus qu’en actions de lutte armée contre sa présence. On assiste alors très souvent à une sorte de « fronde intellectuelle » permanente. Dès qu’ils le peuvent, les universitaires s’opposent aux volontés allemandes, mettant toute la mauvaise volonté du monde à exécuter les ordres, refusant certaines décisions qu’ils estiment injustes. « L’attentisme de la majorité, jusqu’au bout, semble nettement teinté, et sans doute dès le début, de fronde intellectuelle, conformément aux traditions des universités libérales francophones »42.

La fronde intellectuelle : « Empêcher la lente asphyxie des consciences »43

  • 43 Introduction du Père Chaillet au numéro I des Cahiers du Témoignage Chrétien, « France, prends gard (...)
  • 44 Arch. dép. Nord, 1 W 1585.

  • 45 R. Josse, « La naissance de la résistance étudiante à Paris et la manifestation du 11 novembre 1940 (...)
  • 46 Arch. dép. Nord : 1 W 161. Tracts divers et lettre du préfet au commissaire de police du 11 septemb (...)
  • 47 Arch. dép. Nord, 1 W 178. Mesures de police, premier mai 1942 ; lettre du préfet au préfet délégué, (...)
  • 48 Arch. dép. Nord, 1 W 388. Rapport du commissaire de police au préfet du 23 mai 1941.

  • 49 Entretien avec Philippe Marchand, (récit d’un témoignage). À Paris, la réalité est la même : « Les (...)
  • 50 Arch. dép. Nord, 1 W 1369. Rapport du 2 décembre 1941 (« On aura les boches, vive les Anglais ! des (...)
  • 51 Arch. dép. Nord, 1 W 1256. Rapport du commissaire de police au préfet du 30 décembre 1940.

  • 52 Arch. mun. Lille ; 5 H 4/18. Rapports de police et lettres diverses.
  • 53 Arch. dép. Nord, 1 W 531. Lettre de l’OFK 670 au préfet du 28 mars 1941 et rapport du commissaire d (...)
  • 54 MEMOR, Bulletin d’information, n° 26-27, rapports du préfet Carles du 5 mars 1941, p. 131.
  • 55 Idem, rapport du 7 avril1941.


17Le préfet Ingrand, premier représentant de Vichy autorisé à venir visiter la région Nord en décembre 1940, note que la population apparaît « dans son ensemble, profondément hostile aux troupes d’occupation, anglophile, gaulliste, indifférente ou même hostile au gouvernement »44. Dans les facultés, l’esprit dominant semble être le même et les signes de fronde se multiplient rapidement. Quelques jours avant le 11 novembre 1940, jour anniversaire de la « défaite » allemande lors de la première guerre mondiale, de nombreux tracts circulent dans les facultés qui appellent à une commémoration de l’événement. À Lille, des étudiants passent par petits groupes devant les monuments aux morts pour les saluer. Dans les facultés belges, l’état d’esprit est un peu celui qui règne à Paris au moment la grande manifestation du 11 novembre, sévèrement réprimée par l’occupant45 ; des groupes étudiants tentent de mobiliser leurs camarades pour commémorer la victoire malgré la décision des secrétaires généraux qui ont décidé que le 11 novembre ne serait ni férié ni fêté. À Bruxelles, une grande manifestation est même organisée et les rapports allemands insistent sur la forte présence des étudiants de l’ULB ; on chante La Brabançonne alors que des insultes sont entendues contre les « sales boches ». Dès lors, et pendant toute la durée de l’occupation, les fêtes nationales deviennent des moments privilégiés dans l’affirmation des sentiments patriotiques. À Lille, de nombreux tracts appellent ainsi la population à célébrer les 150 ans de la victoire de Valmy, le 20 septembre 1942 ; on invite les nordistes à porter de façon rusée les couleurs nationales et à se réunir autour des monuments publics ; la surveillance policière est alors très stricte46. Il en va de même pour les commémorations du 1er mai47, du 14 juillet ou de la fête de Jeanne d’Arc.
Bien que tout rassemblement soit interdit, les Lillois réussissent régulièrement à affirmer leur attachement à la patrie libre. Le commissaire de police de Lille signale dans son rapport48 que « de nombreuses personnes ont défilé devant la statue, place Jeanne-d’Arc [...] certaines personnes ont levé deux doigts en l’air en forme de V ». Les Allemands très en colère décident alors de confisquer les postes TSF de la métropole attribuant ces provocations à l’écoute de la radio de Londres. Les étudiants ne sont pas les derniers à participer à ces activités patriotiques et apparaissent aussi très actifs lorsqu’il s’agit de se moquer des Allemands ou de gribouiller les murs et les affiches officielles. À Lille, il semble bien que de nombreux étudiants aient singé les Allemands, en portant, à la ceinture, un poireau pour se moquer des officiers qui portaient une courte dague, ce qui leur valut d’ailleurs d’être réquisitionnés plusieurs jours pour nettoyer les rames de tramways49. Une véritable guerre des inscriptions met aux prises les Allemands, la police française ou belge et la jeunesse pendant ces années noires. Les affiches allemandes ou vichystes sont lacérées ou recouvertes d’excréments ; les murs se couvrent de slogans à la craie blanche50 ou de petits papillons. Rue Gambetta, à Lille, on peut ainsi lire plusieurs fois, en décembre 1940, ces phrases : « un Allemand, c’est un cochon, né en Allemagne, engraissé en France, salé dans la Manche et découpé en Angleterre »51. Une lettre du maire de Lille aux doyens des facultés, datée du 18 octobre 1940, attire leur attention sur le fait que les Allemands lui ont signalé à plusieurs reprises que les murs des facultés étaient recouverts de multiples inscriptions. Le doyen Audra répond, le 21 octobre52 : « je m’empresse de répondre à votre lettre concernant les inscriptions jugées offensantes pour les autorités d’occupation qui ont été constatées sur les murs de la faculté des Lettres [...] les étudiants ont déjà été mis en garde contre semblables pratiques ». Une lettre de l’OFK 670 au préfet, datée du 28 mars 1941 signale : « les effets de la propagande communiste se font de plus en plus sentir ces derniers temps parmi la population civile [...]. La distribution de tracts est notamment augmentée. En différents endroits, les maisons ont été barbouillées systématiquement d’inscriptions anti-allemandes [...]. Dans la plupart des cas, des jeunes participent au barbouillage des maisons ». L’autorité allemande déclare alors que des sanctions seront immédiatement prises contre les institutions d’enseignement si la preuve est apportée de la participation d’élèves ou d’étudiants53. Mais rien n’y fait et le rapport de police du 29 mars 1941 note que, pour la journée du 2 mars, la brigade spécialisée dans l’enlèvement des inscriptions sur les murs « a effacé 5 500 V, 300 croix de Lorraine, 14 Vive De Gaulle, 4 À mort les boches ». Le rapport du préfet Carles, daté du 5 mars 1941, signale : « il est incontestable que le mouvement en faveur de l’ex-général de Gaulle compte dans le département du Nord un grand nombre de sympathisants [...] c’est dans les jeunes couches de la population, et en particulier chez les étudiants [...] que se trouvent surtout les propagandistes »54. Un autre rapport, du 7 avril 1941, relève un moyen d’action différent : « des paroles prononcées, à haute voix, dans les cinémas par des jeunes gens, manifestant leur désapprobation ou leur critique des artistes allemandes protagonistes des films projetés [...] Les étudiants des facultés ont été visés dans ces observations »55.

  • 56 Arch. dép. Nord, 1 W 2300. Lettre du 29 septembre 1942.

  • 57 Arch. dép. Nord, lettre du recteur au préfet du 7 octobre 1942 et lettre du préfet au ministre du 1 (...)
  • 58 Arch. nat., F 17/13346. Lettre de 1943 d’Abel Bonnard au doyen Audra.


18La faculté des Lettres en particulier semble se faire remarquer par son esprit frondeur. Une longue lettre du directeur de cabinet du secrétaire d’État à l’Éducation nationale, adressée le 29 septembre 1942 au préfet du Nord, demande une enquête discrète mais rapide sur l’état d’esprit de cette institution : « on nous signale de tous côtés, le mauvais esprit qui règne à la faculté des Lettres de Lille où le portrait du Maréchal n’aurait été exposé qu’à regret et dans un coin perdu. Le doyen de la faculté serait plus anglais de cœur que français et exercerait une mauvaise influence. Il n’est pas jusqu’à la secrétaire de la faculté, une institutrice [...] qui ne tiendrait des propos contre le gouvernement »56. Le recteur Duez s’empresse de minimiser l’affaire pour éviter les sanctions. Le préfet à son tour rend compte au ministère le 11 octobre57 : la secrétaire n’est pas une institutrice mais un commis de secrétariat qui a gardé de la première guerre mondiale de très mauvais souvenirs ; elle est très nerveuse et d’un naturel bavard. Le doyen Audra lui a donné un blâme il y a quelques mois et les choses vont mieux. Le portrait du maréchal est exposé dans la salle de réunion des professeurs au premier étage et le doyen a, dans son bureau, une médaille du Maréchal achetée par la faculté ; le doyen Audra, titulaire de la chaire de littérature et de civilisation anglaises, a été pendant onze ans le directeur de l’Institut français de Londres ; il est compréhensible qu’il aime l’Angleterre mais « je ne pense pas qu’on puisse l’accuser d’exercer une mauvaise influence ». La sanction contre le doyen n’est cependant que différée car le ministre Abel Bonnard prend le prétexte d’un texte latin jugé trop difficile à l’examen de baccalauréat pour blâmer le professeur Audra le 24 juin 1943. « De nombreuses plaintes m’ont été adressées au sujet d’un passage de Quintilien qui a été donné en version latine à certains candidats du baccalauréat de l’académie de Lille. [...]. Ce texte est si hérissé de difficultés qu’on ne saurait concevoir comment il a pu être choisi [...]. Je me vois dans l’obligation d’agir à votre égard comme je le ferai désormais dans tous les cas analogues et je vous adresse un blâme pour ne pas vous être acquitté avec assez de scrupule d’une fonction qui, délicate en tout temps, l’est plus encore dans les circonstances actuelles [...]. J’avais écrit une circulaire où je recommandais et définissais l’esprit d’indulgence qui doit, cette année, régner dans les divers examens. Il semble que vous n’ayez pas connu cette circulaire ou que vous ayez cru bon de ne pas en tenir compte »58.

  • 59 Arch. dép. Nord, 1 W 302. Rapport de police du 18 juin 1943. (voir aussi Arch. nat., F 17/13 379).


19Quelques jours auparavant, la faculté des Lettres avait d’ailleurs fait parler d’elle de nouveau. Un incident s’était produit devant le bâtiment, rue Angellier entre des candidats au baccalauréat et une patrouille allemande. Le 18 juin, vers 7 h 30, de nombreux jeunes gens (540 selon le commissaire de police) s’étaient massés devant les portes de la faculté, en attendant leur ouverture. C’est alors qu’une patrouille « d’une cinquantaine de soldats allemands, marchant en rang et venant de la place de la République » arrive devant le bâtiment. Le commandant du détachement crie divers ordres, mais les élèves restent sur place. Les soldats prennent alors leur fusil par le canon et frappent dans le tas, poursuivant les fuyards jusque dans les bâtiments. Le commissaire de police ne relève le 18 juin que six blessés59 mais un rapport complémentaire du 20 juin en signale trente-six. La version allemande est très simple : les « studenten » ont, bien entendu, les ordres du chef de l’unité mais n’ont pas fait le moindre effort pour dégager la rue ; « des incidents analogues ont déjà eu lieu plusieurs fois avec des étudiants ».

  • 60 H. Claude, « L’évêque, le Maréchal, la collaboration (1940-1945) », Revue d’histoire de la seconde (...)
  • 61 Arch. diocésaines de Lille, DF, 111-29 : les signataires sont Louis Blankaert, Adolphe Choteau, Jos (...)
  • 62 Voir l’évolution très significative du positionnement de la JEC durant cette période ; A.-R. Michel (...)
  • 63 Arch. diocésaines de Lille, D. III.39.


20Cette fronde universitaire, faite de petits conflits successifs, créant une sorte de « guerre larvée » perpétuelle peut être relevée également au sein des facultés catholiques de Lille, même si c’est, semble-t-il, à un degré moindre, le maréchalisme et l’esprit de soumission à l’autorité établie y étant plus solidement implantés, l’épiscopat français invitant d’ailleurs à suivre cette attitude. Monseigneur Dutoit, évêque d’Arras, très lié aux facultés catholiques, dans une lettre pastorale destinée à célébrer la nouvelle année 1941, ne cache pas son soutien au maréchal. Tout en offrant ses bons vœux aux nordistes, il réalise une véritable « apologie du maréchal et une exégèse de sa politique de collaboration avec l’Allemagne »60. Ce texte heurte cependant les consciences d’un certain nombre de fidèles mais aussi d’enseignants et de prêtres patriotes et se retrouve à l’origine d’une controverse au sein du personnel des facultés catholiques. Un groupe de six enseignants de la Faculté de Droit, futur maillon du réseau Témoignage Chrétien dans la région, entreprend alors d’écrire à Monseigneur Dutoit pour réfuter son argumentation favorable à la collaboration. « L’adhésion du cœur et de l’esprit à la personne des gouvernants, à leur politique, à leur législation n’est requise que si elle le mérite [...] combien cette déclaration a blessé nos sentiments et nous paraît difficile à concilier avec les exigences de la vertu de patriotisme »61 ; il faut rappeler aux catholiques la nécessité de veiller au respect de leur liberté politique et de leur conscience62 tout en montrant que la collaboration est néfaste puisqu’elle met la France au service du néo-paganisme nazi. Les renseignements généraux signalent ensuite, dans un rapport du 25 juin, la vigueur du débat chez les enseignants de l’Université ; un certain nombre a approuvé par lettre l’attitude de Mgr Dutoit, tandis que d’autres la critiquent. En octobre 1942, le même groupe d’enseignants patriotes fait parvenir au cardinal Liénart une longue Note sur quelques observations techniques concernant les problèmes de gouvernement qui dénonce sa ligne de conduite et son soutien sans faille au Régime de Vichy63.

  • 64 Arch. nat., AJ40/21 (archives du Militärbefelshaber in Belgium und Nord Frankreich). Lettre du 17 a (...)

21Les universitaires résistent aussi aux demandes de matériels de l’occupant et aux offres allemandes de participation à la vie universitaire. Dans toutes les universités de la zone rattachée, on cache comme l’on peut les trésors des bibliothèques et des instituts dans des locaux de fortune et l’on évite au maximum les contacts avec les autorités allemandes. Une lettre du secrétaire de l’Université libre de Bruxelles au docteur Pétri, datée du 17 août 1944, nous apprend par exemple, qu’il a refusé l’accès à l’université à une entreprise belge qui s’était présentée à l’ULB dans le but d’installer des mitrailleuses sur les toits de la faculté des Sciences sous le prétexte que l’entrepreneur n’avait pas une autorisation écrite des autorités allemandes. Le secrétaire n’a donc pas laissé monter les matériaux ni commencer le travail64. Une autre lettre du même secrétaire (Morissens), datée du 10 juillet 1944, signale son refus de voir sortir divers appareils des laboratoires de chimie et de physique, réclamés par les soldats allemands. Lorsque des soldats allemands paraissent dans les amphithéâtres pour assister aux cours, les réactions sont le plus souvent très hostiles. L’assistance étudiante préfère alors déserter le cours si ce n’est le professeur qui arrête précipitamment son enseignement.

22La même réaction de résistance spirituelle peut être relevée en Belgique, en ce qui concerne la question épineuse des Gastprofessoren (professeurs hôtes) qui empoisonne durablement les relations entre l’Université et les forces d’occupation. Il s’agit au départ, pour les Allemands, d’imposer la venue régulière, dans les facultés, de conférenciers allemands, acquis à la cause du national- socialisme, par le développement d’un système d’échanges qui existait dans l’entre-deux-guerres. Il ne s’agit donc pas encore de procéder à des nominations définitives d’enseignants titulaires mais d’obliger les facultés à accueillir ces Gastprofessoren pour des cours libres. En novembre 1940, après avoir reçu du Ministère de l’Instruction Publique, une invitation de l’autorité occupante à faire venir à Louvain des professeurs d’échange, le recteur van Waeyenbergh s’empresse de répondre par la négative : « Depuis septembre 1939, le conseil rectoral de l’Université de Louvain a décidé de suspendre tout échange de professeurs ».

  • 65 Chanoine Leclef, Le cardinal Van Roey et l’occupation allemande en Belgique, Bruxelles, Goemaere, 1 (...)

23Malgré les multiples pressions allemandes, jamais un professeur allemand ne vint faire cours à Louvain. Les choses furent différentes dans les facultés d’État (Gand et Liège), moins libres de leurs actes, mais les cours proposés furent le plus souvent boycottés par les étudiants, les autorités universitaires utilisant également toutes les armes légales en leur possession pour différer l’application des décisions. Les choses se compliquent encore davantage lorsqu’il s’agit de procéder à la nomination de professeurs titulaires dans les chaires déclarées vacantes car il est bien évident que les Allemands avaient ici intérêt à contrôler le processus électif pour placer des hommes sûrs. S’ils se désintéressent des facultés lilloises, n’ayant pas pour le Nord-Pas-de-Calais, de plan culturel réel, il en va différemment en Belgique, terre déclarée flamande et donc proche des intérêts aryens. C’est à ce niveau que se joue la lutte terrible entre l’occupant et l’équipe dirigeante de l’ULB, cette dernière préférant fermer ses portes plutôt que de devoir intégrer en son sein des « traîtres », nommés par les Allemands. Dans les autres facultés, les choses sont moins radicales mais les volontés allemandes existent néanmoins. Par une ordonnance du 18 juillet 1940, les Allemands décrètent en effet l’interdiction d’exercer une activité publique à tous ceux qui ont fui la Belgique au moment de l’exode ; ces derniers, rentrés au pays, ne peuvent reprendre une activité qu’après avoir reçu une autorisation du commandement militaire. Les Allemands peuvent, par ce biais, épurer l’Université de ses éléments jugés indésirables. Par une lettre datée du 17 septembre 1940, adressée au « recteur magnifique » de Louvain, l’autorité occupante se déclare le droit d’approuver ou de rejeter toutes les nominations de professeurs ou de chargés de cours. Ce courrier déclenche la colère des recteurs contre Eggert Reeder, le subordonné direct du général von Falkenhausen pour toutes les questions non militaires. À Louvain, le recteur van Waeyenbergh écrit immédiatement : « Je me permets de vous faire remarquer que le droit constitutionnel belge n’a jamais soumis les nominations ni les répartitions de cours dans les établissements d’instruction libres à l’approbation de l’administration civile [...]. Je puis supposer que la mesure, pour autant qu’elle concerne l’Université catholique de Louvain repose sur une erreur »65. C’est Eggert Reeder en personne (Militärverwaltungschef) qui répond sèchement le 7 octobre en maintenant les volontés allemandes. Le cardinal van Roey, archevêque de Malines, intervient alors et adresse un courrier à von Falkenhausen, le 22 octobre 1940. « Comme chef de l’Épiscopat belge, mandaté par les évêques de Namur, de Liège, de Gand, de Bruges, de Tournai, comme Grand Chancelier de l’Université de Louvain, nommé par le Saint-Siège, il est de mon devoir d’attirer votre attention sur l’extrême gravité de pareille disposition et sur les fâcheuses conséquences qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était rigoureusement appliquée. La Constitution belge garantit la liberté d’enseignement [...] j’attire votre attention sur le fait que l’Université catholique de Louvain dépend canoniquement du Saint-Siège la nomination des professeurs doit être soumise à l’agrément de Rome. Si l’autorité militaire allemande devait maintenir ses prétentions, il est certain qu’elle va au-devant d’un conflit avec le Saint-Siège ». Face à cette menace d’une réouverture du Kulturkampf, le général von Falkenhausen répond de façon très modérée et ne parle plus que d’un possible droit de veto allemand aux nominations opérées par les facultés.

24Cette attitude très ferme, commune aux diverses facultés, si elle permet à l’université de Louvain d’échapper aux nominations imposées, fut moins efficace dans les universités d’État, fragilisées par le fait qu’elles ne dépendaient que des pouvoirs civils. Il y eut donc des nominations d’enseignants favorables aux Allemands mais en petit nombre. À Liège, le docteur Pétri impose ainsi les Gastprofessoren Kraus et Mönch. Leurs cours furent d’ailleurs assez souvent peu suivis par les étudiants. La fronde intellectuelle est donc importante au sein des universités de la zone rattachée et, si l’on ne peut encore parler réellement de résistance active dans le sens d’une lutte armée et physique contre l’occupant, force est de constater cependant la prégnance des sentiments germanophobes et anglophiles chez une majorité d’universitaires qui, par une sorte de guerre larvée, s’ingénient à contrecarrer les volontés allemandes.

Le refus de la germanisation : le cas spécifique de la fermeture de l’ULB

25Dans cette étude sur la résistance universitaire en zone rattachée, une place spécifique doit être faite à l’Université Libre de Bruxelles, la seule des six universités à avoir été amenée à fermer ses portes en novembre 1941.

  • 66 Quarantième anniversaire de la fermeture de l’ULB, op. cit., allocution de Jean Vanwelkenhuyzen, L’ (...)
  • 67 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, Bruxe (...)
  • 68 D. Martin, « Les Universités belges pendant la deuxième guerre mondiale », Revue du Nord, L’occupat (...)
  • 69 Voir sur l’ULB : A. Uyttebrouck et A. Despy-Meyer dir., Les Cent cinquante ans de l’Université Libr (...)

26Dans le paysage universitaire de l’époque, l’ULB tient en effet une place à part66. Fondée en 1834, elle apparaît très vite comme une citadelle du libéralisme, proche des milieux de gauche. Totalement autonome, elle a le libre choix de ses maîtres et de ses formations. Dès lors, l’importance de la lutte antifasciste menée en son sein dans les années de l’entre-deux-guerres, ses « accointances avec la franc-maçonnerie, sa coloration politique de démocratie libérale et socialiste en faisait une cible toute désignée pour les autorités allemandes »67. L’ULB décide cependant, comme les autres institutions de rouvrir ses portes en octobre 1940 sous la direction de son recteur Frans van den Dungen. Très vite, cependant, les universités belges comprennent que l’autorité allemande ne se contentera pas d’exiger le calme et que Franz Petri arrive en Belgique avec un plan global68 de réorganisation de l’enseignement supérieur. Il faut que chaque université ait une place particulière. L’université de Gand doit devenir un centre scientifique au cœur du pays flamand ; l’université de Liège aura le même rôle du côté francophone alors que l’université catholique de Louvain doit se limiter à une fonction purement théologique. Pour l’Université Libre de Bruxelles69, les plans allemands sont par contre très précis. Il s’agit de détruire cette citadelle de la libre-pensée pour la transformer en un bastion germanique contre l’Europe de l’Ouest. Il faut donc la « germaniser », par la multiplication des Gastprofessoren, par la flamandisation de son enseignement et par l’épuration systématique de son personnel. Le combat contre l’institution universitaire commence dès l’été 1940 et se poursuit ensuite sans discontinuer jusqu’à la décision de fermeture définitive. Le décret du 18 juillet 1940 qui notifie à tous ceux qui ont fui la Belgique en mai-juin 1940, l’interdiction de reprendre une activité publique sans autorisation expresse du commandement militaire, puis l’arrêté du 9 septembre paru au Moniteur et qui applique cette disposition au corps enseignant des universités doit permettre d’épurer le personnel. Le 17 septembre, l’autorité occupante écrit d’ailleurs au ministère de l’Instruction publique qu’elle se réserve le droit d’approuver toutes les nouvelles nominations d’enseignants, ce qui lui permet d’intervenir progressivement dans la composition du corps professoral pour éliminer les germanophobes.

  • 70 Le commissaire est tout d’abord G.A. Walz (professeur de droit à Munich) puis à partir de 1941, le (...)
  • 71 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings, 25 novembre 1941, l’ULB ferme ses portes, op. cit., a (...)
  • 72 AJ/40/21. Lettre d’Emile Bogaert, pour le recteur empêché (ULB) au professeur Walz, 14 novembre 194 (...)

27Face à ces volontés, et tout en protestant en compagnie des recteurs des autres universités, les autorités de l’ULB décident de poursuivre l’enseignement et d’éviter le conflit immédiat. La Militärverwaltung décide tout d’abord, en novembre 1940, d’écarter quatorze professeurs tout en signalant qu’elle est plus que réservée sur quatorze autres cas sur lesquels elle se réserve le droit de statuer ultérieurement. Le pouvoir occupant utilise alors, avec beaucoup d’intelligence, la presse collaboratrice (Cassandre de Paul Colin en particulier) pour lancer une vaste campagne de dénigrement de l’esprit universitaire régnant à l’ULB. Il est alors facile, pour le directeur de la section civile de la Militärverwaltung (E. Reeder) d’écrire le 31 octobre au recteur Van den Dungen pour lui annoncer officiellement la nomination d’un commissaire allemand (G. A Walz) près de l’Université, chargé de surveiller la vie quotidienne de l’institution. « L’administration militaire entend émettre dans toutes les couches de la population le vœu de fermer l’ULB pour la raison que ses tendances radicales de gauche et son caractère maçonnique (ihres linksradikalen und freimaurerischen Charakters) constituent un danger pour une paix durable ». Les Allemands décident de ne pas fermer l’institution mais doivent prendre leurs précautions. « C’est pourquoi M. le commandant militaire a décidé de donner le pas sur le recteur et l’administrateur au commissaire allemand, professeur de droit des gens et de philosophie du droit à Munich en qualité de curateur »70. Le conseil d’administration de l’ULB est alors immédiatement convoqué, le 5 novembre ; une longue discussion envisage la fermeture pour s’opposer au Diktat allemand, mais il est finalement décidé de maintenir une activité universitaire. Le conseil tient cependant à signaler que « l’ULB n’obéit à aucune influence extérieure et n’est inféodée à aucun parti politique ». Le commissaire Walz se présente à l’Université, le 6 novembre, devant l’équipe directionnelle qui s’entretient avec lui. Très vite, la volonté allemande d’imposer des Gastprofessoren vient cependant crisper les relations ; le 31 octobre, E. Reeder impose deux professeurs d’échange (Krüger de l’Université d’Heildelberg et Reu de celle de Breslau). L’ordonnance allemande du 19 décembre 1940 met ensuite fin d’office aux fonctions des enseignants n’ayant pas repris leurs fonctions en Belgique au 15 novembre. Cette décision est alors appliquée à trente-neuf membres du corps professoral de l’ULB ; les Allemands profitent aussi de ce texte pour confirmer le renvoi des dix-sept enseignants déjà visés par l’ordonnance du 18 juillet. La rentrée des cours, le 12 novembre 1940, se fait donc avec un corps professoral largement amoindri ; « on peut donc dire que sur les quelque 250 professeurs en fonction avant les hostilités, approximativement 50 % restaient en activités »71 ; il faut alors avoir recours aux suppléances mais l’occasion est trop belle pour les Allemands de s’immiscer dans le choix des enseignants et d’exiger des nominations définitives par la déclaration de vacance des chaires. Ils tentent ainsi en novembre 1940 de remplacer le professeur Ernest Renaux, suspendu, par le docteur Wohlfeil à la faculté de Médecine ; le conseil d’administration rejette cependant ce coup de force le 14 novembre. Une lettre du recteur demande alors l’obtention d’un entretien rapide avec le commissaire Walz pour éclaircir les intentions allemandes en ce qui concerne l’enseignement ; « Vous nous proposez de mettre à notre disposition un professeur de bactériologie (professeur Wohlfeil) pour remplacer temporairement le professeur chargé de ce cours [...] provisoirement suspendu de son professorat par l’autorité occupante sans que nous connaissions le motif de cette suspension ». L’Université insiste alors sur la violation de la tradition du libre choix de son corps enseignant mais aussi sur la nécessité de connaître la langue française. « Vous nous annoncez que l’administration culturelle allemande a décidé de nous envoyer des professeurs d’échange dont elle a fait elle-même le choix. Normalement, lors des échanges de professeurs entre les universités, l’invitation et le choix émanent toujours de l’université qui doit recevoir les universitaires72 [...] l’Université ne peut admettre dans son sein des professeurs qu’elle n’aurait pas choisis elle-même et qui lui seraient imposés par le commissaire allemand [...] les ordonnances contre les juifs sont la violation des principes de justice, de tolérance et d’égalité devant la loi dont la défense a été et est la raison d’être de l’ULB ».

  • 73 Idem, lettre du 21 août 1941. La faculté des Lettres signale « 30 % d’enseignants francophones uniq (...)
  • 74 Anton Jacob : un des dirigeants activistes du journal flamand le Vlaamse Stem, publié aux Pays- Bas (...)
  • 75 Arch. ULB, Minutes des procès-verbaux des séances du bureau, tome XI, séance du 23 novembre 1941.

28Le conseil décide cependant de ne pas rompre définitivement. Les difficultés entre l’ULB et les autorités d’occupation, après une période d’apaisement relatif, reprennent de plus belle en mai-juin 1941 dès le remplacement du commissaire Walz par H.-P. Ipsen. Ce dernier, plus radical dans ses positions, lance immédiatement le combat du dédoublement linguistique des enseignements et exige de connaître la liste des enseignants réellement bilingues. Les doyens réalisent alors une vaste enquête remise au recteur, tandis que le conseil d’administration du 18 juillet 1941 débat longuement de ce dédoublement des cours francophones en néerlandais. Le recteur van den Dungen remet ensuite son rapport final au commissaire le 21 août 1941. La liste des enseignants de l’ULB jugés aptes à faire des cours en néerlandais est incontestablement gonflée de façon très importante pour éviter l’intrusion de nouveaux membres enseignants73. Le 13 juin 1941, le commissaire allemand a d’ailleurs engagé un autre combat en exigeant le remplacement rapide et définitif de vingt-deux professeurs atteints par la limite d’âge, démissionnaires ou suspendus, la solution des chargés de cours temporaires ne le satisfaisant plus. Le conseil lui répond que l’ULB ne considère comme vacante que les chaires libérées par le décès ou la démission de leurs titulaires ; les enseignants éloignés de la Belgique ou suspendus restent les titulaires réels et seuls des suppléants temporaires peuvent occuper leur poste. Le 29 juillet, le recteur van den Dungen est convoqué devant l’administration militaire qui lui fixe un ultimatum : l’ULB doit pourvoir aux chaires vacantes avant le 20 août sous peine d’être fermée. Le conseil d’administration se réunit alors en urgence les 5, 12 et 19 août. Après de multiples débats, le refus l’emporte mais on entame immédiatement de nouvelles négociations avec l’occupant. L’ULB accepte alors de procéder au remplacement des vingt-deux professeurs en question mais les postes ne doivent pas paraître au Moniteur ; c’est par des contacts personnels avec le recteur que seront choisis les nouveaux enseignants. Le recrutement commence mais la situation se bloque très vite, le commissaire Ipsen rejetant plusieurs candidats de l’ULB, le 28 octobre, puis exigeant, début novembre la titularisation de certains de ses protégés, en particulier Antoon Jacob74, (histoire des littératures), van Roosbroeck (critique historique), de Maeyer (Institutions de l’antiquité) et Herman Jacob (droit commercial). La crise finale est alors ouverte et le 22 novembre 1941, le recteur van den Dungen est de nouveau convoqué. Le bureau de l’Université75 se réunit le 23 novembre et prend la décision d’interrompre les cours définitivement. Le 24, le conseil valide à l’unanimité la décision mais décide de garder secrète la fermeture jusqu’au lendemain dix heures : « considérant que dans la situation créée par l’autorité militaire, l’Université libre de Bruxelles ne pourrait poursuivre son enseignement sans manquer à ses devoirs à la Patrie, que le conseil de son côté, ne pourrait le faire sans méconnaître les intérêts moraux dont il avait la garde [...] le conseil d’administration décidait, à l’unanimité, de suspendre l’enseignement ». Le lendemain, 25 novembre, les doyens des facultés et leurs délégués circulent dans les salles de cours et les amphithéâtres pour annoncer aux étudiants la décision. L’association générale des étudiants soutient la décision et invite, dans un tract du 30 novembre, les étudiants à ne pas se décourager et à travailler par eux-mêmes en formant des groupes d’études.

  • 76 Les professeurs sont les suivants : Marcq, Catteau, Cornil, Base, Charlier, Dustin, Hauman, Vauthie (...)
  • 77 H. Liebrecht, L’Université de Bruxelles et la guerre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944, p.  (...)

29Les Allemands, furieux, arrêtent plusieurs étudiants et huit professeurs76, membres du conseil d’administration qui sont déportés à la forteresse de Huy, restant un mois au secret. Ils sont libérés en mars 1943. Les Allemands tentent ensuite d’obtenir, par la force, la réouverture de l’ULB mais sans succès. La circulaire du 1er décembre 1941, ordonne aux enseignants de reprendre leur activité et leur demande de remplir individuellement un engagement écrit certifiant soit qu’ils démissionnent soit qu’ils reprennent leur activité. Deux cent quatre-vingt-dix-neuf enseignants et personnels de l’ULB reçoivent cette feuille d’engagement mais ils ne sont que dix-huit à répondre oui à la reprise des cours77. Le 9 décembre 1941, le général von Craushaar investit le docteur Ipsen de toutes les attributions du conseil d’administration de l’ULB tandis que le recteur van den Dungen est assigné à résidence. Le 31 janvier 1942, après un nouvel échec des négociations, Ipsen envoie à chaque enseignant une notification officielle lui interdisant toute activité d’enseignement. Le 13 août 1942, l’ULB est officiellement fermée et l’ensemble du personnel congédié.

  • 78 Bibliothèque du Musée royal de l’Armée de Bruxelles, D. Martin, De Rijksuniversiteit Gent Tijdens d (...)
  • 79 H. Liebrecht, L’université de Bruxelles et la Guerre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944, p.  (...)
  • 80 A. Uyttebrouck, « Inventaire des papiers André Puttemans ; les cours clandestins organisés après la (...)

30Une lettre ouverte du corps enseignant de l’Université de Gand78 adressée aux collègues de l’ULB montre la solidarité du corps universitaire : « depuis le début du conflit entre l’ULB et l’autorité occupante, la grande majorité du corps professoral de l’Université de Gand a approuvé avec un sympathique intérêt votre attitude patriotique [...]. Nous professeurs, chargés de cours, chefs de travaux et assistants de l’Université de Gand nous tenons à vous féliciter pour la résistance courageuse que vous avez opposée [...]. Nous voulons exprimer d’une façon aussi claire que possible combien il est inexact de considérer que l’université flamande de Gand, et d’une façon générale, les milieux dirigeants flamands, sont d’accord avec l’Allemagne »79. De son côté, l’Université catholique de Louvain et son recteur van Waeyenbergh acceptent, fait exceptionnel, de suspendre, au profit des étudiants de l’ULB, l’article du règlement général qui stipule que tout étudiant de l’Université doit être catholique. Ils sont alors près de 600 anciens étudiants de l’ULB à s’inscrire à l’UCL pour l’année 1941-1942. Très vite, les universitaires bruxellois mettent d’ailleurs sur pied des cours clandestins80.

31La suppression brutale des cours le 25 novembre 1941 plonge les 3125 étudiants inscrits pour l’année 1941-1942 dans une situation très difficile. L’Université de Liège et celle de Louvain acceptent de les accueillir, mais beaucoup hésitent à s’éloigner de Bruxelles. Dès lors, certains travaillent en solitaire quelques semaines ou tentent de créer de petits groupes d’études, mettant ainsi en place une sorte d’enseignement mutuel, les plus avancés aidant les plus jeunes. Ce sont surtout les travaux pratiques dans certaines disciplines qui posent d’innombrables problèmes. On négocie alors de façon clandestine avec des patrons d’industries ou certains laboratoires qui acceptent d’ouvrir discrètement leurs portes aux étudiants (Union minière du Haut-Katanga, Brasseries Wielemans…). De nombreux professeurs continuent également leurs cours en cachette, surtout pour la licence. Mais c’est autour des traditionnels cours publics municipaux que se fédère l’université clandestine. Grâce à l’aide de Désiré Tits, directeur de l’Instruction publique de Bruxelles, on réussit peu à peu à greffer sur ces cours publics un enseignement scientifique destiné aux étudiants. On glisse ainsi, peu à peu, dans le programme municipal, des cours universitaires, à partir de janvier 1942. Dès le mois de mars 1942, le système fonctionne bien et l’on recrute des enseignants dans le secondaire, dans les facultés et dans les services des bibliothèques. De mars à juillet 1942, 31 cours et exercices sont mis en place pour environ 400 étudiants clandestins. En 1942-1943, les cours seront au nombre de 109 pour près de 400 inscrits.

  • 81 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings, 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, op. cit., (...)

32Les milieux collaborateurs, en particulier le journal Cassandre, dénoncent en novembre 1942, la « collusion maçonnique entre l’administration communale et l’ULB ». Les Allemands, alertés, laissent faire un temps, puis décident de mettre fin à l’entreprise. Les tracasseries se multiplient à partir de mars 1943, l’autorité militaire décidant, le 27 avril 1943, l’arrêt des cours municipaux. Dès lors, les cours « prennent le maquis »81. Face à la menace d’une arrestation, face au danger du STO, beaucoup d’étudiants préfèrent disparaître et devenir clandestins. Des cours continuent cependant à être donnés où l’on camoufle l’identité réelle des auditeurs par de faux papiers. Des examens clandestins sont même organisés jusqu’en 1943-1944 qui deviennent la règle pour les réfractaires. Les enseignants reçoivent chez eux les candidats ou multiplient les stratagèmes pour ne pas être reconnus. Le cas de l’ULB, spécifique à la fois par la tradition idéologique de cette institution et par les volontés allemandes d’en faire un bastion de la germanité, montre bien la prégnance de cette capacité intellectuelle des universités de la zone rattachée à organiser une réelle fronde « intellectuelle qui nie les prétentions allemandes à régenter la vie de l’esprit ».

L’opposition aux mesures raciales et au STO

33Les universités de la zone rattachée vont aussi devoir se positionner face à deux politiques volontaristes de l’occupant qui désire exclure de la fonction publique certaines catégories de personnes, en particulier les juifs et qui tente aussi rapidement d’intégrer la population dans l’effort de guerre allemand. La « chasse » aux juifs puis celle aux travailleurs, par les lois sur la réquisition de la main-d’œuvre, touchent le monde universitaire qui réagit cependant de façon différente aux deux problèmes.

  • 82 Voir pour la France, C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992 ( (...)
  • 83 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes..., op (...)
  • 84 Arch. nat., AJ/40/21. Lettre du 14 novembre 1940.

  • 85 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes..., op (...)
  • 86 Voir C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 437 p.
  • 87 E. Loyer, « La débâcle, les universitaires et la fondation Rockfeller : France/États-Unis, 1940-194 (...)

34Les lois d’exclusion raciale ne soulèvent pas, c’est le moins que l’on puisse dire, de réactions virulentes des diverses universités82. En Belgique, l’ordonnance du 28 octobre 1940, publiée le 5 novembre, interdit aux juifs les fonctions et les activités de fonctionnaires, d’avocats, de journalistes et d’enseignants et oblige les universités à révoquer l’ensemble des enseignants de « race juive » ; à l’ULB, trois enseignants sont d’abord touchés83 (Max Allexander, Jacques Schwetz et Chaïm Perelman) puis deux autres en février 1941 (Alfred Errera et Dolly Ledent-Eliasberg, une assistante). Le 25 juillet, trois nouveaux enseignants sont victimes de cette exclusion (Alexandre Pinkus, Oscar Weill. et une assistante). Il n’y a pas cependant de mouvement de solidarité envers les enseignants visés, l’Université ayant trouvé une sorte de compromis : l’interdiction d’enseigner est acceptée par les personnes en question mais la mesure est déclarée comme une mise en non-activité, ce qui permet de maintenir le traitement. Seul le recteur de l’ULB, van den Dungen proteste fortement contre cette mesure dans une lettre envoyée au commissaire Walz84, le 14 novembre 1940 qui commente l’ordonnance du 28 octobre 1940 : « elle heurte les principes de notre université comme les heurterait toute mesure qui frapperait une partie de nos concitoyens en raison de leurs croyances ou de leurs convictions philosophiques. Elle est contraire à la constitution belge dont l’article 6 garantit à tous les Belges l’égalité devant la loi et dont l’article 14 leur garantit la liberté de conscience »85. À Lille, le premier statut des juifs86 décidé le 3 octobre 1940 puis le second, adopté le 2 juin 1941, ont peu de conséquences sur les facultés qui ne réagissent pas aux décisions prises par Vichy. Une commission doit être créée dans chaque université qui est chargée d‘examiner les demandes d’inscription des étudiants juifs en liaison avec le numerus clausus fixé. Il semble bien qu’à Lille, cette commission ait eu un rôle fictif, le nombre des candidats à l’inscription étant très faible. La faculté des Lettres est cependant touchée par l’exclusion de la fonction publique de son maître de conférences en philosophie, Vladimir Jankelevitch. Installé dans la région toulousaine, il entre en contact avec divers mouvements de résistance, diffuse plusieurs brochures clandestines et écrit un essai contre le racisme intitulé « mensonge ». Il refuse de s’exiler aux États-Unis, invité par la Fondation Rockefeller87. À Toulouse, où se constitue un noyau dynamique d’intellectuels résistants autour de Jean Cassou, Clara Malraux, Jean-Pierre Vernant et Edgar Morin, Vladimir Jankelevich s’engage dans le combat contre Vichy et l’occupant. Sous une fausse identité, il rédige plusieurs articles contre le piège de la collaboration et sur les dangers du nazisme. Il aide aussi les étudiants réfractaires à fuir vers l’Afrique du Nord via l’Espagne et intègre les réseaux résistants Ajax et Les Étoiles. Dans la zone rattachée cependant les lois d’exclusion raciale ne suscitent pas de réactions très fortes du milieu universitaire, préoccupé davantage par l’organisation immédiate de la vie pédagogique sous l’occupation. À la faculté catholique des Lettres de Lille, l’abbé Vancour recueille chez lui une famille juive qu’il cache longuement. C’est aussi lui qui fait entrer Jean Lecanuet, alors jeune enseignant de philosophie au lycée de Douai puis de Lille, dans la résistance.

  • 88 Y. Durand, « STO : Vichy au service de l’Allemagne », L’Histoire, n° 167, juin 1993, p. 14-23 ; Voi (...)
  • 89 CEGES ; Cahiers d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 1, août 1970, Sur le STO, 129 p.
  • 90 Chanoine Leclef, Le cardinal Van Roey et l’occupation allemande, Bruxelles, Goemare, 1945, p. 165-1 (...)

35L’opposition du monde universitaire à la réquisition des étudiants pour le travail au sein de la machine de guerre allemande88 est par contre beaucoup plus vive. En Belgique, l’ordonnance du 6 mars 1942 met en place un système coercitif de réquisition de la main-d’œuvre89 avant que le STO ne soit prévu et généralisé, le 6 octobre 1942 pour les hommes de 18 à 50 ans et les femmes célibataires de 21 à 35 ans. Le 29 janvier 1943, une réunion entre les recteurs et E. Reeder annonce que les étudiants de première année seront astreints au travail obligatoire en Belgique du premier mai au 31 octobre. En cas de refus, les inscriptions en faculté seraient refusées et l’étudiant serait envoyé en Allemagne pour un an. Le 22 février, à l’instigation de Mgr van Waeyenbergh (Louvain), les recteurs refusent l’idée de communiquer une quelconque liste des inscriptions aux Allemands : « Notre dignité et notre loyauté envers le pays nous interdisent toute collaboration à l’exécution d’une mesure de contrainte vis-à-vis de nos étudiants »90. Le 14 mars, des troubles ont lieu dans les trois universités ; des tracts sont distribués, une grève partielle des cours est tentée alors qu’une partie des étudiants manifeste dans la rue. Le 19 mars, les recteurs, convoqués au Palais de la Nation, doivent s’expliquer ; on assiste à une altercation entre E. Reeder et le recteur Van Waeyenbergh. Alors que le chef allemand parle de nécessaire croisade contre le bolchevisme d’étudiants en grève et de zazous, le second ose interrompre l’officier pour affirmer les droits de la conscience et le réflexe patriotique. Reeder menace les universités et exige les listes au plus vite sous peine de fermer les facultés et d’envoyer tous les étudiants en Allemagne. La situation est extrêmement tendue mais les universités résistent chacune à sa manière. À Louvain, le recteur van Waeyenbergh reste intraitable et refuse de communiquer les listes et les adresses des étudiants. Le 9 février 1943, une lettre du chef de la Militärvervaltung, von Craushaar, explique au recteur les conditions de la mise au travail des étudiants de mai à octobre mais le recteur répond par une nouvelle fin de non-recevoir. Le 16 mars, des policiers allemands viennent à l’Université pour tenter de saisir les fameuses listes ; le recteur rend compte le 17 mars de sa colère : « le fait s’est encore présenté hier et de façon si insupportable que l’ordre et la discipline qui jusqu’ici avaient été sévèrement maintenus dans nos locaux, s’en sont trouvés nécessairement fort troublés. Des étudiants et même des étudiantes ont été arrêtés, des coups ont été distribués [...]. On a même fouillé brutalement les notes de cours et les manuels des professeurs ». Le recteur est de nouveau convoqué le 17, à la Kommandantur de Louvain pour s’expliquer.

  • 91 Idem, p. 170-172.

  • 92 E. Lousse, L’Université de Louvain pendant la seconde guerre mondiale, Bruges, Desclée-De Bouwer, 1 (...)

36Le 8 avril, un nouvel ultimatum est fixé : les registres de l’UCL doivent être remis aux Allemands sous peine de voir les étudiants déportés en Allemagne. Le 10 avril, les Allemands viennent saisir les listes, mais ne réussissent à mettre la main que sur des fragments, raturés et sans adresse. Le recteur van Waeyenbergh écrit alors au général von Falkenhausen, le 29 avril 1943, une longue note de cinq pages91 : « Ma dignité de recteur Magnifique m’interdit un acte de délation. Je ne puis en conscience être obligé à un acte de trahison vis-à-vis d’étudiants qui n’ont rien à se reprocher [...]. Je me suis refusé à toute collaboration à une mesure injuste, oppressive et illégale [...] j’ai toujours cru que la défense honnête, digne et ferme du droit et de la justice finit par triompher et je ne pense pas qu’un régime s’ennoblit à avoir recours à des mesures oppressives telles que celles dont peut se plaindre notre malheureux pays [...]. Un peuple vaillant qui a dû céder devant la force du nombre et devant la violence n’est pas un peuple vaincu, encore moins un peuple assujetti ; il mérite qu’on le respecte et qu’on le traite humainement ; malgré tout, le spirituel prime »92.

37Les Allemands tentent une nouvelle incursion, le 27 mai 1943 pour exiger les listes, mais le recteur maintient son refus, soutenu le 30 mai par son conseil d’administration. Le 2 juin, les Allemands renouvellent leur pression sur l’Université, mais le recteur résiste : il affirme qu’il a caché les listes et que lui seul sait où elles sont. Le 4 juin, le cardinal van Roey en personne, écrit au général von Falkenhausen pour soutenir son recteur tout en menaçant une nouvelle fois d’en référer à Rome : « au surplus, Votre Excellence ne peut ignorer que l’Université Catholique de Louvain dépend du Saint-Siège [...]. C’est le Saint-Siège qui a approuvé la nomination de Monseigneur van Waeyenberg comme recteur Magnifique de l’Université ».

  • 93 Voir la lettre du cardinal Van Roey qui s’empresse d’en aviser le Saint-Siège et parle d’une « atte (...)

38Les Allemands menacent alors de fermer l’Université et d’opérer des représailles sur les familles ; le recteur van Waeynebergh est arrêté le 5 juin 1943 par la Sicherheitspolizei93 avec quelques enseignants. Transféré à Bruxelles, à la prison de Saint-Gilles, il est condamné le 30 juin à dix-huit mois de prison. La dégradation de son état de santé oblige les Allemands à le mettre en résidence forcée le 23 septembre 1943 à Assche près de Tervueren.

39Le 28 juin 1943, une nouvelle ordonnance allemande interdit toute immatriculation des étudiants de première année qui ne peuvent produire un certificat de libération de travail. Les trois recteurs refusent une nouvelle fois d’appliquer cet avis mais sont priés de faire connaître les dates des séances d’inscription afin que des contrôleurs puissent vérifier la situation des candidats. Les universitaires répondent qu’en cas de présence allemande, les séances d’inscriptions seront supprimées ; aux jours dits, les inscriptions sont réalisées sans qu’on ne réclame aucun certificat de travail. Face aux difficultés rencontrées, de nombreux étudiants décident cependant de devenir réfractaires. Des cours clandestins sont mis sur pied par un comité étudiant et plusieurs enseignants tandis qu’on multiplie l’usage des cours polycopiés qui sont distribués par des moniteurs et des enseignants.

40À l’Université de Gand, la résistance est aussi très forte face au STO. Les Allemands sont d’ailleurs surpris de cette attitude eux qui pensaient y trouver un état d’esprit beaucoup plus favorable à la collaboration, vestige de leur université von Bissing de la première guerre mondiale. Dès 1941, de nombreux étudiants rejoignent les mouvements résistants ; ils diffusent une feuille clandestine (Klokke Roeland, puis Tyl) et font tout en 1943 pour échapper au service du travail.

  • 94 Liber Mémorialis, L’Université de Liège de 1936 à 1966, volume I, rectorat, 1967, p. 3.
  • 95 J. Vanwelkenhuyzen, « Les universités belges sous l’occupation allemande », dans Universities durin (...)
  • 96 En Belgique, le réseau résistant Socrate se spécialise dans l’aide à apporter aux réfractaires et à (...)

41À Liège, l’attitude est la même face au STO et le recteur Léon Graulich refuse lui aussi de livrer les listes d’inscription. « Au cours de ces cinq années, le souci d’éviter l’intrusion d’éléments gagnés à la collaboration inspira constamment la politique du recteur Léon Graulich ». Le remplacement des professeurs qui partaient en retraite, la suppléance des enseignants prisonniers, en fuite ou suspendus posaient les mêmes problèmes que dans les autres universités. « À Liège, où les prisonniers de guerre n’étaient pas rentrés au pays, l’absence de nombreux jeunes chercheurs susceptibles de remplir les chaires vacantes était un excellent argument pour justifier la prolongation de l’activité des professeurs émérites »94. On préfère aussi procéder à la nomination temporaire de chargés de cours. Face au STO, l’attitude du recteur est la même qu’à Louvain. « Dans la soirée du 16 mars, Léon Graulich avait appris que les Allemands allaient se saisir, le lendemain à 11 heures, des listes d’adresses des étudiants conservées dans les bureaux du rectorat. Cette information provenait d’un réseau de renseignement qui était parvenu à s’infiltrer dans la Werbestelle »95. Il prévient alors en toute urgence un groupe de résistants étudiants qui organisent le transfert des listes en lieu sûr. Le lendemain, quand arrive le délégué de la Werbestelle, on lui dit qu’elles ont été volées. Très vite aussi, se mettent en place des cours clandestins96.

  • 97 1 W 769. Rapport du commissaire au préfet du 6 mai 1943.
  • 98 Chanoine Detrez, Quand Lille avait faim, Lille, SILIC, 1947, p. 259. Il estime à 10 000 ou 15 000 l (...)
  • 99 Annales de l’Université de Lille, rapport général du doyen Pierre Pruvost sur l’année 1943-1944, p. (...)

42À l’Université de Lille, touchée par la loi du 4 septembre 1942 sur l’organisation de la main-d’œuvre puis par celle du 15 février 1943, la résistance s’organise aussi, même si les ingérences allemandes apparaissent moins fortes qu’en Belgique. Le rapport du commissaire de police de Lille au préfet97 du 6 mai 1943 signale qu’il « a été permis de constater que la population du Nord se dérobait de plus en plus aux obligations du recrutement de la main-d’œuvre tant pour l’Allemagne que pour le compte de l’organisation Todt [...]. Le nombre des défaillants s’accroît sans cesse ». La majorité des étudiants tente d’échapper à la réquisition, souvent avec la complicité de leur faculté qui est peu regardante sur les certificats d’embauche. « Quant aux étudiants, les deux universités refusèrent d’entrer en rapports directs avec les Allemands et de livrer leurs listes. De nombreux coups de téléphone furent échangés ; les visites se multiplièrent ; aux enquêteurs, on répondit qu’un tel travaillait dans les mines, un autre dans une usine, un autre en forêt, un autre à la moisson [...] les bureaux eux-mêmes, finirent par se lasser de cette petite guerre »98. Le rapport général du professeur Pruvost pour l’année 1943-1944 signale l’état d’esprit ambiant : « notre jeunesse universitaire fit front au recrutement pour le travail forcé en Allemagne qui atteignait plus d’un tiers de notre effectif masculin. Alors qu’en 1942-1943, quelques dizaines d’étudiants furent déportés et le sont encore, victimes qu’ils furent d’un effet de surprise [...], en 1943-1944, la presque totalité [...] préféra faire le sacrifice de s’embaucher dans le dur labeur au fond de la mine ou dans d’autres industries régionales, plutôt que de tomber aux mains de l’ennemi. D’autres, totalement réfractaires, disparurent de nos registres »99. L’Université, avec la complicité des ingénieurs et des chefs d’entreprises, tente de conserver un lien avec les clandestins ; des cours du soir, des séances clandestines sont organisés dans les sous-sols des bâtiments universitaires ; certains réfractaires, non portés sur les registres, continuent à fréquenter les laboratoires et les salles de cours.

43L’institution universitaire, si elle semble peu combattre pour défendre ses membres frappés par les mesures d’exclusion raciale, se mobilise par contre fortement pour atténuer au maximum les effets des lois concernant la réquisition de main-d’œuvre sur ses étudiants. Cette résistance, très intense dans les facultés belges où les revendications allemandes sont constantes, est plus modérée à Lille même si elle existe aussi. Par leur volonté d’assurer la survie de la culture démocratique, par leur refus des nominations allemandes et des Gastprofessoren, les institutions d’enseignement supérieur de la zone rattachée participent bien à ce qu’il faut appeler une résistance spirituelle qui vise à nier les prétentions nazies au contrôle et à l’embrigadement des esprits.

Une participation minoritaire mais réelle à la résistance active contre l’occupant

  • 100 Voir, parmi de multiples publications : H.-R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de (...)

44Pour une extrême minorité d’universitaires, cette « fronde intellectuelle » n’est qu’une étape nécessaire mais en rien suffisante qui débouche sur la lutte armée. Cet engagement dans la « résistance active » revêt au cœur de la zone rattachée une signification très particulière qui expose ses membres à des risques énormes. La densité des troupes allemandes, la position stratégique de la région, constamment en état de guerre, la proximité de nombreuses frontières nord-européennes mais aussi le caractère très industriel et très ouvrier des populations impriment à cette résistance des spécificités certaines100. Il est évident qu’à ce niveau, les universitaires ne forment qu’un pourcentage infime des mouvements résistants.

Filières d’évasion, renseignements et presse clandestine

  • 101 G. Ferrières, Jean Cavaillès : philosophe et combattant (1903-1944), Paris, PUF, 1950, 234 p.
  • 102 M. Granet, Cohors-Asturies : Histoire d’un mouvement de Résistance : 1942-1944, Bordeaux, Éditions (...)
  • 103 M. Rousseau, « Deux réseaux britanniques dans la région du Nord : le réseau Garrow-Pat O’Reary et l (...)
  • 104 J. Dujardin, « Le service Luc (été 1941-été 1942) », Cahiers d’histoire de la seconde guerre mondia (...)
  • 105 Cahiers Bijdragen, n ̊ 14, décembre 1991, « Le service de renseignement Marc (1942-1944) », p. 6-60 (...)
  • 106 Colonel Rémy, Réseau Comète, Perrin, Paris, 3 tomes, 1966, 378 p. ; 1967, 574 p. ; 1971, 452 p.
  • 107 E. Verhoeyen, La Belgique Occupée..., op. cit., p. 371 (Comète aurait aidé 288 pilotes alliés parti (...)

45Sortant de leurs laboratoires et de leurs salles de cours pour entrer dans l’action clandestine, les universitaires, par leur état d’esprit mais aussi par leurs compétences professionnelles, se dirigent logiquement vers la rédaction ou la diffusion de la presse clandestine ou intègrent les réseaux résistants qui collectent les renseignements et organisent des filières d’évasion pour les prisonniers évadés, les proscrits ou les pilotes alliés abattus au-dessus du continent.
Le parcours et l’action de Jean Cavaillès nous donnent ici un remarquable exemple de cet engagement total au service de la libération du pays. Né en 1903, normalien, docteur en philosophie, Jean Cavaillès apparaît comme un étudiant studieux et très brillant, amoureux de la philosophie allemande et très actif au sein du groupe catholique de l’ENS. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier le 11 juin 1940 par les Allemands, mais s’échappe de la colonne de prisonniers aux environs d’Anvers. Grâce à diverses aides belges, en particulier à celle du professeur de l’ULB Jean Lameere, il réussit à revenir sur Lille ; là, il est recueilli par le professeur Roig (physique générale) et caché à l’institut des Sciences avant d’être acheminé vers Paris101. Il enseigne ensuite à la faculté de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand où il se lie d’amitié avec Emmanuel d’Astier de la Vigerie ; c’est lui qui rédige les premiers tracts du mouvement Libération. Il s’engage ensuite très activement dans la résistance. Arrêté par la police de Vichy, il réussit une nouvelle fois à s’échapper de son camp d’internement et plonge dans la clandestinité, dirigeant le réseau Cohors. À ce titre, il séjourne plusieurs fois dans le Nord pour harmoniser et développer le réseau franco-belge mis sur pied par le professeur Lameere. « Il fonda un groupe en Belgique d’où il s’était évadé en 40 [...]. Il entra en relation avec un groupe d’universitaires et créa, sous la direction du professeur Jean Lameere de l’Université de Bruxelles, un groupe qui devient très efficace »102. le réseau compte environ soixante-dix membres dont Jean Lameere (ULB), Paul de Groote (ULB) et une petite vingtaine d’étudiants. Le groupe, tout en permettant les évasions, fournit de nombreux renseignements sur les mouvements de troupes et la circulation des chemins de fer. Arrêté le 28 août 1943, Jean Cavaillès est longuement torturé par la police allemande, puis fusillé à Arras au début de l’année 1944.
Quelques universitaires, en très petit nombre, intègrent aussi les réseaux britanniques Garrow-Pat O’Leary et Farmer103 en particulier des étudiants. Le réseau Garrow (du nom du capitaine écossais qui le dirige à partir du printemps 1941) est essentiellement un réseau d’évasion pour les prisonniers évadés et les pilotes abattus. La plaque tournante du mouvement est la région de Roubaix, Tourcoing, Herseaux, Comines et Lille où l’on passe insensiblement de la Belgique à la France. Munis de fausses pièces d’identité, les clandestins sont parfois mêlés à la population ouvrière frontalière qui chaque jour franchit la frontière pour aller travailler dans les usines proches. L’objectif est ensuite de les acheminer vers Marseille ou Collioure. Le réseau est cependant démantelé par les Allemands en octobre-décembre 1941, l’Abwehr III-F de la Madeleine ayant réussi à l’infiltrer. Lui succède alors le groupe Pat’O Leary, coordonné par le belge Albert Guérisse. En Belgique, le réseau de renseignement Luc104, puis Marc105 peut aussi compter sur quelques complicités dans le milieu universitaire. Né spontanément à l’automne 1940 dans les milieux proches du palais de justice de Bruxelles (rôle moteur de Georges Leclercq), le réseau intègre Henri de Saedeleer (assistant à l’ULB) et plusieurs étudiants. Le réseau Comète106, né en 1943 à Bruxelles autour d’Andrée de Jongh, intègre aussi quelques étudiants ; il opère le transfert des prisonniers ou des aviateurs anglais depuis la Belgique, leur fait passer la frontière puis les achemine vers l’Espagne, via Paris, Bayonne et les Pyrénées (franchies avec des guides basques) puis Bilbao107. Le groupe Gilles, placé sous l’autorité du juriste Charles de Visscher (professeur à l’Université de Louvain) se spécialise quant à lui dans le renseignement ; de multiples courriers partent ainsi vers l’Angleterre, le plus souvent via l’Espagne et quelques étudiants, parmi d’autres groupes sociaux, participent à son action. C’est la même chose pour le réseau Clarence fondé par le héros de la première guerre mondiale Walthere Dewé qui réussit à envoyer à Londres un rapport hebdomadaire photographié sous petit format.

  • 108 Natalis Dumez est arrêté par la Gestapo le 7 septembre 1942 puis déporté en Allemagne. Il survit à (...)
  • 109 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, op. cit., p. 318.
  • 110 Chanoine L. Detrez, Du sang sur les parvis lillois, Lille, SILIC, 1947, p. 231.
  • 111 Arch. nat., 72 AJ/170. Témoignage recueilli par Édouard Perroy, 12 décembre 1946.
  • 112 Arch. nat., 72 AJ/169. Entretien recueilli en juin 1949 pour le Comité d’histoire de la deuxième gu (...)
  • 113 Les locaux universitaires semblent souvent être des lieux privilégiés dans l’organisation stratégiq (...)

46Pour ce qui est de la presse clandestine, très importante dans la zone réservée, il faut reconnaître que là encore, les universitaires ne jouent pas un rôle fondamental même s’ils sont quelques-uns à s’engager dans cette forme de lutte contre la tutelle nazie. Au sein du mouvement La Voix du Nord, fondé par Natalis Dumez108 et Jules Noutour, qui se fait surtout connaître par son journal clandestin dont le premier numéro paraît le premier avril 1941, « c’est un groupe de professeurs des facultés catholiques de Lille (Louis Blanckaert, Joseph Danel, René Théry) qui fournit souvent à Natalis Dumez les arguments juridiques qui étayent ses articles »109. Aux Facultés catholiques de Lille, l’abbé Paul Mazure, maître de conférences de philosophie à la faculté des Lettres est emprisonné à Fresnes en 1942. Mis au secret, il est sauvagement torturé puis déporté en Allemagne et décède à Mathausen. Il dirigeait un petit journal clandestin (La France continue) et avait caché de nombreux parachutés et réfractaires110. Jean Delmas, à l’époque professeur délégué au lycée de Tourcoing (nommé en octobre 1942), se souvient dans son témoignage111 s’être occupé « tout particulièrement des groupes universitaires. Au lycée Faidherbe de Lille, on ne parvint à recruter que des vieux, les jeunes refusaient tous de s’engager [...]. Dans le courant du printemps 1944, se forma un petit groupe de l’enseignement supérieur, à la faculté des Lettres ». J. Delmas note alors le rôle important joué par Georges Gaillard, professeur d’histoire de l’art et par Eugène Susini, professeur de langue et littérature allemandes. Ils donnent divers articles au journal La pensée française. À la faculté des Sciences, le professeur de physique, Roig, accepte d’abriter la ronéo et le centre logistique d’un petit journal local destiné aux étudiants et intitulé Pour la Libération. Madeleine Gourbeillon, entrée en résistance en décembre 1943, par l’intermédiaire d’une collègue du lycée Fénelon de Lille, se souvient112 avoir servi de nombreuses fois d’intermédiaire pour la diffusion de fausses cartes d’identité ; elle a aussi transporté, une fois, « des cartouches de plastic de Valenciennes à Lille » et participé à l’impression d’une petite publication, Le Nord clandestin, puis Le Fanal, fabriqué dans les greniers de l’Institut de physique de Lille113.

  • 114 Arch. dép. Nord, 1W 4700-1. En Avant, un tract ronéotypé jaunâtre (recto/verso), janvier 1941.
  • 115 E. Verhoeyen, La Belgique occupée de l’an 40 à la libération, op. cit., p. 383.
  • 116 Voir par exemple le journal clandestin La Libre Belgique, dirigé par Paul Struye, professeur à l’Un (...)

47La presse clandestine communiste très active en zone rattachée a aussi de petites ramifications universitaires. Un groupe des étudiants et lycéens intellectuels communistes de la région du Nord édite épisodiquement un feuillet intitulé En Avant. Avant juin 1941, ils y dénoncent surtout la collusion entre les dictatures et le capitalisme mondial qui se fait sur le dos des travailleurs, insistant sur la misère sociale de la classe ouvrière spoliée. Ils dénoncent aussi très durement la « dictature du vieux Philippe Premier Pétain »114. « Contre la clique pourrie de Vichy, contre les traîtres à la classe ouvrière », les jeunes doivent se regrouper sous le drapeau de Maurice Thorez. L’attaque allemande contre l’URSS le 22 juin 1941 transforme cette guerre capitaliste en guerre patriotique et le mouvement appelle à la lutte constante contre l’occupant. Le numéro spécial du premier mai 1944 lance un vaste appel à l’action contre le patronat collaborateur qui « profite de la situation et des baïonnettes boches pour continuer son œuvre d’exploiteur », contre « le gouvernement du nazillon Laval et sa chasse terrible contre notre jeunesse ». En Belgique, la presse clandestine est aussi fortement développée : « au total 567 titres différents au moins ont été publiés pendant une période plus ou moins longue »115. Il ne semble pas cependant que les universitaires y aient joué un rôle majeur, pas plus qu’en France, même si l’on peut, bien sûr, relever leur présence dans certaines équipes116.

La résistance armée

  • 117 Arch. dép. Nord, 1 W 490. Rapport de police du 19 juillet 1944.
  • 118 D. Lheureux, Les oubliés de la Résistance : Sylvestre Farmer, Paris, France Empire, 1988, 439 p.

48Pour quelques figures, l’action armée se trouve au bout du chemin comme une conclusion logique à leur engagement. Déjà peu nombreux dans les groupes de renseignement, les filières d’évasion et les équipes de presse, les universitaires deviennent des exceptions au sein des groupes armés. Il faut cependant constamment mettre en relation leur faible présence avec leur poids relatif dans la population de l’époque qui est, lui aussi, très faible. Le réseau Farmer qui est très actif dans le Nord entre décembre 1942 et septembre 1943, est en liaison constante avec Londres qui multiplie les parachutages d’armes et de matériels divers (radios…). Son chef Michel Trotobas, de père français et de mère anglaise, est plusieurs fois parachuté en France. Le 18 novembre 1943, il est parachuté dans la région parisienne puis vient résider à Lille où il étoffe son réseau qui finit par comprendre 800 hommes en mai 1943 et près de 1 200 hommes en novembre 1943. Les cheminots, mais aussi les fonctionnaires des PTT et de nombreux ouvriers métallurgistes forment les troupes de choc du mouvement qui recrute aussi quelques étudiants. Le siège du mouvement est à proximité du quartier latin, au bar « À l’Aquarium », situé au coin de la rue de Fleurus et près du parvis de l’église Saint-Michel. Le groupe participe à la fabrication de faux papiers, accepte de convoyer des clandestins mais se spécialise surtout dans le sabotage des usines et des voies de communication. Le 27 juin 1943, il s’en prend à l’usine de locomotives de Fives-Lille. C’est aussi lui qui réussit la destruction des fiches du STO, stockées au 85, rue royale à Lille le 18 juillet 1944 ; des résistants se font ouvrir la porte en se faisant passer pour des policiers puis après avoir ligoté les concierges, mettent le feu aux fichiers117. Le réseau possède des ramifications à la faculté de Médecine, en particulier avec Paul Grauwin, médecin assistant de cinquième année et les professeurs Gernez et Gellé. Le docteur Grauwin ravitaille ainsi la résistance en médicaments et en matériel médical ; il devient ensuite le médecin de la Résistance dans la forêt de Phalempin et n’hésite pas à aller soigner des soldats anglais cachés dans les champignonnières de Wattignies. Il profite de ses fonctions de chef de clinique à l’hôpital de Seclin pour voler des pansements et des instruments stériles qui lui permettent ensuite de soigner les résistants. En août 1944, il devait d’ailleurs créer une antenne chirurgicale à Templeuve118. Le réseau Farmer devait cependant être fortement secoué par les coups de boutoir de la police allemande qui réussit à tuer Michel Totrobas, le 28 novembre 1943, rue de Belfort.

  • 119 Annales de l’Université de Lille, discours du recteur Duez, 7 novembre 1944, p. 8.


49Le recteur Duez, dans son discours de rentrée des facultés, en novembre 1944 insiste sur l’esprit de résistance qui anima pendant quatre années, l’institution universitaire lilloise : « les formes les plus ingénieuses de camouflage ont été mises en application (pour lutter contre le STO) [...] beaucoup n’ont pas hésité à disparaître de leur domicile et à mener souvent la vie précaire des gens [...]. Mais surtout, lorsque le jour J s’est levé, un grand nombre de nos étudiants, dont certains faisaient partie depuis un certain temps déjà des groupes de résistance, ont trouvé le moyen de dispenser enfin une ardeur contenue, en participant activement, les armes à la main, à la libération du territoire »119.

50Une très petite minorité d’enseignants s’est aussi engagée de façon intense dans la Résistance ; pour la seule faculté des Lettres, par exemple, Édouard Perroy (professeur d’histoire médiévale), joue un rôle fondamental sous le nom de Besson dans le département de la Loire où il dirige d’ailleurs le comité de Libération. Vladimir Jankélévitch (maître de conférences de philosophie) est l’une des figures des mouvements résistants de Toulouse, nous l’avons vu. Denis Saurat (professeur de langue et littérature anglaises), détaché comme directeur de l’Institut français de Londres, n’hésite pas à mettre les locaux dont il dispose au service de Charles de Gaulle et de ses hommes, ce qui lui vaut d’être destitué de ses fonctions et d’être condamné à mort par contumace par le régime de Vichy. Georges Gaillard et Eugène Susini, nous l’avons vu, participent de leur côté à des publications clandestines. Il y a donc bien engagement résistant même s’il demeure très minoritaire.

  • 120 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, Deboeck Université, 1994 (...)
  • 121 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, op. cit., p. 399.

  • 122 Bibliothèque du Musée Royal de l’Armée de Bruxelles ; W. Ugueux, Le groupe G : 1942-1944 ; Deux hér (...)
  • 123 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 15 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, Bruxe (...)
  • 124 Voir la thèse synthétisée de J. Gotovitch, Du rouge au tricolore, les communistes belges de 1939 à (...)
  • 125 Biographie Nationale, 44e tome, Dernier supplément, Bruxelles, 1986, p. 495-504. Arnaud- Paul-Arman (...)
  • 126 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : De l’an 40 à la Libération, op. cit., p. 107.

  • 127 W. Ugeux, Histoires de résistants, Paris, Duculot, 1979, 201 p.

  • 128 Liber Memorialis ; L’Université de Liège de 1936 à 1966, Notices historiques et biographiques, Lièg (...)
  • 129 Liber Memorialis ; L’Université de Liège de 1936 à 1966, op. cit., p. 3.

  • 130 Idem, p218-226 ; Liste des noms des personnes décédées par faculté. En Lettres, il y a par exempl (...)

51En Belgique, les divers mouvements de résistance armée120 recrutent également, à la marge, dans le monde universitaire, mais il est bien évident que les universitaires ne forment jamais l’ossature des réseaux, à l’exception du fameux groupe G. « Le groupe G trouvait son origine dans des milieux intellectuels qui avaient terminé peu avant la guerre leurs études à l’ULB et qui étaient membres du cercle du libre examen »121. Il s’agissait pour ses membres, de poursuivre une lutte engagée dans l’entre-deux-guerres contre les totalitarismes et le rexisme au nom du libre examen et de la liberté. À l’origine du mouvement, fondé en 1941, on trouve quatre jeunes gens qui veulent défendre l’idéal de justice et de démocratie : Jean Burgers, Richard Altenhoff, Robert Leclercq et Henri Neuman. Très vite le groupe se développe et se structure de façon très cohérente et très hiérarchisée. Le réseau se divise en plusieurs zones qui, à leur tour se divisent en régions puis en secteurs pour arriver à des cellules de quinze hommes, elles-mêmes divisées en groupes de trois. Ce cloisonnement, chacun ne connaissant que ses camarades immédiats, permet en particulier d’éviter les infiltrations et les dénonciations en cas d’arrestation. Le groupe G peut compter sur la complicité très active de nombreux enseignants de l’ULB qui mettent leur savoir spécifique au service de l’action, étudiant les plans des futurs sabotages, composant les engins explosifs dans les laboratoires. Paul de Groote, Jean Lameere, Pierre Baudoux, Jean Pelseneer, Max Cosyns, Richard de Vooght, Pierre Van Erpoel, Walter Bourgeois apportent ainsi leur soutien au groupe résistant. « Le groupe G et son action étaient dans la filiation directe de l’esprit de l’Université de Bruxelles qui a préféré encourir les rigueurs de l’occupant plutôt que d’admettre dans son corps professoral des traîtres à la patrie. C’est en son sein que le groupe G est né et a, dans une large mesure, été recruté. Étudiants des dernières années en grand nombre, techniciens, agents des services publiques, hauts fonctionnaires [...] professeurs descendus de leur chaire pour affronter le risque majeur de l’action »122. Le groupe G se spécialise très vite dans le sabotage des installations stratégiques de circulation (ponts, voies ferrées et canaux). Il est responsable de « la grande coupure » qui, dans la nuit du 15 au 16 janvier 1944, fait exploser 20 pylônes supportant des lignes à haute tension, suivant des plans minutieusement élaborés dans les laboratoires de l’ULB. Cette action entraîne ensuite la perte d’environ 10 millions d’heures de travail pour l’occupant. José Gotovitch insiste d’ailleurs sur « l’importance du phénomène Résistance dans la mouvance ULB-iste [...]. Dix-neuf enseignants et médecins hospitaliers ont été déportés, onze emprisonnés dont quatre furent fusillés ou décapités et deux moururent en déportation. Parmi les 205 étudiants et anciens étudiants recensés décédés, par suite de faits de guerre, 33 furent fusillés, décapités ou pendus, 71 moururent dans les camps ; 136 étudiants ou anciens étudiants ont été prisonniers politiques [...] le personnel administratif et technique recense 25 résistants dont cinq emprisonnés et deux morts en déportation »123. Une multiplicité de petits réseaux résistants intègrent ensuite des universitaires. Les Étudiants Socialistes Unifiés (ESU), communistes, très actifs dans les années trente, créateurs de nombreux groupes de réflexion sur l’actualité ou sur le matérialisme historique, encadrés par le seul professeur de l’ULB, membre du parti communiste belge, Paul Libois124, jouent un rôle non négligeable dans la lutte contre le STO (Rassemblement Estudiantin, RE) puis dans l’action armée. Les partisans Jacques Grippa, Lucien Orfinger, Émile Altorfer et Jean Guillissen forment ainsi des « noyaux d’intellectuels terroristes » qui fabriquent des bombes et n’hésitent pas à participer aux missions. De nombreux étudiants rejoignent aussi le Front de l’Indépendance (FI) et participent aux sabotages ou à l’exécution de collaborateurs notoires. La grande action d’éclat reste à ce niveau l’exécution de Paul Colin, le directeur rexiste du Nouveau Journal et de Cassandre, le 14 avril 1942 par un groupe armé d’étudiants. Ce chantre de la collaboration s’en était d’ailleurs pris avec prédilection à l’ULB et à son esprit franc-maçon et socialiste. Trois des acteurs de l’exécution sont ensuite arrêtés : Arnaud Fraiteur125, André Bertulot et Maurice Raskin qui, après un simulacre de procès, sont pendus126 au fort de Breendonck le 10 mai 1943. Les Milices Patriotiques Belges intègrent aussi plusieurs anciens étudiants de l’ULB dont certains deviennent célèbres par leur courage. C’est le cas des frères Georges et Alexandre Livchitz, anciens membres du cercle du libre examen de l’ULB, qui, le 19 avril 1943, attaquent un train partant de la caserne Dossin vers Auschwitz, ce qui permet à une trentaine de juifs de se sauver127. Les autres universités belges fournissent également des agents aux divers réseaux résistants. À Liège, un ancien étudiant, Freddy Schenus, réussit avec l’aide de trois partisans, à faire dérailler un train de minerai qui partait vers l’Allemagne, au milieu d’un tunnel, bloquant ainsi la ligne pour une semaine. À Liège encore, une cinquantaine d’étudiants et d’anciens étudiants tombèrent au combat en mai-juin 1940 ; « dans la résistance, nombreux furent les étudiants et les anciens étudiants qui militèrent dans le silence. À la citadelle de Liège, à Breendonck, en Allemagne, furent fusillés 17 anciens de notre Alma Mater »128. Plusieurs enseignants ont aussi perdu la vie dans la lutte de ces années noires dont André Jadot, ancien assistant du professeur Corin qui « fut abattu alors qu’il venait de dynamiter la voie ferrée Herstal-Milmort dans la nuit du 4 au 5 février 1944 »129 ; plusieurs dizaines d’étudiants des diverses facultés de Liège sont aussi déclarés « tués au maquis »130 ou « fusillés par les Allemands ».

52Sans être les acteurs principaux de la lutte armée, il faut cependant reconnaître qu’une petite minorité d’universitaires est allée jusqu’au bout de son engagement résistant en rejoignant les groupes clandestins combattant contre l’occupant. Plus nombreux dans les filières d’évasion et surtout dans la presse clandestine, ils sont quelques-uns à avoir fait le grand saut, quittant leurs livres et leurs laboratoires pour l’action « terroriste ».

Le bilan à la libération

  • 131 E. Dejonghe et D. Laurent, La Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Paris, Hachette, 1974, 300 p. (...)

53En septembre 1944, la plus grande partie de la zone rattachée est enfin libérée par les armées alliées et l’action conjuguée des mouvements résistants. Le premier septembre, les troupes anglaises sont à Arras ; Douai est libérée le 3, tout comme Lille et Bruxelles. Le 5 septembre, on peut estimer que 95 % du territoire des départements du Nord et du Pas-de-Calais sont libres (sauf la poche de Dunkerque)131.

  • 132 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord », Revue d’histoire de la deuxiè (...)
  • 133 A. Gueslin dir., Les facs sous Vichy, op. cit., communication de G. Maigron, « Résistance et collab (...)
  • 134 D. Martin, « Les universités belges pendant la deuxième guerre mondiale », Revue du Nord, 1987, p.  (...)
  • 135 J. Guehenno, L’Université dans la résistance et dans la France nouvelle, Conférence du 8 mars 1945, (...)

54Après la liesse des premiers jours de liberté sonne l’heure délicate du bilan des années noires. Si chaque faculté s’empresse de recenser ses héros « morts pour la patrie » et de célébrer sa lutte contre l’occupant, il n’en demeure pas moins que l’Université en général n’est pas apparue comme un pôle majeur de cristallisation de la résistance ; il n’en est pas moins vrai, cependant, que les exemples de collaboration sont encore plus rares, même si l’on peut, dans chacune des institutions, repérer des partisans de l’Ordre Nouveau et de l’Europe allemande. Dans le Nord, par exemple, l’agglomération lilloise apparaît très vite comme « le haut lieu de la collaboration politique dans le département »132. La forte concentration d’étudiants et de lycéens n’a pas laissé insensible les partis collaborateurs qui ont prospecté ce milieu de la jeunesse. Le RNP et le PPF comptent ainsi plus de 3,5 % d’étudiants alors que la proportion dépasse 11 % au francisme. En fait, l’immense majorité des universitaires français semble penser qu’il est suffisant d’attendre et de poursuivre son œuvre d’enseignement, en évitant les attitudes trop prononcées. Le silence semble très largement partagé et la résistance active est ultraminoritaire. Cependant, reprenant la conclusion tirée par Gilles Maigron, à propos de l’Université de Paris, on peut dire qu’il existe un climat favorable à la résistance, « une attitude qui pourrait être qualifiée d’attentisme engagé »133.
Dirk Martin en arrive aux mêmes conclusions pour la Belgique en montrant un activisme très réduit chez les professeurs : « la plupart semblait penser qu’il était en somme suffisant d’attendre la Libération. Ils n’étaient donc certainement pas pro-allemands mais ce n’était pas non plus une vraie résistance universitaire »134. On ne peut donc souscrire totalement aux paroles prononcées par Jean Guehenno au Palais de Chaillot, le 8 mars 1945 lorsque ce dernier, dans son discours consacré à l’Université dans la Résistance et dans la France nouvelle, affirmait que : « sans doute il s’est trouvé dans l’Université, même vers 1941-1942, quelques porteurs de francisques [...], mais l’Université en corps a dit non [...]. Nulle part la France n’a mieux résisté »135.

  • 136 J.-F. Muracciole, Les enfants de la défaite : La résistance, l’éducation et la culture, Paris, Pres (...)

55L’unanimité se fait par contre très vite sur la nécessité d’une profonde réforme des structures de l’enseignement afin d’assurer une réelle démocratisation et « l’intégration profonde de la culture dans la nation », selon les souhaits et les projets souvent élaborés par les résistants eux-mêmes pendant l’Occupation136.

56En fait, l’engagement des universitaires dans la résistance apparaît comme un phénomène minoritaire, progressif et polymorphe. Si une majorité d’entre eux estiment de leur devoir de continuer à travailler au sein de leur faculté, comme si l’Allemand n’était pas là, c’est d’abord pour nier les prétentions allemandes à régenter la vie scientifique et culturelle des pays conquis et continuer à assurer la survie de foyers de réflexion démocratique. Ce « degré zéro » de la Résistance s’accompagne d’ailleurs très souvent d’une « fronde intellectuelle » permanente qui fait prendre le contre-pied des exigences allemandes ou en ralentit considérablement la portée. Les étudiants sont aussi fortement présents dans la « guerre des inscriptions » qui a pour enjeu le contrôle des esprits. Prêts à s’opposer en grand nombre et de façon très ferme, aux mesures allemandes ou vichystes qui touchent la vie universitaire, les membres de l’enseignement supérieur arrêtent cependant pour la plupart cet engagement oppositionnel dès qu’ils sortent de leur « bulle universitaire ». Ils sont alors beaucoup moins nombreux à sauter le pas pour rejoindre la clandestinité et l’action directe. Il faut toutefois admettre que des universitaires sont bien présents dans les différents groupes résistants. Assez nombreux dans les réseaux de fabrication et de diffusion de la presse clandestine, activités proches de leur quotidienneté professionnelle, ils sont aussi présents dans diverses filières d’évasion et, à la marge, dans certaines structures d‘action directe, le groupe G faisant ici figure d’exception.

  • 137 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, op. cit., p. 10.

57La spécificité de la zone rattachée qui, tout au long de l’occupation, connaît une situation de guerre permanente et une menace réelle d’annexion, l’intérêt stratégique de la zone, carrefour nord-européen, proche de l’ennemi anglais et espace économique de premier ordre, donnent à la Résistance de cet espace géographique une coloration particulière. Si la lutte armée et l’organisation de maquis sont ici beaucoup plus difficiles qu’ailleurs, les filières de renseignement et d’évasion acquièrent une place fondamentale. La précocité du rejet de l’occupant est aussi très nette, car on se souvient des atrocités de la première occupation de 1914 à 1918. Face à cette réalité de la présence allemande, le gouvernement de Vichy ou le gouvernement belge de Londres apparaissent comme des créations bien lointaines L’ennemi, c’est « le boche », auquel on est confronté tous les jours, ce qui peut expliquer à la fois la précocité et la force des engagements résistants. « Le Nord-Pas-de-Calais est à la fois la région la plus gaulliste et la plus communiste de France. La résistance y est sans conteste la plus précoce, la plus diffusée dans le corps social et, dans le champ politique, la plus diverse par les formes d’action… Plus de la moitié des sabotages et des attentats réalisés sur le sol français en 1941 et 1942 le sont dans les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais »137.

  • 138 Il faut aussi insister sur le rôle « modérateur » joué à Lille par Karl (Carlo) Schmid qui fut nomm (...)

58Un dernier point mérite enfin d’être relevé qui vient compliquer encore l’analyse. Il n’y a pas une situation globale et générale qui puisse être déclarée valide pour toutes les institutions universitaires de la zone rattachée. Les autorités allemandes font ici preuve de beaucoup de pragmatisme et pratiquent une politique spécifique selon les réalités considérées. Il existe alors, entre les six institutions d’enseignement supérieur, des différences profondes dans l’intensité de cet engagement résistant qui tiennent à la fois à la tradition idéologique spécifique de chaque université mais aussi aux volontés allemandes. S’il fallait quantifier le degré d’aimantation du phénomène résistant entre les universités, il est certain que l’Université libre de Bruxelles arriverait en tête. Foyer de libre examen et école de libéralisme depuis sa création en 1834, l’ULB possède une tradition démocratique telle que les Allemands ne peuvent que vouloir la détruire, d’autant plus qu’ils ont, eux-mêmes, des projets culturels pour l’institution qu’ils veulent ériger en bastion de la germanité face à la France. L’Université catholique de Louvain apparaît ensuite comme un pôle résistant assez fort, qui défend constamment les valeurs chrétiennes de charité et de justice. La fermeté du recteur van Waeyenbergh et la protection du cardinal van Roey font que les autorités allemandes hésitent toujours à « mettre au pas » l’institution par crainte d’une reprise du Kulturkampf avec le Saint-Siège. Les universités de Liège et de Gand résistent également à leur manière mais certainement à un degré moindre tout comme les universités lilloises. Pour ces deux dernières, l’intégration dans la zone de commandement de Bruxelles n’entraîne pas une mise au pas culturelle, les Allemands n’ayant pas élaboré pour elles, de plans culturels spécifiques de réorganisation138. Pour l’occupant, ce qui compte, c’est le calme et l’ordre (Ruhe und Ordnung), ses préoccupations étant essentiellement militaires et économiques. Les Universités continuent alors leur existence en tentant de maintenir en vie la culture française et le phénomène résistant apparaît très minoritaire, même si l’on peut, de ce côté-ci de la frontière, relever aussi la permanence d’une fronde intellectuelle, la mystique maréchaliste ayant cependant également ses partisans, en particulier au sein des Facultés catholiques des premières années de l’Occupation.

59L’examen du positionnement des universités de la zone rattachée face à la résistance montre donc une réalité complexe, évolutive et polymorphe qui est un plaidoyer en faveur des études régionales prenant en compte les espaces concernés ; c’est aussi un « vaccin » contre les généralisations hâtives et les tentatives de systématisation du phénomène résistant et des relations entre occupants et occupés, puisqu’à l’intérieur d’un même espace administratif (le Militärbefelshaber in Belgium und Nord Frankreich), les réalités observées sont marquées du sceau de la diversité. Il importe donc de ne pas négliger l’importance des facteurs locaux, régionaux et de « l’effet d’établissement » lorsque l’on observe l’évolution du positionnement idéologique des habitants des pays du Nord-Ouest européen durant ces années noires.

Haut de page

Notes

1 A. Gueslin dir., Les facs sous Vichy, Actes du colloque des universités de Clermont-Ferrand et de Strasbourg, Institut d’Etudes du Massif Central, Clermont, 1994, introduction par A. Gueslin, p. 6.

2 Le colloque de Lille, en avril 1985 avait consacré trois communications aux universités ; « L’occupation en France et en Belgique », Revue du Nord, n ̊ spécial, 1987 : P. Ory, « Les universités belges et françaises », p. 51-59, D. Martin, « Les universités belges pendant la deuxième guerre mondiale », p. 314-336 et H. Claude, « Les facultés catholiques de Lille pendant la seconde guerre mondiale », p. 337-351.

3 En 1940, la Belgique possède quatre universités : deux sont des universités d’État : Liège, francophone (fondée en 1816) et Gand, néerlandophone (fondée en 1816) alors que les deux autres sont dites « libres » : l’Université catholique de Louvain, bilingue (la plus ancienne, fondée en 1425, supprimée en 1795, réapparue en 1815 sous forme d’université d’État puis redevenue catholique en 1834) et la fameuse Université Libre de Bruxelles (l’ULB, francophone, très liée aux milieux libéraux, créée en 1834).

4 Il y a en effet deux universités à Lille : l’Université d’État regroupant les facultés des Lettres, de Droit, de Sciences et de Médecine (héritières de l’ancienne université d’Ancien Régime de Douai) et l’ensemble des facultés catholiques créé en 1875.

5 Voir J.-M. Guillon et P. Laborie dir., Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, communication de J. Sainclivier, « Les débuts de la résistance en zone occupée : essai de typologie », p. 161-170. L’auteur fait une distinction entre une résistance « a-organisationnelle » (spontanée, actes isolés), une résistance « pré-organisationnelle » (une première mise en relation est nécessaire) puis une résistance organisée (création de réseaux durables).

6 S. Hoffmann, « Le trauma de 1940 », dans J.-P. Azema et F. Bédarida dir., La France des années noires, tome I, Le Seuil, 2000, p. 139.

7 J. Gérard-Libois et J. Gotovitch, L’an 1940 : la Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971, 517 p. ; G. Jacquemyns, La société belge sous l’occupation allemande de 1940 à 1944, 1950, 3 vol. 

8 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, Deboeck, 1994, 611 p.

9 E. Verhoeyen, La Belgique occupée..., op. cit., p. 119 et suivantes.

10 E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande : 1940-1944, Lille, La Voix du Nord, 2000, préface de Jean-Pierre Azéma, p. 6.

11 H. Umbreit, « Les pouvoirs allemands en France et en Belgique » dans L’occupation en France et en Belgique, Revue du Nord, hors série, 1987, p. 5-40.

12 E. Dejonghe ET Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande : 1940-1944, Lille, La Voix du Nord, 2000, 400 p. ; Id., « Collaboration et Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale et des conflits contemporains, n ̊ 135, juillet 1984 : 108 p. ; E. Dejonghe, « Le Nord isolé : occupation et opinion (mai 1940-mars 1942) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXVI, 1979, p. 48-97 ; E. Dejonghe, « Aspects du régime d’occupation dans le Nord et le Pas-de-Calais durant la seconde guerre mondiale », Revue du Nord, n ̊ 209, avril-juin 1971, p. 253-266 ; E. Dejonghe, « Le Nord-Pas- de-Calais pendant la première année d’occupation (juin 1940-juin 1941) », Revue du Nord, octobre-décembre 1969, p. 677-708.

13 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande..., op. cit., p. 33.

14 MEMOR, Bulletin d’information, n ̊ 26 et 27, Rapports du préfet Carles, Lille 3, 1998, p. 97, rapport du 18 novembre 1940.


15 Voir l’ordonnance ; Arch. nat., 72 AJ/169 ; Résistance Nord.


16 M. Sueur, « La Voix du Nord clandestine et la Belgique », L’occupation en France et en Belgique, Revue du Nord, n° spécial, tome II, 1988, p. 616.

17 E. Dejonghe, « Le Nord-Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation (juin 1940-juin 1941) », Revue du Nord, octobre-décembre 1969, p. 682.

18 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande..., op. cit., p. 74.

19 A. Becker, « Mémoire et commémoration des atrocités allemandes de la Première Guerre mondiale dans le Nord de la France », Revue du Nord, n° 295, avril-juin 1991, p. 339-353.

20 J.-F. Condette, « L’Université de Lille dans la première guerre mondiale », Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, mars 2000, n° 197, Images civiles de la France en Guerre, p. 83-102.

21 F. Bédarida, « L’histoire de la résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième siècle, 1986, n ̊ 11.

22 CEGES ; J. Vanwelkenhuyzen, « Les universités belges sous l’occupation allemande », dans Universities during World War II, Materials of the international Symposium on the 40th anniversary of Sonderaktion Krakau ; Warszawa, 1984, 607 p. (ici, p. 117-153 pour une synthèse très complète de la question).

23 E. Lousse, L’Université de Louvain pendant la seconde guerre mondiale, Bruges, Desclée de Brouwer, 1945, p. 15.

24 M. Vauthier, 1940-1944 : L’Université de Bruxelles sous l’occupation allemande, Bruxelles, 1944, p. 7.

25 Arch. dép. Nord : 1 W 1050. Rapport très détaillé du doyen Duez, chargé des fonctions de recteur, 15 juin 1940.

26 Idem, lettre du doyen Audra au préfet, 6 juin 1940 depuis Rue (il a tenté sans succès de franchir la Somme le 21).

27 Pour plus de détails, voir J.-F. Condette, Une Faculté dans l’Histoire : La Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, dernier chapitre sur la seconde guerre mondiale, p. 352-405.

28 Chanoine L. Detrez, Quand Lille avait faim, Lille, SILIC, 1947, p. 10.

29 Annales de l’Université de Lille, rapport général sur l’année 1939-1940.

30 H. Claude, « Les facultés catholiques de Lille pendant la guerre 1940-1944 », Revue du Nord, L’occupation en France et en Belgique, n° spécial, 1987, p. 337-351.

31 Arch. diocésaines de Lille : DP, 471. Dossier Université catholique, rapport de M. Delépine (16 au 20 mai 1940).

32 Facultés catholiques de Lille : Bulletin trimestriel, nouvelle série, n ̊ 1, janvier 1945, p. 14-24.


33 Arch. dép. Nord : 1 W 890. Rapport sur la situation de l’enseignement dans le Nord-Pas-de- Calais ; octobre-novembre 1940. Lettre du doyen de la faculté de théologie au préfet du 31 juillet 1940.


34 H. Claude, article cité, p. 348.

35 Facultés catholiques de Lille, Bulletin trimestriel, n° 1, janvier 1945, p. 19.


36 Idem, p. 25-30. Rapport du doyen Lepoutre.


37 Les Facultés catholiques de Lille, mai 1945, rapport du doyen de la faculté de théologie, p. 41-44.

38 Idem, juillet-octobre 1945. Rapport du doyen D. Liévin sur les années 1939-1944, p. 47-42.


39 Ibidem. Rapport du doyen de la faculté des lettres, J. Coppin, p. 45-48.

40 Collectif, L’Université de Louvain : 1425-1975 ; Louvain, Presses Universitaires, 1976, tome I, p. 248-253.

41 Idem, rapport général de l’année 1943-1944, discours du 7 novembre1944.

42 P. Ory, « Les Universités belges et françaises face à l’occupation allemande », Revue du Nord, L’occupation en France et en Belgique, n° spécial, 1987, p. 51-59.

43 Introduction du Père Chaillet au numéro I des Cahiers du Témoignage Chrétien, « France, prends garde de perdre ton âme », rédigé par le père Fessard, novembre 1941 ; Voir La Résistance spirituelle : 1941-1944 : Les cahiers clandestins de Témoignage chrétien, Textes présentés par F. et R. Bédarida, Paris, Albin Michel, 2001, 412 p.

44 Arch. dép. Nord, 1 W 1585.


45 R. Josse, « La naissance de la résistance étudiante à Paris et la manifestation du 11 novembre 1940 », Revue d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 47, juillet 1962 ; p. 1-30. Voir aussi Arch. nat., AJ 40/565 : Demonstrationen am 11 novembre 1940 gegen der deusche Bezetzung.


46 Arch. dép. Nord : 1 W 161. Tracts divers et lettre du préfet au commissaire de police du 11 septembre 1942.


47 Arch. dép. Nord, 1 W 178. Mesures de police, premier mai 1942 ; lettre du préfet au préfet délégué, 27 avril 1942.

48 Arch. dép. Nord, 1 W 388. Rapport du commissaire de police au préfet du 23 mai 1941.


49 Entretien avec Philippe Marchand, (récit d’un témoignage). À Paris, la réalité est la même : « Les étudiants circulent boulevard Saint-Michel et rue Soufflot, un stylo suspendu au ceinturon, singeant les aviateurs de la Luftwaffe, porteurs d’une courte dague » (P. Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, p. 420).


50 Arch. dép. Nord, 1 W 1369. Rapport du 2 décembre 1941 (« On aura les boches, vive les Anglais ! dessins de V, de croix de Lorraine »).


51 Arch. dép. Nord, 1 W 1256. Rapport du commissaire de police au préfet du 30 décembre 1940.


52 Arch. mun. Lille ; 5 H 4/18. Rapports de police et lettres diverses.

53 Arch. dép. Nord, 1 W 531. Lettre de l’OFK 670 au préfet du 28 mars 1941 et rapport du commissaire de police du 29 mars 1941.

54 MEMOR, Bulletin d’information, n° 26-27, rapports du préfet Carles du 5 mars 1941, p. 131.

55 Idem, rapport du 7 avril1941.


56 Arch. dép. Nord, 1 W 2300. Lettre du 29 septembre 1942.


57 Arch. dép. Nord, lettre du recteur au préfet du 7 octobre 1942 et lettre du préfet au ministre du 11 octobre 1942.

58 Arch. nat., F 17/13346. Lettre de 1943 d’Abel Bonnard au doyen Audra.


59 Arch. dép. Nord, 1 W 302. Rapport de police du 18 juin 1943. (voir aussi Arch. nat., F 17/13 379).


60 H. Claude, « L’évêque, le Maréchal, la collaboration (1940-1945) », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale et des conflits contemporains, n° 135, juillet 1984, p. 47-86 (p 56).

61 Arch. diocésaines de Lille, DF, 111-29 : les signataires sont Louis Blankaert, Adolphe Choteau, Joseph Danel, Maurice Gand, René Théry et Marcel-Henri Prévost.

62 Voir l’évolution très significative du positionnement de la JEC durant cette période ; A.-R. Michel, La JEC face au nazisme et à Vichy : 1938-1944, Lille, PUL, 1988, 311 p. (passage d’un pétainisme certain à un esprit résistant par haine du nazisme et rejet de la collaboration).

63 Arch. diocésaines de Lille, D. III.39.


64 Arch. nat., AJ40/21 (archives du Militärbefelshaber in Belgium und Nord Frankreich). Lettre du 17 août 1944.

65 Chanoine Leclef, Le cardinal Van Roey et l’occupation allemande en Belgique, Bruxelles, Goemaere, 1945, p. 50-51.

66 Quarantième anniversaire de la fermeture de l’ULB, op. cit., allocution de Jean Vanwelkenhuyzen, L’Université libre de Bruxelles au début de l’occupation allemande (juin 1940 – mai 1941), p. 13-34.

67 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, Bruxelles, Archives de l’ULB, 1991, p. 25.

68 D. Martin, « Les Universités belges pendant la deuxième guerre mondiale », Revue du Nord, L’occupation de la France et de la Belgique, n° spécial, 1987, p. 318 et suivantes.

69 Voir sur l’ULB : A. Uyttebrouck et A. Despy-Meyer dir., Les Cent cinquante ans de l’Université Libre de Bruxelles (1834-1984), Bruxelles, Éditions de l’Université, 1984, 506 p. ; Collectif, Quarantième anniversaire de la fermeture de l’ULB (25 novembre 1941), Bruxelles, Secrétariat de l’Université, Études et monographies, n° 2, 1982, 121 p. ; H. Liebrecht, L’Université de Bruxelles et la guerre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944, 109 p. ; M. Vauthier, 1940-1944 : L’Université de Bruxelles sous l’occupation allemande, Bruxelles, Université, 1944, 158 p. ; A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, Archives de l’ULB, 1991, 221 p.

70 Le commissaire est tout d’abord G.A. Walz (professeur de droit à Munich) puis à partir de 1941, le docteur Ipsen. La lettre insiste aussi sur le fait que l’ULB est une citadelle de forces maçonniques ennemies de l’Allemagne (« Hochburg deutschfeindlicher freimaurerischer Kräfte »).

71 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings, 25 novembre 1941, l’ULB ferme ses portes, op. cit., article de R. Despy-Meyer et G. Despy, « Le corps enseignant dans la tourmente », p. 52.

72 AJ/40/21. Lettre d’Emile Bogaert, pour le recteur empêché (ULB) au professeur Walz, 14 novembre 1940.

73 Idem, lettre du 21 août 1941. La faculté des Lettres signale « 30 % d’enseignants francophones uniquement, 53 % de bilingues et 17 % de presque bilingues ». Pour la médecine, les chiffres sont de 38 %, 51 % et 11 %. En Sciences, la faculté déclare 33 % de francophones uniquement, 42 % de bilingues et 25 % de presque bilingues ; en Droit, les chiffres sont les suivants : 34 %, 62 % et 6 %).

74 Anton Jacob : un des dirigeants activistes du journal flamand le Vlaamse Stem, publié aux Pays- Bas pendant la première guerre mondiale, signataire d’une adresse au Roi revendiquant l’autonomie de la Flandre ; professeur à l’Université von Bissing de Gand. Condamné à mort pour trahison en Belgique, il s’était réfugié en Allemagne après la première guerre mondiale (professeur à l’Université de Hambourg) ; il revient en Belgique en même temps que l’armée allemande en 1940.

75 Arch. ULB, Minutes des procès-verbaux des séances du bureau, tome XI, séance du 23 novembre 1941.

76 Les professeurs sont les suivants : Marcq, Catteau, Cornil, Base, Charlier, Dustin, Hauman, Vauthier.

77 H. Liebrecht, L’Université de Bruxelles et la guerre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944, p. 88.

78 Bibliothèque du Musée royal de l’Armée de Bruxelles, D. Martin, De Rijksuniversiteit Gent Tijdens de bezetting 1940-1944 levend met de vijand, Gent, Archief RUG, 1993, 185 p

79 H. Liebrecht, L’université de Bruxelles et la Guerre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944, p. 107-109.

80 A. Uyttebrouck, « Inventaire des papiers André Puttemans ; les cours clandestins organisés après la fermeture de l’ULB (1942-1943) » Archives et Bibliothèques de Belgique, tome XLVII, 1976, p. 531-544.

81 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings, 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, op. cit., article d’E. GUBIN, « Très vite des cours clandestins », p. 103-117.

82 Voir pour la France, C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992 (l’auteur montre bien la faiblesse des réactions universitaires à ces lois d’exclusion).

83 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes..., op. cit., article de M. Steinberg, « La question juive à l’Université », p. 179-188.

84 Arch. nat., AJ/40/21. Lettre du 14 novembre 1940.


85 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 25 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes..., op. cit., article de M. Steinberg, « La question juive à l’Université », p. 179-188.


86 Voir C. Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 437 p.

87 E. Loyer, « La débâcle, les universitaires et la fondation Rockfeller : France/États-Unis, 1940-1941 », Revue d’histoire moderne et Ccontemporaine, n° 48-1, janvier-mars 2001, p. 138-159 ; voir aussi F. Chaubet et E. Loyer, « L’École Libre des Hautes Études de New-York : exil et résistance intellectuelle (1942-1946) », Revue historique, n° 616, octobre-décembre 2000, p. 939- 972.

88 Y. Durand, « STO : Vichy au service de l’Allemagne », L’Histoire, n° 167, juin 1993, p. 14-23 ; Voir aussi J. Evrard, La déportation des travailleurs français dans le Troisième Reich, Fayard, 1972, 460 p. ; W. D. Halls, Les jeunes et la politique de Vichy, Paris, Syros, 1988, 502 p.

89 CEGES ; Cahiers d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 1, août 1970, Sur le STO, 129 p.

90 Chanoine Leclef, Le cardinal Van Roey et l’occupation allemande, Bruxelles, Goemare, 1945, p. 165-166.

91 Idem, p. 170-172.


92 E. Lousse, L’Université de Louvain pendant la seconde guerre mondiale, Bruges, Desclée-De Bouwer, 1945, p. 21-23.

93 Voir la lettre du cardinal Van Roey qui s’empresse d’en aviser le Saint-Siège et parle d’une « atteinte violente aux droits du Saint-Siège ». Lettre du 6 juin 1943 au Cardinal Maglione, secrétaire d’État de Sa Sainteté dans Chanoine Leclef, Le cardinal Van Roey et l’occupation allemande, Bruxelles, Goemaere, 1945, p. 174-175.

94 Liber Mémorialis, L’Université de Liège de 1936 à 1966, volume I, rectorat, 1967, p. 3.

95 J. Vanwelkenhuyzen, « Les universités belges sous l’occupation allemande », dans Universities during World War II, op. cit., p149.

96 En Belgique, le réseau résistant Socrate se spécialise dans l’aide à apporter aux réfractaires et à leur famille (aides matérielles), E. Verhoeyen, La Belgique occupée de l’an 40 à la Libération, op. cit., p495 et suivantes.

97 1 W 769. Rapport du commissaire au préfet du 6 mai 1943.

98 Chanoine Detrez, Quand Lille avait faim, Lille, SILIC, 1947, p. 259. Il estime à 10 000 ou 15 000 le nombre de départs, le nombre des réfractaires atteint 60 000 ; 94 % des hommes convoqués ne répondirent pas à l’appel ».

99 Annales de l’Université de Lille, rapport général du doyen Pierre Pruvost sur l’année 1943-1944, p. 13.

100 Voir, parmi de multiples publications : H.-R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de Vichy : 1940-1942, Champ Vallon, 1989, 350 p. ; F.-G. Dreyfus, Histoire de la Résistance, Paris, De Fallois, 1996, 653 p. ; H. Noguarès, Histoire de la Résistance, en cinq volumes chronologiques de juin 1940 au 15 mai 1945, Paris, Laffont, à partir de 1967 ; H. Michel, Les courants de pensée de la Résistance, Paris, PUF, 1962, 842 p. ; M. Granet, Ceux de la Résistance (CDLR), Paris, Éditions de Minuit, 1964, 375 p. ; M. Granet, Un journal socialiste clandestin pendant l’occupation : Libération Nord ; M. Granet et H. Michel, Combat : Histoire d’un mouvement de résistance, Paris, Esprit de la Résistance, 1957, 330 p. ; A. Calmette, L’OCM : organisation civile et militaire : histoire d’un mouvement de résistance de 1940 à 1946, Paris, PUF, 1961, 228 p. ; Colonel Rémy, Les Français dans la Résistance : La Résistance dans le Nord, Bruxelles, Fanot, 1974, 2 tomes, 247 et 251 p. ; Natalis Dumez, Le mensonge reculera, Voix du Nord, Lille, 1946, 190 p. ; H. Duprez, 1940-1945 : Même combat dans l’ombre et la lumière : Épisodes de la Résistance dans le Nord de la France, Paris, La Pensée Universelle, 1979, 279 p. ; J. Estager, Ami, entends-tu : la Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions Sociales, 1986, 285 p.

101 G. Ferrières, Jean Cavaillès : philosophe et combattant (1903-1944), Paris, PUF, 1950, 234 p.

102 M. Granet, Cohors-Asturies : Histoire d’un mouvement de Résistance : 1942-1944, Bordeaux, Éditions des cahiers de la Résistance, 1974, p. 11.


103 M. Rousseau, « Deux réseaux britanniques dans la région du Nord : le réseau Garrow-Pat O’Reary et le réseau Farmer », Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale et des conflits contemporains, n° 135, juillet 1984, p. 87-108.

104 J. Dujardin, « Le service Luc (été 1941-été 1942) », Cahiers d’histoire de la seconde guerre mondiale, n° 6, octobre 1980, p. 33-114.

105 Cahiers Bijdragen, n ̊ 14, décembre 1991, « Le service de renseignement Marc (1942-1944) », p. 6-60. (L’auteur note, dans les fiches professionnelles, la présence de plusieurs étudiants) ; Cahiers Bijdragen, n° 15, décembre 1992, « Le service de renseignement Marc », seconde partie, p. 17-160.

106 Colonel Rémy, Réseau Comète, Perrin, Paris, 3 tomes, 1966, 378 p. ; 1967, 574 p. ; 1971, 452 p.

107 E. Verhoeyen, La Belgique Occupée..., op. cit., p. 371 (Comète aurait aidé 288 pilotes alliés partis de Belgique et 46 belges à traverser les Pyrénées d’août 1941 au 6 juin 1944).


108 Natalis Dumez est arrêté par la Gestapo le 7 septembre 1942 puis déporté en Allemagne. Il survit à l’épreuve. Jules Noutour, quant à lui, est arrêté le 8 septembre 1943 et décède en Silésie en février 1945.


109 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, op. cit., p. 318.

110 Chanoine L. Detrez, Du sang sur les parvis lillois, Lille, SILIC, 1947, p. 231.

111 Arch. nat., 72 AJ/170. Témoignage recueilli par Édouard Perroy, 12 décembre 1946.

112 Arch. nat., 72 AJ/169. Entretien recueilli en juin 1949 pour le Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale.


113 Les locaux universitaires semblent souvent être des lieux privilégiés dans l’organisation stratégique des mouvements qui se consacrent à la presse clandestine. À Paris, le mouvement Défense de la France est tout d’abord l’œuvre d’étudiants. Le journal paraît pour la première fois en août 1941 ; les tirages passent progressivement de 10 000 à 250 000 exemplaires en 1943. Les animateurs principaux du groupe sont P. Viannay qui prépare un DES de géographie en Sorbonne et Robert Salmon ; l’imprimerie est un temps cachée dans les sous-sols de la Sorbonne ; la bibliothèque du laboratoire de géographie physique du professeur Lutaud est souvent le lieu stratégique des concertations ; la bibliothécaire, Hélène Mordkovitch y tape les premiers tracts du mouvement, la nuit, avec la bienveillance du professeur. Voir la thèse d’O. Wieviorka et son ouvrage, Une certaine idée de la résistance : Défense de la France, Paris, Le Seuil, 1995, 488 p.

114 Arch. dép. Nord, 1W 4700-1. En Avant, un tract ronéotypé jaunâtre (recto/verso), janvier 1941.

115 E. Verhoeyen, La Belgique occupée de l’an 40 à la libération, op. cit., p. 383.

116 Voir par exemple le journal clandestin La Libre Belgique, dirigé par Paul Struye, professeur à l’Université catholique de Louvain et dont le premier numéro paraît le 15 août 1940 (86 numéros de ce journal qui reprend un titre célèbre paru pendant le première guerre mondiale).

117 Arch. dép. Nord, 1 W 490. Rapport de police du 19 juillet 1944.

118 D. Lheureux, Les oubliés de la Résistance : Sylvestre Farmer, Paris, France Empire, 1988, 439 p.

119 Annales de l’Université de Lille, discours du recteur Duez, 7 novembre 1944, p. 8.


120 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, Deboeck Université, 1994, quatrième partie sur la Résistance, p. 331-511. (207993 personnes reconnues au titre de la résistance en Belgique après la Libération) ; H. Bernard, La Résistance : 1940-1945, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1969, 146 p. ; J. Willequet, La Belgique sous la botte : résistances et collaborations, Paris, Éditions universitaires, 1986, 383 p.

121 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : de l’an 40 à la Libération, op. cit., p. 399.


122 Bibliothèque du Musée Royal de l’Armée de Bruxelles ; W. Ugueux, Le groupe G : 1942-1944 ; Deux héros de la Résistance : Jean Burgers et Robert Leclercq, Bruxelles, Elsevier, documents témoins, 1976, 237 p.


123 A. Despy-Meyer, A. Dierkens et F. Scheelings dir., 15 novembre 1941 : l’ULB ferme ses portes, Bruxelles, ULB, 1991, article de J. Gotovitch, « Les multiples résistances universitaires », p. 153-165.

124 Voir la thèse synthétisée de J. Gotovitch, Du rouge au tricolore, les communistes belges de 1939 à 1944, Bruxelles, Labor, Archives du Futur, 1992, 610 p. (La fin de l’ouvrage comporte un riche répertoire des principaux militants et résistants). Paul Libois, est né en 1906, fut étudiant à l’ULB puis assistant ; il réalise un voyage en URSS en 1929 puis adhère au PCB en 1932. Il contribue aux cours clandestins et entre dans plusieurs réseaux de résistance (p. 544-545).

125 Biographie Nationale, 44e tome, Dernier supplément, Bruxelles, 1986, p. 495-504. Arnaud- Paul-Armand Fraiteur est né à Ixelles le 23 mai 1924. Inscrit aux études d’ingénieur civil à l’Université de Liège, il suit en fait les cours clandestins de l’ULB. Il adhère en 1941 à l’Armée Belge des Partisans, spécialisée dans l’élimination des journalistes collaborateurs.

126 E. Verhoeyen, La Belgique occupée : De l’an 40 à la Libération, op. cit., p. 107.


127 W. Ugeux, Histoires de résistants, Paris, Duculot, 1979, 201 p.


128 Liber Memorialis ; L’Université de Liège de 1936 à 1966, Notices historiques et biographiques, Liège, Rectorat de l’Université, 1967, 2 tomes : t. 1 : Notices historiques, 425 p. et t. 2 : Notices biographiques, 838 p.

129 Liber Memorialis ; L’Université de Liège de 1936 à 1966, op. cit., p. 3.


130 Idem, p218-226 ; Liste des noms des personnes décédées par faculté. En Lettres, il y a par exemple, 44 noms d’étudiants et anciens étudiants, en Droit 58.

131 E. Dejonghe et D. Laurent, La Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Paris, Hachette, 1974, 300 p.


132 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale et des conflits contemporains, n ̊ 135, juillet 1984, p. 34.

133 A. Gueslin dir., Les facs sous Vichy, op. cit., communication de G. Maigron, « Résistance et collaboration dans l’Université de Paris », p. 142.

134 D. Martin, « Les universités belges pendant la deuxième guerre mondiale », Revue du Nord, 1987, p. 329.

135 J. Guehenno, L’Université dans la résistance et dans la France nouvelle, Conférence du 8 mars 1945, Office français d’édition, 26 p.

136 J.-F. Muracciole, Les enfants de la défaite : La résistance, l’éducation et la culture, Paris, Presses de Science-Po, 1998, 371 p.

137 E. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, op. cit., p. 10.

138 Il faut aussi insister sur le rôle « modérateur » joué à Lille par Karl (Carlo) Schmid qui fut nommé en juin 1940, conseiller juridique et adjoint aux affaires administratives auprès du chef de l’OFK 670. Né en 1898 à Toulouse, d’une mère française et d’un père allemand (universitaire), il regagne l’Allemagne en 1903, réalise de brillantes études de droit et devient spécialiste de droit international. Protestant, fondamentalement antinazi, il modère, lorsqu’il le peut, certains effets des décisions nazies dans la région du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (Nord-Pas-de-Calais et Belgique) », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 31-70.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (Nord-Pas-de-Calais et Belgique) », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/417

Haut de page

Auteur

Jean-François CONDETTE

Chargé de Recherche au SHE de l’INRP - CRHEN-O Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals