Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle

Paris, L’Herne, 2016, 93 p., 7,50 €.
Pierre-Jacques Derainne
p. 201-202
Référence(s) :

François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle, L’Herne, 2016, 93 p., 7,50 €.

Texte intégral

1Ce texte reprend un précédent travail de l’auteur (voir H&M, n° 1277). Dense, il exige des efforts, une mise en perspective conceptuelle, une remise en question des entendements, l’usage de concepts nouveaux. Il faut commencer par récuser notre vocabulaire : exit les notions d’identité et de différences. L’une et l’autre séparent, enferment, idéalisent, mythologisent, favorisent le statique, l’instantané. Si identité et différence supposent et posent de la diversité, quid du commun de l’humanité ? Ce n’est pas l’universalisme mercantile, l’uniformisation, le tous pareil du marché, de l’assiette, des discours et opinions et d’une langue réduite à un globish. Il ne se réduit pas non plus à une addition de spécificités, un empilement de strates sans liens ou interactions. Encore moins à la réduction à un plus petit commun dénominateur, minimaliste et anhistorique.

2L’Occident ayant perdu de son influence, son universalisme (conceptuel avec les Grecs, juridique avec Rome, de la croyance, christique ou laïcisée), comme sa rationalité ont perdu de leur poids. Dans le dialogue des cultures et des civilisations, chacun fait désormais entendre sa voix, valorise ses « ressources ». Selon la méthode envisagée, la question qui se pose est qu’avons-nous quitté en nous engageant sur la route d’un universalisme européen – abstrait, conceptuel, absolu ? L’individuel, le singulier, l’expérience, l’ambigu répond l’auteur, le tout réinventé, en compensation, par la littérature. L’universel atteint sa date de péremption (si on ose) le jour où il n’a plus idée de ce qui fait défaut à sa totalité. Il faut lui préférer l’idée d’un universel « rebelle », « jamais comblé », « négatif », « non pas totalisateur (saturant) » mais « rouvrant du manque dans toute totalité achevée ». Cet universel posé comme horizon, insatisfait, en alerte, fécond est non seulement garant de la diversité, mais du commun (qui n’est pas le semblable) et de son partage.

3C’est ici que l’auteur invite à penser l’« écart ». Là où la différence conduit à se draper dans un quant à soi de petit propriétaire, l’identitaire (auto)suffisant, supérieur, hostile, classificateur, s’arrogeant une origine, unique et fondatrice, l’écart maintient en relation, met en regard, fait apparaître l’« entre », un entre de l’éthique et du politique. Notion centrale, cet « entre » marque « le surgissement de “quelque chose” qui échappe à la pensée ». « En quoi il est fécond : il ne donne pas lieu, par classement, à la connaissance ; mais par la mise en tension qu’il opère » invite à penser « sur un mode évolutif », produit le divers, fait de mutations et de transformations – au principe du culturel.

4C’est dans l’écart, cet entre qui va de La Fontaine à Rimbaud, de Descartes à André Breton que la culture française est féconde, puise ses « ressources » développées par « écarts inventifs ». « Ressources » donc, plutôt que « valeurs » qui cloisonnent, exigent approbation voire conversion. Et le « commun des ressources » est celui de la langue, de l’histoire, de modèles d’intelligence transmis par l’éducation, de références culturelles, d’arts et de formes de vie. Le commun aussi de la promotion du sujet, responsable des ressources culturelles grâce auxquelles il se promeut en sujet. Défendre ces fécondités, c’est « prioritairement » les « activer ». C’est ainsi « qu’on déploiera effectivement le commun culturel de la France […] plutôt que de s’accrocher à une si fantomatique identité ». Le commun, la « consistance » d’une société, exige une pédagogie de ce que l’auteur nomme « dia-logue », un nouveau cadre du dialogue, qui ne cherche pas à convaincre, ou à effacer l’« entre », mais à créer « un champ d’intelligence partagé où chacun peut commencer d’entendre l’autre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jacques Derainne, « François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 201-202.

Référence électronique

Pierre-Jacques Derainne, « François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3854

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Derainne

Historien.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals