Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Éloi Laurent, Nos mythologies économiques

Paris, Les liens qui libèrent, 2016, 106 p., 12 €
Mustapha Harzoune
p. 151-152
Référence(s) :

Éloi Laurent, Nos mythologies économiques, Paris, Les liens qui libèrent, 2016, 106 p., 12 €.

Texte intégral

1Éloi Laurent tire à boulets rouges sur un mythe devenu le plus petit dénominateur commun d’une « pensée » qui court les bistrots, les tables dominicales, les émissions télévisées et autres tribunes politiciennes : le chiffre fait roi, le chiffre érigé en instance supérieure, l’économie devenue l’alpha et l’oméga de toute action et politique, et qui rabaisse la vie à deux interrogations : « combien ça coûte ? », « combien ça rapporte ? ». Il fut un temps où cette attitude relevait du vulgaire. Aujourd’hui, on la sert ad nauseam, sous couvert de « responsabilité », de « réalisme » et d’« impératif ». « Du coup, qui veut paraître important (…) fait l’économiste. »

2Il y a urgence, car l’économie « est une mythologie qui désenchante le monde » : exit la part rêvée et poétique de l’existence, effacées les couleurs d’un monde indocile à la triste logique statistique. L’étonnant est que cette « tutelle du chiffre », cette économie devenue « la grammaire de la politique », est un sophisme, « une mythologie » qui se (et nous) trompe doublement : en perdant de vue l’essentiel et en (nous) faisant gober des mensonges.

3Éloi Laurent déploie son propos en trois thèmes : le néolibéralisme, l’écolo-scepticisme et la social-xénophobie pour dire le fait que les extrêmes droites substituent désormais au « trop d’immigrés » d’hier un « trop d’immigrés pour trop peu de ressources disponibles ».

4Cinq « mythes » sont alors déboulonnés : le « grand remplacement », le « coût économique insupportable » et les charges sociales « insoutenables » de l’immigration, le mythe du « pauvre Blanc, du périurbain oublié » et l’impossible assimilation des immigrés.

5L’auteur ne refuse pas la discussion chiffrée, au contraire. À chaque fois et à chaque entrée, statistiques, rapports, études économiques ou démographiques à l’appui, il montre que ces « mythes » sont des mystifications : le « grand remplacement » est une absurdité démographique. Ce qui coûte ce ne sont pas les immigrés – contributeurs nets aux budgets sociaux – mais le « grand appauvrissement » qui se double d’inégalités territoriales que le mythe du périurbain oublié occulte en négligeant « de comprendre l’ampleur des inégalités dont sont victimes les territoires défavorisés, en ne voulant voir que la couleur de la peau de leurs habitants ». Et sur l’impossible assimilation des personnes immigrées et de leurs rejetons, ce n’est pas l’origine qui pose problème mais les « chances » offertes aux uns et aux autres « de pouvoir s’émanciper de leur origine pour devenir socialement françaises ».

6Reste l’essentiel. Après Abdelmalek Sayad, Éloi Laurent refuse de réduire le débat sur l’immigration à un exercice comptable et faire le jeu des xénophobes – trier entre les « bons » et les « mauvais » immigrés. « Il serait abject de tolérer les immigrés pour leurs seules contributions au financement des retraites. » En matière d’immigration, la mythologie économique pollue les débats et représente le niveau zéro de la pensée car elle évacue les vrais enjeux à commencer par cette question : « Comment la France cultive-t-elle la richesse d’une population devenue tranquillement diverse au cours du XXe siècle ? » Et, pour être clair, Éloi Laurent écrit que « par la culture et par les arts, par la langue, et jusque dans la manière d’être français, les immigrés rendent la France meilleure ». C’est dit ! Reste au pays à « accomplir sa diversité en investissant dans l’intégration. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Éloi Laurent, Nos mythologies économiques », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 151-152.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Éloi Laurent, Nos mythologies économiques », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3760

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals