Navigation – Plan du site
Dossier

Travailleuses sans-papiers à Paris

Retour sur la tentative de constitution d’un collectif de femmes
Joanne Le Bars
p. 105-111

Résumé

Confrontées à des discriminations croisées dues à leur leur sexe et à leur origine ethnique, à Paris, les travailleuses migrantes commencent à faire entendre leur voix dans les mobilisations de sans-papiers. Suite à l’occupation d’un lieu parisien, l’émergence d’un collectif de femmes sans-papiers va mettre en avant leur expérience racialisée de travailleuses domestiques. Leur souhait de manifester dans l’espace public traduit leur volonté d’accéder à une reconnaissance sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

D’une posture militante à une démarche de recherche
Les femmes dans les mouvements collectifs de sans-papiers
Un lieu d’occupation parisien
Créer un collectif de femmes sans-papiers
“Pour eux, on est juste des COD, des compléments d’objet direct”
Passer inaperçu dans l’espace public parisien
Un combat pour la visibilité

Aperçu du début du texte

Paris a vu l’émergence des mouvements de sans-papiers. Alors que de nombreuses recherches se sont intéressées aux mouvements sociaux, notamment ceux concernant des sans-papiers, peu d’entre elles se sont expressément penchées sur les femmes sans-papiers dans les mobilisations collectives, et moins encore aux croisements des catégories de sexe, de “race” et de classe, dans l’analyse de ces mouvements et de l’expérience de ses actrices.

Revenant à mes premiers pas ethnographiques avec des femmes sans-papiers au sein d’un lieu d’occupation parisien, j’ai souhaité me focaliser dans cet article sur la difficile construction d’un collectif de femmes sans-papiers, à travers l’analyse des positions de trois habitantes de ce lieu, que je nommerai Fatoumata, Bintou et Lela, toutes trois arrivées de Bamako dans les années 2000.

Le projet de constituer un groupe de femmes, rendant centrales la question de leur travail et leur volonté de manifester dans l’espace public, participe au questionneme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joanne Le Bars, « Travailleuses sans-papiers à Paris », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 105-111.

Référence électronique

Joanne Le Bars, « Travailleuses sans-papiers à Paris », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3006 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3006

Haut de page

Auteur

Joanne Le Bars

Géographe, Lab’Urba, allocataire Institut Émilie du Châtelet.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals