Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés

Documentaire français de Rachid Oujdi
Anaïs Vincent
p. 200-201

Texte intégral

1Un homme de dos contemple la Méditerranée. En face, son pays d’origine l’Algérie lui est devenu étranger. Ainsi s’ouvre Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés: sur un constat désenchanté.

2La caméra arpente les ruelles, les cafés et les foyers de Marseille à la rencontre des chibanis, ces “vieillards” ou “cheveux blancs” en arabe. Ahmou, Mohammed, Abdallah, Sebtir nous racontent leur histoire. Venus du rivage opposé entre 1951 et 1971, ces Algériens ont immigré en France pour trouver du travail. Ils ne pensaient pas rester : un an, deux tout au plus, et ils rentreraient retrouver leur famille. Mais le destin en a voulu autrement. Ils sont maintenant retraités et vivent toujours dans la cité phocéenne, le cœur déchiré entre leur terre natale et leur pays d’adoption.

3Rachid Oujdi collecte leurs témoignages avec bienveillance et essaie de comprendre comment ces hommes qui ont donné leur vie à la nation française peuvent aujourd’hui se terrer dans l’ombre de la pauvreté, loin de leurs proches.

4Les extraits de magazines d’actualité de l’époque et la voix posée d’Ali Timizar, président du comité d’intérêt de quartier, contextualisent les récits de ces chibanis. Absence de voix off, Rachid Oujdi s’efface pour laisser la parole à ses témoins. Ils reviennent sur un passé tiraillé entre deux pays n’appartenant finalement à aucun d’entre eux. “Quand je suis en Algérie, je suis émigré, et quand je suis en France, je suis étranger”, confie Tahar.

5Lors d’une partie de dominos dans un café de Belzunce, ils se souviennent de l’insalubrité de leur logement. Ces bidonvilles qui furent longtemps “la mauvaise conscience” des villes.

6Sidérurgistes, ouvriers du bâtiment, grutiers, brigadiers, ces travailleurs précaires ne gagnaient pas suffisamment pour pouvoir repartir, comme ils l’expliquent tour à tour au fil des interviews. Pris dans l’engrenage de la vie active et de la survie, ils n’ont eu d’autre choix que de rester à Marseille en se coupant un peu plus de leurs proches restés au pays, en s’enfonçant dans la solitude.

7Prisonniers de leur situation, ils ont dû renoncer à leur vie de famille.

8Ni militantisme exacerbé, ni misérabilisme dans ce documentaire télévisuel. Les protagonistes continuent leur combat sans jamais se plaindre, avec même une profonde reconnaissance pour leur terre d’accueil qui les a pourtant délaissés.

9La sortie récente de Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir ce documentaire déjà diffusé sur France 3 et sur LCP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés », Hommes et migrations, 1309 | 2015, 200-201.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés », Hommes et migrations [En ligne], 1309 | 2015, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3124

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals