Navigation – Plan du site
Témoignages

Témoignage – Démocrates-Chrétiens et Résistance

Jules Clauwaert
p. 123-126

Texte intégral

1Quant au sujet pour lequel on m’a invité, les démocrates-chrétiens dans la Résistance, je dirais comme La Bruyère que « tout est dit depuis 10 000 ans qu’il y a des hommes, et qui pensent », et c’est vrai que beaucoup a été rapporté. Mais je voudrais apporter un témoignage.

2J’avais 17 ans en 1940. Je vais parler des Jules Catoire, Jo Martin, Louis Beugniez, Louis Delaby, et d’autres responsables de la mouvance sociale-chrétienne, qui m’ont apporté beaucoup et que j’ai admirés. Mais je dois mettre quelques bémols aussi, parce que tous ceux que nous citons aujourd’hui étaient de la même pâte humaine que vous et moi. Ils avaient donc leurs propres contradictions, leurs doutes, et quelquefois les positions n’étaient pas aussi tranchées. On a toujours la tentation, quand on a aimé les hommes, de faire de l’hagiographie. Or, aucun d’eux n’aurait accepté qu’on lui colle une auréole sur la tête. Car ce qui les caractérisait, c’était la modestie. Cette modestie, ils l’avaient acquise parce qu’ils avaient toujours été minoritaires, et qu’ils le sont restés, au sein de l’Église ou de ce qu’on pourrait appeler, en gros, la Chrétienté, pendant toute la guerre et jusqu’au bout, comme les résistants ont été minoritaires dans l’ensemble de la France. Mais j’hésite à dire ce genre de choses aussi parce que maintenant on voudrait nous faire croire que les Français ont tous été des attentistes. Or ce qui était important, à cette époque et dans cette région, c’est que tous ceux qui faisaient œuvre de résistance active savaient toujours qu’ils trouveraient des soutiens autour d’eux.

3Car il n’y avait pas de bureau de recrutement pour la résistance. On ne se disait pas un jour : « Tiens, je ferais bien de la résistance avec des bons copains communistes », que j’ai surtout appris à connaître pendant les grèves de 41. Leur idéal était attrayant, et les « lendemains qui chantent », ça ne nous faisait pas rigoler à l’époque. J’ai parfois regretté alors que l’on ne puisse être alternativement jeune communiste et jociste. Mais ce dont je me souviens surtout, c’est de la fraternité qu’il y avait à ce moment-là entre tous. Si, pour ainsi dire sans le savoir, on faisait acte de résistance, c’était à la suite d’une conversation avec un copain, et ça commençait par un petit service rendu : « Tiens, c’est un petit paquet de tracts, tu te débrouilles avec ça ». Et puis la fois suivante, on disait : « Tu peux rédiger ? », et l’on assistait à des réunions de la JOC où des aînés, Félix Pierrain et d’autres, ne parlaient pas que des conquêtes sociales futures…

4J’avais 17 ans en 1940 et je ne vais pas reprendre ce qu’ont été les démocrates-chrétiens pendant et après la guerre, en un raccourci de quelques minutes, comme il m’a été demandé. Quelques rappels, donc en style télégraphique. En 1940, lors de l’évacuation, je suis parti à vélo. J’ai passé mon premier bac à Nantes, et j’ai retrouvé mes parents en Vendée. Rentrant en octobre, je me suis rendu compte en arrivant sur la Somme, toujours à vélo, que le Nord-Pas-de-Calais était « Zone interdite ». Mon père était mineur et ma mère souffrait pour sa maison qu’on avait abandonné. De toutes façons, « occupés », ou « Zone interdite », on ne connaissait pas la différence. Il fallait user de petits stratagèmes pour passer la Somme. Inutile d’insister sur une spécificité sur laquelle tous vos témoignages concordent. Notre région avait été très marquée par la guerre et par l’occupation en 1914-1918. Entre les deux guerres le patriotisme allait de soi. Le 14 juillet et le 11 novembre, c’étaient encore des anniversaires auxquels on participait avec ferveur. Gamins, devant le monument aux morts, nous chantions « la Marseillaise » à pleins poumons, ça nous était naturel.
D’autre part, il y avait un réflexe d’anglophilie. Dès le début de l’occupation, parce que personne n’avait admis la défaite, et que l’espoir, désormais, était alimenté par nos alliés, et surtout « Radio- Londres ». Dans les cités des mines, ce n’était même pas sujet à discussion.

5La région minière, j’ai un petit faible pour elle et je demande à ceux qui n’en sont pas de m’en excuser, j’ai trempé dedans. Il y avait une homogénéité extraordinaire. Je faisais ma philo au lycée de Douai et j’ai rencontré là, parmi les tout jeunes profs, Jacques Estager qui devait devenir directeur de Liberté, avec lequel je suis resté en amitié jusqu’à la fin de ses jours. Je lui avais donné une photo de de Gaulle vers avril 1941, parce qu’un copain de classe, de Somain, m’en avait glissé quelques exemplaires. On cherchait toujours à écouter Londres, mais de Gaulle demeurait un inconnu. Ceci simplement pour souligner qu’à cette époque, nous n’avions pas d’a priori, ni de frontières. Nous ne disions pas : je vais faire ceci parce que je suis un jeune chrétien ; je vais faire cela parce que je suis un jeune communiste. Je n’ai jamais vu de jeunes communistes aussi heureux, et je dois le dire avec tout ce qu’ils ont subi ensuite, que lors de la grève de mai-juin 41. Voilà un mouvement de masse qui a longtemps été ignoré et pour le moins sous-estimé. J’en veux quelquefois à un certain nombre d’historiens… dont vous n’êtes pas, à cette tribune. Au contraire, je vous cite toujours : « heureusement dans le Nord, nous avons Lille 3 et le groupe Mémor qui fait en sorte que les jeunes générations puissent savoir ce qu’ont été l’occupation et la Résistance ». Et j’en profite au passage, parce que j’ai toujours beaucoup de pudeur à le faire seul à seul, pour vous remercier publiquement du remarquable travail que vous faites.

6Si j’insiste sur les jeunes communistes qui n’ont jamais été aussi heureux qu’en 1941, quand ils ont animé cette grève, c’est parce qu’il faut mettre fin à une imposture. On assimile souvent ce mouvement au début de l’attaque hitlérienne contre l’Union soviétique. Or, cette grève, les mineurs l’avaient faite avant cette date, sans attendre aucune consigne extérieure. Et l’on ne soulignera jamais assez le rôle des femmes. Je vois encore le piquet de grève féminin à la sortie de la cité. Composé de mineurs à l’entrée du « carreau d’fosse », il aurait été aux prises aussitôt avec les Allemands, et la gendarmerie française serait intervenue. Ça se passait dans les corons et les cités, et ce sont les femmes qui ont dit : « Je ne veux plus envoyer mon mari, ou mon gamin galibot travailler à l’fosse avec deux fo rin din sin briquet », (le briquet c’était la petite « mallette » dans laquelle le mineur mettait ce qu’il mangeait au fond), « je ne veux plus réclamerdu savon pour nettoyer « les loqu’s ed’fosse » ! C’étaient les premières revendications. Mais en même temps elles étaient dirigées contre les occupants : « Pour les boches, in f’ra toudis trop d’carbon ». Ce qui explique, mais ce n’est pas mon propos, les difficultés qu’ont rencontrées les Allemands pendant toute la guerre, pour essayer d’améliorer la production malgré les dimanches travaillés, etc.

7Bref, dans la région minière, nous nous retrouvions ensemble. Je ne vais pas brosser un tableau idyllique. Mais si quelqu’un était entré dans un bistrot en vantant les mérites de Pétain, tout le monde l’aurait rembarré, même les anciens combattants de 14-18. On simplifiait les choses, Vichy et l’occupation allemande, c’était tout un.

8Au moment de la Charte du Travail, on a parlé de l’attitude de la CFTC qui, dans la région minière, s’est prononcée aussitôt et vigoureusement contre. Devenu étudiant à l’École de Journalisme, à la Catho, j’ai eu la chance de rencontrer des gens formidables, que l’on a cités tout à l’heure, des professeurs de droit, Louis Blankaert, René Théry, correspondant de Témoignage Chrétien dans la région, Joseph Danel, spécialisé en droit social. Celui-ci nous donnait un argumentaire, et je retrouvais des gens de la JOC, de la CFTC ; tel Louis Beugniez qui était maire de Noyelles-Godault à côté de chez moi, pour animer des « cercles d’études », et notamment expliquer pourquoi il fallait s’opposer à la « Charte du Travail ». Il faut bien dire qu’au départ les mineurs étaient contre la charte parce que ça venait de Vichy, et donc, méfiance : ce n’est pas ceux-là qui vont nous faire faire des progrès sociaux…

9Étienne Dejonghe : Dans le Pas-de-Calais, parce que, dans le Nord, ils ont eu une attitude assez différente.

  • 1 Note de la rédaction : voir l’opuscule de J. Clauwaert, Pélerins de la liberté. De Lens à Paris ave (...)

10C’est vrai, mais je ne parle que de ce que je connais, c’est-à-dire, à cette époque, du Pas-de-Calais. Dès novembre 1940, avec Jules Catoire, Louis Delaby, Joseph Sauty, les dirigeants et militants de la CFTC minière avaient fait un vœu solennel : « Le jour où la France redeviendra libre et donc, où nous aurons nos syndicats qui agiront en pleine liberté, nous irons en pèlerinage à pied jusqu’à Montmartre et Notre-Dame des Victoires à Paris ». Ils furent plus de cent cinquante à le faire en 19461. Alors, pour la classe ouvrière, cette organisation avait définitivement acquis, dans la Résistance, ses titres de noblesse.

11C’est de ce courant que je me suis senti le plus proche. J’avais eu ce que l’on appelle une éducation chrétienne, que je ne trouvais pas du tout contradictoire avec l’école laïque. On disait de ma famille : « Ch’est des blancs, mais pas des blancs, pas com’ el’s autes ». Ça voulait dire : nous surtout solidaires. Ça dépassait tous les clivages.

12J’étais il y a quelques semaines, le dimanche 7 septembre, dans les fossés de la Citadelle d’Arras. Il y avait foule devant le mur des Fusillés, pour la cérémonie du souvenir. Sur les 218 plaques que vous pouvez voir là, il y a les noms de 130 mineurs, parmi lesquels j’avais de bons copains : Marcel Ledent, Émile Régnier qui fut secrétaire général des Jeunesses communistes, qui ont été arrêtés par des gendarmes français, de la brigade de Carvin. C’est à mes yeux une obligation morale d’aller les saluer. Et de dire aujourd’hui : je viens ici témoigner pour les résistants chrétiens. Mais nous gardons toutes nos fidélités. Au risque de choquer, je les croise toujours. Je n’oublie ni les uns, ni les autres. J’ai vu des gens à l’action : ils sont tous crédibles, les témoins qui se font égorger. Et ceux-là, "qui croyaient au ciel ou qui n’y croyaient pas", ont connu le peloton d’exécution, ou les camps de déportation. Mais mon temps de parole ne me permet pas de raconter la suite, de la nuit de l’occupation, jusqu’aux combats de la Libération…

13Je voulais simplement aujourd’hui souligner ceci : ce n’était pas si simple. Ils étaient multiples, les engagements dans la Résistance. Jules Catoire lui-même, qui fut avec Jean Catrice à la tête du RIC (Résistants d’inspiration chrétienne) du Nord-Pas-de-Calais, raconte avoir découvert après la Libération, tous ses « titres de gloire

Haut de page

Annexe

Étienne Dejonghe : C’était au Lycée de Tourcoing ?


Raymonde François : Non, je regrette, c’était au Lycée privé Jeanne d’Arc.

Étienne Dejonghe : Ne vous excusez pas, les vieilles querelles de la Troisième République n’ont plus cours !...

Raymonde François : Le Lycée se trouvait dans la rue de la Gestapo ; alors on passait devant tous les jours.

Haut de page

Notes

1 Note de la rédaction : voir l’opuscule de J. Clauwaert, Pélerins de la liberté. De Lens à Paris avec les mineurs, 1940-1946, Mouvement Ouvrier Chrétien, Les éditions de « La Centrale » à Lens, 1948.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jules Clauwaert, « Témoignage – Démocrates-Chrétiens et Résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 123-126.

Référence électronique

Jules Clauwaert, « Témoignage – Démocrates-Chrétiens et Résistance », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/509

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals