Navigation – Plan du site
Chroniques
Spécial Frontières

Calais, « laboratoire » d’une médecine de l’exil

Jacques Rodriguez et Chloé Tisserand
p. 132-136

Résumé

L’urgence liée à la situation des migrants (entre 6 900 selon la préfecture et 9 000 selon les associations aujourd’hui), vivant pour la majorité d’entre eux dehors, a obligé les acteurs de santé à repenser les modalités de leur prise en charge sanitaire. Depuis l’automne 2015, une médecine de l’exil se met en place en associant plus étroitement le travail des organisations non gouvernementales aux interventions des structures étatiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une organisation sanitaire repensée
L’arrivée de nouveaux acteurs
L’enjeu de la coordination des soins

Aperçu du début du texte

Avec l’installation du camp de migrants à Calais, il y a un peu plus d’un an, la concentration d’environ 6 000 personnes sur un terrain vague, sans toilettes ni accès à l’eau ou à la relève des ordures, a créé un environnement propice à l’apparition de maladies et au déclenchement d’épidémies. C’est pourquoi, en octobre 2015, le Défenseur des droits s’est préoccupé de la situation sanitaire des migrants entassés sur cet espace connu sous le nom de « new jungle » ou de « Lande », un « lieu de misère, de danger, d’abandon et de drames ». Il évoque dans son rapport « une offre de prise en charge médicale insuffisante au regard de la situation humanitaire [et] une violation flagrante du droit des migrants à la protection de la santé ». Pour ceux-ci, en effet, dès avant l’apparition de cette « new jungle », la structure médicale de référence est la Permanence d’accès aux soins de santé (ci-après PASS-CH). Destinée a priori à l’ensemble des personnes précaires, cette structure, rattachée ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Rodriguez et Chloé Tisserand, « Calais, « laboratoire » d’une médecine de l’exil », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 132-136.

Référence électronique

Jacques Rodriguez et Chloé Tisserand, « Calais, « laboratoire » d’une médecine de l’exil », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3811

Haut de page

Auteurs

Jacques Rodriguez

Professeur de sociologie à l’université de Lille-SHS

Articles du même auteur

Chloé Tisserand

Doctorante en sociologie, université de Lille-SHS (CeRIES) et journaliste à La Voix du Nord.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals