Navigation – Plan du site
Dossier

Les musulmans à l’intérieur de la « Maison néerlandaise »

De l’importance de l’origine dans les politiques définissant l’appartenance nationale
Jan Willem Duyvendak et Marieke Slootman
Traduction de Catherine Guilyardi
p. 9-15

Résumé

La construction de l’autre en négatif de la définition de soi est au cœur de la relation biaisée qu’entretiennent les Pays-Bas avec leurs citoyens musulmans. Derrière son image d’Épinal d’un peuple ouvert et accueillant, la société néerlandaise impose les représentations d’une culture nationale auxquelles les immigrés et leurs descendants sont sommés de s’adapter. Les visions protectionnistes des libertés culturelles ou sexuelles, et nationalistes du territoire fonctionnent de concert dans cet imaginaire qui fantasme son homogénéité. L’identité néerlandaise se fabrique ainsi sur une double discrimination religieuse et ethnique dont ceux qu’elle vise ne parviennent pas à s’extraire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le prétendu échec du « multiculturalisme »
Une culturalisation de la citoyenneté
Définir l’identité néerlandaise progressiste
Les Néerlandais marocains et turcs : ces « Autres » immigrés et musulmans
Le nativisme dans l’identité néerlandaise : de l’importance de l’origine
Impact du discours sur la citoyenneté des musulmans

Aperçu du début du texte

Comme dans beaucoup d’autres pays, l’islam est de plus en plus présenté, depuis une vingtaine d’années, comme la principale limite et source de clivages dans la société néerlandaise. Les musulmans sont perçus comme une menace contre – ce qui est considéré comme – la culture néerlandaise. Les citoyens nés de parents turcs ou marocains sont dépeints comme étrangers parce que musulmans et porteurs d’une culture « traditionnelle » – donc incompatible avec les valeurs et la culture néerlandaises. Être Hollandais est de plus en plus souvent défini comme le fait d’être moderne, individualiste, progressiste (par exemple, tolérer l’homosexualité) et séculaire. Le caractère central de la religion dans la formulation de l’appartenance – ou non – à la nation contraste avec la situation dans certains pays, comme les États-Unis, où la religion, en tant que telle, n’est pas autant mise en cause. Cela a des conséquences sur la signification que revêt le fait d’être musulman, particulièrement dans l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Willem Duyvendak et Marieke Slootman, « Les musulmans à l’intérieur de la « Maison néerlandaise » », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 9-15.

Référence électronique

Jan Willem Duyvendak et Marieke Slootman, « Les musulmans à l’intérieur de la « Maison néerlandaise » », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3784 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3784

Haut de page

Auteurs

Jan Willem Duyvendak

Professeur de sociologie, université d’Amsterdam.

Marieke Slootman

Docteure en anthropologie, université d’Amsterdam.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals