Navigation – Plan du site
Dossier

Mémoire de migrations entre Italie et France

Stéphane Mourlane et Matteo Sanfilippo
p. 25-35

Résumé

De part et d’autres des Alpes, la gestion de la mémoire de l’immigration connaît des formes diversifiées. Si l’héroïsation des émigrants partis dès la fin du XIXe siècle a court en Italie, le pays fait face au défi d’enrichir son histoire de celles des nouveaux immigrants qui viennent s’y installer. Du côté français, la mémoire de la présence italienne a gagné en visibilité grâce à de prestigieux ambassadeurs du monde de la culture et du sport. Mais elle demeure surtout l’apanage des descendants des migrants eux-mêmes. La conscience d’une mémoire partagée entre la France et l’Italie reste en devenir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La formation d’un mythe en Italie
Mémoires de l’émigration et immigration en Italie
Mémoires tragiques de l’émigration italienne
Un intérêt renouvelé pour l’émigration
Dissiper l’invisibilité de l’immigration italienne
Mémoires et culture italienne en France
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans l’histoire de l’Europe contemporaine, l’Italie est l’un des principaux pays d’émigration, tandis que la France figure parmi les premiers pays d’immigration. L’émigration chez l’un a nourri l’immigration chez l’autre. Les migrations transalpines sont anciennes. À partir du Moyen Âge, clercs, marchands, banquiers, artistes, mais aussi colporteurs et paysans de ce pays qui n’est encore qu’une « expression géographique » trouvent en France une terre d’accueil. Le mouvement prend de l’ampleur à partir du milieu du XIXe siècle alors que la France manque de main-d’œuvre et que l’Italie affiche un trop-plein que son économie ne parvient pas à absorber, en plus de connaître de fortes tensions politiques conduisant à l’exil. À l’heure de la Grande émigration, entre 1876 et 1915, un peu plus de 6 millions d’Italiens, sur les 14 millions d’émigrants, partent vers des pays européens (les autres ont pour destination les Amériques). La France arrive en tête des pays européens de destination e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Mourlane et Matteo Sanfilippo, « Mémoire de migrations entre Italie et France », Hommes et migrations, 1317-1318 | 2017, 25-35.

Référence électronique

Stéphane Mourlane et Matteo Sanfilippo, « Mémoire de migrations entre Italie et France », Hommes et migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3865 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3865

Haut de page

Auteurs

Stéphane Mourlane

Historien, maître de conférences en histoire contemporaine, université d’Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Matteo Sanfilippo

Historien, professeur en histoire moderne, Università della Tuscia, et directeur du Centro Studi Emigrazione de Rome.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals