Navigation – Plan du site
Dossier

Des Iraniens à Erevan : un « cosmopolitisme vernaculaire » ?

Amin Moghadam
p. 33-41

Résumé

Dans un contexte où les sanctions internationales ont recomposé les mécanismes de fonctionnement de l’économie iranienne, la République islamique d’Iran a fortement développé son rayonnement régional. La République d’Arménie toute proche est devenue un carrefour de circulations migratoires, commerciales et culturelles avec l’Iran. Une enquête à Erevan au printemps 2015 permet de saisir la diversité et l’impact de ces échanges sur l’économie et la culture iraniennes. Une manière, pour les Iraniens, d’expérimenter le cosmopolitisme, de l’autre côté de la frontière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Iran-Arménie : des liens anciens et réactivés
Voyager, s’installer : des contraintes maîtrisées
Le développement des échanges culturels
Un carrefour artistique iranien
Erevan, une destination touristique de choix
Le commerce formel et informel au service d’une même économie
Le marché de l’automobile, un exemple des freins aux échanges
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour les nouvelles classes moyennes iraniennes qui ont émergé après la révolution de 1979, les espaces de l’étranger proche sont devenus des lieux ressources pour accéder à des formes de socialisation à l’international. À la différence de certains de leurs compatriotes qui disposent de liens à une échelle globale de la diaspora, que ce soit en Europe occidentale, aux États-Unis ou plus récemment en Australie, ces Iraniens trouvent dans des villes comme Istanbul, Dubaï, Erbil (au Kurdistan irakien), Tbilissi ou Erevan, des opportunités moins inaccessibles de voyager. Elles leur permettent de faire face aux effets indirects des sanctions internationales adoptées par la plupart des pays industrialisés à l’égard de l’Iran depuis 2000 et surtout depuis 2010. Ces effets indirects sont aussi bien les restrictions draconiennes de l’accès aux visas pour circuler vers les pays occidentaux que les entraves aux transactions commerciales du fait de l’exclusion de l’Iran du système des règlements...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amin Moghadam, « Des Iraniens à Erevan : un « cosmopolitisme vernaculaire » ? », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 33-41.

Référence électronique

Amin Moghadam, « Des Iraniens à Erevan : un « cosmopolitisme vernaculaire » ? », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3489 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3489

Haut de page

Auteur

Amin Moghadam

Université Aix-Marseille, chercheur associé à l’Urmis, et Serge Weber, université Paris-Est Marne-la-Vallée, laboratoire Analyse comparée des pouvoirs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals