Navigation – Plan du site

Réflexions sur l’engagement dans la résistance en zone Sud. Le cas de la Loire

Monique Luirard
p. 147-164

Texte intégral

  • 1 Pour le détail des faits, voir M. Luirard, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (19 (...)

1Au cours du dernier quart de siècle, l’histoire de la France dans la seconde guerre mondiale a été renouvelée par des études qui se sont attachées à apprécier ce que la guerre avait pu représenter pour les populations. Cette dimension existentielle du conflit n’avait pas pour but de négliger les contraintes de la politique générale : elle a permis de cerner comment et en fonction de quoi des individus et des groupes agissaient ou réagissaient face aux situations qu’ils rencontraient et aux choix qui se présentaient à eux. Mais les conditions spécifiques d’une région ont-elles influé, quand et comment, sur un engagement éventuel dans la Résistance ? À cet égard l’examen de la situation dans un département de zone sud1 n’est pas sans intérêt ni enseignements.

2Région économique dont les industries travaillaient traditionnellement pour la Défense nationale, la Loire avait été entre 1914 et 1918 l’un des arsenaux les plus puissants du pays et elle avait bénéficié de la première guerre mondiale. Les opérations militaires en 1940 furent trop brèves pour lui donner les moyens de faire à nouveau ses preuves. La première occupation allemande débuta le 19 juin 1940 et ne fut pas pesante. Achevée le 6 juillet, elle avait été suffisamment courte pour que la région n’eût pas subi de trop graves dommages. Il faut attendre novembre 1942 pour voir comment pouvaient se conduire les autorités d’occupation.

3Dès l’automne de 1940, la société dans la Loire a commencé à devenir duale, scindée en deux groupes qui n’avaient guère de rapports entre eux et que leurs conditions d’existence, en évoluant en sens inverse, ont tendance à séparer de plus en plus. D’un côté, figuraient ceux qui pouvaient disposer d’un revenu régulier ou tirer profit des circonstances : ils étaient les bénéficiaires d’un enrichissement exceptionnellement rapide. Les producteurs, aussi bien les industriels que les artisans, qui pouvaient écouler à bon compte une marchandise sur la qualité de laquelle l’acquéreur potentiel ne pouvait plus être exagérément minutieux, en faisaient partie. Mais aussi les ouvriers des « établissements protégés », à l’abri des réquisitions ou d’un départ pour l’Allemagne. De même les paysans qui pratiquaient désormais le troc et qui échangeaient leurs produits contre ce qu’ils pouvaient obtenir en fait d’articles nécessaires mais rares. Qui aurait pu imaginer, avant-guerre, l’importance qu’avait la ficelle lieuse et qu’on la remplacerait par du fil de soie ? Dans l’autre groupe se retrouvaient tous ceux dont les revenus étaient amoindris par une inflation régulière. Ceux qui n’avaient rien à échanger et qui n’avaient pas ou plus les moyens de se fournir sur des marchés parallèles, plus ou moins noirs. Ceux dont la subsistance par suite de la diminution des salaires devenait toujours plus difficile à assurer. Ceux que menaçait le Service du Travail Obligatoire. Ceux que la persécution raciale ou la répression avaient transformé en marginaux et en clandestins. Combien dans la Loire ont été affrontés à la faim, au froid, à la vie chère, au chômage et à la peur, qu’ils fussent étrangers ou français, parce qu’ils étaient francs-maçons, suspectés de « menées antinationales », juifs ou résistants ? Et encore faut-il reconnaître que les autorités préfectorales ont tenté parfois de limiter l’épuration impulsée par Vichy, ne fût-ce que pour éviter de gonfler l’opposition ou de la susciter ! Il est vrai que la besogne avait été rondement menée auparavant.

4Le 11 novembre 1942, avec le franchissement de la ligne de démarcation par les troupes allemandes, tout change. L’occupation proprement dite de la Loire ne commença qu’à la fin du mois. Les effectifs chargés du contrôle du département étaient relativement restreints. De fait l’armée allemande, au début, disposait de 8 000 hommes stationnés avant tout dans la Préfecture et les communes du bassin houiller, aux bordures du département, très rarement, et le plus souvent de manière brève, dans les zones rurales. Était-ce par excès de confiance ou par assurance que le pays était paisible ? À partir de mars 1944, Saint-Étienne ne possède plus de garnison permanente et sa protection n’est assurée que par quelques groupes fractionnés dont les effectifs n’atteignent pas 200 hommes. Les forces militaires allemandes ont donc eu tendance à être fortement restreintes, parce que la région était calme et parce qu’on avait besoin des troupes ailleurs. Au reste, la Kommandantur des SS à Lyon était suffisamment proche pour qu’un officier pût être détaché afin de juger sur place de la situation et préparer une éventuelle intervention. Il en fut ainsi, par exemple, au moment de la grève des mines de novembre 1943. Le Préfet Boutemy toutefois parvint à faire cesser la grève la veille de l’intervention allemande prévue pour le 19 novembre.

5Avec la Wehrmacht, se sont immédiatement installés les services de la Feldgendarmerie, et en février 1943 seulement, la Gestapo, qui a disposé à Saint-Étienne en tout et pour tout d’un effectif jamais au complet de 14 membres au maximum, tous Allemands. À ces « spécialistes » venus d’Allemagne, du Luxembourg ou de l’armée d’Afrique, s’est ajouté un groupe de « permanents », français et italiens, qui est allé en s’accroissant jusqu’à compter, en juin 1944, 42 hommes et 12 femmes. S’y sont adjoints aussi de manière plus ou moins épisodique 35 autres agents. L’Abwehr et d’autres officines de rassemblement ont fonctionné à Saint-Étienne. Dans la mesure où l’encadrement militaire et policier de l’occupation était limité en nombre, le recours à des forces supplétives s’imposait. D’après les informations rassemblées au moment de la Libération et grâce aux fichiers constitués par les Allemands et qui avaient alors été récupérés, on a pu établir que 300 indicateurs environ avaient « travaillé » pour la Gestapo mais aussi pour d’autres services. Il s’agissait de volontaires, payés ou non à l’acte, et bien rémunérés quand ils travaillaient pour la Gestapo, de délateurs agissant par conviction, par intérêt ou par bêtise, d’agents issus de mouvements ou partis collaborationnistes comme le PPF, la Milice et la Milice franciste. Dans ce groupe figurent aussi des agents ayant initialement fait partie de la Résistance, « retournés » par des moyens divers après leur arrestation et dont les confidences firent des ravages dans les rangs de leurs anciens camarades. Tous, incontestablement, ont été efficaces.

6L’armature de l’occupation a été complétée par les censeurs installés dans les centres où étaient édités des journaux et autrement plus tatillons que leurs homologues français, par les fonctionnaires du bureau de Placement allemand dont le rôle consistait à drainer vers l’Allemagne les volontaires qu’ils affectaient en fonction des besoins et à participer aux commissions de peignage constituées dans le cadre du STO, par les membres, civils et militaires, de diverses commissions chargées d’orienter l’économie locale vers l’effort de guerre allemand ou de prélever sur place ce qui pouvait l’être, par des ingénieurs placés à titre de « conseil » dans les grands établissements classés R ou S. Betrieb, par les équipes des firmes allemandes chargées de « parrainer » les entreprises locales, par les cadres allemands de la Deutsch Waffen Munitionen (DWM) implantés dans les arsenaux, surtout à la Manufacture Nationale d’Armes de Saint-Étienne.

7Les cadres de l’occupation étaient bien rodés et leur champ d’activité fut immense. On ne traitera pas des prélèvements divers, agricoles et industriels, auxquels ils se sont livrés. Mais dans la Loire, comme ailleurs, les Allemands se sont occupés de l’administration et sont intervenus dans la vie quotidienne de la population. Ils s’intéressaient à tout ce qui pouvait faciliter leur tâche de surveillance, empêcher une résistance larvée voire une action armée de la part de la population. Ils démobilisèrent l’armée d’armistice et assignèrent à résidence les officiers et les sous-officiers rendus à la vie civile. Ils se mirent en quête des dépôts d’armes et d’explosifs. Ils se renseignèrent sur les usines hydrauliques, les stations de pompage, la production de sable et de gravier, le réseau électrique, les excavations et les lignes souterraines à grande distance. Ils se mêlèrent de la signalisation des voies à grande circulation, exigèrent la liste des automobiles en circulation, firent blanchir les arbres situés le long des routes. Ils réglementèrent l’éclairage de celles-là, le camouflage des lumières en ville et à la campagne et fixèrent l’heure du couvre-feu. Ils surveillèrent les châteaux où avaient été entreposées des œuvres d’art en provenance des musées nationaux. Ils s’occupèrent aussi de réorganiser la lutte contre l’incendie. Ils s’intéressèrent aux colombophiles, restreignirent la sonnerie des cloches et contrôlèrent l’usage du téléphone.

8L’État-major allemand était chargé de lever la réquisition des employés des mines partant pour l’Allemagne dans le cadre de la LVF et du STO, de suivre le sort des jeunes des Chantiers pour en faire embaucher par les entreprises à direction allemande. Il se fit même communiquer les mouvements des forces de police, des GMR, de la Milice et de la gendarmerie, pour éviter, disait-il, de les prendre pour des « terroristes », peut-être aussi pour savoir ce qu’ils faisaient. Les Allemands organisèrent même, mesure involontairement pittoresque, la chasse aux doryphores dans les communes rurales et les jardins des villes, en y faisant participer les enfants des écoles, en prévoyant la surface dont chacun devait avoir la charge et quasiment la quantité des insectes à mettre hors d’état de nuire ! La Loire a bel et bien été astreinte à cette surveillance méticuleuse qui était, depuis de longs mois, le lot des autres régions occupées.

  • 2 Arch. dép. Loire, R 1189.

9Toutes les administrations de l’état français sont passées rapidement et inexorablement sous autorité allemande. Laval avait bien pu écrire aux préfets le 13 novembre 1942 : « Vous devez exercer votre droit de contrôle sur l’ensemble des administrations pour assurer le fonctionnement normal des services et l’application ferme des instructions qui vous sont données par le gouvernement »2, l’occupation avait instauré un processus qui transféra aux Allemands ce qui pouvait subsister de souveraineté française dans la zone sud. Leur irruption aurait pu entraîner l’existence d’une double administration et d’une double police, bien que le maintien de la souveraineté française ait été affirmé avec d’autant plus de force qu’il devenait de plus en plus fictif. De fait une nouvelle armature administrative et policière s’était substituée à l’ancienne.

  • 3 C’est à Saint-Étienne, où il était venu à l’occasion du bombardement, que Pétain apprit le débarque (...)

10Les autorités françaises étaient souvent laissées pour compte et elles n’avaient plus guère de pouvoirs. Elles n’apprenaient parfois qu’après coup ce qui s’était passé et n’étaient pas forcément tenues au courant des arrestations opérées par les Allemands bien que Laval eût rappelé, le 13 novembre 1942, aux Préfets que « tous les services de police et de contrôle « devaient » fonctionner en pleine indépendance. Toutes les opérations de police nécessaires doivent être effectuées directement et exclusivement par les services français agissant sous leur responsabilité et conformément à la loi française ». Cette ignorance était d’autant plus aisée que les personnes arrêtées par la Gestapo ou transférées à celle-ci ne transitaient pas toujours par les prisons de Saint-Étienne ou de Roanne, mais étaient expédiées à Lyon, séance tenante. Un symbole de l’ambiguïté ou de la confusion qui était devenue la norme est fournie par une photographie prise à l’occasion de la dernière visite de Pétain à Saint-Étienne, le 6 juin 19443 : on le voit entouré du Préfet, du Maire de Saint-Étienne, du Chef de la Milice et de « civils » de haute taille, vêtus des imperméables caractéristiques, et sans aucun doute membres de la Gestapo.

11La Résistance dans la Loire a pris corps peu après la fin de la première occupation. Les premières actions décelables ont été le fait d’officiers de l’armée d’armistice. L’un d’eux, le général Cochet, auparavant commandant de la région militaire, publia, dès le début de juillet 1940, les premiers écrits clandestins qui aient paru dans la Loire. Les autres s’employèrent, dans l’été, en tout cas avant l’entrée en fonction des commissions d’armistice en septembre, à cacher des stocks importants de camions, remorques, armes et munitions. Dans beaucoup de ces derniers cas, il s’agissait d’officiers qui ne songèrent pas, alors ou plus tard, à entrer dans la Résistance ou qui ont œuvré dans l’ORA et qui, souvent, se sont sentis plus proches de Giraud que de de Gaulle. Ils étaient mus par un sentiment patriotique qui, dans leur esprit, ne pouvait pas ne pas être partagé par Pétain. Les communistes, pour leur part, ont subi les contrecoups des vastes coups de filet qui, après le pacte germano-soviétique, avaient décapité l’appareil du parti, des mouvements, comme celui des Jeunesses Communistes, et des syndicats affiliés à la CGT. En tout cas, bien que l’action des militants eût été réelle, elle ne devint vraiment décelable qu’à l’automne de 1941. Même à ce moment toutefois, la police constata que les tracts qu’elle récupérait n’étaient pas nombreux et que leur facture et leurs thèmes étaient anciens.

  • 4 En particulier Espoir, diffusé pendant l’automne et l’hiver de 1940 : à partir de mai 1941, le grou (...)

12La Résistance dans la Loire s’est manifestée selon tous les modes recensés ailleurs, avec toutefois des accentuations qui lui sont propres et qui tiennent, soit à la personnalité de ceux qui en furent à l’origine, soit à la situation géographique du département : participation à des manifestations collectives à l’occasion des fêtes nationales ou d’anniversaires marquants, comme celui de la bataille de Valmy, confection, impression et diffusion de la presse clandestine locale4 et régionale, aide aux victimes de la répression, aux réfugiés en situation irrégulière, aux prisonniers de guerre évadés, aux juifs, voire, à partir de 1943, aux déserteurs de la Wehrmacht, résistance spirituelle, action politique et syndicale, sabotages, organisation de maquis dans l’hiver de 1943 et participation aux combats en 1944. À partir de l’été de 1941, à cause de la proximité de Lyon où les principaux mouvements de Résistance avaient leur siège, Saint-Étienne a été, pendant six mois au moins, le centre d’impression et de diffusion des grands journaux de zone sud, en particulier de Combat, de Libération, des Cahiers et du Courrier du Témoignage chrétien. Il est vrai qu’il y avait à Saint-Étienne des entreprises d’impression et que le patron de l’une d’elles, Eugène Bornier, était engagé dans la Résistance.

  • 5 La statistique a été réalisée à partir de 622 dossiers qui possèdent ce type d’information.

13L’examen des dossiers des Combattants Volontaires de la Résistance montre que l’entrée en Résistance dans la Loire a été globalement tardive et extrêmement minoritaire pendant les premières années de la guerre5 :

1940

6,59 %

1941

6,59 %

1942

14,95 %

1943

50,8 %

1944

26,84 %

14Cette constatation est du reste corroborée par les souvenirs des Résistants. Mais si la Résistance a eu du mal, comme ailleurs, à gagner des forces, l’idée de collaboration n’a jamais été bien accueillie, et avec le temps, l’opinion lui est devenue de plus en plus hostile. La preuve peut en être fournie par les dossiers de la censure postale et par les procès-verbaux des Renseignements généraux.

  • 6 Mémorial, 18.11.40.

15Dès l’été de 1940, la Révolution nationale a voulu développer le culte de la patrie et rassembler les patriotes autour de celui qui, à Verdun, avait contribué à donner un nouveau renom à la gloire nationale. Beaucoup de Français, sincères sans doute, pensaient que Pétain offrait toute garantie en matière de patriotisme. Pour eux, il était impensable qu’il pût trahir ou du moins promouvoir une politique contraire aux intérêts de la France. Mais en assimilant le Maréchal, la patrie et la nation, la Révolution nationale ne pouvait pas ne pas jeter le trouble dans les consciences quand Pétain se lança et lança le pays, au nom de l’obéissance à sa personne, dans une direction singulièrement dangereuse, révélée à l’occasion de l’entrevue de Montoire. L’hostilité des Français à la politique de collaboration s’est toutefois concentrée sur la personne de Laval. Car pour le plus grand nombre, cette politique, quand elle était recommandée par Pétain, était considérée comme un moindre mal, voire qualifiée de réaliste : « Nous savons que le maréchal Pétain n’aurait pas accepté si notre honneur n’avait pas été sauf [...]. La France se repliait sur elle-même. Menacée dans son unité par l’étranger, elle devait faire bloc sans chercher à savoir si celui qui la dirigeait avait raison d’agir ainsi »6.

  • 7 Arch. dép. Loire, cab.12, censure postale, décembre 1940.
  • 8 Id. cab. 12. 30.10.40.

  • 9 Id. 23.11.40.

16Pendant un certain temps, la foi dans le Maréchal se concilia avec l’aversion à l’égard des Allemands comme le prouvent diverses correspondances : « Je souhaite l’anéantissement total des Boches et il me tarde d’être délivré de leur contrôle (je suis modeste en employant ce mot). Mais je te répète qu’il faut avoir confiance en ceux qui nous dirigent. Après être tombée si bas, la France ne peut d’un coup se relever. Il est normal que nous en passions actuellement par les désirs, les ordres plutôt, de nos vainqueurs. Puis il y a deux millions de prisonniers qui sont autant d’otages. Quant à marcher contre les Anglais, il ne saurait en être question. L’ennemi, le seul quoi qu’en puisse dire Gringoire, celui dont les croyances, les sentiments intimes sont totalement opposés aux nôtres est l’Allemagne »7. Un rapport du Commissaire spécial de Saint-Étienne, rédigé à l’occasion de Montoire, va dans le même sens : « Le public est anxieux, inquiet de l’accord qui peut éventuellement intervenir, car il résulte des réflexions faites que, de toute façon, c’est le peuple français qui sera victime, car pour les Allemands, un contrat n’est valable et viable qu’autant qu’il sert les intérêts allemands, dit-on. Il n’est pas niable que la sympathie de la grande majorité de la population ne va pas à l’Allemagne [...]»8. Un mois plus tard, l’appréciation n’avait guère évolué : « On persiste à penser que le semblant d’humanité et de correction que « les Allemands » tentent d’adopter ne sont que des feintes dictées par les difficultés que leur pays traverse. En résumé et en bref, on souhaite et on espère que l’Allemagne sera battue par n’importe quelle ou n’importe quelles puissances, car on redoute pour notre France un protectorat déguisé. On ne peut cependant croire que le Chef de l’État consentirait à signer un traité de paix amputant notre pays de tout le territoire constituant, à l’heure présente, la zone interdite »9.

  • 10 Id. 27.12.40.
  • 11 Id. 24.1.41.

17Laval servait en quelque sorte de « fusible » et protégeait Pétain de l’impopularité. Aussi, pour les fidèles du Chef de l’État Français, son renvoi, le 13 décembre 1940, eut le mérite d’assainir la situation. Il est impressionnant de lire certaines appréciations collectées par les Renseignements généraux sur Laval, « sa politique tortueuse et sa grande ambition »10. Le préfet Georges Potut lui-même n’était pas tendre pour Laval qui, dans l’opinion, écrivait-il, apparaissait comme une créature des Allemands, susceptible d’être placé à la tête d’un gouvernement fantoche, à la solde, à Paris, de l’ennemi. Aussi l’entrevue du 18 janvier 1941, entre Pétain et Laval, fit-elle très mauvais effet : « Il est bon de rappeler que M. P. Laval ne jouit d’aucune confiance dans le pays et qu’on le dit « vendu aux Allemands (sic). » La phrase est dure, mais il n’est pas possible de la modifier sans altérer le sens des conversations entendues en public »11, commenta le Commissariat spécial de Saint-Étienne. Par la suite, l’hostilité à la collaboration ne fit que croître et embellir, malgré les déclarations officielles, y compris celles de Pétain, en fonction de ce que l’on en apprenait. De « la méfiance à l’égard de l’Allemagne », signalée par le Préfet Potut en juin 1941, on passe à « l’aversion contre l’Allemagne », présentée le 4 octobre 1941, comme « l’état d’esprit dominant » dans la population, sentiment et conviction renforcés les mois suivants aussi bien par les événements extérieurs qu’intérieurs, qu’il s’agisse des revers allemands en URSS ou des exécutions d’otages. Dès le 4 mars 1942, la condamnation de la collaboration est sans appel : « La notion de collaboration perd graduellement du terrain à supposer même qu’elle garde encore quelque crédit dans certains éléments de la population », note le Préfet, et le 4 septembre 1942, Potut confirme dans son rapport mensuel que : « L’hostilité à la collaboration est très nette dans toutes les catégories sociales ».

  • 12 Arch. Nat. F I C III, 4.7.43.

  • 13 Arch. dép. Loire, cab. 13, août 1942.

18Déjà le 18 mai 1941, un légionnaire avait écrit à son chef départemental que Pétain n’était plus qu’un pantin manœuvré par un entourage suspect. Aussi le retour de Laval aux affaires en avril 1942 fut-il perçu comme une totale défaite de Pétain et un renforcement de la collaboration, car « Laval est imposé par le Reich. Il est collabo. à 100 % », disait-on. Son discours du 22 juin 1942 provoqua « surprise et malaise », comme le nota le Préfet de la Loire. « Oubliant volontiers que l’état de paix avec nos vainqueurs n’est pas rétabli, le public a été surpris par la mise en œuvre aussi rapide d’une politique de collaboration à laquelle il ne se résigne qu’avec répugnance et dont il ne pensait pas que la réalisation pût être aussi proche »12. Au fil des mois, les rapports des préfets Georges Potut puis André Boutemy ne ménagent donc guère le chef du gouvernement ou du moins n’édulcorent pas les sentiments de leurs administrés à son égard. La censure postale permet, elle aussi, de cerner cette impopularité de Laval qui provenait de la politique qu’il menait et dont on lui reprochait les résultats, une politique « absurde », « criminelle », condamnée sans appel : « Le gouvernement n’est plus qu’une machine à exécuter, quand il ne va pas au devant, les ordres du vainqueur »13, lit-on dans un courrier, avant même l’occupation totale du territoire.

19Cette hostilité à la collaboration ne conduisait pas pour autant à se compromettre dans la Résistance. Dans les premiers mois qui suivirent l’armistice, il est vrai, l’entrée dans la Résistance a été parfois difficile à opérer et trouver un contact n’a pas été toujours aisé. La masse de la population en zone sud, au moins jusqu’en novembre 1942, a été sans doute plus lente à éveiller à une résistance active que celle de la moitié nord du pays qui vivait au contact de l’ennemi. Dans la Loire, la Résistance a été le fait d’individualités, le produit de démarches diverses, pas forcément en lien avec les engagements politiques antérieurs. Si l’on tient compte des affiliations multiples ou successives, générales jusqu’en novembre 1942, on constate que le vivier dans lequel recrutait la Résistance était étroit. Dans les premiers mois au moins, la Résistance apparaissait comme une seule et même famille à la vie de laquelle chacun avait le devoir de contribuer. Les affiliations ont eu lieu du reste souvent en fonction du hasard et des rencontres. Les fidélités successives étaient d’autant plus nécessaires que les arrestations provoquaient parfois un démantèlement complet des groupes locaux, la perte des « contacts » avec les responsables et laissaient « dans le brouillard » ceux qui avaient échappé et qui, au gré des circonstances, se raccrochaient à d’autres groupes ou mouvements.

20La guerre et l’occupation ont pu parfois mettre un bémol aux idéologies de l’avant-guerre. Le comte de Neufbourg, qui fut un des grands résistants dans la plaine du Forez où il résidait en permanence, était d’Action Française. Il accepta toutefois de cacher des juifs dans ses fermes avant de les faire évacuer en lieu sûr. « Souvent, m’a-t-il raconté, je me disais : « Vivement la fin de la guerre, que je puisse redevenir antisémite ! » Il y avait des idéologies et des actes auxquels on ne pouvait plus se référer ou se livrer parce que l’ennemi était sur le sol national. Une conviction d’extrême droite ne pouvait plus forcément voisiner avec l’antisémitisme nazi.

  • 14 J. Duperray, Mémorial de l’Insurgé, p. 40. Jean Duperray évoque le cas des syndicalistes révolution (...)

21Il ne faut toutefois pas en rester à une vision trop consensuelle de la Résistance souvent véhiculée par les récits des témoins et négliger la part que l’idéologie a pu tenir dans les engagements ou, au contraire, dans la participation « réservée et circonstancielle à des mouvements dont certains ne se sentaient pas solidaires sans arrière-pensée »14. Il a existé dans la Loire une résistance propre à ceux et à celles qui, avant la guerre, avaient été membres ou proches de la démocratie chrétienne, qu’il s’agisse de la Jeune République ou du Parti Démocrate Populaire. Le Coq enchaîné a trouvé beaucoup d’adeptes parmi les Francs-Maçons. Une résistance communiste s’est également affirmée comme telle. Des règlements de compte entre militants d’extrême gauche professant des idéologies différentes ont eu lieu. L’assassinat de l’ancien secrétaire de l’Union départementale de la CGT, Pierre Arnaud, en décembre 1943, dont la responsabilité n’a jamais été nettement revendiquée, ne peut pas seulement s’expliquer par sa participation aux syndicats officiels où l’on retrouvait aussi des clandestins qui y avaient acquis une couverture et qui pouvaient y faire passer des mots d’ordre. Il est incontestablement une suite de la grève de novembre 1943 au cours de laquelle ce « vieux » militant ouvrier de la Fédération des mineurs a accepté d’adresser à ses camarades un tract qui, en annonçant une prochaine intervention allemande, contribua à la reprise. La cohabitation des communistes et des syndicalistes révolutionnaires dans la Résistance ne fut pas aisée, comme on peut s’en douter. À un échelon moindre, l’unification des mouvements de Résistance à laquelle s’attacha Jean Moulin subit parfois des échecs, au moins lorsqu’elle fut lancée, parce que des fondateurs de groupes voulaient garder leur liberté de manœuvre. Violette Maurice, qui refusa à Moulin lui-même l’entrée de 93 dans les futurs Mouvements Unis, a certainement redouté que son groupe fût récupéré par des résistants plus âgés. Son choix ne faisant pas l’unanimité parmi ses camarades, elle prit de la distance à leur égard.

  • 15 Voir les remarques très fines de R. Rémond, dans « la théorie du « Prince-Esclave » et l’Église fra (...)

22La Résistance s’est grossie de ralliements provoqués par l’évolution de la situation générale et par des considérations tenant à la situation particulière de diverses catégories de Français. C’est après la dissolution de l’armée d’armistice, par exemple, que des officiers de carrière souvent reclassés dans des mouvements vichyssois de la jeunesse adhérèrent à la Résistance. Certains d’entre eux prirent la tête des maquis dans l’hiver de 1943. Vers la même époque, des gendarmes et des policiers, ou bien des hommes, célibataires ou non, jeunes ou pas, menacés d’un départ en Allemagne par l’institution du STO, optèrent pour la Résistance et parfois furent contraints à la clandestinité. Il a fallu l’occupation totale de la métropole et l’évolution de la situation internationale pour faire céder un attentisme15 généralisé, qu’il ne faut toutefois pas confondre avec un soutien implicite de la collaboration.

23D’autres phénomènes ont contribué au développement de la Résistance. Ainsi le regroupement des principaux mouvements au sein des Mouvements Unis de la Résistance. On constate par exemple que si les différents mouvements ont continué à recruter, les militants des MUR et de l’Armée Secrète représentent 62,63 % de ceux qui en 1943 se sont affiliés à des groupes ayant approuvé la fusion. De la même manière, l’implantation du Front National dans la Loire à partir de l’été de 1941 a drainé des forces diverses qui, elles aussi, s’accrurent en 1943, puisque 56,75 % des affiliations au Front National et aux FTP ont alors eu lieu. La diversification des formes de lutte a enfin aidé à étoffer les effectifs. L’organisation, au côté de l’action de propagande, de « groupes francs » puis de sections paramilitaires a séduit les plus jeunes et les plus déterminés. La mise au point du « Noyautage des Administrations Publiques », la constitution de services de renseignement, la confection des faux papiers a permis de récupérer pour un travail discret et efficace des gens que leurs fonctions avaient parfois tenu à l’écart de la Résistance. Il suffisait d’une présence résistante dans un centre de tri postal pour subtiliser du courrier adressé à la Gestapo et peut-être empêcher des arrestations. Demander à une jeune femme de proposer, à Saint-Étienne, ses services de secrétaire à la Gestapo allait dans le même sens, bien que les risques éventuels fûssent graves pour l’intéressée. En tout cas des opérations de représailles programmées ne donnèrent pas toujours les résultats escomptés parce que des dispersions avaient pu être effectuées à temps, grâce aux informations reçues.

24Les statistiques prouvent que la Résistance a été majoritairement une activité masculine, les femmes ne représentant que 6,83 % des CVR et 7,58 % des déportés. Il est vrai que beaucoup de celles-là après la guerre n’ont pas cherché à faire reconnaître leurs activités antérieures. Bien que l’une d’entre elles ait fondé un groupe, les femmes n’ont pas habituellement reçu de tâches de direction au sein des mouvements et elles ont été affectées, comme ailleurs, au secrétariat, à l’entraide et aux liaisons. Elles ont toutefois exécuté des tâches extrêmement dangereuses, car beaucoup ont mis leur appartement à la disposition des groupes qui y tenaient des réunions, et même ont accepté d’héberger des postes émetteurs et leurs servants, voire ont servi au transport des postes ou des armes. 22 % des déportées ont été arrêtées pour espionnage et 10 % des femmes engagées dans des maquis ou faisant office d’agents de liaison ont été fusillées sur place. C’est parmi les femmes que l’on trouve aussi le plus grand nombre de ceux et de celles qui ont opté pour une résistance non violente, le plus souvent par conviction religieuse, soit en se consacrant à la diffusion de la presse, soit en se chargeant de la sauvegarde des victimes de la répression.

  • 16 Voir le témoignage de Lucien Neuwirth, recueilli par Monique Luirard le 29 décembre 1967 : « elle a (...)
  • 17 M. Luirard, op. cit., p. 497 et tableau p. 968.
  • 18 Mémorial de l’Insurgé, p. 6 : « pour beaucoup, leur action clandestine n’est plus que le souvenir d (...)
  • 19 Georges Fully, un lycéen de la plaine du Forez, fut déporté à Dachau pour des motifs divers. Il ava (...)

25Dans la Loire, la Résistance a trouvé des concours dans toutes les couches de la population régionale16. Les tableaux de répartition des Combattants Volontaires de la Résistance par catégories socioprofessionnelles17 montrent la grande place tenue par les ouvriers qui représentent 43,35 % de l’échantillon, la part quasiment égale tenue par les patrons de l’industrie et du commerce (16,57 %) et par les employés (14,98 %), le nombre proche des membres de l’enseignement, des militaires, des membres de professions libérales. Les étudiants et les cultivateurs, peu nombreux, sont toutefois talonnés par les ecclésiastiques fortement minoritaires. Il est vrai que des membres du clergé dont l’action dans la Résistance fut incontestable et parfois spectaculaire n’ont pas demandé la validation de leurs états de service. La même attitude a prévalu parmi les adhérents de « l’Insurgé » qui, de par leurs options libertaires, internationalistes ou syndicalistes révolutionnaires répugnaient à tout réflexe « ancien combattant »18. Les étudiants sont peu nombreux car la plupart de ceux qui étaient inscrits aux facultés lyonnaises ont participé à l’action des groupes du Rhône. Des lycéens ont eu une action très efficace dans la Résistance locale, avant de quitter la France, comme Lucien Neuwirth, pour poursuivre le combat à Londres. Quatre lycéens stéphanois ont été déportés après dénonciation pour avoir tenté d’implanter des sections de résistance dans les établissements scolaires et pour s’être chargés de diffuser du matériel de propagande19.

26Ce classement qui ne fait que refléter la structure sociale de la région appelle toutefois quelques commentaires. Les mouvements les plus anciennement implantés, Combat, Libération, Franc-Tireur ont recruté leurs cadres et leur base avant tout dans les classes moyennes, parmi les employés, les commerçants, les artisans, les petits industriels, les fonctionnaires et les employés municipaux. Certains mouvements ont eu d’emblée une base populaire : 93, qui attira de jeunes ouvriers, Le Coq enchaîné, certaines sections de Combat implantées dans des villes ou des bourgs industriels, le Front national, des réseaux de renseignement à la recherche d’informations sur la participation de l’économie régionale à l’effort de guerre de l’Allemagne et qui trouvèrent 16,27 % de leurs agents parmi les ouvriers. Avec la constitution des FTP et de l’AS, la part des ouvriers devint prépondérante puisqu’ils constituent 57,56 % des forces des premiers et 40,1 % de celles de la seconde.

  • 20 Un autre bombardement, beaucoup moins meurtrier (une soixantaine de morts et 86 blessés), mais très (...)

27Au regard des dossiers des Combattants Volontaires de la Résistance, l’engagement des ouvriers dans la Résistance peut apparaître relativement tardif. Il est vrai que la répression des cadres de la CGT et du parti communiste a été particulièrement précoce. De plus, le statut de ceux qui travaillaient dans les mines ou les établissements métallurgiques était particulier. Un grand nombre d’entre eux gagna les maquis au début de juin 1944, le débarquement survenant peu de jours après la mise en sommeil de l’économie stéphanoise provoquée par le bombardement massif, opéré le 26 mai, par l’aviation américaine qui fit plus de 1 000 morts, 2 000 blessés, 15 000 sinistrés, qui écrasa une partie de la ville de Saint-Étienne et qui bloqua ou désorganisa les transports ferroviaires régionaux pendant plusieurs semaines20. Mais les ouvriers des établissements « protégés » ont pu mettre en place des formes d’action qui n’ont pas forcément laissé des traces dans les archives, et qui ne donnaient pas l’impression d’être provoquées par des préoccupations nationales ou politiques. Dans les mines par exemple, on enregistra à diverses reprises des mouvements revendicatifs de faible durée à propos du ravitaillement insuffisant en viande, en matières grasses ou en compléments divers accordés aux travailleurs de force, du manque d’eau ou de chauffage dans les lavabos, de l’insuffisance des salaires. On pouvait aussi, avec habileté, ralentir la production, faire des sabotages techniques efficaces, s’absenter fréquemment en mettant ces absences au compte de la maladie. La discrétion était d’autant plus de mise que la répression de la Milice et de la Gestapo se déclenchait, à titre préventif, dès qu’une agitation était subodorée. Il est vrai que l’attitude du patronat ou de l’encadrement a joué un rôle à cet égard. Dans les petites mines de la vallée du Gier au moins, les mouvements de grève passèrent parfois inaperçus parce que la direction ne prévenait pas, comme elle l’aurait dû, la police. De même bien des sabotages « techniques » ou des freinages de la production ont été couverts ou aidés par des ingénieurs et des cadres. Le courage, l’intelligence et le cœur sont parfois allés de pair, mais pas toujours. Car signaler un arrêt de travail, mentionner les noms des « meneurs » pouvaient aboutir à la levée des réquisitions. Des ouvriers ont pu ainsi se retrouver en camps de concentration. Mais faut-il toujours obéir aux ordres ?

  • 21 Ph. Burrin, La France à l’heure allemande, Paris, Le Seuil, 1995.

  • 22 P. Laborie, Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.
  • 23 Vingtième siècle, 1998, n° 60, p. 23-24.


28La production historique actuelle insiste sur la confusion des sentiments qui s’est manifestée en France au cours des années « noires », « grises » ou « sombres » pendant lesquelles la France a vécu « à l’heure allemande »21. Ce furent incontestablement des années ternes, où le trouble a pu sembler dominer et à certains moments l’emporter22. Une forte minorité toutefois s’est engagée dans la Résistance et a combattu pour des objectifs variés mais qui n’étaient pas forcément contradictoires : par patriotisme contre l’Allemagne, contre le nazisme, pour libérer le territoire national, pour le respect d’une certaine conception de l’homme, pour que la France puisse garder son âme, pour rester fidèle à une foi, pour l’unité ouvrière, pour un avenir sans classes. Dans une étude intitulée « Changer le siècle », Antoine Prost a tenté de définir la figure de l’engagé et les caractères de l’engagement au XXe siècle. Les engagements dans la Résistance répondent à la plupart des critères qu’il a dégagés. Ils ont bel et bien été volontaires et personnels, et ils ne pouvaient pas être autres, car c’était sa vie que l’on mettait en jeu. Ils ont impliqué un gage, une mise, plus que du temps et de l’énergie, jusqu’au don complet de soi-même. Ils ne pouvaient pas toutefois être publics. Ils pouvaient être la suite des engagements d’avant-guerre et se présenter dans le droit-fil de ceux-là. Mais surtout ils ont eu des effets durables pour ceux qui les contractaient et parfois pour leurs proches et des conséquences lourdes : « La Résistance donne à l’engagement une autre gravité. Quelles qu’en soient les modalités, c’est un combat sans pitié : loin de déboucher sur un bénéfice quelconque, il a pour horizon les geôles de la Gestapo, les pelotons d’exécution et l’abomination des camps qu’on n’imagine même pas. L’engagement résistant se place sous le signe du sacrifice de soi, parfois des siens et il peut conduire au martyre »23.

  • 24 « Une ou des histoires du PCF » dans J.-P. Azéma, A. Prost, J.-P. Rioux (dir.), Le Parti communiste (...)

29Parmi ceux qui ont survécu, par chance ou par hasard, combien ont été marqués par les trahisons petites ou grandes dont ils avaient été les témoins ou les victimes ? Bien que les années de l’occupation n’eûssent pas été seulement le temps du courage, elles ont aussi suscité et renforcé, dans les pires conditions, la fraternité. Car la situation était alors telle qu’elle réclamait un investissement complet de l’existence, et en reprenant une confidence de Jean Bouvier à propos de son propre engagement, un investissement de « l’être, de l’âme, de la vie, de l’histoire personnelle, des peurs, des rêves et des fantasmes »24. La Résistance a pu susciter de telles conduites car elle avait été productrice de sens.

Haut de page

Annexe

Discussions

Jean-Pierre Azéma : C’est un bel exercice de traiter en 20 minutes et de faire une bonne approche, au-delà du cas particulier de ce département de la Loire, de ce qu’a été la zone non occupée, ainsi qu’on l’appelait à l’époque, en tous les cas de la zone sud. Je voudrais souligner deux ou trois points : le premier, il y a eu peu de Gestapo mais elle fonctionna bien à cause de Français et cela on ne saurait trop l’oublier ; second point, comme l’a bien montré Pierre Laborie, l’opinion du Français moyen se met certes à basculer à partir de novembre 1941, en tous les cas à partir de l’automne 41, mais l’attentisme prédomine encore. Pour sauter le pas, pour entrer en résistance, ça devient beaucoup plus compliqué après cette coupure déterminante qu’est novembre 1942, à savoir l’occupation de la zone sud en même temps que l’opération Torch et le fait que Philippe Pétain est délégitimé parce qu’il ne rejoint pas à ce moment-là l’Afrique du Nord. Pour un certain nombre de gens qui hésitaient ou qui étaient attentistes, en particulier les officiers de l’armée de la Russie qui entreront en majorité à l’ORA, la légitimité de Pétain est donc terminée et ils entrent à ce moment-là en désobéissance, ils entrent en résistance. Malgré tout, la résistance n’est demeurée jusqu’au bout qu’un phénomène minoritaire.

Paul Astier : Vous avez évoqué le nombre réduit de gestapistes sur la région de Saint-Étienne et la possibilité qu’ils avaient eue malgré cela de faire un travail considérable grâce à la délation. Est-ce que vous avez essayé de dresser une typologie de ces courriers de délation et des motifs de leurs expéditeurs ? Est-ce qu’il y a des spécificités ?

Monique Luirard : En fait, la délation dont j’ai parlé et dont j’ai vu les dossiers, ce ne sont pas les dossiers de la Gestapo, ce sont des lettres de dénonciation qui ont été envoyées à Vichy, au Maréchal, qui avaient été envoyées dans la période antérieure, pour simplifier, et qui ensuite étaient réexpédiées dans la Loire pour que les autorités préfectorales puissent agir. Il y avait plusieurs catégories : c’est d’abord les dénonciations du voisin pour des raisons directes ; les dénonciations les plus nombreuses concernaient les juifs et en particulier les juifs commerçants qui doivent porter de l’ombre, du genre : « Comment il est juif, et il est toujours là ! », soit des professions libérales. Il y avait déjà un certain nombre de mesures qui concernaient ces professions libérales, soit de restriction ou même de dénaturalisation - il faut rappeler qu’à la fin de la Troisième République on commence déjà à faire un peu de tri dans les naturalisations -, donc vous aviez un certain nombre de médecins qui continuaient à exercer, on comprend pourquoi. C’est plutôt ce style de dénonciation, ce sont souvent des gens qui essayaient de récupérer des choses et quand on regarde d’un peu plus près ces dossiers, on s’aperçoit qu’ils les ont effectivement récupérés parce qu’au moment où le Commissariat aux affaires juives a mis en place le contrôle des activités économiques, il y a eu un certain nombre de dénonciateurs qui se sont emparés des dépouilles. Voilà pour faire vite.

Je n’ai pas vu les dossiers des dénonciations qui étaient envoyées à la Gestapo. J’ai simplement fait état de dossiers qui avaient été récupérés par un ami de la famille qui était chef de résistance en 44. Alors qu’à Saint-Étienne on jetait les dossiers par les fenêtres, il était arrivé à temps pour sauver au moins les fichiers. Il y avait environ 300 personnes, douze gestapistes ou gestapeurs, je ne sais ce qu’il convient de dire, qui étaient « basiques », arrivés avec le service en février-mars 1943. Puis il y a eu un petit apport que je n’ai pas signalé, en gros une quarantaine, qui étaient de différents milieux, de différentes origines géographiques, y compris des Italiens. Enfin, il y a eu après tous les indicateurs qui pouvaient être à peu près 300, souvent ils venaient des mouvements collaborationnistes, ils venaient de la milice franquiste. Il y avait le tout-venant.

Une amie de la famille qui appartenait à la Résistance et qui avait essayé de négocier « en jouant les bécasses » une libération, avait été très impressionnée par le fait suivant : alors qu’elle avait attendu pendant un certain temps dans le parloir, il y avait des gens à côté d’elle qui disaient : « Vous venez dénoncer quelqu’un, on vous donne combien ? » Pour eux, quand on allait à la Gestapo, c’était pour dénoncer quelqu’un ! C’était impressionnant, on était pris à la gorge. Je crois que l’anecdote est fiable. Ça pouvait être très lourd. Un frère a été dénoncé pour une très grosse somme. Cela pouvait s’élever - il n’était pas un chef pourtant - à un mois ou deux mois de salaire d’un ouvrier. Ce n’était pas négligeable à l’époque. Il y avait des gens qui pouvaient être incités aussi par intérêt financier.

Étienne Dejonghe : Une petite précision. Quand tu parles de 14 personnes de la Gestapo, est-ce que c’était des membres du SD ou des GFP ?

Monique Luirard : C’étaient des SD.

Étienne Dejonghe : C’était déjà pas mal.

Monique Luirard : Il n’y avait pas qu’eux, il y avait d’autres services de renseignements qui fonctionnaient. Disons qu’en général, ils arrêtaient, mais ils transmettaient à la Gestapo, « pour suivre ». Ils ne venaient pas forcément des officines, ils venaient quelquefois de Lyon. C’est vrai que pour Saint-Étienne la proximité de Lyon faisait qu’on y transitait simplement et qu’on était expédié parfois dans les prisons lyonnaises. On ne trouve pas trace, dans les registres d’écrou des prisons de la Loire, de toutes les arrestations. Il pouvait arriver qu’on fût envoyé directement à Lyon, (il n’y a jamais que 110 km, il y a des trains), ce qui fait que finalement on ne retrouve pas trace de certaines arrestations sur les registres d’écrou français, de St Étienne du moins.

Intervenant : Dans les 300 personnes, vous incluez la milice ?

Monique Luirard : Tous ceux qui ont dénoncé, les délateurs, y compris les miliciens. Il pouvait y avoir tous les genres, il pouvait y avoir aussi des dames qui faisaient une sorte de collaboration horizontale.

Idem : Et la milice, ça représentait combien ?

Monique Luirard : La milice fonctionnait à part. Elle était importante dans la Loire et faisait ses propres arrestations avec des méthodes aussi efficacement valables sur les prisonniers que la Gestapo.

Maurice Vandekerkhove : Je voudrais poser une question personnelle. Est-ce que dans les archives de la Haute-Loire vous avez trouvé le dossier d’un nommé Lepoiret ?

Monique Luirard : J’ai travaillé uniquement le département de la Loire.

Maurice Vandekerkhove : Seulement ! C’est dommage car c’était pour moi l’occasion de raconter ma vie en ce sens qu’une personne du service m’avait demandé d’aller rendre visite à ce M. Lepoiret pour un vol de bicyclette, sur laquelle on avait retrouvé quelques traces de plastic car Lepoiret et ses compagnons avaient fait sauter un train. Détail dont on ne m’avait rien dit bien sûr. Et cela m’a valu quelques ennuis avec la police de Vichy. Heureusement, j’ai été reçu par un homme assez convenable, un commissaire qui était le patron des menées antinationales. Il s’appelait Fouilloux ; il a été fusillé à la Libération, il ne l’avait pas volé. Ce monsieur m’a montré le dossier des renseignements généraux qui comportait les noms de toutes les personnes qui avaient été suivies dans le Nord, et de manière très méticuleuse, je peux vous le dire à la lecture de leurs fiches. Et puis, à 5 heures le soir, il m’a laissé partir en me disant de revenir le lendemain, ce que je n’ai pas fait bien sûr, mais je suis sorti de là en me disant : maintenant je suis juif, communiste et franc-maçon !

Monique Luirard : De toute façon, toutes les situations étaient différentes. Il pouvait même arriver que des agents de la Gestapo laissent partir quelqu’un. Il y a toujours une part de chance.

Roger Vanhée : Y a-t-il eu une participation importante de la population d’origine polonaise dans cette région ? Car ici, et à Arras notamment - c’est le seul endroit où les plaques sont alignées toutes ensemble, les 218 plaques, on s’aperçoit de la très forte participation de la population d’origine polonaise à la Résistance et au prix payé par cette résistance polonaise.

Monique Luirard : Bien sûr, il est clair, même si je ne l’ai pas évoqué dans mon intervention, que les travailleurs dans les mines se sont associés aux grèves auxquelles j’ai fait allusion, celles de novembre 1943. Il y a eu d’autres mouvements aussi, il y a eu des maquis à coloration un peu spécifique qui, sans être exclusivement polonais, avaient une forte participation polonaise. C’est général je crois.

Haut de page

Notes

1 Pour le détail des faits, voir M. Luirard, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Étienne, 1980, Presses du CIER des Structures régionales et du Centre des Études Foréziennes, 1024 p.

2 Arch. dép. Loire, R 1189.

3 C’est à Saint-Étienne, où il était venu à l’occasion du bombardement, que Pétain apprit le débarquement. Sa visite en fut plus qu’écourtée.

4 En particulier Espoir, diffusé pendant l’automne et l’hiver de 1940 : à partir de mai 1941, le groupe « Espoir » se rattache à « Franc-Tireur ». 93, journal d’un groupe du même nom fondé par une étudiante, Violette Maurice, fut également publié à Saint-Étienne par l’imprimerie Bornier.

5 La statistique a été réalisée à partir de 622 dossiers qui possèdent ce type d’information.

6 Mémorial, 18.11.40.

7 Arch. dép. Loire, cab.12, censure postale, décembre 1940.

8 Id. cab. 12. 30.10.40.


9 Id. 23.11.40.

10 Id. 27.12.40.

11 Id. 24.1.41.

12 Arch. Nat. F I C III, 4.7.43.


13 Arch. dép. Loire, cab. 13, août 1942.

14 J. Duperray, Mémorial de l’Insurgé, p. 40. Jean Duperray évoque le cas des syndicalistes révolutionnaires.

15 Voir les remarques très fines de R. Rémond, dans « la théorie du « Prince-Esclave » et l’Église française pendant l’Occupation », préface au Journal de la conscience française, 1940-1944, de Gaston Fessard, s.j. texte établi et annoté par Michel Sales, s.j. Plon, 2001, p. 10-11 : « L’attentisme est un terme peu satisfaisant car il induit une interprétation que dément une connaissance plus fine et plus pénétrante des sentiments des Français. L’attentisme n’est ni indifférence, ni refus de choisir entre deux camps, ni non plus un opportunisme médiocre attendant que le vent ait définitivement tourné pour se rallier au vainqueur. L’attitude des Français est plus complexe : elle reflète le désarroi d’un peuple abasourdi par la défaite, privé de toute information objective, ne sachant plus à qui faire confiance et ayant les plus grandes difficultés à apprécier la situation et à discerner les enjeux des choix qui se proposent. Le Père Fessard rappelle à juste titre que l’attentisme, si attentisme il y a, n’a jamais été acceptation de la collaboration [...]. Surtout il montre avec une grande délicatesse de touche par quel subtil dosage entre l’obéissance et la résistance l’opinion dans sa grande généralité a évolué en fonction du mélange de liberté présumée et de dépendance croissante qui caractérise la politique du gouvernement de Vichy : plus celui-ci tombe dans la servitude et plus l’opinion s’en détache, jusqu’à lui retirer son adhésion ».

16 Voir le témoignage de Lucien Neuwirth, recueilli par Monique Luirard le 29 décembre 1967 : « elle a rassemblé des ouvriers, des professeurs, des cadres, des patrons – la résistance de Mimard est à citer en exemple -, bref des gens qui avaient l’habitude de réfléchir et qui refusaient toute conduite moutonnière. Quant aux jeunes gens qui entraient dans la Résistance, ils le faisaient parce qu’ils ne voulaient pas entendre parler de défaite, par non conformisme, par réaction contre leurs parents ».

17 M. Luirard, op. cit., p. 497 et tableau p. 968.

18 Mémorial de l’Insurgé, p. 6 : « pour beaucoup, leur action clandestine n’est plus que le souvenir d’une période de tâtonnements et de balbutiantes recherches d’un mouvement ouvrier qui n’a plus grand chose à voir avec une Résistance dont l’aspect nationaliste et gaulliste s’inscrit en contradiction avec leurs tendances naturelles. Leur haine de la guerre, du panache et de la cocarde tricolore à la Déroulède prévaut largement sur leur participation réservée et circonstancielle à des mouvements dont ils ne se sentaient pas solidaires sans arrière-pensée ».

19 Georges Fully, un lycéen de la plaine du Forez, fut déporté à Dachau pour des motifs divers. Il avait, entre autres, été dénoncé par le chef de la Légion de son village pour avoir dessiné des croix gammées sur les citrouilles plantées dans le jardin de ce dernier. Comme il avait procédé par incision, les dites croix gammées ne pouvaient pas ne pas être visibles lorsque les citrouilles grossirent !

20 Un autre bombardement, beaucoup moins meurtrier (une soixantaine de morts et 86 blessés), mais très efficace, réalisé par les Anglais, avait démantelé les usines de la Ricamarie qui produisait des roulements à bille le 10 mars 1944 et arrêté l’activité de divers établissements de la vallée de l’Ondaine.

21 Ph. Burrin, La France à l’heure allemande, Paris, Le Seuil, 1995.


22 P. Laborie, Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

23 Vingtième siècle, 1998, n° 60, p. 23-24.


24 « Une ou des histoires du PCF » dans J.-P. Azéma, A. Prost, J.-P. Rioux (dir.), Le Parti communiste français des années sombres (1938-1941), Paris, le Seuil, 1986, p. 305.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Luirard, « Réflexions sur l’engagement dans la résistance en zone Sud. Le cas de la Loire », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 147-164.

Référence électronique

Monique Luirard, « Réflexions sur l’engagement dans la résistance en zone Sud. Le cas de la Loire », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/419

Haut de page

Auteur

Monique Luirard

IEP Lille

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals