Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Omar m’a tuer

Film français de Roschdy Zem
André Videau
p. 152

Texte intégral

  • 1 Jusqu’à appeler sa villa “La chamade”, d’après le titre d’un roman en vogue de Françoise Sagan (196 (...)

1Dans la cave de sa luxueuse villa de Mougins (Alpes -Maritimes), on découvre le cadavre de Ghislaine Marchal, une veuve sans histoire. L’enquête n’a pas le temps de piétiner puisqu’une dénonciation gribouillée, en lettres de sang, proclame : “Omar m’a tuer.” Invraisemblable de la part d’une sexagénaire cultivée et férue de littérature1, la faute d’orthographe pouvait être mise au compte de l’émotion ou des troubles de l’agonie. On tient d’autant mieux le coupable qu’Omar le jardinier marocain n’a pas d’alibi décisif et que les Nord-Africains n’ont pas, globalement, bonne presse sur la Côte d’Azur. La police, la justice, la rumeur fabriquent des preuves et mettent à jour tout un contexte favorable à l’accusation. Alors que le reste de la fratrie restait au bled, l’aîné Omar a suivi son père en immigration, il n’a pas eu le temps de fréquenter ni la médersa, ni l’école laïque. Résultat : à 28 ans, il est toujours analphabète. Qu’importe, on n’a pas besoin de savoir lire et écrire pour tailler les rosiers et tondre les pelouses ! Mais Omar n’est pas un personnage tout à fait lisse. Il faut fouiller intimement pour trouver des failles dans la vie privée de ce grand gaillard. Comme rien n’a disparu au domicile de la patronne (ni bijoux, ni œuvres d’art, ni titres), il a dû se rabattre sur l’argent liquide. Il joue (et perd) au casino. Il fait, régulièrement, le plein de sa mobylette. Il s’achète quelques pizzas. Il lui arrive de rendre visite à des prostituées. Il aura réclamé une augmentation, un crédit. La vieille femme cupide aura tergiversé. Ils se seront disputés comme jamais. Omar s’est emparé d’une poutrelle qui traînait par là et lui a fracassé le crâne. Les Orientaux peuvent être la proie de ces violences impulsives. Le tribunal se montre implacable. Le jardinier est condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle. L’affaire Radad ne fait que commencer. vingt ans après, elle n’est pas close. Omar qui, grâce au soutien de l’opinion publique et aux interventions de Jacques Chirac, président de la République française, et de Hassan II, roi du Maroc, a bénéficié d’une remise de peine et d’une liberté conditionnelle, continue à nier tout en bloc et à refuser le compromis d’une révision de procès.

2En acceptant de traiter “le cas Raddad”, préalable­ment dévolu à son ami Rachid Bouchareb, Roshdy Zem a su éviter les pièges de la réhabilitation militante et du pamphlet communautaire univoque. Se laissant guider par une émotion communicative et une forte empathie pour le personnage, il a tenu à distance les postures du redresseur de torts, façon Cayatte ou Boisset.

3De plus, ce comédien très prisé, se révèle, depuis son passage derrière la caméra (voir Mauvaise foi, 2006), un remarquable directeur d’acteurs. Si la connivence avec Sami Bouajila ne surprend pas – les deux amis qui se partagent les faveurs des castings de la diversité ont déjà fait jeu égal (voir Indigènes, 2007) –, la prestation de Samy (maroquinisation hyper-réaliste du personnage, amaigrissement de plusieurs kilos) est ici hallucinante. De même, on est frappé par l’implication de deux artistes, rompus, il est vrai, à la minutie du théâtre : Maurice Bénichou qui campe le sulfureux avocat Jacques Vergès et Denis Podalidès dans la peau (et les plumes) d’un certain Pierre Emmanuel Vaugirard, (alias Jean-Marie Rouard), écrivain à l’Académie et journaliste au Figaro dont la caution parisienne et intellectuelle aida à l’élaboration du scénario.

4Un mot enfin pour saluer la présence furtive de Nohza Khouadra en épouse discrète de l’accusé. Cette jolie et audacieuse comédienne fut pendant quelque temps l’égérie à peu près unique du “cinéma beur”. Espérons que l’arrivée d’une escouade bienvenue de prétendantes (Hafsia Herzi, Sabrina Ouazani, Leila Bekhti) n’aura pas contribué à la mettre sur la touche. Quelques scènes lui suffisent à prouver l’authenticité de son talent au-delà des séries policières de la télé.

Haut de page

Notes

1 Jusqu’à appeler sa villa “La chamade”, d’après le titre d’un roman en vogue de Françoise Sagan (1965) , porté à l’écran par Alain Cavalier (1968).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Omar m’a tuer », Hommes et migrations, 1292 | 2011, 152.

Référence électronique

André Videau, « Omar m’a tuer », Hommes et migrations [En ligne], 1292 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/653

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals