Navigation – Plan du site
Témoignages

Témoignage

Georges Delepaut
p. 127-128

Texte intégral

1Je voudrais revenir sur la presse syndicale et montrer que ceux qui ont opéré dans cette branche ne sont pas tous restés jusqu’au bout dans cette action-là. Mon origine ? Comme beaucoup de mes camarades je suis issu d’une famille du Nord ; ma mère a subi l’occupation de 14-18 pendant 4 ans, mon père fut grand mutilé de la guerre 14-18, je n’ai jamais entendu chez moi le mot « Allemand », j’ai été élevé dans la haine du boche. Quand la guerre a été déclarée, j’avais un peu plus de 16 ans et ce fut l’évacuation, puis le retour, la reprise du travail après la débâcle aux Ateliers de la SNCF. J’ai commencé à porter quelques journaux et tracts que mon père réussissait à obtenir. Ceux-là provenaient, à l’origine, des syndicats clandestins et surtout du Front national. On a parlé de Roger Pannequin qui avait la double casquette et je pense que beaucoup parmi ceux qui ont opéré dans ce secteur avaient cette double casquette.

2Après mon arrivée au dépôt de Tourcoing, en septembre 1942, j’ai donc été, étant donné mes opinions, contacté par des gens qui étaient déjà dans l’action syndicale clandestine, en particulier Charles Belin, avec qui j’ai réalisé à plusieurs reprises des « papiers » pour le milieu cheminot du dépôt de locomotives de Tourcoing. Nous n’avions alors à notre disposition qu’un peu de papier, de la pâte à polycopier, l’encre spéciale nécessaire et notre bonne volonté. Un tract nous obligeait à passer toute la nuit pour réaliser environ 150 exemplaires. Nous avions, dès la fin 42, des réunions avec des responsables départementaux et interrégionaux du « Front national de lutte pour la libération de la Patrie », qui s’occupaient également du syndicalisme clandestin. J’étais donc l’un des contacts pour le dépôt de Tourcoing. Notre action syndicale a été marquée en particulier par le déclenchement, en août 1943, d’une grève parmi le personnel sédentaire de ce dépôt. Le prétexte que nous avons utilisé était le déplacement de quatre collègues jugés « insuffisamment productifs » par la Direction.

3J’ai par la suite été mis en relation avec le responsable FTPF de la région Tourcoing-Roncq, « Joseph » (Joseph Catry) et je me suis engagé dans cette branche militaire du Front national. J’ai été en relation avec Paul Cousaert du Réseau Sylvestre Farmer du capitaine Michel, avec l’accord du commandant Arthur (Arthur Malfait). Nous provoquions l’un et l’autre des avaries sur des locomotives. Celles-ci se produisaient « en ligne », interrompant le trafic ferroviaire et occasionnant des retards importants. Fin décembre 1943, nous avons, tous deux, participé à l’attaque des locomotives et des machines-outils du dépôt de Tourcoing, mettant hors service 11 locomotives, dont la réparation fut longue, 9 machines-outils, 2 vérins de levage des locomotives, rendant l’atelier inopérant jusqu’en avril 1944. Après cette action, ce fut pour moi la vie clandestine jusqu’à la Libération, début septembre 1944.

4Partant donc de la presse clandestine, passant par le syndicalisme et l’action au sein du Front National, j’ai abouti à l’action de sabotage, ce qui fut, je crois, le cas de nombreux résistants dans notre région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Delepaut, « Témoignage », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003, p. 127-128.

Référence électronique

Georges Delepaut, « Témoignage », in Robert Vandenbussche (dir.), L'engagement dans la Résistance (France du Nord - Belgique), Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 33), 2003 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hleno/511

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals