Navigation – Plan du site
Dossier

Le salafisme, voilà l’ennemi !

La production des discours d’un état d’exception dans le champ politique français
Mohamed-Ali Adraoui
p. 69-76

Résumé

Qu’il soit question du substrat idéologique légitimant la violence terroriste, des raisons du « communautarisme » supposé croissant dans certains quartiers ou encore des débats sur la visibilité vestimentaire dans l’espace public (voile intégral, burkini…), le radicalisme semble avoir aujourd’hui un nom, celui du salafisme. Ce courant religieux fait l’objet d’une construction récurrente dans les discours des personnalités politiques françaises, produisant l’amalgame avec l’ensemble des musulmans. La structuration discursive de cet ennemi commun sert de repoussoir idéologique dans une société qui, pour mettre en place les conditions de sa défense, instaure un état d’exception à l’égard de ses principes républicains.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La construction idéologique d’un ennemi commun
La dénonciation du salafisme au service d’un état d’exception pluriel
La thèse d’une guerre de position contre la France
Quand la menace salafiste devient jihadisme
L’union sacrée autour d’une identité fantasmée
La communauté religieuse, prétexte de l’état d’exception

Aperçu du début du texte

Le salafisme constitue l’un des axes discursifs majeurs utilisé en France depuis plusieurs années pour illustrer et expliquer la teneur du danger spécifique qui pèse sur la République. La « menace salafiste » fait l’objet d’un cadrage exceptionnel. Avec elle, il n’est pas uniquement question d’une problématique banale mais d’une question « existentielle », celle de la pérennité même des principes républicains. Ce cadrage cognitif et social fait écho à la perception d’un danger radical ainsi qu’à la mise en place des schèmes d’un état d’exception. Dans cette logique, il devient alors possible, voire nécessaire, de rompre avec les pratiques et les présupposés généralement considérés comme « normaux » sur l’ensemble des plans sur lesquels peuvent généralement agir les politiques (juridique, sécuritaire, argumentatif…). Puisqu’il est désormais question de prendre conscience de la nocivité d’un ennemi jusque-là ignoré et de le défaire, le débat public et politique a recours à un discours...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed-Ali Adraoui, « Le salafisme, voilà l’ennemi !  », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 69-76.

Référence électronique

Mohamed-Ali Adraoui, « Le salafisme, voilà l’ennemi !  », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3797 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3797

Haut de page

Auteur

Mohamed-Ali Adraoui

Senior Fellow, National University of Singapore (Middle East Institute).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals