Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Cris Beauchemin, Mathieu Ichou (dir.), Au-delà de la crise des migrants. Décentrer le regard

Paris, Karthala, 2016, 198 p., 15 €.
Mustapha Harzoune
p. 198-199
Référence(s) :

Cris Beauchemin, Mathieu Ichou (dir.), Au-delà de la crise des migrants. Décentrer le regard, Paris, Karthala, 2016, 198 p., 15 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif fait le point sur « la crise des migrants » à partir du continent européen puis d’éclairages régionaux (Liban, Guyane française, Maroc et Afrique subsaharienne). Pour « dépasser les idées reçues sur l’immigration », Cris Beauchemin et Mathieu Ichou (chercheurs à l’Ined) invitent à décentrer le regard par l’histoire, la géographie et la statistique.

2Ainsi, les expériences passées en matière d’accueil de réfugiés (républicains espagnols, rapatriés d’Algérie, exilés sud-américains et boat people asiatiques) montrent que ce ne sont pas les pseudos (in)capacités d’accueil ou des comptes sociaux essorés qui importent, mais la volonté politique, la mobilisation de l’État et les préjugés de l’opinion.

3Élargir la focale permet de montrer combien les va-t-en-guerre anti-immigrés devraient en rabattre. Car que représentent les milliers de migrants en France au regard de ce qu’assument le Liban, la Suède ou l’Allemagne ? Au regard des migrations Sud-Sud ?

4Côté statistiques, il faut « décoder les chiffres », revenir sur les définitions, circonscrire les compétences (Frontex n’est pas le HCR), comparer ce qui est comparable et surtout rester modeste face à ce qui ne serait que des « ordres de grandeur ». À ce niveau, « l’Europe concentre en 2014-2015 environ un tiers des migrants de la planète, un tiers des demandeurs d’asile, un dixième des réfugiés et les trois quarts des morts aux frontières ». Aussi, plutôt qu’une « crise des migrants », c’est une « crise des solidarités européennes » qu’il convient de résoudre.

5M. Ichou rappelle que l’immigration n’est pas réductible à la « misère du monde » qui toquerait à la porte du bourgeois pour une écuelle de bouillon ! Moyennes statistiques en main, « hétérogénéité » des émigrés en tête, il montre que, « la plupart du temps », ceux qui « arrivent en France sont bien plus éduqués que la moyenne dans leur pays d’origine, et parfois même plus éduqués que la moyenne en France ». Cela a son importance, car « si les migrations et les migrants [étaient] reconnus comme une richesse, les positions dans le débat sur le degré d’ouverture des frontières s’en trouveraient sans doute profondément modifiées ».

6Louise Caron pointe la faiblesse des données sur les départs… de France. Or, l’étranger ne fait pas non plus automatiquement le pied de grue ou le siège du bourgeois ! Peu chaut à la littérature médiatico-politique que 20 à 50 % des immigrés repartent dans les cinq années qui suivent leur arrivée. Elle ne voit que ceux qui débarquent et occulte ceux qui s’esbignent. Résultat, au lieu de réfléchir aux nouvelles mobilités (remigrations, passages, étapes, mouvements circulaires, adaptations au marché du travail international…), au lieu d’interroger les ressorts multifactoriels des migrations, au lieu de comprendre en quoi les trajectoires interagissent sur ces facteurs de départ, on continue d’associer immigration et invasion, immigration et intégration. Et de mentir. Car « si on ne s’intéresse qu’aux entrées on observe une progression nette entre 2006 et 2013. Mais la prise en compte des sorties permet de nuancer cette conclusion et l’Insee note une forte baisse du solde migratoire global […], passant de +112 000 en 2006 à +33 000 en 2013. »

7Le bilan est sans appel. Les politiques de contrôle des frontières sont inefficaces, contre-productives, meurtrières, dispendieuses, immorales, elles favorisent mafias et trafics, pèsent sur la cohésion sociale, disqualifient le politique, valorisent les populismes. « Crise des migrants » ? Non, crise des discours et des représentations. Crise du savoir. Et fiasco de politiques qu’une formation sans imagination prétend simplement accentuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Cris Beauchemin, Mathieu Ichou (dir.), Au-delà de la crise des migrants. Décentrer le regard », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 198-199.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Cris Beauchemin, Mathieu Ichou (dir.), Au-delà de la crise des migrants. Décentrer le regard », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3843

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals