Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Catherine Wihtol de Wenden (dir.), Atlas des migrations

4e édition, Paris, Autrement, 2016, 96 p., 24 €
Marie Poinsot
p. 195-196
Référence(s) :

Catherine Wihtol de Wenden (dir.), Atlas des migrations, 4e édition, Paris, Autrement, 2016, 96 p., 24 €.

Texte intégral

1Avec la complicité toujours aussi active de Madeleine Benoit-Guyod, cartographe, Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CERI et membre du comité scientifique de l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée-Musée national de l’histoire de l’immigration propose la quatrième édition de son Atlas des migrations qui comporte plus de 100 cartes et graphiques commentés pour permettre de comprendre les phénomènes migratoires et d’interroger de nombreuses « idées reçues qui, dans ce domaine sont tenaces ». Constatant que « les migrations ont pris ces dernières décennies une ampleur sans précédent et sont devenues une question clé pour l’équilibre mondial. Face à cela, les politiques nationales ou internationales se sont trouvées dépassées ». Cet atlas puise ses données statistiques dans de nombreuses sources les plus récentes (ONU, Eurobaromètre, HCR etc.) qu’il interprète à travers des comparaisons, des évolutions chronologiques et démographiques pour mettre en perspective et dégager de grandes tendances. L’atlas se répartit en quatre chapitres : « Migrations, les grandes caractéristiques » ; « L’Europe, un important pôle d’attraction » ; « Le Sud en mouvement, Monde arabe, Afrique et Asie » ; « Des enjeux politiques pour demain ». À travers la description des effets de la mondialisation sur les flux migratoires qui ne concernent que 3,5 % de la population mondiale, l’auteure démontre combien « les opinions publiques et les gouvernements peinent souvent à accepter certaines réalités, telle que l’objectif du vivre ensemble dans un monde cosmopolite, la nécessité de revisiter la citoyenneté ou encore l’influence des États de départ dans la gestion des migrations. Les politiques migratoires sont donc souvent en décalage par rapport à la réalité des flux ».

2Depuis plusieurs années, en effet, les mouvements migratoires se caractérisent par de nouvelles configurations : Sud-Sud, Nord-Nord, Nord-Sud, et pas seulement Sud-Nord. Les catégories de migrants se diversifient en terme de profils, de statuts, de stratégies migratoires à tel point que la distinction entre réfugiés et travailleurs se confond sociologiquement. Par ailleurs, les flux sont de plus en plus régionalisés au sein d’un même continent. L’Europe continue d’être un pôle attractif mais des pays émergents deviennent des pays d’accueil et les zones d’interdépendance provoquent des déséquilibres et des zones de fractures. Surtout, « les enjeux, tels que les perspectives démographiques mondiales, l’afflux de demandeurs d’asile, le changement climatique, l’urbanisation galopante de la planète autour de mégapoles du Nord et du Sud, la part des moyens d’information, vont tracer les grandes tendances des migrations futures ».

3Cet atlas apporte sur tous ces sujets complexes des données claires et argumentées. Le grand intérêt de cet atlas est de proposer des réponses chiffrées au grand débat qui secoue l’Europe au sujet de la crise des migrations : faut-il fermer les frontières ? Si, selon l’auteure, le droit à la mobilité doit devenir un bien public mondial et si la réalité constatée des flux migratoires montre que les deux tiers de la population mondiale ne peut actuellement circuler librement, il est illusoire de penser que les politiques de contrôle des migrations, mises en place par des pays soucieux de préserver leur souveraineté sur leurs frontières et de répondre aux opinions publiques qui aspirent à la sécurité, pourront être efficaces. Elles contribuent, au contraire, à accroître le nombre des victimes de réseaux mafieux de passeurs et des violations des droits humains. Cet atlas constitue une ressource pédagogique pour faire avancer l’idée d’une gouvernance mondiale de l’immigration qui passe par une prise de conscience des apports des migrations dans de nombreux domaines pour les pays de départ comme d’installation, par des changements dans le regard porté sur les migrations et par l’invention d’un nouvel équilibre mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot, « Catherine Wihtol de Wenden (dir.), Atlas des migrations », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 195-196.

Référence électronique

Marie Poinsot, « Catherine Wihtol de Wenden (dir.), Atlas des migrations », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 04 juin 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3837

Haut de page

Auteur

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals