Navigation – Plan du site
Dossier

Des associations de femmes migrantes au sein de la société civile

Une reconnaissance ambivalente et polysémique
Simona Mattia et Mélodie Beaujeu
p. 123-130

Résumé

Si la féminisation est une des grandes tendances des phénomènes migratoires depuis les années 1990, les femmes migrantes restent relativement invisibles dans les espaces publics des sociétés d’accueil, où elles demeurent la cible de représentations stéréotypées. L’invisibilité sociale de ces femmes se nourrit aussi des rôles qu’on leur fixe et des discours attendus auxquels elles doivent correspondre. Ce type d’assignations culturelles ou identitaires se retrouve dans les échanges entre les associations de femmes migrantes et d’autres acteurs associatifs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une relecture réflexive de pratiques et expériences professionnelles
Un partenariat autour du codéveloppement
Assignation des rôles et conditionnement normatif
Associations de femmes migrantes et acteurs du militantisme « universaliste »
Les contraintes structurelles de la relation multi-acteurs
Une gestion publique « colorblind » de l’ethnicité
Une interprétation culturaliste de la place sociale des associations
La culturalisation des positionnements féministes
Déconstruire l’invisibilité : un enjeu de recherche-action

Aperçu du début du texte

La littérature disponible sur les dynamiques associatives des femmes migrantes invite à les appréhender à la lumière des rapports de domination et des hiérarchies de sexe, de race et de classe. Catherine Quiminal relève dans les appellations d’associations de type « association des femmes africaines de… » une triple affirmation identitaire. Elle observe la manière dont la difficulté de vivre en tant qu’immigrée africaine en France est traduite par les militantes dans l’appropriation et la réinvention d’un statut triplement minorisé. Son analyse encourage à étudier ces associations comme des « lieux où se façonne une identité ‘africaine’ nouvelle dans son aspect relationnel et de rupture avec le milieu d’accueil ». Les stratégies de « présentation de soi », au sens de Goffman, développées par ces femmes sont à inscrire dans leur expérience discriminatoire comme une tentative de négociation et de rupture avec les assignations identitaires qui leur sont imposées par les hommes, par les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Mattia et Mélodie Beaujeu, « Des associations de femmes migrantes au sein de la société civile », Hommes et migrations, 1311 | 2015, 123-130.

Référence électronique

Simona Mattia et Mélodie Beaujeu, « Des associations de femmes migrantes au sein de la société civile », Hommes et migrations [En ligne], 1311 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3310 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3310

Haut de page

Auteurs

Simona Mattia

Chargée de mission à Enda Europe.

Mélodie Beaujeu

Doctorante en science politique au Centre d’études européennes (Sciences Po).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals