Navigation – Plan du site
Dossier

Les aventuriers de la mode

Les sapeurs congolais à Paris et l’usage de la mode en migration (1890-2014)
Manuel Charpy
p. 25-33

Résumé

Les sapeurs congolais sont passés maîtres dans l’art du retournement des symboles. Ceux de la mode et ceux des sociétés dans lesquelles ils s’affichent. Entre Paris et Brazzaville, leur volonté de paraître n’est pas du goût de tous. Ainsi, vêtements, poses théâtrales et “danse des griffes” prennent à revers les attentes qui pèsent sur l’immigré ou le Congolais de retour au pays. Le sapeur se plaît à faire de la mode un jeu de miroirs décevant tout stéréotype.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Saper la colonie ?
Le retournement des symboles de l’ordre colonial
“Mon corps ne supporte pas le jean” ou l’impossible main-d’œuvre
Vestimentologie
“D’abord les habits, les courses après”
Allures et refus de l’invisibilité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Lors du défilé féminin printemps-été 2010 de Paul Smith surgit une mannequin noire, chapeau melon et gilet orange, costume rose, pantalon qui dévoile chaussettes et chaussures rouges. L’assistance sourit de ce mannequin qui rappelle confusément les nègres trop habillés de Tintin au Congo et, avec ses lèvres surlignées en fuchsia, les minstrels, ces blancs grimés qui autour de 1900 caricaturaient les Noirs. Opportunément, l’arrivée d’une mannequin blanche, vêtue et grimée de la même manière, évite que le malaise ne s’installe.

Ces détournements sont ordinaires dans une industrie de la mode qui se régénère dans les marges – et quoi de plus marginal que les sapeurs, ces élégants originaires du Congo qui défilent à Brazzaville ou dans les rues du XVIIIe arrondissement de Paris ? Quelques photographies de Tamagni et Médiavilla ont suffi pour que Paul Smith se saisisse de ces excentricités, vidées de leur sens, la mode digérant sa propre critique. L’opération est d’autant plus vertigineus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Charpy, « Les aventuriers de la mode », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 25-33.

Référence électronique

Manuel Charpy, « Les aventuriers de la mode », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3146 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3146

Haut de page

Auteur

Manuel Charpy

Chargé de recherche au CNRS / IRHIS, université de Lille-III.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals