Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Kyung Eun Park, Nicolas Hénin, Haytham, une jeunesse syrienne

Paris, Dargaud, 2016, 80 p., 17,85 €.
Mustapha Harzoune
p. 202-203
Référence(s) :

Kyung Eun Park, Nicolas Hénin, Haytham, une jeunesse syrienne, Paris, Dargaud, 2016, 80 p., 17,85 €.

Texte intégral

1Voici une bande dessinée réussie. Émouvante, mais sans pathos. Utile pour comprendre l’exil syrien, à hauteur d’homme et en l’occurrence d’adolescent. Indispensable aussi, en ces temps de manipulations électoralistes. Cette histoire, racontée par un enfant dans la guerre devenu adolescent en France, participe peut-être de la seule attitude digne et audible face à la brutalité des temps et des discours. S’il faut être fou pour changer le monde, il reste, pour les autres, la dérision d’un Albert Cossery, le rire de rabbi Nahman (« Plus les temps seront durs, plus notre rire sera fort ») où répéter que le monde brille aussi d’une face lumineuse. Une lumière qu’il faut s’efforcer de répandre, car dénoncer les horreurs de la nuit, c’est encore rester dans la nuit.

2La lumière, dans ce récit en noir et blanc, vient de l’intérieur. Elle émane d’hommes et de femmes pour qui les mots accueil, hospitalité, générosité, entraide, amour, jeux, rires… ont encore un sens. La famille d’Haytham est peut-être un brin particulière : le père professeur de mathématique est un opposant au régime Assad (père et fils) ; qui plus est, athée ; chez les al-Aswad, la religion n’est donc pas ce qui structure le vivre ensemble. Singularité ? À voir. En tout cas, comme toutes les familles syriennes, elle aspire à vivre en paix, en sécurité, avec ce qu’il faut de liberté pour que l’instruction civique à l’école ne se résume pas aux citations des dictateurs, pour ne pas subir les moukharabat (espions du régime) à chaque coin de rue. Embarqué dans le chaos syrien, le fiston raconte.

3La famille habite Daraa, au sud du pays, là où est partie « la révolution ». Haytham observe les réunions de l’opposition qui se tiennent dans l’appartement, il voit son père défiler pour protester contre l’arrestation et les tortures des gamins qui ont recouvert les murs de l’école de graffitis. Il ne comprend pas tout. Mais lorsque son père devient un dirigeant du mouvement de contestation, il veut l’accompagner dans les manifestations. Pour sauver sa peau, le père doit entrer dans la clandestinité, puis demander l’asile en France. Haytham n’a pas besoin alors de saisir les subtilités du jeu politique. Il sait qui sont les victimes et qui est le tyran. Daraa est « occupée » par l’armée d’Assad, les espions et les voyous du régime farfouillent, la violence s’abat sur des manifestants pacifiques.

4En France, l’enfant se heurte à une ou deux réactions hostiles, une administration revêche, une institution qui n’offre à ces gamins réfugiés que des filières courtes… Mais ce qui domine, ce qui semble tout emporter, c’est la force d’accueil et de générosité de la société française, à commencer par le respect (même poussif) du droit d’asile, le rôle déterminant de professeurs aux avant-postes, le jeu des relations : famille d’accueil, cercle de jeunes, propriétaire arrangeant, solidarités communautaires…

5Il n’y a pas à avoir peur ! La France sait encore accueillir. Et le pays, en s’ouvrant au monde, fait des exilés et des réfugiés qui s’installent des hommes et des femmes fiers d’être en France et parmi les plus ardents défenseurs d’une langue et de ces traditions d’ouverture, comme le montrent les dernières planches.

6Expressifs, rythmés, sans artifices, les dessins sont signés Kyungeun Park (Yallah Bye, One shot, 2015). Nicolas Hénin, journaliste et ex-otage en Syrie, en a écrit les dialogues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Kyung Eun Park, Nicolas Hénin, Haytham, une jeunesse syrienne », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 202-203.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Kyung Eun Park, Nicolas Hénin, Haytham, une jeunesse syrienne », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3849

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals