Navigation – Plan du site
Introduction

Commentaire introductif

p. 9-24

Texte intégral

Les Sources

  • 1  Archives Municipales de Lille, Reg. n°953 (1291-1355).

1Le premier Registre aux bourgeois donne les noms des bourgeois reçus de 1291 à 13551

2De la couverture, seule subsiste la première de couverture sur ais de bois recouvert de cuir, actuellement en très mauvais état. Sur l’intérieur, un papier-parchemin a été collé sur le bois et porte l’inscription suivante :

1291

Commenché a la tousaint XIIc IIIIXX XI etfiny a

pareil jour de l’an XIIIc LVI

1356

3Le registre, en papier-parchemin, est constitué de 12 quartenions (avec signature en bas à gauche de chaque nouveau cahier) de 8 folios écrits recto verso pour un total de 93 folios.

4Il offre l’aspect d’une copie de rôles disparus : sans doute le clerc de la ville inscrivait-il au jour le jour les nouveaux venus sur des feuillets mobiles, dont il transcrivait ensuite les mentions sur un registre spécifique.

5Les lettres initiales des prénoms des futurs nouveaux bourgeois y étaient certainement déjà inscrites par avance (voir photo du f°57, début du VIIIe cahier). L’ensemble présente une tenue générale soignée, une certaine uniformité d’écriture et d’encre même, qui révèle un travail à main posée et continu.

6Les noms se présentent en une seule colonne.

7Ils se suivent par ordre alphabétique des prénoms, et par année, ce qui rend les recherches mal aisées : par exemple sont inscrits en première page, les bourgeois dont le prénom commence par un A, et qui ont été reçus depuis la Toussaint 1291 ; puis ceux qui sont reçus depuis la Toussaint 1292 et ainsi de suite jusqu’en 1355 ; ensuite viennent les bourgeois dont le prénom commence par B…

Registre au Bourgeois, f°57, début du VIIIe cahier ; lettres initiales des J

Registre au Bourgeois, f°57, début du VIIIe cahier ; lettres initiales des J

8La complexité du plan adopté a été une source d’erreurs pour le copiste :

9Dans le premier registre, le copiste en inscrivant l’année 1342 s’est aperçu que sa place était mauvaise, on peut voir dans la marge du registre, au f°3v°, une grande accolade et un #. Cette année avait été recopiée avant 1329. Le même # est marqué au f°4, là où les mentions devaient être indiquées (voir ci-dessous).

Registre aux Bourgeois, f°3v°

Registre aux Bourgeois, f°3v°

Registre aux Bourgeois, f°4

Registre aux Bourgeois, f°4

10De même, au f° 87, Thumas li Boulenghiers fils Jehan, nouveau bourgeois en 1354 a été placé après 1355 (en marge, on remarque un -b- en face de l’année 1355, puis deux lignes en dessous un -a- en face de l’année 1354).

11Au f°63v°, le scribe a indiqué deux fois le même nouveau bourgeois à deux années différentes : années 1297 et 1298 : Martin li Sieliers dou Behullin de Marke en Pevele [n° 2874 et 2877].

Registre aux Bourgeois, f°63v°

Registre aux Bourgeois, f°63v°

12Pour compléter, confirmer ou infirmer certaines lectures du premier registre aux bourgeois, nous avons utilisé les comptabilités urbaines :

13Les comptes, réunis aux Archives Municipales de Lille, se présentent sous la forme de grands registres format in-4°, de 40 à 60 folios environ. La plupart de ces comptes sont en double, quelquefois en triples exemplaires. Un des exemplaires devait être remis aux échevins lors de la reddition des comptes. L’écriture varie selon les dates, certains, sont bien écrits et bien présentés, d’autres plus négligés et hâtifs.

  • 2  Archives Municipales de Lille, CC 16012 (1317-18) à CC 16062-16063-16064 (1354-1355).

14Les comptes répertoriés dans la série CC2 sont conservés depuis 1317-18 avec un certain nombre de lacunes : les années 1318-19, 1320-21, 1324-25 à 1327-28 manquent. Certains registres sont à demi effacés et très difficiles à lire, voire illisibles, ce sont les registres de 1328-29 à 1331-32 et 1352-53,1353-54.

  • 3  Archives Départementales du Nord, B 7580, Compte 1301-02.

15Aux Archives départementales, nous avons consulté le compte de la ville pour l’exercice 1301-023. Ce compte semblable à ceux déjà examinés s’arrête au 15 août 1302 (date de la prise de Lille par les Flamands) et n’est pas suivi de l’état de la ville.

16La disposition de ces comptes est toujours à peu près la même jusqu’en 1364, date de la réforme financière.

17Dans les comptes, nous nous sommes intéressés, dans l’État des Recettes, au chapitre « Nouviaus bourghois » (droit d’entrée dans la bourgeoisie).

Compte de 1301-02

Compte de 1301-02

Le Nouveau Bourgeois

  • 4  S. Poignant, Le bourgeois de Lille au XIVe siècle. Sa condition juridique en droit criminel. Lille (...)

18En ce qui concerne la définition juridique du nouveau bourgeois, nous vous renvoyons aux travaux de S. Poignant et de P. Desportes qui l’on fait amplement4.

19Nous nous contentons de rappeler les principales règles des réceptions et inscriptions à la bourgeoisie de Lille :

- bourgeois de naissance « bourgeois de relief »
  • 5  Reg. 952, f°40v°, 1323 : « Jehan Morille filz Gillion Morille, par tesmoignage qu'il heubt que ses (...)

20Le fils de bourgeois est tenu de relever la bourgeoisie de son père s’il veut le devenir à son tour5. Les bâtards de bourgeois ne sont pas exclus, ils doivent seulement justifier de la qualité bourgeoise de leur père et la réalité du lien de filiation qu’ils invoquent.

21Les différentes circonstances qui obligent au rachat sont :

  • la survenance de la majorité ;

  • la mise hors le pain de père et mère ;

  • le partage ;

  • le mariage. Un délai d’un an est laissé au fils de bourgeois qui convole en justes noces pour y procéder, le délai passé il ne peut plus se faire admettre de plein droit, en vertu de son hérédité.

- bourgeois d’achat « bourgeois d'accat »

22Le bourgeois d’achat doit pour être admis remplir certaines conditions :

  • le « manage », c’est-à-dire pour le postulant d’habiter la ville, d’y occuper une place sociale relativement élevée et d’y payer un impôt.

    • 6  Compte 1367-68, f° 7.

    les nouveaux bourgeois doivent consigner au profit de la communauté un cautionnement ou « fianche » garantissant à celle-ci le paiement de leurs impositions. Seuls les comptes d’après la période étudiée nous donnent une idée précise de ces cautions6.

  • 7  Livre Roisin, éd. R. Monier, $ 15. « Comment on doit rechevoir les bourgois nouviaus. Il est estab (...)

23La détermination du montant du droit payé par les bourgeois pose un problème. En fait de paiement, les registres n’indiquent que ceux effectués par les bourgeois d’achat ; les seules sommes mentionnées sont les 60 s. représentant le montant du droit d’entrée demandé aux éléments venant de l’extérieur7.

  • 8  P. Desportes, art. cit., p. 544.

24Une seule entorse durant les années 1302-1303, 1303-04 et 1304-05 où les versements consignés sont de 30 s seulement. Pour P. Desportes8, le taux de 60 s. correspond à une brève variation du droit d’entrée et non au montant du droit de relief.

  • 9  Livre Roisin, éd. R. monier, $ 110, p. 75 : « Et doivent li enfant marle i estre rechut en le bour (...)

25Pour le droit de relief, si l’on se réfère au Livre Roisin, suivant une disposition concernant les bâtards, il fixe le rachat dû par les fils de bourgeois à 4 s et 2 d9.

26Au total, nous avons relevé 4 102 nouveaux bourgeois, 4 085 inscrits dans ce premier registre et 17 noms inscrits uniquement dans les comptes.

Tableau du nombre d’entrées (1291-1355)

Années

Total

Registre

Relief

Registre

Achat

Registre

NB

Comptabilités1

1291-92

54

54

1292-93

74

65

9

1293-94

42

36

6

1294-95

56

39

17

1295-96

56

43

13

1296-97

27

22

5

1297-98

30

27

2

1298-99

50

39

11

1299-1300

66

31

35

1300-01

88

40

48

1301-02

35

21

14

+ 3

1302-03

301

16

285

1303-04

112

46

10

1304-05

104

45

59

1305-06

56

46

10

1306-07

77

39

38

1307-08

90

41

49

1308-09

87

67

20

1309-10

47

36

11

1310-11

48

39

9

1311-12

41

33

8

1312-13

31

19

12

1313-14

39

23

16

1314-15

43

25

18

1315-16

49

40

9

1316-17

40

26

14

1317-18

43

32

11

1318-19

14

6

8

1319-20

33

27

6

+1

1320-21

24

16

8

1321-22

40

30

10

1322-23

35

23

5

+2

1323-24

35

23

5

1324-25

37

24

13

1325-26

38

31

7

1326-27

55

33

22

1327-28

48

26

22

1328-29

140

32

108

1329-30

97

67

30

+1

1330-31

39

32

7

1331-32

43

31

12

1332-33

35

28

7

+1

1333-34

44

35

9

1334-35

40

31

9

1335-36

36

23

13

1336-37

26

15

11

1337-38

29

24

5

1338-39

32

17

15

1339-40

32

21

10

+1

1340-41

197

37

70

+4

1341-42

116

49

67

1342-43

137

44

93

+1

1343-44

30

25

5

1344-45

28

21

7

1345-46

25

16

9

1346-47

39

8

31

1347-48

111

32

79

1348-49

73

33

40

1349-50

79

20

59

1350-51

201

59

142

+1

1351-52

124

28

96

+1

1352-53

77

35

42

1353-54

61

28

33

1354-55

61

19

42

1355-56

60

9

51

+1

1. Dans cette colonne, nous indiquons les noms trouvés uniquement dans les comptes. Dans la liste éditée, en 1301 [nos 4086, 4087, 4088], 1322 [nos 4090, 4091], 1329 [n° 4092], 1332 [n° 4093], 1339 [n° 4094], 1340 [nos 4095 à 4098], 1342 [n° 4099], 1350 [n° 4100], 1351 [n° 4101], 1355 [n° 4102]

Courbe des nouveaux bourgeois (1291-1355)

Courbe des nouveaux bourgeois (1291-1355)

Étude critique

27Aucune mention de date précise n’apparaît dans le registre, les données sont valables pour l’année comptable, d’une Toussaint à l’autre.

28Seul l’examen parallèle des comptes peut donner une idée des réceptions par mois, mais la série n’est complète qu’à partir de 1329-30 et certains comptes sont illisibles. Dans la liste éditée ci-après, nous avons noté le mois de réception du nouveau bourgeois.

29Le scribe a omis, à de nombreuses reprises, de noter la mention 60 s après le nom du nouveau bourgeois. Or le nouveau bourgeois par achat apparaît dans les comptes.

30Quelquefois un nom apparaît dans le registre et pas dans les comptes et inversement. En examinant attentivement les listes comparées, on s’aperçoit que certains noms apparaissent l’année précédente ou l’année suivante, mais cela n’est pas systématique. Il n’y a pas de raisons apparentes, si ce n’est une erreur du copiste.

31La lecture des noms est très importante : le déchiffrage, les abréviations, l’écriture du copiste ou ses erreurs, l’évolution des noms au cours des années sont autant de difficultés rencontrées. La comparaison avec les comptes permet de confirmer ou non certaines lectures.

32Dans l’édition du premier registre, nous avons relevé fidèlement les noms, tels qu’ils ont été transcrits par le copiste. Par contre, dans le tableau par noms des nouveaux bourgeois, nous avons adopté une orthographe « moderne ».

33Le copiste n’avait pas une orthographe très établie et les noms
varient souvent au fil des ans :

  • Bauffremés a été écrit tout à tour Baufrumés, Bauffremés, Baufrumés ;

  • Becqueriel = Bieckeriel, Biecqueriel ;

  • Hanghewart = Hangouart, Hangouwart, Hangheward ;

  • Maire = Mere, Meire, Mesre ;

  • Neveu = Nieps, Niés, Nepveut, Nepveu…

34Certains noms se transforment au cours des années :

  • le lieu d’origine devient le nom :

1298 : Jaquemes de Thumesnil filz Hellin Gambart de Thumesnil [n° 1000] ; Jaquemes de Torcoing le cordewanier fils Olivier Billon de Tourcoing [n° 1008] ;
1302 : Jehan de Torcoing li vieswariers fils Olivier Billon de Torcoing [n° 1176] ; Pieres Diunosament dou Four [n° 3175] ;
1340 : Pieres dou Four dis Dieux nosament [n° 3411].

  • le surnom du père devient le nom du fils :

1298 : Alars de Bieckeriel fils Gillion dou Mortier que on dist de Bieckeriel [n° 15] ;
1300 : Piere Loustourgne fils Jaquemon le Mire que on dist Loustourgne [n° 3169] ;
1322 : Jehan Padoul fils Jehan le Noirier le pissonnier de mer que on dist Padoul [n° 1707].

  • le métier devient le nom :

1292 : Hellin li Fruitier fils Nicolon Plaque de Make le fruitier [n° 718] ;
1297 : Alart le Parkeminier fils Gillion le Roux le parkeminier [n° 3] ;
1303 : Nicoles li Potiers filz Will[aum]e le Rous le potier [n° 3048] ;
1326 : Jakemes le Capelier fils Pieron le capelier de feutre [n° 1782].

  • autres constatations :

1298 : Renier s li Fouqués de Waissemi filz Fouket de Waissemi [n° 3582] ;
1299 : Jehan Quarelés fils Quariel le porteur [n° 1031] ; Symons li Potiers fils le Potier [n° 3712] : Jehan Oliviers fils Olivier le pinier [n° 1203] : Jehan Warniers fils Warniers le fruitier [n° 1242] ; Jehan Richars fils Richart le voillier [n° 1224] ;
1304 : Jehan Bietremieuls fils Bietremieu le merchier [n° 1302] ; Mikieulz Riquart fils Rikart le pissonnier de mer [n° 2907] ;
1305 : Thumas Weris fils maistre Wery [n° 3783] ;
1317 : Jakemes Pol fu cordewanier, fils Pol li candelleur [n° 1630].

35Cela signifie-t-il que le scribe a omis de signaler le prénom du père ? ou que le prénom du père est devenu le nom ? On ne peut pas trancher de façon décisive.

36Certaines transformations apparaissent également lorsque nous avons comparé le registre et les comptes :

1322 : [n° 581] R = Gilles Boutilliers qu’on dist kokus ; C = Gilles Kokut de le Boutellerie
1332 : [n° 3376] R = Polz le Crassier dit Boidin ; C = Baudon le Crassier
1354 : [n° 136] R = Alard de Tourcoing dis de Laubiel fils Jehan ; C  = Alard de Laubiel

37Dernière constatation, il existe des différences entre le registre et la comptabilité : écriture du nom, prénom, lieu d’origine différents.

38Nous les avons relevés et nous indiquons le numéro d’ordre de la liste d’édition :

39[nos 104, 110, 114, 120, 136, 581, 674, 687, 817, 855, 856, 2170, 2197, 2221, 2242, 2271, 2508, 2536, 2548, 2628, 2652, 2654, 2974, 3310, 3361, 3376, 3661, 3666, 3807, 4004].

40Après ces observations quant à la forme, nous nous intéressons maintenant au fond. Dans la deuxième partie de cet ouvrage, un tableau des noms de famille a été dressé.

Les noms de famille

41Lorsque l’on étudie ces noms de famille, plusieurs constatations peuvent être faites.

42À partir de 5 noms d’une même famille, on retrouve les familles impliquées dans la vie politique et économique du XIVe siècle lillois. À partir de 15 noms, 13 sur 22 appartiendront à l’échevinage au cours du XIVe siècle. Nous avons joint en annexe la liste échevinale de 1285 à 1369.

43Nous avons relevé ces noms dans le tableau suivant :

  • 10  Après les noms cités, nous avons indiqué entre parenthèses le rôle que ces familles ont joué au co (...)

Liste des familles les plus représentatives rencontrées dans le premier registre aux bourgeois 1291-135510

5 fois

Amerin d’(F, R), Andriu, Aubenton d’(E), Becqueriel de, Bensele, Béthune de (F), Blaquerne de (E, F, R), Bouvines de (R), Broech dou, Caffaut, Carnin de (E, R), Coc le (F), Corieur le, Cotignies de, Coustre le, Crenchier le (F), Engle 1’, Erbier 1’, Erquinghem d’, Escaubieque d’(E, F), Eve (E), Falesque de le (R), Fievet (F, R), Flament, Foupau, Grandiel, Hauce Piet, Havet, Havrelant, Herlant, Hoir 1’, Jovene le, Langhelee de (E, F, R), Machon le, Marchant le, Mesplau de, Mons de (F), Morille (F, R), Noirbert (E), Oisiel Y, Passe en Tarte, Pille, Place de le (E), Pré dou, Quesnoit de (F), Riquewart, Sage le, Saint Venant de, Santés de (F), Turpin, Varlet, Viart le (E, R), Vigne de le, Waullart, Wauquier

6 fois

Arras d’(F), Bassée de le, Berghes de, Berquehem de, Billau dou, Bloquiel (F), Boursier le (E), Brun le, Bus dou, Caignart (R), Capielle de le (E, R), Caron, Coppin (F), Cousin, Douch le, Escot 1’, Ferrières de (E), Flament le (F, R), Fretin de, Malet, Marcot, Normant (F), Orchies d’(E), Patin au (F), Peveriel, Pinchon, Pois as (E, F), Potier (F), Ronc de, Roussiel, Sauvage le, Tour de le (F), Tournemine, Tripier le, Truie a le, Vendville de, Vrediere, Vrielin, Wauquier le, Wavrin de, Ypres d’

7 fois

Aubiel de l’(E), Bappaumes de (E, F, R), Baudescot, Becque de le (R), Caitiel, Cambrin de, Clément, Clop le (R), Crombet, Croquet dou (F, R), Escutier l’(E, F, R), Five de (E, F), Flosch dou (E, F), Gommer (E, F, R), Hazart, Hechin de (E), Huate, Marchenielles de (F), Mares dou (R), Mortier dou (E, R), Parent, Rique le, Sec le, Tenremonde de (E, F), Wailly de (R)

8 fois

Artut (E, F, R), Bauffremés de (E, F, R), Bosquiel dou (E, F, R), Eschevin l’(E, F), Fremaut (E, F, R), Gargate, Joveniel, Joye (E, F, R), Landas de (R), Moriel (R), Pire dou (F), Pont dou (R), Quesne dou (F, R), Riquemer (E, F, R), Roux le, Roy le (R), Rue de le, Sainghin de, Thuelaine (E, F, R)

9 fois

Avaine a l’(F), Bochart, Borgne le (E, F, R), Carpentier le, Caudrelier le, Comines de, Cuvelier le (F, R), Fourligniet (E, F, R), Hallet, Leu le, Lomme de, Mailart (E, F, R), Marquette (F, R), Noir le (E, F, R), Ponchiel dou (F, R), Près dou (E, F), Preudomme le (E, F, R), Sarrasin le (E, F), Tertre dou, Wetin (F)

10 fois

Barbieur le (F), Boidin, Cloquier, Gardin dou, Grand le (F), Haie de le (R), Herent (R), Marchant (R), Menin de, Noyelles de (F, R), Plaiet le (E, F, R), Tourcoing de (F, R), Vacquerie de le (E, F, R)

11 fois

Cambe de le (F, R), Court de le (F, R), Denis {E, F), Planque de le (F), Pontrohart de (E, F, R), Puch dou (E, R), Tailleurs des (E, F, R), Villers de (E, F, R)

12 fois

Bourier (E, F, R), Courtray de (E, F, R), Halle de le (F, R), Linier le, Los de (F, R), Thumesnil de (E, F, R), Toillier le (E, F, R)

13 fois

Bouch le (F), Camps des, Cordier le (F), Croix de le (R), Hardit (F), Ries ddou (R), Ruyelle de le (E, F, R)

14 fois

Lespierre de (R), Merchier le (E, F, R)

15 fois

Gand de (F, R), Hanghewart (E, F, R), Lattrre de (E, R)

16 fois

Molin dou (E, F, R), Warenghien dou (E, F, R)

17 fois

Bare de le (E, F, R), Boulenghier le, Hersent (F), Maire le (E, F, R), Vretet (E, F, R)

18 fois

Porte de le (F, R)

19 fois

Bois dou (E, F, R), Prevot le (E, F, R)

21 fois

Clerc le

23 fois

Orghet (E, F, R)

26 fois

Castiel dou (E, F, R), Four dou (E, F, R)

27 fois

Neveu le (E, F, R)

28 fois

Fevre le (F)

32 fois

Carlier (F, R)

  • 11  Pour plus de détails sur l’étude des familles, voir M. Aubry, Le nouveau bourgeois, son intégratio (...)

44Une étude approfondie de ces familles permet également d’observer les liens très étroits entre ces familles (liens économiques, liens de mariage entre familles influentes)11.

Les origines géographiques et professionnelles

45Le registre peut nous offrir d’autres possibilités d’exploitation : l’origine géographique (18 % d’origine géographique indiquée par rapport au nombre de nouveaux bourgeois) et à une moindre échelle l’origine professionnelle (15 %).

46Cela apparaît à deux niveaux : au niveau du nouveau bourgeois et du père du nouveau bourgeois. En étudiant tous les noms, nous avons constaté que l’origine géographique et le métier concernant le nouveau bourgeois sont toujours placés avant la filiation. Quelquefois deux lieux ou deux métiers sont indiqués, celui du nouveau bourgeois et celui de son père :

1298 : Jehans dou Ponchiel li fevres filz Jehan dou Ponchiel pissonnier de douche euwe [n° 1002] ;
1302 : Jehan de Noielle li plaquieres filz Gillion le tellier [n° 1139] ;
1309 : Jehan li Noirs li toiliers filz Jehan le Noir le vairier [n° 1466] ;
1317 : Jakemes Pol li cordewaniers fils Pol li candelleur [n° 1630] ;
1328 : Jakemes de le Blaquerne li merchiers filz Jehan de le Blakerne le cambier [n° 1818] ;
1336 : Jehan Orghés li potiers destain fils Jake[me] Orghet le goudalier [n° 2088] ;
1342 : Jehan de Los li grumeliers fils Pieron de Los li vieswarier [n° 2299].

47Plusieurs indices nous confirment dans ce choix entre le nouveau bourgeois et le père du nouveau bourgeois quant à l’attribution d’un métier ou d’un lieu d’origine :

48Prenons par exemple :

le n° 3809 [1335 : Thumas le Boulenghiers fils Thumas d’Esquermes] et le n° 3812 [1339 : Thomas le Boulenghiers le père d’Esquermes] ;
le n° 3974 [1327 : Willaume de le Vigne fils de feu Jehan de le Vigne qui fu sergent ; le père est décédé et il a été sergeant] ;
les n° 2912 [1306 : Martins de Saint Quentin liarmoiieres] et le n° 2964 [1339 : Mikieulz de Saint Quentin fils Martin l’armoiieur] ;
les n° 987 [1297 : Jehans de Wervy li boulenghiers] et n° 2933 [1317 : Mikieulz de Wervy fils Jehan de Wervy le bolenghier] ;
les n° 3890 [1302 : Willaume de Hollande li cordewaniers] et n° 3994 [1331 : Willaumes de Hollande fils Willaume de Hollande le cordewanier] ;
les n° 3210 [1303 : Pieres Hierens de Wasquehal], n° 3403 [1340 : Pieres Hierens filz Pieron de Wasquehal], et n° 2301 [1342 : Jakemes Hierens filz Pieron de Wasquehal ]

L’origine géographique

49Les termes géographiques précédés de « dit de » n’ont pas été pris en compte, car leur réalité est, en général, aléatoire. Cependant, il faut remarquer que, dans certains cas, le « dit de » correspond à une évolution dans le temps :

En 1303, Jehans Machon est de Dergnau [n° 1247] ; en 1318, Piere Machon, fils Jehan dit de Dergnau [n° 3297] ou En 1304, Jehans le Clercs de Fâches li fevres [n° 1277] ; en 1333, Jakemes li Clercs dis de Fâches li fevres hls Jehan [n° 2026]

501 145 lieux d’origine ont été relevés (père et fils confondus). 955 (83 %) pour les nouveaux bourgeois et 190 (17 %) pour leurs pères.

51La ville de Lille apparaît comme le centre d’une périphérie d’un rayon maximum de 100 km environ, et sa puissance d’attrait décroît en même temps de la distance augmente.

52La densité la plus forte se rencontre tout naturellement dans la région avoisinante. L’actuel arrondissement de Lille fournit 80 % des lieux d’émigration. Tous les villages fournissent un ou plusieurs nouveaux bourgeois.

53Sur la première carte ci-après, nous avons cartographie les zones d’attraction des nouveaux bourgeois dans l’arrondissement de Lille. Les villages les plus souvent rencontrés dans ces zones sont :

54Marcq (35), Wambrechies (32), Templeuve (26), Tourcoing (25), Roncq (19), Ennevelin, Fretin, Péronne en Mélantois (15), Fournes, Verlinghem (14), Houplines, Ronchin (13), Armentières, Comines, Lambersart, Seclin (12), Annappes, Neuville, Wavrin (11), Ascq, Erquinghem/Lys, Roubaix, Wasquehal, Wattrelos (10).

Origine des nouveaux bourgeois. Arrondissement de Lille

Origine des nouveaux bourgeois. Arrondissement de Lille

55Le reste des migrants vient des arrondissements voisins, mais en quantité comparativement infime comme le confirme la deuxième carte, de 20 à 50 km (La Bassée (9), Merville, Douai, Lens) de la Flandre occidentale et orientale, correspondant à la Belgique actuelle (Courtrai, Audenarde, Tournai). Au-delà des 50 km, les provenances se raréfient encore (Arras, Hesdin, Guines, Dunkerque, Gand, Le Quesnoy, Cambrai…).

L’origine professionnelle

56946 métiers ont été relevés (père et fils confondus) : 621 pour les nouveaux bourgeois et 25 pour leurs pères.

57Les professions les plus souvent citées (au moins 6 fois) sont les suivantes :

58Textile 134 (28 %) : vieswarier 42, merchier 34, foulon 13, couturier 9, drapier 8, parmentier 8, taintenier 7, tisserand 7, toillier 6.

59Alimentation 103 (22 %) : boulenghier 35, macheclier 17, goudalier 13, pissonnier 12, cuvelier 11, fruitier 8, fournier 7.

60Industrie du cuir 95 (20 %) : cordewanier 39, peletier 34, conreur 8, wantier 8, taneur 6.

61Constructions 63 (13 %) : machon 25, carpentier 21, couvreur 11, porteur 6

62Travaux divers (ameublement, orfèvrerie) 51 (11 %) : fevre 26, caudrelier 10, potier 8, orfèvre 7.

63Autres professions 28 (6 %) : barbieur 10, carlier 9, fourbisseur 9.

Origine professionnelle

Origine professionnelle
Haut de page

Notes

1  Archives Municipales de Lille, Reg. n°953 (1291-1355).

2  Archives Municipales de Lille, CC 16012 (1317-18) à CC 16062-16063-16064 (1354-1355).

3  Archives Départementales du Nord, B 7580, Compte 1301-02.

4  S. Poignant, Le bourgeois de Lille au XIVe siècle. Sa condition juridique en droit criminel. Lille, Raoust, 1929, 354 p. ; P. Desportes, « Réceptions et inscriptions à la bourgeoisie de Lille aux XIVe et XVe siècles » dans Revue du Nord, 1980, n°246, p. 541-571.

5  Reg. 952, f°40v°, 1323 : « Jehan Morille filz Gillion Morille, par tesmoignage qu'il heubt que ses pères estoit bourgois quant il fut nés » ; un certain nombre de noms sont suivis de la mention filz de bourgois ; 1308 « Pieres de le Capielle fils Jehan filz de bourgois » ; 1319 : Jake[me]s li Viars fils Gillion fils de bourgois ; 1353 « Henris li Coustres fils de Jaquemon fils de bourgois ; Jaquemes Vretés fils de Pieron fils de bourgois ».

6  Compte 1367-68, f° 7.

7  Livre Roisin, éd. R. Monier, $ 15. « Comment on doit rechevoir les bourgois nouviaus. Il est establit et concordet par eschevins et par tout le consel de le vile, que on ne puet rechevoir nul homme de forain a bourgois, s'il n'est manans en cheste ville et taille paians, et qu'il ne paieche LX s d'artissiens que li ville ara d'entrée, et VI d au clerc de le ville, et qu'il accache 8 marc de fin argent de rente, au mains, ou yretage qui li vaille, et maiche en le main dou rewart, par werp, pour le taille et les coustumes de le ville poursuiwir, en tel manière qu'il ne le puet vendre, enwagier, ne allouwer, que li ville n'i ait son droit. Et est assavoir qu'en cheste ville, on ne puet, ne ne doit rechevoir a bourgois, nu lui qui soit de siervage, hest à dire nul sierf [...] ».

8  P. Desportes, art. cit., p. 544.

9  Livre Roisin, éd. R. monier, $ 110, p. 75 : « Et doivent li enfant marle i estre rechut en le bourgesie, ensi que autre enfant marle de bourgois, parmi IIII s et Il d d'entree, tout autresi que s'il fuissent de loial mariage engenret ».

10  Après les noms cités, nous avons indiqué entre parenthèses le rôle que ces familles ont joué au cours du XIVe siècle, E = Échevin, F = Fermier d’assises, R = rentier (à vie). Ces constatations ont été effectuées et développées dans notre maîtrise et DEA.

11  Pour plus de détails sur l’étude des familles, voir M. Aubry, Le nouveau bourgeois, son intégration dans la société lillois au cours du XIVe siècle : esquisse d’une étude sociale, Lille 3, DEA, 1992, 2 vol. (118 p., annexes), sous la direction de M. Derville.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Registre au Bourgeois, f°57, début du VIIIe cahier ; lettres initiales des J
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Registre aux Bourgeois, f°3v°
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Registre aux Bourgeois, f°4
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Registre aux Bourgeois, f°63v°
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Compte de 1301-02
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Courbe des nouveaux bourgeois (1291-1355)
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Origine des nouveaux bourgeois. Arrondissement de Lille
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Origine professionnelle
URL http://journals.openedition.org/hleno/docannexe/image/436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Aubry, « Commentaire introductif », in 4000 bourgeois de Lille au XIVe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 21), 1999, p. 9-24.

Référence électronique

Martine Aubry, « Commentaire introductif », in 4000 bourgeois de Lille au XIVe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 21), 1999 [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/436

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals