Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Négar Djavadi, Désorientale

Paris, Liana Levi, 2016, 350 p., 22 €.
Mustapha Harzoune
p. 198-199
Référence(s) :

Négar Djavadi, Désorientale, Paris, Liana Levi, 2016, 350 p., 22 €.

Texte intégral

1C’est bien du côté des littératures dites de l’exil que s’écrit – et se joue – le devenir national et, au-delà, une partie du destin du monde. Sans boursoufflure, il faut reconnaître, dire et redire que ces auteurs sont les sismographes des temps modernes, les géologues attentifs de la tectonique des peuples, les cartographes des nouvelles appartenances et des nouveaux imaginaires. Ils rincent le cœur et l’âme des biles de « l’autofiction névrotique parisienne » (dixit Andreï Makine, discours de réception à l’Académie française). Les uns ouvrent, les autres (en)ferment.

2Négar Djavadi est de ces romanciers français à la plume de métèque. Rappel, aux atrabilaires de l’identité, aux hypocondriaques de la langue française : les ambassadeurs de cette « ressource » culturelle (François Jullien), celles et ceux qui la défendent en la faisant vivre, ce sont ces rastaquouères débarqués dans le pré carré national. Certainement pas ces politiques au vocabulaire anorexique incapables d’aligner deux tristes phrases sans débiter une joyeuse bourde.

3Et, côté langue, Négar Djavadi ne manque pas de billes ! Elle écrit un français d’inspiration classique, tout en reliefs. Physique, sensible, visuel. Elle peut se détourner des effets de manche – être directe, percutante, drôle – comme progresser en circonvolutions et métaphores pour transfuser tensions, colères, tendresses, frustrations, attentes, désillusions… Tout devient pudique, élégant, les mots traduisant le raffinement des comportements et de la pensée.

4Négar Djavadi a quitté l’Iran à 11 ans, sans doute dans les bagages de ses réfugiés ( !) de parents. Comme Kimiâ, l’héroïne et narratrice. Désorientale, c’est l’exil à l’iranienne. Le titre traduit le processus de désintégration que cache l’exigence – et les réussites – d’intégration, rejoignant en cela Doan Bui. Négar Djavadi a choisi de raconter en plusieurs tableaux un dédale d’aller-retour, passant de lointaines origines familiales, dans un harem du côté de Mazandaran, à la branche arménienne et maternelle. Navigant entre les souvenirs d’une enfance heureuse et les cruautés et les injustices d’un exil bricolé en recompositions et reconstructions, hanté par les djinns du passé et de la dépression. Fuyant l’Iran de la Savak, puis des mollahs pour une France qui marchande son hospitalité. Quittant la « grande schizophrénie muette » d’une petite fille pour un service de PMA de l’hôpital Cochin à Paris. Dans la salle d’attente, Kimiâ, un tube de sperme congelé et lavé entre les mains, raconte la saga des Sadr. L’histoire de ses parents, Sara et Darius, son communiste de mari, opposants au régime du Shah, puis à celui des mollahs. Couple lumineux et tendrement complice. Vertical. Fragile. C’est fort. Efficace. Bouleversant.

5Négar Djavadi distille de savoureuses saillies. Sur la mémoire. Les différences culturelles. Sur les vertus de la démocratie (« Qui irait prier à la mosquée quand son enfant tombe malade s’il a la sécurité sociale et un hôpital à proximité ? Qui s’accrocherait à la robe des mollahs s’il a une administration pour l’écouter ? »)… Le lecteur, plusieurs fois interpellé, a même droit à une philosophie de l’Histoire et une éthique du comportement à la sauce… punk !

6Et il y a le poil à gratter : l’idéalisation de la France qui s’écrase sur un mur d’indifférence ou d’ignorance. Comme les responsabilités américaines dans la chute de Mossadegh en 1953 ou françaises dans l’arrivée du « vieillard enturbanné » et « dans les événements qui suivirent ».

7Désorientale, c’est la PMA appliquée aux mots et aux imaginaires. Une maïeutique qui révèle l’interdépendance des peuples comme les multiples et nouvelles façons d’être au monde et aux autres. C’est vrai pour les exilés. Mais pas uniquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Négar Djavadi, Désorientale », Hommes et migrations, 1317-1318 | 2017, 198-199.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Négar Djavadi, Désorientale », Hommes et migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3943

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals